Version classiqueVersion mobile

L’investigation en psychomotricité

 | 
Bernard Senn
, 
Raffaella Poncioni-Derigo

Enquête quantitative

Texte intégral

1La partie quantitative de cette recherche, réalisée au moyen d’un questionnaire standardisé composé de 36 questions (en grande majorité des questions fermées touchant la situation personnelle des sujets ainsi que leur travail), nous a permis de nous faire une première idée quant à la pratique de l’investigation en psychomotricité en Suisse romande et au Tessin.

2La première partie du questionnaire, comprenant treize questions générales, permet de définir les caractéristiques personnelles des psychomotriciens à qui nous avons adressé l’enquête : le sexe, les années d’expérience, le temps de travail, le type de travail, les caractéristiques institutionnelles, le canton où ils exercent.

3La deuxième partie, comprenant 23 questions, est axée essentiellement sur la pratique de l’investigation, sur la conception individuelle et l’organisation des différentes étapes qui caractérisent ce moment particulier du travail du psychomotricien.

4Nous pouvons résumer de la manière suivante les objectifs principaux du volet quantitatif de la recherche :

  • Donner une présentation synthétique de l’investigation telle qu’elle est pratiquée en Suisse romande et aux Tessin ;

  • Etablir un certain nombre de catégories sur les différentes formes de pratique de l’investigation ;

  • Isoler les principaux éléments qui peuvent différencier les pratiques entre elles pour permettre l’élaboration d’une grille de questions à approfondir avec les psychomotriciens lors du volet qualitatif prévu dans un deuxième temps.

Présentation des sujets

Situation personnelle des sujets

5La distribution des psychomotriciens par canton nous montre, à travers le graphique suivant (graphique 1), une présence importante de psychomotriciens dans les cantons de Vaud et de Genève. Cet élément est tout à fait représentatif de la réalité, car effectivement, en Suisse romande, c’est dans ces deux cantons que la population des psychomotriciens est la plus représentée.

Graphique 1 : Distribution par canton (n=105)

Graphique 1 : Distribution par canton (n=105)

6Aucun praticien travaillant dans le canton de Berne francophone n’a été sollicité dans la mesure où l’Association suisse des thérapeutes de la psychomotricité (ASTP) ne différencie pas les parties francophones et germanophones du canton de Berne qui est considéré dans son entier comme appartenant à la section suisse alémanique.

7Un seul individu a répondu, respectivement, pour les cantons du Jura et du Tessin.

8A noter que les femmes représentent les 90 % de notre échantillon, ce qui montre bien que la psychomotricité reste une profession éminemment féminine. Cette situation va probablement perdurer dans les années à venir car, dans le cadre de l’École romande de psychomotricité (erp), la représentativité des hommes parmi les étudiants en psychomotricité est de l’ordre de 10 %.

9La grande majorité, 72 %, de nos sujets a été formée à Genève, les 25 % en France et les 3 % restants à Zurich.

10Le graphique suivant (graphique 2) montre que la majorité des sujets pratique la psychomotricité depuis plus de 13 ans. A noter que les 10 % représentés par les jeunes psychomotriciens sont légèrement inférieurs aux attentes. Nous pensions en effet que les nouveaux diplômés pouvaient être particulièrement motivés à répondre à cette enquête.

Graphique 2 : Années d’expérience (n=105)

Graphique 2 : Années d’expérience (n=105)

11A noter que parmi nos sujets, les 50 % possèdent, en plus de la formation en psychomotricité, une autre formation ou diplôme professionnel. Parmi ceux-ci, 45 % ont une formation dans l’éducation/pédagogie et 38 % dans le domaine de la psychologie (licence en psychologie ou spécialisation post-diplôme). Les 17 % restants se partagent entre une formation technique et une formation médicale. Ces formations ou diplômes peuvent être antérieurs ou postérieurs à celle en psychomotricité.

Type de travail

12Le graphique suivant (graphique 3) montre que 11 % des psychomotriciens qui ont répondu à notre enquête travaillent uniquement dans un cabinet privé. La particularité de cette catégorie de psychomotriciens est de faire converger la pratique de la psychomotricité avec leurs intérêts et spécialités personnels ; l’orientation théorico-clinique est en quelque sorte dégagée d’une empreinte institutionnelle. Dans ce sens, nous pouvons rencontrer des praticiens qui sont proches de la psychologie clinique et qui intègrent dans leur pratique certains éléments propres à cette discipline ou d’autres encore qui adaptent à leurs besoins spécifiques des pratiques provenant d’autres expériences que celle de la psychomotricité. Nous analyserons en détail cette manière de fonctionner dans le cadre du volet qualitatif de notre enquête. Les 16 % des sujets partagent leur temps entre la pratique privée et une institution alors que plus de la moitié de l’ensemble des sujets, 57 %, travaille en institution. A noter que les 16 % restants partagent leur temps de travail entre plusieurs institutions.

Graphique 3 : Lieu de travail (n=105)

Graphique 3 : Lieu de travail (n=105)

13Dans le cas des psychomotriciens touchés par l’enquête, la moyenne du taux d’occupation se situe généralement autour de 50 %. A noter que seuls les 24 % des sujets ont un taux d’engagement supérieur à 75 %. Nous constatons donc que, de manière générale, les psychomotriciens travaillent surtout à temps partiel. Le fait qu’il s’agit essentiellement de femmes est peut-être la raison principale qui explique ce phénomène. La différence entre le taux d’engagement des femmes et le taux d’engagement des hommes est, par ailleurs, statistiquement significatif (p=.048). La grande majorité des sujets hommes touchés par l’enquête (90 %) a, en effet, un taux d’occupation situé entre 50 % et 100 % du temps de travail, contre 55 % pour les femmes.

Types de populations traités par le psychomotricien

14Le graphique suivant (graphique 4), montre que la majorité des psychomotriciens s’occupe principalement de problématiques liées au comportement et au développement de l’enfant.

Graphique 4 : Population principale (n=105)

Graphique 4 : Population principale (n=105)

15Dans le même contexte, nous avons posé une question plus spécifique qui nous permet de savoir quels types de problématiques sont principalement traités dans le cadre institutionnel. Lors de l’analyse détaillée des réponses à cette question, nous constatons des différences entre les cantons quant à la définition même de ces problématiques. Nous observons, par exemple, que beaucoup de psychomotriciens du canton de Vaud nous disent travailler dans des services qui s’occupent avant tout de problèmes de langage et de comportement chez l’enfant, et différencient donc ces deux problématiques, alors que dans d’autres cantons, comme par exemple à Genève, ce type de distinction, en ce qui concerne les problématiques traitées dans le cadre institutionnel, n’est pas relevé. Ceci ne signifie pas pour autant que les problématiques traitées dans des institutions analogues dans les deux cantons soient réellement différentes. Une lecture plus qualitative des réponses nous porte à croire que nous sommes confrontés ici principalement à une question de différences purement lexicales et non à des différences de conception du travail du psychomotricien. Nous avons relevé d’autres particularités cantonales comme, par exemple, le fait que les psychomotriciens du canton de Fribourg travaillent essentiellement en liaison avec l’école. A noter qu’à Genève seulement, nous relevons la présence de psychomotriciens qui travaillent dans un cadre institutionnel, psychiatrique ou gériatrique, avec des patients adultes.

Orientation théorico-clinique des institutions concernées

16Nous notons que les 83 % des personnes interrogées affirment que ce type d’orientation institutionnelle a une influence de moyenne à forte sur leur travail.

Graphique 5 : Orientation théorico-clinique des institutions (n=89)

Graphique 5 : Orientation théorico-clinique des institutions (n=89)

La phase d’investigation

Définition de la phase d’évaluation d’un nouveau patient

17Au cours de notre travail, nous nous sommes très vite aperçus qu’il y avait, chez les psychomotriciens, différentes manières de définir la période d’évaluation d’un nouveau patient. Cette période, que nous avions appelée au départ « phase d’investigation en psychomotricité », est en réalité souvent identifiée avec le bilan psychomoteur. Le graphique suivant (graphique 6), nous montre bien cette tendance.

Graphique 6 : Terme utilisé pour définir la première phase (n=91)

Graphique 6 : Terme utilisé pour définir la première phase (n=91)

18Le terme utilisé pour définir cette phase diffère de plusieurs manières entre les psychomotriciens. D’abord d’un canton à l’autre apparaissent des différences significatives. Cette phase d’exploration est le plus souvent définie en termes de « bilan psychomoteur » dans les cantons de Vaud et Neuchâtel alors qu’à Genève, en Valais et à Fribourg on utilise plus souvent d’autres types de définitions, comme par exemple « consultation psychomotrice », « phase diagnostique » ou autre. A Genève et en Valais, on utilise aussi plus souvent qu’ailleurs le terme « d’investigation psychomotrice ». La différence entre les cantons est statistiquement significative (p=.022).

19La comparaison entre l’ancienneté dans la pratique et le type de définition utilisé pour cette phase, contrairement à ce que l’on aurait pu croire au départ, ne donne aucune différence significative entre les sujets. Les jeunes praticiens, en effet, n’appellent pas plus que les autres cette phase « investigation psychomotrice », même si ce terme est de plus en plus utilisé dans le cadre de la formation de l’École romande de psychomotricité.

20Les psychomotriciens qui travaillent avec des enfants identifient, plus souvent que les autres, la « phase d’investigation » avec le « bilan psychomoteur ». La différence entre les sujets dans ce cas est statistiquement significative, (p=.022). Cette situation est probablement explicable par le fait que le bilan psychomoteur est, en principe, conçu pour être utilisé avec les enfants en âge scolaire. Du moment que le psychomotricien, pour des raisons différentes – que nous analyserons plus en détail lors de l’analyse qualitative des sujets-ne peut pas ou ne souhaite pas utiliser un bilan psychomoteur « standard », la définition de cette phase d’évaluation est plus différenciée et dépend d’autres facteurs spécifiques qui entrent en jeu pendant l’évaluation du nouveau patient, comme par exemple la consultation, l’examen psychomoteur, la phase diagnostique.

21En ce qui nous concerne, nous allons utiliser pour la suite de ce rapport les termes « d’investigation psychomotrice », car c’est sous cette définition que la phase d’évaluation psychomotrice est actuellement définie dans le cadre de l’École romande de psychomotricité.

22Le mode d’approche de cette première phase est, pour la majorité des sujets, essentiellement basé sur un mélange d’intuition et de règles systématisées (78 %). Ceci signifie essentiellement que la phase d’évaluation s’étoffe avec le temps et l’évolution de l’expérience. Si en début de carrière, le bilan psychomoteur « standard » prend quasiment toute la place dans la pratique de l’investigation, par la suite les observations cumulées avec l’expérience permettent à d’autres situations exploratoires de prendre plus de place et d’importance dans le processus d’évaluation globale d’une nouvelle problématique. Nous avons ainsi observé dans la démarche d’évaluation suivie par certains praticiens, qu’avec le temps, d’autres étapes de la phase d’investigation psychomotrice peuvent devenir plus importantes que le bilan psychomoteur lui-même : par exemple le premier entretien.

23La phase d’évaluation psychomotrice nécessite, selon les 80 % des praticiens interrogés, un temps d’investissement conséquent allant de 2 à 5 séances successives en moyenne.

24Pendant cette phase, les 63 % des sujets affirment avoir parfois des contacts avec d’autres psychomotriciens pour discuter du travail en cours (intervision), alors que les 31 % d’entre eux, nous disent ne jamais avoir de contacts avec des collègues lors du déroulement de cette première phase. Les 5 % répondent avoir souvent des contacts avec d’autres psychomotriciens dans la phase d’investigation. Souvent, lorsque nous parlons avec les professionnels, ceux-ci dénoncent un certain manque de possibilités d’échange entre confrères. Tout en reconnaissant que cette situation s’est beaucoup améliorée ces dernières années, la majorité d’entre eux considère que les occasions de « se parler » font encore trop souvent défaut. Pour ce qui est de la supervision, nous observons à peu près le même type de distribution que pour l’intervision. Cette situation est probablement due au fait que, si le psychomotricien se prête normalement à une supervision, il ne le fait pas uniquement pour la phase d’évaluation psychomotrice mais pour l’ensemble de son travail (investigation plus prise en charge).

Etape la plus importante

25A la question « Quelle est pour vous l’étape la plus importante de la phase d’évaluation psychomotrice », deux réponses ressortent de nos analyses : l’analyse de la demande/premier entretien et le bilan psychomoteur. Le graphique suivant (graphique 7) montre, en détail, la distribution de ces différents concepts.

Graphique 7 ; Etape la plus importante (n-90)

Graphique 7 ; Etape la plus importante (n-90)

26En terme de différences cantonales, nous observons qu’aucun des Valaisans qui ont répondu à l’enquête ne considère le bilan psychomoteur comme l’étape la plus importante de la phase d’évaluation d’un nouveau patient. La majorité d’entre eux estime, en effet, que c’est l’analyse de la demande qui représente l’étape la plus importante. Cette situation s’explique probablement, selon nous, par le fait que les psychomotriciens du Valais se réfèrent, pour la plupart, à une conception systémique du travail.

27Les tableaux suivants nous montrent, en synthèse, comment se déroule, pour l’ensemble de nos sujets, la phase d’investigation et quelles sont les étapes qui la caractérisent généralement. Nous avons isolé quatre étapes principales qui permettent de définir la phase de l’investigation psychomotrice : l’analyse de la demande caractérisée par le premier entretien, le bilan psychomoteur, la synthèse et les indications.

Analyse qualitative des étapes de l’investigation

1. L’analyse de la demande

Forme et contenu possibles

Exemples de fonctionnement

-Contacts téléphoniques
-Rendez-vous avec le patient(adultes), avec la famille (enfants).
-Analyse du signalement.
-Réunion d’équipe (dans le cadre institutionnel)
-Anamnèse (lecture de dossiers préexistants, rencontre avec les parents ou les professionnels demandeurs).
-Connaissance de la problématique
-Observation dans le cadre institutionnel

-Analyse du contexte de vie (famille. école.

Patient enfant :
-Rendez-vous avec le patient, éventuel lement avec l’enseignant.
-Quel est le soucis principal ?
-Qui demande quoi et à qui pour faire quoi et comment ?
-Quelles sont les attentes des uns et des autres
-Analyse du milieu de vie de l’enfant (famille, école).

Patient adulte :
-Rendez-vous avec le patient.
-Définir le problème.
-Qu’est-ce qui a déjà été entrepris ?
-Pourquoi maintenant ?
-Quels sont les attentes ?
-Quels sont les projets possibles ensemble ?
-Formes de travail propsé.
-Prix des séances, type de contrat possible.

1. a) Le premier entretien

Forme et contenu possibles

Exemples de fonctionnement

-Pour les enfants, il se passe généralement avec les parents.
-Pour le patient adulte, il se passe généralement sous forme individuelle ou en couple.

-Le premier entretien est une étape qui est en relation stricte avec l’analyse de la demande. Il est souvent dépendant du cadre institutionnel dans lequel le psychomotricien évolue : par exemple, le premier entretien pour un patient adulte peut avoir lieu en présence de l’ensemble de l’équipe soignante.
-Il s’agit donc d’un moment fondamental pour la phase d’investigation, mais il fait partie intégrante de la première étape : l’analyse de la demande.

2. Le bilan psychomoteur

Forme et contenu possibles

Exemples de fonctionnement

-Peut-être réalisé en une ou plusieurs séances.
-Peut-être associé à des entretiens dans la salle de psychomotricité.
Pour les enfants
-Il peut être réalisé en présence d’un ou desparents. Il peut aussi être réalisé seulement en présence de l’enfant. Ou encore une partie des séances a lieu en présence des parents et un partie seulement avec l’enfant.
-Observation de la situation psychomotrice de l’enfant sur la base d’une grille d’évaluation.
Pour les adultes, la situation est différente car il n’existe pas de grille d’évaluation spécifique applicable aux problèmes psychomoteurs chez les adultes.

Chez l’enfant :
Voir ù ce sujet le point 4 qui présente une analyse des protocoles de bilans qui nous ont été fournis avec le questionnaire par les psychomotriciens.

Chez l’adulte :
1. Première observation sur « l’habitation corporelle » spontanée.
2. Entretien avec le patient en salle de psychomotricité.
3. Demande au patient sur ce qu’il ressent corporellement.
4. Evaluation de la situation de passivité (relaxation).
5. Evaluation de la situation en mouvement.

3. La synthèse

Forme et contenu possibles

Exemples de fonctionnement

-Réflexion personnelle sur les résultats du bilan.
-Réunions avec les différents intervenants ou en équipe pour discuter des résultats du bilan.
-Selon les cas, travail en réseau.
-Retour au patient/aux parents des résultats du bilan psychomoteur.
-Selon les cas, rapport écrit/notes du bilan.

-Mise en place d’un projet en fonction de toutes les observations et en fonction des attentes du patient/de sa famille.
-Une seule personne nous a parlé d’effectuer (parfois) une supevision à ce moment de la phase d’investigation.

4. La décision

Forme et contenu possibles

Exemples de fonctionnement

-Réflexion personnelle et organisation des hypothèses de compréhension.
-Rencontre avec d’autres professionnels/en équipe, travail interdisciplinaire (dépend du cadre institutionnel).
-Discussion avec le patient ou sa famille sur un éventuel projet thérapeutique.
-Détermination des indications pour une éventuelle prise en charge.
-Décision de prise en charge.

-L’étape de la décision est l’aboutissement naturel de la synthèse de l’ensemble des observations effectuées tout au long de la phase d’investigation.
-L’orientation de la décision thérapeutique dépend essentiellement du type de formation du psychomotricien : par exemple, si le psychomotricien a une formation en systémique, il orientera plutôt sa prise en charge vers une thérapie parents-enfants que vers une thérapie individuelle.

Les outils méthodologiques

28Dans notre questionnaire, deux questions concernent le manque d’outils méthodologiques dans le cadre du lieu de travail des psychomotriciens. Globalement, il apparaît que les 63 % des sujets estiment avoir suffisamment d’outils méthodologiques dans leur pratique quotidienne (voir graphique 8).

Graphique 8 : Les outils méthodologiques (n=l05)

Graphique 8 : Les outils méthodologiques (n=l05)

29Parmi les personnes qui nous disent manquer toujours ou parfois d’outils méthodologiques, nous observons que les 43 % d’entre eux manquent surtout d’un bilan psychomoteur adapté aux problématiques qu’ils traitent dans le cadre de leur pratique : adultes et enfants psychotiques, personnes autistes, personnes en gériatrie, populations de patients pour lesquels ils estiment que les bilans psychomoteurs standard, auxquels l’on se réfère généralement, sont partiellement utilisables ou peu satisfaisants.

30Les 40 %, par contre, dénoncent des manques, surtout en ce qui concerne des connaissances et des techniques spécifiques qui leur permettraient d’acquérir un meilleur éventail de moyens d’intervention auprès de leurs patients. Par exemple, ils demandent généralement de plus grandes connaissances en anatomie, physiologie et en neurologie. En ce qui concerne les manques techniques, ceux-ci peuvent se résumer de la manière suivante : manque de techniques d’entretien, d’observation, d’entretien avec les familles. Nous avons relevé aussi des besoins de formation ultérieure, par exemple en systémique ou en Gestall thérapie. Les 18 % des sujets restants, qui dénoncent des manques dans leur pratique, affirment manquer de plusieurs outils en même temps : bilan adapté, connaissances et techniques spécifiques.

31Nous avons essayé de voir, parmi nos sujets, s’il existait la possibilité de définir une typologie du praticien qui est, plus que d’autres, confronté à des manques d’outils méthodologiques dans sa pratique. Nous avons donc observé que les jeunes diplômés qui ont entre 0 et 6 ans de pratique estiment avoir plus que les autres des manques d’outils méthodologiques. C’est surtout la différence entre les jeunes psychomotriciens et les plus anciens (plus de 20 ans de pratique) qui est statistiquement la plus significative (p=.012). Ce résultat confirme une observation que nous avons déjà eu l’occasion de faire auparavant sur l’importance de l’expérience pour l’acquisition d’outils de travail adaptés à la pratique de la psychomotricité.

32Les résultats de nos analyses sur ce sujet nous permettent d’observer aussi une différence significative entre les psychomotriciens qui travaillent dans une institution à orientation plutôt psychanalytique et ceux qui évoluent dans une institution à orientation plutôt pédago-éducative. Ces derniers dénoncent en effet, plus souvent que les autres, manquer d’outils méthodologiques suffisants pour évoluer de manière satisfaisante dans leur travail. La différence entre les différents groupes de professionnels est statistiquement significative (p=.021). Une hypothèse pour interpréter ce fait pourrait être celle de dire que la psychomotricité qui évolue dans le cadre scolaire a plus de problèmes à trouver sa place que celle qui évolue dans un cadre institutionnel à orientation clairement thérapeutique plutôt qu’éducative ou préventive. A noter aussi que dans le cadre de la formation (erp), l’enseignement est plutôt orienté vers une approche psychodynamique des problématiques et donc, les psychomotriciens qui évoluent dans un cadre pédagogique et éducatif peuvent ressentir un manque d’outils appropriés à leur travail. A vérifier.

L’anamnèse

33Le graphique suivant (graphique 9), montre que les 79 % de nos sujets affirment réaliser toujours/souvent une anamnèse, ce qui représente une majorité des sujets touchés par l’enquête.

34Nous observons une différence statistiquement significative (p=.003) en ce qui concerne la réalisation systématique de l’anamnèse, entre les psychomotriciens qui travaillent avec des enfants et ceux qui travaillent avec des adultes ou avec une population mélangée. Le deuxième groupe, en effet, réalise moins souvent que le premier une anamnèse lors de la phase d’évaluation psychomotrice. Il y a une explication possible de ce fait : les praticiens qui travaillent avec les adultes évoluent généralement dans un cadre psychiatrique ou gériatrique ; dans ce cas, l’anamnèse du nouveau patient a en principe déjà été réalisée par le médecin ou par le psychiatre, bien avant que le patient entre en contact avec le psychomotricien. L’indication d’un bilan psychomoteur ou d’une prise en charge a déjà été posée. Dans ce cas, le psychomotricien a normalement accès à l’anamnèse à travers la lecture du dossier du patient.

Grapique 9 : Constitution de l’anamnèse (n=94)

Grapique 9 : Constitution de l’anamnèse (n=94)

35L’anamnèse est généralement réalisée chez les praticiens qui travaillent avec les enfants sur la base d’un ou deux entretiens avec la famille. L’enfant peut être aussi intégré dans cette phase selon son âge et ses capacités d’attention. Outre les informations et les vécus liés à la naissance et au développement de l’enfant, les psychomotriciens recherchent aussi les éléments familiaux qui permettent de situer la problématique de l’enfant dans une compréhension plus large. Chez l’adulte, l’anamnèse se base généralement, quand elle est réalisée par le psychomotricien, sur un entretien avec le patient : dans ce cas, la discussion est très orientée sur les besoins et les attentes par rapport à la thérapie psychomotrice mais aussi sur d’autres éléments, comme par exemple le réseau de prise en charge, les difficultés psychologiques et physiques du patient antérieures à la situation actuelle. A noter que les différences sur ce sujet, entre les psychomotriciens qui s’occupent d’enfants et ceux qui s’occupent d’adultes, sont statistiquement significatives.

Le bilan psychomoteur

36Le bilan psychomoteur est une des étapes les plus importantes de la phase d’investigation. Les 85 % des praticiens interrogés affirment réaliser toujours/souvent un bilan psychomoteur lors du déroulement de cette première phase. Il est généralement réalisé lorsque le praticien a déjà établi un premier contact avec le nouveau patient et, selon les cas, le bilan psychomoteur peut nécessiter plusieurs séances ou moments de travail, (nous en avons répertorié jusqu’à trois).

37En ce qui concerne strictement la pratique du bilan psychomoteur, sur la base des réponses à la question spécifique : « Réalisez-vous de manière systématique un bilan psychomoteur de vos patients pendant la phase d’investigation ? », nous observons des différences statistiquement significatives entre les thérapeutes qui s’occupent d’adultes et ceux qui s’occupent d’enfants (p=.000). En effet, les psychomotriciens qui travaillent avec les enfants tendent à réaliser de manière plus systématique un bilan psychomoteur que ceux qui s’occupent d’adultes, population pour laquelle un bilan psychomoteur standard est plus difficilement adaptable et utilisable.

38Quant au type de bilan utilisé (voir graphique 10) nous avons relevé que, même si les bilans standard sont généralement prévus pour être appliqués aux enfants, la tendance des psychomotriciens est d’élaborer des grilles personnelles d’évaluation. Ceci aussi bien s’ils travaillent avec les enfants ou avec les adultes. Ces grilles, souvent basées sur des protocoles de référence standard, sont généralement le fruit de l’expérience des praticiens qui les ont étoffées au fur et à mesure de leur évolution professionnelle.

39La majorité des psychomotriciens formés à Genève nous ont dit se référer principalement au bilan de Rose-Marie Schnydrig (voir annexe 1 et analyse des protocoles récoltés).

40La remarque du manque d’outils méthodologiques, notamment le manque de bilan psychomoteur adapté à une population adulte, a souvent été exprimée dans le cadre du questionnaire. En plus d’un bilan psychomoteur non adapté, les thérapeutes qui travaillent avec les adultes affirment aussi que l’enseignement de la psychomotricité est généralement trop orienté vers la prise en charge des problématiques strictement enfantines et que pour d’autres types de prise en charge, les outils méthodologiques à disposition des psychomotriciens sortant de formation sont souvent insuffisants.

Graphique 10 : Type de bilan (n=105)

Graphique 10 : Type de bilan (n=105)

41Nous avons relevé que d’autres praticiens, travaillant avec des enfants présentant des pathologies particulières comme par exemple l’autisme, la surdité ou les psychoses infantiles graves, et ceux qui travaillent avec les tout petits enfants, soulignent aussi le manque de bilans psychomoteurs adaptés aux types de situations auxquelles ils sont confrontés dans leur pratique.

42Nos analyses révèlent de plus une différence significative entre les cantons (p=.028), quant à la pratique systématique d’un bilan psychomoteur standard dans la phase d’évaluation de la nouvelle problématique, notamment entre Genève et les autres cantons. En fait, celte différence est facilement explicable par le fait que c’est à Genève seulement que nous retrouvons des psychomotriciens qui s’occupent d’une population adulte.

La collaboration avec d’autres professionnels

43Nous avons voulu voir qui étaient les professionnels qui adressaient habituellement les nouveaux patients aux psychomotriciens. Le graphique précédent (graphique 11) nous montre que la plus grande partie des patients adressés aux psychomotriciens l’est par des enseignants, des psychologues et des logopédistes/orthophonistes. Les médecins et les psychiatres, par contre, sont peu demandeurs d’évaluations psychomotrices. A noter que les 29 % des sujets affirment que des neurologues leur adressent parfois des patients pour une évaluation.

Graphique 11 : Source de l’orientation des patients (n=94)

Graphique 11 : Source de l’orientation des patients (n=94)

44Nos analyses nous ont permis de relever certaines différences significatives entre des groupes de sujets. Ces différences sont aisément explicables selon le type de population traitée. Par exemple, nous observons que chez les adultes, ce sont surtout les psychiatres qui demandent l’intervention du psychomotricien, alors que chez les enfants c’est plutôt l’enseignant ou le psychologue. La différence pour ces deux exemples est statistiquement significative (p=.000). Nous avons également relevé des différences significatives aussi entre les cantons. En particulier entre Genève et les autres cantons, cette différence est aussi facilement explicable par le fait que c’est principalement à Genève que les psychomotriciens sont employés dans la prise en charge d’une population adulte.

45Le graphique suivant (graphique 12) montre la distribution des collaborations possibles avec d’autres professionnels, collaborations qui peuvent intervenir lors de la phase d’évaluation psychomotrice.

46Les collaborations pendant le déroulement de la phase d’évaluation peuvent être multiples. Le psychomotricien peut questionner d’autres acteurs qui interviennent dans la situation ponctuelle du patient avec lequel il mène une évaluation. Par exemple, il peut faire appel au pédiatre de l’enfant, à l’enseignant, au psychologue ou autre intervenant qui l’a en charge pour d’autres problèmes. C’est d’ailleurs souvent de cette manière qu’une partie des psychomotriciens interrogés complète l’anamnèse du patient qu’ils sont en train d’évaluer. D’autres professionnels encore peuvent intervenir dans cette phase et ceci en relation avec le cadre de travail du praticien, par exemple en institution : des infirmières ou des éducateurs de référence. Ou encore, toujours selon le cadre institutionel, des physiothérapeutes ou d’autres thérapeutes sont appelés à intervenir, selon la situation et les besoins du patient, au même moment que le psychomotricien.

47Les différences entre les sujets, quant au type de collaboration qu’ils établissent pendant la phase d’investigation, dépendent essentiellement, comme pour l’orientation des patients, du type de population qu’ils traitent dans leur pratique. Ainsi par exemple, les psychomotriciens travaillant avec les adultes sont plus souvent amenés à collaborer avec les psychiatres que ceux qui travaillent avec les enfants.

Graphique 12 : Collaborations pendant l’investigation (n=94)

Graphique 12 : Collaborations pendant l’investigation (n=94)

La participation de la famille lors de la phase d’investigation psychomotrice

48Dans les 53 % des cas, nos sujets nous ont répondu que la famille ou le patient peuvent demander, toujours/souvent, une évaluation psychomotrice directement au psychomotricien sans passer par d’autres intermédiaires. Or, il est à relever que généralement, même si c’est un autre professionnel (médecin, psychologue ou enseignant) qui propose au patient de passer une évaluation psychomotrice, celui-ci ou sa famille, s’il s’agit d’un enfant, prend normalement contact personnellement avec le psychomotricien pour fixer un premier rendez-vous. Ceci est une règle globalement partagée parmi les professionnels.

49La famille est systématiquement présente lorsqu’il s’agit de l’enfant ; cette présence est plus rare s’il s’agit d’un patient adulte. Les 47 % des psychomotriciens nous disent demander la présence de la famille, non seulement lors du premier entretien, mais aussi lors du déroulement de l’ensemble ou de l’une des étapes du bilan psychomoteur. A noter que si dans les 79 % des cas, le patient est toujours/souvent présent lors des entretiens avec la famille, ceci n’est pas le cas quand le psychomotricien discute du nouveau cas avec d’autres professionnels. Dans ce cas, le patient est toujours/souvent présent pour 10 % des sujets.

Les indications thérapeutiques

50Au terme de la phase d’investigation la décision pour une éventuelle prise en charge thérapeutique est, pour les 75 % des sujets interrogés, toujours/souvent définie par le psychomotricien lui-même. Ceci représente un chiffre non négligeable si nous considérons que la majorité de nos sujets travaille en institution et donc, généralement, en collaboration avec d’autres professionnels.

51Nous observons des différences significatives entre les professionnels qui travaillent en institution. En effet, dans ce cas, les thérapeutes qui s’occupent d’enfants avec des problèmes psychiatriques (autisme ou troubles graves du comportement) tendent à définir les indications thérapeutiques en équipe, alors que les psychomotriciens qui travaillent avec des adultes et ceux qui travaillent en milieu éducatif tendent plus souvent que les autres à définir les indications thérapeutiques de manière individuelle. La différence entre les groupes est dans ce cas statistiquement significative (p=.006).

Graphique 13 : Qui définit les indications thérapeutiques (n=94)

Graphique 13 : Qui définit les indications thérapeutiques (n=94)

52Quant aux différences cantonales, nous constations que les psychomotriciens du canton de Vaud tendent à discuter les indications thérapeutiques en équipe plus souvent que les autres.

53A noter que les psychomotriciens qui nous ont répondu vivre « d’autres situations » (voir graphique 13) quand il s’agit de définir les indications de prise en charge, se réfèrent, par exemple, à des situations d’intervision avec un autre psychomotricien ou bien à une discussion avec l’enseignant ou le professionnel à l’origine de la demande d’évaluation psychomotrice.

Modalités de prise en charge

54Le graphique suivant (graphique 14) nous montre que, généralement, l’indication thérapeutique débouche sur une prise en charge individuelle du nouveau patient. En ce qui concerne les modalités de prise en charge dans un cadre institutionnel, nous constatons des différences significatives entre les cantons. En effet, les psychomotriciens du canton du Valais et ceux du canton de Neuchâtel, qui travaillent dans un service ou une institution, proposent plus souvent que les thérapeutes des autres cantons une prise en charge famille/enfant. A noter toutefois que, globalement, seuls les 10 % des sujets proposent « souvent » une prise en charge familiale de la problématique diagnostiquée lors de l’investigation psychomotrice. Les 23 % des sujets nous répondent « parfois » proposer « d’autres modalités » de prise en charge à leurs patients. Parmi différentes possibilités nous avons relevé les exemples suivants : thérapies pluridisciplinaires (psychologues, logopédistes, éducateurs), thérapie basée sur le psychodrame, thérapies basées sur la relaxation, intervention de soutien dans le cadre scolaire, travail de réseau.

Graphique 14 : Modalités de prise en charge (n=94)

Graphique 14 : Modalités de prise en charge (n=94)

55En ce qui concerne les autres variables considérées dans la question sur les modalités de prise en charge, nous n’avons pas relevé d’autres éléments statistiquement significatifs.

Références théoriques et bibliographiques

56Pour rappel, la question (QSP 6) était formulée ainsi :

57Quelles sont les références théoriques principales sur lesquelles vous hase : l’approche de cette première phase ?

58(Question ouverte : pour faciliter la réponse donnez-nous le nom de quelques-uns de vos auteurs de référence ou maîtres à penser).

59Sur l’ensemble des questionnaires recueillis, 85 personnes ont répondu à cette question en nommant leurs auteurs de référence. Nous avons répertorié l’ensemble de ces auteurs cités en les classant, ci-après, par ordre décroissant. Nous ne faisons figurer dans cette liste que les auteurs cités plus de deux fois. Le chiffre indique le nombre de questionnaires dans lesquels nous avons relevé l’auteur cité.

Liste des auteurs cités et leurs principales orientations

WINNICOTT, D.W. (pédiatrie, psychanalyse, articulation corps-psychisme)

44

ANZIEU, D. (psychanalyse, articulation corps-psychisme)

20

MC CULLOCH, P. (psychologie, systémique)

18

AJURIAGUERRA, J. de (pédopsychiatrie, articulation corps-psychisme)

16

Divers auteurs SYSTEMIQUES non spécifiquement nommés

15

PIAGET, J. (épistémologie, développement psychogénétique)

15

FREUD, S. (psychanalyse)

11 à 9

BUCHER. H. (méthodologie de la psychomotricité)

SCHNYDRIG, R.-M. (méthodologie de la psychomotricité)

BULLINGER, A. (psychologie, sensori-motricité)

DROPSY, J. (articulation corps, mouvement et psychisme)

ROGERS, C. R. (psychologie, relation d’aide)

WALLON. H. (psychologie du développement)

ROBERT-OU VRAY, S. B. (psychologie, méthodologie de la psychomotricité)

HAAG, G. (pédopsychiatrie, articulation corps-psychisme)

7 à 4

KLEIN. M. (psychanalyse)

STERN, D. (pédopsychiatrie)

BERGES, J. (neuropsychiatrie)

AUCOUTURIER. B. (méthodologie de la psychomotricité)

AUSLOOS, G. (psychiatrie.systémique)

CALZA, A. et CONTANT, M. (méthodologie de la psychomotricité)

Réflexions et commentaires

60Ces quelques lignes représentent une synthèse de nos réflexions ainsi que celles issues de deux entretiens menés spécialement à propos de cette question bibliographique. Nous avons effectivement rencontré deux psychomotriciennes et avons suscité leurs réactions à la liste des auteurs mis en évidence ci-dessus.

61Un premier commentaire général a trait à la formulation même de la question et à son interprétation qui en a été faite par les sujets qui ont répondu.

62Si l’objectif de cette question était de cerner les références théoriques et méthodologiques qui fondaient spécifiquement l’approche investigatoire en psychomotricité, il nous a semblé percevoir différents niveaux de réponse au fil des questionnaires et de la nature des auteurs mis en évidence.

63Certains auteurs sont théoriquement ou méthodologiquement très proches de la pratique qui nous intéresse et constituent un cadre de référence tant au niveau d’une culture intériorisée que d’une possible utilisation en situation d’investigation. D’autres auteurs, plus éloignés de la pratique psychomotrice, présentent néanmoins une forte proximité par le cadre qu’ils donnent à la réflexion qui préside à l’investigation. D’autres encore pourraient être relativement éloignés de la question de l’investigation et sembleraient davantage faire partie de références ayant trait à une pratique psychomotrice dans son entièreté. Nous pensons notamment à S. Freud et M. Klein. Bien sûr, ceci devrait être vérifié et approfondi mais nous limiterons le champ de cette réflexion à des considérations ponctuelles et plus générales, faute de moyens liés à cette recherche.

64L’interprétation de cette liste d’auteurs doit donc être nuancée en fonction de ce qui précède. Nous nous sommes cependant autorisés à porter un regard scrutateur sur ces résultats, ce qui nous a amené à toute une série de commentaires, dont voici quelques reflets :

  • L’étendue du champ couvert par tous ces auteurs renforce l’idée que la psychomotricité est une discipline de nature pluriconceptuelle. Elle se situe au carrefour de plusieurs disciplines comme la médecine, la psychanalyse, la psychiatrie, la psychogénétique, la systémique, la neuromotricité, etc.

65Trois axes pourraient synthétiser l’ensemble de ces auteurs :

  • un axe psychodynamique ;

  • un axe systémique ;

  • un axe neuro et psychomoteur.

66Certains auteurs font la jonction entre plusieurs domaines et peuvent ainsi se situer à la frontière qui sépare les axes. Si les deux premiers axes sont largement représentés en début de liste, l’axe psychomoteur apparaît de façon moins importante.

  • Il nous est apparu que cette liste comporte peu d’auteurs psychomotriciens. Ce constat nous renvoie-t-il à la question de la hiérarchisation des disciplines de soin – la psychomotricité envisagée comme une discipline mineure – ou touchons-nous là à des limites littéraires propres à une corporation encore jeune ?

67Quatre d’entre eux (Bucher, Schnydrig, Calza et Contant) ont spécifiquement conceptualisé au sujet du bilan psychomoteur et de l’investigation :

  • Bucher, H., Approche de la personnalité de l’enfant par l’examen psychomoteur, Paris, Masson, 1973.

  • Calza, A et Constant, M. L’unité psychosomatique en psychomotricité. Nouvelles clés pour l’examen et le diagnostic psychomoteur, Paris, Masson, 1990.

  • Concernant R.-M. Schnydrig, il s’agit d’un polycopié utilisé à des fins pédagogiques dans le cadre de la formation en psychomotricité de Genève (1983-1995).

68Une sommaire recherche bibliographique nous a permis de faire apparaître une littérature relativement abondante produite par des psychomotriciens (ou autres thérapeutes proches) qui ont écrit à propos de l’investigation et du bilan et qui ne transparaît pas au niveau des auteurs mis en évidence dans le questionnaire. Il s’agit principalement d’articles parus dans les revues « thérapie psychomotrice » (France) et « le corps écrit » (ASTP Suisse). Ces écrits sous forme d’articles n’ont apparemment pas valeur de référence explicite et consciente pour ce qui nous concerne mais ils font, en quelque sorte, le point sur une réflexion et une pratique en cours, ne remplissant pas la même fonction référentielle qu’un ouvrage édité par un auteur reconnu.

69En conclusion, il nous est apparu qu’un travail de recherche bibliographique approfondi sur ce thème devrait être réalisé tant dans une perspective de valorisation (ou revalorisation) des productions existantes que pour permettre une mise à jour bibliographique (parutions actuelles).

70Par ailleurs, différents points peuvent encore être relevés :

  • La position clairement marquée en tête de liste de D.W. Winnicott est parlante en soi. Il s’agit d’un auteur de référence fondamental qui nous donne, probablement, une idée de l’état d’esprit dans lequel s’inscrit le travail des psychomotriciens dans un temps et un lieu donné. Il est un précurseur qui a inspiré nombre d’auteurs qui apparaissent également dans cette liste.
    Sa conception très large de l’individu et de l’approche clinique, sa double formation de pédiatre et de psychanalyste ouvrent à des champs conceptuels et cliniques complémentaires et convergents tels que, par exemple : la réalité vécue de l’enfant, l’environnement social, le développement psychodynamique, l’étayage du psychisme sur le corps, etc.

  • Nous relevons la forte présence d’auteurs se rattachant à des références systémiques (divers auteurs, P. Mc Culloch, G. Ausloos) qui semblent marquer une évolution de la pratique psychomotrice en Suisse romande depuis une quinzaine d’années environ. Comme cela est apparu à travers les réponses au questionnaire et confirmé par les entretiens (partie qualitative de la recherche), l’analyse de la demande (dans le cadre de consultations d’enfants) et l’élargissement de la difficulté, du symptôme psychomoteur au contexte familial ou social, organisent et structurent de façon marquante le temps de l’investigation.

  • Nous observons également la présence d’auteurs qui, partant de l’observation du corps et de la motricité sur un plan de l’efficience, tentent de la mettre en articulation avec le corps vécu, le corps en tant que reflet de l’identité psychique. Il s’agit alors d’une lecture de la qualité du mouvement et de la façon dont celui-ci s’enracine dans le corps (Dropsy, Robert-Ouvray, Haag, etc.).
    Nous avons été surpris que ces auteurs n’apparaissent pas davantage en début de cette liste dans la mesure où ils sont au cœur des préoccupations de la psychomotricité, à savoir l’articulation du corps et du psychisme.

  • Enfin, il est à noter l’absence de références à la littérature actuelle, aux parutions récentes dans le domaine du développement psychomoteur et de ses troubles. Ceci pourrait confirmer le travail nécessaire de mise à jour bibliographique évoqué précédemment.

Synthèse des résultats

71La première partie de notre étude nous a permis de réaliser un « portrait » du psychomotricien et de la pratique de l’investigation psychomotrice en Suisse romande et au Tessin. Elle nous a permis aussi de mettre en évidence certaines catégories fondamentales qui déterminent cette pratique et qui la différencient d’un praticien à l’autre, d’une institution à l’autre, d’un canton à l’autre. Les psychomotriciens ont également pu exprimer un certain nombre de difficultés qu’ils rencontrent dans leur pratique journalière de l’investigation.

72En synthèse et en conclusion de la partie quantitative de cette étude nous avons relevé les points suivants :

  • La psychomotricité est une profession pratiquée principalement par des femmes qui travaillent à temps partiel, généralement dans des institutions. Elles s’occupent essentiellement d’enfants en âge scolaire et une grande partie d’entre elles a suivi, en plus de la formation de base en psychomotricité, des formations complémentaires (psychologie, éducation).

  • La psychomotricité est une profession relativement jeune, les psychomotriciennes les plus anciennes ont entre 20 et 30 ans d’expérience.

  • La phase d’investigation ou d’évaluation psychomotrice est une phase reconnue comme étant très importante dans le travail global du psychomotricien ; le « bilan psychomoteur » est l’élément fondamental de ce moement diagnostique. Cette phase d’évaluation peut en elle-même être déjà considérée comme un moment thérapeutique, car l’effort d’observation et les enjeux relationnels qui interviennent à ce moment précis vont souvent déterminer la suite de la relation thérapeutique que le praticien va instaurer avec le nouveau patient.

  • Le manque d’outils méthodologiques soutenant la réalisation de la phase d’investigation pose de nombreux problèmes aux praticiens qui y sont confrontés. Nous relèverons en particulier le manque de protocoles de « bilans psychomoteurs » adaptés aux problématiques des adultes, de la petite enfance ou des troubles psychiatriques graves de l’enfant.

  • Les psychomotriciens se montrent indépendants dans leur travail ; en effet, la majorité d’entre eux décident eux-mêmes de la suite qu’ils veulent donner à une évaluation psychomotrice. Nous avons cherché à approfondir cette question dans la partie qualitative de l’étude et nous avons trouvé que l’indépendance du psychomotricien est plus nuancée que ce que les résultats quantitatifs de l’étude pouvaient nous montrer.

  • Nous avons observé chez une bonne partie de nos sujets une demande importante de formation complémentaire à la formation de base en psychomotricité.

  • Parmi les différences cantonales que nous avons observées tout au long de l’étude, nous allons en relever deux en particulier. La première concerne le canton de Genève. Ce canton a en effet la particularité d’être le seul à avoir des psychomotriciens qui travaillent dans le contexte de la psychiatrie des adultes. Le deuxième élément que nous avons relevé concerne l’orientation systémique qui caractérise la pratique de l’investigation dans les cantons du Valais et de Neuchâtel.

73Dans l’ensemble, cette première partie de l’étude nous a réellement permis de déterminer un « état des lieux » en ce qui concerne la pratique de l’investigation psychomotrice en Suisse romande et au Tessin. Nous avons réalisé les objectifs que nous nous étions fixés au départ de ce travail, à savoir :

  • donner une présentation synthétique de l’investigation,

  • établir un certain nombre de catégories,

  • isoler les éléments importants qui différencient une pratique de l’autre.

74A partir de cette première étape nous avons donc élaboré les catégories qui nous ont permis de rencontrer les praticiens sur le terrain, avec des arguments testés et des questions ciblées. Les résultats de cette seconde étape figurent dans l’enquête qualitative (point 3).

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Distribution par canton (n=105)
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Graphique 2 : Années d’expérience (n=105)
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1392/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Graphique 3 : Lieu de travail (n=105)
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1392/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Graphique 4 : Population principale (n=105)
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1392/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Graphique 5 : Orientation théorico-clinique des institutions (n=89)
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1392/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Graphique 6 : Terme utilisé pour définir la première phase (n=91)
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1392/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Graphique 7 ; Etape la plus importante (n-90)
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1392/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique 8 : Les outils méthodologiques (n=l05)
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1392/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Grapique 9 : Constitution de l’anamnèse (n=94)
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1392/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Graphique 10 : Type de bilan (n=105)
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1392/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Graphique 11 : Source de l’orientation des patients (n=94)
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1392/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Graphique 12 : Collaborations pendant l’investigation (n=94)
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1392/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Graphique 13 : Qui définit les indications thérapeutiques (n=94)
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1392/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Graphique 14 : Modalités de prise en charge (n=94)
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1392/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 244k

© Éditions ies, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search