Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

L’animation socioculturelle

 | 
Heinz Moser
, 
Emanuel Müller
, 
Heinz Wettstein
, 
et al.

3. Mutations sociales et animation

Full text

1En 1998, on s’en souvient, la presse annonçait que le Club Méditerranée, vaisseau amiral de l’animation à vocation commerciale, allait faire l’objet d’une restructuration. C’est que son offre, caractérisée jusque-là par un mode d’hébergement sommaire et des activités peu différenciées selon les catégories de clients, n’était plus dans l’air du temps ; elle ne cadrait tout simplement plus avec notre société plus individualiste et plus individualisée. Voici ce qu’écrivait le quotidien zurichois Tagesanzeiger à ce propos le 28.1.1998 :

2« A elle seule, la rénovation des villages de vacances aux nombreux bâtiments vétustes devrait engloutir plus de 2 milliards de francs. Certaines destinations, Zinal en Suisse pour ne citer que celle-ci, seront rayées du catalogue et le voilier de croisière Club Med I sera mis en vente. Mais les changements ne s’arrêtent pas là : fort des recommandations du Bureau de conseils Bain (Etats-Unis), le Club est en effet en passe d’enterrer son esprit légendaire. A la trappe le principe d’égalité, si cher à la famille Trigano aujourd’hui retirée des affaires : les fondateurs jugeaient ce principe au moins aussi important pour les villages que la liberté et la fraternité.

3Dorénavant, il n’existera plus que trois catégories de villages : les villages pour familles, les villages pour couples et les villages pour jeunes. Quant aux villages appartenant au Club Aquarius, le petit frère aux prix plus avantageux, ils seront dissous sous leur forme actuelle et exploités par le Club Med lui-même. Leur succès dépassait ces dernières années celui des villages du club. Bref, les Gentils Organisateurs ou GO ont du souci à se faire. »

4L’exemple, tiré de l’animation commerciale, montre à quel point le concept d’animation dépend de l’époque. Si le cas du Club Med est bien loin de sonner le glas de l’animation de loisirs, il n’en est pas moins révélateur de l’étroite corrélation entre pratiques de l’animation et organisation sociale. L’article n’affirme-t-il pas que l’esprit égalitaire ne concorde plus avec nos nouvelles habitudes plus individualistes ?

5A nos yeux, ce constat s’applique pareillement à l’animation non commerciale qui tend plutôt vers l’empowerment de sa clientèle. Ici aussi, les rapports sociaux déterminent dans une très large mesure les pratiques de l’animation et leur impact, mais aussi la manière dont les intéressés y répondent. Le présent chapitre entend précisément mettre en lumière ces corrélations, il se focalisera sur les trente dernières années et viendra ainsi compléter le tableau brossé au chapitre précédent. Il se référera dans ses développements à des concepts empruntés aux sciences sociales pour relever les grandes caractéristiques de certaines périodes :

  • la société du travail (jusque dans les années 60),
  • la société individualisée (des années 60 aux années 90),
  • la société du risque (des années 60 aux années 90),
  • la société consumériste (des années 60 aux années 90),
  • la société de l’aventure (des années 60 aux années 90),
  • l’autre moderne (à partir des années 90).

3.1 La société du travail du XXe siècle

6La naissance de l’animation dans les années 30 s’inscrit dans un contexte social profondément marqué par l’antagonisme travail-capital. La condition ouvrière enfermait alors l’individu dans un cadre relativement étroit et ne lui laissait que de rares loisirs. La théorie marxiste parle ici d’aliénation culturelle.

7Les choses n’ont que peu changé après la Seconde Guerre mondiale pour les enfants des couches laborieuses. Voici le témoignage éloquent de Monsieur E. que citent Rolff/Zimmermann pour illustrer la situation en Allemagne au sortir de la guerre : « Pendant la guerre, je n’ai jamais vraiment su ce que jouer voulait dire, et une fois la guerre terminée, il a fallu que je gagne tout de suite ma croûte. Nous étions un groupe d’enfants de tous âges et je faisais partie des plus jeunes. Nous devions souvent travailler pour les plus grands, aller chercher sous les décombres toute sorte de ferraille, de tuyaux en fer, de câbles, de conduits en cuivre. Les jours de malchance, les grands nous prenaient tout sans nous payer le moindre sou. Mais nous n’étions pas prêts à nous laisser faire, si bien que nous avons guetté les cachettes des grands pour récupérer notre matériel en secret. Au prix de quelques castagnes il est vrai, mais les grands ont vite compris que nous n’étions pas des pantins. Un autre travail consistait à casser des pierres qu’on nous achetait ensuite par charrettes » (Rolff/Zimmermann 1992, p. 95, trad.).

8Dans ces circonstances, on peut se demander comment les classes laborieuses auraient pu trouver le temps de nourrir des intérêts culturels, ces intérêts qui participent du plein épanouissement de la personne au sens de l’idéal humaniste. Les organisations des travailleurs (partis et syndicats) ont mis sur pied un vaste réseau d’organismes à vocation culturelle (associations de jeunesse, de travailleurs et d’éducation populaire ou encore des institutions culturelles telles que la Guilde du livre Gutenberg).

9La question a pris un tour nouveau dans les années 50 et 60, avec l’accroissement du bien-être pour des pans toujours plus larges des catégories sociales inférieures. L’Allemagne parlait alors de miracle économique, mais l’augmentation du confort et des loisirs touchait de fait tous les pays occidentaux. Du coup, l’enjeu a pris une autre dimension, car du moment que l’on disposait de temps libre à profusion, il fallait en tirer le meilleur parti, l’exploiter tel un capital culturel plutôt que de le gaspiller à ne rien faire. La mission des animateurs et animatrices a donc elle aussi changé et dans le sillage de Mai 68, elle s’est fortement teintée dans les régions de langue allemande d’une pédagogie conscientisante.

10Occuper judicieusement son temps libre signifiait prendre son destin en main, ne pas traînasser et, plus fondamentalement, devenir acteur politique. On misait alors sur un travail émancipateur auprès de la jeunesse afin que celle-ci refuse de se couler simplement dans le moule de la société. Les jeunes devaient être amenés à diriger leur vie, à l’encontre des intérêts d’une génération parentale totalement adaptée.

11La rébellion de la génération de 68 n’était, on le comprendra vite, qu’une partie d’une vague de fond autrement plus puissante qui happait autant les adultes que les jeunes. Pour ce qui est de l’enfance, nous renvoyons ici au travail de Rolff/Zimmermann (1992), qui livre une analyse des multiples conditions de socialisation des enfants de notre époque.

12Nous retiendrons les facteurs suivants :

  • La structure familiale : le bouleversement des rôles sociaux d’abord, qui veut par exemple que les mères de famille sont aujourd’hui toujours plus nombreuses à exercer une profession. Puis les nouvelles constellations familiales, en particulier la proportion croissante d’enfants uniques. Selon Rolff/Zimmermann, un enfant allemand sur trois grandissait en 1997 sans frères et sœurs.
  • Parallèlement, la famille s’est faite plus précaire, les couples parentaux se séparent et se remarient, si bien qu’une proportion croissante d’enfants de parents divorcés sont élevés dans deux cellules familiales, sinon plus.
  • Les attentes face à l’enfant : à notre époque, les parents sont moins enclins à prendre les enfants tels qu’ils sont, à les accepter comme un don de la nature. Les enfants sont aujourd’hui les projets de leurs parents, qui cherchent, à travers eux, à réaliser ce qu’eux-mêmes n’ont pu réaliser. « Ces enfants-là ne manquent de rien, ils ont tout ce qui fait la panoplie de l’enfant moderne : jouets à haute valeur éducative, jeux informatiques didactiques, sans oublier une garde-robe pimpante » (Rolff/Zimmermann 1992, p. 29, trad.).
  • L’habitat et l’environnement : dans l’après-guerre, la rue, place de jeu naturelle, a peu à peu cédé la place au trafic motorisé. Parallèlement, les logements sont devenus plus spacieux et offrent le plus souvent une chambre pour chaque enfant. Le changement le plus fondamental pourtant réside ailleurs, à savoir dans les mécanismes de contrôle : « De nos jours, les enfants ne trouvent plus guère de trous dans le filet de surveillance qui les enveloppe. Ils sont tenus de jouer là où les adultes peuvent les contrôler facilement (places de jeu, par exemple) ou dans des pièces qui leur sont réservées, c’est-à-dire dans la chambre d’enfant » (Rolff/Zimmermann 1992, p. 62, trad.). Quant au chemin de l’école, il n’est depuis longtemps plus le chemin des écoliers : perçu désormais comme le lieu de tous les dangers (circulation, abus sexuels), il exige une surveillance accrue.
  • Les îlots de vie : la vie des enfants ne s’organise plus en cercles concentriques autour de la maison familiale, l’enfant d’aujourd’hui vit sur des îlots isolés les uns des autres. L’îlot foyer est le point de départ de multiples excursions, vers l’îlot garderie d’abord, puis vers l’îlot école, vers les îlots aussi où habitent les camarades de jeu ou les grands-parents, ou vers ceux où l’on fait les courses, etc. La distance entre les îlots se parcourt en voiture ou par les transports publics. L’espace entre les îlots disparaît, se dilue pour devenir un intervalle où l’on n’expérimente plus rien. Un espace qui ne sert plus au jeu, ni à la promenade ou à la flânerie, un espace que l’on se contente d’enjamber » (Rolff/Zimmermann 1992, p. 139, trad.).
  • Nouveaux médias pour enfants : à côté de la littérature pour enfants et des autres médias traditionnels prolifèrent quantité de nouveaux objets, game-boy et jeux informatiques avec lesquels les enfants occupent une grande partie de leur journée. Ils ne vivent désormais plus seulement dans le monde réel, mais évoluent de plus en plus dans des univers virtuels.
  • La société de consommation : vers la fin du XXe siècle, l’industrie du jouet a explosé et jeté sur le marché une foule de jouets programmés pour un usage bien défini ne laissant aucune place à la créativité et à l’imaginaire.
  • Les agendas de ministre : bien des enfants ont aujourd’hui des emplois du temps minutés. Après l’école, ils enchaînent les cours d’appui, les activités de loisirs organisés, les leçons de musique et autres rendez-vous, toutes activités qu’il faut planifier comme les adultes.

13Ces quelques éléments donnent la mesure des profonds changements intervenus dans le quotidien des enfants et des adultes au cours des dernières décennies. Plusieurs analyses théoriques de la société décortiquent ces mutations, chacune mettant l’accent, selon l’angle d’approche, sur l’un ou l’autre aspect de ces transformations. Voici esquissés à gros traits quelques-uns des nouveaux concepts.

3.2 La société individualisée

14Les individus sont aujourd’hui bien moins liés par les modes de vie traditionnels qu’ils ne l’étaient autrefois. 11 s’exerçait jadis dans les villages et les bourgades un contrôle social assez serré, l’individu n’avait guère d’autre choix que de se plier aux normes du bon genre pour ne pas risquer l’exclusion. L’étau social s’est considérablement desserré depuis sous l’effet conjugué de l’urbanisation, de la mobilité croissante et de la multiplication des grandes agglomérations. Les hommes se sont libérés aussi de tous les anciens carcans de la vie sociale (classes sociales, obligations religieuses, voisinage, etc.).

15Les normes et valeurs ont perdu leur caractère absolu et les modes de vie se sont diversifiés. A présent, on voit se côtoyer des genres et des styles très contrastés que leurs représentants revendiquent haut et fort. Ce fait s’observe surtout dans la culture jeune, où les amateurs de hip-hop se mêlent aux férus de folk et aux freaks techno, où les punks coudoient les mélomanes. Dans cet environnement, il est carrément de bon ton de chercher à se réaliser, à styliser son identité sur un mode quasiment narcissique pour afficher ses aspirations. Les identités ne procèdent plus des projets de vie ou de l’image de son métier qui souvent marquait l’individu jusqu’à la fin de ses jours (« Je suis le charpentier du village »). Les identités se forgent désormais dans le monde des loisirs ; pour en changer, il suffit de changer de costume et d’accessoires (« Aujourd’hui je suis surfer, le week-end techno-freak et accessoirement je suis étudiante en sciences sociales »).

16Quiconque entend mettre en œuvre un concept d’animation ne peut faire l’impasse sur ces nouveaux comportements. Il faut au contraire s’en rapprocher et mieux prendre en compte les aspirations individuelles des destinataires. On songera aussi que les groupes sont aujourd’hui moins stables et durent moins longtemps qu’autrefois. Ce fait est source de nombreuses difficultés pour les associations et peut carrément freiner des projets d’animation de plus longue haleine.

17Avec l’érosion des traditions, l’individu a plus de mal à trouver ses marques dans l’abondance de sollicitations et d’invites au plaisir. L’animation se trouverait-elle ici aussi devant un nouveau défi ? Non pas qu’elle devrait imposer des modèles et des normes, loin s’en faut, car sa mission doit se concevoir dans une optique d’empowerment et consister par conséquent à aider ses bénéficiaires à mieux cerner leurs besoins pour éviter les choix dictés par la mode. Concrètement, elle devrait ainsi se risquer à conduire des activités pas tout à fait dans l’air du temps, mais qui ne devraient pas tomber dans l’oubli.

La société du risque

18Ulrich Beck a été l’un des premiers à affirmer que les multiples instruments et chemins de l’épanouissement personnel n’avaient pas pour seul effet de donner une plus grande liberté à l’individu. Certes, l’individualisation croissante a fait sauter de nombreux verrous, mais elle a aussi créé de nouvelles chaînes. « Les individus libérés de la tradition deviennent dépendants du marché du travail, et donc, dépendants de la formation de la consommation, des réglementations et des systèmes de protection des lois sociales, de l’organisation de la circulation, des offres de consommation, des possibilités et des modes dans des consultations et des traitements médicaux, psychologiques et pédagogiques. » (Beck 2001, p. 163). Les risques ont en outre plutôt augmenté que diminué, en dépit des formidables avancées techniques. Le développement débridé des technologies a parfois des effets et des coûts inattendus. Il n’est que de songer aux problèmes environnementaux, plus aigus que jamais, mais aussi à l’interdépendance croissante des sociétés qui se traduit, entre autres, par la construction d’immenses réseaux de données avec des risques d’un genre nouveau, notamment exemple celui d’une paralysie complète de certaines artères centrales de la société, à l’échelle de la planète.

19L’animation doit avoir en tout temps pleinement conscience de ces risques et elle peut les incorporer de deux manières dans ses projets, d’abord en ouvrant le débat sur les limites du progrès technique, comme le font le WWF ou Greenpeace, et ensuite, en gardant toujours à l’esprit la force d’attraction qu’exerce le risque sur la jeunesse moderne. A une époque où la vie réelle offre souvent peu d’espace à l’imprévu et à l’aventure naissent des mondes artificiels qui permettent de tester ses limites personnelles. Dans les activités telles que le rafting, le bungee jumping, le parapente, il faut savoir peser les risques et rester réaliste. C’est là tout un apprentissage qui peut se faire au travers de projets d’animation.

3.3 La société consumériste

20On dit notre époque marquée au sceau de la consommation et du bienêtre. Ulrich Beck parle à ce propos de l’effet d’ascenseur qui veut que la société de classes a été intégralement transportée à l’étage supérieur. En dépit de toutes les inégalités, anciennes ou nouvelles, on observe, dit-il, une amélioration collective des revenus, de la formation, de la mobilité, du droit, des sciences et de la consommation de masses (Beck 1986, p. 173). Le consumérisme a aussi engendré une immense soif d’achat et induit la tendance à tout transformer en valeur marchande. Franz Hochstrasser (1995) insiste particulièrement sur ce point quand il affirme que la société industrielle ramène les relations humaines au rang de marchandises. La consommation serait la clé de lecture des rapports sociaux et le consumérisme une puissante composante de la cohésion sociale.

21Si l’on considère maintenant que la société de consommation mine aussi les réseaux de solidarité, on pourrait assigner à l’animation la même mission que celle que Hochstrasser assigne au travail social : opposer une résistance aux contraintes du monde des objets. Ainsi pourrait-elle révéler à ses destinataires qu’il existe, par-delà les chaînes dorées de la consommation, un univers où règnent d’autres rapports entre les hommes. L’exercice, il est vrai, est des plus délicats, car l’animation n’a pas pour propos de priver les individus des objets ou gadgets qu’ils affectionnent. Elle ne peut que suggérer et inciter à la réflexion pour que change notre manière de gérer les ressources de notre environnement.

3.4 La société de l’aventure

22A la différence de Hochstrasser, Gerhard Schulze (1992) met l’accent sur l’aventure plutôt que sur la consommation, mais l’un et l’autre relient leur analyse au développement du monde marchand. Dans son ouvrage, Schulze présente la société d’autrefois comme une société où la vie était dictée par les nécessités, où l’homme était gouverné par les données extérieures, dont il fallait s’accommoder. Quand la faim le tenaillait, il lui fallait impérativement trouver de quoi manger, quand le travail manquait, il devait aller chercher fortune ailleurs.

23Tout autre est la situation à notre époque où prévaut une vision plus intérieure de l’existence et où nous sommes entourés d’une riche palette de belles choses. Dans la société orientée vers le dehors, la disette et la lutte pour la survie étaient déterminantes, tandis que notre temps est marqué au sceau de l’abondance « Ne pas prendre ce qui est à prendre, mais devoir faire un choix ; l’élimination contre l’approvisionnement » (Schulze 1992, p. 68, trad.). Dès lors que l’on est en position de choisir, le choix va au-delà de la simple satisfaction de besoins élémentaires, il inclut des préoccupations d’ordre esthétique. Et Schulze de présenter des exemples éloquents : « Tous les jours, nous sommes placés devant la nécessité de choisir librement, que ce soit pour nous habiller, nous nourrir, nous divertir, nous informer ou choisir nos relations sociales. Et presque toujours, les différentes options qui s’offrent à nous ne diffèrent que très peu les unes des autres. La lessive X lave aussi bien que la lessive Y et tous les modèles de voitures permettent de se rendre de A à B. Pour notre bien-être corporel, peu importe que nous enfilions cette chemise-ci plutôt qu’une autre. Les conséquences de nos choix ne se ressentent jamais au niveau de l’utilité première, car cette utilité va tout simplement de soi. Les mauvais choix ne portent pas à conséquence et bien souvent, nous avons la possibilité de les réviser aussitôt. Notre situation objective, si elle signifie la possibilité de disposer d’objets et de services, nous oblige à opérer sans cesse des choix selon des critères esthétiques. L’émotion que ces choix procurent n’ont plus un caractère secondaire, elle constitue désormais une finalité » (Schulze 1992, p. 55, trad.).

24Ainsi, achetons-nous une paire de gros souliers non pas pour leur côté pratique ou pour nous protéger du froid, mais parce qu’ils sont les attributs indispensables d’un certain style de vie. Nous mangeons du muesli bio non pas parce que nous en raffolons, mais parce nous l’associons à un mode de vie sain. Qu’une voiture rouie compte moins à nos yeux que la belle sensation que l’on éprouve au volant.

25Tous ces exemples dessinent un recentrage sur le monde intérieur. Le beau est certes enraciné au-dehors, dans des objets et des situations, mais nos actes expriment une manière d’en prendre conscience, indépendante des caractéristiques objectives du monde. « L’esthétisation, dès lors, ne revient pas à se consacrer plus intensément aux choses plus nobles, c’est une simple qualité de la conscience qui se rapporte aussi bien aux nains de jardin, aux vidéoclips et spots publicitaires, au design automobile et au look personnel, qu’à une expérience théâtrale ou à la visite d’une galerie d’art. » (Moser 1995, p. 64, trad.).

26Cette caractéristique de la société de l’aventure marque toujours plus profondément la jeune génération, mais aussi les quadragénaires et quinquagénaires. Il faut aujourd’hui multiplier les émotions et sensations fortes. Car les émotions ont ceci de particulier qu’elles se dissipent très vite et se banalisent. Elles laissent souvent un goût de déception « Choisir une chose, c’est en écarter d’autres et il est difficile d’évaluer ce que l’on va perdre. Alors, même si on ne s’ennuie pas forcément sur le moment, on ne peut s’empêcher de penser que l’on passe peut-être à côté de quelque chose » (Schulze 1992, p. 65, trad.). Et aussitôt que l’émotion s’émousse — et elle s’émousse vite — il faut se mettre en quête de nouvelles choses qui procureront des sensations d’une intensité égale, voire supérieure encore.

27Le ski traditionnel cède le pas au snowboard plus cool, la disco ordinaire est relayée par des manifestations gigantesques telles que les street-parades, des paysages de montagne prennent des allures d’arènes fun pour les sports d’hiver. Les piscines en plein air ne suffisent plus, elles se métamorphosent en palmeraies exotiques traversés par des toboggans interminables. Et 011 huit par avoir l’impression que cette société de l’aventure est une société assoiffée de plaisirs insolites.

3.5 Sur la voie de l’autre moderne

28De ces différentes analyses se dégagent plusieurs éléments structurels qui, à l’image du puzzle, finissent par former un ensemble cohérent. Et voilà qu’une autre question s’impose : les mutations sociales n’exigent-elles pas des animateurs et animatrices qu’ils modifient leurs conceptions et leurs manières de voir et redéfinissent leur mission ?

29Le défi est de taille et les professionnels de l’animation risquent fort de se dresser dans un premier temps sur leur pattes de derrière, de se mettre sur la défensive pour mieux sauver les valeurs qu’ils croient supérieures et investir dans les pratiques compensatoires.

30A l’univers des plaisirs factices — celui des grands parcs d’attractions par exemple - les animateurs et animatrices tentent d’opposer des activités plus authentiques et méditatives. Au monde virtuel des jeux vidéo et informatiques, ils répondent en rayant dans toute la mesure du possible l’ordinateur de leur programme. Face à la mentalité du prêt-à-jeter, ils entendent faire découvrir la valeur profonde qui peut se cacher dans les objets qu’on aime.

31Bien sûr, l’action pédagogique et la pratique de l’animation n’ont pas à suivre les modes ni à se plier aux nouvelles tendances. Elles sont en droit de résister quand la chose a du sens. La chose est plus hasardeuse quand on se borne à entonner la complainte de la perte des valeurs. Entre la critique légitime et l’absence totale de compréhension pour tout ce que la jeune génération affectionne, le pas est plus vite franchi qu’on le croit. Les animateurs et animatrices qui cèdent à ce comportement dit critique oublient tout simplement qu’ils ne se tiennent pas en dehors des mutations sociales, qu’ils sont pris dans le courant et en sont souvent bien plus esclaves qu’ils ne l’imaginent dans leur belle suffisance. Après tout, y a-t-il vraiment une si grande différence entre ces jeunes qui ne font que consommer et les animateurs qui s’offrent des VTT parés de mille gadgets pour explorer la nature dans leurs loisirs ? Mais que personne surtout ne se risque à relever que leurs projets pédagogiques sont prisonniers de la logique de la société des loisirs.

32Pour dépasser cette disposition d’esprit toute culturelle qui consiste à voir la faute ou le mal chez les autres d’abord, on peut se référer à l’autre moderne. La notion est introduite par Ulrich Beck, selon qui nous assistons au fond à un conflit de valeurs plutôt qu’à une érosion des valeurs. La jeunesse actuelle serait confrontée à un monde et à des problèmes auxquels les adultes et leurs institutions n’ont pas de réponses. Depuis l’effondrement de l’Union soviétique, le monde ne se partage plus en deux camps, il présente désormais une multitude de lignes de partage, de fossés et d’abîmes où tout le monde y perd son latin (Beck, 1997, p. 16). Dans cette grande confusion, l’individu se recentre il est vrai sur lui-même mais cela ne compromet en rien ses perspectives d’avenir. Beck va jusqu’à dire que les hommes sont mieux armés que les institutions sociales pour affronter l’avenir et que l’essentiel aujourd’hui consiste à bien saisir les possibilités que promet pareille mutation. La tendance à l’individualisation, dit-il, n’implique pas nécessairement la fin de l’univers social et son éclatement en une multitude de bulles d’égoïsme. Alors que dans notre ancien système, les modèles du Nous (parfois élaborés par des individus) l’auraient toujours emporté sur ceux du Je, on voit émerger aujourd’hui dans cet environnement nouveau ce que l’on pourrait appeler un individualisme altruiste. Ce qui semble a priori s’exclure — penser à soi et être là pour les autres — révèle de frit une cohérence intérieure : celui qui vit pour soi vit forcément sur un plan social » (Beck 1997, p. 19).

33Dans la société de l’autre modernité, cette nouvelle solidarité s’enracine dans le local. Un ancrage qui réhabilite ce que l’on pensait balayé à jamais par la vague de la mondialisation. Les causes des problèmes semblaient se dessiner à l’échelle de la planète, au point de déposséder entièrement le local, lequel renvoyait toujours automatiquement aux conditions mondiales. Beck voit dans ce qu’il nomme la relocalisation une réponse à la mondialisation. Celui qui réussira à trouver sa place et ses racines sera à même de se mouvoir avec aisance dans le vaste monde. Au surplus, si l’on considère combien les solutions globales se sont avérées incapables de freiner le recul de l’emploi ou de sortir l’Etat social de son impasse financière, il est permis de croire que l’on s’achemine vers une redistribution du pouvoir social : « Les solutions à long terme passent obligatoirement par les démocraties de proximité, les communes et les villes » (Beck 1997, p. 30, trad.).

34Penser que la société de l’autre moderne se cimentera dans le local implique, semble-t-il, que l’on reconsidère certains concepts et notamment celui de l’animation. L’animation, en effet, part des citoyens et citoyennes, qu’elle entend précisément inciter à prendre des initiatives pour façonner l’espace local dont parle Beck. Encore faut-il des animateurs et animatrices motivés et curieux de l’avenir. L’agencement de cet espace local qui restera connectée à la société mondialisée via des moyens de communication virtuels ne peut s’inspirer ou s’appuyer sur les vieux schémas qui postulent un espace d’expérimentation naturel. Le constat que Beck dresse (1997, p. 33) à propos de la fin du conflit Est-Ouest vaut sous une autre forme pour les concepts d’animation de la fin des années 90 : la situation n’est plus sans issue, elle n’a jamais été aussi ouverte, tant sur le plan politique que sur le plan intellectuel.

35De cette analyse des grands changements sociaux, il ne faut pas conclure que l’animation est là pour amortir les effets des développements nuisibles. Il faut au contraire éveiller un intérêt communicatif pour cette société aux contours encore inconnus ; les animateurs et animatrices sont appelés à la façonner avec les individus qui la composent.

© Éditions ies, 2004

Terms of use: http://www.openedition.org/6540