Version classiqueVersion mobile

Pédagogie de l’antiracisme

 | 
Monique Eckmann
, 
Miryam Eser Davolio

Modules

Module 2 : Délits racistes – Jeu de rôles : « Au tribunal »

Miryam Eser Davolio

Texte intégral

Contenu

Les jeunes étudient en sous-groupes les différentes affaires, pour jouer ensuite le rapporteur, le plaignant et le défenseur devant le grand groupe.

Groupe

Préparation par groupes de trois et discussion en plénière.

Objectif

Prendre conscience du fait que des délits racistes sont commis dans notre pays - analyser les mobiles de leurs auteurs et se mettre à la place de la victime.

Réalisation

Pour élaborer quelques-uns des douze cas reproduits (voir Stutz, 2001), la classe/le groupe est subdivisé en groupes de trois, en suivant par exemple l’ordre dans lequel les jeunes sont assis (il vaut mieux ne pas les laisser choisir eux-mêmes, pour assurer un mélange plus équilibré). Chaque sous-groupe se voit attribuer un cas (distribuer les feuilles comportant l’ensemble des cas, pour que les élèves puissent aussi prendre connaissance des autres) et reçoit pour consigne de l’étudier et de se répartir les trois rôles. Le rapporteur doit réfléchir à la manière dont il va présenter le déroulement des faits et les principaux indices, tandis que le plaignant et le défenseur doivent réfléchir chacun pour soi à la stratégie qu’ils vont adopter. Chaque groupe est ensuite invité à venir présenter son cas et à en discuter avec la classe.
On peut profiter de cette occasion pour faire connaître la législation antiraciste en vigueur.

Méthode

En jouant les trois rôles, les jeunes sont confrontés plus directement aux situations décrites et adoptent des positions tranchées, ce qui suscite des débats animés.
L’animateur-trice doit veiller à ce que les rapporteurs fassent toujours état très exactement des éléments essentiels. Il se peut aussi qu’il/elle doive suggérer, pendant la phase de préparation en sous-groupes, des motifs de plainte ou des arguments de défense.

Discussion

Au cours de la discussion, il est probable que certains jeunes objecteront qu’il arrive bien plus souvent que des Suisses soient victimes de violences de la part d’étrangers et que cette réalité est ici passée sous silence. Cette critique doit être prise en compte ; on pourra évoquer de tels conflits par exemple à la fin du présent module, en demandant expressément aux jeunes de ne raconter que des expériences qu’ils ont vécues eux-mêmes et non des faits rapportés par des tiers.

Attention

Il se peut que l’évocation de violences racistes suscite de l’émotion, voire de la gêne dans le groupe, ce qui peut conférer une certaine « lourdeur » à ce module. Il vaut donc mieux le combiner avec d’autres modules susceptibles de détendre un peu l’atmosphère. La discussion à propos de l’agression d’un homosexuel par des jeunes nécessite généralement du temps, car ce cas suscite un grand nombre de questions et surtout de préjugés. La propension à la violence à l’égard des homosexuels était très marquée chez les jeunes qui ont participé à notre recherche-action – sans compter l’amalgame fréquent entre homosexuels et pédophiles ou voyeurs. Aussi est-il particulièrement important de prendre le temps de bien les informer.

Durée

60 à 90 minutes suivant l’intensité de la discussion.

Références

Stutz H. (2001) : Rassistische Vorfälle in der Schweiz. Eine Chronologie und eine Einschätzung, Zurich : GMS et GRA. Consulter aussi le site Internet : www.gra.ch

Annexe : incidents de type raciste en suisse

Remarques à l’intention des responsables du projet

1Les incidents rapportés ici ont été sélectionnés en fonction de plusieurs critères : il faut qu’ils mettent en présence différents groupes tels que des étrangers, des personnes de couleur, des Suisses engagés et des intolérants, des demandeurs d’asile, des gens du voyage et des personnes de religion différente. Il faut en outre rendre compte des degrés de gravité des actes allant de la violence verbale à la violence physique. Le dernier cas, celui d’Unterseen, évoque la violence interne qui existe dans les groupes néo-nazis. Les agresseurs ne sont pas tous des skinheads ; il s’agit aussi de jeunes et d’adultes n’appartenant à aucune organisation et même de policiers et de représentants des autorités, comme dans le cas genevois (qui n’est malheureusement pas un cas isolé). Il est également plusieurs fois fait mention des personnes qui ont assisté aux incidents relatés et leurs attitudes peuvent aller de l’indifférence négligente (cas de Bâle) jusqu’à l’intervention active (cas de Lugano). Cette question peut donner lieu à une discussion avec toute la classe pour savoir comment on se serait comporté si l’on avait été le témoin d’une telle situation ; cela peut également se faire sous la forme de jeux de rôles. De quelle manière convient-il de réagir pour servir de médiateur et venir en aide à la victime ? Quelles sont les réactions qui risquent au contraire d’être perçues par l’agresseur comme une provocation supplémentaire ? Autant de questions qui peuvent être abordées. Des éléments plus précis sur les agresseurs, les victimes et les témoins figurent dans le chapitre 3.

2Par ailleurs, la sélection proposée vise à montrer que de tels incidents se produisent dans toutes les régions de Suisse. Contrairement à une idée reçue, il ne s’agit pas d’un problème propre aux grandes villes, car cela se produit également dans des régions rurales, surtout dans les cas d’agressions contre des centres d’hébergement de demandeurs d’asile.
Les jugements rendus contre les agresseurs dans les cas où les coupables ont été arrêtés figurent à la fin de ce sous-chapitre ; ils sont une information complémentaire destinée aux animateurs-trices, qui peuvent ainsi faire connaître le dénouement de l’affaire au terme du jeu de rôle.

Nottwil LU, le 20 juin 1994

3Trois Tamouls attablés dans un restaurant se font apostropher par trois jeunes Lucernois : « Des étrangers comme vous n’ont rien à faire dans ce bistrot. » Les trois Tamouls quittent alors cet endroit peu hospitalier. Les trois Suisses leur emboîtent le pas et en tabassent deux sur le parking, le troisième réussissant à prendre la fuite. Les agresseurs quittent les lieux en voiture ; ils seront arrêtés quelques jours plus tard. Les deux victimes doivent être conduites à l’hôpital.

Bâle, le 7 juillet 1994

4Un citoyen américain, agent de brevets dans une entreprise chimique de Bâle, voit un jeune homme donner des coups à un homme plus âgé en le traitant de « sale étranger ». Plusieurs personnes assistent à la scène, mais personne n’intervient ou n’appelle la police. En lui parlant, le citoyen américain tente d’éloigner le jeune agresseur de sa victime. L’agresseur s’en prend alors à lui en le traitant à son tour de sale étranger, de cochon et de chien qui n’a rien à faire en Suisse. Le citoyen américain tente de s’enfuir, mais il est rattrapé à un arrêt de tram et tabassé. La femme de la victime essaie de convaincre le conducteur d’un tram arrêté d’appeler la police par radio. Le conducteur lui dit d’appeler depuis une cabine téléphonique. Au poste de police, on demande à plusieurs reprises au plaignant s’il veut vraiment déposer plainte.

Zurich, le 12 août 1994

5Quai de la Limmat. Tard le soir, deux homosexuels se font insulter, puis agresser physiquement par deux skins. Un skin baraqué jette l’un des homosexuels sur la chaussée où la circulation est encore dense, l’autre victime à terre se faisant rouer de coups de pieds dans le dos. Une douzaine de passants assistent à la scène, mais personne n’intervient. Les victimes vont aussitôt déposer plainte au poste de police tout proche ; une fonctionnaire se contente d’enregistrer la plainte d’un air ennuyé et refuse d’entreprendre des recherches immédiates en disant qu’il n’y a pas suffisamment de policiers de piquet.

Genève, le 27 avril 1997

6Clément Nwankwo, un avocat nigérien et militant des droits de l’homme, est arrêté en pleine rue par des policiers genevois et conduit en prison. Le lendemain, il est interrogé par un juge d’instruction, et deux vendeurs d’un magasin de confection l’accusent d’avoir volé deux vêtement de femmes. Ils n’ont en fait pas vu Nwankwo commettre le vol, mais ils ont constaté le vol après qu’il a quitté le magasin. Nwankwo reconnaît s’être trouvé dans le magasin, mais affirme n’avoir rien volé. La police n’a d’ailleurs pas trouvé de vêtements féminins en sa possession. Dans une plainte adressée aux autorités genevoises après sa libération, Nwankwo affirme qu’il a été encerclé dans la rue par six policiers, dont certains en uniforme, qui ne lui ont rien dit des raisons de cette arrestation. Il dit avoir reçu des coups à ce moment-là déjà. Il affirme aussi avoir été bousculé, avoir reçu des coups de pied, de poing et de gourdin et avoir subi des insultes racistes durant sa garde à vue. Il n’a été libéré qu’après trois jours.

Coire, le 5 mai 1997

7Mariella Mehr, écrivaine d’origine jenisch, est abordée par une femme qui lui demande si elle est Mariella Mehr. Lorsqu’elle le confirme, la femme l’invective : « Si on vous avait tous gazés, toi et les gens de ton espèce, nous nous porterions beaucoup mieux. » Peu après, Mariella Mehr est empoignée par deux hommes qui la poussent dans le corridor d’une maison, la jettent par terre et lui donnent des coups de pied. « Crève, saloperie de Tsigane ! », lui lance l’un de ses agresseurs. Mariella Mehr renonce à porter plainte contre inconnu, parce qu’elle est très handicapée de la vue et ne peut donc pas fournir un signalement utilisable de ses agresseurs. Victime à plusieurs reprises d’insultes et de violences racistes, l’écrivaine a quitté la Suisse quelques mois plus tard, disant : « Je quitte ce pays pour toujours et j’en viens presque à prier pour que je ne doive jamais y revenir. »

Lugano, les 4 et 5 octobre 1997

8A trois heures du matin, des skinheads tabassent un homme de couleur pour se venger d’une bagarre entre Noirs et skinheads qui avait eu lieu à minuit. L’un des skins assomme le Malien avec une bouteille et d’autres le rouent de coups de pied une fois qu’il est à terre. La police arrête neuf skins âgés de 19 à 26 ans, dont deux habitent au Tessin et quatre en Italie voisine. A la suite de cette agression raciste, il a été rendu public qu’un petit groupe de skins à tendance néo-nazie s’était constitué au Tessin et entretenait des contacts avec des skins du nord de l’Italie. Trois semaines plus tard, différentes organisations ont organisé une manifestation contre l’intolérance, la xénophobie et le racisme ; elle a réuni environ 500 personnes.

Genève, le 3 juin 1999

9Des inconnus tentent de mettre le feu au bâtiment qui abrite l’Entraide protestante suisse (EPER). Tôt le matin le même jour, des inconnus mettent le feu à la porte d’entrée de l’appartement du directeur du département des réfugiés de l’EPER. Une voisine insomniaque voit le feu à temps et parvient à l’éteindre, la porte étant déjà en flammes. Deux jours plus tard, le responsable reçoit une lettre anonyme, postée à Lausanne et contenant des copies de coupures de presse à propos de la criminalité des requérants d’asile et un mot manuscrit : « SOS Suisse : halte aux réfugiés criminels ! » (Lors d’une campagne autour d’une votation, ce directeur s’était élevé contre de nouvelles restrictions du droit d’asile.) A la suite de ces actes, le gouvernement cantonal publie un communiqué condamnant « ces agressions inacceptables contre les droits démocratiques ».

Chavannes-près-Renens VD, le 5 juillet 1999

10Un ou plusieurs inconnus entrent par effraction dans l’abri souterrain de protection civile et mettent le feu à une pièce de séjour, ce qui rend le bâtiment inutilisable. Les locaux devaient abriter dès le lendemain 132 réfugiés du Kosovo. 400 signatures avaient été récoltées dans la commune contre cet hébergement dans l’abri souterrain ; la syndique de la commune et deux autres membres de la Municipalité figuraient parmi les opposants.

Brigue VS, le 23 octobre 1999

11Peu avant neuf heures du soir, un jeune de 17 ans se trouve avec quelques copains sur une place de Brigue. Lorsque trois jeunes de type asiatique venant de Viège passent à côté d’eux, ils se mettent à pousser des cris évoquant les bruits de la jungle en traitant les Asiatiques de « merdes ». L’un des jeunes insultés adresse la parole au jeune de 17 ans, qui l’assomme en lui donnant un coup de poing, ses copains continuant à le frapper au sol.

Küsnacht ZH, le 21 mars 2000

12Vers une heure du matin, des inconnus jettent un cocktail Molotov dans l’entrée d’un centre d’hébergement de demandeurs d’asile. Réveillés par le bruit, ceux-ci parviennent à maîtriser les flammes. Quelques jours plus tard, la police arrête quatre pyromanes : deux jeunes de 18 ans domiciliés à Kusnacht, une jeune fille de 16 ans venant du canton de Bâle et un skin allemand de 17 ans. Tous quatre sont liés de près ou de loin au mouvement skin d’extrême droite.

Zurich, le 7 juin 2001

13Vers dix heures du soir, un inconnu abat le rabbin israélite Abraham Grünbaum qui se rend à la synagogue. Dans les jours qui suivent, des antisémites commentent ce meurtre au forum de discussion Swisstalk en lançant des imprécations antisémites et/ou d’extrême droite. Un inconnu écrit par exemple : « Si Adolf avait bien fait son travail, un Juif n’aurait pas été abattu hier ! » A la suite d’une plainte déposée par l’action « enfants de l’Holocauste », la police cantonale de Schwyz a enquêté sur une personne « en rapport avec le canton de Schwyz ».

Unterseen BE, le 27 janvier 2001

14Un apprenti installateur sanitaire de 19 ans, Marcel von Allmen, qui fait partie depuis des mois du mouvement néo-nazi régional, quitte son amie peu après dix heures du soir en disant qu’il va revenir bientôt. Deux semaines et demi plus tard, la police découvre son cadavre dans le lac de Thoune par cinquante mètres de fond, la tête écrasée et le corps lesté de poids. Peu après, la police cantonale arrête quatre jeunes gens de la région, âgés de 17 à 22 ans. Les suspects passent rapidement aux aveux. Ils sont tous membres d’un groupe néo-nazi jusqu’alors inconnu qui s’appelle l’Ordre des chevaliers aryens et qui veut chasser certaines catégories d’étrangers de la région. Ce groupe s’était procuré du matériel de propagande auprès de Blood and Honour et du NSDAP/AO (parti nazi en exil aux Etats-Unis). D’après les meurtriers, ils auraient attiré leur « camarade » dans un piège, l’auraient maltraité puis tué parce qu’il n’aurait pas respecté son engagement de garder le silence.

Arrestations et condamnations

Nottwil LU, le 20 juin 1994

15En octobre 1994, le Tribunal administratif de Sursee condamne les coupables pour lésions corporelles volontaires respectivement à vingt jours de prison sans sursis, vingt jours avec sursis et quinze jours sans sursis. Selon le tribunal, on n’aurait pas pu prouver que ces militants xénophobes appartenaient à une organisation d’extrême droite.

Genève, le 27 avril 1997

16M. Nwankwo n’est libéré qu’au bout de trois jours, après que le juge l’eut condamné à vingt jours de prison avec sursis, trois ans de bannissement avec sursis et au paiement des frais. M. Nwankwo fait recours. En juin 1997, il est acquitté de l’accusation de vol, mais condamné pour violences et menaces à l’encontre de fonctionnaires. Devant le tribunal, M. Nwankwo affirme que les autorités de police lui auraient offert, quelques jours avant la séance, de retirer leur plainte pour violence et menaces s’il renonçait de son côté à exiger des dommages intérêts. M. Nwankwo a refusé cette offre.

Brigue VS, le 23 octobre 1999

17Le Tribunal des mineurs de Flamatt condamne l’un des agresseurs à cinq jours d’enfermement, avec un sursis d’un an, pour agression, lésions corporelles simples et discrimination raciste.

Küsnacht ZH, le 21 mars 2000

18Fin septembre 2000, le Tribunal de district de Meilen condamne les deux skinheads de Kiisnacht à dix-huit mois de prison, avec un sursis de quatre ans, pour tentative d’incendie. Ils sont en outre reconnus coupables d’avoir provoqué une explosion, qui aurait pu blesser gravement un enfant qui se trouvait par hasard dans le couloir, et de diverses déprédations de bâtiments à Kiisnacht. Ils avaient à plusieurs reprises sprayé contre des murs des croix gammées et des slogans tels que « les nègres dehors » et « Arbeit macht frei ».

© Éditions ies, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search