Version classiqueVersion mobile

Pédagogie de l’antiracisme

 | 
Monique Eckmann
, 
Miryam Eser Davolio

Modules

Module 8 : Rencontre avec des requérants d’asile Interviews

Miryam Eser Davolio

Texte intégral

Contenu

Par des interviews conduites selon un canevas donné, permettre aux jeunes – ceux résidant en Suisse et ceux y demandant asile – d’avoir un aperçu de leurs situations de vie respectives. (Si possible, combiner cette activité avec celle du module 9 : « Visite d’un centre d’hébergement de requérants d’asile. »)

Groupe

Un groupe de jeunes (Suisses et/ou étrangers avec un statut permanent) fait plus ample connaissance avec un groupe de jeunes demandeurs d’asile. Le mieux est de réaliser les interviews à deux, chacun des deux jeunes étant tour à tour interviewed et interviewé. S’il se trouve que les requérants d’asile sont moins nombreux que les jeunes Suisses, on peut adopter un rapport de un à deux.

Objectifs

La situation d’interview peut contribuer à changer les attitudes de deux manières. Au niveau émotionnel, cela implique un processus de rapprochement qui peut conduire à davantage d’empathie et de sympathie. Au niveau cognitif, les informations données à propos des différentes questions conduisent à une meilleure compréhension et à une position plus réfléchie.

Réalisation

Chaque jeune se choisit un partenaire et reçoit les deux canevas d’interview. L’un de ceux-ci comporte des questions à poser sur le pays d’origine, les circonstances du départ et l’arrivée en Suisse, tandis que l’autre porte sur la situation de vie des jeunes Suisses (famille, conditions de logement, école, loisirs, etc.). Ces deux canevas doivent aussi comporter des questions sur les craintes, les espoirs et les perspectives d’avenir, car cela donne un tour plus personnel aux entretiens.
Il s’est également avéré utile de proposer un second questionnaire, à propos de la situation de guerre civile (origines du conflit, acteurs, conséquences) et sur les conditions de vie (droits de l’homme, possibilités de trouver un travail, approvisionnement) dans le pays d’origine des demandeurs d’asile. Ce questionnaire est lui aussi rempli individuellement dans chaque groupe de deux ou de trois.
Pour mieux mettre à profit le temps disponible, on peut aussi donner aux jeunes cette tâche à réaliser pendant qu’ils se rendent dans le centre d’accueil de réfugiés – si une telle visite est prévue au terme du module.
Une fois remplies, les feuilles serviront à confectionner (avec de grandes feuilles semi-cartonnées) des tableaux d’information sur les différents foyers de crise.

Méthode

La situation d’interview permet aux jeunes de mieux faire connaissance avec leurs interlocuteurs et de leur poser des questions qu’ils ne formuleraient pas aussi directement sans cela. Ils prennent conscience de la différence de leurs situations de vie et peuvent aussi se découvrir des points communs, par exemple en matière de goûts musicaux ou de loisirs. L’objectif principal reste cependant de mieux comprendre les raisons pour lesquelles les requérants d’asile ont fui leur pays. Les réponses à des questions telles que : « qu’est-ce que tu as dû abandonner dans ton pays ? » peuvent montrer à quel point les biens matériels deviennent peu importants dans ces situations extrêmes, l’accent principal étant alors mis sur les relations familiales et le souci que l’on se fait pour des proches.

Discussion

Les interviews étant réalisées individuellement, il n’est pas opportun d’engager ensuite une discussion d’ensemble, car cela nuirait à l’intimité de l’échange. Seul le questionnaire sur les situations de guerre civile peut donner lieu à un débat.

Attention

Les jeunes demandeurs d’asile ne parlant ta plupart du temps pas encore assez bien le français, les questions doivent être formulées simplement. Si nécessaire, il faut proposer des interprètes – même si l’exercice linguistique vaut la peine en soi.
Il faut préciser explicitement que chacun a le droit de ne pas répondre à des questions qu’il ressent comme intrusives.

Durée

Selon le nombre de questions, les interviews durent de 15 à 20 minutes. Il faut compter autant pour l’interview sur la situation politique dans le pays d’origine, plus 20 minutes pour en discuter en grand groupe.

© Éditions ies, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search