Version classiqueVersion mobile

Pédagogie de l’antiracisme

 | 
Monique Eckmann
, 
Miryam Eser Davolio

Modules

Module 11 : Entretien avec un réfugié

Miryam Eser Davolio

Texte intégral

Contenu

Un réfugié parle de sa situation dans son pays d’origine et de sa fuite.

Groupe

Les jeunes écoutent, posent des questions, parlent éventuellement de leur propre expérience d’une fuite et discutent.

Objectif

Les jeunes sont généralement très impressionnés par ce type de récit, qu’ils gardent longtemps en mémoire (lors des enquêtes réalisées trois mois et un an plus tard, les jeunes ont dit très bien se souvenir de ces récits et y avoir souvent réfléchi). Même si le récit à proprement parler les met dans une position d’auditeurs apparemment passifs, les jeunes y prennent en fait une part très active.

Réalisation

Au préalable, il s’agit de prendre contact, via une organisation ou en cherchant parmi ses connaissances, avec un réfugié de guerre. Celui-ci doit avoir suffisamment élaboré sa propre expérience de l’exil pour pouvoir en parler avec la distance émotionnelle qui convient et décrire le plus objectivement possible les conditions qui prévalaient dans son pays d’origine. Une connaissance suffisante du français constitue un préalable, car on a constaté que les jeunes ont de la peine à rester attentifs lorsque le récit est par trop hésitant.

Méthode

Le témoin décrit de la manière la plus vivante possible la situation qui a conduit à ta guerre civile ; il raconte comment la haine s’est installée, comment le gouvernement est intervenu, comment les premières atrocités se sont produites et comment les médias en ont parlé. Les jeunes en apprennent ainsi plus sur le contexte et commencent à y réfléchir. Il est important que le témoin parle également de ce qu’était la vie avant la guerre en évoquant notamment la coexistence entre les différentes ethnies, pour montrer qu’une telle tragédie peut se produire « comme le tonnerre dans un ciel bleu ».

Discussion

Dès que le témoin a terminé le récit de la guerre civile, il faut que les jeunes puissent intervenir en posant des questions. En cours de discussion, l’animateur-trice peut aussi les solliciter en posant des questions : « Que feriez-vous si une telle situation se produisait chez nous ? » « Où pourriez-vous vous réfugier ? » Il est possible qu’il y ait dans le groupe des jeunes qui ont fait eux-mêmes l’expérience de la fuite ou dont le pays d’origine connaît une situation difficile. On peut également en parler. Cela donne généralement lieu à un débat nourri.

Attention

Les jeunes sont souvent friands de descriptions de scènes d’horreur vécues par des victimes d’une guerre civile. L’animateur-trice peut alors dire au témoin qu’il/elle lui laisse le soin de décider de la manière dont il entend relater les événements.
Comme pour tous les autres modules, l’animateur-trice ne devrait pas consacrer trop de temps à des questions qui l’intéressent personnellement, même si c’est parfois tentant dans le feu du débat.

Durée

30 minutes pour le récit (éventuellement plus, mais à condition que les jeunes disposent d’une bonne capacité de concentration) ; 30 minutes pour la discussion. Dès que le témoin a terminé le récit de la guerre civile, il faut laisser la place aux questions des jeunes.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1471/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© Éditions ies, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search