Version classiqueVersion mobile

Roms en cité

 | 
Monica Battaglini
, 
Monique Eckmann
, 
Iulia Hasdeu
, 
et al.

Introduction

Texte intégral

1Issu d’une recherche-action menée à Genève, le présent texte rend compte d’une tentative d’ouverture de la participation de migrants roms précarisés au débat sur la définition des problématiques publiques liées à leur présence dans un territoire urbain européen. Au printemps 2013 une équipe de recherche interdisciplinaire s’est lancé le défi de donner la parole aux Roms présents à Genève afin qu’ils expriment leur vécu quotidien dans les rues et autres abris de la ville. Cette recherche s’est déroulée sous l’égide du Centre d’études de la diversité culturelle et de la citoyenneté dans les domaines de la santé et du social (CEDIC) de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO). Fruit de la rencontre entre une politologue spécialisée dans les questions de politiques publiques et de démocratie participative (M. Battaglini), une sociologue spécialisée dans les questions de conflits intergroupes et dans les méthodes et dispositifs de dialogue (M. Eckmann), une anthropologue spécialisée dans le genre, avec une expérience de terrain auprès de populations roms (I. Hasdeu) et une travailleuse sociale spécialisée dans les approches émancipatrices telles que l’approche systémique centrée sur la solution et la thérapie communautaire intégrative (P. Savelieff), la recherche reflète le travail d’équipe dans sa richesse, son interdisciplinarité et ses ambitions pratiques et scientifiques. Elle pourrait représenter un modèle de projet-pilote de recherche-action et constitue la première étape d’une recherche plus large balisant les autres catégories d’acteurs qui participent de la définition de cette « problématique publique ».

2La recherche se situe par ailleurs en continuité avec des travaux menés depuis 2009 à Genève au sein de divers réseaux et en contact avec des populations roms (Eckmann, 2012). La présente démarche s’appuie sur ces travaux et sur un réseau de personnes déjà immergées, parlant le roumain ou le romanès, condition indispensable pour garantir l’accès au terrain. Elle recouvre aussi la volonté de la Haute école de travail social de Genève de soutenir la mise en place d’une intervention sociale auprès des Roms par le biais d’une recherche et de donner la parole aux personnes roms migrantes vivant à la rue. La recherche est aussi complémentaire d’un projet d’action sociale conçu dans une perspective similaire, « Mieux vivre ensemble, Roms et Genevois » (Savelieff, 2012) qui est à la fois une initiative bénévole, personnelle et citoyenne et qui formule des propositions d’intervention sociale concrètes dans une perspective non discriminatoire d’accès aux droits communs, et dont la méthodologie originale a largement inspiré la démarche présentée dans cet ouvrage.

3L’ensemble de notre enquête a été réalisé de mars à octobre 2013. La récolte de données elle-même a eu lieu pendant trois mois – avril, mai, juin 2013 – soit quatre ans après la mise en application de la loi genevoise pénalisant la mendicité.

Les migrants roms à Genève

4Depuis que les accords bilatéraux entre la Suisse et l’Union européenne ont permis l’extension de la libre circulation des personnes au territoire helvétique, les grandes villes de ce pays connaissent un phénomène nouveau et très visible : la migration pendulaire de groupes roms très précarisés (Eckmann, 2012). Caractérisées par un faible niveau socio-économique, ces personnes, voyageant le plus souvent en famille, gagnent l’Europe occidentale en quête de maigres revenus leur permettant de survivre.

  • 1 Jusqu’en 2016, les Roumains et les Bulgares ont un accès très restreint au marché du travail suiss (...)

5A Genève, cette migration concerne environ 200 à 300 personnes qui font des allers-retours réguliers depuis la Roumanie. Malgré une volonté affichée de travailler, le marché de l’emploi (tant officiel qu’informel) ne s’ouvre pratiquement pas à ces migrants qui ont un statut très particulier en Suisse. Le principe de la libre circulation s’applique à eux de manière partielle. En effet, en raison de la limitation de la libre circulation imposée aux ressortissants roumains et bulgares, les Roms qui viennent de ces pays n’ont qu’un droit de séjour limité à trois mois et un accès au permis de travail soumis à des fortes restrictions1. Par ailleurs, leurs faibles qualifications professionnelles couplées avec un passé lourd de stigmatisation et discrimination rendent l’accès à l’emploi tout particulièrement difficile. On retrouve ainsi ces migrants dans la rue essayant d’obtenir par la mendicité, par de rares petits travaux, ou en jouant de la musique (ou encore plus récemment par la prostitution) ce qu’ils ne peuvent obtenir par le travail qu’ils espéraient trouver, à savoir : de quoi vivre, ou plutôt survivre, dans leur pays d’origine. En conséquence, privés de revenus, ils se retrouvent confinés dans l’espace public, c’est-à-dire la rue, les parcs, espaces exigus sous les ponts, etc. Très exposés aux regards de la société d’accueil, ils alimentent ainsi le sentiment d’une présence massive qui ne correspond de loin pas à la réalité chiffrée (Eckmann, 2012).

  • 2 Modification de la loi pénale genevoise, novembre 2007 : Art. 11A Mendicité (nouveau) : 1. Celui q (...)

6La confrontation entre la société d’accueil et cette extrême pauvreté, de surcroît très visible, a provoqué de vives réactions dans les villes suisses. Genève a été jusqu’à mettre en marche un processus législatif qui a abouti en 2007 au vote d’un article de loi interdisant la mendicité2. Cette réponse légale a fait l’objet d’une étude, conduite au sein de la Haute école de travail social de Fribourg par Annamaria Colombo Wiget (travail social/études urbaines), Caroline Reynaud (travail social) et Giada de Coulon (anthropologue). Mais il ne s’agit là que d’une mesure parmi toute une série d’interventions publiques « pragmatiques », dont on peut interroger la cohérence. Schématiquement, on peut décrire ces interventions en les partageant en deux groupes. D’une part, on compte des mesures d’accueil : le service social de la ville de Genève propose une aide d’urgence aux migrants (certes pour des périodes limitées), leur offrant de maigres moyens de survie (lieux pour dormir, repas, douches…) dans les abris PC et autres clubs sociaux. D’autre part, on observe des mesures destinées à décourager les migrants : la police, secondée par les services de la voirie, déloge systématiquement les personnes s’abritant par des moyens précaires à l’extérieur, considérant ces pratiques comme du « campement sauvage » (Les droits des personnes « rom »…, 2013 : 33-43.) En résumé, on observe des actions publiques plutôt contradictoires qui contribuent au brouillage des relations entre migrants roms et institutions.

7Du côté de la société civile et des services sociaux, les réactions sont contrastées. D’une part, on observe toute une série d’actions visant à aider les migrants. En première ligne, les structures d’aide aux plus démunis (Le Caré, Mesemrom, Aspasie, certaines Eglises, le Temple des Pâquis et le Service social de la Ville de Genève…) opèrent en mettant à disposition leurs services d’accueil et de conseil. Des particuliers aussi (bien que très minoritaires) agissent sur la base de principes de solidarité en confiant par exemple des « petits boulots » ou en aidant directement par de la nourriture, par la mise à disposition de services sanitaires, ou autres types de dons. D’autre part, une partie de la population est très mal à l’aise face à la vision de cette grande pauvreté et aux phénomènes qui s’y rattachent comme l’alcoolisme, les bagarres, le mauvais état de santé ou plus généralement d’hygiène (Eckmann, 2012). Bien que ces phénomènes ne recouvrent évidemment aucun caractère « culturel », la grande visibilité de ces groupes très démunis donne le sentiment qu’une pauvreté sortie d’une autre ère arrive en masse dans un environnement d’autant moins réceptif qu’il s’emploie depuis longtemps à invisibiliser les problématiques sociales.

« Quel problème ? Pour qui ? »

Première étape : donner la parole aux Roms

8C’est dans ce contexte d’urgence sociale et d’ambiguïté d’action publique qu’a germé l’idée de cette démarche de recherche-action. Le point de départ se situe dans le constat de l’utilité scientifique et pratique d’une mise à plat des actions d’aide déjà entreprises et surtout, d’une définition de la problématique. En d’autres termes, la démarche qui a été entreprise postule la nécessité de décrire clairement un phénomène social considéré comme problématique, tout d’abord pour le comprendre, et pour pouvoir ensuite construire les actions pour y répondre. Dans la poursuite de l’objectif de la définition des problématiques liées à la présence des Roms migrants à Genève, cette recherche a été élaborée autour d’un questionnement très simple et pragmatique : « Quel problème ? Pour qui ? »

9Pour construire le cadre d’analyse de cette réalité, l’équipe de recherche a fait appel à la littérature classique sur l’analyse des politiques publiques qui définit une action publique (ou politique publique) comme étant « la construction et la qualification des problèmes collectifs par une société, problèmes qu’elle délègue ou non à une ou plusieurs autorités publiques, […], ainsi que comme l’élaboration de réponses, de contenus et de processus pour les traiter » (Thoenig, 1998 : 47). C’est donc une perspective d’analyse des politiques publiques qui a été utilisée car il s’agit d’une « sociologie des problèmes publics dans la mesure où elle part de ces derniers pour étudier la façon dont ils sont pris en charge » (Duran, 1999 : 30).

10Le point de départ de l’analyse des politiques publiques est donc la manière dont sont qualifiés et définis les problèmes collectifs qui, à leur tour, influencent de manière déterminante la construction de solutions. Mais comment sont qualifiés et définis ces problèmes collectifs ? En accord avec une « analyse cognitive des politiques publiques » (Muller, 2000 ; Leca & Muller, 2008), nous partons de l’idée qu’« élaborer une politique publique revient à construire une représentation, une image de la réalité sur laquelle on veut intervenir » (Muller, 2011 : 43). Il s’agit de ce qu’on a appelé le « référentiel » de la politique publique, ou « l’image cognitive », qui permet aux acteurs en présence de s’organiser et d’agir (Muller & Surel, 1998). Or, la définition d’un problème collectif fait partie de cette construction d’une image de la réalité et en constitue un moment déterminant car il est un préalable aux interventions publiques et privées. Selon Muller cette action de construction du référentiel est « très loin de prendre la forme d’un “débat d’idées” consensuel » (Muller, 2000 : 196), notamment en raison des dissonances dans la définition de ce qui fait problème.

11Le contexte qui nous occupe ici est une illustration très pertinente de cette polysémie de la définition d’un « problème collectif ». En effet, les « discours sur » le phénomène de la présence de Roms migrants précaires dans les villes suisses, et à Genève en particulier, recouvrent plusieurs registres allant de l’approche sociale à l’approche sécuritaire en passant par une vision liée aux droits humains, voire à la citoyenneté. En d’autres termes, selon qui en parle, on peut observer des définitions très diverses de ce qui pose problème dans ce phénomène migratoire. Dans ce contexte, ce qui nous a préoccupé dans un premier temps a été d’étoffer ces interprétations de la réalité des Roms migrants précaires par la vision des premiers intéressés. En effet, parmi les diverses visions qu’on peut observer de cette réalité problématique, celle des Roms reste très largement « muette » par manque d’opportunités d’expression et surtout par défaut de légitimité. Dans le présent ouvrage, on trouve les résultats de cette prise de parole rendue possible grâce à l’interdisciplinarité de l’équipe et par l’utilisation d’une méthodologie adaptée.

12Cette étape est sans doute la plus compliquée à réaliser, tout d’abord en raison de la difficulté à créer du lien dans une période de temps très limitée. De plus, l’intégration des migrants roms dans ce débat qui les concerne au premier chef nécessite un accompagnement de départ en raison de leur manque de pratique de l’action collective. Issus de sociétés dans lesquelles la participation à la prise de décisions démocratiques avait été mise entre parenthèses durant plusieurs décennies et de surcroît appartenant à des minorités discriminées sur une base ethnique, ces personnes montrent un grand intérêt à la participation mais n’en maîtrisent que faiblement les modalités locales. Organiser une prise de parole collective a donc été un vrai défi pour cette recherche.

13Enfin, la légitimité de cette prise de parole ne va pas de soi dans ce contexte. Pour les autres acteurs (professionnels, politiques, habitants…) qui interagissent autour de la problématique de l’utilisation de l’espace public par tout un chacun et par les personnes précaires en particulier, il n’est pas forcément évident que les Roms puissent être considérés comme des acteurs à intégrer dans la définition de la problématique et dans la conception des solutions. En effet, cette démarche est d’autant plus difficile à envisager que la légitimité même de la présence des Roms sur le territoire national est constamment remise en question bien qu’un droit de séjour de trois mois en Suisse soit légal pour ces populations (Les droits des personnes « rom »…, 2013 : 8).

14Dans la poursuite de cet objectif de définition de la problématique, nous avons envisagé une deuxième étape qui pourra suivre cette première recherche dans laquelle il s’agira d’interroger d’autres acteurs pertinents dans ce contexte, à savoir les professionnels en relation avec ces populations. Parmi ces professionnels, les travailleurs sociaux actifs dans les lieux d’accueil de la ville ou des associations nous paraissent être une catégorie pertinente à solliciter. La position de ces professionnels est particulièrement difficile à tenir. Ils sont tiraillés entre des principes d’aide et d’assistance et une réalité où les moyens d’action sont limités, notamment en termes de durée de la prise en charge et d’espace à disposition. Les agents de police constituent une autre catégorie de professionnels qui pourrait être interrogée dans sa relation aux migrants roms. L’impact majeur de la relation entre police et Roms (qui est largement détaillée dans cet ouvrage) rend le point de vue de ces professionnels tout particulièrement intéressant dans la définition de ce qui pose problème dans cette migration. Cette deuxième étape de la construction de la définition de la problématique liée à la migration de ces groupes de Roms fera l’objet d’une nouvelle recherche pour autant que le financement nécessaire soit trouvé.

15En résumé, l’objectif de notre démarche est de montrer de quelle manière diverses « visions du monde » s’affrontent dans ce contexte, que ce soit au niveau de la perception de ce qui fait problème ou de la conception des solutions/aménagements possibles.

16A notre sens, cet objectif représente à la fois une utilité scientifique et pratique. D’une part, il vise la compréhension d’un phénomène de construction d’une problématique sociale. D’autre part, il contribue à la prise de conscience par les acteurs de terrain de l’hétérogénéité des définitions. Sur cette base, la nécessité de tenir compte de cette diversité de visions, voire d’intégrer plus d’acteurs au processus décisionnel afin de construire des solutions acceptables et durables, pourrait être mise en évidence.

Plan de l’ouvrage

17L’ouvrage présenté ici rend compte de la première étape de notre recherche qui a consisté à donner la parole aux Roms migrants sur leur vécu au cours de séjours genevois.

18Dans un premier temps, nous présenterons la vision et l’approche de la recherche. Ensuite, nous aborderons les contextes genevois et roumain qui jalonnent cette migration d’une population précaire (chapitre premier). Puis, nous décrirons et expliciterons la méthodologie ad hoc qui a été créée et utilisée pour ce travail (chapitre 2). Enfin, nous proposerons une analyse détaillée des propos recueillis (chapitre 3) sur plusieurs thèmes (relations avec la police, travail, insécurité, stigmatisation, relations familiales). Les conclusions porteront sur les ouvertures et les pistes potentielles.

Notes

1 Jusqu’en 2016, les Roumains et les Bulgares ont un accès très restreint au marché du travail suisse et sont au bénéfice d’une autorisation de séjour de trois mois au maximum. Le permis de travail ne peut être octroyé qu’à condition de faire la preuve qu’aucun résident ou ressortissant de l’UE n’est disponible pour le poste. Ils n’ont en revanche pas besoin de visa pour entrer et séjourner en Suisse (Les droits des personnes « rom »… 2013 : 18-29)

2 Modification de la loi pénale genevoise, novembre 2007 : Art. 11A Mendicité (nouveau) : 1. Celui qui aura mendié sera puni de l’amende. 2. Si l’auteur organise la mendicité d’autrui ou s’il est accompagné d’une ou plusieurs personnes mineures ou dépendantes, l’amende sera de 2000 CHF au moins.

© Éditions ies, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search