Version classiqueVersion mobile

La question de l’altérité dans l’accueil psychosocial des migrants

 | 
Claude de Jonckheere
, 
Delphine Bercher

Chapitre 1. L’institution

Texte intégral

Appartenances

1Pour étudier les pratiques d’accueil psychosociales des migrants, nous avons choisi comme terrain d’étude la consultation psychothérapeutique de l’association « Appartenances ». Cette consultation nous apparaît comme étant un terrain d’étude privilégié, puisque cette association est considérée au sein du réseau de soins de la région lausannoise comme étant le centre spécialisé dans la prise en charge de patients migrants.

2En 1992, l’association Appartenances est créée par un petit collectif de personnes étant concernées par la problématique de la migration, ou travaillant déjà dans ce domaine (professionnels de la santé mentale, travailleurs sociaux). L’approche proposée se fonde sur deux principes. Premièrement : « Les immigrants, de par la nature même de leur situation, sont des êtres vulnérables. Dans la plupart des cas, la migration représente une crise dans la vie d’un individu, et la souffrance qu’elle engendre ne devrait pas être considérée comme une pathologie ou être pathologisée ». Deuxièmement : « Toute crise peut avoir une issue favorable ou défavorable, mais c’est une occasion donnée aux individus de découvrir en eux-mêmes de nouvelles possibilités d’évolution, jusqu’alors insoupçonnées. Lorsque l’issue de la crise est défavorable, les symptômes se cristallisent et des troubles plus graves peuvent apparaître ». (Métraux & Fleury, 1966, p. 263). Cette approche poursuit les buts suivants :

  • favoriser l’autonomie et la qualité de vie des migrants (requérants d’asile, réfugiés, travailleurs immigrés, etc.) par la découverte et l’utilisation de leurs propres ressources,
  • promouvoir la rencontre entre les migrants et la société d’accueil. La mise en pratique de ces buts se fait à deux niveaux :
  • par des activités de prévention afin de faciliter le processus d’intégration,
  • par des interventions d’aide prenant en compte les problèmes particuliers à la migration.

3Cette mise en pratique s’effectue par la création de trois secteurs distincts que sont : un centre femmes, un programme de prévention en santé mentale et un centre de consultation psychologique.

4Le centre femmes, destiné exclusivement aux femmes, vise à leur permettre de reconstituer un réseau social altéré par la migration. Des activités diverses sont proposées, telles que l’apprentissage du français, des cours de couture, une garderie d’enfants, des repas effectués en commun et des informations sur la santé, etc.

5Le programme de prévention en santé mentale, inspiré par celui que certains fondateurs avaient contribué à développer dès 1997 au Nicaragua auprès de communautés affectées par la guerre (Métraux, 1993), propose les objectifs suivants :

  • promouvoir une meilleure qualité de vie chez les personnes, adultes et enfants, menacées d’exclusion sociale (guerre, migration, chômage, etc.),
  • promouvoir, chez les personnes menacées d’exclusion sociale, le développement de leur autonomie pour la résolution de leurs difficultés,
  • former des « agents de prévention », ou « promoteurs » issus des diverses communautés culturelles auxquelles s’adresse le projet,
  • développer de nouvelles techniques de travail chez les professionnels (assistants sociaux, infirmières, enseignants, psychologues, traducteurs, etc.) travaillant avec les personnes menacées d’exclusion sociale, en leur donnant des outils leur permettant de découvrir et développer les potentialités des personnes dont ils s’occupent. (Métraux & Fleury, 1997, p. 99). Cette rencontre entre professionnels et migrants se fait à travers l’élaboration, dans un setting groupai, des expériences individuelles, familiales et communautaires induites par la migration (pertes, deuils, traumatismes, etc.).

6Le centre de consultations comprend une équipe thérapeutique pluridisciplinaire. Elle propose un soutien thérapeutique aux enfants, adolescents ou adultes traversant des difficultés. L’équipe est actuellement composée de psychologues, de médecins psychiatres, d’une logopédiste et d’une physiothérapeute. Dès son ouverture en 1993, le centre a reçu de nombreuses demandes de consultations. Si dans un premier temps les demandes concernaient essentiellement les requérants d’asile, le spectre s’est progressivement élargi aux réfugiés statutaires, travailleurs immigrés, couples binationaux, enfants de la deuxième génération, enfants adoptés. Cette augmentation constante des demandes de consultation (actuellement une dizaine de nouvelles demandes par semaine) nécessita un accroissement également constant de l’équipe soignante, ainsi que la création d’antennes régionales (Vevey, Yverdon et projet pour le canton du Valais en cours).

7Au début de son activité, le centre recevait des demandes de consultations émanant principalement des instances directement en contact avec les demandeurs d’asile, telle que la Fondation d’Accueil des Requérants d’Asile (FAREAS). Aujourd’hui, les demandes proviennent de l’ensemble du réseau médical et social du canton de Vaud. Ce sont notamment : la FAREAS, les services psychiatriques adultes, adolescents et enfants – policliniques, hôpitaux psychiatriques, médecins psychiatres privés –, les centres hospitaliers, policliniques médicales, médecins privés, le Département de l’instruction publique, les services sociaux de la ville, le service de protection de la jeunesse, le tuteur général et les associations caritatives.

8En ce qui concerne l’origine géographique des personnes ayant bénéficié d’une prise en charge psychologique, les chiffres pour l’année 1994 (Gilliard & Hauswirth, 1996) montrent qu’un tiers des consultants vient de l’ex-Yougoslavie – Bosnie et Kosovo principalement. Les deux tiers restants sont originaires de 47 autres pays.

9A titre indicatif, nous proposons les chiffres pour 1994 :

Ex-Yougoslavie

81

Autres pays d’Europe

20

Afrique noire

43

Maghreb

14

Suisse

34

Amérique du Sud

13

Moyen-Orient

30

Asie

7

10Outre les demandes de prise en charge, le centre de consultations est régulièrement sollicité pour des interventions diverses – supervisions, formations, conférences, cours, rédaction d’articles, suivi de mémoires effectués par des étudiants, participations à des recherches.

11Le centre de consultations, en association avec les intervenants du programme prévention de la santé, propose aujourd’hui un large éventail de cours et formations destiné aux personnes concernées par le domaine de la migration.

12L’association Appartenances en général, le centre de consultations en particulier, a développé une approche spécifique de la relation thérapeutique avec la population dont elle s’occupe. La première de ces spécificités consiste dans le travail avec des interprètes. Le recours aux interprètes est évidemment une condition indispensable pour pouvoir aborder des personnes ne parlant pas français, mais les thérapeutes du centre ont développé une approche intégrant la présence de l’interprète qui intervient de manière plus étendue, dont les fonctions ne se résument pas à l’activité de traduction d’un mot d’une langue à une autre.

13Perçu comme un véritable « pont entre deux cultures », également appelé médiateur culturel, l’interprète est sollicité au sein du « setting » thérapeutique, ou lors de réunions d’un réseau d’intervenants, afin de permettre la constitution d’un lien et une meilleure compréhension réciproque entre le migrant et la société d’accueil. De par ses connaissances de sa culture d’origine, il peut adapter une intervention sociale ou thérapeutique au contexte culturel du migrant ou inversement permettre au migrant de mieux comprendre le sens des propositions qui lui sont faites dans le pays d’accueil. Par ailleurs, il peut mettre à disposition ses connaissances des institutions, leur permettant ainsi de faire la part des aspects culturels, d’émettre des propositions adaptées et donc plus efficaces. Une formation spécifique au travail de l’interprétariat dans le domaine des soins est proposée par l’association. Par ailleurs, la présence de l’interprète permet la reconnaissance d’appartenances communes. La notion d’appartenances plurielles, communes, croisées constitue un outil thérapeutique fondamental dans l’approche proposée par l’association.

14La notion d’appartenance est au centre de l’approche thérapeutique pratiquée à la consultation. Jean-Claude Métraux, médecin responsable du centre de consultations, développe cette notion en ces termes : « Les appartenances se situent au carrefour des dimensions individuelles et sociales : l’individu seul se les définit, mais pour prendre sens, elles doivent être partagées avec d’autres. Car c’est toujours d’appartenance à une communauté, composée de deux personnes au moins, qu’il s’agit. Communauté qui est fruit d’une création collective, passée et présente : création d’une identité commune, d’un mythe commun, d’un projet commun, d’une histoire commune, d’un destin commun, d’une essence commune. Création commune qui, par elle-même, n’est pas suffisante : elle doit encore être reconnue, et reconnue comme significative. Appartenances communes qui impliquent un dialogue au cours duquel elles deviennent reconnaissables : si deux individus les gardent jalousement dans leur tête, ils ne pourront jamais prendre conscience de leur appartenance éventuelle à une même communauté. Une communauté est toujours constituée par des individus qui se reconnaissent une ou plusieurs appartenances communes » (1996, p. 18).

15Afin de lutter contre l’exclusion, il convient donc de multiplier les appartenances, « plus les individus se reconnaissent des appartenances diverses, plus les communautés auxquelles ils participent sont nombreuses et plus celles-ci s’enchevêtrent dans un tissu social complexe où chacun devient à la fois le même et l’autre de tout Autre. La multiplicité des appartenances devient remède contre l’exclusion, la guerre, la violence. Cessons donc de diviser le monde entre ceux qui appartiennent et ceux qui n’appartiennent pas : les hommes et les femmes, les Suisses et les étrangers, les travailleurs et les chômeurs, les riches et les pauvres, les inclus et les exclus. Mais construisons avec chaque autre une appartenance commune qui préviendra, quelles que soient les circonstances, tout désir de l’annihiler », poursuit l’auteur (p. 20).

16Afin d’être à même de multiplier des appartenances communes au thérapeute et au migrant, la présence d’interprètes, ou plutôt de médiateurs, s’avère indispensable. « Le thérapeute, fût-il bien intentionné, est à ce point dissemblable au migrant en consultation, plus d’ailleurs souvent par son histoire que par sa culture, que la reconnaissance d’appartenances communes entre eux seuls vite s’apparente à un rocher de Sisyphe. Un intermédiaire, un médiateur, devient dès lors nécessaire (…). Etre à la fois un alter ego du migrant et un alter ego du thérapeute. Partager tant avec l’un qu’avec l’autre des appartenances suffisamment foisonnantes pour qu’une première esquisse d’appartenance « croisée » entre thérapeute et migrant puisse voir le jour. Il est dès lors évident que l’interprète est appelé à jouer un rôle actif dans la consultation : communiquer avec le migrant pour qu’ensemble ils puissent se reconnaître des appartenances semblables, communiquer avec le thérapeute pour que tous deux se reconnaissent des appartenances semblables » (Métraux & Alvir, 1999, p. 17).

17La notions d’appartenance est intimement liée à celle de ressources. Les ressources communautaires et individuelles sont très présentes dans le modèle théorique proposé par l’association, tant au sein du groupe de consultations que dans le programme de prévention et promotion de la santé. Autour du concept de la santé, dont l’évaluation ne se résume pas à une absence de pathologie, Jean-Claude Métraux (1994) propose une définition basée sur des valeurs, les deux principales étant les suivantes :

  • La santé, c’est la capacité qu’a un individu et/ou une communauté à se créer des finalités nouvelles et à donner des sens nouveaux à ses expériences et à ses projets.
  • La santé, c’est se savoir, en tant qu’individu ou en tant que communauté, créateur du sens que l’on donne à son existence, à ses actes et à ses projets.

18« Si l’on adopte ces deux valeurs fondamentales, on réalise sans peine qu’une atteinte à la santé n’est plus définie seulement par la présence d’une menace pour la survie individuelle ou sociale (la guerre, la maladie, l’exil) et/ou la présence d’un symptôme (anxiété ou dépression, maux de tête ou d’estomac, incapacité à résoudre un conflit), mais aussi et surtout par :

  • l’inhibition des potentialités créatrices de l’individu et de la communauté,
  • l’impossibilité à donner un sens aux expériences vécues, la paralysie de la capacité à concevoir des projets,
  • l’attribution à un tiers de la capacité à trouver des « solutions » aux difficultés rencontrées,
  • l’attribution à un tiers du sens donné à ses actes et à son existence.

19Dans ce cadre, le changement n’est plus défini en termes de problèmes à résoudre, mais en termes de ressources, imprévisibles, à développer. L’individu et la communauté doivent (re)devenir sujets du monde et dans le monde, auteurs et acteurs de leur propre vie ou existence, quels que soient les événements auxquels ils ont été ou sont confrontés. Selon ces mêmes valeurs, prévenir signifie favoriser le développement des ressources et la créativité des personnes et communautés menacées d’exclusion sociale. Il s’agit d’aider ces dernières à utiliser leurs propres ressources pour affronter les changements et les crises qu’elles traversent » (Métraux & Fleury, 1997, p. 99).

20La notion de culture permet de s’adresser à la spécificité de la population dont s’occupe l’association. Le fait que les personnes reçues au sein du centre de consultation soient de culture différente de la nôtre est pris en compte à plusieurs niveaux. La participation d’un interprète est mise en place, pas uniquement pour permettre au consultant de s’exprimer dans sa propre langue, mais également pour fournir des informations « culturelles » au thérapeute. Ces informations concernent les systèmes de règles, de croyances et de comportements d’une culture donnée. Cependant, contrairement à d’autres écoles ethnopsychiatriques, notamment celle du Centre G. Devereux dirigé par T. Nathan, à l’université Paris VIII, l’appréhension des difficultés présentées par les personnes s’adressant à l’association ne s’effectue pas selon des manières de faire strictement conformes à leur culture ou à l’aide de concepts et d’objets ayant cours dans leur univers culturel. Si les personnes venant consulter proviennent bien sûr d’univers culturels différents, qu’il s’agit de connaître, le mode d’intervention proposé vise à la création d’une culture nouvelle, basée sur la reconnaissance d’appartenances plus étendues que celle de l’origine culturelle. « … Il est bien sûr essentiel de prendre en compte les spécificités culturelles, en particulier par rapport aux croyances et coutumes concernant le développement de l’enfant, la maladie, le mode d’expression des sentiments et les rituels de deuil. La participation active de la communauté garantit le respect de cette dimension culturelle. Nous avons toutefois trop souvent tendance à considérer la culture comme un héritage immuable qui distingue et sépare les communautés : en procédant ainsi, nous ne faisons que renforcer ici l’exclusion sociale, ailleurs les conflits interethniques. (…) (La communauté) locale joue avec sa mémoire, transforme ses mythes et crée ainsi, au fil du temps, une culture nouvelle enracinée dans l’ancienne. La culture est toujours en mouvement ; elle n’est jamais figée. La prévention communautaire et participative vise à favoriser cette création culturelle et non, simplement, à restaurer le langage traditionnel » (Métraux, Fleury, 1997, p. 102). En d’autres termes, le désordre n’a pas à être compris – et éventuellement traité – de manière strictement conforme au cadre culturel, mais plutôt de manière « culturellement éclairée ». L’intervention thérapeutique vise non pas à pointer les différences d’univers, mais à créer des liens dans la découverte d’appartenances communes.

Le cadre thérapeutique

21Avant d’étudier l’entretien, c’est-à-dire les actes langagiers proprement dits, il est nécessaire de se pencher sur la manière dont est établi le cadre thérapeutique, cadre dans lequel le thérapeute va rencontrer son patient et établir avec lui une relation thérapeutique pertinente pour les deux partenaires. Nous entendons par cadre thérapeutique la manière dont sont mises en place les modalités de la rencontre du thérapeute avec le ou les patients (cadre spatial, temporel, personnes convoquées pour l’entretien, etc.).

22La première question à se poser est la suivante : qu’est ce qui contribue à l’établissement du cadre thérapeutique ? Il nous apparaît qu’il existe en tout cas trois facteurs intervenant de manière fondamentale :

  • La théorie du thérapeute.
  • L’institution au sein de laquelle se met en place le cadre.
  • Les réseaux dans lesquels l’institution est insérée et qui lui permettent d’exister.

23Théorie du thérapeute, institution et réseaux indiquent que l’acte thérapeutique ne peut être identifié au style particulier d’un individu, même si le style révèle la créativité propre à un acteur singulier. Comme l’indique Nathan, « la première règle méthodologique pour qui veut saisir les ressorts des dispositifs thérapeutiques : toujours considérer un thérapeute comme le résultat d’une fabrication spécifique, jamais comme celle d’un destin singulier (…). D’où l’importance que nous devons accorder aux écoles, aux groupes d’appartenances, à leur modalité de validation, aux hiérarchies qui organisent la vie de ces groupes et aux réseaux d’influence, de pouvoir et d’amitié qu’elles génèrent » (1998, p. 69).

24D’un point de vue financier, les prestations offertes par les intervenants sont prises en charge par les assurances maladie, dans leurs couvertures de base. Le centre de consultations est, depuis 1995, reconnu comme établissement sanitaire d’intérêt public par le service de la Santé publique du canton de Vaud. Si le remboursement des prestations psychologiques est donc assuré par le système des assurances et garantit notamment le salaire des soignants, cette rentrée financière n’est pas suffisante pour assurer la viabilité du centre, en raison des nombreux frais qu’une telle consultation engendre – frais comptables, frais administratifs et surtout frais liés à la rémunération des interprètes. Le centre se voit donc obligé de rechercher régulièrement d’autres sources de financement (subventions privées et publiques, etc.).

25Cependant, cette reconnaissance permet au centre de posséder une certaine autonomie financière. Mais elle suppose également que les personnes qui prodiguent les soins se soient soumises au parcours de formation qu’exige le règlement des assurances maladie – licence universitaire de psychologie pour les psychologues, titre FMH pour les médecins psychiatres.

26Tous les thérapeutes sont donc formés aux techniques thérapeutiques découlant des théories psychologiques enseignées au sein des universités. Les théories sont variées – approche systémique, approche d’inspiration analytique, corporelle, théorie cognitivo-comportementaliste, etc., mais toutes se réclament du modèle des théories dites « savantes », c’est-à-dire d’une thérapeutique de la personne par le traitement de son âme (ou esprit, ou appareil psychique, peu importe les différents termes utilisés).

27Du matériel recueilli pour cette recherche, c’est-à-dire les trois premiers entretiens de six nouveaux patients, nous pouvons dégager certaines caractéristiques au sujet du cadre mis en place. Chaque entretien dure, en moyenne, entre 45 minutes et une heure et quart. A l’intérieur du « setting » se trouvent un thérapeute, un interprète (à l’exception d’une situation dans laquelle la patiente s’exprime uniquement en français) et un ou une patiente. Seul un entretien est effectué avec un patient qui est accompagné de son épouse et de sa fille ; par la suite le thérapeute recevra uniquement le patient, sans son entourage familial. Nous pouvons déjà remarquer que le cadre de l’entretien impose une temporalité qui n’est pas celle du récit produit par le migrant. Cette remarque vaut d’ailleurs pour toutes les formes d’aide psychosociale.

28La première chose qui apparaît de manière évidente est la présence d’un interprète. En effet, sur les six situations dont nous avons les corpus, cinq ne parlent pas, ou très peu le français. L’utilisation d’un interprète est donc ici une condition indispensable pour pouvoir communiquer. Cette fonction de l’interprète – traduire des mots d’une langue à une autre – apparaît non seulement indispensable, mais elle est au cours des différents entretiens l’unique fonction que semblent souhaiter les thérapeutes. D’ailleurs, face à une personne s’exprimant avec suffisamment d’aisance en français, le thérapeute se passe de la présence d’un interprète.

29En ce qui concerne la temporalité, comme nous l’avons vu, les entretiens durent en moyenne une heure. Les raisons de l’établissement de cette durée ne nous semblent guère être dictées par le contenu de l’entretien. Il est en effet difficile de repérer des indicateurs, au niveau du contenu du discours du patient ou du thérapeute, qui signaleraient qu’un processus soit arrivé à un certain terme. Les raisons sont probablement à rechercher au sein de la théorie d’inspiration psychanalytique, qui pense la cure sur un long terme, et dont les processus essentiels se situent principalement au niveau du transfert. Il faut, de plus, ne pas oublier l’importance des institutions se chargeant de rembourser les prestations, habituées qu’elles sont aux entretiens menés par la profession psychiatrique qui durent tous en moyenne cinquante minutes. Relevons que les lois en vigueur dans certains cantons fixent une limite de temps – quatre quart d’heures – par entretien, limite au-delà de laquelle les assurances ne se voient pas obligées de rembourser le temps supplémentaire.

La demande

30Comment se déroulent les événements en amont du premier entretien, c’est-à-dire comment une personne arrive-t-elle au centre de consultations ? De ce que nous voyons des premiers entretiens sur lesquels nous nous sommes penchés spécifiquement, mais c’est le cas de manière générale pour quasiment toutes les consultations, ce sont des travailleurs des institutions du réseau de soins vaudois qui adressent leurs clients à Appartenances en vue d’une prise en charge psychologique qu’ils estiment nécessaire, en raison d’une problématique spécifique. C’est l’hôpital psychiatrique régional qui demande une prise en charge pour une personne hospitalisée d’urgence en raison d’un « tentamen », c’est un médecin généraliste, qui, ne trouvant pas de raisons organiques aux douleurs ressenties par son patient, l’adresse dans un secteur traitant le psychisme, c’est un assistant social qui, face à son client ne pouvant trouver du travail depuis plusieurs années, estime que les raisons de cet échec se situent au niveau de son histoire individuelle. Tous ces demandeurs s’adressent à Appartenances par téléphone et expliquent en quelques mots à la secrétaire les motifs de leur requête. Ces quelques lignes sont alors transmises au thérapeute qui s’occupera de recevoir la personne. Dans certains cas, comme nous avons l’occasion de le comprendre lors du premier entretien, le thérapeute prend contact avec le demandeur pour des renseignements plus détaillés.

31Le thérapeute détient donc avant le premier entretien l’appréciation d’un intervenant sur la situation d’un individu dont il a charge de s’occuper. Cet individu présente une série de symptômes qui forment une problématique jugée relever non seulement de la psychiatrie ou de la psychologie, mais également devant être traitée dans un lieu de soins spécifique. L’accord est clair entre le thérapeute et le demandeur, et les termes de cet accord peuvent être résumés dans une phrase telle que « cette personne présente des symptômes (douleurs, tristesse, maladie, absence de travail…) et le soin à y apporter est d’ordre psychologique ». Cet état de fait est retransmis au patient généralement d’emblée lors du premier entretien, lorsque le thérapeute se présente : « Je suis psychothérapeute, pour les problèmes psychologiques », « Je suis psychologue à Appartenances, qui est une association qui essaie de trouver comment aider les migrants à retrouver des forces pour faire face à ce qu’ils vivent, à ce qu’ils ont vécu », « Ici vous êtes à la consultation psychologique d’Appartenances, personnellement je ne suis pas médecin, nous travaillons avec les personnes, et on essaie de voir comment elles peuvent améliorer elles-mêmes leur situation. »

32Nous le constatons, le demandeur n’est presque jamais le patient, mais un professionnel de la santé ou du social. Mais l’art du thérapeute consiste à ce qu’une demande émerge du rapport entre lui et le migrant, demande qui pourra être traitée par l’approche psychothérapeutique. Cependant, dans un premier temps, le thérapeute se conforme à la demande du demandeur. Par exemple, si ce dernier est un assistant social envoyant un de ses clients migrants en raison d’une impossibilité à travailler, le thérapeute traitera en premier de questions relevant des difficultés personnelles à travailler. La manière dont la demande est articulée, notamment au cours d’un contact téléphonique, orientera la prise en charge, du moins à ses débuts, avant que le patient lui-même n’arrive à formuler une requête dans des termes intelligibles pour le thérapeute.

33Le prototype d’une « bonne » demande proférée par un patient serait : « Je sais que j’ai des problèmes psychiques et j’aimerais que vous m’aidiez à comprendre mieux ce qui m’arrive. » Dans un tel cas le problème est psychique, la demande concerne cette dimension de l’être et s’adresse à un spécialiste de l’esprit. Une autre variété de bonne demande serait : « Aidez-moi à soigner mon esprit, car je ne supporte plus d’avoir mal à mon corps. » Dans un tel cas, il y a une souffrance qui mobilise le sujet à demander quelque chose, mais existe aussi la conscience que l’on s’adresse à un « soigneur de l’esprit » qui pourra alors intervenir sur le psychisme et que des effets se développeront dans le corps. Mais, comme nous le verrons, un tel modèle de demande est rarement présent. Les migrants sont envoyés par un tiers et viennent plutôt avec des plaintes physiques. Ils ne font pas de lien entre ces douleurs et ce qui se passe dans leur psychisme ou alors ils réclament des certificats médicaux servant soit pour leur travail, soit, notamment lorsqu’ils sont requérants d’asile, pour tenter d’éviter ou de repousser des mesures de renvoi. La « bonne demande » est fondée sur la « réalité » d’un monde intérieur, étant distinct du corps qui, lorsqu’il est affecté, doit être traité par la parole.

34Dans le tableau suivant, les demandes concernant les six patients dont les entretiens ont été enregistrés sont présentées. Les motifs des demandes apparaissent tels qu’ils ont été formulés par le demandeur dans un premier contact téléphonique.

Patient/e

Demandeur

Motifs de la demande

Monsieur A., Tamoul

Assistant social

Problèmes d’intégration socioprofessionnels. Soupçon de problèmes psychologiques. Patient peu demandeur.

Madame B., Turque

Une connaissance

Inquiétudes de la patiente vis-à-vis de sa fille (informations transmises oralement).

Madame C., Bosniaque

Psychiatre consultant dans un centre psychosocial

Femme hospitalisée à la suite d’un tentamen médicamenteux, quittée par son mari il y a trois mois, nécessite un rendez-vous urgent, car un encadrement doit être assuré pour éviter un risque de nouvelle décompensation. Sans soutien familial, car accusée d’avoir laissé partir son mari. Femme bien évoluée, qui a envie de s’en sortir.

Monsieur D., Bosniaque

Médecin généraliste

Tout va bien d’un point de vue physique, mais sensations de douleurs dans tout le corps, nervosité, peur panique, troubles du sommeil. Demande d’une introduction de médicaments psychotropes appropriés.

Madame E., Chilienne

Psychologue

Travail ciblé sur une problématique particulière, le rapport à l’autorité, demandé spécifiquement à un psychologue d’Appartenances spécialisé dans l’utilisation de techniques cognitivo-comportementales.

Madame F., Albanaise du Kosovo

Médecin-gynécologue

Lombalgies, douleurs au dos et à la nuque, d’origine non somatique. Cette femme a fait trois fausses couches au Kosovo, a actuellement trois enfants. Elle est nerveuse, a parfois envie de mordre ses enfants. Elle désire rester en Suisse jusqu’à ce qu’elle guérisse puisque c’est ici qu’elle a perdu sa santé.

35Nous constatons que dans ces six situations, le demandeur n’est pas le patient et que nous sommes loin du prototype de la « bonne » demande formulée par celui à qui les soins seront apportés. A part pour Madame F., les motifs des demandes ne font pas état de problèmes pouvant être liés à la migration, au déracinement ou à la perte des repères culturels. De ce fait, la spécificité d’Appartenances en tant que consultation destinée au migrants, ses compétences propres, son expérience, son modèle d’intervention ne sont pas sollicités par la demande.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1407/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Éditions ies, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search