Version classiqueVersion mobile

La question de l’altérité dans l’accueil psychosocial des migrants

 | 
Claude de Jonckheere
, 
Delphine Bercher

Introduction

Texte intégral

Le problème de l’altérité

1Cette recherche a pour objet les pratiques psychosociales destinées aux migrants. Le concept d’altérité nous fournit le point de vue permettant la compréhension de ces pratiques. Comme nous le préciserons par la suite, l’altérité indique qu’autrui est absolument autre et qu’il déborde toute idée que l’on peut avoir de lui. Cette altérité que l’on pourrait qualifier de radicale est ce que Victor Segalen (1995) appelle l’exotisme. Ce n’est nullement battrait de l’inconnu, mais la reconnaissance du Divers devenant, comme le dit l’auteur, de plus en plus rare sur notre planète engagée sur le chemin de l’uniformisation. Dans le dialogue, l’altérité radicale d’autrui, son étrangeté irréductible s’imposent et dépassent la volonté de maîtrise de celui qui l’accueille. La consultation psychosociale est le lieu même de l’accueil de l’étrangeté culturelle. Cette dernière n’est qu’un aspect de l’altérité. Il est intéressant parce qu’il double de manière plus visible l’étrangeté irréductible de tout être humain. Mais, en même temps, l’étrangeté culturelle peut laisser croire que, si on la pénètre, apparaîtra alors l’essence et l’universalité de l’humain. Dans l’étreinte érotique, dans l’échange amical, la proximité des corps et des âmes tend à nous faire oublier qu’autrui ne peut être réduit au même qu’au prix d’une violence exercée sur sa différence. Comme le dit si bien Marguerite Duras reprise par Baudrillard et Guillaume (1994) : « Les amants seraient épouvantés si, au plus fort de la volupté partagée, ils mesuraient l infrangible barrière qui les sépare, et les séparera toujours malgré l’apparente harmonie de leur unique joie » (p. 67).

2L’accueil de l’autre est souvent généreux et incontestable. Mais quel est cet autre à l’égard duquel ce devoir s’exerce ? Est-ce un autre totalement autre ? Est-ce un autre, différent, mais dans lequel il est possible de se reconnaître ? Est-ce un autre semblable à moi-même ? Mais la définition de l’autre se fait généralement en recourant à des critères auxquels, pense-t-on, tous les humains répondent ou devraient répondre pour mériter le nom d’humains. Or, comme le montre Foucault, la définition de l’autre, en référence à des universaux préétablis, a contribué à disqualifier et exclure les fous, les vagabonds, les prisonniers, les jeunes délinquants, ceux dont les pratiques sexuelles étaient jugées honteuses. Ce que nous pouvons appeler « l’autre universel » a produit des catégories normatives qui ont servi à fabriquer ces « êtres infâmes ». Qualifiées ainsi, des vies obscures se sont vu enlever tout droit à la parole, jeter sur les routes ou enfermer à l’hôpital ou en prison.

3Dans cette recherche, l’altérité prendra donc valeur, non de devoir moral enjoignant de respecter autrui, mais de concept attirant l’attention vers l’influence que les conceptions que l’on peut avoir d’autrui ont sur les pratiques professionnelles. Pour que cette recherche ne contribue pas à une plus grande négation de la singularité de chaque humain, notamment à leur singularité culturelle, nous remplacerons l’autre, renvoyant à une norme se réclamant comme étant universelle, par « autrui ». Nous lui donnons sa signification radicale : le divers, le singulier, l’étranger irréductible dont nous ne savons rien sinon qu’il nous affecte selon des modes divers. Mais nous verrons aussi que cette radicalité s’accompagne de la reconnaissance d’une sorte d’air de famille nous unissant à autrui et qui est faite de l’appartenance à la même forme de la vie humaine. Cette reconnaissance d’une sorte de similitude peut effectivement nier l’altérité, mais elle peut aussi inciter un mouvement vers lui, une sorte de compassion sans laquelle les pratiques d’accueil et de soins n’existeraient peut-être même pas. Définie ainsi, l’altérité désigne une tension entre l’étrangeté radicale d’autrui et son appartenance à une même forme de vie dont la négation serait contre-intuitive.

4Cette recherche a l’ambition de saisir sur quels modes les pratiques psychosociales et plus précisément les diverses actions qui les composent font exister l’altérité d’autrui ou, au contraire, tendent à la réduire ou même à la nier, que cette négation procède par universalisation ou par déni. On peut aussi se demander dans quelle mesure autrui, le migrant lui-même, ne détermine pas les pratiques, les actions, qui lui sont destinées. Dans ce dernier sens, la volonté d’agir de l’intervenant serait débordée par l’étrangeté de celui qu’il accueille. Alors, il ne serait plus totalement maître de ses actes ; et ses projets pour changer ses comportements ou pour le soigner et soulager ses tourments seraient sans cesse mis à mal. Les théories et les principes d’actions auxquels il se réfère montreraient leurs limites, les obligeant ainsi à créer, avec les migrants, de nouvelles pratiques déterminant de nouvelles relations, de nouveaux devenirs.

5Précisons que la question de l’altérité n’est pas seulement posée par les chercheurs, c’est aussi celle des praticiens de l’aide psychosociale. Elle s’exprime dans leurs propos sous des formes comme : De quelles manières respecter la singularité d’autrui ? Comment échapper à l’ethnocentrisme ? Comment ne pas imposer nos propres visions du monde et nos valeurs ? Ou encore, comment concilier les exigences politiques de l’intégration ou de l’assimilation avec celles du respect des différences ? Ainsi, notre intention d’étudier les pratiques d’accueil psychosocial du point de vue de l’altérité n’est pas éloignée de l’intention des thérapeutes de respecter l’altérité de leurs patients. La différence réside dans le fait que, pour les chercheurs, l’altérité prend valeur de concept, alors que, pour les praticiens de l’aide, elle a le sens d’un devoir.

6Dans la perspective adoptée pour cette recherche, l’action ne peut uniquement répondre à des normes rationnellement fixées et à des prescriptions préétablies. Les aspects normatifs et rationnels de l’action, tels qu’ils apparaissent dans une décision d’action, ne suffisent pas à décrire ce qui arrive réellement aux humains, agents et destinataires de l’action. De même, les actions prescrites ne peuvent se confondre avec l’action réelle. Il convient donc, à côté des normes et des prescriptions, de prendre en compte la « dimension créative de l’agir » (Joas, 1999), cette faille entre la volonté d’agir et ce qui advient effectivement, ce moment où l’agent est « débordé » tant par autrui, que par lui-même, que par la situation.

7Afin de construire le problème de l’agir des intervenants psychosociaux envers les migrants du point de vue de l’altérité, nous allons nous intéresser aux significations qui sont données à ce qui arrive aux migrants, à leurs souffrances, à leurs malheurs et aussi à leurs joies, à leurs rêves et à leurs aspirations. Ces significations construites dans une institution par les acteurs en présence et l’intelligibilité qu’elles revêtent, tant dans la culture suisse d’accueil que dans la culture d’origine des migrants, est la première question que pose l’altérité. En effet, une signification donnée à un événement et dotée de sens dans la culture d’un intervenant est peut-être inintelligible dans la culture d’un migrant.

8Mais les discours ne sont pas seuls porteurs de significations. Les institutions et les pratiques elles-mêmes en sont porteuses. Les institutions et les pratiques de soins propres à notre culture occidentale sont intelligibles dans cette culture, mais on peut se demander ce qu’elles peuvent bien signifier pour des personnes étrangères. Dès lors, la question des institutions et des pratiques inscrites dans un champ sémantique et destinées à des humains dont les institutions et les pratiques habituelles s’inscrivent dans un autre champ sémantique est, pour nous, la deuxième question que pose l’altérité.

Méthodologie

9Le problème méthodologique consiste à savoir comment rendre compte de la manière dont des pratiques psychosociales « font exister » ou réduisent l’altérité d’autrui. Si, comme nous en faisons l’hypothèse, l’étrangeté d’autrui déborde sans cesse la volonté des agents qui veulent agir pour lui, qui veulent le soigner, il ne suffit pas de demander aux intervenants ce qu’ils projettent de taire. Si nous le faisions, nous n’obtiendrions que des intentions et non des actions réelles accomplies en situations. De même, on peut se demander si, après coup, ils peuvent dire ce qu’ils ont tait sans que cette description ne soit affectée par leurs intentions de départ et par l’idée qu’ils se font de l’autre. De plus, en suivant Foucault, on peut aussi se demander si des logiques sociales, ignorées des agents, ne traversent par leurs propres actions. De plus, on peut imaginer que si nous leur demandions pour quelles raisons ils interviennent auprès des migrants et comment ils le font, ils nous répondraient certainement en référence à leurs propres disciplines que sont notamment la psychologie et l’ethnothérapie. De ce fait, ils n’apprendraient rien sur leurs propres actions. Il faut donc renoncer à demander aux intervenants ce qu’ils ont fait et pourquoi ils l’ont fait et observer d’une manière ou d’une autre leurs actions qui sont ici langagières. En procédant de cette manière, nous évitons de les paraphraser comme nous nous abstenons de spéculer à propos de leurs raisons d’agir et de traquer en d’incertaines interprétations d’obscures motivations. Nous nous centrerons alors sur les logiques sociales et les préconstruits théoriques qui peuvent affecter leurs interventions.

10Dans cette perspective, les actes de paroles dont nous nous occupons sont à considérer, non en tant qu’actes individuels commis par tel thérapeute, mais en tant qu’actes sociaux analysables indépendamment de l’individualité ou de la personnalité de ceux qui les actualisent. Les actes consistant à donner une signification à ce qui arrive dans la vie d’un migrant sont individuels en tant qu’ils sont accomplis par une personne identifiable, mais ils sont pour nous avant tout collectifs puisqu’ils expriment le monde social et politique, les savoirs et les contraintes qui en forment le halo. Il importe dès lors de saisir les conditions politiques et épistémologiques dans lesquelles des significations sont énoncées et nous faisons l’hypothèse que ces conditions accèdent à la visibilité si l’on analyse l’action, pour ce qui nous occupe : l’action langagière en situation d’entretien thérapeutique.

11Pour saisir l’expression de l’altérité dans des situations d’accueil psychosocial, nous nous sommes intéressés aux diverses manières dont les « données brutes » (Taylor, 1997) reçoivent des significations. La notion de « donnée brute » susciterait une importante discussion, notamment pour savoir s’il existe de telles « choses » qui ne seraient pas déjà sociales. Cependant nous allons garder cette notion, avant tout pour son aspect pratique, telle que Taylor la définit. La donnée brute est un fait pour lequel il n’existe pas de conflit d’interprétation. Elle est alors admise comme telle, ou apparemment admise comme telle, par les interlocuteurs et fournit la base à partir de laquelle des significations peuvent ou non être construites, significations dont nous chercherons à savoir si elles sont contrastées ou non.

12Nous partons de l’idée que dans un entretien entre un intervenant psychosocial et un migrant sont énoncés des événements de la vie qui peuvent être tenus par les deux protagonistes comme des données brutes. Par exemple, des énoncés comme « j’ai mal à la tête » ou « j’ai quitté mon pays en 1995 » sont bruts dans le sens où il n’y a pas d’interprétations concurrentes à leurs propos. Par contre, si l’on énonçait les motifs du mal de tête ou du départ du pays, des significations diverses pourraient surgir. Ces significations données par l’intervenant et par le migrant pourraient alors être soit univoques, soit contrastées. Nous considérons que les contrastes pouvant se marquer entre des significations sont les signes indiquant la présence d’autrui conçu dans son altérité radicale. A l’inverse, l’absence de contrastes peut être comprise comme l’expression de la négation de cette altérité radicale. Les contrastes attirent notre attention sur le caractère incommensurable des significations données dans des champs sémantiques différents et l’absence de contraste attire notre attention sur la violence exercée par un langage dominant sur un langage dominé.

13Notre matériel est constitué par des enregistrements d’entretiens effectués à Appartenances entre des thérapeutes et des migrants. Emettant l’hypothèse selon laquelle le « style » d’une intervention psychosociale est donné dès les contacts initiaux, nous avons recueilli les trois premiers entretiens de six processus thérapeutiques impliquant trois thérapeutes. Nous avons donc disposé de dix-huit entretiens de chacun environ une heure qui ont été intégralement retranscrits. Au fur et à mesure de sa transcription, ce matériel a été remis aux thérapeutes concernés et les commentaires qu’ils ont produits ont été intégrés à la recherche.

14Pour comprendre les manières dont les significations sont construites collectivement, nous avons aussi enregistré et transcrit les séances d’intervision réunissant une dizaine de thérapeutes parmi lesquels se trouvent les trois intervenants concernés par notre recherche. Les membres de ce groupe se réunissent une fois par quinzaine afin de traiter des problèmes rencontrés par les praticiens. Pour cela, ils analysent des situations concrètes en référence notamment à diverses théories comme la psychanalyse, l’ethnologie ou l’approche systémique, à leur culture propre, à leurs expériences privées ou professionnelles. Dans ces séances, les situations des patients présents dans les entretiens enregistrés ont été traitées. Ce matériel a aussi été transmis au collectif qui a mené alors sa propre réflexion. Après que les chercheurs aient produit une première analyse, une rencontre a eu lieu avec le groupe des thérapeutes pour la confronter à la leur. Ce matériel a été intégré à la recherche et permet de marquer parfois des contrastes entre la production des chercheurs et celle des thérapeutes. Ils apparaîtront surtout dans les conclusions.

Analyse

15Pour analyser les entretiens, nous avons renoncé à utiliser une « grille » tentant de mettre en catégories les actes langagiers des thérapeutes. Nous avons préféré nous laisser « impressionner » par le contenu de ces entretiens dont certains étaient bouleversants. Certes, notre théorie de l’altérité et de la signification construite en référence aux auteurs cités, les concepts retenus ont attiré notre attention vers certains aspects de ces entretiens, mais cela n’a pas présenté les mêmes contraintes qu’une grille à remplir. Ainsi, les énoncés théoriques et les concepts ont pris valeur de proposition au sens où Whitehead (1995) l’entend. Chez lui, la proposition a un sens particulier qui ne la confond ni avec un état des choses, ni avec une croyance ou un jugement, ni encore avec un concept. Elle ne se réduit pas à la phrase ou au concept, cependant elle a besoin de phrases et de concepts. Elle est ce sur quoi la phrase et le concept attirent l’attention. Elle est ce que Whitehead appelle « une composante de l’appât objectif proposé pour le sentir » (p. 309). La proposition, en tant qu’appât pour le sentir, est donc une possibilité, un état de choses possible rendant caduc et dénué d’intérêt le critère de vérité permettant de juger de sa correspondance avec la réalité. Son rôle premier, dit Whitehead, est de frayer « la voie le long de laquelle le monde avance dans la nouveauté » (p. 309).

16Ainsi donc, la proposition whiteheadienne nous fournit un instrument méthodologique qu’une grille avec ses catégories préétablies nous refuse. Nous avons donc plus besoin de concepts que de catégories. La grille exige d’être remplie en y forçant notre matériel « comme avec un chausse-pied » ainsi que le dit Stephan J. Gould (1991) alors que le concept exige que notre attention s’active le plus loin possible, favorisant l’émergence de nouveauté. Pour cette raison, le premier chapitre sera consacré à la construction des concepts ayant valeur d’autant de propositions et servant à attirer notre attention vers tel ou tel aspect du matériel.

17Si notre analyse insiste parfois sur le décalage entre les intentions d’actions des thérapeutes et leurs actions « réelles », ce n’est pas pour souligner une quelconque incompétence. Pour nous, cet écart est constitutif de l’action et sa compréhension permet de saisir à la fois les logiques sociales à l’œuvre dans les pratiques et la dimension créative de l’action (de Jonckheere, 2001, 1). Il importe également de préciser que nous éprouvons une grande estime pour le travail fait à Appartenances que la recherche n’a pas altérée. Au contraire, après avoir écouté les terreurs de la guerre et les arrachements de la migration, nous avons encore mieux perçu le caractère essentiel de l’accueil tel qu’il est pratiqué dans l’association qui nous occupe. Selon ses modalités propres qui sont celles du soin et de l’ethnothérapie, elle relève l’extraordinaire défi que la migration pose aux démocraties. Les pratiques qu’elle a instaurées s’occupent sans détour de cette question centrale dont Van Parijs dit qu’elle est : « La question des relations entre communautés linguistiques ou culturelles au sein d’un même ensemble politique » (1998, p. 173).

18Nous ne savons pas très bien de quelle manière désigner les pratiques et les praticiens d’Appartenances. A priori, influencés par la lecture de Tobie Nathan, nous aurions parlé d’ethnothérapie et d’ethnothérapeutes. Cependant, sur les dix intervenants faisant partie du groupe d’intervision avec lequel nous avons travaillé, seule une personne se présente comme véritablement ethnothérapeute et considère que sa pratique relève de l’ethnothérapie. Les autres se considèrent comme thérapeutes et indiquent que leurs interventions relèvent de la thérapie ou, plus largement, des pratiques psychosociales. Il ne s’agit pas seulement d’une question de mots, mais bien d’un problème pratique déterminant le sens et le contenu même des interventions destinées aux migrants. Dans le texte qui suit, et provisoirement, nous avons gardé ces dernières terminologies tout en considérant qu’existe là matière à discussion que l’analyse des pratiques que nous effectuons permettra d’éclairer.

© Éditions ies, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search