Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’animation socioculturelle

 | 
Heinz Moser
, 
Emanuel Müller
, 
Heinz Wettstein
, 
et al.

2. Naissance et évolution d’un concept

Entrées d'index

Texte intégral

1Cette contribution se propose en premier lieu d’éclairer sous l’angle historique le contexte culturel propre à la France dans lequel s’est forgé et a évolué le terme d’animation socioculturelle, puis d’en présenter les institutions, les personnes et les actions qui s’en réclament. Elle s’arrêtera aussi des courants similaires qui ont traversé d’autres pays, plus particulièrement ceux de langue allemande. L’analyse se centre principalement sur les trente dernières années.

2.1 Origines françaises

2Le terme d’animation pour désigner certaines activités sociales et culturelles a vu le jour en France et s’y est implanté progressivement entre 1950 et 1965 (Besnard 1986, Poujol 1989, Gillet 1995). Ce qui frappe, c’est que l’on définit désormais par un terme nouveau des activités qui n’étaient pas nouvelles. D’où la question : qu’existait-il au juste auparavant ?

3Plusieurs voies seront explorées ici, avec cette précision que les mouvements et les pratiques étudiées se retrouvent dans d’autres pays, sous des formes et avec des implications quelque peu différentes. Nous renverrons avant tout aux développements parallèles dans les pays de langue allemande.

A) L’éducation populaire au service de la cause du peuple et du mouvement ouvrier

4L’éducation populaire remonte à l’aube de l’industrialisation. En France, le développement industriel a été plus tardif et moins soutenu qu’en Angleterre, dont sont issus les pionniers du travail social (cf. Müller 1982). A quoi s’ajoute une forte tradition catholique encore bien présente aujourd’hui. Le développement industriel y a certes produit comme ailleurs son lot de misère sociale (en particulier dans les villes industrielles du Nord), mais le choc y a été considérablement amorti par un dense tissu de relations entre la ville et la campagne et c’est pourquoi les classes bourgeoises dominantes se sont surtout attachées aux disparités culturelles. Elles misaient sur l’éducation pour réduire un peu les écarts et prévenir en même temps une remise en cause fondamentale des rapports dominants. Au travers du patronage, l’élite a entrepris de s’occuper de l’éducation des gens simples, en particulier de la jeunesse. Le patronage se comprenait comme une activité charitable assumée par les fidèles, à l’image de l’action menée par les précurseurs du travail social professionnel en Angleterre. Un peu plus tard, on verra fleurir, en parallèle et en concurrence avec les offres paroissiales, des activités « laïques », appuyées par le patronat qui voyait là un excellent moyen d’asseoir sa domination. De l’autre côté, les organisations ouvrières, partis et syndicats, ont eux aussi investi ce terrain dans le but de rendre la classe ouvrière plus indépendante et de développer sa capacité à s’organiser. Tous ces acteurs confondus ont joué, jusqu’à l’éclatement de la Première Guerre mondiale, un rôle éducatif de premier ordre pour de larges couches de la population. Les représentations sociales qui les animaient étaient cependant fort disparates, d’où une action émancipatrice aux accents très contrastés.

5C’est à cette époque qu’est née aussi la notion d’éducation populaire, laquelle faisait dans l’entre-deux-guerres partie intégrante de la vie sociale. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle se comprend comme un élément de résistance et trouvera sa forme institutionnalisée dans l’Institut national de l’éducation populaire (INEP) qui éditera aussi les cahiers Animation jusqu’à la fin de leur parution.

B) Les organisations de jeunesse (mouvement scout, organisations chrétiennes, jeunesses syndicales, jeunesse estudiantine)

6L’ensemble de ces organisations forment une autre souche de l’animation. Elles étaient conduites et encadrées par des bénévoles (jeunes, jeunes adultes, mais en partie aussi par des pédagogues plus âgés) qui s’étaient donné pour mission d’aider les jeunes à s’organiser, de leur transmettre des savoirs divers et de s’engager aussi à leurs côtés pour défendre leurs intérêts politiques. Pareille option les plaçait dès le départ dans ce champ de tension propre à l’animation, à mi-chemin entre la mission sociale et l’appui à l’initiative personnelle. Ces cadres bénévoles s’appelleront bientôt animateurs de jeunesse.

7Une évolution identique caractérise les organisations de jeunesse en Allemagne (cf. Krahfeld 1984). Quand bien même ne s’est constitué en France aucun mouvement de jeunesse comparable au Wandervogel (oiseau migrateur), on note de part et d’autre de la frontière cette même bipolarité qui veut que l’action oscille sans cesse entre auto-organisation et défense des intérêts de la jeunesse, d’une part, et encadrement pédagogique et canalisation des énergies juvéniles d’autre part. Un phénomène en somme transfrontalier, à ceci près qu’il n’y a pas eu dans les pays de langue française ni en Suisse alémanique de rupture, comme ce fut le cas en Allemagne où le national-socialisme s’est ensuite emparé des modes d’organisation et de culture des mouvements de jeunesse pour accomplir ses desseins. En dehors des Jeunesses hitlériennes et de l’Union des jeunes filles allemandes (Bund Deutscher Mädel BDM), le régime nazi a interdit toutes les organisations de jeunesse.

C) Les développements issus du gouvernement du Front populaire

8En 1936, la France portait au pouvoir un gouvernement de gauche qui allait profondément marquer le secteur de l’animation. Le nouveau gouvernement en place commencera par créer un Sous-secrétariat d’Etat aux loisirs, dirigé par Léo Lagrange, l’un des plus illustres animateurs de loisirs français de l’époque. L’enjeu consistait à ouvrir la culture — cinéma, théâtre, musique, etc. — aux petites gens. Le gouvernement du Front populaire a aussi inauguré les premiers congés payés pour tous et c’est dans ce contexte que se sont multipliés un peu partout des villages de vacances. C’est que les vacances n’étaient pas vues comme une affaire individuelle : dans l’esprit des milieux et des organismes engagés dans l’éducation populaire, on estimait en effet qu’il n’était pas donné à tout le monde d’en faire bon usage. Et c’est ainsi que les organisations en tout genre ont construit leurs propres villages de vacances qu’elles réservaient en particulier à leur personnel et à leurs familles. Elles les ont équipés et dotés en personnel, l’équipement comprenant bien entendu aussi un programme et un vaste éventail d’activités. Autour de la même philosophie se sont construits des réseaux hôteliers tels le mouvement des auberges de jeunesse qui a connu alors un formidable essor. Dans ce sillage est né aussi en 1950 le célèbre Club Med. Le club avait plutôt mauvaise presse dans le monde de l’animation parce que ses activités ont longtemps estampillé l’image de l’animation en dehors de l’Hexagone.

9On observe en Allemagne deux mouvements parallèles de nature radicalement différente : les auberges de jeunesse d’abord, antérieures à leurs pendants français qui s’en sont d’ailleurs inspirés. Rattachées au mouvement Wandervogel, elles allaient rendre grand service à la jeunesse avide de sillonner l’Europe. Ensuite, les villages de vacances et équipements de loisirs érigés dans les années 30 par le régime national-socialiste et obéissant à des motivations autres, résumées dans le fameux slogan Kraft durch Freude (La force par la joie). Il y a fort à parier cependant que les programmes d’activités de chacun de ces mouvements présentaient de grandes similitudes, donc qu’il y avait alors de multiples façons d’instrumentaliser l’action des animateurs (qui n’étaient pas encore désignés comme tels à l’époque).

D) L’essor des maisons de la culture chères à André Malraux

10Construites dans les années 50 selon le concept de l’ancien ministre de la culture, ces maisons avaient pour mission essentielle de diffuser la Culture, c’est-à-dire de rendre accessible au plus grand nombre les œuvres d’art et de favoriser la production culturelle ou la création artistique populaire. Ces maisons étaient censées présenter des œuvres d’art au simple citoyen sous une forme appropriée et compréhensible, et parallèlement, abriter, promouvoir et exposer des créations de la population. Malraux renouait avec les fondements de l’éducation populaire avec un souffle de modernité. Ce faisant, il a ouvert un vaste débat sur la culture qui aura ensuite une immense résonance, notamment dans les ouvrages de Pierre Bourdieu (La distinction, 1979).

11La France a connu cette même vague de fond qui a traversé l’Allemagne à la fin des années 60 et au début des années 70, sous une forme certes légèrement différente et de manière plus précoce. Elle donnera lieu à une politique culturelle nouvelle et au développement de centres socioculturels placés sous la devise Kultur für alle, Kultur von allen (la culture pour tous - la culture de tous). Une politique animée au départ par des ambitions émancipatrices, démocratiser la société par la culture, en misant sur la participation et l’indépendance culturelles (Sievers/Wagner 1992, p. 11). Démocratiser la culture, cela passait d’abord par l’égalité des chances et la participation (p. 12), aussi exigeait-on des institutions culturelles traditionnelles qu’elles s’engagent sur la voie de la démocratisation et rendent leur offre accessible à tous. Une politique culturelle, aussi, qui a encouragé les projets et les initiatives de la culture dite libre et alternative, qui deviendra l’un des pans essentiels et reconnus de la vie culturelle. Les centres socioculturels étaient alors des lieux privilégiés de la transmission de la culture.

E) L’essor des centres éducatifs et des centres sociaux au travers desquels l’Etat assumait des tacites autrefois dévolues aux familles et à caractère hautement préventif

12Certains d’entre eux se réclament de l’éducation spécialisée et du travail social et s’enracinent dans le settlement movement en Angleterre (cf. Müller 1982, Poujol 1982), à savoir ce mouvement qui a construit notamment le Toynbee Hall à Londres (1883) ou le Hull House à Chicago (1809), en cherchant à décloisonner les classes sociales (au Toynbee Hall logeaient des étudiants qui consacraient une partie de leur temps au travail de quartier) et à offrir aux pauvres et aux ouvriers de quoi couvrir leurs besoins élémentaires (nourriture, hébergement, hygiène). Les maisons leur proposaient aussi des cours, des activités et des conseils pour les aider à mieux se connaître et à se situer dans la société. Elles regroupaient divers services et prestations, collaboraient avec des professionnels et des bénévoles en privilégiant surtout la prévention et l’entraide.

F) Le développement de l’éducation dite active, telle qu’elle était pratiquée dès 1937 dans les Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (CEMEA) et mise en pratique dans les camps pour enfants et les colonies de vacances

13L’éducation active reconnaît aux enfants de tous les milieux économiques le droit à des vacances régulières. Ils devaient y trouver repos et détente, s’épanouir et développer leurs aptitudes relationnelles et leurs talents créatifs. Cet objectif sera bientôt intégré à l’Education nationale et donnera naissance à des pratiques pédagogiques précises. Les enseignants, par exemple, étaient tenus de diriger des colonies de vacances et étaient formés à cette tâche. Les méthodes actives se sont rapidement diffusées à travers le monde. Dans les pays germanophones, elles sont restées largement le fait de bénévoles, car les groupements et associations de jeunesse traditionnels occupaient largement le terrain des camps de vacances. Ils ont certes sollicité le soutien de l’Etat (Jeunesse et Sport en Suisse) mais se sont toujours montrés rétifs à une intervention étatique plus directe et plus poussée.

14En France, l’ensemble des personnes engagées dans ces mouvements se retrouveront dans les années 50 et 60 sous le chapeau de l’animation (socioculturelle). Le terme a gagné en popularité à la faveur de la professionnalisation de l’animation, laquelle appelait des filières de formation et surtout une identité nouvelle. Les contours de ce champ professionnel se sont sans doute tracés à ce moment précis, mais on était encore loin d’un concept unique. Des multiples chevauchements et de la difficulté à catégoriser clairement ce domaine est né le besoin d’une nouvelle orientation.

15La profession naissante a été tout entière happée par les transformations sociales des années 60. Citons ici un passage significatif tiré de l’ouvrage de Poujol à propos du débat de l’époque sur la délimitation entre formateur/enseignant et animateur : « Ce phénomène d’autocensure générale nous paraît spécifique de la société française des années 60. La preuve en est le caractère intraduisible en anglais et en allemand de ces deux mots : animation et animateur. Il ne peut s’agir d’une lacune des langues concernées, mais bien de notions idéologiques non transportables d’une société à une autre. » (1989, p. 36). Et les partisans de l’animation d’en appeler à briser cette autocensure et à ouvrir de nouvelles voies, comme celles que l’on revendiquera haut et fort dans la rue en 1968. Le fameux slogan « l’imagination au pouvoir » est la formule qui reflète sans doute le mieux la connotation et l’impact des termes d’animation et d’animateur : il y a dans ces notions un parfum d’anarchie, de mystère, d’action et d’agitation, de dépoussiérage et de spontanéisme. De manière générale, les grands thèmes tels que ordre et chaos ou résistance et adaptation se sont matérialisés différemment d’une culture à l’autre et ces différences s’observent jusqu’à aujourd’hui dans les modes d’organisation et les cultures de contestation.

16En résumé, on retiendra que la transposition du concept d’animation dans une autre culture se heurte toujours à diverses difficultés et que l’on ne peut jamais le reproduire à l’identique. Le concept prendra des traits qui lui sont propres. L’empreinte spécifique de l’animation dans les régions de langue allemande constitue un élément essentiel du présent ouvrage.

2.2 Evolution à l’échelle internationale

17Dans les années 60, le concept d’animation s’est rapidement propagé à l’étranger en passant par deux canaux : la francophonie d’abord, qui lui a permis de prendre pied en Belgique, en Suisse et au Canada, puis les organisations internationales (Unesco et Conseil de l’Europe) via lesquelles il s’est fait connaître ensuite au-delà des frontières de la langue française (cf. Kirchgässner 1983) en connaissant un sort divers.

18Les deux canaux de diffusion ont joué dans l’adoption du terme dans les anciennes colonies françaises du continent africain. L’animation était considérée alors comme une méthode incitant la population indigène à participer à la coopération au développement et, dans ce sens, elle s’apparente aux concepts de Paulo Freire (1963) et rejoint les revendications actuelles pour un développement durable. En Afrique, les conditions sont comparables à celles qui prévalaient en France au moment où le terme est apparu.

19Le terme s’est aussi implanté en Espagne et au Portugal, d’où il a gagné l’Amérique du Sud, et plus particulièrement l’Argentine (cf. Froufe/Sanches 1994 et sa bibliographie qui atteste de la traduction des ouvrages de référence traduits du français). Dans la Péninsule ibérique, l’adoption du terme est vraisemblablement le fait de la fraction républicaine du champ social, culturel et éducatif (par référence à la République espagnole de 1936-1939 dont l’ambition était d’instaurer la première démocratie dans la Péninsule). C’est ainsi qu’il faudra attendre la fin de la dictature de Franco en Espagne et celle de Salazar au Portugal pour que le terme s’impose véritablement, (cf. Sancovsky 1995). De récents travaux confirment cette hypothèse et montrent aussi que le développement actuel a intégré l’animation dans toute son amplitude.

20Aux Pays-Bas, le terme de travail socioculturel s’est largement imposé dans un contexte historique voisin de celui qui prévalait en France (cf. Spierts 1998, p. 22 ss.). Son usage recouvre un champ comparable à celui ut l’animation socioculturelle en France ou en Suisse. Dans la conception de Giesecke pourtant, l’animation se veut une forme élémentaire de la méthodologie de la formation des adultes (1987, p. 123) ou encore comme un mode de travail spécifique commun à plusieurs termes génériques (pp. 71 et 223). Cette approche semble résulter d’une compréhension plus restrictive du terme français (p. 230). Nous étudierons maintenant plus en détail sa diffusion et son implantation en Suisse et en Allemagne.

2.3 Evolution en Suisse

21En Suisse romande, les Eglises et les syndicats, ainsi que des cercles privés très actifs auprès de la jeunesse, ont été les premiers promoteurs du concept d’animation. C’est en quelque sorte l’Union chrétienne de jeunes gens qui a ouvert la marche dans les années 50 en fondant de petits centres de jeunesse auxquels elle assignait une fonction préventive. Parallèlement, de nombreuses initiatives prônaient l’éducation sportive ou souhaitaient promouvoir le concept français des Maisons de la culture.

22Au début des années 60, l’Etat commence à s’occuper des loisirs et de l’animation (pour Genève, voir par exemple le rapport Légeret sur les institutions de jeunesse et de loisirs et de leurs équipements, la création en 1962 du service des loisirs à l’Office de la jeunesse et d’une formation en cours d’emploi pour les animateurs de jeunesse, la fondation en 1963-1967 de dix centres de loisirs et de l’Ecole d’animateurs de jeunesse). Les autres régions romandes connaîtront un développement similaire mais quelque peu décalé dans le temps (mise en place de la formation à Lausanne en 1965).

23Le mouvement de 68 a porté des idées et aspirations nouvelles dans les centres de loisirs et dans l’animation. On entendait ouvrir ces structures à tous et donner à chacun les moyens de gouverner sa propre existence. Priorité allait donc aux activités et culturelles et politiques de quartier. Du coup l’animateur de jeunesse s’est mué en animateur socioculturel et les filières de formation ont suivi le mouvement et changé de dénomination.

24A cette époque les termes d’animation et d’animateur font leur apparition en Suisse alémanique. Rappelons ici que les institutions ont connu un développement similaire des deux côtés de la Satine. Il n’est que de songer au mouvement ouvrier, aux associations de jeunesse, à l’ouverture de centres de loisirs de Pro Juventute à Zurich, aux maisons des jeunes érigées dans les années 60, à la professionnalisation naissante de l’animation de jeunesse et de loisirs. En dépit de ce parallélisme au niveau des activités, la terminologie alémanique n’a pas suivi le même cours qu’en Suisse romande. On y parlait plus volontiers de Freizeitpädagik, de Gemeinwesenarbeit ou de Jugendarbeit.

25Le concept d’animation empruntera des voies diverses pour franchir la barrière linguistique. La mise sur pied de la formation Grundkurs Animator (cours de base d’animation institué en 1972 à Zurich) a marqué sans doute une étape décisive. Divers collaborateurs des institutions, des maisons de jeunes ont conjugué leurs efforts pour mettre sur pied leur propre filière de formation, après avoir cherché en vain des réponses à leurs besoins de formation dans les institutions existantes, y compris dans l’orientation travail communautaire proposée par les écoles de travail social. Est venu alors le moment où il a fallu donner un nom à cette formation. La controverse née autour de la nouvelle appellation illustre parfaitement les différentes approches propres à la Suisse alémanique. En premier lieu, il s’agissait de se démarquer du travail communautaire, jugé trop proche du travail social. Les professionnels refusaient de s’afficher comme des travailleurs sociaux, mais ue trouvaient pas leur compte non plus dans le concept de pédagogie des loisirs, tout simplement parce qu’ils ne se pensaient pas comme des pédagogues ayant quoi que ce soit à apprendre aux autres. Leur mission consistait à leurs yeux à offrir aide et soutien, à encourager l’initiative autonome, à aider les gens à s’épanouir et à s’organiser. Finalement, ils se sont rabattus sur le concept d’animation, d’usage courant en Suisse romande et le mieux à même de traduire leurs idées. La structure nationale de Pro Juventute aura sans doute favorisé cette parenté terminologique.

26Le concept n’en a pas pour autant acquis une validité générale, comme on le constatera un peu plus tard lors de la mise sur pied de la formation des Jugendarbeiter en 1975, où l’on a renoué avec l’approche de la Jugendarbeit propre au monde germanophone. Ce n’est qu’à la fin des années 70, au prix d’interminables discussions conceptuelles de part et d’autre de la frontière des langues, qu’un sous-titre est venu compléter l’appellation officielle de la formation : Grundausbildung in soziokultureller Animation (formation de base en animation socioculturelle).

2.4 Evolution en Allemagne

27Si l’animation n’a jamais constitué en Allemagne une notion pivot, elle n’en a pas moins fait l’objet de nombreux débats théoriques et activités pratiques. La notion d’animation surgit pour la première fois dans le débat au cours des années 70 (Kirchgassner 1983). Le terme générique Pédagogie des loisirs/sciences des loisirs (prôné par Opaschowski et Nahrsted) semble avoir alors absorbé celui d’animation, laquelle n’apparaîtra plus qu’en relation avec l’otite de loisirs destinés aux enfants (pädagogische Aktion München et les cahiers Animation qui ont cessé entre-temps de paraître). Le qualificatif socioculturel reste rare et à ce jour, cette caractérisation ayant semble-t-il réussi à se soustraire à toute classification conceptuelle précise (cf. Michels 1995).

28Curieusement, aucun auteur spécialiste du travail culturel n’a pris part à ce débat, alors qu’à l’aube des années 70 se dessinaient précisément les contours d’une nouvelle politique culturelle. Les discours sur la pédagogie des loisirs et sur la politique culturelle prennent visiblement des chemins tout à fait distincts. L’essor des centres socioculturels, où on parlait plus volontiers d’action que d’animation socioculturelle, indique peut-être une volonté délibérée de se démarquer. Manifestement, le fossé entre la pédagogie des loisirs et la mission des centres socioculturels était trop profond. Pourtant, l’animation qui traverse les deux domaines auraient pu offrir un concept intermédiaire idéal si l’intérêt avait été au rendez-vous.

29Les discussions autour de l’animation ont évolué de manière pratiquement indépendante dans les différents pays et régions linguistiques et ceci pourrait corroborer l’hypothèse de l’empreinte idéologique de Poujol.

30De cet éclairage historique on retiendra surtout ceci : il a existé et il existe encore de multiples initiatives qui procèdent de la même philosophie que l’animation, y compris dans des pays où l’on ne s’y attend pas comme les anciens pays du bloc de l’Est. Les organisations internationales, et en particulier l’Unesco, s’emploient à les relier entre elles, mais le tout en est encore au stade embryonnaire.

2.5 Un avenir à définir

31Le destin de l’animation n’est donc pas encore tracé et pour l’heure, nous devons nous contenter de dresser l’inventaire des efforts et initiatives concrètes dans ce domaine : l’animation socioculturelle constitue depuis 1995 une formation à part entière de l’Ecole supérieure de travail social de Lucerne, depuis 1993, elle constitue une option spécifique de la formation en éducation spécialisée offerte à l’Ecole supérieure de travail social de Bâle et fait l’objet, depuis 1996, d’un cours spécialisé à l’Ecole supérieure d’éducation spécialisée de Lucerne. La même année, elle a fait son entrée dans l’association faîtière des formations du social et il s’organise en Suisse depuis 1993 des symposiums sur l’animation socioculturelle. Enfin, le Syndicat national des services publics (SSP) a institué en 1992 un groupe spécialisé pour l’animation socioculturelle. La ville de Zurich s’est, elle, attelée à une réorganisation de l’animation de jeunesse et de loisirs sous le terme socioculture, une refonte qui s’inspirera aussi des règles du New Public Management (projet du service social de la ville de Zurich soumis au Conseil municipal en 1997 et 1999).

32Par ailleurs, nous prenons acte de la disparition, en France, de l’Institut national de l’éducation populaire à la fin des années 80. Une question s’impose à l’esprit : où se loge aujourd’hui l’animation en France ? En Allemagne, l’animation ne fait plus guère parler d’elle (la revue du même nom a cessé de paraître) et se résume aujourd’hui à une simple méthode (Pädagogisches forum 4/1997). Diverses contributions sur le thème nous parviennent cependant d’Espagne (voir ci-dessus) ou d’Amérique latine où certains développements peuvent se ranger dans l’animation quand bien même ils ne se définissent pas comme tels. Relevons pour terminer les efforts engagés pour tisser des liens entre les différents mouvements nationaux (séminaire regroupant des participants des Pays-Bas et de la France à Lucerne en 1999).

33Le présent ouvrage entend ainsi exposer notre propre vision de l’animation et des thèmes qui l’animent.

© Éditions ies, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540