Version classiqueVersion mobile

Travailler en réseau

 | 
Joëlle Libois
, 
Francis Loser

Introduction

Texte intégral

D’où les auteurs parlent

1Il importe de définir au sein d’une introduction d’où parlent les auteurs du texte, à partir de quelles références ils situent leurs propos. Cette nécessité de contextualisation permet une conception impliquée du texte et favorise le questionnement du lecteur. Cette posture, pour nous essentielle, est la condition même de la compréhension du développement proposé au sein de cet ouvrage.

2L’objet de notre recherche se construit par l’analyse du travail. Ce qui nous intéresse tout particulièrement n’est pas la notion intrinsèque de travail mais bien l’Homme au travail. A partir de ce positionnement qui met le sujet au centre des préoccupations, la notion de travail prend une autre acceptation que celle utilisée usuellement. Dans le langage courant le travail fait appel à un ensemble, à une globalisation des activités humaines coordonnées en vue de produire ou de contribuer à produire ce qui est utile. Au sein de notre recherche ce ne sont ni les objectifs, ni la généralisation, ni les résultats qui nous intéressent, mais une approche très micro, de l’action de l’homme au travail. Plutôt que de nous pencher sur la notion de compétences, notion peu définie bien que très prisée dans le monde de la formation professionnelle, nous avons préféré saisir finement ce que chaque travailleur observé à la loupe développe et met réellement en œuvre pour accomplir sa tâche.

3Si nous nous efforçons de saisir l’action à partir du sujet, celui-ci n’est pas isolé, mais pris dans un contexte qui déterminera, en partie, son action. Nous voyons qu’en peu de lignes nous utilisons un langage centré sur l’agir qui demande quelques explications et essais de délimitations. D’emblée nous informons le lecteur que les concepts que nous allons tenter de situer ne demandent, de notre point de vue, pas de définitions stabilisées. Un exercice de définitions relèverait de la pure prétention, et n’aurait de sens que dans le besoin impérieux d’une quête de Vérité. Ce texte ne se situe pas dans ce type de compréhension du monde, mais se veut une contribution, si possible éclairante, d’un champ en perpétuel développement, soit les théories de l’action.

4Ceci dit, nous n’évincerons pas la question d’une stabilisation momentanée des concepts, tels que nous les avons utilisés au sein de cette recherche. Pour ce faire nous nous sommes appuyés sur la psychodynamique du travail et l’ergonomie de tradition de langue française s’intéressant non pas à la transformation des conditions matérielles du travail à visée ergonomique, mais au développement de l’homme par et dans son travail. L’objet de recherche étant situé dans le champ de l’humain, plus spécifiquement dans celui du travail social, des détours par la pédagogie, la philosophie et la psychosociologie nous seront également utiles. L’approche n’est donc pas ancrée dans une discipline, mais se construit dans la transversalité pour tenter de cerner « l’énigme du travail ».

5Nous comprenons le travail comme une action sur le réel sous le regard d’autrui. Le travail est pensé comme une occasion d’agir avec intelligence, mettant en œuvre la subjectivité et permettant de soumettre son action au regard d’autrui. Le travail qui comporte toujours une dimension de peine, voire de souffrance, constitue également un puissant opérateur de construction de santé. Si nous avons posé quelques indications sur le pourtour du travail, nous pensons que celui-ci reste un objet énigmatique par sa transformation continuelle. Ce que nous allons tenter de cerner concerne son rapport à la gestuelle, à la production d’actions qui se situe dans un agir professionnel. Il n’y a pas d’action sans corps, sans sentiment. De plus, il est tout aussi nécessaire de tenter de clarifier ce qui se cache derrière le réel, l’action et l’activité. Si nous concevons la réalité comme les multiples façons dont les choses du monde se présentent au sujet, le réel peut être ce qui résiste à l’application des savoirs. Le réel résiste et l’expérience première du travail est bien souvent la rencontre à un échec. Pour nous, la question ne sera pas de déterminer si cet affrontement résulte d’un échec ou d’une réussite, ce qui retiendra notre attention est comment l’Homme au travail se débrouille pour réaliser la tâche prescrite alors que le réel de l’activité ne répond pas ou peu aux normes préétablies.

6Mais pourquoi soumettre notre action au regard d’autrui ? Pourquoi une fois notre récolte de données et notre analyse achevée, passer par l’écriture pour soumettre notre réflexion à des lecteurs avides de compréhension ? Car cela fait sens, cela est même constitutif de notre recherche. Pourquoi tant investir en temps, intellectuellement et subjectivement si ce n’est pour attendre un retour, une interaction, bref un développement de notre pensée ? Ce positionnement nous situe dans une théorie sociale du sujet. Dès lors nous postulons, en accord avec ce courant, que le social est premier dans le développement du sujet. L’Etre humain est un sujet social et psychologique avant d’être un sujet biologique. Il articule les dimensions psychiques et sociales. Notre rapport au monde passe par le rapport au monde d’autrui. Ainsi la construction de soi, de l’identité, se réalise au travers du regard d’autrui et nous verrons que le concept de reconnaissance sera déterminant au sein de notre objet d’étude. S’intéressant au monde de la petite enfance, nous savons combien l’enfant a besoin d’être sous le regard de l’Autre. Qui n’a pas entendu au sein d’une place de jeu les multiples Maman regarde... ? L’enfant dans ses expériences acrobatiques soumet au regard de celle dont le jugement sera reconnu comme pertinent, son expérience du réel. Il soumet au regard d’un être reconnu les limites de son corps essayant sans cesse de repousser les résistances du réel. C’est à partir de cette compréhension du monde que nous avons délimité notre problématique mettant en exergue les interactions humaines au sein de situations de travail.

7Le travail a un double statut, celui de produire une action sur le monde objectif, et celui de produire une action sur soi, dans le monde subjectif. Dans les métiers de l’humain qui nous intéressent, le lien à l’Autre est la mission première. Dans l’exercice des professions sociales, le faire est indéniablement lié à la rencontre de l’Autre. L’intersubjectivité est au centre du travail, elle est inscrite dans le travail. Si la construction identitaire est au centre du développement du sujet, le travail est un de moyens d’obtenir cette reconnaissance identitaire par le regard d’autrui. Le professionnel produit des actions dont l’arène de jugement de ses pairs à son égard deviendra le propre moteur de son développement. Bien sûr, les conditions de travail impliquant une non-reconnaissance peuvent équivaloir, a contrario, à une destructuration de l’identité.

8Si nous avons abordé les concepts de travail et de réel, il nous reste à tenter une compréhension autour de l’agir, de l’activité et de l’action. Nous comprendrons l’agir comme un terme générique, traversé par de nombreuses forces. Les modèles sociaux de l’agir, la préfiguration de l’agir, les prescriptions donnent des indications sur les représentations qu’ont les institutions de l’action à construire. L’agir est un construit social, il y a des déterminismes préexistants qui influent fortement sur l’agir, mais il y a aussi le sujet, la personne qui au travers de son agir modifie ces modèles préexistants. Du point de vue de sujet, l’agir est un rapport entre main et esprit qui ne peut être expliqué, mais qui par son action modifie, en partie, le contexte environnant. L’espace de recherche se situe entre ce pré-existant et l’agir humain qui produit une action.

9L’activité revêt de notre point de vue une dimension collective. Dans les situations de travail, le sujet est intégré dans des activités collectives avec des finalités. Il est en constante interaction avec son environnement composé entre autres de collègues. Ils interagissent entre eux. L’activité est un concept intermédiaire entre l’organisme et son milieu, le développement de la personne se réalise au sein de ce milieu.

10Quant à l’action nous pourrions la définir comme la participation d’un individu singulier dans les conduites collectives, avec des intentions qui sont affectées par le milieu. Le sujet n’est pas maître de ses intentions. Elles sont en constante évolution du fait que le sujet est en interrelation avec son environnement et que celui-ci influe sur ses représentations, sur ses affects. Pour clarifier, en sachant que toute clarification est réductrice, nous pourrions poser succinctement le couple activité-action ainsi : L’activité est liée au collectif, qui se construit avec des finalités. L’action est la production d’un sujet, qui se structure avec des intentions. Mais que ce soit l’activité ou que ce soit l’action, l’ensemble est en interaction constante avec un milieu qui affecte le ou les sujets. Cette distinction nous paraît intéressante pour entrer dans l’analyse des séances de réseaux où le collectif et ses finalités sont mis en exergue, toutefois c’est à partir des sujets et de leurs intentions propres que nous allons tenter de saisir ce qui se fabrique.

11Pourrions-nous considérer la notion de crise comme un événement de la volonté d’un agent humain ? Comme nous l’avons vu, le sujet est en constante interaction avec son environnement, dans ce sens nous parlons de sujet social. Un événement comme une crise ne peut être de la responsabilité d’un sujet, elle ne peut être que le résultat d’un ensemble de forces interagissantes. De plus, un événement ne peut être isolé en tant que tel, il n’est que la succession d’autres événements successifs au sein desquels chaque sujet est porteur d’actions. Qu’est-ce que la crise dans notre contexte sinon l’occasion de la visibilité de l’action d’un ou plusieurs professionnels ? Dès lors il y a une intention consciente d’un ou plusieurs sujets de produire quelque chose qui sera reconnu dans un collectif. Nous pouvons analyser à travers la notion de crise le passage du singulier au collectif.

12L’objet de notre recherche ne se situe pas dans un champ évaluatif et la question de la responsabilité n’est pas notre entrée privilégiée. Car quels types d’interprétations donner à cette responsabilité ? Est-ce qu’un sujet peut être considéré comme la cause d’une action donnée ? Comment identifier une action dans le flux continu des conduites ? Notre position montrant l’indissociation de la problématique de l’événement et du sujet, modifiant de fait les intentions premières invalide la pertinence de la question. Notre regard ne sera pas celui porté sur la recherche de la responsabilité mais sur l’intelligibilité des pratiques. Nommer des choses qui fonctionnent en silence et qui produisent de l’inintelligibilité est l’objectif humble et pertinent de notre activité. La question même de l’intention reste problématique, car comment les professionnels interprètent ses intentions ? Le professionnel va interpréter en fonction de sa propre histoire, de ses représentations rétroactives et va agir en fonction de ses représentations proactives, projetées de l’effet escompté de son intervention dans le monde. Or notre interprétation est que l’intention du professionnel va être traversée par la situation qui va agir sur le sujet. Nous répétons que le sujet est un sujet social évoluant dans un contexte mouvant qui affecte son positionnement au monde.

13Après avoir situé notre propos, il nous reste à positionner notre place de chercheurs au sein du processus de recherche. La problématique a été construite à partir de deux positions professionnelles antérieures liées à l’objet de recherche. Avant d’occuper une place d’enseignant-chercheur, nos terrains de pratiques ont traversé le travail en réseau interprofessionnel, qui plus est étaient ancrés institutionnellement au sein des entités qui seront analysées. Bien connaître les situations professionnelles étudiées pourrait, selon l’avis de certains, être un désavantage, voire une contre-indication pour mener un processus de recherche. Nous serions dans un manque d’objectivité inopérant, disqualifiant l’esprit même de recherche. Nous adoptons une autre posture, plus proche de la recherche clinique, impliquant le chercheur au sein de la situation. Le corps à corps que le chercheur entretient avec son matériau est productif de sens, de compréhension, d’intelligibilité. Nous définirons l’approche clinique comme toute observation, écoute et réflexion concernant la souffrance humaine. La rencontre en intersubjectivité en est l’élément fondateur. C’est la rencontre qui produit un savoir partagé. Nous nous situons dans une position compréhensive, qui se différencie de l’expérimentation située abusivement comme « scientifique ». Le gage de la scientificité étant l’extrapolation, voire la généralisation des résultats trouvés. Or nous pensons que l’approche du « myope », allant ausculter avec sa loupe deux situations de réseaux interprofessionnels répond totalement aux critères de scientifîcité sus-mentionnés. C’est en allant au plus petit, au plus intime, que l’on rencontre la généralité. Quant à la quête de vérité, cela nous entraînerait dans un débat philosophique trop important pour le bâcler en quelques phrases. Nous nous situerons simplement en affirmant que toute interprétation n’est pas définitive, étant dès lors en quête d’évolution permanente. Nous pourrions conclure sur ce débat à peine amorcé que c’est la reconnaissance construite et analysée des Autres qui va démontrer au mieux la pertinence ou non de la recherche d’un nouveau savoir. Nous espérons que ce travail fera sens et qu’ainsi quelques personnes puissent se l’approprier comme élément de réflexion.

Objet de recherche

14Les interventions sociales, qui proposent une modélisation de l’action réalisée en réseau, connaissent un essor grandissant et sont représentatives de la mutation des pratiques. Fondée sur l’analyse de cas concrets relevant de situations de crise signalées au sein d’un espace de vie enfantine, cette recherche vise à mettre en relief les comportements et la dynamique des processus impliqués dans les interventions menées par les professionnels lorsqu’ils opèrent en partenariat. Cette recherche se situe dans l’articulation entre le travail social et l’éducation de la petite enfance.

L’EVE du Mail comme lieu d’ancrage de la recherche

15Dans le cadre de l’espace de vie enfantine (EVE Mail), le partenariat et la mise en réseau des différents intervenants constituent une pratique systématique lorsque des situations de crise surviennent. Par conséquent, cette structure est un observatoire privilégié pour observer les actions réflexives et opératoires menées par les professionnels confrontés à ce genre de situations complexes. Fortement intéressé au développement de la réflexion professionnelle, EVE Mail a volontiers accepté d’ouvrir sa structure à notre recherche, qui vise précisément l’observation et l’analyse des pratiques des professionnels de la petite enfance et du travail social. Si EVE Mail est prioritairement concerné par la présente recherche, d’autres terrains se trouvent naturellement associés à cette démarche au gré des collaborations qui se tissent autour des situations prises en considération. Nous pensons notamment aux différents services qui interviennent en faveur de l’enfance : Service de santé de la jeunesse (SSJ), Service de protection de la jeunesse (SPDJ), services sociaux de quartier, Hôpital des enfants, Guidance infantile, etc. Dans un contexte marqué par les changements des rapports sociaux, notamment de la sphère familiale, la place de l’enfant et la reconnaissance de ses droits font actuellement l’objet d’un questionnement partagé par l’ensemble des acteurs sociaux. Le statut de l’enfant a évolué, et continue d’évoluer, parallèlement aux pratiques éducatives qui réunissent aujourd’hui un large réseau d’acteurs professionnels et non-professionnels autour du jeune enfant.

Les situations de crise et les nouvelles formes d’intervention sociale

16Dans ce contexte en pleine mutation, du fait de la multiplication des intervenants aux discours et intérêts parfois divergents, l’intervention sociale est devenue une action complexe et incertaine. Ce dilemme apparaît très clairement dans les situations de crise – maltraitance, négligences parentales, violence conjugale, etc. – qui cristallisent l’attention de nombreux acteurs, questionnent leurs valeurs propres ainsi que le sens et les limites de leurs interventions. Ainsi, pour s’adapter aux nouvelles composantes de leur réalité quotidienne, les éducateurs de la petite enfance et les travailleurs sociaux sont appelés à développer constamment de nouvelles pratiques d’action et de communication. Parmi d’autres modes d’intervention, il convient de relever que les approches qui proposent une modélisation de l’action réalisée en réseau connaissent un essor grandissant et sont représentatives de la mutation des pratiques sociales.

Hypothèses de recherche

17Nous faisons l’hypothèse que l’analyse de ces « actions incertaines » permet non seulement d’identifier les compétences réflexives et opératoires des professionnels confrontés à la situation de crise, mais également leur dynamique propre. Nous pensons notamment aux capacités de recueillir de l’information, de problématiser les situations, de construire le réseau des intervenants, de prévoir les prises de décisions, etc. Comme seconde hypothèse, nous pensons que le discours que les professionnels tiennent sur leurs pratiques ne recoupe que partiellement les actions menées sur le terrain, occultant en partie les contraintes et les dilemmes rencontrés.

Objectifs de la recherche

18Fondée sur l’analyse de cas concrets, notre recherche tente principalement de cerner comment les différents intervenants construisent leur intervention et de mettre ainsi en perspective la palette des compétences mobilisées. Pour ce faire, nous avons collaboré étroitement avec les professionnels qui ont accepté que l’on procède à l’analyse de leurs actions et de leurs discours produits avant, pendant et après les différentes séquences d’intervention. Si cette procédure de recherche peut paraître lourde, elle nous semble particulièrement pertinente pour appréhender les diverses compétences développées ainsi que la dynamique des processus impliqués durant les interventions de crise.

19Très concrètement, cette recherche s’est déroulée sur une durée de neuf mois et porte principalement sur deux situations de crise pour lesquelles les actions des professionnels impliqués ont été finement analysées. L’intérêt de travailler sur une approche très micro nous a permis de recueillir du matériel brut, tels des enregistrements de séances de réseaux permettant de conduire des entretiens sur la base de l’action réelle menée en réseau. Les discours des professionnels se sont construits à partir de leurs pratiques révélées à eux-mêmes, évitant ainsi les traditionnels discours généralisant sur ce que l’acteur s’imagine devoir dire de sa pratique.

20La notion de crise et de mise en alerte du réseau secondaire a pu être travaillée sur la base d’une observation directe. Pour ces situations menées en réseau, nous considérons que les principaux enjeux et contraintes qui entourent l’action des travailleurs sociaux sont liés au pilotage de l’action menée en partenariat (définition des rôles et des tâches, coordination des actions) et à la définition commune du problème et des pistes d’interventions (différences de référentiels professionnels, différence de conceptions des droits de l’enfant...). Au-delà des préoccupations organisationnelles et théoriques, l’action menée dans ces situations soulève toute une série de dilemmes d’ordre déontologique, axiologique et émotionnel qui brouillent l’intelligibilité. Aller au plus fin de l’analyse des interactions en jeu devrait nous permettre d’ouvrir des espaces de compréhension utiles au développement des savoirs et des pratiques professionnelles.

Démarche

21Cette étude se situe clairement dans une démarche de recherche appliquée. L’équipe de chercheurs avait une thématique prédéfinie autour du travail en réseau secondaire formel, mais l’objet de recherche restait encore à identifier. Les questionnements initiaux se situaient principalement autour des interactions entre les professionnels durant les séances de réseau. Il fallut dès lors trouver un ou des partenaires intéressés par cette thématique. Très vite le centre de vie enfantine EVE Mail avec qui nous étions déjà en contact, s’est annoncé comme vivement intéressé par ce sujet. Suite à plusieurs rencontres avec la directrice d’EVE Mail, nous racontant les problématiques auxquelles elle était directement confrontée, nous avons repéré qu’il serait non seulement possible de collaborer mais surtout que nous trouverions là un terrain directement impliqué par ces pratiques. Lorsqu’il a été possible d’identifier les différents partenaires impliqués dans des réseaux actifs à partir d’EVE Mail, nous avons repéré que le champ du travail social était largement majoritaire. De plus, partir de problématiques liées à la petite enfance avait l’avantage de mobiliser des professionnels des champs médicaux et thérapeutiques. Cet ensemble complexe mais illustratif des réalités de terrain nous a paru privilégié pour entreprendre une démarche de recherche.

22Toutefois se lancer dans l’exploration d’une thématique aussi mouvante que la question des réseaux nous a fortement interrogé. Serait-il possible de circonscrire des situations significatives ? Serait-il possible d’impliquer dans la recherche des partenaires non identifiés au début du processus ? Comment délimiter un partenariat suffisamment large sans savoir auparavant sur quelles problématiques se construiront les réseaux naissant et qui en seront les principaux protagonistes ? Toutes ces incertitudes nous ont parfois démobilisés, mais l’insistance positive d’EVE Mail nous a convaincus de tenter cette expérience peuplée principalement d’« essences inconnues ». Sachant que ce projet serait présenté dans le cadre du fonds de recherche DORE, finançant des études de courte durée nous savions que nous aurions peu d’espace de remédiation possible. Toutefois l’incertitude est inhérente à tout processus de recherche et la confiance accordée par les professionnels d’EVE Mail a largement suffi à nous lancer dans l’aventure.

23Pour la construction du projet de recherche, nous avons demandé à la directrice de la crèche de nous présenter les situations au sein desquelles elle avait dû faire appel à une pratique en réseau. Nous avons été fortement surpris d’apprendre que les situations difficiles représentaient 10 % des enfants inscrits dans l’institution. Pour EVE Mail, cela correspond à une moyenne de 20 enfants qui interrogent fortement les professionnels de la petite enfance. Durant ces présentations nous avons relevé que de nombreux partenaires fortement engagés émanaient des services de l’Office de la jeunesse. Nous avons alors présenté le projet au directeur de cet office qui s’est montré fortement intéressé à la problématique du travail en réseau, relevant de nombreuses difficultés de collaborations interservices.

24Si les situations présentées à partir d’EVE Mail correspondaient aux situations sur lesquelles nous imaginions travailler, il nous restait à délimiter le champ de notre recherche, son objet, les apports méthodologiques et théoriques pertinents pour appréhender la problématique. Les premiers choix ont concerné l’approche qualitative, puisque nous voulions saisir finement ce qui se fabriquait au sein de ces pratiques professionnelles très en vogue. Si les deux chercheurs avaient au préalable une connaissance pratique de ce modèle d’intervention, ils n’en étaient pas moins pleins d’interrogations quant à la compréhension de ce qui se joue au sein de telles séances. Une recherche théorique rapide a montré le déficit d’écrits sur la question et à renforcer l’intérêt pour un tel investissement.

25Suite à de nombreuses discussions il est apparu que la notion de crise pouvait permettre un point de départ pour l’entrée dans un réseau. Si l’on s’attache à la notion de réseau, on sait qu’il n’y a ni début ni fin identifiable, les interactions créant des prolongements parfois inattendus, parfois même difficilement imaginables dans le temps présent. S’intéresser à la notion de crise s’appliquait également directement aux pratiques d’EVE Mail, à travers son mandat de prévention amenant à identifier les situations familiales entravant le bon développement de l’enfant.

26A partir des situations de crise et toujours en lien avec les explications de la directrice de la crèche, nous avons tenté de reconstruire les différentes étapes allant de l’identification de la situation problème, au déclenchement d’une pratique en réseau. Nous nous sommes vite aperçus qu’un nombre de variables infini entrait en ligne de compte et que chaque situation demandait une intervention spécifique. C’est à partir de cette étape de réflexion que le projet de recherche a pu se construire de manière explicite. C’est la complexité même de ces pratiques qui nous a interrogés, ce travail sans filet à réinventer en fonction de chaque situation, ce partenariat à construire pour un temps indéfini pouvant aller d’une séance à plusieurs années, cet appel à la collaboration sans objectif prédéfinis, bref cet ensemble insaisissable devenait objet de recherche questionnant les pratiques professionnelles liées à ce modèle d’intervention.

27Nous avons donc conçu ce projet en partant de l’incertitude et de la complexité, liés à l’objet même de la recherche, liés également à la démarche ne sachant pas encore quelles seraient les situations de crise sur lesquelles nous travaillerons quelques mois plus tard et quels seraient les professionnels qui interviendraient dans ces situations. Nous partions du principe que si des remédiations étaient nécessaires, elles appartiendraient au processus même de recherche et que cela n’entraveraient en rien la pertinence de notre projet.

28La méthodologie s’est construite en lien avec l’analyse du travail inspirée de l’ergonomie de langue française et de la psychodynamique du travail. Nous avons construit notre cadre méthodologique en lien avec les notions de travail prescrit et travail réel, ainsi que l’autoconfrontation simple et croisée. Ces méthodes nous ont paru particulièrement pertinentes pour une recherche appliquée impliquant les professionnels dans l’analyse des données récoltées. Cette manière de faire nécessite également un investissement important des chercheurs dans l’observation des situations ainsi que dans des entretiens centrés sur l’analyse du travail. Nous nous sommes également inspirés des écrits de Barbier (2001) autour de la constitution de champs de pratique en champs de recherche. Cet auteur développe que dans ce type d’approche, les hypothèses de recherche ne sont pas un préalable indispensable à la démarche, mais surviennent souvent au cours de son exercice.

29Dans notre situation, nous avions défini des hypothèses très larges concernant l’identification de compétences réflexives repérables dans les pratiques, et que d’un point de vue méthodologique, les discours des professionnels ne reflètent pas ou peu les tensions liées à leurs pratiques. Toutefois des hypothèses liées directement à l’analyse des situations de réseau n’ont pu se construire qu’à partir du matériau récolté et en lien avec les entretiens d’explicitation menés avec les sujets concernés.

30L’ensemble de la démarche, que ce soit au niveau de la construction du projet comme durant le processus de recherche proprement dite, s’est constitué en lien étroit avec les terrains partenaires. Les aspects purement méthodologiques seront explicités dans le chapitre 2 de ce rapport, centrée sur l’exploration des pratiques. Du point de vue théorique, les références significatives ont déjà été présentées en introduction de cet ouvrage. Nous rappellerons simplement que les auteurs choisis appartiennent à plusieurs champs disciplinaires allant de la sociologie, à la psychosociologie en passant par la pédagogie. Ce choix étendu est lié à l’approche définie autour de l’analyse du travail qui fait appel à des ancrages référentiels multiples. Nous nous sommes surtout intéressés à définir des thématiques à éclairer théoriquement, en montrant la complexité liée à la notion de réseau par exemple, plutôt qu’une approche centrée sur l’apport d’un auteur. Ce choix, si l’on peut le nommer ainsi, s’est imposé à nous en lien avec l’avancement de nos travaux qui nous ont conduits à saisir des pratiques professionnelles multidisciplinaires et multiréférentielles. C’est donc à partir des terrains que nous avons construit notre cadre théorique.

31Il nous reste à nommer les interactions incessantes entre les professionnels de terrain et les chercheurs, mais également entre les deux chercheurs qui se sont inventé une pratique de recherche en réseau. Si l’enjeu était clairement posé autour d’une étude centrée sur des pratiques de terrain, nous ne pouvions qu’accepter les incertitudes, les résistances, les remédiations et les transformer en espaces de confrontations propices au développement de la recherche. Si chaque chercheur s’est penché plus particulièrement sur l’exploration d’un réseau particulier, des rencontres régulières et soutenues se sont révélées nécessaires. Au vu d’une implication subjective importante dans une approche compréhensive, il s’est avéré indispensable de dialoguer avec le partenaire de recherche pour réajuster les hypothèses émergentes, les compréhensions des problématiques en jeu ainsi que les risques d’interprétations abusives. Cette expérience, individuelle et collective à la fois, s’est construite à l’image de ce qui se vit au sein des pratiques en réseau et cet effet miroir à également été source de questionnement et de développement. Pour les partenaires de terrains, prêts à visibiliser leurs pratiques, le suivi par un référent a permis la construction d’une relation de confiance indispensable à ce type de processus. La connaissance préalable des terrains de recherche a certainement favorisé l’ensemble des interactions et contribué au bon déroulement de cette expérience.

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search