Version classiqueVersion mobile

Pédagogie de l’antiracisme

 | 
Monique Eckmann
, 
Miryam Eser Davolio

Modules

Module 16 : Pour ou contre ? – conflits et dilemmes1 – une activité de mise en route

Monique Eckmann et Miryam Eser Davolio

Texte intégral

  • 1 Cet exercice s’inspire de la méthode de l’institut ADAM à Jérusalem Education à la démocratie, et (...)
  • 2 A commander auprès du Pestalozzianum à Zurich www.pestalozzianum.ch/verlag

Contenu

Il s’agit d’un exercice qui prend pour point de départ un questionnaire proposant des affirmations contraires. L’exercice oblige à réfléchir à des arguments contradictoires à propos du « vivre ensemble » dans une société multiculturelle : assimilation, intégration, droits et devoirs des uns et des autres, et vise à sensibiliser aux divers points de vue en créant des dilemmes. Cette activité peut être utilisée comme mise en route dans le cadre d’un projet d’animation plus large. Elle peut, par exemple, se combiner avec le visionnement d’un film sur la question du racisme ou de l’intégration des étrangers, pour autant que ce film offre une diversité de points de vue. (Dans la version allemande est proposé le film vidéo Colors of Schweiz2.)

Groupe

Se prête à des groupes de huit à environ trente personnes ; à partir de réponses individuelles au questionnaire, constitution de sous-groupes, puis discussion en plénière. Un questionnaire type est proposé en annexe ; il est toutefois indiqué de l’adapter en fonction de l’âge des participant-e-s et des problématiques que l’on souhaite traiter dans le cadre d’un programme plus large.

Objectifs

L’obligation pour chacun-e de répondre par oui ou par non à des affirmations fortes peut s’avérer difficile. A travers la confrontation avec les arguments du pour et du contre, ce questionnaire provoque d’abord une polarisation des opinions, puis donne une place à la diversité des points de vue, et oblige chacun-e à réexaminer ses propres opinions. La nécessité d’expliciter ces prises de position montrera que les mêmes arguments ne mènent pas nécessairement aux mêmes positions, ou qu’une même position ne repose pas nécessairement sur les mêmes arguments. Ainsi, à travers l’argumentation, chacun-e est invité-e à vérifier sa propre position et ses arguments, et à dépasser les affirmations simples « allant de soi ». Il est crucial d’entendre des opinions contraires et d’entrer en matière dans un raisonnement opposé au sien, ne serait-ce que pour mieux comprendre ce qui peut amener à un avis opposé. Ainsi, cette méthode permet de transformer un conflit en un dilemme. Si cette méthode ne mène pas forcément à un consensus, elle permet néanmoins de montrer que les diverses opinions dans le groupe sont admises et entendues, évidemment toujours dans les limites du respect de la dignité et de l’intégrité d’autrui.

Méthode

Cette méthode du dilemme incite les participant-e-s en premier lieu à prendre position seul-e-s, ce qui fait émerger parfois une certaine confusion. Ensuite, il s’agit d’argumenter, d’abord en petits groupes, ensuite en plénière. Parfois certaines personnes ont des opinions très floues ou n’ont pas réussi à se forger un point de vue, ce qui peut être désigné comme une forme de « non-attitude », les rendant très influençables. Par la nécessité d’avoir à préciser son point de vue, une base favorable à des débats plus nuancés et plus approfondis est créée. Il est crucial de prendre en compte « d’où l’on parle » : nous avons tous tendance à réagir à partir de notre propre situation d’intérêt et de notre expérience, et la question de l’intégration ne signifie pas la même chose pour celui qui arrive que pour celui qui est déjà là. Mais, en fin de compte, nous devrions apprendre à considérer les choses sous l’angle de l’intérêt de tous et non seulement du nôtre propre.
La mise en commun en plénière nécessite de la part de l’animateur-trice une conduite de la discussion qui soit à la fois discrète et ferme ; il/elle veillera à faire préciser leurs arguments aux participant-e-s, ce qui permet de prendre conscience de contradictions, d’ambivalences, de pressions du groupe ou du climat d’opinion. Mais parallèlement, on constatera comment un processus de prise de position et la formation d’un consensus peuvent fonctionner de façon démocratique. Rappelons que les réponses ne peuvent en aucun cas être qualifiées de « justes » ou de « fausses » ; ces questions visent à créer des dilemmes, en faisant ressentir sa propre ambivalence, et sont destinées à reconsidérer sa propre position. Il s’agit, à travers ces questions, d’interroger les règles qui permettent de vivre ensemble de façon démocratique. Ces règles reposent fondamentalement sur les droits humains, mais elles sont à chaque fois à renégocier et à redéfinir selon le contexte et les situations.

Réalisation

– Les participant-e-s reçoivent un questionnaire à remplir individuellement, chacun-e ayant à trancher entre la réponse « oui » et « non », ce qui est parfois assez difficile. L’animateur-trice fera bien comprendre qu’il n’y a pas de réponses justes ou fausses et que personne ne sera jugé sur les opinions exprimées.
– Ensuite sont formés des groupes de trois à cinq participante-s qui comparent leurs réponses dans un des domaines ; ils discutent de leurs opinions et avancent les arguments qui les ont amenés à prendre telle ou telle position. Ils tenteront de se mettre d’accord, ce qui oblige chacun-e à défendre son point de vue pour essayer d’en convaincre les autres. Ils présentent leurs réponses sur une affiche et rédigent ensemble une affirmation sur le thème en question, par exemple : « L’intégration, pour nous c’est… » ou « Pour nous, l’adaptation c’est… » ou « Les droits des autochtones et des étrangers c’est… »
– Les posters sont affichés et les participant-e-s se lèvent pour aller lire tes affirmations des différents sous-groupes. Chacun-e doit mettre un + ou un – sous chacune des affirmations pour marquer son approbation ou son opposition.
– Lors de la plénière finale, l’animateur-trice invitera chacun-e à expliquer pour quelles raisons il/elle peut s’identifier ou non au résultat. A ce moment, il est crucial d’entendre l’avis de chacun-e et de faire en sorte que les positions minoritaires soient également prises en compte. On procédera à une analyse pour savoir sur la base de quels arguments ou informations, ou en invoquant quels besoins, les opinions se sont formées ou ont été modifiées. L’animateur-trice devra également attirer l’attention sur l’importance de la dynamique de groupe, les pressions et influences en jeu ; sur la manière dont chacun-e a défendu ses propres positions, si celles-ci ont été entendues par les autres ; sur les raisons qui font que l’on s’est (ou ne s’est pas) rallié à l’opinion de la majorité.

Discussion

Cette méthode permet de définir son propre point de vue. Le rôle de l’animateur-trice n’est pas de donner sa propre position, mais de faciliter la prise de conscience des contradictions et des ambivalences. Il/elle peut, par exemple, rappeler des controverses entendues parmi les participant-e-s en évoquant des affirmations faites en sous-groupe et qui auraient été oubliées, montrer des intérêts contradictoires, ou encore avancer des arguments contraires. Il/elle créera ainsi une sorte de forum qui permet de différencier les arguments et de mieux comprendre tes points de vue en présence.

Attention

Si la pression à l’uniformité du groupe s’avère puissante, l’animateur-trice est davantage mis-e à contribution. Il peut alors être utile de parler aux participant-e-s de la dynamique de groupe, d’évoquer la position des leaders d’opinion et la difficulté de défendre seul une opinion contre celle d’un groupe et de résister à la pression de la majorité.

Durée

60 à 90 minutes selon l’intensité de la discussion.
Le questionnaire peut être adapté à loisir pour soulever d’autres types de questions.

Références

Maroshek-Klarman U. (1997) : Erziehung zur Demokratie. die Méthode des ADAM Institutes, Jérusalem.
Wolff-Jontofsohn, U. (1999) : Friedenspadägogik in Israel. Beiträge nichtstaatlicher Gruppen zur Bewaltigung gesellschaftlicher und politischer Konflikte. Schwalbach, Wochenschauvertag, Schriftenreihe des DIAK, Band 33.

Annexes

ANNEXE : QUESTIONNAIRE – ÉTRANGERS ET NATIONAUX

Je suis d’accord*, pas d’accord**

Je suis d’accord*, pas d’accord**

Notes

1 Cet exercice s’inspire de la méthode de l’institut ADAM à Jérusalem Education à la démocratie, et en particulier de la première partie Transformation d’un conflit en dilemme. Pour information, voir www.adaminstitute.org.il

2 A commander auprès du Pestalozzianum à Zurich www.pestalozzianum.ch/verlag

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1476/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1476/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 444k

© Éditions ies, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search