Version classiqueVersion mobile

Pédagogie de l’antiracisme

 | 
Monique Eckmann
, 
Miryam Eser Davolio

Introduction

Monique Eckmann et Miryam Eser Davolio

Texte intégral

1. À qui s’adresse cet ouvrage ?

1Cette publication s’adresse à tous les formateurs-trices soucieux-ses d’éducation antiraciste et actifs dans les écoles, les paroisses, les associations, les syndicats, les centres de loisirs, etc., que ce soit auprès d’enfants, d’adolescents ou d’adultes. Elle veut offrir un support à la réflexion et des propositions de concrétisation.

2La première partie présente le cadre de référence théorique ainsi que l’approche sociopédagogique développée dans cet ouvrage. La deuxième partie apporte des recommandations pour la réalisation de projets et propose seize modules pédagogiques.

3Nos propositions se fondant sur des résultats scientifiques et des expériences pédagogiques, nous pouvons formuler des indications quant aux effets et aux difficultés, et mettre en garde contre des effets pervers. La formation antiraciste est en effet un travail exigeant et complexe, dont la réussite est déterminée par un grand nombre de facteurs, allant de la dynamique de groupe aux logiques argumentatives.

2. Genèse

  • 1 Financé par te Fonds national suisse de ta recherche scientifique (FNSRS).

4Cet ouvrage s’appuie sur les résultats de deux recherches réalisées dans le cadre du Programme national de recherche PNR 401 « Violence au quotidien et crime organisé » et portant sur le thème du racisme ; il en valorise et concrétise les résultats. Dans les deux cas, il s’agit de recherches-action impliquant des approches novatrices en matière de racisme ainsi que l’élaboration et l’expérimentation de nouvelles stratégies d’intervention. Elles ont été réalisées l’une en Suisse romande – portant sur les appels reçus à SOS Racisme, ligne téléphonique ouverte aux victimes et aux témoins d’incidents racistes, avec une équipe qui met sur pied, dans la mesure du possible, une médiation entre agresseurs et victimes – et l’autre en Suisse alémanique – consistant à expérimenter et à évaluer des modules d’éducation contre le racisme et à en mesurer l’impact sur le changement des attitudes.

5Tout en s’adressant à des groupes cible différents, nos deux recherches mettent en évidence des manifestations sociales latentes du racisme, que ce soit sous la forme d’un « racisme ordinaire » entre les gens ou sous la forme d’une « violence structurelle » exercée par et dans les institutions.

6Que des synergies par-delà les frontières linguistiques aient pu naître entre ces deux recherches, nous le devons essentiellement à Eva Wyss, directrice du PNR 40, qui a vivement encouragé l’échange entre les équipes de recherche et soutenu leurs efforts pour transformer les résultats en mesures pratiques de valorisation.

7Nous tenons à souligner tout particulièrement cette collaboration entre les régions linguistiques et sommes heureux de pouvoir mettre à disposition un outil de travail commun en plusieurs langues.

Avertissement

8Mais ce souci de permettre aux idées et aux expériences de traverser les frontières linguistiques a aussi son prix : de nombreux concepts sont difficiles à traduire, puisque liés à un contexte social, culturel et linguistique, et certains termes sont utilisés ou connotés différemment selon la région linguistique.

9A cet égard, nous relevons aussi la difficulté, en français, d’utiliser les formes féminines et masculines sans trop alourdir le texte. Le souci de la visibilité du féminin est central, à nos yeux, dans une publication s’élevant contre les discriminations, mais il entre en conflit avec celui de la fluidité de la lecture. C’est pourquoi nous avons opté pour un compromis qui nous semble correspondre à l’esprit des différentes parties du livre : dans la première partie, théorique, nous avons renoncé à l’usage du féminin ; dans la deuxième partie, pratique, qui s’adresse directement aux pédagogues et les interpelle en tant qu’acteurs, nous avons, par contre, jugé indispensable d’utiliser te féminin et le masculin, pour inciter chacun-e à faire exister les deux genres concrètement, que ce soit dans la parole ou dans l’espace d’animation.

3. Aperçu du contenu

10La première partie de l’ouvrage est consacrée aux définitions, aux résultats des deux recherches et aux approches théoriques qui fondent notre conception pédagogique.

11En effet, au terme de nos recherches, nous avions organisé, en automne 2000 à Genève, un séminaire sur le thème « Agir autrement contre le racisme – que peut faire le travail social et pédagogique ? ». On a pu y constater l’émergence d’une référence à une philosophie commune, qui sera présentée dans le chapitre 1 et qui se différencie radicalement des interventions visant à donner des leçons ou à faire taire les opinions divergentes. Dans ce sens, on pourrait parler d’une « nouvelle génération » d’interventions antiracistes. Dans ce chapitre, nous définissons également plus précisément ce que nous entendons par « racisme ».

12Compte tenu des ouvertures récentes quant à l’interculturel dans les systèmes scolaires suisses, la question est posée de savoir si l’éducation antiraciste peut se faire dans le cadre de l’éducation interculturelle. Dans le chapitre 2, nous abordons les points communs et les différences entre ces deux approches. L’éducation antiraciste et l’éducation interculturelle sont issues de deux traditions différentes, tant du point de vue de leurs origines historiques et de leurs préoccupations que de la définition des problèmes à résoudre. Il nous semble néanmoins qu’elles ont une base commune et, surtout, qu’elles ouvrent sur une perspective d’avenir commune.

13Du point de vue social et pédagogique, nos thèses se fondent sur les expériences réalisées dans nos deux recherches et sur leurs résultats, présentés dans les deux chapitres suivants. Le chapitre 3 montre les différentes formes de racisme subies par les victimes, la manière dont elles décrivent leurs expériences, et les interventions possibles en vue de lutter contre ces discriminations. Cela nous paraît d’autant plus important que le problème du racisme – surtout lorsqu’il s’agit de prévention – est la plupart du temps abordé en s’intéressant aux auteurs des actes racistes, alors qu’il est capital de protéger les victimes et de les aider à faire valoir leurs droits.

14Le chapitre 4 décrit des expériences pédagogiques contre la xénophobie, le racisme et la violence réalisées dans plusieurs classes d’écoles professionnelles. Il ressort de l’évaluation de ces interventions que les modules proposés produisent des effets très variables. Les facteurs déterminants, relevant essentiellement de la dynamique de groupe, font ensuite l’objet d’une analyse.

15Puis sont abordées les stratégies d’apprentissage qui se dégagent de ces recherches. Le chapitre 5 traite de la « pédagogie de l’expérience » et présente le « setting » à mettre en place pour assurer une sensibilisation fondées sur la rencontre, ainsi que les effets produits chez les participant-e-s. Le chapitre 6 montre comment il est possible de s’adresser aux apprenants « là où ils en sont » pour interroger leurs identités et leurs appartenances en partant de leurs expériences. Cela implique de développer, au-delà de la philosophie de l’écoute, une « pédagogie du conflit », qui considère les conflits comme des occasions d’apprentissage et vise à promouvoir une attitude démocratique. Cela implique d’aborder de manière différenciée les identités d’acteur, de victime et de témoin, ta dialectique des identités majoritaires et minoritaires, et d’éviter toute catégorisation et toute stigmatisation.

16En fait, plutôt que de transmettre des informations ou des connaissances, notre concept pédagogique commun vise à transformer des attitudes et à permettre d’expérimenter de nouveaux comportements. Autrement dit, il s’agit d’un travail tout à la fois de sensibilisation et d’empowerment.

17La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée aux aspects pédagogiques concrets.

18Le chapitre 7 propose des stratégies pédagogiques, donne des indications pratiques et répond aux questions qui se posent sur le terrain ; il récapitule en quelques mots notre approche pédagogique. Les suggestions et les conseils pour la mise en œuvre de projets d’éducation antiraciste concernent aussi bien la formation des adultes que l’intervention auprès de jeunes. Le chapitre 8 comprend seize modules correspondant à autant de suggestions d’interventions pédagogiques portant sur le racisme : directives précises, documents et informations de base nécessaires à leur mise en oeuvre. Pour avoir expérimenté et évalué tous ces modules, nous pouvons nous prononcer sur leurs effets, sur les conditions à réunir pour les réaliser de façon optimale et sur les difficultés à prendre en compte ou les pièges à éviter. Bonne lecture… et que cet ouvrage puisse contribuer au savoir-faire et à la créativité dans la réalisation de projets d’éducation contre le racisme !

Notes

1 Financé par te Fonds national suisse de ta recherche scientifique (FNSRS).

© Éditions ies, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search