Version classiqueVersion mobile

Pédagogie de l’antiracisme

 | 
Monique Eckmann
, 
Miryam Eser Davolio

Modules

Module 3 : Comment parler avec un skinhead

Monique Eckmann

Texte intégral

Contenu

Les jeunes prennent connaissance du texte « Rencontre avec Samuel, un skin » (voir annexe à ce module). Ils réfléchissent à ce que les propos de ce skinhead provoquent chez eux, pour savoir ce qu’ils aimeraient lui dire ou lui écrire, puis le formulent par écrit.

Activité

Rédaction, seul ou à deux, d’une lettre ou du scénario succinct d’une conversation. La discussion se poursuit en groupe à partir de la lettre en annexe.

Objectif

En rédigeant une lettre qui s’adresse à un skinhead, les jeunes se mettent en situation de dialogue imaginaire avec un skinhead.
A propos du sujet des jeunes et de l’extrémisme de droite, il est toujours difficile d’évaluer si on court le risque de banaliser (en disant « mais ce sont des histoires de jeunes, ça lui passera tout seul ») ou le danger de dramatiser outre mesure (« c’est un nazi, il faudrait le condamner et l’enfermer »). En fait, il s’agit de réfléchir pour savoir comment on peut à la fois se distancer clairement des idées proférées par quelqu’un sans pour autant repousser ou exclure cette personne elle-même. L’objectif est, d’une part, de thématiser ses propres réactions et, d’autre part, de réfléchir pour savoir comment on pourrait instaurer un dialogue constructif avec un skinhead.

Réalisation

1. Les participants lisent « Rencontre avec Samuel, un skin ».
2. Ensuite chacun parle de ses réactions et sentiments sans que les autres l’interrompent ou cherchent à le contredire. Ils essaient d’entendre les réactions, même contradictoires, et de prendre connaissance des divers points de vue sans porter de jugement sur les personnes.
3. Chacun pour soi, ou à deux, ils écrivent une lettre ou une brève déclaration à Samuel.
4. A la fin, on pourra comparer ces lettres avec celle éditée dans une revue (voir annexe à ce module), et discuter quels arguments et principes sont mis en avant.

Discussion

L’animateur-trice doit veiller à ce que personne ne se trouve réduit au silence, de manière à démontrer qu’il est possible de dialoguer même avec une personne avec qui on est en complet désaccord.
Parce que l’autre – dans ce cas, le skinhead – doit pouvoir faire part de ses expériences et être pris au sérieux. C’est une condition, pour que lui-même soit ensuite en mesure d’écouter les autres. Dans l’espace restreint d’un groupe, il se passe la même chose qu’au niveau de la société : on a tendance à exclure les gens qui pensent autrement. Rappelons cependant que le fait d’écouter n’implique pas que l’on soit d’accord. Par contre, il convient de toujours définir très clairement les limites de l’acceptable et de ne tolérer aucune humiliation ou attaque à l’égard d’autres personnes.
La déclaration ou la lettre doit permettre de réfléchir à la manière dont on peut maintenir le dialogue avec une personne, même lorsqu’on condamne ses pensées et ses opinions.

Durée

40 à 60 minutes

Module 3b (variante) : avec film Skin or die sur les skinheads en suisse

Annexes

Le visionnement du film Skin or die de Daniel Schweizer peut remplacer ou compléter te texte « Rencontre avec Samuel, un skin ». Il s’agit d’un documentaire d’environ une heure sur les skinheads en Suisse et en Europe qui suscite toujours de fortes émotions et des controverses. Les réactions passent de la peur au dégoût, de la colère à l’incompréhension ; parfois elles incluent également l’empathie et la compréhension. Le procédé proposé ci-dessus s’applique là aussi, afin de permettre à chacun l’expression de ses sentiments. Comme proposé ci-dessus, la rédaction d’une lettre s’adressant à un skinhead peut être envisagée.
Souvent, de nombreuses questions émergent au sujet des skinheads et de l’extrémisme de droite, des dimensions politiques, historiques, éthiques et pédagogiques de ces phénomènes.

Durée

Avec le film, au minimum 90 à 120 minutes.

Références

Un ouvrage pour accompagner le film apporte des réponses et des réflexions. Le livre (en français) et le film (en français, anglais ou allemand) peuvent être commandés aux Editions ies de l’Institut d’études sociales, tél. 022 322 14 09.
Voir aussi le site Internet : www.ies-geneve.ch/
Grunberg K. et Eckmann M. (sous la dir. de), (1999) : A propos du phénomène des Skinheads et du Racisme en Suisse. Dossier accompagnant le film « Skin or die » de Daniel Schweizer, Genève : éditions ies.

Annexe : « rencontre avec Damuel, un skin »1

par Wolf Südbeck-Baur

« Les étrangers sont des déchets, de la vermine, des sous-hommes, je pourrais en éliminer un par jour », invective Samuel2, mon voisin de table au crâne rasé, en tirant rageusement sur sa cigarette. Choqué par cette affirmation sans vergogne d’une attitude d’extrême droite, je prends une profonde inspiration et décide de prêter une oreille attentive aux propos de ce skinhead de 20 ans, rencontré tout à fait par hasard dans un bistrot de Bâle.
Samuel hait tout ce qui n’a pas la peau blanche. Il travaille dans une imprimerie, où il nettoie les cartouches d’encre pour les préparer au recyclage. Même à la pause, le jeune Suisse n’adresse jamais la parole à ses collègues noirs. « Ils n’en valent pas la peine », me lance-t-il avec irritation, en agitant violemment la main, comme pour chasser quelque chose. Il estime que ce travail est malgré tout bien pour lui, qui n’a pas terminé son apprentissage de mécanicien de précision. Avec ses grosses bottes aux pieds, Samuel se dit content d’avoir au moins un travail et tout à fait satisfait de son salaire de 3400 francs par mois. « Pour quelqu’un qui n’a pas fait d’apprentissage, c’est un salaire au-dessus de la moyenne », affirme le grand gaillard. Cela ne l’empêche pas de pester contre « ces étrangers de m… qui prennent le travail des Suisses » en soulignant ses propos de gestes menaçants.

Lorsque je lui fais remarquer que je suis moi aussi un étranger en Suisse, Samuel rétorque d’une mine complice « oui, mais allemand », ajoutant que ce qui compte, c’est la race…

Considérant que le moment est venu de parler de son appartenance politique, Samuel me raconte qu’il est membre de la NPD (Nationaldemokratische Partei Deutschland). En fin de semaine, il traverse la frontière pour participer à des réunions régionales organisées par la NPD. Les adhérents du parti manifestent par exemple le 1er mai, jour de la fête du travail. Selon lui, il s’y passe toujours des tas de choses, mais il ne précise pas davantage. En le chatouillant un peu, j’apprends aussi qu’ils reçoivent une formation politique, mais il ne pourra ou ne voudra pas en dire plus malgré mon insistance…

Nous en venons à parler de la famille de Samuel et de son parcours scolaire. Les troubles du langage et de la lecture dont il souffrait ont nécessité un soutien logopédique et pédagogique et il a suivi une école spéciale. Ses parents ont ainsi consacré 1500 francs par mois pour financer une bonne école pour leur fils. Il n’en était pas moins un enfant silencieux, en butte aux moqueries des autres. Et puis ses résultats scolaires n’étaient pas accueillis avec enthousiasme par ses parents. Il a dû redoubler une année. Arrivé à 17 ans, il a quitté l’école à la fin de la neuvième année. Sa place d’apprentissage de mécanicien de précision, Samuel l’a trouvée en grande partie grâce aux relations de son père, qui avait sa propre entreprise artisanale.

Entre-temps, les choses avaient changé à la maison. Les parents se sont séparés à peu près au moment où Samuel quittait l’école. Le monde s’est effondré autour de lui : « J’étais couché sur mon lit et je pleurais. » Aujourd’hui, il n’a plus aucun contact avec ses parents. « Des gauchistes », dit-il, qui ne l’avaient de toute façon jamais compris. Il conclut que maintenant il se sent bien en compagnie des amis avec lesquels il fréquente les manifestations et les réunions organisées par la NPD dans le sud de l’Allemagne. Samuel n’accorde aucune importance à la solidarité avec les faibles. Au contraire, il approuve de la tête lorsque je lui demande s’il faut que le plus fort gagne. Ensuite, il se tourne vers son collègue assis de l’autre côté de la table et reprend la démonstration du mépris qu’il voue aux gens dont la peau est d’une autre couleur.

Annexe : lettre à un skinhead3

par Monique Eckmann

Cher Samuel,

Si j’étais assise en face de toi, je t’écouterais et nous pourrions discuter pour savoir où te conduit ta logique et quelles en sont les conséquences. Car je ne suis pas d’accord avec toi, mais j’entends bien ce que tu dis. Je ne peux ici que te faire part de quelques réflexions.

Je pourrais essayer d’expliquer tes opinions à la lumière de ton histoire personnelle, considérant que tu es d’une manière ou d’une autre victime des circonstances qui l’ont marquée. Hais je ne veux pas faire ça, parce que je ne pense pas que tous les jeunes qui ont une histoire semblable à la tienne pensent comme toi, ni que tous ceux qui pensent comme toi viennent d’une famille éclatée ou ont eu des difficultés scolaires. Je ne dirai qu’une chose : peut-être est-il arrivé parfois que personne ne soit là pour t’écouter vraiment quand tu avais quelque chose à dire et que maintenant tu cherches à te faire entendre en utilisant le langage de la violence.

Car les paroles que tu utilises sont le langage de la violence. Tu dis des étrangers qu’ils sont de la “vermine”, par contraste probablement avec ce que tu considères comme la “propreté” et la pureté. Cela correspond à la logique de “l’hygiène raciste” et au projet d’une société soi-disant “pure” : sans faibles, sans malades, sans étrangers… autrement dit, un ordre du monde meurtrier.

D’ailleurs, tes opinions, tu ne les as pas inventées tout seul : tu appartiens à un parti qui prône depuis longtemps des buts et des idéaux qui portent atteinte à la dignité et aux droits humains. Je suis opposée à ce parti, parce que je milite pour que tous puissent bénéficier de ces droits et de cette dignité – toi aussi, bien entendu, mais pas au détriment des droits des autres ! Il s’agit ici du droit de travailler, de vivre en sécurité, d’être protégé quand on est malade, accidenté ou âgé, de donner son avis, d’être libre et du droit d’être simplement respecté par son entourage. Ce sont là des revendications légitimes que nous devons défendre.

“Que le plus fort gagne”, dis-tu ? Est-ce vraiment ce que tu souhaites ou est-ce ce que tu constates ? Et à ton avis, fais-tu partie des forts ou des faibles ? Je dois probablement partir du principe que tu te vois parmi les forts. Et comment te sentais-tu, la fois où tu t’es retrouve un moment du côté des faibles et que tu pleurais sur ton lit ?

Mais c’est malheureusement vrai que dans notre société les plus forts s’en sortent mieux : ceux qui ont plus de pouvoir, plus de moyens, plus de relations ou de force et qui imposent – souvent par la violence – leur volonté et leur point de vue aux autres, c’est précisément à cela que doit servir ce que nous appelons la démocratie : à protéger les minorités, les plus faibles. Peut-être ne fonctionne-t-elle pas toujours comme il le faudrait, mais nous nous efforçons de l’améliorer. C’est peut-être de cela que nous devrions discuter une bonne fois ?

Où ta haine va-t-elle te conduire ? A qui profite-t-elle ? Te rend-elle plus fort, meilleur, plus important ? Il semble que tu le vives ainsi, car sans cela tu ne ferais pas partie de ce groupe qui exalte la haine. Mais les apparences sont trompeuses et tu le sais bien : tu es utilisé par des gens qui sont beaucoup plus puissants que toi. Tant que tu serviras leurs buts, ils te donneront l’impression de compter. Hais si un jour tu te retrouvais faible, pauvre, malade, incertain, seraient-ils prêts à te soutenir ? Il faut bien que tu saches que la politique défendue par le parti n’est pas seulement dirigée contre les étrangers, mais aussi contre les personnes handicapées, âgées, pauvres, tous ceux qui ont besoin d’aide.

J’ajouterai encore une chose, qui ne s’adresse pas directement à toi, mais a ton entourage, à tes enseignants, tes supérieurs au travail et à l’armée, aux syndicalistes et à tous ceux qui te côtoient. j’aimerais leur demander s’ils ne portent pas eux aussi une certaine part de responsabilité, soit en approuvant le langage et les valeurs de la violence, soit encore en ne s’y opposant pas clairement, j’aimerais leur dire qu’ils devraient s’abstenir eux-mêmes de toute conduite discriminatoire et n’en tolérer aucune contre qui que ce soit, en prenant toujours très clairement position contre de tels comportements et théories !

Non et non, je n’ai aucune intention d’argumenter avec toi au sujet des “races” (il n’y a qu’une seule race humaine) ou des cultures ou des partis. Mes arguments, tu les connais certainement depuis fort longtemps. Non, mais je peux t’assurer d’une chose : nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger chacun-e contre la discrimination, pour que les droits de chacun-e soient respectés.

Monique Eckmann

Notes

1 Les deux textes, celui qui relate la rencontre (Südbeck-Baur) et la lettre en réponse à cette rencontre (Eckmann), ont été publiés en allemand dans la revue Aufbruch, Zeitung fur Religion und Gesellschaft, Nr. 93 (mars 2000) (traduits par Elisabeth Neu).

2 Nom fictif.

3 Les deux textes, celui qui relate la rencontre (Südbeck-Baur) et la lettre en réponse à cette rencontre (Eckmann), ont été publiés en allemand dans la revue Aufbruch, Zeitung für Religion und Gesellschaft, Nr. 93 (mars 2000).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1463/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

© Éditions ies, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search