Version classiqueVersion mobile

Pédagogie de l’antiracisme

 | 
Monique Eckmann
, 
Miryam Eser Davolio

Modules

Module 14 : Aborder un conflit – Diversité des perspectives

Monique Eckmann et Miryam Eser Davolio

Texte intégral

Contenu

Discussion sur l’histoire de Janine (voir annexe à ce module). Les protagonistes de cette histoire ont chacun leur point de vue sur un conflit, qu’il s’agit d’aborder en quatre étapes. Il s’agit là d’une situation fréquemment rencontrée par tes adolescents. Elle est tirée du dossier pédagogique Vivre ensemble (Eckmann, Eser Davolio, Wenker, 2002), où l’on trouvera d’autres conflits du domaine de l’interculturel et du racisme. A compléter par diverses activités, comme écrire une lettre à un des personnages concernés, ou encore par un jeu de rôle qui reproduit la situation conflictuelle et permet d’envisager de nouvelles façons d’intervenir dans le conflit.

Groupe

Groupes d’adolescents, de jeunes adultes, et formateurs. Réponses aux questions en sous-groupes, discussion en plénière.

Objectifs

S’exercer à changer de perspective et découvrir la complexité d’une telle situation de conflit. Analyser les faits et différencier les points de vue ; puis mise en relation avec le contexte économique, social et politique.

Réalisation

Les participants lisent d’abord l’histoire de Janine. Ensuite, ils discutent les différents points de vue et opinions exprimés par les protagonistes et essaient de répondre aux questions (voir annexe). Durant la discussion, l’animateur-trice rend les participant-e-s attentifs/ves aux possibilités d’intervenir ou d’exprimer leur solidarité, pour montrer à quel point le déroulement d’une situation de conflit ou de discrimination dépend de la complicité, voire du silence, ou au contraire de l’opposition des témoins ou des spectateurs.

Méthode

Toute la complexité d’un tel incident doit être rendue visible dans l’analyse des différentes facettes. Il faut partir de ses propres perceptions subjectives, passer par les interprétations divergentes des différents personnages, pour arriver enfin aux solutions ou aux interventions possibles. Car c’est seulement la capacité de différenciation et de relativisation de son propre point de vue, donc d’un changement de perspective, qui permet de diminuer les préjugés de façon effective. De surcroît, il s’agit de faire découvrir des perspectives d’action et d’aider les jeunes à adopter des attitudes qui contribuent à promouvoir la paix. Tenter de se mettre à la place de l’autre, de discuter des différentes valeurs, de prendre conscience des dilemmes permet d’aller vers l’exercice d’une solidarité active.
Le concept pédagogique comporte en fait quatre étapes :
• la première partie, moi et les autres, traite de l’identité et de la différence ;
• la deuxième partie met en évidence des situations d’affrontements, de tensions ou de conflits ;
• la troisième partie comprend des informations supplémentaires sur le contexte, le conflit, les situations ;
• la quatrième partie vise à rendre actif : « Que pouvons-nous faire ? »

Discussion

L’histoire de Janine s’inspire de faits réels et représente une situation très courante : Janine a fait de mauvaises expériences avec un groupe de garçons qui la harcèlent. Son sentiment d’irritation et son malaise vont grandissant, et font naître des sentiments de plus en plus négatifs envers ce groupe, ce qui semble confirmer et renforcer les stéréotypes notoires au sujet de ce groupe. La colère bien compréhensible de Janine empêche, pour elle, toute perception nuancée.
Le harcèlement par les jeunes Albanais que la jeune fille subit est clairement à condamner. Cela vaut même si la connaissance du contexte dans lequel évoluent ces jeunes permet de fournir des clés de compréhension des mécanismes qui produisent une telle situation. Le rapprochement avec l’expérience de la jeune fille thaïlandaise, qui subit un harcèlement massif de la part d’hommes suisses, permet de montrer que sa position en tant que jeune fille étrangère est encore bien plus vulnérable. De plus, il s’avère que d’autres groupes d’hommes ont malheureusement recours à de telles pratiques sexistes qu’il faut toujours condamner.

Attention

Dans ce conflit, on trouve une double problématique : d’une part, un conflit qui relève du sexisme et, d’autre part, un conflit qui relève de la xénophobie ou du racisme, ce qui rend la situation assez complexe. Les deux formes de discrimination représentent une réduction de l’autre à une appartenance – le genre ou la nationalité – et fonctionnent selon le même principe. Il s’agit en conséquence, de veiller à ne pas jouer l’un contre l’autre, mais de montrer que la mise en interaction des points de vue permet de restaurer le dialogue.

Durée

40 à 50 minutes selon l’intensité de la discussion et la dynamique du groupe.

Références

Eckmann M., Eser Davolio M. et Wenker M.-C. (2001) : Vivre ensemble. Cahier pédagogique et dossier pour l’accompagnant, Lausanne : Editions lep.

Annexe : histoire de Janine

1Je m’appelle Janine et j’ai 15 ans. J’habite avec ma mère, mon frère est déjà parti de la maison, et je vois mon père un week-end sur deux. J’aime bien aller danser avec mes copines ou bien faire les magasins en ville. Parfois je me dispute avec ma mère, parce qu’elle ne veut pas que je rentre à la maison après minuit. Toutes les autres rentrent avec le dernier train, mais moi je dois rentrer toute seule avec le train de 23 heures. Elle est souvent après moi, pour le ménage, le rangement et Dieu sait quoi encore. Mais moi, je ne me laisse pas faire, et quand j’aurai 16 ans, je sortirai aussi longtemps que je voudrai. Elle devrait plutôt être contente, je connais des filles qui ont des petits amis plus âgés avec des voitures et qui ne sont pas à la maison avant 2 ou 4 heures du mat’.

2Ma meilleure amie, c’est Mélanie. Elle est très populaire auprès des garçons, mais elle n’a pas « sa langue dans la poche » ; quand elle n’aime pas quelqu’un, elle le lui dit en face. Dans notre groupe, il y a aussi une fille qui vient d’Albanie, elle s’appelle Belisha, mais ses parents sont hypersévères. Elle ne peut presque jamais venir avec nous, et bien sûr, pour la disco, c’est exclu. Elle doit beaucoup aider à la maison. A sa place, je ne pourrais pas le supporter. On n’arrête pas de lui dire qu’elle devrait leur dire ce qu’elle pense de temps en temps, mais elle répond que c’est impossible et qu’on ne peut pas comprendre. Je trouve que, puisqu’ils vivent en Suisse maintenant, ils devraient aussi s’adapter. On ne peut pas faire comme si on vivait dans une bulle. Et puis il y a Lisa. Sa mère vient des Philippines, c’est une très belle femme et Lisa aussi est très chouette !

3Parfois, ça m’énerve de voir des groupes de jeunes étrangers qui embêtent une personne ou qui la fixent d’un air bête. Par exemple, samedi dernier j’ai pris le train pour aller en ville. J’étais toute seule dans le compartiment, et voilà que quatre jeunes mecs, tous des étrangers, se sont assis près de moi. J’ai regardé par la fenêtre sans faire attention à eux. Puis il y en a un qui s’est mis à parler avec moi, mais il disait n’importe quoi, il ne savait même pas le français comme il faut, je ne l’ai pas regardé ; je bouillais de rage. Ils riaient entre eux et avaient l’air de se moquer de moi. Un d’eux n’arrêtait pas de se rapprocher de moi. Je l’ai regardé d’un œil mauvais, mais ça ne l’a pas du tout découragé, au contraire, il a continué ses manœuvres d’approche. Je me suis levée et j’ai voulu sortir, mais ils avaient tous étendu leurs jambes et je pouvais à peine passer. Lorsque j’ai trébuché et que j’ai dû me retenir à l’un d’eux, ils ont hurlé de rire. Mélanie est montée à l’arrêt suivant. Alors, je lui ai dit que ces sales types m’avaient embêtée et combien ça m’avait énervée.

4JANINE : Je me suis sentie totalement agressée, ils étaient tellement collants. Ce qui m’a énervée, c’est qu’ils n’ont pas du tout compris mon refus ou alors ils n’en ont pas du tout tenu compte. Ils m’ont carrément mise au pied du mur, et même pelotée. Non mais, qu’est-ce qu’ils croient, à la fin ! Ils peuvent peut-être faire comme ça avec leurs femmes, mais ici ils devraient se comporter différemment. C’est tous les mêmes. Le mieux, ce serait de renvoyer à la frontière tous les étrangers qui ne savent pas se tenir. On n’en a pas besoin chez nous, il y a bien assez d’étrangers comme ça.

5JANINE : Mélanie est allée directement vers les jeunes et leur a dit sa façon de penser, qu’ils ne devaient pas s’étonner s’ils n’avaient aucun succès avec les filles, vu leur façon débile de se comporter. Ils l’ont regardée d’un air bête et sont devenus tous silencieux. Mélanie et moi on est allées s’installer plus loin puis on est descendues à la gare centrale. Là, ils ont continué de nous regarder, mais à bonne distance ; puis ils se sont retirés.

6JANINE : Un peu plus tard, on a rencontré les autres copines à la gare centrale, Belisha l’Albanaise et Lisa, la copine qui a une maman philippine, et on leur a raconté l’histoire des types dans le train et combien ces sales étrangers sont toujours énervants. Et là, on a même failli se disputer !

© Éditions ies, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search