Version classiqueVersion mobile

Pédagogie de l’antiracisme

 | 
Monique Eckmann
, 
Miryam Eser Davolio

Modules

Module 5 : Courage civique – Jeu du sauveteur

Miryam Eser Davolio

Texte intégral

Contenu

Jeu de mise en situation (adapté d’après Posselt & Schumacher, 1993) visant le développement d’une stratégie de groupe en vue de protéger la victime contre son agresseur.

Groupe

Au minimum dix participant-e-s, à partir de 10 à 12 ans.

Objectif

Cet exercice renforce la capacité de s’associer avec d’autres personnes présentes lorsque l’on est témoin d’une agression dans la vie quotidienne et de manifester sa solidarité avec la victime.

Réalisation

Deux ou trois participant-e-s sont désigné-e-s comme agresseurs ; ils/elles reçoivent chacun-e un rouleau de papier journal (roulé en diagonale et collé) et ont pour tâche de repérer la victime désignée et de l’emmener ; ils/elles ont le droit de se servir de leur « arme » à cet effet.
A l’insu des agresseurs, on désigne une ou deux victimes, qui reçoivent un signe distinctif qui doit être visible dans leur dos (un mouchoir glissé à moitié dans la ceinture du pantalon ou une étoile jaune).
On explique aux participant-e-s restant-e-s qu’ils/elles doivent développer une stratégie permettant de protéger le plus longtemps possible les victimes contre les persécutions qui les menacent.

Méthode

En jouant la situation, les participant-e-s apprennent comment les témoins peuvent devenir des sauveteurs, s’ils font preuve de créativité et de ruse de manière à dérouter les agresseurs en leur désignant de fausses victimes, en abritant les vraies victimes ou en tenant les agresseurs en échec. Une telle stratégie requiert essentiellement une entente et une cohésion au sein du groupe. L’expérience montre que la communication ne se développe de façon optimale qu’après plusieurs jeux.

Discussion

L’analyse du jeu consiste à évaluer tes différentes stratégies appliquées et à identifier les problèmes qui ont surgi dans le groupe : qu’est-ce qui a cloché ? qu’ont ressenti les victimes ? à partir de quand la stratégie a-t-elle fonctionné ? les agresseurs se sont-ils laissés emporter par leur agressivité ?
Il s’agit ensuite d’établir un lien avec le thème abordé, par exemple avec la Shoah et les personnes qui ont sauvé des Juifs, les réfugiés clandestins, le courage civique au quotidien, et d’appliquer les expériences vécues à d’autres situations.

Attention

Selon la composition du groupe, le jeu risque de devenir tumultueux et de déraper. Dans ce cas, il est conseillé de renoncer aux rouleaux de papier journal et d’opter pour un mouchoir à arracher.

Durée

Un « round » dure de 10 à 20 minutes selon le degré de subtilité de ta stratégie choisie. Nous recommandons d’organiser plusieurs « rounds » successifs, la durée requise étant alors de 30 à 60 minutes.

Références

Fogelmann E. (1994) : Conscience and Courage, New York : Doubleday.
Latane B. et Darle, J. M. (1970) :
The unresponsive Bystander-Why doesn’t he help ?, New York : Appleton-Century-Crofts.
Oliner S. et P. (1988) :
The Altruistic Personality. Rescuers of Jews in Nazi Europe, New York : The Free Press.

Annexe : que sait-on de ces personnes qui ont sauvé des Juifs ?

1Qui étaient donc ces gens qui ont mis en péril leur propre vie et celle de leur famille pour venir en aide à d’autres ? Et que peut-on apprendre du comportement et de la structure de personnalité de ces « sauveteurs » ?

2Dans son ouvrage Conscience and Courage (1994), la psychologue Eva Fogelmann a cherché à répondre à ces questions. Pendant plusieurs années, elle a en effet recherché des « Justes » encore en vie pour les interroger sur leurs motivations. Elle rapporte ainsi des histoires qui vont de gestes occasionnels d’humanité jusqu’aux actions de grande envergure d’un Oskar Schindler ou d’un Raoul Wallenberg.

3Nous nous inspirons de cet ouvrage pour donner quelques éléments d’information.

4Dès le début du nazisme, les « sauveteurs » se sont distingués des « suiveurs » en gardant leur jugement personnel malgré te feu roulant de la propagande nazie. Pour eux, les juifs et les autres catégories de personnes persécutées étaient avant tout des êtres humains, tandis que le régime réussissait à émousser la sensibilité de la majorité des gens en propageant la doctrine des « parasites du peuple » et des « sous-hommes ».

5Lorsqu’un sauveteur avait décidé de passer à l’action – faisant fi des interdictions et des menaces du régime nazi –, sa vie entière s’en trouvait changée. Il devait être prêt à abandonner les valeurs traditionnelles qui étaient les siennes jusque-là pour se mettre au service d’un principe supérieur. Mentir, voler, soudoyer, flatter, parfois même tuer – autant de comportements qu’un sauveteur devait pouvoir adopter. Il se trouvait aussi en proie à des sentiments terribles : la peur d’être pris, des sentiments de culpabilité parce qu’il mettait en péril sa propre famille, la colère contre les oppresseurs, la tristesse de ne pas pouvoir en faire plus. De surcroît, dans le climat de méfiance généralisée qui prévalait alors, il ou elle devait cacher soigneusement tous ces sentiments, car un mot de travers ou un geste inapproprié pouvait entraîner la mort des personnes concernées. Cela exigeait des aptitudes à changer sans cesse de rôle, à faire semblant de collaborer avec le régime et à inventer toujours de nouvelles combines pour faire face aux problèmes posés par l’action de sauvetage. Nombreux sont les sauveteurs qui ont ainsi fait preuve d’une imagination et d’une créativité incroyables. A titre d’exemples :

  • Lorsque l’un des Juifs qu’il cachait est tombé gravement malade, son sauveteur polonais, Wladislav Misiuna, s’est infecté avec le sang du malade et s’est rendu chez le médecin, qui a ainsi pu diagnostiquer la maladie et prescrire un médicament que Misiuna a alors partagé avec son protégé.

  • Une Hollandaise a caché dans son appartement une Juive enceinte ; la situation étant appelée à durer, cette femme a mis de plus en plus de coussins sous ses vêtements, jusqu’au moment où elle a soi-disant mis l’enfant au monde. Ayant simulé la grossesse, elle a pu se procurer des couches, du lait et tout le reste sans éveiller de soupçons.

6Le processus de sauvetage comprend les étapes suivantes (cf. Latane & Darley, 1970) :

  • le constat : quelque chose ne joue pas ;

  • l’interprétation : une personne a besoin d’aide ;

  • la propension à prendre la responsabilité d’apporter cette aide ;

  • le choix des moyens appropriés ;

  • la mise en œuvre de l’action d’assistance.

7Nombreux sont les sauveteurs qui disent que cette époque de résistance pleine de dangers a été la période la plus intense et la plus heureuse de leur vie, car ils s’y sentaient complètement eux-mêmes en faisant quelque chose qui les élevait à leurs propres yeux au-dessus de la masse des suiveurs. C’était un état psychologique exceptionnel, qui a parfois duré des années et qui sollicitait à l’extrême toute l’énergie mentale et physique disponible. Les sauveteurs interrogés par Eva Fogelmann (1994) ont souvent décrit leur motivation de la manière suivante : « je devais le faire, tout simplement », « si je n’avais pas aidé ces gens, je n’aurais pas pu continuer à vivre ». Fogelmann distingue trois types de sauveteurs :

  • les sauveteurs qui ont agi conformément à leur conscience, à leur morale (mobiles philosophiques, religieux ou émotionnels) ;

  • les judéophiles (personnes ayant un rapport personnel particulier avec les Juifs et la culture juive) ;

  • les « professionnels scrupuleux », tels que médecins, diplomates, psychologues, travailleurs sociaux, infirmières, qui se sentaient liés par leur éthique professionnelle même lorsque celle-ci était en contradiction avec la doctrine raciste.

8Le groupe des « professionnels scrupuleux » se distingue généralement par un caractère fier et indépendant ; c’est le cas notamment d’Adelaïde Hutval, femme médecin française qui a refusé de participer aux expériences de stérilisation de ses «  confrères » nazis. L’un de ces médecins lui ayant demandé : «  Ne voyez-vous donc pas que ce sont des personnes totalement différentes ? », elle lui a répondu : « Il y a beaucoup de gens qui sont très différents de moi, à commencer par vous-même ! » Cela lui a valu d’être déportée à Auschwitz. Elle a survécu.

9Après l’occupation de son pays, un médecin polonais, Feliks Kanabus, s’est spécialisé dans une chirurgie plastique d’un type particulier : à partir de morceaux de peaux prélevés sur d’autres parties du corps, il reconstituait des prépuces ; il a ainsi transformé cent quarante Juifs en « aryens », les sauvant d’une arrestation par les nazis.

10Beaucoup de diplomates ont mis à profit leur position pour fournir des papiers et des passeports à des personnes persécutées qui ont ainsi pu fuir ; c’est le cas notamment d’Angel Sanz-Briz, diplomate espagnol, qui a mis en place une véritable organisation d’évasion en risquant sa vie en permanence.

11Un nombre important de sauveteurs étaient actifs dans des organisations clandestines ou des réseaux religieux et politiques. L’exemple probablement le plus célèbre de ces réseaux est celui des groupes de résistants danois qui, en 1943, ont réussi, après une mise en garde de l’attaché allemand Georg Duchwitz, à transférer en bateaux de pêche la quasi-totalité des Juifs danois vers la Suède, les sauvant ainsi de la déportation prévue.

12Les membres de tels groupes de résistance ont puisé leur force morale de leurs liens de solidarité avec d’autres personnes animées du même sentiment et de ta certitude d’agir efficacement contre les oppresseurs. Le village du Chambon-sur-Lignon, dans le centre de la France, est particulièrement célèbre à cet égard. Pratiquement tous les habitants de ce village, les autorités, le pasteur, les associations ont organisé la fuite de centaines de personnes persécutées. Les ancêtres de ces sauveteurs étaient des Huguenots, une communauté religieuse qui avait elle-même subi des persécutions et une oppression épouvantables au XVIIe siècle.

13Même si les sauveteurs ont été très différents les uns des autres, ils semblent cependant avoir eu un point commun : un noyau indestructible de valeurs transmises dès l’enfance. A la maison, ils ont appris à être tolérants vis-à-vis des personnes différentes et, dans bien des cas, leurs parents leur ont donné l’exemple. Frieda Suss, qui a aidé les Kissinger – la famille du futur ministre des affaires étrangères des Etats-Unis – dans sa fuite, raconte, par exemple, comment sa mère, une simple paysanne, avait fait face, avant la guerre déjà, à un groupe de gens qui pourchassaient des Juifs orthodoxes à travers le village. Elle s’était campée devant eux en leur criant : « Arrêtez, bande d’imbéciles. Ce que vous faites n’est pas bien. Ne jugez pas les gens sur leur apparence, mais sur la manière dont ils se comportent envers vous ! » Le groupe s’était alors dispersé ; l’assurance et la détermination avec lesquelles cette femme était intervenue avaient suffi à protéger les victimes, du moins pour un moment.

14Bien qu’il ne soit pas possible de définir précisément un style d’éducation qui aurait contribué à développer des qualités particulières chez ceux qui ont aidé les Juifs, on peut retenir ici que la plupart d’entre eux avaient développé très tôt une certaine autonomie intellectuelle et affective, Ils étaient habitués à se former un jugement personnel et à supporter de ne pas faire partie de la majorité.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1465/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

© Éditions ies, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search