Version classiqueVersion mobile

L’investigation en psychomotricité

 | 
Bernard Senn
, 
Raffaella Poncioni-Derigo

Objectifs de la recherche

Texte intégral

1Dans le cadre de la pratique psychomotrice, il est un processus particulier présidant aux réflexions générales suivantes : la psychomotricité est-elle l’aide la plus adéquate pour ce patient, quelle forme devrait prendre cette aide si c’est le cas ?

  • 1 Tout au long de ce rapport, nous avons pris le parti de maintenir la forme masculine.

2C’est ce processus que nous nommons « investigation en psychomotricité ». Il s’agit de tout le temps qui se déploie entre la première prise de contact du patient avec le psychomotricien1 et l’ouverture d’un processus régulier en psychomotricité.

3L’investigation en psychomotricité participe à l’élaboration d’un diagnostic et, selon les circonstances, débouche sur une indication de traitement. Elle est donc d’une importance fondamentale dans l’ensemble du processus d’aide tel qu’il se développe dans la pratique psychomotrice et nécessite un temps et une attention particuliers. Se fondant sur un bagage théorico-clinique relativement homogène, les pratiques de l’investigation tendent actuellement à se différencier d’un praticien à l’autre (personnalisation de l’outil, création de nouveaux outils).

4Cette modulation de l’outil diagnostique est renforcée par des facteurs extérieurs comme le type de pathologie envisagée et les « empreintes » générées par l’institution dans laquelle s’inscrivent le patient et le psychomotricien, ainsi que le contexte socio-économique plus large (diversité intercantonale).

5Cette variété dans les pratiques de l’investigation présente une richesse clinique relativement méconnue et, de ce fait, trop peu exploitée, notamment dans le domaine de la formation. Ainsi, une recherche sur ce thème contribuera au développement de connaissances théoriques et méthodologiques qui viendront étayer les enseignements professionnels dispensés dans le cadre de la formation.

6Durant l’année 2000, la recherche a visé l’établissement d’un état des lieux de ces différentes pratiques de l’investigation sur le terrain afin d’en saisir le développement et l’évolution sur la base d’un questionnaire standard et d’entretiens personnalisés.

7La recherche que nous avons entreprise vise donc à :

  • contribuer à l’actualisation, la consolidation et l’enrichissement des enseignements professionnels dispensés dans le cadre de la formation ;
  • favoriser la circulation des connaissances et des pratiques dans ce domaine en Suisse romande et au Tessin ;
  • préciser et développer les outils méthodologiques existants et contribuer à l’élaboration de nouveaux outils là où ils manquent.

Organisation de la recherche

8Nous avons décidé de partager cette recherche en deux étapes principales. La première, exploratoire, descriptive et sous forme d’un questionnaire standardisé, va nous permettre de formuler une image de « l’état de l’art » en ce qui concerne la pratique de l’investigation.

9La deuxième partie de la recherche, essentiellement qualitative, nous permettra d’explorer en profondeur la pratique de l’investigation à travers une série d’entretiens, auprès de praticiens représentatifs de catégories établies sur la base des réponses au questionnaire standard.

Population concernée et échantillon

10Au printemps 2000, nous avons envoyé le questionnaire à tous les membres romands et tessinois de l’Association suisse des thérapeutes de la psychomotricité (ASTP) ainsi qu’un certain nombre de psychomotriciens connus dans le cadre de l’Ecole romande de psychomotricité (erp), mais qui ne sont pas membres de l’Association suisse des thérapeutes de la psychomotricité (ASTP). Au total nous avons touché 168 sujets. Nous avons reçu 111 questionnaires en retour dont 105 ont pu être utilisés pour les besoins de l’enquête. Parmi les 105 sujets que nous avons considérés pour les analyses, 11 ne font pas de prise en charge clinique et thérapeutique car ils travaillent uniquement dans le domaine éducativo-préventif. Ces derniers n’ont donc pas répondu à l’ensemble du questionnaire, mais uniquement à la première partie ; nous avons également considéré leurs réponses car elles nous permettaient d’esquisser un profil plus précis de la répartition des psychomotriciens dans différents secteurs d’intervention.

  • 2 L’analyse des données nous a permis d’isoler les caractéristiques principales de la pratique des d (...)

11Le taux de réponse à notre questionnaire est de 63 %. Après avoir comparé nos données avec celles que l’ASTP nous a fournies, nous observons qu’il est impossible de déterminer avec exactitude le nombre de psychomotriciens exerçant en Suisse romande et au Tessin à ce jour. Nous ne pouvons donc pas nous exprimer quant à la représentativité statistique de notre échantillon2.

Notes

1 Tout au long de ce rapport, nous avons pris le parti de maintenir la forme masculine.

2 L’analyse des données nous a permis d’isoler les caractéristiques principales de la pratique des différents psychomotriciens et de les comparer entre elles. Pour ce faire, nous avons utilisé le test statistique du Chi-square (ki carré) qui nous donne un résultat significatif si p = 0,05.
Ce travail a mis en évidence des différences statistiquement significatives entre les groupes considérés, et nous a permis de mieux définir les différentes spécialités qui caractérisent la pratique de l’investigation.
Pour faciliter la lecture de ce rapport, nous rappelons que le n=... qui apparaît dans les graphiques correspond au nombre de sujets.

© Éditions ies, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search