Version classiqueVersion mobile

Pédagogie de l’antiracisme

 | 
Monique Eckmann
, 
Miryam Eser Davolio

Deuxième partie

Chapitre 8. Modules

Miryam Eser Davolio et Monique Eckmann

Texte intégral

1. INTRODUCTION

1En présentant ici quelques modules, nous entendons donner des suggestions et des recommandations en vue de la réalisation d’interventions sociopédagogiques de prévention du racisme. Les seize modules ont tous été expérimentés et évalués par les auteures dans plusieurs groupes ou classes, ce qui permet de formuler des conclusions quant à leurs effets, aux conditions optimales de réalisation et aux difficultés à prendre en compte. Ces idées de réalisation sont issues de nos activités dans le cadre de la prévention du racisme, où nous avons été amenées à constater un besoin important de formes d’apprentissage et d’expériences fondées sur la spontanéité, la découverte et la confrontation. En outre, il n’existe que très peu de matériel tenant compte du contexte suisse. En publiant le présent manuel, nous aimerions combler cette lacune.

2La plupart des modules présentés ici s’inscrivaient dans le cadre de projets ou d’actions d’une certaine ampleur, qui abordaient globalement tes thèmes du racisme et de la xénophobie. Ils ne se prêtent donc que de manière limitée à une utilisation sous forme de cours ou d’ateliers isolés. Ainsi, les modules 7, 8 et 9, qui portent sur la problématique des réfugiés, sont conçus comme des activités communes avec de jeunes demandeurs d’asile résidant dans un centre d’hébergement et ne peuvent donc pas être mis en oeuvre tels quels en l’absence de ce dispositif de rencontre. D’autres modules se prêtent mieux à une intervention ponctuelle ; mais nous souhaitons insister sur le fait que, même s’il n’est jamais possible de consacrer autant de temps qu’on le voudrait à un tel projet, il est important de mettre en place, sous la forme d’un programme intensif sur une journée par exemple, un processus ne comportant si possible aucune interruption – parfois pas même pour la pause de midi ! Il s’agit en effet de s’immerger dans cette thématique, de s’y confronter et d’expérimenter un nouveau comportement, afin de réussir à provoquer des changements d’attitudes (voir suggestions pédagogiques au chapitre 7).

3Pour plus de clarté, les modules sont organisés en paragraphes traitant successivement du contenu, des objectifs, de la réalisation, de la démarche et des difficultés possibles ; le matériel pédagogique et les documents d’information utilisables figurent à la fin de chaque module. Les méthodes utilisées s’appuient très largement sur les principes de la « pédagogie du conflit et de l’expérience » tels que nous les avons présentés dans les chapitres précédents.

  • les modules 1, 2 et 3 portent sur les généralisations xénophobes, sur la violence et l’idéologie d’extrême droite ;
  • les modules 4 et 5 fournissent l’occasion de faire l’expérience du courage civique ;
  • les modules 7, 8 et 9 sont conçus sous la forme d’une rencontre avec des demandeurs d’asile ;
  • le module 10 vise à sensibiliser à la question de l’exil par un jeu de simulation « sur les chemins de l’exil » ;
  • les modules 11 et 12 sont consacrés à des témoignages ;
  • le module 13 est consacré à une confrontation avec une autre religion ;
  • le module 14 s’appuie sur des conflits vécus par tes jeunes ;
  • les modules 15 et 16 présentent des activités de mise en route : le 15 traite des identités et des appartenances, le 16 vise à soulever des dilemmes.

4Il est bien clair que nous n’avons pas la prétention de traiter, par ces modules, le thème du racisme dans toute sa complexité de manière définitive et complète ; nous nous limitons à présenter une sélection d’activités et de méthodes qu’il est possible de proposer dans le cadre d’une contribution de ce type. L’acquisition de méthodes plus complexes impliquerait une expérience directe dans le cadre d’une formation continue ; c’est la raison pour laquelle il ne nous est pas possible de faire figurer dans le présent ouvrage le répertoire complet des formes d’intervention que nous pratiquons.

5Egalement, nous pensons que seule une partie des animateurs-trices ou enseignant-e-s auront eu l’occasion d’approfondir la problématique du racisme, tant en ce qui concerne les aspects théoriques qu’en ce qui concerne les aspects vécus et émotionnels. Par ailleurs, nous sommes conscientes que certaines des démarches pédagogiques dont il est question dans les chapitres qui précèdent, ne sont pas transmissibies par écrit. Idéalement, une formation devrait permettre aux formateurs-trices d’expérimenter eux/elles-mêmes un processus avant de le transmettre, Il s’agit de processus cognitifs et émotionnels, qu’on acquiert au moyen d’une confrontation approfondie, comme c’est le cas dans une formation pour formateurs.

6En conséquence, ces modules ne représentent que des éléments d’une méthode, et non pas l’ensemble d’une démarche ; ils ne peuvent pas répondre entièrement aux exigences théoriques formulées dans la première partie, mais tentent simplement d’en concrétiser quelques aspects. La mise en œuvre des interventions proposées ici implique évidemment une certaine compétence en matière de contenu et de dynamique de groupe, ainsi qu’une sensibilité vis-à-vis du thème lui-même et une conscience de ses propres préjugés (car nous en avons tous !). Il faudrait néanmoins se garder d’avoir des exigences excessives vis-à-vis de soimême et aborder ce thème avec une certaine envie de faire des expériences et une certaine curiosité. Finalement, n’oublions pas qu’on peut souvent faire confiance à l’expérience et au savoir qui se trouvent parmi les participant-e-s eux/elles-mêmes – ils/elles nous aident souvent à réussir nos expériences sociopédagogiques !

© Éditions ies, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search