Version classiqueVersion mobile

Pédagogie de l’antiracisme

 | 
Monique Eckmann
, 
Miryam Eser Davolio

Modules

Module 4 : Courage civique – Mise en situation

Miryam Eser Davolio

Texte intégral

Contenu

Mise en scène d’un acte de discrimination raciste avec la complicité d’un acteur et jeux de rôles sur des situations analogues.

Groupe

Dans un moyen de transport public, le groupe assiste, sans savoir qu’il s’agit d’une mise en scène, à un incident au cours duquel un passager insulte un étranger ou un requérant d’asile. Leurs différentes réactions sont ensuite discutées en classe, puis les élèves participent à des jeux de rôles sur des situations semblables qu’ils ont vécues.

Objectifs

En leur faisant vivre une telle agression en direct, on vise à créer chez eux une sorte d’état d’alerte qui leur permettra de réagir plus vite et plus adéquatement s’ils se trouvent confrontés à de telles situations. Les jeux de rôles organisés ensuite contribuent à cette sensibilisation et leur donnent l’occasion d’exercer leur courage civique sous forme de jeu.

Réalisation

Ce module exige une certaine préparation, puisqu’il faut trouver un acteur professionnel (ou un amateur doué) et lui faire comprendre son rôle ; mais il crée un effet de sidération qui, une fois dissipé, s’avère très motivant pour les jeux de rôles qui suivent. La victime désignée peut être un élève étranger reconnaissable en tant que tel (dans le cas de la recherche décrite au chapitre 4, c’était un jeune demandeur d’asile de la classe de réfugiés avec laquelle nous avions passé la journée), qui aura été mis au courant, mais n’en dira rien. L’acteur monte dans le tram ou le bus en même temps que les élèves ; il commence à insulter sa victime en tenant des propos racistes et en s’en prenant à la « racaille étrangère» en général. L’animateur-trice se tient à l’écart, comme s’il/elle ne se rendait compte de rien. Pour éviter que la situation ne s’envenime, l’acteur descend à l’arrêt suivant, pour réapparaître peu après dans la classe.
Là, il demande aux jeunes de raconter des situations semblables qu’ils ont vécues et les met en scène avec eux (on peut disposer des chaises et des tables en guise de compartiments, etc.). On demande alors aux acteurs et à toute la classe de dire comment on aurait pu réagir pour stopper l’agresseur, détendre la situation et témoigner de la solidarité envers la victime.

Méthode

Les jeunes apprennent ce qu’est ou ce que pourrait être le courage civique et peuvent expérimenter, en situation réelle ou par les jeux de rôles, comment on peut se solidariser avec la victime et remettre l’agresseur à sa place. Les jeux de rôles leur permettent de mettre en scène les comportements possibles en pareille situation. Les élèves de la classe qui sont étrangers ou qui ont une autre couleur de peau et qui ont subi de telles agressions sont alors invités à jouer le rôle de l’agresseur, afin que les jeunes Suisses puissent se rendre compte de ce que l’on éprouve en tant que victime.
Certains jeunes peuvent hésiter à évoquer de telles situations, par gêne de parler ouvertement de blessures subies. Mais une fois la glace brisée, quand un ou deux jeux de rôles ont été joués, les plus introvertis arrivent, eux aussi, à parler de leurs propres expériences.

Discussion

La discussion qui suit devrait porter sur les sentiments et les réflexions suscités par les situations mises en scène. Il peut s’agir, par exemple, de la crainte de subir soi-même des manifestations d’agression en faisant preuve de courage civique, de ne pas bénéficier du soutien des autres personnes présentes, ou encore de la difficulté à oser intervenir personnellement dans une telle situation.

Attention

Il ne faudrait pas que les jeunes soient amenés à avoir honte de leur manque de courage civique. Il faut qu’ils puissent réfléchir à comment ils pourraient mieux réagir s’ils se retrouvaient dans une situation semblable.
En imaginant les jeux de rôles, les jeunes vont certainement évoquer aussi des agressions commises par des « bandes » d’étrangers à l’encontre de Suisses et ce sujet doit également être abordé. Mais il est important de leur demander de préciser s’ils ont réellement vécu eux-mêmes la situation qu’ils évoquent ou s’ils en ont seulement entendu parler.

Durée

La scène se déroulant dans un moyen de transport public ne dure que quelques minutes ; les jeux de rôles et la discussion prennent entre 60 et 90 minutes.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1464/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© Éditions ies, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search