Version classiqueVersion mobile

Pédagogie de l’antiracisme

 | 
Monique Eckmann
, 
Miryam Eser Davolio

Modules

Module 7 : Que savons-nous au sujet des réfugiés ? Un quiz

Miryam Eser Davolio

Texte intégral

Contenu

Le quiz peut servir d’introduction à une intervention sur le thème de la fuite, de l’exil et de l’asile.

Groupe

Le mieux est d’utiliser ce module avec un groupe mixte de Suisses et de jeunes requérants d’asile. Après s’être rapidement présentés les uns aux autres, ils constituent le public mélangé du jeu-concours.

Objectifs

Transmettre des informations générales sur le thème de l’exil et de l’asile. La participation des jeunes des deux groupes/classes donne une tournure personnelle à l’intervention. Il s’agit de relativiser et de nuancer les opinions des jeunes en matière de politique d’asile, notamment en ce qui concerne la capacité d’accueil de la Suisse et les prétendus privilèges dont bénéficieraient les demandeurs d’asile.

Réalisation

Les questions du quiz sont formulées oralement et reportées sur un tableau-papier, de manière qu’elles soient plus facilement comprises des jeunes requérants d’asile. Les bonnes réponses ne sont pas récompensées ; il n’est pas nécessaire d’organiser un concours entre les deux groupes. L’expérience a en effet montré que les questions posées sont à elles seules suffisamment stimulantes pour que les jeunes aient envie de participer. Les jeunes sont invités à trouver la bonne réponse et à la donner (on constate en général que les jeunes requérant-e-s d’asile n’en connaissent guère plus sur ce sujet, qui pourtant les touche directement). Si aucune réponse n’est donnée spontanément à l’une des questions, l’animateur-trice du jeu peut interpeller directement quelques jeunes. Si l’animateur-trice en sait plus sur les causes d’exil et les situations prévalant dans les pays d’origine des requérants d’asile présents, il/elle peut en faire part au cours de la discussion et questionner ces jeunes sur la situation de guerre civile dans leur pays ; cela ne doit se faire que dans la mesure où c’est utile pour mieux expliquer les problèmes, en évitant d’instrumentaliser les jeunes demandeurs d’asile, qui doivent être libres de répondre ou non à ces questions.

Méthode

Les jeunes participant-e-s prennent conscience du fait que ce ne sont pas les pays industrialisés et riches qui accueillent le plus grand nombre de réfugiés, mais bien des pays du Tiers Monde tels que l’Iran, le Pakistan ou la Tanzanie. Au cours du jeu, ils apprennent aussi d’où viennent les jeunes requérants d’asile et combien les foyers de crise sont nombreux à travers le monde. La réponse à la question relative à la somme que reçoivent les demandeurs d’asile par jour pour se nourrir et pour leurs dépenses personnelles (c’est la seule question à laquelle on demande aux jeunes requérants d’asile de ne pas répondre) est en général source d’étonnement, lorsque les jeunes Suisses sont amenés à se demander ce qu’ils pourraient faire avec 13 francs par jour.

Discussion

Certaines questions peuvent susciter de brèves discussions. Il faut cependant garder à l’esprit que ce module est conçu comme une introduction ; il convient donc de renoncer à entrer dans de longs débats, qui pourront avoir lieu ultérieurement, lorsque les jeunes auront appris à mieux se connaître.

Attention

Il convient d’être prudent lorsqu’on interroge les jeunes demandeurs d’asile. Il arrive en effet souvent qu’ils n’aient pas encore suffisamment élaboré leur expérience pour pouvoir en parler. Par ailleurs, certains d’entre eux ne parlent pas suffisamment bien le français pour pouvoir s’exprimer devant le grand groupe. Il vaut mieux laisser le maître/la maîtresse de classe du centre d’accueil les interroger, car il/elle les connaît souvent suffisamment pour le faire.

Durée

20 à 40 minutes, selon l’intensité de la discussion.

Annexes

Annexe : quiz

Questions

1. Dans quel pays y a-t-il le plus grand nombre de réfugiés ?

2 Quels sont les pays qui viennent en deuxième et en troisième position ?

3. Pourquoi y a-t-il autant de réfugiés dans ces pays ?

4. Depuis quand la guerre en Afghanistan est-elle en cours ?

5. Comment la plupart des réfugiés prennent-ils la fuite ?

6. Quel est le pays européen qui accueille le plus grand nombre de réfugiés ?

7. Qu’est-ce qu’un réfugié politique ?

8. Pendant combien de temps un requérant d’asile nouvellement arrivé en Suisse a-t-il l’interdiction de travailler ?

9. Un jeune requérant d’asile peut-il faire un apprentissage en Suisse ?

10. En Suisse, combien d’argent un requérant d’asile reçoit-il par jour pour se nourrir et pour ses dépenses personnelles ?

Réponses

1. Pakistan.

2. Iran, puis Tanzanie (les statistiques actualisées sont accessibles sur Internet : www.unhcr.ch).

3. Au Pakistan et en Iran à cause de la guerre en Afghanistan ; en Tanzanie à cause de la guerre au Congo.

4. La guerre sévit en Afghanistan depuis 1980.

5. A pied ou en utilisant des moyens de transport modestes, tels que des charrettes, des bus ou des camions.

6. L’Allemagne.

7. Personne en exil pour raisons de persécutions en rapport avec l’appartenance à une race, une religion, une nationalité ou avec des opinions politiques.

8. Six mois.

9. Non, car il ne peut pas satisfaire aux exigences d’un contrat d’apprentissage, puisqu’il peut être renvoyé à tout moment.

10. Treize francs par jour.

Remarque : Il vaut mieux écrire les questions sur un tableau, afin que les jeunes demandeurs d’asile parlant mal le français tes comprennent mieux.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1467/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 217k

© Éditions ies, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search