Version classiqueVersion mobile

Roms en cité

 | 
Monica Battaglini
, 
Monique Eckmann
, 
Iulia Hasdeu
, 
et al.

Annexes

Texte intégral

Annexe I

Etapes d’animation d’un espace d’écoute, de parole et de lien

1L’animation, très sructurée, d’un espace de thérapie communautaire se déroule selon six étapes distinctes et dure 1h30.

1| L’accueil

2Mot de bienvenue ;

3Temps des présentations. L’un des animateurs explique pourquoi nous sommes là et succintement ce que nous allons faire ; Courte dynamique pour « casser la glace » (jeu, chanson, mouvement etc) ; Annonce des règles de fonctionnement (voir Annexe 2).

2| Le choix du thème

4Brève introduction concernant le sens de la parole : Pourquoi parler et de quoi parler ? Puis, les participants qui le souhaitent, peuvent exprimer brièvement, un souci ou une souffrance qu’ils sont en train de vivre. L’animateur dégage pour chaque situation évoquée le thème et l’émotion qui lui sont liés. Les participants votent ensuite pour le sujet qui les touche le plus (notion de résonance).

3| Contextualisation

5La personne dont le thème a été choisi développe ce qu’elle vit. Les autres personnes du groupe peuvent lui poser des questions de compréhension (Par exemple : Depuis combien de temps ? Avec qui ? Est-ce la première fois ? Comment vous sentez-vous ?, etc.). Ce sont des questions qui permettent à la personne de contextualiser sa situation. La personne peut à tout moment décider d’utiliser des « jokers » pour ne pas répondre, si elle le souhaite.

4| Problématisation

6La personne dont le thème a été choisi est remerciée pour la confiance et le courage qu’elle a eu de partager sa souffrance et reste désormais silencieuse. On donne la parole aux autres personnes du groupe en leur demandant : Qui de vous a déjà vécu une situation semblable et comment avez vous fait pour la dépasser ? Les personnes qui le souhaitent racontent tour à tour leurs propres expériences en lien avec le thème choisi et la façon dont elles s’en sont sorties ou du moins comment elles se sont débrouillées.

5| Clôture

7(voir annexe 3)

5| Evaluation

8« C’est le moment où l’on cherche à évaluer l’animation de la séance et son impact sur chacun, dans le but d’alimenter le processus de formation [...] [des animateurs] en profitant, entre autres, des enseignements apportés par le groupe. » (de Paula Barreto, 2008 : 77/78)

Annexe 2

Règles d’un groupe de parole

91| Faire silence quand l’autre parle = Ecoute bienveillante et attentive

102| Parler en « Je » = parler de sa propre expérience

113| Pas de conseil

124| Pas de jugement

135| Pas d’interprétation

146| La possibilité de proposer à tout moment une blague, un dicton, une poésie, une chanson en résonnance avec le sujet dont on parle.

Annexe 3

Illustration d’une adaptation effectuée pour les espaces d’écoute, de parole et de lien avec les Roms migrants précaires de Genève

15Parmi les différentes étapes d’un espace d’écoute, de parole et de lien, la clôture est un temps spécifique dont l’objectif est à la fois de renforcer les liens au sein du groupe, d’exprimer sa reconnaissance et d’ancrer « ce avec quoi je repars » en terme de pistes personnelles et d’émotions. Ce rituel toujours intime et intense sur le plan émotionnel s’effectue au Brésil et ailleurs, debout se tenant par les épaules ou par la taille en formant un cercle. Les personnes, tout en exprimant leurs sentiments, leurs soulagements et leurs gratitudes se balancent légèrement de droite à gauche afin de sentir physiquement l’appui du groupe et la recherche d’équilibre.

16Dans notre cas, l’aide d’une personne rom ressource avec laquelle nous avons pu effectuer en amont la traduction et l’adaptation linguistique des différentes phases d’animation nous a conseillé d’éviter un tel rapprochement physique afin de respecter les distances nécessaires dans les rapports hommes-femmes au sein de certaines communautés roms et éviter ainsi de possibles « dérapages ». Pour pallier cette proximité physique tout en gardant un rituel symbolique similaire pour vivre ce moment de clôture, Adalberto Barreto nous a conseillé de faire circuler le fil d’une pelote de laine entre les personnes se tenant debout en cercle sans se toucher. Le fil passant de l’un à l’autre en construisant une sorte de « toile d’araignée » symbolisait les liens et la confiance se tissant physiquement entre nous.

17Comme l’illustre cet exemple, travailler en amont, avec des personnes roms ressources, fut pour nous une étape cruciale en vue de la réussite de l’ensemble du processus méthodologique de cette recherche.

© Éditions ies, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search