Version classiqueVersion mobile

Pédagogie de l’antiracisme

 | 
Monique Eckmann
, 
Miryam Eser Davolio

Modules

Module 10 : « Les chemins de l’exil » – Jeu de simulation

Miryam Eser Davolio

Texte intégral

Contenu

Les jeunes parcourent différentes étapes : s’enfuir de son pays, prendre la route de l’exil, demander l’asile.

Groupe

Les participant-e-s se constituent en familles de trois ou quatre personnes qui partent en exil ensemble.

Objectif

Se mettre à la place des réfugiés qui ont vécu dans la réalité la situation de devoir s’enfuir pour partir en exil.

Réalisation

Les différentes familles parcourent plusieurs étapes (a-f) qui peuvent être développées ou limitées en fonction des possibilités.
a) Le groupe entier écoute la description d’une situation de guerre civile ; dans notre cas, nous nous sommes inspirés de la situation à Sarajevo que nous avons transposée aux conditions et à la géographie locales (ville encerclée, voies d’approvisionnement coupées, voies de passage dangereuses). On leur suggère de fuir vers un pays limitrophe.
b) Chaque « famille » reçoit une feuille de papier sur laquelle elle peut noter trois choses qu’elle voudrait emporter dans sa fuite.
c) Ceux qui ont inscrit sur cette feuille une carte d’identité ou un passeport se voient offrir la possibilité d’acquérir de faux papiers (ils doivent alors remplir la copie d’un formulaire et aller faire des photos passeport dans le photomaton le plus proche), car le chaos créé par la guerre civile est tel que l’on ne peut plus obtenir de documents d’identité officiels.
d) La famille s’enfuit en traversant le fleuve sur un robuste bateau gonflable (attacher le bateau à une corde pour pouvoir le ramener). En fonction des possibilités à disposition, cet élément du module peut être remplacé par un autre exercice relevant de la pédagogie de l’aventure.
e) Formalités d’immigration dans te pays tiers, qui devrait être un territoire bien délimité – dans notre cas, il s’agissait d’un jardin botanique. Le/la fonctionnaire du service de l’immigration distribue les formulaires de demande d’accueil (dans notre cas, il s’agissait de formulaires originaux prévus pour l’immigration en Nouvelle-Zélande) que les participant-e-s doivent remplir ; le/la préposé-e ne parle que l’anglais (ça peut aussi être l’allemand ou toute autre langue étrangère). Certains groupes peuvent opter pour une entrée illégale, option qu’il convient d’admettre.
f) Discussion du vécu en séance plénière.

Méthode

Par ce jeu de simulation relevant de la pédagogie de l’aventure, les jeunes font l’expérience de certains des problèmes qui peuvent se poser lors d’une fuite. Ils sont ainsi amenés à accomplir certaines tâches en petits groupes, ce qui améliore considérablement la dynamique de groupe entre des participant-e-s qui ne se connaissent pas très bien.

Discussion

L’analyse du vécu réalisée immédiatement après permet d’élaborer te ressenti et de développer les différentes questions qui se sont posées au cours de cette fuite. Le récit d’une personne ayant réellement vécu une telle situation peut venir compléter la dramaturgie (voir module 11), ce jeu de simulation étant un bon exercice de préparation à une discussion sur le thème de la fuite.

Attention

En raison de son caractère aventureux, ce jeu de simulation est toujours apprécié par les jeunes. Il risque de dégénérer en partie de plaisir, s’il n’est pas suivi d’une analyse sérieuse et complété par d’autres éléments (rencontre avec des requérant-e-s d’asile, entretien avec un réfugié, etc.).

Durée

90 à 120 minutes en fonction des données géographiques locales.

Remarque

Au cas où ce jeu de simulation semblerait trop difficile à organiser, on peut s’adresser à l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR) – Lausanne, tél. 021 320 56 41, et Berne, tél. 031 370 75 75 – qui propose un jeu intitulé « Passages » qu’il met en œuvre dans les établissements scolaires. Ce jeu comporte des effets spéciaux (explosifs, porteurs d’uniformes armés, remorqueurs, etc.) permettant de se faire une idée plus concrète du drame vécu par les personnes qui ont dû s’enfuir de leur pays.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1470/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Éditions ies, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search