Version classiqueVersion mobile

Pédagogie de l’antiracisme

 | 
Monique Eckmann
, 
Miryam Eser Davolio

Modules

Module 9 : Visite d’un centre d’hébergement de requérants d’asile – Photomontage

Miryam Eser Davolio

Texte intégral

Contenu

Visite d’un centre d’hébergement de requérants d’asile par petits groupes mixtes équipés d’un appareil-photo polaroid. (Si possible, combiner cette activité avec celle du module 8 : interviews.)

Groupe

4 à 8 jeunes vont à la rencontre de 2 à 3 requérants d’asile ; si les groupes sont plus nombreux, il se produit un « effet zoo ».

Objectifs

Vivre des impressions inédites permet de dépasser les préjugés, de ressentir de la sympathie pour les demandeurs d’asile et de mieux comprendre leur situation difficile. L’élaboration de leurs perceptions et de leurs expériences vécues est cependant laissée aux jeunes eux-mêmes, la discussion générale ne leur fournissant que des suggestions.

Réalisation

Chaque groupe, muni de tickets de bus ou de tram et d’un appareil-photo polaroid, est envoyé dans un centre d’hébergement où vit l’un des demandeurs d’asile du groupe (prendre contact préalablement avec les jeunes requérants d’asile et avec le centre d’hébergement). Les jeunes sont priés d’y faire des photos de l’extérieur et de l’intérieur, ainsi qu’une photo du groupe (environ six à huit photos en tout). De retour en classe, ils sont invités à réaliser un photomontage sur une feuille cartonnée et d’ajouter de brefs commentaires sous les photos. Pour animer l’échange en chemin, on peut leur donner un questionnaire portant sur la vie dans le centre (par exemple règlement de maison, sphère privée, problèmes, cohabitation, repas, etc.).

Méthode

Le petit groupe favorise l’échange, surtout lorsque les jeunes se connaissent un peu mieux après les interviews réciproques réalisées au préalable (cf. module 8). Du fait de la présence des jeunes requérants d’asile, la visite prend un tour plus personnel et permet de recueillir des informations plus approfondies concernant les problèmes de la vie en commun, du manque d’espace, etc., que lors d’une visite ordinaire. Par ailleurs, une communication directe et spontanée s’établit entre les jeunes, ce qui favorise grandement l’empathie. Les photos de groupe contribuent particulièrement à ce processus de rapprochement. Aussi convient-il de dire aux responsables des centres qu’il n’est pas nécessaire que des adultes guident ou accompagnent ces visites et que les groupes poseront leurs questions aux responsables soit dans le bureau de la direction, soit dans la classe.
Il s’avère également positif qu’au retour des groupes, tous les jeunes puissent partager le repas de midi ou les dix heures, car cela leur permet de poursuivre l’échange ; cela permet en outre de résoudre le problème posé par le fait que les groupes vont mettre plus ou moins de temps pour effectuer cette visite.

Discussion

La discussion qui suit sert à analyser les expériences vécues ; on peut alors demander aux jeunes de faire part de leurs différentes impressions, de commenter certaines photos qu’ils ont prises. Il est important de demander aux jeunes comment ils se représentaient un centre d’hébergement de demandeurs d’asile avant d’en visiter un ; on constate alors qu’ils se les imaginaient nettement plus luxueux. Leur poser la question de savoir comment ils se sentiraient dans un tel centre, ce qui les dérangerait le plus, etc., les aidera à reconsidérer leurs points de vue.

Attention

Les jeunes éprouvent, généralement à juste titre, une certaine gêne à poser des questions aux autres ; à cet égard, les canevas d’interview peuvent être des moyens utiles pour approfondir le contact. De tels questionnaires peuvent aussi être remplis en chemin, dans un transport public, où certains jeunes ont généralement tendance à se tenir à l’écart.
S’il y a lieu de craindre que certains groupes ne fassent l’école buissonnière au lieu d’accomplir leur tâche, un accompagnement par des adultes s’impose.
Faisant souvent preuve d’une grande hospitalité, les jeunes requérants d’asile offrent parfois à manger et à boire au groupe dans leur chambre, ce qui n’est pas rien vu leurs moyens modestes.

Durée

60 minutes environ pour la visite à proprement parler ; le déplacement par les transports publics dépend de l’éloignement et des horaires ; l’analyse en commun qui suit prend entre 30 et 45 minutes.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1469/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© Éditions ies, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search