Version classiqueVersion mobile

Pédagogie de l’antiracisme

 | 
Monique Eckmann
, 
Miryam Eser Davolio

Modules

Module 6 : Appels à SOS Racisme – Classer des incidents racistes4

Monique Eckmann

Texte intégral

  • 4 Ce module a été développé en collaboration avec l’ACOR SOS Racisme au cours de la recherche-action (...)

Contenu

Les participant-e-s sont invité-e-s à noter un ou plusieurs incidents de racisme qu’ils/elles ont vécus ou observés. Ils/elles consignent ces incidents, en les décrivant par quelques mots-clés. Les cas sont collectionnés, lus en commun, puis classés et discutés.

Groupe

Exercice en plénière, convient pour adolescent-e-s dès 15 ans et pour adultes.

Objectifs

Observation d’incidents racistes dans l’environnement quotidien, professionnel ou privé. Montrer les différents formes et niveaux où les incidents racistes peuvent se produire. Sensibilisation à des formes de racisme moins visibles et moins discutées que ceux relatés par les médias, tels le racisme institutionnel et les abus de pouvoir de personnes en fonction.

Réalisation

L’animateur-trice invite tes participant-e-s à se remémorer quelques incidents racistes vécus ou observés. Au besoin, les participant-e-s se mettront par deux pour se raconter un incident qu’ils/elles souhaiteraient annoncer par un appel au téléphone SOS Racisme.
Ensuite, on distribuera des « Post-it », sur lesquels les participant-e-s notent les incidents vécus par eux/elles-mêmes ou dont ils/elles ont été témoins, en décrivant par quelques mots-clés un incident par fiche. Toutes les fiches sont rassemblées ; elles constituent tes « appels » à SOS Racisme et sont affichées de sorte que tout le monde puisse les lire. En passant en revue chaque cas, parfois en demandant des précisions supplémentaires, on tente collectivement de les classer par catégories.
L’animateur-trice propose un type de classement en quatre catégories en se référant à la recherche-action avec le téléphone SOS Racisme (voir typologie en annexe), mais au départ sans donner les noms des catégories, en laissant peu à peu le soin aux participant-e-s de rajouter les nouveaux cas dans ce classement. Puis les participant-e-s sont invité-e-s à donner un nom significatif à chaque catégorie et à réfléchir aux critères de classement utilisés.
Enfin, on pourra comparer le classement avec la typologie. Cela permet de montrer comment ces catégories sont nées dans le cadre de la recherche-action. Ensuite, on pourra se demander, pour chaque fiche, pourquoi les victimes ont « appelé » SOS Racisme, ce qu’elles ont exprimé, et ce que la personne qui a « appelé » souhaiterait qu’il soit entrepris pour qu’elle puisse se sentir mieux.
Les animateurs-trices qui connaissent suffisamment bien la question de l’aide aux victimes pourront développer, dans une deuxième partie, des réflexions à propos du soutien à apporter aux personnes concernées : Quels sont les besoins des personnes victimes dans chacun de ces cas ? Quel soutien leur serait utile ? Comment pourrait-on intervenir ? La loi pénale contre le racisme serait-elle applicable dans cette situation ? Paraîtrait-elle utile aux yeux des participant-e-s ? Y a-t-il d’autres possibilités de venir en aide aux victimes ? Un ou deux cas choisis pourront faire l’objet de jeux de rôles pour tenter de trouver un moyen d’aider les personnes qui auraient appelé, selon les souhaits qu’il faudra essayer de reconstituer.

Méthode

En partant des expériences des participants, on peut créer une relation personnelle avec le sujet du racisme. La catégorisation rend souvent saillant le fait que le racisme institutionnel et les abus de pouvoir sont sous-estimés et le racisme interpersonnel surestimé. La comparaison avec les pourcentages d’appels enregistrés lors de l’étude (voir chapitre 3 ou annexe à ce module) montre combien notre perception est influencée par les faits rapportés par les médias, et qu’il faut relativiser la part des incidents interpersonnels.
Cet exercice peut ainsi aider à se rendre compte du peu de visibilité de certains types d’incidents racistes.

Discussion

Les résultats de la recherche-action peuvent être discutés en plénière et on pourra compléter les cas proposés par les participant-e-s par d’autres exemples pour des catégories qui seront restées « vides » durant l’exercice. Il est important de soutenir la recherche des participant-e-s par des questions ciblées.

Attention

Si un-e participant-e montre des réticences pour parler plus en détail d’un cas annoncé « au téléphone », il ne faut pas insister. Avec un peu de réflexion, le groupe trouvera suffisamment de cas pour qu’il y ait matière à discussion.

Durée

30 à 45 minutes ; avec jeu de rôle, 70 à 90 minutes.

Références

Pour en savoir plus sur la façon de travailler avec les victimes, consulter :
Eckmann M., Salberg A.C., Bolzman C. et Grunberg K. (2001) : De la parole des victimes à l’action contre le racisme. Bilan d’une recherche-action en Suisse romande, Genève : éditions ies ;
ou prendre contact avec l’ACOR - SOS Racisme 0800 55 44 43

Annexes

ANNEXE : TYPOLOGIE DES DIFFÉRENTES FORMES DE RACISME ?

Notes

4 Ce module a été développé en collaboration avec l’ACOR SOS Racisme au cours de la recherche-action (cf. chapitre 3).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1466/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1466/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 544k

© Éditions ies, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search