Version classiqueVersion mobile

Travailler en réseau

 | 
Joëlle Libois
, 
Francis Loser

Préface à la seconde édition

Texte intégral

  • 1 Voir la liste des interventions et prestations menées depuis la première publication, à la fin de (...)

1Nous avons jugé pertinent d’introduire en préambule à cette réédition quelques réflexions apparues depuis le moment où nous avons mené notre recherche en 2002. Il convient de préciser que les résultats de notre recherche ont donné lieux à des enseignements, des prestations de services et des communications.1

2L’intérêt soulevé par la question du travail en réseau, et par là même pour notre recherche, correspond à l’évidence à un besoin des professionnels. Cet intérêt ne semble pas lié à un engouement du moment comme nous l’avions initialement supposé, mais dénote que le travail en réseau s’inscrit bien au cœur des pratiques des professionnels des domaines santé-social. Pour expliquer plus avant ce constat, il est possible de relever quelques pistes de compréhension.

3Tout d’abord, il convient de relever que les professionnels sont aujourd’hui appelés à agir dans des situations aux frontières mal délimitées alors même qu’ils sont obligés d’en appréhender toute la complexité. Cette exigence encourage une mise en synergie des compétences entre services et organisations. On est en droit de se demander si le phénomène observé tient à la progressive complexification des problématiques ou à un changement de regards des praticiens sur les situations, notamment à la faveur d’une large diffusion du modèle systémique. Les deux hypothèses sont sans aucun doute vraies, mais il convient encore d’ajouter une autre piste de réflexion possible, à savoir la mutation de l’organisation du travail et par ricochet des pratiques professionnelles induites par un environnement social et économique dont le principe organisateur ne répond plus à une logique structurelle et institutionnelle inflexible. Comme le relève le sociologue Zygmunt Bauman, nous sommes aujourd’hui inscrits dans un monde devenu fluide (Bauman, 2007), marqué par la communication et les interconnexions.

4Un autre sociologue, Marc-Henry Soulet, note pour sa part que la redéfinition de l’Etat social et les nouvelles conceptions de politiques sociales ont entraîné une transformation des modes d’intervention dans le champ du travail social, dont notamment une promotion du travail en réseau (Soulet, 2001).

5Si l’on considère la situation genevoise, avec l’apparition de nouveaux mandats, comme par exemple l’implantation des éducateurs dans les écoles, nous assistons bien à l’émergence de nouvelles formes de pratiques qui tendent à privilégier le travail de réseau.

6Dans le domaine de la santé, ce type de pratique s’est également bien développé. Nous pensons bien sûr au réseau de médecins, mais également aux infirmières de santé publique qui sont obligées d’envisager leurs interventions de concert avec différents partenaires (médecin traitant, assistante sociale, aide familial, membres de la famille, etc.). Lors des transferts de patient, entre la structure de soins et l’EMS par exemple, les professionnels de la santé mettent en place ce qu’ils nomment des réunions de réseau. Ces temps de rencontre ne constituent pas à proprement parlé un travail en réseau, au sens où nous l’entendons dans notre recherche, mais ils permettent néanmoins de mener un point de situation et des prises de décision éclairées par un regard pluriel. Ainsi, même les professionnels dont l’action se déroule majoritairement au sein d’une même structure ont aujourd’hui conscience de l’importance que constitue l’environnement élargi.

7Si le travail en réseau offre de belles perspectives en termes de prise en charge, il place toutefois les praticiens et leurs actions sous les auspices d’une organisation peu évidente. L’arborescence et la logique hiérarchique qui caractérisent l’organisation institutionnelle se trouvent effectivement chahutées par les pratiques de réseau qui se développent selon un mode de structure de type rhizomatique au gré des nécessités qui émergent dans les situations suivies. Comme le soulignent Deleuze et Guattari (Deleuze, Guattari, 1980), le rhizome évolue au cours du temps, prend des formes très variées et n’importe quel point peut être connecté avec n’importe quel autre selon une logique d’organisation acentrée marquée par une absence de pivot et de hiérarchie. Comme nous l’avons mis en perspective dans les analyses développées dans le cadre de notre recherche, ce modèle d’organisation n’est pas sans poser toute une série de difficultés et de malentendus aux professionnels qui co-interviennent.

8En effet, le travail en réseau implique des jeux de positionnement entre partenaires dans la mesure où leurs intérêts et logiques d’action ne sont pas toujours compatibles. Si l’on considère la place des médecins par exemple, il n’est pas rare que ces derniers, de par leur statut professionnel, tiennent peu compte de l’horizontalité que suppose le travail en co-intervention. A cela vient s’ajouter la question du secret professionnel alors que le passage d’information constitue déjà en soi une question sensible entre partenaires - que convient-il de dire ou de ne pas dire, à qui et pourquoi ?

9Intervenir en réseau exige des partenaires qu’ils soient en mesure de communiquer clairement. Cependant, comme l’ont mis en évidence les chercheurs de l’école de Palo Alto, la communication ne se limite pas au contenu des informations échangées, mais se joue aussi et surtout autour des enjeux qui sous-tendent le positionnement des acteurs, les rapports établis entre eux, leurs intérêts, etc.

10Le travail en réseau inscrit les professionnels au cœur de la complexité qui, pour être appréhendée, suppose de considérer ensemble les dimensions personnelles (composante intrapsychique), interrelationnelles (enjeux affectifs, enjeux autour de la reconnaissance, du pouvoir, etc.) et contextuelles (lois, politique sociale, etc.). A cet égard, le modèle écosystémique développé par Urie Bronfenbrenner met bien en évidence l’entremêlement des différents systèmes qui entourent la situation d’un usager, soit de manière directe (familles, réseau d’amis, etc.) soit de manière indirecte (assurances sociales, aménagement du territoire, valeurs, etc.).

11Selon les travaux des chercheurs en ergonomie du travail, un écart existe entre une activité prescrite et l’activité réellement mise en œuvre et ce constat s’applique tout aussi bien au travail en réseau. C’est pourquoi nous proposons à la fin de notre ouvrage une sorte de protocole, revu et complétée pour la présente édition, qui n’est pas pensé en termes de méthode d’intervention, mais bien davantage en termes de points à clarifier et à penser en vue de l’action.

12Comme toute autre activité, nous estimons que le travail en réseau n’est pas totalement objectivable car, d’une part, les actions des professionnels demeurent en grande partie invisibles et, d’autre part, ces dernières relèvent des arts de faire et de ce que Michel de Certeau nomme une intelligence du sujet. Pour cet auteur, il s’agirait d’une intelligence qui relèverait du flair, du tact, du goût, du jugement, de l’instinct, etc., un savoir-faire qui procèderait d’un principe insaisissable du savoir (De Certeau, 1990, p. 122).

13En développant son concept de praticien réflexif, Donald Schön (Schön, 1994) ne dit pas autre chose lorsqu’il évoque l’importance des savoirs incorporés des professionnels, savoirs qui dans une large mesure échappent à leur conscience.

14De son côté, Christophe Dejours accorde également grand crédit à la gestuelle, à l’intelligence sensible et à ce qu’il nomme le « travail par corps » (Dejours, 2003).

15Evoquer la dimension du corps c’est aussi parler des émotions vécues par le professionnel durant son action. Certaines situations ne sont pas sans générer des angoisses, des colères, voire des sentiments de rejet, autant de sentiments qu’il s’agit de reconnaître pour ne pas les rejouer au sein du partenariat. Plusieurs professionnels nous ont aussi fait part de leur sentiment de solitude lorsqu’ils se retrouvaient face à des équipes ou lorsqu’ils étaient porteur d’une position minoritaire.

16Comme on le voit, travailler en réseau demande aux professionnels non seulement de bien connaître leurs dossiers, mais également de déployer une posture subtile qui leur permette de se positionner clairement tout en s’adaptant continument aux interactions avec leurs partenaires. A nos yeux, la posture adoptée résulte largement de la créativité dont le professionnel saura faire preuve en cours d’action pour actualiser la somme de ses habiletés. Se pose dès lors la question de la formation ou plus précisément la manière dont la créativité des praticiens peut être renforcée en vue d’un travail en co-intervention.

17Nos interventions passées, nous ont appris qu’une formation destinée à aider les professionnels à travailler en réseau ne pouvait reposer sur le seul exposé des possibles écueils qui guettent la conduite des actions menées, mais devait s’appuyer sur un dispositif qui allie différentes approches. Les analyses de pratique et les jeux de rôle constituent à cet égard des précieux outils pour examiner de près les stratégies en termes de réflexion et d’action. Pour renforcer les bénéfices des exercices, nous préconisons la constitution de groupes réunissant des praticiens provenant de divers horizons professionnels – santé et social par exemple – et ancrés dans des structures aux mandats variés.

18Bien d’autres points relatifs au travail en réseau mériteraient encore d’être abordés, mais cette préface a surtout pour objet de mettre en perspective l’actualité de ce type de pratique qui continue à se développer. En ce qui concerne les résultats de l’enquête menée sept ans auparavant, nous estimons que nos observations et analyses conservent leur pleine pertinence, ce qui nous a amené à envisager cette seconde édition.

19Janvier 2010

Différentes interventions et prestations menées depuis la première publication

20• Enseignements réguliers dans différentes écoles HES romandes (HETS à Genève, HEdS Vaud et Fribourg), dès janvier 2004.

21• Coaching d’équipes professionnelles en travail social sur le travail en réseau dès 2005

22• Participation à la table ronde portant sur le thème « mettre la personne âgée au cœur du processus institutionnel : l’interdisciplinarité comme outil d’une nouvelle approche des prestations. Journée Inter-EMS organisée par la FEGEM (Fédération genevoise des établissements médico-sociaux), 7 avril 2005.

23• Conférence sur le thème Collaboration entre professionnels des domaines santé et social, UMSA (Unité Multidisciplinaire de Santé des Adolescents), unité rattachée au Centre hospitalier universitaire vaudois et HUG (Hôpitaux Universitaire Genevois), Château de Rolle, 18 mai 2006.

24• Conférence et matinée de réflexion sur le thème : Vous et les autres : Petite enfance et intervention en réseau. Journée de la petite enfance de la commune de Vernier organisée par le Service de la petite enfance de la commune de Vernier (Genève), 31 mars 2007.

25• Conférence sur le thème : Comment travailler en réseau. En introduction à la Journée organisée conjointement par la Fondation Charlotte Olivier et la Direction de la santé et des affaires sociales de Fribourg sur le thème : Prévention de la maltraitance des enfants dans le canton de Fribourg, 21 septembre 2007.

26• Formation-intervention pour les professionnels et les membres de la direction du Service de Protection des Mineurs (SPMI), Genève, automne 2009.

Notes

1 Voir la liste des interventions et prestations menées depuis la première publication, à la fin de cette préface.

© Éditions ies, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search