Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’animation socioculturelle

 | 
Heinz Moser
, 
Emanuel Müller
, 
Heinz Wettstein
, 
et al.

Avant-propos

Heinz Wettstein

Entrées d'index

Texte intégral

1Dans notre société fondée sur la liberté individuelle, sur la formation de la volonté démocratique et l’organisation de la vie communautaire, nous sommes régulièrement amenés à nous demander comment aider et encourager l’individu – et la société dans son entier – à matérialiser ces valeurs fondatrices. Force est de reconnaître que leur concrétisation n’est aucunement spontanée et qu’il faut des forces œuvrant à dessein dans ce sens. Chaque communauté y travaille à sa manière, apporte des réponses qui lui sont propres dans le domaine de la formation, de la culture, du social ou de la politique. Curieusement, les différences d’une société à l’autre se situent moins au niveau de l’action concrète que dans la manière de nommer les choses et de les classer.

2Au nombre de ces réponses figure le concept d’animation, propre aux régions de langue et de culture française. Le terme recouvre un vaste éventail de conceptions éthiques et politiques, d’approches méthodologiques, d’activités, de filières de formation et de champs professionnels. En France, par exemple, l’animation s’assortit de divers qualificatifs (socioculturelle, éducative, etc.) qui expriment des options et orientations distinctes. Lorsque le terme s’est propagé au-delà des frontières de la langue française, on a privilégié à chaque fois l’une ou l’autre de ces orientations, qu’il s’agisse du concept théorique général ou de l’approche méthodologique concrète.

3En Suisse, les régions francophone et germanophone se rejoignent sur un même territoire national, si bien que l’on ne peut s’étonner d’y trouver l’empreinte des idées-force de chacune des deux régions linguistiques. Cependant, la notion française d’animation socioculturelle a été jugée particulièrement pertinente en Suisse alémanique pour conceptualiser l’action au carrefour du social et du culturel. Une action qui prend à la fois en compte le particulier et le général, qui considère les situations de déficit spécifiques et les grandes transformations sociales. Et c’est ainsi que le concept d’animation s’est affirmé et imposé, dans la pratique comme dans la formation.

4L’animation socioculturelle est aussi une composante des grands courants sociaux modernes, qui se manifestent notamment dans la volonté de larges couches de la population de participer à la vie politique, sociale et culturelle, mais aussi dans de nouveaux modèles et méthodes de développement communautaire, de gestion des conflits et de pondération des intérêts. Des développements, somme toute, qui témoignent, d’une part, d’une aspiration plus marquée à prendre son destin en main et à se réaliser et reflètent, d’autre part, un besoin croissant de communication et de repères dans un monde qui gagne en confusion et en opacité. L’animation socioculturelle – conçue comme un instrument flexible et non pas enkysté dans des définitions dogmatiques – peut se couler dans ce courant, lui imprimer une direction en recherchant des réponses adéquates aux nouveaux besoins.

5Les quatre auteurs du présent ouvrage se proposent d’éclairer cette conception dans laquelle ils devinent un formidable potentiel pour le travail participatif et de mieux la faire connaître, en particulier dans le monde germanophone. Leur démarche se situe dans le droit-fil des recherches menées dans plusieurs hautes écoles spécialisées de travail social (Lucerne et Bâle) : elle est étayée et enrichie par les nouveaux apports de la littérature spécialisée de l’étranger (traduction de Gillet/France et de Spierts/Pays-Bas). Il manquait encore un ouvrage de référence adapté aux réalités suisses. La lacune est désormais comblée avec ce travail, qui embrasse tout l’éventail des thèmes en lien avec l’animation.

6Les quatre premiers chapitres s’attachent à dresser un état des lieux de l’animation socioculturelle et à étudier la place qu’elle tient dans les développements sociaux et les débats théoriques actuels. Le premier chapitre propose un tour d’horizon des définitions pour tenter ensuite un positionnement de l’animation. Le deuxième apporte un complément historique, cependant que le troisième inscrit l’état des lieux dans les grands mouvements sociaux. Le chapitre suivant rend compte des discours théoriques qui ont influencé, de manière directe ou indirecte, la conceptualisation de l’animation. Prenant appui sur les quatre chapitres précédents, le chapitre 5 expose et développe un modèle d’action pour l’animation socioculturelle. Les deux suivants placent sous la loupe diverses composantes essentielles de la pratique actuelle : le projet d’abord, à la fois pivot méthodologique de l’animation et point de cristallisation d’un ensemble de changements auxquels elle aspire. La recherche et l’évaluation ensuite, éléments constitutifs, s’il en est, de la professionnalité dans l’animation. Enfin le chapitre 8 passe en revue les formes actuelles de la pratique de l’animation.

7Le présent ouvrage est le fruit d’une étroite collaboration entre les auteurs, lesquels ont néanmoins opté pour un partage bien défini des responsabilités. Chaque ébauche de texte a été discutée dans l’idée de fondre toutes les contributions dans un tout cohérent. Les différents chapitres portent incontestablement la marque stylistique de leur auteur : Heinz Moser signe les chapitres 3, 4 et 7, Emanuel Millier le chapitre 5, Heinz Wettstein les chapitres 1, 2 et 8 et Alex Willener le chapitre 6.

8Les auteurs avaient pour ambition première d’offrir des textes de référence clairs et explicites, dans l’espoir que leur travail trouverait ensuite un prolongement théorique et pratique. Dans cette logique, l’ouvrage se veut à la fois une introduction et un point de départ à de nouveaux débats.

9Puisse-t-il apporter aux étudiants un premier aperçu intelligible et bien documenté, inciter les professionnels à confronter leurs vues et à aller plus avant dans la réflexion. Il aura alors pleinement atteint son objectif.

10Lucerne, juin 1991

© Éditions ies, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540