Version classiqueVersion mobile

L’investigation en psychomotricité

 | 
Bernard Senn
, 
Raffaella Poncioni-Derigo

Conclusions générales et perspectives

Texte intégral

Synthèse

1L’objectif principal au départ de ce travail était de déterminer un « état des lieux » de la pratique de l’investigation psychomotrice en Suisse romande et au Tessin. Si la partie quantitative de cette étude nous a permis d’esquisser un portrait généralisé et de faire une synthèse de la pratique de l’investigation psychomotrice, l’analyse du contenu des entretiens des praticiens de terrain ainsi que celle des protocoles nous a permis de compléter ces observations en approfondissant certains détails de cette pratique.

2Nous pouvons ainsi, à la fin de ce travail, esquisser un portrait assez précis de la pratique actuelle de la phase d’investigation sur le terrain :

1. La phase d’investigation se partage en quatre grandes étapes

a) L’analyse de la demande

3Cette étape est caractérisée d’une part par une série d’entretiens que le psychomotricien peut avoir avec les différents acteurs qui interviennent lors du déroulement de cette phase : le patient, la famille, l’équipe thérapeutique ou l’enseignant. D’autre part, elle est caractérisée par l’appropriation de la part du thérapeute de tous les éléments d’anamnèse qui peuvent déjà exister à propos du nouveau patient.

b) Le bilan psychomoteur

4Cette étape est très importante pour tous les psychomotriciens ; elle peut être réalisée sur une durée d’une ou plusieurs séances. Le thérapeute peut se baser, pour réaliser cette phase, sur des protocoles standard ou, plus souvent, sur des grilles d’évaluation personnelles élaborées tout au long de sa carrière professionnelle.

c) La synthèse

5Ce temps de nature réflexive est caractérisé par l’analyse des résultats des étapes précédentes et en particulier par celle du bilan psychomoteur.

d) Les indications thérapeutiques

6Cette étape se caractérise par la communication par le thérapeute de ses observations, au patient ou aux différents acteurs intervenant dans le processus d’investigation : famille, équipe, enseignants ou autre.

2.

7Tous les psychomotriciens que nous avons rencontrés reconnaissent que l’ensemble des étapes qui caractérisent la phase d’investigation a une grande importance dans leur pratique. En effet, l’ensemble de ce processus joue un rôle fondamental à plusieurs niveaux

a) Aspect diagnostique

8C’est le rôle le plus souvent évoqué en premier lieu lorsque l’on parle de cette phase avec les praticiens. En effet, c’est à ce moment que le thérapeute analyse la situation psychocorporelle du nouveau patient, notamment à travers le bilan psychomoteur, mais aussi à travers l’anamnèse.

b) Aspect relationnel

9Le premier entretien et le bilan psychomoteur sont des moments fondamentaux, non seulement pour des raisons diagnostiques, mais aussi parce que c’est à ce moment précis que la relation thérapeutique avec le patient va se nouer et se construire (alliance thérapeutique). De cette relation initiale dépendra en grande partie tout le processus de prise en charge.

c) Aspect de reconnaissance des ressources

10C’est à ce moment que le thérapeute va aussi mettre en évidence et tester le potentiel personnel et social du nouveau patient. La mobilisation de certaines ressources, insuffisamment reconnues ou utilisées par le patient ou son entourage, peut permettre que la phase d’investigation devienne, dans certains cas, un moment thérapeutique.

3.

11Le fait que la phase d’investigation puisse représenter un moment important dans la pratique du psychomotricien était déjà un élément évident au départ de ce travail, mais l’analyse détaillée de tous les éléments qui la caractérisent nous apporte ainsi un niveau de compréhension de sa dynamique beaucoup plus complet.

Zones d’ombre ou part manquante

12Cette double enquête, à la fois quantitative et qualitative, a permis de mettre en évidence un certain nombre de lacunes ou de difficultés que les psychomotriciens éprouvent face à une pratique optimale de l’investigation. Elles sont de quatre ordres :

Un bagage insuffisant

13Un premier élément relevé est l’aspect principalement malléable du bilan psychomoteur, ceci tant du point de vue de la passation même du bilan (contenu) que de l’outil de notation (protocole). Effectivement, la forte hétérogénéité des protocoles analysés et les propos recueillis lors des entretiens personnalisés nous permettent d’affirmer qu’un bilan psychomoteur se constitue en tenant compte des particularités d’une population et se construit à partir d’un bagage fondateur. Celui-ci tend à évoluer au fil d’une pratique en intégrant de nouveaux éléments pertinents. De ce fait, il amène une individualisation qui privilégie l’efficacité d’un tel outil dans un esprit de création permanente.

14Cette malléabilité opérante suppose bien sûr, en amont de l’acte clinique, l’apport par la formation de base d’une large palette d’outils méthodologiques relativement pointus. Et c’est là que nous avons relevé, tant à travers le questionnaire qu’à travers les entretiens, un manque de la part de beaucoup de professionnels, particulièrement au sortir de la formation, d’un enseignement plus complet dans le cadre de la formation de base, principalement à Genève. Ces manques font référence tant à un niveau conceptuel (théorie et méthodologie) qu’expérientiel (savoir-faire en situation réelle).

Des outils plus particulièrement adaptés à la population de l’enfance scolarisée

15Le manque d’outils d’investigation spécifiques à certains champs d’intervention, formulé dans l’hypothèse de départ de cette recherche, a été largement confirmé tant par le questionnaire que par les entretiens. En effet, les praticiens travaillant dans les secteurs de la petite enfance, des troubles graves du comportement et de la déficience mentale, de l’adolescence et/ou de la psychiatrie adulte ont particulièrement fait état d’un manque d’outils d’évaluation (bilan psychomoteur) élaborés et validés, voire standardisés.

16Un prolongement de cette recherche pourrait consister à élaborer ces outils, permettant ainsi de formaliser l’évolution de la profession.

Une « carte de visite » hétérogène et peu visible dans le secteur de l’enfance scolarisée

17Un troisième aspect qui nous a questionnés et qui pourrait être en contradiction avec l’argumentation précédente validant l’hétérogénéité des protocoles de bilan psychomoteur, concerne la perception globale d’un « bricolage » qui, actuellement, ne permet plus totalement aux professionnels de se regrouper derrière un outil méthodologique emblématique et identitaire : « le » bilan psychomoteur. D’un point de vue historique, il nous a semblé reconnaître un courant dans ce sens dans les années 80 avec le protocole développé par R.-M. Schnydrig à cette période. Se pose donc la question de l’opportunité d’un protocole standard, base sur laquelle le praticien amènera sa touche personnelle en fonction du cadre institutionnel et de la population.

18Nous pouvons imaginer finalement que cette question se pose peut-être moins pour les psychomotriciens engagés dans leur pratique que pour les formateurs qui ont à enseigner les éléments méthodologiques indispensables à une pratique de l’investigation. Quelles pratiques et conceptions du bilan doivent être enseignées ? Quels protocoles sont remis aux étudiants durant leur formation ? Vers quel équilibre optimal entre méthodologie ciblée et polyvalence doit tendre le processus de formation ?

19Cependant, il nous a semblé que dans l’important travail d’affirmation professionnelle dont doit faire preuve le psychomotricien, particulièrement au sortir de la formation, le bilan psychomoteur peut représenter une « carte de visite » majeure aux yeux des consultants et des autres partenaires professionnels et contribue donc au développement d’une identité clairement définie.

20Il nous apparaît à travers cette recherche, au-delà de l’enseignement de repères méthodologiques et théoriques variés engageant le jeune professionnel dans une démarche active d’articulation et de reliance en vue de la constitution d’un outil diagnostique ciblé et personnalisé, qu’un mouvement vers une nouvelle cristallisation d’un concept de protocole de bilan remanié et réactualisé semble faire surface, particulièrement dans le milieu de la formation.

Un mythe devenu caduc ?

21En contrepoint des éléments développés ci-dessus, il nous a semblé possible de déceler, derrière les fréquents constats d’insuffisance de moyens en matière d’investigation, un doute identitaire face à une profession complexe et souvent énoncée comme peu définie. Cependant, si la psychomotricité a effectivement à poursuivre son développement, et nous l’avons évoqué à maintes reprises dans cette recherche particulièrement dans les points précédents, il nous est apparu que ces sentiments d’incomplétude n’étaient plus forcément d’actualité et pouvaient, dès lors, se trouver infondés. Nous sommes confrontés ici à une question d’affirmation d’une identité professionnelle et de son savoir-faire.

22Effectivement, après plus de 30 ans de développement de la clinique psychomotrice, il nous apparaît clairement, à travers les questionnaires dépouillés et surtout les entretiens que nous avons menés, que les professionnels développent et ont développé un réservoir important de ressources qui, s’il n’est pas totalement complet au seuil d’une activité professionnelle, favorise cependant l’actualisation d’un potentiel au travers d’une activité autonome. Cet aspect devrait d’ailleurs faire l’objet d’une prochaine recherche traitant des questions de qualité et d’efficacité de l’intervention psychomotrice.

23Dès lors, ce que nous nommons alors un mythe ne nous semble plus réellement d’actualité. Mais il est vrai, les mythes ont parfois la vie tenace...

24Il pourrait être intéressant de questionner d’autres champs professionnels, spécialisés dans les relations d’aide, pour dégager ce qui est inhérent au développement d’une identité professionnelle de ce type et les incertitudes qui s’y rattachent.

Perspectives

25L’objectif de cette recherche a été de « visiter » les différentes pratiques d’investigation psychomotrice en Suisse romande et au Tessin et a permis de mettre en évidence la nécessité de dynamiser une thématique encore relativement isolée, cloisonnée et donc peu « visible » sur le plan d’une explicitation et d’une élaboration entre professionnels. Cette recherche débouche sur un large « appel d’air » vers de nouveaux projets qui pourraient être développés. Le lecteur aura certainement identifié, au fil de la lecture des chapitres précédents, un certain nombre de perspectives dont nous donnons ci-après une synthèse.

Sur le plan de la formation

  • recalibrer le plan de formation en fonction de la thématique de l’investigation (chronologie dans le cursus de formation, développement et intensification d’une pratique investigatoire de nature formative, etc.) ;

  • insister dans le cadre du processus de formation sur la capacité des étudiants à faire appel et à développer des ressources nécessaires ;

  • encourager les étudiants à mener des recherches et des études dans ce domaine dans le cadre de leur mémoire de fin d’études ;

  • développer une recherche historique sur l’enseignement du bilan psychomoteur depuis la création d’une formation en psychomotricité genevoise dans les années 60.

Sur le plan de la formation et des lieux de pratique

  • dégager les profils de processus d’investigation les plus visibles correspondant aux pratiques de terrain : profil systémique, profil psychopédagogique, etc. ;

  • élaborer une nouvelle conception de l’investigation en développant un étayage théorique qui tienne compte des connaissances scientifiques actuelles ;

  • constitution d’un « manuel d’épreuves psychomotrices » ; recueil de bilans ou d’épreuves provenant d’horizons divers ;

  • travailler à l’élaboration de bilans psychomoteurs ciblés en fonction de populations spécifiques (petite enfance, adultes) ou encore en fonction de pathologies spécifiques ;

  • formaliser un nouveau protocole de bilan psychomoteur pour la population des enfants scolarisés ;

  • développer une recherche bibliographique élargie sur ce thème (écrits antérieurs, nouvelles parutions, recherches, etc.).

Sur le plan des lieux de pratique

  • développer et intensifier une formation continue dans ce domaine.

© Éditions ies, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search