Version classiqueVersion mobile

Pédagogie de l’antiracisme

 | 
Monique Eckmann
, 
Miryam Eser Davolio

Première partie

Chapitre 3. Les multiples visages du racisme

Monique Eckmann, Anne-Catherine Salberg, Claudio Bolzman et Karl Grünberg

Texte intégral

Votre silence ne vous protégera pas.
(Audre Lorde, 1934-1992)

Les données et réflexions présentées dans ce chapitre sont le résultat de la recherche effectuée dans le cadre du Programme national de recherche PNR 40 : « Violence raciste en Suisse romande : actes, acteurs et nouvelles formes d’intervention. »
Il s’agit d’une recherche-action menée conjointement par l’Institut d’études sociales (IES) et l’Association romande contre le racisme (ACOR/SOS Racisme). Cette dernière offre une ligne téléphonique gratuite, 0800 55 44 43, à toute personne victime ou témoin d’actes racistes. Cette ligne est un lieu d’écoute et de parole, où victimes, témoins ou proches peuvent faire part de leurs constats et de leurs observations. Au-delà de l’écoute, l’équipe qui anime ce téléphone offre son soutien pour des démarches ultérieures lorsque les appelants le souhaitent. La recherche-action a permis le développement d’un modèle d’intervention fondé sur l’écoute, le dialogue, la réparation et l’empowerment.
Eckmann, Monique, Salberg, Anne-Catherine, Bolzman Claudio et Grünberg, Karl De la parole des victimes à l’action contre le racisme, Genève éditions ies, 2001

1. Que peut nous apprendre l’expérience des victimes pour l’action contre le racisme ?

1Si l’on veut connaître le racisme aujourd’hui en Suisse, il est nécessaire et important d’accorder la parole aux victimes de discrimination raciale. Telle est la démarche sur laquelle se fonde cette recherche. Or, ce qui paraît évident à première vue ne t’est pourtant pas : rares sont les ouvrages ou les articles qui traitent des victimes du racisme, ou qui mettent en lumière leur expérience et leurs demandes. En effet, on se penche bien plus sur les motivations et les actes des auteurs que sur le vécu et les besoins des victimes. Et pourtant, lorsque l’on écoute ces dernières, on découvre des souffrances dont on mesure rarement la portée.

2En composant le numéro du téléphone SOS Racisme, ce sont les appelants qui indiquent par là qu’ils considèrent que les événements dont ils témoignent relèvent de la problématique du racisme. Ce sont donc les appelants, victimes ou témoins, qui définissent eux-mêmes la portée raciste de l’incident qu’ils dénoncent. Cette démarche permet de mettre en évidence la perception du racisme qu’ont les victimes, les difficultés que ces dernières expriment, et les demandes de réhabilitation ou de réparation qu’elles formulent.

3Cela nous incite à nous interroger sur la fonction de la parole des victimes : elle oblige les autres à une prise de conscience, elle provoque l’étonnement et parfois la surprise concernant la gravité des actes qui sont dénoncés ; de plus, elle crée une dissonance chez beaucoup de personnes croyant être à l’abri de la discrimination. Telle parole dite à la légère, la blessure infligée sciemment ou non, la dureté des rapports avec les institutions qu’éprouvent les membres de certains groupes ; ce sont des violences souvent cachées ou banalisées qui sont ainsi rendues visibles.

2. Actes et acteurs de violence raciste en Suisse romande

4Les appels au 0800 55 44 43 SOS Racisme émanent pour la plupart de personnes ayant subi des actes racistes (60 %) ; 14 % proviennent de témoins, et, respectivement, 11 % et 13 % de professionnels ou de proches d’une victime.

Quelles formes prennent les actes racistes ?

5Le plus fréquemment, les actes racistes se manifestent par la violence verbale – en particulier les insultes et les vexations. Vient ensuite la discrimination, qui s’exprime par le refus d’une prestation, la ségrégation, le non-respect des droits civils ou un traitement inégal. Ces actes prennent également la forme de l’évitement, de la violence physique, du harcèlement, des dépôts de plaintes contre les victimes et de la propagande raciste.

6Les principales différences invoquées sont la nationalité ou le fait de considérer la victime comme « étranger ». Que l’acte raciste prenne la forme de violence verbale – « sale étranger », « tu n’as pas le droit d’être ici », « retourne chez toi » – ou de discrimination, il est légitime aux yeux de l’auteur qui ne considère pas la victime comme une personne égale.

Contre qui se dirige le racisme ?

7Les victimes touchées par le racisme sont pour 60 % des hommes et pour 40 % des femmes. Le racisme biologique, la différence de couleur sont évoqués à l’encontre de personnes définies comme « noires ». Elles sont particulièrement touchées par les insultes, par la violence physique et par des conduites d’évitement de tout contact.

8On recense souvent une forme de « racisme culturel » qui vise l’appartenance à certains groupes ou minorités ethniques. A ce titre sont pointés en particulier les Juifs, les Tziganes et les Kosovars. On attribue à ces groupes certains traits qui justifient que l’on se sente libre de les stigmatiser en toute impunité, notamment en faisant de la propagande destinée à les discréditer.

9La religion est évoquée, mais moins fréquemment. Lorsque c’est le cas, elle concerne notamment des personnes musulmanes et, dans une moindre mesure, juives. Ces groupes sont, plus souvent que la moyenne, victimes de plusieurs types d’actes racistes : violence verbale (sous forme d’insinuations), violence physique, atteinte à des biens et propagande raciste.

10Les victimes touchées par les actes racistes ont des statuts légaux fort variés. Un quart d’entre elles ont la nationalité suisse ou sont binationales. Près d’un tiers des victimes non suisses résident en Suisse où elles bénéficient d’un statut stable. A peu près un quart des victimes ont un statut juridique précaire : soit lié à la procédure d’asile (requérant d’asile, admission provisoire), soit à d’autres formes de limitation ou d’interdiction du séjour (saisonniers, touristes, clandestins).

11La discrimination touche surtout des Africains (27 %), des personnes d’origine arabe (17 %), le plus souvent maghrébine, et les Latino-Américains (14 %). Les personnes de ces trois origines sont largement surreprésentées parmi les victimes alors qu’elles ne représentent qu’une faible partie de la population résidente. Ces populations font partie, avec d’autres, des catégories classées par la « politique d’immigration » parmi le cercle extérieur, et n’ont en principe pas le droit d’obtenir une autorisation de séjour en Suisse.

12Les actes racistes ne sont donc pas commis en majorité contre des personnes relevant de la procédure d’asile, ni contre des personnes à statut précaire ou illégal en Suisse, mais bien contre des personnes qui ont la nationalité helvétique ou qui ont un permis stable. C’est un racisme qui se dirige vers des personnes qui séjournent de plein droit ici. Cependant, ni la durée de leur résidence en Suisse ni la possession du passeport à croix blanche n’ont empêché qu’elles soient victimes d’agressions ou de discriminations racistes.

13Les résultats montrent que la discrimination touche des individus issus de toutes les couches sociales. Nous constatons que les personnes concernées sont d’autant moins enclines à accepter un traitement discriminatoire qu’elles ont vécu une meilleure intégration sociale ou économique. Elles connaissent leurs droits et estiment parfaitement légitime de se défendre contre un traitement qui leur paraît injuste et injustifié.

Auteurs

14Les auteurs sont le plus souvent des hommes adultes, qui agissent pour la plupart individuellement. On y trouve toutes les catégories socioprofessionnelles. Les appelants ont dénoncé une proportion élevée de fonctionnaires qui agissent dans le cadre de leur fonction et, dans une moindre proportion, d’autres personnes agissant à titre privé. La vision des actes racistes comme étant le fait de bandes de skinheads n’est donc pas confirmée par les résultats de cette recherche ; les rares actes commis en bandes dénoncés par les appelants sont plutôt le fait de groupes informels. Bien entendu, le racisme n’est pas le triste privilège d’un groupe national, les Suisses dans notre cas. Les incidents entre étrangers, ou les actes des étrangers envers les Suisses existent également, en particulier dans le racisme quotidien, même si les appels les concernant sont moins fréquents.

Le racisme, une relation de pouvoir

15La question du pouvoir est toujours au centre des incidents racistes. Les auteurs tentent d’influencer et de manipuler les victimes dans le but de les contraindre à se conformer à leurs priorités et à l’image qu’ils se font de celles-ci.

16Ainsi, la relation entre les acteurs impliqués dans les incidents peut prendre deux formes : soit celle d’un rapport horizontal (relation de pairs) entre auteur et victime, soit une relation verticale (relation hiérarchique) entre les deux, où des personnes en position de pouvoir peuvent abuser de leur position ou de leur fonction.

17Par ailleurs, il est important de distinguer, notamment dans le contexte du débat sur les mouvements à caractère raciste, si les auteurs agissent en tant que membres d’une institution ou d’une organisation, ou en tant qu’individus, de leur propre initiative et à titre personnel.

18Nous avons ainsi établi une typologie qui définit quatre types de relations entre victimes et auteurs, en fonction des rapports de pouvoir (relation hiérarchique ou de pairs) et du degré d’organisation (structurée ou non organisée). Les résultats dépassent 100 %, car il est possible de cumuler plusieurs formes de racisme, ce que nous avions désigné par « cascades».

19→ Le racisme par abus de fonction désigne l’abus de pouvoir pratiqué par des personnes dans l’exercice de leur métier. Il est donc exercé par des personnes qui disposent d’un pouvoir formel sur leurs victimes, telles que le personnel d’institutions publiques ou parapubliques des services et établissements administratifs, scolaires, de la santé ou sociaux, de la police ; ou, dans le domaine privé, des supérieurs hiérarchiques dans l’entreprise, voire des propriétaires de logements ou des régisseurs. Les personnes concernées (employeur, enseignant, régisseur d’immeuble, travailleur social, policier ou médecin) sont ainsi en position d’entretenir des rapports hiérarchiques formels avec les victimes, qu’elles discriminent sous forme de refus d’une prestation, de traitement inégal, parfois accompagné d’insultes, d’insinuations ou même d’injures.

20Exemples :

  • Lorsqu’ils cherchent un logement ou un emploi, les membres de certains groupes se trouvent systématiquement refusés, en raison de leur accent, de la consonance de leur nom (musulman ou africain en particulier) ou de leur couleur.

  • Tel élève s’est fait déprécier à répétition par son professeur de gymnastique ou d’histoire, qui a fait des allusions fréquentes à son origine africaine : l’« état de sauvages » des Africains ou le fait que les Africains courent plus vite, « comme des singes ».

  • Un inspecteur propose à plusieurs reprises de déplacer des enfants d’origine étrangère vers la filière d’enseignement spécialisé, sans que les motifs soient compréhensibles pour tes parents ou le jeune lui-même. Les raisons invoquées sont du type : « de toutes façons, ils n’arriveront pas », « c’est trop long pour eux » ou « c’est trop cher pour eux ».

21→ Le racisme interpersonnel, ou « racisme au quotidien », se déroute pour l’essentiel dans l’immeuble, au travail et dans la rue entre acteurs ayant des positions semblables : c’est le cas des voisins, des collègues de travail ou des membres d’une famille. Ces rapports horizontaux sont le fait de personnes du proche entourage ou que l’on rencontre fréquemment. Les actes racistes commis par des « égaux » sont fortement connotés d’une dimension émotionnelle et quotidienne ; ils se manifestent sous forme de violence verbale, de menaces, de refus de se mélanger, d’un fort rejet et, parfois, de violence physique.

22Exemples :

  • Le racisme verbal et l’hostilité entre voisins : « ils sont sales », « évidemment, chez eux on ne nettoie jamais » ;

  • les insultes, les allusions et la mise à l’écart d’un collègue : « évidemment chez vous, les Bougnoules, on n’est pas habitué à travailler», « t’es un Noir, t’as qu’à faire la vaisselle » ;

  • le refus d’entrer en contact avec une personne d’un groupe « ethnique », national ou culturel : « on ne veut pas que nos enfants jouent avec eux ».

23Souvent, des litiges ont trait à la chambre à lessive, aux places de parc, aux places de jeux. Ces faits et gestes de rejet sont souvent accompagnés de l’expression « rentre chez toi » !

24→ Le racisme institutionnel et légal est le résultat de dispositions réglementaires ou de pratiques discursives de la part de l’Etat et des institutions. Il arrive que le personnel, fonctionnaire, soignant, enseignant, etc., se conforme à des pratiques administratives selon des habitudes de routine, sans interroger le caractère discriminatoire de celles-ci.

25Exemples :

  • La scolarisation en classes séparées que certaines autorités scolaires ont voulu imposer représente une ségrégation forcée des enfants étrangers.

  • La situation des adolescents « sans-papiers » : si l’accès à la scolarisation, même post-obligatoire, est aujourd’hui garanti dans de nombreux cantons suisses, il n’en est pas de même pour l’accès à l’apprentissage. Celui-ci nécessite un contrat de travail que ces jeunes ne peuvent pas conclure en raison de leur absence de statut. Ainsi, en cas de résultats scolaires médiocres ou faibles, l’accès à toute possibilité de formation supérieure leur est fermé.

26→ Le racisme doctrinaire s’exerce essentiellement par des groupements idéologiques et s’exprime par des formes d’agression souvent impersonnelles, de propagande raciste et sous forme d’écrits racistes et antisémites. Il est notamment le fait de membres d’organisations ou de groupements d’extrême droite.

27A côté des écrits au contenu ouvertement raciste, on trouve aussi des exemples qui paraissent bien plus inoffensifs, mais qui sont beaucoup plus répandus et transmettent, eux aussi, des messages racistes.

28Exemple :

  • Certains groupes (Africains, Tsiganes, Arabes, Juifs...) sont systématiquement présentés comme inférieurs, dangereux, violents, primitifs ou pauvres dans bon nombre de romans, bandes dessinées ou livres d’histoire. Cette présentation véhicule et transmet des images dévalorisantes et stéréotypées et renforce les préjugés à leur égard.

29Cette typologie montre que le racisme est présent à tous les niveaux de la société, dans tous les milieux, et qu’il traverse toutes ses structures. L’imbrication entre ses formes interpersonnelles et institutionnelles est telle qu’il est évident qu’on ne peut le réduire à un comportement de dimension psychologique et individuelle ; il constitue en fait un problème social, une source d’exclusion et d’humiliation qui non seulement représente une grave atteinte à la dignité et aux droits des victimes, mais nuit également à la crédibilité des institutions lorsque celles-ci ne s’y opposent pas activement.

3. Les dangers de la banalisation

30Les personnes appelant SOS Racisme, victimes ou témoins, mettent le doigt sur des comportements qui sont souvent perçus comme « normaux » et banalisés, tant par des victimes que par des auteurs. Les effets de la violence endurée sur l’estime de soi, l’intériorisation du regard méprisant, les dégâts causés par des discriminations subies – dans la durée et de façon répétitive – deviennent de plus en plus difficiles à dissiper avec le temps et risquent de devenir handicapants pour les trajectoires professionnelles et privées de ces personnes.

31La banalisation de la parole des victimes constitue le déni de cette atteinte grave à leur dignité et à leurs droits, et redouble la violence à leur égard. Elle les fait souffrir une deuxième fois : non seulement elles sont discriminées, agressées ou humiliées, mais en plus leur point de vue sur l’incident n’est pas reconnu comme légitime. On ne les croit pas, leur crédibilité est mise en cause. En outre, certains comportements vécus par les victimes comme des formes de violence raciste sont souvent perçus comme «normaux» et peuvent être banalisés par les institutions, les médias et les témoins que nous sommes tous.

32Le comportement raciste a ainsi, lorsqu’il n’est pas reconnu, un double effet pervers : d’une part, l’auteur de l’acte raciste définit l’autre, lui nie ses droits et sa place ; d’autre part, en niant qu’il a agi de la sorte, il empêche la victime de récupérer sa capacité à exercer une influence sur le monde social.

33L’existence d’un téléphone antiraciste permet aux victimes, aux témoins, aux relais privés et professionnels de tenter de définir dans leurs propres termes le monde social, et de nommer le racisme. Avoir la possibilité de s’adresser à ce téléphone est un moyen pour les victimes (mais aussi pour les témoins) de redevenir acteurs, car il leur permet d’agir et non seulement de subir. Il est indispensable de multiplier ce type d’antennes, afin de garantir une possibilité d’écoute et de soutien à tous ceux qui subissent le racisme. Au-delà de l’écoute, l’équipe qui anime ce téléphone offre son soutien pour des démarches ultérieures lorsque les appelants le souhaitent. Les interventions sont fondées sur l’écoute, te dialogue, la réparation et l’empowerment. Elles permettent ainsi à la parole des victimes d’émerger dans la conscience sociale, et aux victimes d’obtenir reconnaissance.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1449/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1449/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 417k

© Éditions ies, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search