Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Éditions ies Pratique.s Roms en cité Chapitre 2. Des « Espaces d’écout...

Roms en cité

 | 
Monica Battaglini
, 
Monique Eckmann
, 
Iulia Hasdeu
, 
et al.

Chapitre 2. Des « Espaces d’écoute, de parole et de lien », une méthodologie à la frontière entre intervention et collecte de données

Texte intégral

Une approche particulière pour une population vulnérable

1Lorsqu’on effectue une recherche auprès d’une population qui vit dans l’extrême pauvreté, on ne peut se contenter de collecter des données au profit de la recherche, sans en même temps mesurer et se soucier de l’effet possible d’un tel processus sur le groupe concerné lui-même. Le but de notre recherche était donc de faire recours à un travail basé sur une approche de proximité qui comprend des méthodes d’intervention « de bas seuil » au service des personnes concernées, tout en permettant la collecte de données centrées sur les besoins immédiats de ces personnes.

2Cela requiert, en premier lieu, la construction d’une relation de confiance. Faire de la recherche avec une population d’une extrême précarité, très peu scolarisée et complètement marginalisée, pose plusieurs problèmes méthodologiques et éthiques : pas seulement un problème d’accès à cette population, mais aussi une difficulté de prise de parole par des personnes qui, souvent, ne sont ni disposées ni habituées à raconter leurs expériences ou à exprimer leurs sentiments. Par ailleurs, l’inégalité d’accès au savoir pose le risque d’un rapport de domination-soumission entre chercheurs et population enquêtée, où l’enjeu de la définition du problème conduit à un processus dans lequel la population en question devient « le problème étudié », au lieu de permettre l’émergence de sa propre parole au sujet des problèmes rencontrés par les personnes elles-mêmes.

3C’est en cela que notre démarche de récolte des données se rapproche de « l’observation militante » (Darcy de Oliveira & Darcy de Oliveira, 1975), une forme de recherche qui « s’adresse avant tout aux opprimés et ne se développe qu’avec eux, car son but même est de stimuler la créativité et l’organisation autonome du groupe » (p. 17), où le chercheur lui-même est un facteur de transformation du groupe (idem, p. 19) et où la première étape est celle de l’insertion dans le milieu, où le chercheur doit se « faire accepter tel qu’il est, c’est-à-dire comme quelqu’un qui, tout en venant de l’extérieur, veut faire avec la population un travail d’étude utile et nécessaire, mais qui finira bien un jour par repartir » (p. 19). Cela requiert donc la présence de chercheurs de terrain immergés dans le milieu et disposant en même temps d’outils d’animation de « bas seuil » et à même d’effectuer une démarche de collecte de représentations, d’expériences et de souhaits à court terme.

4Ces principes sont transposés dans le contexte de notre recherche de sorte à combiner partage d’expériences en groupe et collecte de données, tout en étant transparent sur les deux dimensions. Ce type de démarche a déjà été expérimenté, soit dans des contextes professionnels (Eckmann et al., 2009), soit avec divers groupes d’acteurs comprenant aussi des professionnels (Campenhoudt et al., 2005). Ces derniers auteurs pratiquent par ailleurs une démarche qui n’inclut pas seulement une méthode qui permet aux personnes concernées d’exprimer leurs expériences et leurs sentiments, mais aussi par la suite, d’analyser collectivement les « phénomènes sociaux auxquels les membres de ce groupe sont confrontés » (Campenhoudt et al., 2005). Nous avons tenté d’adapter ces éléments sur le plan de l’expression, mais n’avons pas encore pu mener à bien le plan de l’analyse collective, alors que cette deuxième étape nous semble indispensable dans la perspective de coproduction de savoirs et de réponses.

  • 11 Ces étapes futures seront abordées dans des phases ultérieures de la recherche (voir introduction).

5En particulier face aux conflits de territoire, l’utilisation d’une méthodologie de recherche tirée de l’action communautaire (community work) et des méthodes d’empowerment s’avère productive. Schuringa (2005) propose un modèle à trois phases – getting involved, expanding the organization, working towards independence (p. 43) en lien avec le community work auprès de Roms dans une série de localités des pays de l’Est. En référence à ce modèle, on peut postuler qu’on se trouve ici dans la première phase, celle de getting involved ou phase d’implication (pp. 50-67), et qui propose de démarrer par une série de rencontres, puis de clarifier et de prioriser des objectifs à court terme, puis d’aborder, petit pas par petit pas, des ébauches de réponses concrètes11.

6Plus généralement, pour répondre aux enjeux générés par le déplacement de ces populations, les initiatives se prennent non seulement au niveau des instances européennes générant des politiques institutionnelles descendantes (top-down), mais également sur le plan de la société civile organisée (les associations) et du travail social qui engendrent des expériences privées aptes à suggérer des modifications dans les dispositifs (bottom-up). Nous pensons en particulier à des associations avec qui nous sommes en contact, telles Rues et Cités à Montreuil et Pavee point à Dublin, et avec lesquelles nous avons eu divers échanges.

7Les perspectives que ces organismes développent ont des éléments en commun ; elles se caractérisent par l’effort d’éviter le paternalisme et de favoriser l’auto-organisation et le recours aux outils du community work. Cet appui aux compétences d’auto-organisation des Roms se manifeste par la mise à disposition d’un minimum d’espace ou d’outils qui facilitent la mise en œuvre d’une microproduction. Il peut aussi consister en un appui à la médiation entre les populations majoritaires et les Roms, voire entre les Roms et les autorités locales, à propos des conflits récurrents d’occupation du territoire.

Les outils : « espaces d’écoute, de parole et de lien » et « approche centrée sur la solution »

Les « Espaces d’écoute, de parole et de lien »

  • 12 TCI : Non seulement communautaire et systémique, cette approche intègre également les savoirs cultu (...)

8Nous avons opté pour le recours à une méthode psychosociale d’action communautaire les « espaces d’écoute, de parole et de lien », comme outils de récolte de données. Ces espaces réunissent toujours un groupe de personnes directement concernées qui s’expriment au sujet de leurs expériences. L’animation de ces espaces de parole se base sur une approche systémique et anthropologique partant des problèmes et des souffrances des personnes pour « susciter [sous une forme participative] une dynamique qui permette le partage d’expériences et la construction d’un réseau de soutien » (Barretto de Paula, 2008 : 41-42). Aussi appelés « Thérapie communautaire systémique et intégrative » (TCI)12, ces espaces d’écoute, de parole et de lien, ont été développés par Adalberto Barretto de Paula (2008). Inspirée par la pédagogie de Paulo Freire et par l’idée de résilience, la Thérapie communautaire a pour but « d’identifier et susciter les forces et les capacités des personnes, des familles et des communautés pour qu’au travers de leurs ressources, elles puissent trouver leurs propres solutions et surmonter les difficultés imposées par le milieu et la société. » (Ibid. : 27).

9Depuis bientôt trente ans, la TCI a fait ses preuves, en particulier dans les favelas du Brésil et dans de nombreux pays d’Amérique latine. Egalement vécue comme une approche utile et bénéfique en Europe, elle s’inscrit depuis une quinzaine d’années parmi les pratiques de l’Action communautaire. Basée sur un modèle participatif, la TCI suscite la co-responsabilité pour faire émerger la production d’autosolutions. Au-delà de leurs souffrances, ce sont la recherche de liens, le partage de solutions et la volonté de résoudre leurs difficultés qui réunissent les personnes. La TCI se pratique en réunions régulières, où les difficultés sont exprimées dans les termes dans lesquels les gens les vivent et où les perspectives de solution sont dégagées par les participants, à partir des expériences de vie partagées.

[La TCI] est basée sur trois présupposés fondamentaux :

  1. Les difficultés individuelles sont à appréhender dans un contexte […].

  2. Toute personne possède en elle des ressources et des savoirs tirés de son vécu et utiles aux autres, quelques soient ses conditions sociales et économiques, sa culture, sa situation ou ses difficultés.

  3. Ces compétences lui viennent des épreuves qu’elle a traversées. (Durand, 2010 : 2)

10Aussi,

La socialisation de ce savoir donne lieu à une dynamique entre ce qui est dit par les autres et la résonance à l’intérieur de chacun […] [ce] qui favorise le processus de « résilience » (Ibid. : 4).

11Les objectifs de la Thérapie communautaire – qui sont ambitieux et ne pourraient être pleinement atteints durant les quelques semaines correspondant à la durée de notre projet – sont de reconstruire ou de renforcer la dynamique interne de chaque personne pour que chacun puisse découvrir ses valeurs, potentialités et devenir plus autonome en renforçant son estime de soi. Un objectif connexe est aussi de promouvoir la construction de réseaux de solidarité en mobilisant les ressources et les compétences des individus, des familles et des communautés considérées comme les points de levier pour l’amélioration de la qualité de vie, et permettre ainsi l’émergence de solutions participatives.

12La TCI s’est avérée un instrument intéressant. Nous avions toutefois émis l’hypothèse que la situation des Roms sans abri vivant dans des conditions d’une pareille précarité ne permettrait pas de répondre entièrement aux exigences de continuité et de rigueur de mise en œuvre que demande l’animation selon le déroulement classique de la TCI. En l’occurrence, dans notre cas, il a fallu faire preuve de créativité et de souplesse car les groupes n’ont pas toujours pu se dérouler dans les locaux réservés à cet effet et de nombreuses interférences ont pu rendre le cadre d’animation parfois difficile à tenir. Mais contrairement à notre hypothèse, ce sont certains contextes dans lesquels nous avons mené les espaces de paroles qui ont rendu le déroulement de ces derniers difficile et non la situation des participants aux groupes.

L’Approche centrée sur la solution

  • 13 L’approche centrée sur la solution est née dans les années 1980. Elle s’inscrit dans le cadre des t (...)

13Parce qu’elle est proche de la thérapie communautaire par les perspectives émancipatrices qu’elle véhicule, nous avions décidé d’avoir recours parallèlement à l’« Approche systémique centrée sur la solution » (ACS)13. L’Approche centrée sur la solution a été développée dès le début des années 1980 par Insoo Kim Berg, Steve de Shazer et leur équipe (De Jonc & Berg, 2002). Cette approche se différencie d’autres modèles d’intervention par le fait que l’essentiel du travail ne consiste plus à essayer de comprendre l’origine d’une problématique, mais à aider les personnes à la résoudre. Elle s’appuie sur l’hypothèse qu’il est plus facile d’appréhender un problème en se concentrant sur les ressources de la personne, sur ce qui fonctionne déjà et sur la manière dont cette dernière souhaite voir évoluer sa vie, plutôt que de se pencher sur le passé et l’origine des problèmes. Plus qu’une technique, « l’ACS est avant tout une posture, celle du non-savoir et du non-pouvoir et une volonté […] qui obéit à un certain nombre de croyances qui concernent le changement. Cette posture se développe selon des axes pratiques […] ceux du travail sur les ressources, de la projection vers le futur possible et enfin l’axe des propositions d’évaluation ». (Nannini, 2014 : 87). Son objectif est de permettre à la personne en souffrance de recouvrer la confiance qui l’aidera à pouvoir résoudre ses problèmes en trouvant ou retrouvant ses propres solutions.

14La conjugaison de cette posture au déroulement d’un groupe de thérapie communautaire s’est effectuée aisément tant les intentions des deux approches sont cousines. Nous notons toutefois, qu’utiliser cette approche complémentaire a permis, du point de vue de la recherche, de mieux cerner ce qui dans l’immédiat ou dans un avenir proche sera le premier petit signe concret qui améliorera leur situation. L’approche centrée sur la solution, par des questions projectives, plaçe la personne dans un processus de changement lui permettant de faire émerger des pistes réalistes et concrètes à court et moyen terme.

15Ainsi, lorsqu’une fois où l’autre l’animation d’un espace de parole selon la méthode de la TCI s’est trouvée dans une impasse due à des circonstances extérieures au groupe lui-même, le recours aux outils de l’ACS a permis de débloquer la situation, en se centrant sur les personnes présentes à ce moment, sur l’avenir immédiat et sur « ce qui améliorerait, ne serait-ce qu’un peu, la situation d’ici demain matin ».

Mise en œuvre et expérience des groupes de parole

16L’animation des espaces de parole, chacun d’une durée d’une heure et demie, était assurée par Pauline Savelieff, formée en TCI, parlant le roumain et auteure du projet d’intervention cité préalablement (Savelieff, 2012). Iulia Hasdeu, anthropologue, assistait aux séances, observait, prenait des notes et soutenait l’animatrice dans la traduction. Ensemble, elles ont également pris contact avec les Roms.

Hypothèse à propos de la méthode et des outils

17L’équipe avait émis l’hypothèse que des approches et des outils participatifs issus de la Thérapie communautaire et de l’Approche systémique centrée sur la solution pourraient, par le biais d’espaces de parole et de lien, avoir de l’intérêt pour les personnes roms vivant dans la rue. Ils leur permettraient de faire entendre leurs voix et également de recueillir leurs visions à propos des situations qu’elles traversent, de recueillir leurs soucis, leurs besoins, leurs ressources et leurs compétences.

18C’est donc d’abord, avec des « personnes roms ressources », que nous avons pris le temps de vérifier l’utilité et la faisabilité de ces groupes de parole. Tout d’abord, cinq personnes roms ont participé à titre expérimental aux séances d’un espace d’écoute, de parole et de lien fonctionnant depuis dix ans avec les habitants d’un quartier genevois de façon hebdomadaire. Ces groupes se déroulant en français, nous avions assuré une traduction quand cela était nécessaire. Nous avons alors pu observer de l’intérêt chez les participants roms de pouvoir partager leurs expériences avec les habitants, mais aussi de l’empathie réciproque, du respect et l’émergence de liens nouveaux.

19Dans la plupart des cas, c’est avant tout la possibilité de pouvoir faire entendre leur voix qui éveillait principalement leur intérêt.

Adaptation des outils en co-construction

20Dans notre cas, l’animation des groupes nécessitait non seulement une traduction linguistique, mais également une légère adaptation culturelle. Il fallait préparer la traduction du canevas de l’animation, traduire et adapter les phrases clés de l’animation pour être capable d’assurer une animation en roumain, sachant que la plupart des Roms migrants présents dans la rue à Genève ne parlent quasiment pas le français.

21Afin de faciliter la compréhension des étapes du déroulement classique d’un groupe de parole (annexe 1), des consignes et différentes règles (annexe 2), et pour respecter certains aspects culturels, nous avons dû effectuer des adaptations par un travail d’analyse mené en amont avec des personnes ressources, issues des communautés roms.

Immersion et accroche

22Pour créer un lien et entrer en contact, il a fallu assurer une présence et une immersion durant plusieurs semaines dans les lieux où les Roms se rendent, mendient, jouent de la musique, mangent ou dorment durant leur séjour à Genève. Il n’est pas si simple d’inviter des personnes à participer à un groupe de parole alors qu’elles se rendent à Genève dans le but de gagner un peu d’argent. Il s’agit pour elles d’un acte d’autant plus gratuit si on songe aux problèmes quotidiens que ces personnes ont à résoudre, tels que trouver tous les jours un endroit où dormir, se procurer de la nourriture, trouver un endroit pour se laver et laver son linge, etc.

23Pour entrer en contact avec des groupes de personnes roms, il fallait donc trouver une « accroche ». Comme le montrent Libois et Wicht (2004 : 121-136), l’accroche, ce premier contact, est un contact informel, mais qui se situe clairement dans le cadre d’un projet d’intervention. Pourtant, il se peut que l’accroche « reste en jachère […] et semble ne déboucher dans l’instant sur rien de concret » (Idbid. : 126). Tout dépend donc de la façon d’entrer en contact et, dans notre cas, d’expliquer la recherche, et de motiver les interlocuteurs à participer à une séance de groupe. C’est dans les termes ci-dessous que l’animatrice présentait la recherche aux Roms :

A Genève, on parle beaucoup de vous. Vous le savez, la presse, les politiciens, la population parlent souvent de vous, les Roms. Par contre, vous, presque personne ne vous entend, ne vous écoute, presque personne ne connaît votre réalité, vos expériences de vie, vos difficultés, vos forces et vos ressources.
Avec ma collègue, si vous le voulez, nous vous proposons un temps de parole, en groupe, afin que vous disiez, que vous partagiez votre réalité.
J’animerai ce moment de partage, ma collègue prendra des notes, puis, plus tard, avec deux autres personnes, une sociologue et une politologue, nous écrirons un petit livre afin de faire remonter vos paroles, vos expériences et vos besoins, vos demandes, vos propositions auprès des politiques et de la population. Nous-mêmes, nous n’avons pas un grand pouvoir, nous ne pouvons pas vous promettre que les choses changeront pour vous, mais du moins nous l’espérons. Quoi qu’il en soit, nous pensons qu’il est difficile que votre situation puisse changer si vous-mêmes n’êtes pas écoutés, pas entendus ou ne faites pas entendre votre voix.

Prise de contact et lieux de rencontre des groupes

24Cet intérêt supposé s’est confirmé dans la pratique, car nous avons pu mener dix groupes sur une période de deux mois, réunissant au total plus de cinquante personnes différentes. Certaines personnes ont participé à plusieurs groupes, d’autres ne sont venues qu’une seule fois. Certaines personnes ont même insisté en demandant à plusieurs reprises quand est-ce que les groupes allaient reprendre.

25La recherche de lieux adéquats ne fut pas simple. Ces derniers devaient être faciles d’accès tant sur le plan géographique que sur le plan social (soit, des lieux « de bas seuil »), mais encore suffisament disponibles pour que nous puissions les occuper avec une certaine régularité. Cette recherche de lieux a également permis d’impliquer et d’associer des associations genevoises. Nous avons choisi de mener ces groupes dans deux milieux différents.

26L’un des lieux était relativement neutre, une salle prêtée par le Centre social protestant (CSP). Pour y tenir des groupes, il était nécessaire d’aller à la rencontre des personnes roms qui se trouvaient à dix minutes à pied de là sur la plaine de Plainpalais, puis d’effectuer le chemin ensemble jusqu’à la salle pour être sûr que tout le monde trouve l’endroit.

27L’autre lieu, le CARÉ est un lieu d’accueil pour sans-abris et personnes en souffrance vivant dans l’exclusion. La capacité d’accueil est de 200 personnes qui reçoivent un repas chaud, peuvent se doucher et effectuer des activités. Nous proposions des espaces de parole durant le temps des activités. Si les personnes roms s’y rendant d’elles mêmes quotidiennement, n’avaient ainsi pas à se déplacer ailleurs, leur participation au groupe ne fut pas toujours le fruit d’une décision aussi claire que dans l’autre lieu (CSP) car les personnes venaient avant tout dans celui-ci pour y manger et se doucher. Ainsi, à tour de rôle, les uns puis les autres partaient prendre leur douche dont l’horaire avait été préalablement fixé. Quasi sans aucune salle fermée, un autre inconvégnant de ce lieu fut de trouver les moyens de s’isoler afin de ne pas être trop importunés par le brouhaha ambiant ni par d’autres usagers nous interpellant sans pour autant vouloir participer au groupe. Pour ces différentes raisons, les conditions de faisabilité y ont parfois atteint leurs limites.

Exigences liées à une forme de recherche-animation professionnelle

28Ce type d’animation d’espace d’écoute, et de parole n’est pas seulement significatif pour les participants car il ne laisse pas non plus l’équipe de recherche-animation indemne. En effet, les propos et les expériences rapportés par les participants furent souvent d’une telle intensité et gravité que les chercheuses se sont trouvées fortement sollicitées, souvent impuissantes face à la détresse des participants, à leurs demandes de soutien et face au manque de partenaires sociaux vers lesquels renvoyer les personnes en souffrance.

29Si les professionnels du social sont bien conscients qu’ils n’ont pas la possibilité ni le pouvoir de répondre à toutes les demandes, qu’il est nécessaire de mettre des limites à leur action et à leur présence, et qu’il faut être en mesure de « renvoyer les personnes à leur propres compétences et au réseau », les situations concrètes se sont parfois avérées très lourdes à gérer émotionnellement, renvoyant à l’impuissance des chercheuses-intervenantes devant des besoins humanitaires conséquents.

30Intervenir sur une courte durée, dans un contexte de pauvreté extrême, sans autres moyens que les espaces de parole, exige du professionnel d’avoir une posture claire quant aux limites du champ dans lequel il intervient, d’être capable d’avouer son impuissance, et même de la partager avec les personnes en difficulté, pour ne pas faire miroiter des solutions qui n’existeraient pas. Nous avons véritablement ressenti le manque d’un réseau, de relais vers qui renvoyer ces personnes pour un travail suivi de soutien, ce que le projet d’intervention cité plus haut (Savelieff, 2012) prévoit précisément de mettre en œuvre.

31Les chercheuses ont constaté, outre le grand intérêt de travailler à deux, la nécessité de partager, de collaborer, de se soutenir et de pouvoir se reposer l’une sur l’autre lors des séances de groupe. Après chaque séance, elles ont effectué des débriefings à deux, puis ont régulièrement partagé et approfondi leurs observations, leurs ressentis, leurs difficultés et leurs analyses avec les autres membres de l’équipe de recherche. C’était une exigence non seulement pour le bon déroulement de la recherche, mais aussi pour garantir une qualité de l’animation des groupes et un minimum d’accompagnement des personnes rencontrées.

32Parfois les échanges avec les Roms débordaient au-delà des espaces d’écoute, de parole et de lien. Ainsi, prendre le temps de discuter, avant ou après les séances, a emmené les chercheuses à entrer davantage dans des aspects plus personnels des vies des participants, tels deux grossesses, une opération d’urgence, les problèmes d’argent ou le besoin pressant de faire des appels téléphoniques.

33En somme, dire en paraphrasant Jeanne Favret-Saada (1990) que nous avons été affectées n’est ni une exagération, ni un euphémisme, mais un ressenti – qui varie pour chacune des chercheuses selon ses outils professionnels, ses expériences personnelles ou ses appartenances et identifications – et qui a participé de la construction de notre approche et de la façon de l’aborder.

Début de co-animation avec une personne rom Perspective de formation

34Le développement de ce type d’outils d’animation vise également, à moyen ou à long terme, à former des animateurs et des animatrices issus des populations migrantes et plus particulièrement roms. Ainsi, un Rom ayant participé préalablement aux espaces de parole avec les habitants d’un quartier genevois puis ayant pris part à sept des dix groupes organisés en roumain a manifesté son intérêt à suivre une formation d’animateur TCI. Au fil des séances, il a commencé peu à peu à participer en tant que co-animateur à quelques phases d’animation. Il a depuis effectué la formation à l’animation d’espaces d’écoute, de paroles et de liens, niveau I. Cette expérience a donc ouvert des perspectives de préqualification.

Bilan

35Par l’animation d’espaces d’écoute, de parole et de lien et par des approches systémiques centrées sur la solution, nous avons non seulement recueilli le vécu des personnes roms vivant dans la rue (leurs regards, leurs perceptions, leurs besoins, leurs demandes, leurs questions) mais également leurs ressources, leurs compétences et leurs solutions.

36Ces outils ont permis de recueillir, de décrire, d’expliciter et de synthétiser les visions que ces Roms ont de leur vie dans le canton, un riche contenu qui est présenté dans le chapitre suivant. Par le biais des groupes de parole, cette recherche a permis la germination d’une action sociale communautaire avec les Roms qui y ont participé. Car le fait d’exprimer leurs besoins puis de les collectiviser – des gestes qui ne vont pas de soi – constitue d’ores et déjà un premier pas vers l’empowerment des personnes et du groupe.

37Plus que de simples outils d’animation, les deux approches ont pour but de restaurer l’estime de soi, de renforcer les compétences des uns et des autres, ainsi que de valoriser les acquis existentiels, les savoirs populaires et les ressources culturelles. Créé par la combinaison de ces deux approches, cet outil ou méthode de recherche-intervention nous semble donc offrir une perspective pour d’autres populations en situation de grande précarité. En effet, ces approches tendent à permettre aux participants d’être acteurs de changements face aux situations dans lesquelles ils se trouvent et à mettre en œuvre les valeurs de solidarité, d’égalité ainsi que l’émergence d’une participation citoyenne.

Notes

11 Ces étapes futures seront abordées dans des phases ultérieures de la recherche (voir introduction).

12 TCI : Non seulement communautaire et systémique, cette approche intègre également les savoirs culturels, populaires et personnels issus de l’expérience de chaque participant.

13 L’approche centrée sur la solution est née dans les années 1980. Elle s’inscrit dans le cadre des thérapies brèves qui sont focalisées sur l’avenir et s’inspire de la systémique et des idées de Milton Erikson quant aux ressources des individus. Issue du domaine thérapeutique, cette approche s’utilise désormais dans d’autres contextes comme celui du travail social, de l’éducation et du monde de l’entreprise.

© Éditions ies, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search