Version classiqueVersion mobile

Pédagogie de l’antiracisme

 | 
Monique Eckmann
, 
Miryam Eser Davolio

Modules

Module 1 : La criminalité des étrangers – Une confrontation provocatrice

Miryam Eser Davolio

Texte intégral

Contenu

Les jeunes discutent avec l’animateur-trice de la criminalité des étrangers.

Groupe

Discussion en plénière.

Objectif

Comprendre, par une analyse nuancée des données disponibles et des circonstances particulières, l’absurdité des affirmations de portée générale.

Réalisation

Lorsque les élèves reviennent de la récréation, ils sont confrontés à la phrase écrite au tableau noir : « Tous les hommes sont des criminels. » En réponse à leurs exclamations, on peut répondre par d’autres déclarations provocatrices : Pourquoi y a-t-il si peu de prisons pour femmes ? Sans les hommes, les femmes pourraient vivre en paix ! etc. Cette discussion permet de soulever ensuite la question de savoir quelle est à leur avis la proportion d’étrangers parmi les personnes en prison. Deux jeunes sont invités à transcrire leur estimation sous la forme d’un graphique au tableau noir. Le résultat (en réalité : environ 50 %, chiffre à actualiser à l’aide de la statistique de la criminalité) peut ensuite être interprété de la manière suivante : compte tenu de la proportion d’étrangers dans la population, cette proportion paraît évidemment élevée ; en fait, cela tient essentiellement au « tourisme criminel » car, du point de vue statistique, les étrangers qui vivent et travaillent en Suisse ne commettent pas plus de crimes que les Suisses.

Méthode

Le caractère provocateur de l’entrée en matière permet d’aborder par un biais différent la question émotionnellement chargée de la criminalité des étrangers. En analysant en même temps la phrase « tous les hommes sont des criminels » et les raisons pour lesquelles une personne peut se retrouver sur la mauvaise pente, des affirmations telles que « tous les étrangers... » ou « tous les demandeurs d’asile sont des criminels » deviennent elles aussi insoutenables. La confrontation brute avec la phrase écrite au tableau noir crée un climat teinté d’humour qui confère une certaine légèreté à la discussion. De surcroît, les jeunes sont sollicités à faire part de leurs réflexions et de leurs estimations, ce qui les conduit généralement à accepter volontiers de participer à une discussion sur un thème de ce genre.

Discussion

Les jeunes sont invités à énumérer toutes les raisons possibles et imaginables pour lesquelles les hommes deviennent plus souvent des criminels que les femmes. Cela peut parfois donner lieu à des plaisanteries, un jeune pouvant dire, par exemple, qu’il se trouve que les femmes ont d’autres moyens de gagner rapidement beaucoup d’argent ; l’animateur-trice peut alors décider de poursuivre ou non sur ce thème. Toujours de manière provocatrice, on peut poser à l’ensemble des élèves des questions du genre : « Quelles raisons auriez-vous de devenir des criminels ? », « Pourquoi un Suisse deviendrait-il un cambrioleur ? Est-ce que ça vaut le coup ? », ou encore « Quels bénéfices peut-on attendre de la criminalité économique, par exemple de délits d’initiés ou d’ententes cartellaires ? »

Attention

Une animatrice aura plus de facilité à lancer la discussion à partir de la phrase « tous les hommes sont des criminels » dans le but de provoquer les garçons - et notamment ceux qui nourrissent des préjugés. Un animateur peut néanmoins aborder le sujet de ta même manière.

Durée

30 à 50 minutes suivant l’intensité de la discussion.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1461/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© Éditions ies, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search