Version classiqueVersion mobile

Pédagogie de l’antiracisme

 | 
Monique Eckmann
, 
Miryam Eser Davolio

Modules

Module 15 : Identités et appartenances – Une activité de mise en route

Monique Eckmann

Texte intégral

Contenu

Cette activité constitue une bonne entrée en matière et sert de mise en route pour un processus de réflexion. Elle se combine avec les activités des autres modules. L’animateur-trice pose une série de questions sur les identités et les appartenances. A chaque énoncé, les participant-e-s qui se sentent concerné-e-s sont invité-e-s à se lever.

Groupe

Exercice qui peut se faire tout aussi bien en petit groupe de dix à vingt personnes que dans une grande salle de conférences. Se prête à des participant-e-s de tout âge.

Objectifs

Mettre en route un processus de prise de conscience de ses identités et appartenances. Cela vaut en particulier pour les personnes membres de la majorité, qui comprennent souvent leurs appartenances comme allant de soi. Par ailleurs, cet exercice permet également une sensibilisation envers les minorités. Cette activité révèle aussi bien des appartenances communes que des différences dans le groupe et permet aux participants d’en prendre conscience d’une façon collective. Elle permet aussi de montrer, dès le départ, que le racisme est un sujet qui implique chacun, en tant qu’individu et dans son rapport aux autres.

Réalisation

L’animateur-trice introduit très brièvement le thème des appartenances, des majorités et des minorités (voir chapitre 6). Ensuite, il/elle explique l’activité et commence par proposer les appartenances l’une après l’autre de façon bien audible et invite les participant-e-s à se lever s’ils/elles peuvent répondre par oui à la question. Il faut insister sur le fait qu’on peut se lever chaque fois que l’on se sent concerné, mais que personne n’est obligé de se lever. Chacun-e est libre de décider quand il/elle veut se lever. Les questions voir quelques exemples ci-dessous – seront choisies en fonction de la composition du groupe, de l’âge et du thème que l’on souhaite aborder par la suite.

Méthode

Cette méthode est une application de concepts de psychologie sociale, qui s’inspire plus particulièrement de la « théorie de l’identité sociale » (de Tajfel et Turner) ; elle est utilisée dans de nombreux modèles d’éducation interculturelle et d’éducation antiraciste. A partir des appartenances exprimées, on peut questionner les identités en présence et faire le lien avec des expériences de majorité et de minorité. De plus, tous/toutes les participant-e-s sont interpellés directement et peuvent ainsi prendre part activement, même dans un très grand groupe, ce qui peut s’avérer fort utile pour la suite du déroulement d’un programme. Dans cette activité, le fait de se mettre debout rend visible la diversité des identités et des origines. La façon de poser les questions, la manière de commenter une réaction dans le public – si possible avec un peu d’humour et un regard bienveillant mais critique – sera décisive pour favoriser un processus de dialogue entre personnes d’identités différentes.

Discussion

L’expérience personnelle est toujours présente dans cette activité, même pour ceux et celles qui choisiront de ne pas la faire partager aux autres. Une discussion des appartenances et identités questionnées n’est pas prévue, on pourra juste rendre les participant-e-s attentifs/ves au fait que pour certaines appartenances on rit et pour d’autres non, et que cela recouvre certainement une signification pour chacun-e.

Durée

10 à 30 minutes, selon le nombre d’appartenances proposées.

Variantes

1. Pour certaines questions, on peut aussi faire lever toute la salle, puis demander aux personnes concernées de s’asseoir en réponse aux questions, et cela jusqu’à ce que tout le monde soit assis.
2. Si dans un groupe il y a des personnes handicapées, par exemple en chaise roulante, on proposera de lever la main, ou un objet.
3. Une façon plus polarisante de conduire cette activité – intéressante dans des groupes jusqu’à quarante personnes – est de proposer aux personnes de se placer, selon des catégories proposées, à différents endroits de la salle. La consigne est de se placer, de s’observer soi-même et d’observer les autres. Cette façon de faire exclut les doubles appartenances, puisque l’on ne peut pas se trouver à deux endroits de la salle en même temps (alors qu’on peut se lever deux fois de suite). Une telle polarisation provoque parfois des remous importants parmi les participant-e-s qui chercheront à se placer, puis à se déplacer, ou encore à s’opposer aux catégories proposées. Puisqu’il s’agit de catégories imposées de l’extérieur, telles que la nationalité, les participant-e-s se voient obligé-e-s à un positionnement actif, voire de s’opposer aux catégories proposées et à en inventer d’autres (les binationaux, par exemple). Cette variante nécessite une discussion et une élaboration plus approfondies, mais elle permet de réfléchir de façon conséquente aux identités assignées et à la revendication de pouvoir choisir librement ses identités. Cette variante demande du temps !

Attention

Les identités interpellées devraient toujours avoir une relation directe avec le public et le sujet traité. Il s’agit toujours de vérifier que les questions ne soient pas trop intimes et n’exposent pas inutilement les participant-e-s.
La variante 3, plus polarisante, est réservée aux animateurs-trices expérimenté-e-s.

Questions

Les questions sont variables à l’infini et devraient être choisies en fonction du groupe et du sujet. Ci-dessous, quelques exemples en relation avec le thème de la migration et de l’asile :
– Qui dans la salle a un passeport suisse ? un passeport étranger ? les deux ?
– Qui parle le français comme première langue ? d’autres langues ? lesquelles ?
– Qui est né en Suisse ? dans un autre pays ? dans un autre continent ?
– Qui a un ou les deux parents qui sont nés en Suisse ? dans un autre pays ? dans un autre continent ?
– Qui a un ou plusieurs grands-parents qui sont nés en Suisse ? dans un autre pays ? dans un autre continent ? (Commentaire : de génération en génération en arrière, il y a plus de personnes qui ont un membre de leur famille né dans un autre pays.)
– Qui a déjà visité un centre pour requérants d’asile ?
– Qui a des membres de sa famille qui ont dû fuir autrefois ?
– Qui a dû fuir lui-même/elle-même ?
– Qui a des membres de la famille qui ont dû partir de chez eux pour chercher du travail ailleurs ?

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1475/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

© Éditions ies, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search