Version classiqueVersion mobile

Pédagogie de l’antiracisme

 | 
Monique Eckmann
, 
Miryam Eser Davolio

Modules

Module 12 : Entretien avec un-e survivant-e de la Shoah/de l’Holocauste

Miryam Eser Davolio

Texte intégral

Contenu

Rencontre avec un témoin qui parle de la Shoah/de l’Holocauste.

Groupe

En grand groupe (classe).

Objectifs

Il s’agit de réduire la distance temporelle et spatiale vis-à-vis de la Shoah. En effet, les jeunes ne se rendent souvent pas compte que des survivants et leurs descendants vivent parmi nous. Qu’une personne concernée en parle les pousse à réfléchir et à se demander comment on pourrait empêcher des génocides.

Réalisation

Le souhait de parler avec un-e survivant-e de l’Holocauste devrait venir des jeunes eux-mêmes. On a en effet constaté qu’un dialogue profitable est impossible si certains jeunes ont une attitude de méfiance ou de rejet ; cela peut en outre s’avérer trop pénible pour le témoin.
Des témoins peuvent être trouvés via les associations des survivants de l’Holocauste. Le témoignage de proches ou de descendants de victimes de l’Holocauste permet tout autant de réduire la distance et de toucher les jeunes.
Les jeunes devraient disposer d’un minimum de connaissances préalables, au sujet notamment de la situation historique et géographique dans laquelle a vécu le témoin (par exemple, occupation de la Hongrie et déportations). Il convient également de préparer des questions de portée générale ou philosophique en vue de la discussion qui suit le témoignage.

Méthode 

Les récits concernant la déportation, la vie dans le ghetto et dans le camp de concentration et la libération sont naturellement très touchants et rendent triste. De nombreux jeunes ont avoué que, jusque-là, l’Holocauste n’était pour eux qu’un chapitre très ancien de l’histoire et qu’il a maintenant un tout autre sens. Un tel entretien permet en effet d’établir une relation personnelle, de se mettre à la place du témoin et de se confronter à l’horreur d’un génocide. Il est important que le témoin parle aussi de sa vie quotidienne avant la persécution pour bien faire prendre conscience de la brutalité avec laquelle les lois raciales et la stratégie d’élimination du Troisième Reich ont anéanti la vie de milliers de gens.

Discussion

Après ce récit, les jeunes peuvent poser des questions et regarder éventuellement des photos ou d’autres documents apportés par le témoin. Il arrive que les jeunes soient tellement bouleversés que le dialogue peine à s’établir. Il convient alors de prendre son temps et de supporter ce silence, qui traduit la part de l’indicible.

Attention

Certains jeunes peuvent s’insurger contre un tel entretien, en arguant que l’on parle toujours de l’Holocauste et jamais des autres génocides (ce qui est une critique souvent formulée par les négationnistes). De telles objections doivent être prises en compte en associant éventuellement des témoins d’autres génocides (voir Gautschi & Meyer, 2001).
S’il s’avère que la manière dont le survivant raconte l’histoire devient trop fatigante pour les jeunes, l’animateur-trice devrait interrompre le récit et susciter des questions de la part des jeunes pour éviter qu’ils ne décrochent complètement.

Durée

30 minutes pour le récit (éventuellement plus, mais à condition que les jeunes disposent d’une bonne capacité de concentration) ; 30 à 60 minutes pour la discussion (voire plus), suivant les connaissances préalables des jeunes et l’intérêt qu’ils manifestent.

Références

Gautschi P. et Meyer H. (2001) : Vergessen oder Erinnern ? : Völkermord in Geschichte und Gegenwart, Zurich : Interkantonale Lehrmittelzentrale, Lehrmittelverlag des Kantons.

© Éditions ies, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search