Version classiqueVersion mobile

Pédagogie de l’antiracisme

 | 
Monique Eckmann
, 
Miryam Eser Davolio

Modules

Module 13 : Visite d’une synagogue ou d’une mosquée

Miryam Eser Davolio

Texte intégral

Contenu

Visite d’une synagogue ou d’une mosquée avec un guide qualifié.

Groupe

Une classe entière ; dès l’âge de 10 ans.

Objectif

La transmission de connaissances de base sur une religion donnée permet aux jeunes de mieux comprendre les différences d’avec leur propre religion. C’est en effet souvent la méconnaissance qui conduit au rejet et à la méfiance.

Réalisation

Le groupe visite un lieu de culte et participe à la discussion qui suit. L’animateur-trice a uniquement un rôle d’organisateur-trice et n’intervient que pour poser certaines questions ou apporter des précisions, mais sans y consacrer trop de temps.
Le débat sera plus animé si l’animateur-trice a préalablement pris note de ce que pensaient et savaient tes jeunes avant la visite et qu’il/elle rapporte leurs propos dans la discussion. Dans le choix d’une synagogue ou d’une mosquée, il convient de tenir compte du fait qu’il existe diverses tendances religieuses. Dans le cas de la religion juive, cela va de la tendance orthodoxe à ta tendance libérale ; dans l’islam, il y a les sunnites et les chiites. Le mieux est de s’en tenir pour l’essentiel à la tendance majoritaire, tout en évoquant les autres et en faisant remarquer aux jeunes que la religion chrétienne compte aussi différentes confessions.

Méthode

La transmission d’informations est une méthode qui n’a que des effets limités au niveau des attitudes, car la dimension émotionnelle en est absente. Il n’en demeure pas moins qu’il faut savoir un certain nombre de choses pour pouvoir entrer en contact avec une autre religion. Une telle visite peut y contribuer. Il est important de répondre aux critiques que cela ne manquera pas de susciter de la part des jeunes, qui vont dire que de telles normes religieuses sont incompatibles avec te mode de vie actuel. Il convient d’évoquer à ce propos la grande diversité des orientations chrétiennes (depuis les Témoins de Jéhovah jusqu’aux gens qui quittent l’Eglise). Cela peut soulever la question de savoir à partir de quand une tendance religieuse impliquant une pratique stricte devient une secte – une question certes très délicate, mais donnant lieu à un débat passionnant.

Discussion

Après la visite et les explications du guide, les jeunes ont le temps de poser des questions. Il en résulte généralement des discussions intéressantes sur la compatibilité entre le respect des commandements religieux et la liberté de vie des jeunes. Il est alors important que t’animateur-trice signale que la religion chrétienne comporte elle aussi des préceptes et des interdits, dont beaucoup de jeunes n’ont même plus conscience.
Il peut être très intéressant d’aborder des questions touchant à la sexualité dans les différentes religions, car cela suscite en général un débat animé.

Attention

Il peut arriver que certains jeunes refusent de visiter une synagogue ou une mosquée par rejet pour une autre religion. De telles résistances se manifestent surtout au moment du « rituel d’entrée » ; mettre une kippa ou enlever ses chaussures peut être perçu comme une forme de soumission aux règles d’une autre religion. Dans une telle situation, la contrainte n’est pas de mise et il faut alors leur permettre d’attendre dehors. La dispense ainsi accordée à quelques jeunes peut cependant se répercuter négativement sur la motivation de leurs camarades ; aussi convient-il de confier aux élèves qui restent dehors une tâche à accomplir en rapport avec la visite (par exemple lire un texte et répondre à des questions) pour éviter l’impression qu’ils font l’école buissonnière.
La manière dont le guide (un chargé de l’enseignement religieux ou un étudiant) entre en contact avec les jeunes influence de façon déterminante la réussite de ce module. Au cours d’un entretien préalable, il s’agit de lui préciser le niveau de connaissances des jeunes qui participeront à cette visite, car ce type de visite est généralement prévu pour des adultes. Comme nous l’avons mentionné dans le chapitre 7, de telles visites peuvent aussi avoir des effets contre-productifs. Aussi convient-il d’évaluer préalablement si la classe en question a les dispositions et la capacité de concentration requises pour entrer en relation avec une autre religion.

Durée

30 minutes pour la visite ; les jeunes risquent de devenir passifs s’ils doivent s’en tenir trop longtemps à écouter. 20 à 40 minutes pour les questions, selon la participation et l’intensité du débat.

Références

Eckmann M., Eser Davolio M. et Wenker M.-C. (2001) : Vivre ensemble. Cahier pédagogique et dossier pour l’accompagnant, Lausanne : Editions lep.
Posselt R.-E. et Schumacher K. (1993) : Projekthandbuch : Gewalt und Rassismus, Mülheim an der Ruhr : Verlag an der Ruhr.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1473/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Éditions ies, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search