Version classiqueVersion mobile

L’animation socioculturelle

 | 
Heinz Moser
, 
Emanuel Müller
, 
Heinz Wettstein
, 
et al.

Préface. Vous avez dit animation socioculturelle ?

Roland Junod

Entrées d'index

Texte intégral

1L’effort que nos collègues de Suisse alémanique Heinz Moser, Emanuel Müller, Heinz Wettstein et Alex Willener ont entrepris pour donner une visibilité à l’animation socioculturelle, pour expliciter ses fondements théoriques et asseoir sa spécificité dans le champ du travail social, pourrait s’avérer décisif dans notre pays. Particulièrement dans un moment où les rapports entre l’Etat, l’économie et les citoyens se transforment en profondeur, et avec eux l’organisation des champs professionnels.

2L’Etat social est bien souvent secoué en première ligne par ces transformations, impulsées notamment par les politiques néolibérales, et l’animation socioculturelle sommée de se légitimer en termes de prestations rapidement identifiables et mesurables. Or les finalités de l’animation socioculturelle sont souvent mal perçues chez nous, autant par le public que par les décideurs. La tentation est constante de réduire cette forme d’intervention à une sorte de service public de loisirs, valable surtout pour les vertus « préventives » qu’elle exerce auprès de la jeunesse et pour le « gain sécuritaire » qui en est attendu.

3Mais qu’est-ce que l’animation socioculturelle aujourd’hui : un archipel de pratiques appelées à se disperser et se spécialiser plus avant, ou une culture de l’action clairement identifiable qui se perpétue à travers ses transformations ? Qu’en est-il des idéaux d’émancipation et de la revendication d’autonomie qui lui viennent des traditions dont elle est directement issue : l’éducation populaire en France et en Amérique du Sud, l’action communautaire aux Etats-Unis et au Québec, notamment ?

4Ces questions et quelques autres ont traversé un colloque, le premier du genre, tenu à Bordeaux en novembre 2003 et intitulé « L’animation en France et ses analogies à l’étranger ». Les participants à ce colloque, chargés de dresser à voix multiples une sorte d’état des lieux intercontinental, ont eu tout loisir de s’émerveiller de la très grande diversité et de l’inventivité des pratiques impulsées par les militants ou professionnels qui se reconnaissent dans l’animation socioculturelle.

5Quelle peut donc être la communauté de préoccupation entre un travailleur de la santé brésilien occupé à développer des réseaux en milieu populaire à travers des « conseils de santé » paritaires et un « constructeur social » hollandais (opbauwwerker) chargés de promouvoir la participation sociale et la médiation autour de la politique de l’habitat menée par les pouvoirs publics ?

6Entre une travailleuse communautaire québécoise inventant d’autres « scènes de la politique » sous la forme d’« assises populaires de lutte à la pauvreté », et une formatrice libanaise pariant sur une culture des droits fondamentaux pour travailler à la réconciliation entre communautés déchirées par un long conflit ?

7Entre un militant argentin de l’éducation populaire qui revendique clairement un projet de transformation politique, et un animateur français ou suisse chargé de réinvestir les quartiers pour restaurer le lien social et prévenir les dérives violentes ?

  • 1 Animation et animateurs. Le sens de l’action. Paris. L’Harmattan, 1995.

8Certes chacun peut se reconnaître dans une combinaison particulière des trois rôles de l’animateur identifiés dans un ouvrage de référence1 par Jean-Claude Gillet, maître d’œuvre du colloque : le militant occupé à défendre les droits de populations minorisées, le médiacteur qui crée des espaces de médiation sociale, et l’animateur technicien reconnu pour ses capacités à rationaliser l’action.

9Mais au-delà de la diversité des engagements, au-delà de la définition formelle des rôles et des fonctions il y a bien, nous semble-t-il, inscrit dans la continuité historique, un noyau dur de l’animation socioculturelle perçu peut-être par les participants à ce récent colloque. Nous pourrions risquer ici une définition de ce noyau dur et le situer dans l’articulation de deux éléments.

10Le premier élément réside en une conception exigeante de la démocratie, sensible aux injustices sociales et au déficit démocratique induit, entre autres, par la toute-puissance du marché. L’idée d’une citoyenneté inclusive, c’est-à-dire d’une citoyenneté qui s’étende à toutes et à tous, y compris et surtout aux individus et groupes dépossédés du pouvoir de faire entendre leurs voix, est inséparable de l’animation.

11Il en est de même de l’idée d’autonomie de la société, au sens où le philosophe Castoriadis l’entendait, à savoir cette conviction, peut-être en regain de vigueur avec la mouvance altermondialiste, que la qualité et le sens même de la vie en société ne dépendent pas d’une adhésion commune à de grands systèmes de pensée, mais bien plutôt de la capacité de création (ou de recréation) sociale et politique des membres de cette société.

12Le second élément est lié au mode d’action. On pourrait dire sur ce plan-là que l’animation est l’effort de développer une capacité de coexister et d’agir au quotidien ouverte à la pluralité des personnes et des cultures, ouverte à la complexité sociale. Une capacité qui s’étende à toutes les sphères de la vie publique où la participation est requise : de la politique de la jeunesse à la création culturelle en passant par le développement et l’appropriation sociale des territoires. Ainsi définies, les caractéristiques de ce mode d’action laissent entrevoir sa nature paradoxale. Car s’il se nourrit de méthodes et de logiques à l’œuvre dans l’activité économique telle que nous la connaissons, de celles qui sont à l’œuvre aussi dans la gestion publique et les pratiques de l’Etat social, en même temps il est toujours, au moins potentiellement, en conflit avec elles. C’est pourquoi, comme l’a relevé une participante au colloque, l’animation est continuellement placée devant le défi de produire son propre savoir d’action.

13On comprend donc qu’à la jonction de ces deux éléments se trouve, plus qu’une profession ou une parenté de pratiques, une véritable fonction sociale liée à l’exigence démocratique et appelée à de nouveaux développements. On comprend aussi que l’effort d’asseoir sa légitimité se heurtera toujours à une forte opposition, puisque face à une culture gestionnaire visant une rentabilité visible et immédiate elle revendiquera toujours la continuité, sinon la lenteur, et l’excellence de l’action participative. Il lui reste la persévérance et la preuve par l’acte : la preuve de sa capacité à enrichir les réponses sociales.

14On peut dire que l’ouvrage de nos collègues est lui même un acte d’importance. Il a le grand mérite de montrer, en partant d’une perspective globale, comment les deux éléments définis plus haut s’ancrent très concrètement dans le contexte de la Suisse d’aujourd’hui, dans les pratiques de terrain et dans les formations. Il est appelé à devenir une référence pour les professionnels et les étudiants.

15Genève, mars 2004

Notes

1 Animation et animateurs. Le sens de l’action. Paris. L’Harmattan, 1995.

© Éditions ies, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search