Version classiqueVersion mobile

Roms en cité

 | 
Monica Battaglini
, 
Monique Eckmann
, 
Iulia Hasdeu
, 
et al.

Conclusion

Texte intégral

1Notre enquête a été centrée dès le départ sur les groupes de Roms migrants précarisés à Genève ; cependant nous sommes parties de l’idée que les facteurs déterminants de la précarité des Roms sont multiples et ne relèvent pas de la « culture », quelle que soit la définition qu’on donnerait à cette notion. En clair, en accord avec une partie de la littérature traitant des Roms, nous avons adopté l’idée de l’inexistence objective de la « question rom » notamment en raison de la difficulté à saisir ne serait-ce que la notion même de « Rom ». De plus, il apparaît clairement au fil des expériences qu’une approche ethnicisante de la pauvreté tend à renforcer certaines idées reçues. On imagine par exemple que ces groupes auraient « choisi » leurs conditions de vie en cohérence avec une « culture » donnée (Halfen, 2012). Cela dit, nos travaux nous ont confortées dans l’idée qu’on ne peut nier, « en termes pragmatiques », l’existence de problématiques, de questions, adressées directement ou indirectement au système politique, et à la société en général, qui sont générées par la migration de populations roms très précarisées. C’est donc la définition de ces problématiques (« ce qui fait problème ») qui a été le centre de cette recherche. Cette définition ne peut se faire à notre avis qu’avec les acteurs de terrain et c’est la vision des Roms eux-mêmes que nous avons rapportée dans cet ouvrage.

  • 26 Voir liste des lieux d’accueil et d’aide en annexe (feuillet inséré) dans Les droits des personnes (...)

2Tout d’abord, il ressort de l’observation qu’il s’agit d’une migration très différente de celles que la Suisse a connues durant l’après-guerre. Ce n’est pas la spécificité culturelle qui distingue cette arrivée de nouveaux migrants mais bien leur extrême pauvreté et le caractère pendulaire de leur présence, dans un contexte économique où le besoin de main-d’œuvre non qualifiée est extrêmement limité. Cette pauvreté est très visible car elle se traduit notamment par la présence massive dans l’espace public des personnes concernées, de part leur difficulté d’accéder à un logement. Par ailleurs, à la différence d’autres migrations, celle de ces groupes roms très précaires n’est pas encadrée par l’accueil d’une communauté déjà installée. Il en résulte une grande difficulté à intégrer le fonctionnement de la société locale ou tout simplement à la comprendre. Le cadre légal précarisant ainsi que les difficultés d’accueil auxquelles ils sont sujets sont à la base d’un type de migration qu’on pourrait qualifier de « pendulaire » et de transnationale, caractérisée par des allées et venues fréquentes entre le pays d’origine et la Suisse. D’un point de vue institutionnel, un certain nombre d’actions d’accueil d’urgence existent (possibilité de se nourrir auprès d’associations ou autres services, possibilité de logement pour la nuit par exemple en hiver dans les abris PC, accès aux soins de base par exemple aux services d’urgence…)26, mais ces actions d’urgence s’insèrent dans un contexte peu organisé du point de vue de l’action publique. En effet, bien qu’il soit clair que la présence à court terme de ces personnes est légale en Suisse, l’acceptation de leur présence est nettement moins évidente, notamment en raison de leur grande visibilité en tant que pauvres dans l’espace public.

Les problématiques au quotidien : visions de Roms

3Les données collectées à partir des comptes rendus des divers groupes de parole ont permis de mettre en évidence plusieurs sources de difficultés vécues par ces personnes roms lors de leur présence sur le territoire du canton.

4Les relations avec la police sont de loin le premier sujet de préoccupation exprimé. Les interventions des policiers sont vécues généralement comme des agressions qui en retour génèrent un large sentiment d’insécurité et des réflexes de protection. La police, qui est l’emblème de la protection de la sécurité physique par l’Etat, est ressentie par les migrants comme la principale source d’insécurité. Les questions économiques (finances et travail) préoccupent aussi beaucoup les Roms qui se sont exprimés. D’une part, ils se trouvent dans un contexte juridique qui leur donne un accès très limité au marché de l’emploi officiel, d’autre part, leurs faibles qualifications, ainsi que la stigmatisation dont ils font l’objet, rendent l’entrée dans le marché informel quasi impossible. Ainsi, dénués de ressources, ils prolongent dans le pays de migration la précarité économique du pays d’origine. S’ajoute à cette précarité « d’origine » l’insécurité de la situation de migration qui n’est pas encadrée par une politique claire et/ou par un éventuel dispositif d’accueil cohérent. Ce manque de ressources ne prolonge pas uniquement la précarité de ces migrants, il les confine physiquement dans l’espace public et alimente ainsi les visions partielles et biaisées de la réalité que la société locale a, en projetant l’image d’une migration massive (ce qui est bien loin de la réalité chiffrée). En outre, le sentiment de stigmatisation se confirme auprès des migrants, qui se sentent discriminés, voire humiliés, dans l’accès aux moyens de survie. Le sentiment de porter en tant que communauté tout entière les égarements de certains est présent. Cela se traduit par une impression d’être stigmatisé/discriminé sur la base de son appartenance communautaire.

5Le repli sur la famille, entendue comme groupe élargi, se révèle dans les récits comme étant une réponse aux difficultés matérielles et psychologiques des migrants roms. Le groupe familial est fondamental pour ces migrants qui, presque systématiquement, se présentent individuellement en décrivant leur place dans la structure familiale (« la femme de.. », « le frère de… », etc.). Cependant, les circonstances de cette migration précaire limitent le recours aux ressources de la famille élargie et provoquent un surplus de souffrance. Aux difficultés d’un recours diminué à la solidarité familiale s’ajoute la peine de l’éloignement des siens.

Les espaces d’écoute, de parole et de lien : une méthodologie de recherche et d’intervention particulièrement bien adaptée

6Pour les besoins de cette recherche-intervention, il a été nécessaire de mettre ou point une méthodologie ad hoc pour collecter l’information nécessaire à la compréhension du phénomène, mais aussi pour construire en même temps un lien avec les personnes rencontrées et les accompagner dans un processus participatif visant le partage d’expériences, la collectivisation des ressources et d’autosolutions. En effet, il nous a paru clair dès le départ de l’enquête que d’aborder une population extrêmement précarisée exige une approche de « bas seuil » qui tienne compte des énormes besoins des personnes concernées. Ainsi il a été nécessaire de commencer par une phase d’immersion et de prise de contact. Une phase qui comporte un investissement conséquent en temps et en énergie, car il s’agit de se déplacer sur les lieux où circulent ces personnes – parcs, marché aux puces, arrêts de trams etc. – aux moments où elles s’y trouvent. Il s’agit d’aller à la rencontre, de faire connaissance dans une posture bienveillante et non misérabiliste.

  • 27 Dans ce contexte un projet pilote d’intervention axé sur la médiation interculturelle, le travail (...)

7Ensuite, nous avons fait le choix de ne pas effectuer des entretiens individuels, mais plutôt opté pour la collectivisation et des échanges en groupe. Les échos des participants aux réunions des « espaces d’écoute, de parole et de lien » ont été très positifs ; les personnes roms ont volontiers participé, certaines ont exprimé le souhait que les groupes se poursuivent au-delà de la recherche. Cette demande traduit à la fois le succès de la démarche, mais aussi une certaine ambiguïté : jusqu’où les chercheurs peuvent-ils ou devraient-ils répondre aux besoins et demandes de la population sur et avec laquelle la recherche s’effectue ? Comment peuvent-ils se retirer ? Et quels sont les sentiments qu’ils laissent derrière eux ? Un dilemme qui demeure entier à l’issue de la réflexion, mais qui a poussé l’équipe à envisager une poursuite de l’action et de la recherche27.

8Dans ce contexte, nous avons testé des outils de recherche qui visent à la fois l’animation de groupe et la récolte de données de recherche, ce qui s’est avéré crucial. Ces outils permettent non seulement accueil et recueil des problèmes ou des déficits, mais également de mettre en valeur les expériences et le vécu des personnes roms vivant dans la rue tout en soulignant leurs ressources, leurs compétences et leurs propositions de solutions. Pour d’autres populations en situation de grande précarité, cela nous semble offrir une possibilité de participer à l’élaboration d’une parole collective et de contribuer aux changements face aux situations qu’elles vivent.

Le travail social comme trait d’union entre migrants précaires et institutions

9Après avoir animé des espaces d’écoute, de parole et de lien, trois aspects nous sont apparus comme essentiels pour le travail social : faciliter la compréhension du système suisse et des institutions locales, la posture adoptée par l’intervenant et les règles d’animation.

Faciliter la compréhension du système suisse et des institutions locales

10La recherche a montré la nécessité d’informer clairement les personnes roms quant aux droits qu’elles ont ou n’ont pas, et de rendre compréhensible le système institutionnel suisse, qu’il s’agisse des institutions locales et de leur fonctionnement ou du système politique, très différent de celui de la Roumanie. Informer, faciliter la découverte et la compréhension du système nous paraît essentiel pour pouvoir fonctionner et se débrouiller dans un environnement qui n’est pas si arbitraire qu’il le paraît. C’est pourquoi nous avons tenté de répondre à ce besoin en improvisant, à plusieurs reprises, explications et schémas pour ceux qui le souhaitaient.

La posture adoptée par l’intervenant

  • 28 http://heldercamara-actualites.org/-Citations-.html

11Les mots de Dom Helder Camara nous paraissent caractériser l’esprit et la posture dans laquelle intervenir : « Personne n’est si pauvre qu’il n’a rien à donner, et personne n’est si riche qu’il n’a rien à recevoir »28. Dans un rapport que l’on sait être d’emblée foncièrement inégal, entre personnes issues de la société majoritaire et personnes issues de minorités en situation de migration et de grande pauvreté, la posture de « non-expert », humble et bienveillante, des intervenants est essentielle afin de créer, dans un respect profond, autant d’horizontalité que possible.

12Cette posture, que les travailleurs sociaux ou autres intervenants peuvent tout autant pratiquer, n’est possible qu’en partant d’une attitude de profonde modestie, à savoir que l’on apprend tous (animateurs y compris) les uns des autres. Outre la connaissance et l’application sérieuse de la méthodologie d’animation, les intervenants se doivent d’abandonner une position d’expertise car, selon Barretto, « personne ne peut résoudre les problèmes des autres. […] Nous professionnels, avons beaucoup de peine à abandonner la posture de celui qui sait, qui doit proposer une solution » (Fénéon : citant Barretto, 2012 : 47).

13Par ailleurs, face à la recherche légitime de solutions matérielles dans laquelle se trouvent ces migrants, le rapport qui s’instaure généralement avec les personnes issues de la société d’accueil est prioritairement de type utilitaire. S’agissant là encore d’un rapport asymétrique entre les uns et les autres, l’intervenant est ainsi mis au défi de déconstruire ce rapport « marchand » dès les premiers contacts. Prisonniers des deux côtés d’un rapport qui réduit les protagonistes à demander et respectivement donner de l’argent, le défi est – tout en étant conscient de ce contexte de représentations – d’éviter dès le départ d’y rentrer. Ne pas réduire les personnes à la seule posture de victime est une gageure pour le travailleur social. Il s’agit pour les intervenants de reconnaître des expériences, situations et contextes précis de victimisation, sans pour autant enfermer les personnes dans une identité de victime (Eckmann, 2004 : 23 ss. ; 220 ss.). Ceci nécessite au préalable de définir les limites du champ d’action du travailleur social et de nommer clairement, dès les premiers contacts, ce qui est en son pouvoir et ce qui ne l’est pas, sans hésiter à le redire lors de nouvelles sollicitations.

Les règles d’animation

14En outre, les règles d’animation des groupes d’écoute, de parole et de lien créent un espace où l’échange d’expériences se place également dans un rapport horizontal. Dans les groupes de parole, comme partout ailleurs, chacun vient avec sa part d’idées reçues et de préjugés. Toutefois, le fait d’instaurer, durant un temps donné, des règles telles que « le non-jugement, ne pas donner de conseil ou parler en je » facilite l’écoute respectueuse, la prise de parole et la mise en confiance. Ces règles induisent non seulement un regard bienveillant sur chaque individu mais provoquent souvent un changement dans le rapport des uns aux autres permettant à chacun de se sentir « à la fois sujet et acteur de sa vie et de la société ». (Durand, 2010 : 1). Ainsi, ici comme dans les espaces d’écoute, de parole et de lien du monde entier, faire l’expérience concrète des bénéfices qu’apportent ces règles sert aux participants comme modèle, au-delà du moment du groupe.

15Ces temps d’échange lors des espaces de parole furent d’ailleurs une opportunité permettant par la suite à quelques personnes de mobiliser leurs ressources et de devenir des interlocuteurs avec les institutions.

Une action publique en devenir : défis de l’articulation des visions des différents acteurs

  • 29 Les membres de l’équipe ont participé au groupe de réflexion sur les défis citoyens à propos de Ro (...)

16Les données que nous avons collectées à partir de nos observations de terrain, notamment dans le cadre de nos participations à divers réseaux de réflexion29, ainsi que les témoignages des Roms migrants eux-mêmes nous permettent de dessiner les contours de l’action publique dans le cadre de cette migration. Ce qui ressort est l’image d’une action publique peu visible et peu lisible, habitée par de nombreuses contradictions et qui hésite entre « action humanitaire » et « rejet ». On ne peut pas (encore) parler d’une véritable politique publique qui se caractériserait selon la littérature classique par l’existence plus ou moins explicite d’un programme d’action orienté vers un but (Anderson, 2010). En effet, cela impliquerait la présence d’un certain consensus sur la ou les problématique (s) à traiter par l’action publique dans un domaine donné. Or, dans le cadre que nous avons observé, il n’existe pas de dispositif cohérent de traitement de cette migration. Au contraire, on constate l’absence de construction de consensus sur la définition de ce qui pose problème et en conséquence sur la manière d’apporter une solution et sur les modalités d’intervention. Parmi les difficultés qui semblent freiner la mise en place d’une action cohérente et explicite, on dénote le problème de penser un dispositif qui soit le plus global possible, afin d’éviter la stigmatisation d’une catégorie de pauvres, mais qui, en même temps, réponde à des exigences spécifiques d’une migration « pas comme les autres ». Ainsi l’intervention se fait sur des bases floues donnant d’autant plus de marge de manœuvre aux agents de terrain. Deux types de conséquences résultent de cette autonomie accrue : d’un côté l’adaptabilité de l’action augmente, les intervenants de terrain ont de fait la liberté nécessaire pour mieux coller aux problématiques quotidiennes, de l’autre côté, le contrôle démocratique sur les décisions qui sont prises lors des actions de terrain diminue, entrainant un risque d’augmentation de l’arbitraire. Sans des objectifs et des principes clairs pour orienter l’action, ce sont les agents de terrains qui définissent le cadre. La décision implicite de ne pas décider explicitement au niveau politique (c’est-à-dire l’absence d’un processus de construction d’un consensus autour d’un programme d’action) n’anéantit pas l’action collective, elle ne fait que la rendre moins transparente et moins démocratique.

17Les résultats qui ont été produits dans le cadre de cette recherche montrent qu’il est possible de faire participer les migrants roms à la définition de ce qui pose problème (et donc à la conception de solutions) en utilisant des méthodologies adaptées. L’étape suivante d’un hypothétique processus participatif devrait permettre d’articuler ces visions à celles des autres acteurs pertinents afin de guider la construction d’une action publique. Comment construire cette articulation ? Ce qu’on observe est la coopération entre service public et société civile organisée qui se met en forme lentement, notamment via la constitution de réseaux plus ou moins formels auxquels participent des acteurs publics et des acteurs issus du monde associatif. La démarche présentée ici confirme ce qui a été déjà expérimenté dans d’autres contextes, à savoir qu’avec un accompagnement adéquat il est possible d’impliquer même les groupes les plus précaires. La méthodologie mise en place s’avère prometteuse dans le but de favoriser la participation politique, même embryonnaire, de groupes de la population tout particulièrement précarisés et marginalisés. L’apport du travail social paraît donc déterminant dans la construction d’une action publique d’accompagnement de ce type de migration.

18En lien avec ces questions, il nous semble possible de réfléchir hors des schémas habituels et d’impliquer de manière plus large les populations à la construction des choix politiques. C’est, à toute petite échelle, la démarche qui a été entreprise dans cette recherche. A partir des données collectées auprès des Roms migrants précaires à Genève, il est possible de synthétiser un certain nombre de pistes qui pourraient orienter l’action publique. Si des solutions toutes faites ne sont pas formulées, les groupes de parole ont permis de mettre en lumière quelques éléments que les personnes roms aimeraient pouvoir améliorer (ou voir améliorés) dans leur quotidien. Parmi ces suggestions, on trouve la possibilité de conserver ses biens, son argent. Cette réflexion fait implicitement référence aux pratiques policières de confiscation des biens des migrants. Une pratique très mal vécue (même si parfois les biens et l’argent sont restitués) et qui met en cause l’essentiel des relations avec la police. En clair, ce qui est suggéré est d’une part une sensibilisation à large échelle des policiers vis-à-vis de la situation des Roms migrants précaires. D’autre part, il s’agirait de donner la possibilité d’avoir des lieux sûrs pour entreposer ses maigres biens. Le traitement des ressources financières est bien évidemment essentiel dans la réflexion, car c’est l’insuffisance de ces dernières qui est à la base de la migration. La possibilité de travailler est naturellement mise en avant pour pallier ce manque de ressources qui confine les personnes à la rue dans le pays de migration et les maintient dans une pauvreté extrême dans le pays d’origine. Des niches d’emploi nécessitant peu de qualification pourraient constituer des moyens adéquats pour initier un processus de sortie de la précarité. Mais pour ce faire, il apparaît clairement nécessaire de donner une vision plus positive de ces migrants qui restent souvent prisonniers d’une image stéréotypée alimentant le sentiment de rejet, voire carrément de racisme. Le soutien du groupe familial, du moins au sens restreint du terme, semble aussi être un élément essentiel de l’amélioration des conditions de vie et donc d’intégration, que ce soit dans la société de migration ou dans celle d’origine. La séparation des noyaux familiaux est ressentie comme une difficulté majeure qui freine les possibilités de se projeter dans le futur dans le pays d’accueil ou dans celui d’origine. In fine, le maintien de ces personnes dans l’insécurité et la précarité par des actions centrées sur l’urgence semble clairement être un frein majeur au développement de projets à long terme, dans le cadre de la migration ou non.

19A l’heure actuelle en Europe, malgré presque une décade de politique volontaire d’inclusion des Roms, la reconnaissance de ces populations en tant que minorité reste parsemée d’ambiguïtés. La différence en tant que telle pose problème aux sociétés européennes et représente ainsi un véritable défi aux démocraties en interrogeant une fois de plus la place des droits fondamentaux. En Suisse tout particulièrement, où le vote populaire a décidé en 2014 d’une restriction de la migration, y compris en provenance de l’intérieur de l’UE, ces questions semblent devoir se poser de façon plus urgente que jamais.

Notes

26 Voir liste des lieux d’accueil et d’aide en annexe (feuillet inséré) dans Les droits des personnes « rom »…, 2013.

27 Dans ce contexte un projet pilote d’intervention axé sur la médiation interculturelle, le travail social hors murs et l’action communautaire est à l’étude, en collaboration avec les associations locales d’aide aux plus démunis.

28 http://heldercamara-actualites.org/-Citations-.html

29 Les membres de l’équipe ont participé au groupe de réflexion sur les défis citoyens à propos de Roms à Genève et en Europe et à une série de « tables rondes » co-animées par la Haute école de travail social et le Département de l’environnement urbain et de la sécurité (DEUS) de la Ville de Genève.

© Éditions ies, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search