Version classiqueVersion mobile

L’École et l’élève d’origine étrangère

 | 
Geneviève Mottet
, 
Claudio Bolzman

Chapitre 2. L’élève d’origine étrangère : une nouvelle « catégorie-problème » dans les discours politiques

Texte intégral

  • 72 Le Grand Conseil, dans l’organisation politique genevoise, représente le pouvoir législatif cantona (...)

1Ce chapitre consistera en une analyse sociologique et historique des Mémoriaux du Grand Conseil genevois72 ayant trait aux questions pédagogiques concernant l’école primaire, principalement à l’intégration des élèves d’origine étrangère.

2Les Mémoriaux représentent d’après nous un miroir des préoccupations politiques et économiques du canton de Genève. Nous pensons que l’analyse de ce support discursif représente une pièce de puzzle essentielle pour nous permettre de rendre compte de la manière dont s’est construit socialement la prise en considération de l’élève d’origine étrangère dans la question pédagogique, sachant notamment le poids effectif du Grand Conseil dans les politiques éducatives et dans le choix des moyens mis à disposition du Département de l’instruction publique.

3Dans les Mémoriaux du Grand Conseil genevois figurent des débats sur des projets de loi, des votes, des décisions, des motions, des interpellations de certains partis ou personnes, des réponses du Conseil d’État, des rapports de commission, des pétitions, etc. Le Grand Conseil est le lieu où des députés se confrontent, négocient, « prêchent pour leur paroisse », étant un fait reconnu qu’ils ont – de par leur position politique propre – des points de vue souvent différents malgré les consensus qui peuvent être trouvés. Du fait de notre étude comparative sur deux périodes, nous aurons en outre, affaire à différentes générations de députés. Il n’est pas de notre propos de nous intéresser uniquement au type de discours utilisé par chaque parti politique, mais plutôt de relever l’« ethos politique » sur les questions de l’intégration des enfants d’origine étrangère et sur l’égalité des chances, ainsi que sur la manière dont cet ethos évolue durant la période qui nous intéresse. Ce chapitre cherchera donc à rendre visible les lignes de force résultant des discours, des débats, des décisions parlementaires, les permanences et les changements, ainsi que les conflits d’idées et les consensus présents dans les Mémoriaux.

  • 73 Pour plus de précision concernant cette périodisation, merci de vous reporter au point précédent «  (...)
  • 74 Les années 2004-2005 n’étant pas encore mis sous forme d’ouvrage à la bibliothèque, nous sommes all (...)

4Pour mieux cerner les politiques et les logiques de l’État à l’égard de l’intégration des élèves d’origine étrangère, nous allons étudier globalement tous les Mémoriaux ayant trait à cette question entre les années 1960-1980 et les années 2000-200573. Pour faire l’investigation des Mémoriaux pouvant nous intéresser, nous avons consulté les Mémoriaux du Grand Conseil genevois à la bibliothèque de droit de l’université de Genève et nous sommes arrêtés sur tous les comptes rendus, débats et autres supports (que nous venons de décrire) concernant le Département de l’instruction publique et étant en lien avec notre objet74. Nous avons aussi consulté la base de données des Mémoriaux du SRED (Service de la recherche en éducation, Genève) au moyen de mots-clés tels que « élèves migrants », « élèves d’origine étrangère », « intégration », « démocratisation des études », « échecs scolaires », « étrangers », etc. Les thèmes variés des motions, des interpellations urgentes et des pétitions que nous avons choisies comme source d’analyses visent à refléter – dans un assez large éventail – les représentations politiques de ces périodes concernant l’« étranger », l’« Autre », le « différent » et la « place » que l’on souhaite lui accorder.

5Nous chercherons principalement ici à voir quels arguments sont utilisés pour instaurer des mesures en faveur de l’intégration de l’élève d’origine étrangère, ainsi qu’à l’opposé, quels arguments s’opposent à ces changements proposés ou veulent revenir sur des mesures mises en place. Notre objectif n’est pas d’analyser les débats, motions, initiatives, etc. de A à Z et d’en établir des comptes – rendus, mais plutôt d’essayer de construire une image assez nette des discours politiques autour de la question pédagogique et d’en mettre en lumière les logiques, ainsi que l’évolution, les changements et les enjeux, tout en considérant que ces derniers sont en grande part influencés par les contextes politiques et économiques des deux périodes que nous avons définies ainsi que par leur configuration idéologique et culturelle.

  • 75 Cf. Matériel et méthode.

6À travers les Mémoriaux des années 1960 à 1980, comme à travers ceux des années 2000-2005, nous avons ainsi mis en évidence différents thèmes récurrents en lien avec notre objet de recherche75. Les thématiques que nous avons relevées sont : l’économie, la société et le rôle de l’école, l’accueil de l’élève d’origine étrangère, les valeurs et les idéaux, l’échec scolaire et les pédagogies, les présupposés culturalistes, ainsi que les problèmes de comportement et la violence.

7Le tableau ci-contre montre comment ces thèmes se regroupent et comment l’évolution du vocabulaire témoigne d’une transformation du regard et des discours des politiques. Ainsi, par exemple, les discours politiques concernant l’économie, la société et le rôle de l’école allaient dans le sens d’une démocratisation des études en 1960-1980, alors qu’aujourd’hui les discussions tournent autour de l’efficacité et du rôle de l’école.

Thématiques observées concernant notre objet

Mémoriaux Années I960 - 1980

Mémoriaux Années 2000 - 2005

Économie, société et rôle de l’école

Démocratisation des études

Efficacité et rôle de l’école

Accueil de l’élève d’origine étrangère

Accueil des enfants de travailleurs migrants

Classes d’accueil et d’insertion

Valeurs et idéaux

Respect des cultures

Intégration des étrangers pour un « vivre ensemble »

Échec scolaire et pédagogies

Échec scolaire : comment y remédier ?

Échec scolaire : à qui la faute ?

Présupposés culturalistes

Classes spéciales et enfants d’étrangers

Classes spéciales et enfants d’origine portugaise

Problèmes de comportement, violence

Quand l’origine culturelle devient un outil d’analyse pour expliquer en partie les problèmes de violence et les incivilités en milieu scolaire

8Nous allons maintenant entrer dans l’analyse de ce tableau en étudiant de manière approfondie les discours politiques relatifs aux thématiques que nous avons relevées ci-dessus. Nous allons procéder tout d’abord par l’analyse des Mémoriaux des années 1960 à 1980, puis par celle des années 2000 à 2005. Nous comparerons ensuite ces deux périodes et tenterons d’en mettre en évidence les lignes forces.

9Le lecteur trouvera en annexe la liste de tous les Mémoriaux en lien avec notre objet. Dans cette liste, ces derniers sont classés selon nos thématiques dans un ordre chronologique (cf. Liste des Mémoriaux).

Des discours qui se réfèrent aux contextes économique, sociétal et au rôle de l’école

10Partant du principe que la question pédagogique (rôle de l’école, discours et pratiques s’y rapportant) s’inscrit dans un contexte économique et sociétal et en subit les influences, nous nous sommes intéressés aux articles traitant des questions relatives à l’» économie, la société et au rôle de l’école ».

  • 76 Cf. partie méthodologique.

11Voici, ci-après, un tableau indiquant le nombre de Mémoriaux qui ont été trouvés concernant cette thématique, le nombre de Mémoriaux que nous avons cités, ainsi que le nombre de Mémoriaux se référant explicitement aux élèves d’origine étrangère76. Il s’agit de mettre en évidence le fait que les périodes sont quantitativement très inégales : ~ 21 ans pour la 1e période et seulement 6 ans pour la seconde. Ce tableau quantitatif, ainsi que ceux qui accompagneront chacune des thématiques, sont là pour permettre au lecteur de se forger une idée en termes de proportions et peuvent être lus de manière comparative. Cependant, comme nous l’avons souligné dans la partie méthodologique, ils ne constituent pas la base de notre analyse qui se veut essentiellement qualitative. Le lecteur pourra visualiser le tableau dans sa totalité en annexe.

Années 1960-1980 : démocratisation des études

  • 77 Mémorial du Grand Conseil genevois du 17 octobre 1959 : Réponse du Conseil d’État à l’interpellatio (...)

12Dans des conditions de conjoncture économique favorable où il s’agit de développer le potentiel de cadres, il commence à devenir intéressant, dès les années soixante, d’ouvrir le marché de la réussite scolaire à un plus grand nombre d’élèves. On parle alors d’assurer l’accès aux études à tous les élèves « doués »77, quelle que soit la situation matérielle de leurs parents, par la gratuité de l’enseignement secondaire et universitaire ou au moins de faciliter la procédure et les exigences visant l’octroi d’une bourse. On cherche alors à dépister les éléments doués : « Il va de soi en effet que la tâche particulièrement délicate du dépistage d’éléments bien doués aura déjà été assumée dès le début de l’enseignement secondaire, voire même dès la fin du degré primaire » (Mémorial du Grand Conseil genevois du 17 octobre 1959, M. Borel, conseiller d’État, p. 1941).

  • 78 Rapport effectué par la « commission fédérale pour l’étude des problèmes de relève dans le domaine (...)
  • 79 Mémorial du Grand Conseil genevois du 13 septembre 1966 : Deuxième débat sur le projet de loi conce (...)

13Ainsi, dès le début des années soixante, la démocratisation de l’enseignement est à la base d’un projet de loi visant à faciliter l’accès aux études secondaires et supérieures par l’octroi de bourses pour les jeunes venant de milieux modestes. Tous les partis s’accordent sur la nécessité absolue et urgente de venir en aide à la jeunesse pour lui permettre de faire des études ; la relève n’étant plus assurée à Genève et le besoin de cadres se faisant sentir. Hans Schultz dans un rapport déposé en mai 1963 écrit : « L’encouragement de la promotion culturelle et professionnelle de toutes les personnes aptes est dans l’intérêt essentiel de toute la société ; il n’a donc rien à voir avec la charité, les œuvres de bienfaisance ou encore telle ou telle idéologie politique » (p. 198)78. Dans la séance du 13 septembre 196679, les libéraux montraient leur soutien à ce projet de loi en invoquant le fait que la démocratie devait être « un progrès continuel », « un défi constant aux privilèges de toute sorte », ainsi que le devoir de faire « un effort maximum pour rester dans le groupe des pays techniquement et scientifiquement développés » (Mémorial du 13 septembre 1966, p. 2391-2392) :

  • 80 Id.

« Animés par cet esprit, les libéraux ont toujours été conscients de la nécessité humaine de permettre à chacun de bénéficier d’une instruction et d’une formation professionnelle complètes, en fonction de ses aptitudes, et sans obstacles d’ordre financier. Il est en effet contraire aux besoins et à la santé d’une nation vivante que seuls les milieux aisés puissent offrir des études à leurs enfants » (Ferrero, libéral, p. 2392)80.

14D’après les socialistes, la loi d’encouragement aux études permettra d’obtenir un accord sur le principe et donnera la possibilité de faire passer une loi-cadre de portée générale. Les socialistes regrettent cependant les résultats sur les barèmes et les montants trop faibles, ainsi que sur le peu de cas porté à l’encouragement aux études pour les élèves étrangers : « Nous pensons aussi à la rigidité des limites de revenus et au problème des étrangers qui n’a pas été tout à fait résolu d’une manière satisfaisante à notre gré » (Mémorial du 13 septembre 1966, Claude Ketterer, socialiste, p. 2396).

  • 81 Id.

15En 1972, après cinq ans d’application de la loi sur l’encouragement aux études, un premier bilan a pu être fait81. La commission d’experts reste convaincue qu’il faut lever l’obstacle financier sur le chemin des jeunes susceptibles de faire des études, en premier lieu par souci de justice sociale, mais aussi parce que la société a besoin d’eux. Selon les experts, la loi aurait déployé son effet dans l’enseignement secondaire, mais pas encore suffisamment à l’université où ses effets restaient modestes. La philosophie liée à cette loi relevait, semblait-il, non seulement d’un besoin économique, mais aussi d’une manifestation de solidarité qui doit unir les membres d’une communauté humaine. Dans ce bilan, un des regrets concerne encore le fait qu’il n’ait pas été possible de donner droit à des allocations aux enfants d’étrangers, malgré le nombre de ces enfants effectuant leur scolarité dans le canton et le fait que les parents paient leurs impôts. Ce manque sera étudié par une commission afin de changer les choses et de permettre aux étrangers de bénéficier de bourses, après un séjour ininterrompu de 3 ans ou après un séjour d’au moins 5 ans au total en Suisse.

  • 82 Mémorial du Grand Conseil genevois du 23 juin 1977, Projet de loi : encouragement aux études, p. 32 (...)
  • 83 Mémorial du Grand Conseil genevois du 9 novembre 1978, Questions de Mme Claire Luchetta (S) du 15 j (...)

16L’encouragement aux études des étrangers commence à se négocier dans des cas particuliers et sans faire l’unanimité. Ainsi, le 23 juin 1977, on accepte par 36 voix contre 35, dans le cadre du projet de loi sur l’encouragement aux études, d’aider financièrement les élèves et étudiants réfugiés âgés au plus de 25 ans, dont le répondant n’est pas domicilié en Suisse et qui ont obtenu le droit d’asile dans le pays82. En ce qui concerne l’enseignement primaire, on parle d’accorder aux réfugiés le même traitement qu’aux nationaux. Cette ouverture se poursuit en 1978 au niveau de la scolarisation des enfants de forains ; ces derniers seront admis désormais, même pour une petite période, dans l’école de la commune où travaillent momentanément les parents83.

  • 84 Mémorial du Grand Conseil genevois du 9 mai 1980. Motion : enseignement. Rapport du Conseil d’État (...)

17En mai 1980, dans le rapport du Conseil d’État concernant l’école primaire, il est écrit que l’enseignement primaire, dans le cadre des objectifs que les nouveaux articles 4 et 5 de la loi sur l’instruction publique (C 1 1) lui assignent, a la charge d’accueillir dans ses classes tous les enfants que leurs parents confient à l’école officielle, quels que soient leur langue maternelle, le milieu socio-culturel auquel ils appartiennent, leur intelligence et leur caractère, et de les amener le plus directement possible au seuil du cycle d’orientation84.

18Dans ces années 1960 à 1980, le concept d’encouragement aux études a été ainsi amené et développé dans les Mémoriaux du Grand Conseil genevois, soutenu à la fois par la droite et par la gauche. Les partis politiques ne semblaient pas s’opposer sur le concept de démocratisation des études, leur mésentente se situait plutôt au niveau des montants des bourses à accorder aux jeunes venant de milieux modestes. La question sociale est très présente dans les propos des députés et leur attention est alors centrée sur l’aide aux élèves de milieux défavorisés. L’aide à l’élève étranger n’est que périphérique dans la Loi sur l’encouragement aux études et l’on sent que la question de cette aide financière pour cette catégorie d’élèves ne va pas de soi. Cela met en exergue le fait que l’on voulait bien aider les élèves défavorisés mais moins les élèves étrangers. On ne se trouvait pas loin de 1981 où ont été rejetés à la fois la proposition d’une nouvelle loi sur les étrangers ainsi que sur le statut des saisonniers.

Années 2000-2005 : Efficacité et rôle de l’école

  • 85 Mémorial du Grand Conseil genevois, séance du 28 mars 2003. Interpellation urgente écrite concernan (...)
  • 86 Id. p. 1771.

19L’exigence de réussite et un climat de compétition se font sentir à la lecture des Mémoriaux des années 2000. Ils s’inscrivent dans le contexte mondial des études internationales, telles que l’étude de l’OCDE : PISA à laquelle il est fait référence dans les Mémoriaux du Grand Conseil genevois. Ces études s’attachent à comparer les résultats d’un domaine scolaire entre différents pays. L’UDC saisit l’occasion des résultats de ces études pour déposer une interpellation urgente85. Ce parti demande comment le Conseil d’État évalue les résultats médiocres des écoliers suisses dans cette comparaison internationale, quelle en est son appréciation et demande ce que le Conseil d’État pense faire pour remédier à la situation. L’UDC relève le rapport évident que présente l’étude entre les résultats insuffisants des élèves suisses et la forte proportion d’enfants de langue étrangère dans les classes. Il demande ainsi au Conseil d’État quelles sont les mesures qu’il va adopter afin d’améliorer l’apprentissage rapide et précoce du français de manière à améliorer l’homogénéité des classes. Face à cette demande, la gauche ne remet pas explicitement en cause cette relation avancée de cause à effet, mais en appelle à la situation particulière de Genève, au fait qu’il s’agit d’une ville internationale, multiculturelle, qui a de multiples richesses liées à ces différentes cultures, mais aussi un certain nombre d’obligations qui découlent directement de cette volonté et de cette capacité d’accueil86. Le « problème » de la gestion de la diversité est également soulevé dans les Mémoriaux. Il paraît de plus en plus difficile de traiter des élèves aussi différents.

  • 87 Mémorial du Grand Conseil genevois, séance du 27 octobre 2000. Motion 1363. Proposition de motion d (...)

20Allant dans la direction de ce souci d’analyse de l’efficacité de l’enseignement genevois qui se laisse particulièrement voir à la lecture des Mémoriaux des années 2000, une motion a été déposée en 2000 concernant l’étude de la qualité des écoles genevoises87. Ainsi, le Grand Conseil de la République et canton de Genève invite le Conseil d’État à faire établir un rapport sur la qualité de l’école genevoise depuis l’école primaire jusqu’aux études post-obligatoires ou universitaires. Il s’agit de comprendre pourquoi des jeunes, arrivés à un certain stade de l’enseignement, présentent malgré tous des lacunes de base par exemple en orthographe ou dans des opérations de calcul élémentaire. Il interroge les réformes de l’école genevoise, parmi lesquelles les questions du redoublement et des classes hétérogènes.

  • 88 Proposition de motion présentée par les députés radicaux : MM. Gabriel Barrillier, Thomas Büchi, Pi (...)
  • 89 Rapport de la commission de l’enseignement et de l’éducation chargée d’étudier la proposition de mo (...)

21Ainsi, au vu notamment du « mauvais » classement cantonal, l’école publique est attaquée. Les questions se trouvant au centre du débat aujourd’hui concernent la mission fondamentale de l’école ; plus précisément la volonté de « recentrer » l’école sur sa mission fondamentale, soit par la transmission des connaissances, le maintien des notes à l’école primaire et l’instauration d’un moratoire sur les expériences pédagogiques. Ces questions ont été officiellement amenées par la proposition de motion M 1442-A88. Elles participent d’une volonté de retour sur certaines pratiques et visions éducatives. Selon les motionnaires, il faudrait parer à certaines critiques telles que celles qui concernent la qualité de l’enseignement genevois, l’inadéquation de la formation de base des jeunes sortant de l’enseignement obligatoire avec les exigences de la formation professionnelle, les critiques des parents d’élèves en manque de repères, ainsi que le coût du système scolaire genevois qui s’avère être, selon les motionnaires, le plus onéreux du pays et qui n’amènerait pas pour autant la motivation et la réussite des élèves selon les études comparatives suisses et occidentales. La demande de maintien des notes à l’école primaire s’inscrit dans une volonté de garder ou de rétablir une certaine compétition entre les élèves en s’opposant aux critères d’évaluation proposés par la rénovation qui sont « très satisfaisant », « satisfaisant » et « peu satisfaisant » : « Est-on peu ou très peu satisfaisant ? Si l’on est satisfaisant, l’est-on plus que celui qui a moins bien travaillé ?… je ne pense pas qu’un élève puisse être content de s’entendre dire qu’il est très satisfaisant, satisfaisant ou peu satisfaisant. » (M. Jacques Follonier, radical, rapporteur de majorité, 29 août 2003, N. 64, M 1442-A, p. 3618)89.

  • 90 Id.

22Nous allons exposer ci-dessous les motifs mis en avant pour expliquer la raison du dépôt de cette proposition de motion M 1442, dont nous venons de parler, et qui vise à recentrer l’école publique sur sa mission fondamentale. Ces motifs critiquent le « socioconstructivisme », l’» abolition des notes » et le « coût exorbitant » de la pédagogie mise en œuvre à Genève au cours des dernières décennies90. Ils trouveraient leurs fondements, d’après les motionnaires, dans la « crise » que subit actuellement l’enseignement genevois où les élèves et les parents « désorientés » seraient de moins en moins respectueux, où la violence et les incivilités seraient de plus en plus nombreuses, où les réformes mécontenteraient tout le monde, ainsi que les mauvais résultats des élèves :

  • 91 Id.

« Au fil des années, les critiques, les non-dits, les mécontentements à l’égard des performances du système éducatif genevois ont fini par constituer un abcès politicosocial qu’il faut désormais percer. Personne n’est satisfait et la frustration, voire le découragement et même la colère, gagnent peu à peu l’ensemble des acteurs et des utilisateurs du système. Les motionnaires songent en premier lieu au corps enseignant, singulièrement celui du primaire, qui ne sait plus à quel saint se vouer en appliquant des réformes qui sont contestées dès leur lancement. Ce corps enseignant souffre également d’un manque de respect et d’une image dégradée car il se sent peu considéré par des parents eux-mêmes désorientés, inquiets et sans repères suffisants, voire par les élèves eux-mêmes. Nous en voulons pour preuve l’augmentation des insultes, des incivilités, des coups et de la violence. Les parents sont plongés dans le désarroi par le cours chaotique des réformes successives de l’enseignement, surtout en division primaire. Ce mécontentement général se traduit par l’apparition de mouvements qui veulent faire entendre leur voix et suppléer le manque de vision et de maîtrise de l’institution scolaire. Les mauvaises performances obtenues par les élèves genevois au sortir de l’enseignement obligatoire provoquent des difficultés d’accès aux formations post-obligatoires. Les milieux professionnels se plaignent depuis longtemps des carences et des lacunes scolaires d’un nombre croissant de jeunes filles et de jeunes gens souhaitant commencer une formation professionnelle en apprentissage. Cette inadéquation entre les exigences légitimes de professions soumises à une concurrence impitoyable et les connaissances indispensables au sortir de l’école obligatoire (mathématiques, lecture, etc.) rend difficiles les relations entre le monde professionnel et l’institution scolaire. Plusieurs secteurs économiques, y compris le Centre de formation de l’État de Genève, ont été contraints d’instaurer des tests d’aptitude avant l’entrée en apprentissage, tests qui ont mis en évidence les lacunes d’un nombre élevé de candidates et de candidats » (Proposition de motion présentée par les députés radicaux : Barrillier, Büchi, Kunz, Hiltpold, Odier, Froidevaux, Serex, M 1442, p. 3-4)91.

  • 92 Mémorial du Grand Conseil genevois, séance du 29 août 2003. Rapport de la commission de l’enseignem (...)

23La lecture des débats concernant la motion M 144292 met en évidence des discours opposés, portés par la gauche, souhaitant défendre cette école critiquée et les principes démocratiques qui lui sont attribués. Ils critiquent ceux qui souhaitent se « calquer » sur une école qui répondrait aux besoins de l’économie et de l’excellence.

24Ainsi, pour illustrer cette opposition, nous pouvons citer les propos de M. Souhail Mouhanna (Alliance de gauche) :

« A mon avis, qu’il y ait des notes ou qu’il n’y en ait pas, les problèmes éducatifs de l’école publique comme privée ne vont pas disparaître. Les véritables problèmes de l’école publique dans le système éducatif d’aujourd’hui sont essentiellement engendrés par un système économique entièrement voué au culte du profit, le profit d’une minorité qui s’enrichit d’une manière scandaleuse au détriment de l’immense majorité de la population. La violence, le chômage, la précarité, la pauvreté ont des conséquences : ils engendrent des problèmes au niveau de l’école publique. Ces problèmes-là, que vous mettiez des notes ou que vous les supprimiez, ne changeront pas. Je tiens le pari que même si l’initiative en question récoltait 99 % des voix, les problèmes de l’école publique ne disparaîtraient pas pour autant. Ce qui me choque, c’est que certains groupes politiques de droite parlent de la démotivation des enseignants, mais qu’ils oublient le rôle qu’ils ont joué lorsque, pendant des années, ils ont dénigré les enseignants et sapé le moral de tout le personnel de notre système éducatif. Aujourd’hui, ils viennent nous dire que les enseignants sont démotivés. Évidemment ! » (M 1442 – A, 29 août 2003, n. 64, p. 3629-3630).

  • 93 Mémorial du Grand Conseil genevois, séance du 1er décembre 2000, Motion 1237 sur le nombre de poste (...)

25Comme nous l’avons vu, le problème reconnu est notamment celui des moyens mis à disposition : pour certains, il faut faire des économies, pour d’autres ce sont les économies faites qui rendent plus effectifs les retards scolaires. Ainsi, ceux qui se plaignent de ces économies, déplorent l’augmentation constante du nombre d’élèves par classe. Pour parer à cela, en décembre 2000, une motion et une pétition sont déposées concernant les postes d’enseignement à l’école primaire dans l’optique de s’opposer aux attaques économiques faites à l’école93. Cette motion demande de freiner la diminution effective d’encadrement due à l’augmentation très importante des élèves depuis 1991. Cette motion et cette pétition témoignent d’une inquiétude des enseignants et du GAPP (Groupement cantonal genevois des associations de parents d’élèves des écoles primaires et enfantines) sur la dégradation progressive des conditions d’enseignement dans les écoles primaires et enfantines. Les motionnaires réclament un retour à la situation antérieure à 1992 et au minimum le maintien intégral des acquis actuels en termes d’effectifs des classes, du nombre d’enseignants titulaires ainsi que celui des généralistes non titulaires (maîtres d’appui), d’encadrement professionnel (formateurs, chercheurs) et de la diversité des enseignements (variétés des disciplines et de maîtres spécialistes). Les inquiétudes sont ainsi présentes et les moyens pour l’aide aux élèves en difficultés semblent de fait diminuer.

  • 94 Mémorial du Grand Conseil genevois, séance du 29 août 2003. N ° 64 – M 1442-A. Rapport de la commis (...)

26Le débat divise aussi ceux qui considèrent que l’école a pour mission tant la socialisation des élèves que l’acquisition des connaissances et ceux qui mettent le poids essentiellement sur la transmission des savoirs94. Selon Christian Brunier (socialiste, rapporteur de minorité ad interim) :

« Si ce n’était que cela, il est clair que nous soutiendrions cette proposition, puisque nous tenons nous aussi à cet article 4 qui rappelle le bien-fondé de l’école publique. Néanmoins, ce n’est pas ce que nous avons entendu en commission ! En commission, on a rappelé que l’article 4 avait deux axes : un axe sur la socialisation des élèves, et un autre sur l’acquisition des connaissances. Nous considérons à gauche que ces deux axes sont impératifs pour le développement des élèves. Visiblement, les auteurs de la motion considèrent qu’il ne faut mettre l’accent que sur l’acquisition des connaissances, et laisser un peu tomber la socialisation. C’est en tout cas ce qui s’est dit en commission » (Mémorial du 29 août 2003, p. 3631 – 3632).

27La citation qui suit, du même orateur, explicite encore plus précisément la double mission de l’école vue par la gauche :

  • 95 Mémorial du Grand Conseil genevois, séance du 17 février 2005. IN 121-C. Rapport de la commission d (...)

« Je vous rappelle que s’il suffisait peut-être de savoir lire, écrire et compter en 1930, cela ne suffit plus dans notre société. Et aller dans la rue, sur les lieux de travail et de loisirs permet de comprendre quelle est l’importance de maîtriser les nouvelles technologies, de communiquer, de travailler en équipe. Alors, je ne crois pas qu’on puisse résumer l’école à trois connaissances : lire, écrire compter – mais je ne dis pas non plus que ce n’est pas bon ou pas bien. Je pense que l’école continue à enseigner à lire, à écrire, à compter, mais que c’est complémentaire avec un deuxième rôle de l’école : la socialisation des élèves : la possibilité de travailler ensemble et d’avoir un comportement adapté à une forme de société. Ce n’est pas l’un ou l’autre, mais bien l’un et l’autre »95.

  • 96 Mémorial du Grand Conseil genevois, séance 24 du 17 février 2005. IN 121-C. Rapport de la commissio (...)
  • 97 Version Internet (p. 8 sur 13).
  • 98 Id.

28Le débat concernant le maintien des notes à l’école primaire lors de la séance 24 du 17 février 2005 témoigne de l’enjeu et de l’objectif relatifs à cette question96. Il ne s’agit pas là uniquement de la question des notes à l’école, car le débat sur les notes y est présenté comme un prétexte pour amener un réel débat de société (p. 8). Ainsi, comme le souligne Gabriel Barrillier (Parti radical), il est nécessaire que ce débat ait lieu au parlement. La première raison invoquée par ce député radical est celle de l’explosion de l’immigration. Gabriel Barrillier explicite ainsi les raisons de cette nécessité : « Parce que notre société, Genève en particulier, est engagée depuis plus de dix ans dans un chambardement général : explosion de l’immigration, mondialisation, éclatement de la cellule familiale, tout cela a des conséquences sur l’instruction » (Mémorial du Grand Conseil du 17 février 2005, p. 8)97. Il regrette que l’on n’ait pas voulu « resserrer les boulons » par la discipline personnelle et collective, par le travail et surtout par la transmission des connaissances de base98.

  • 99 Depuis le 6 août 1977, un alinéa de la loi sur l’enseignement public fait référence à la démocratis (...)

29La thématique que nous venons de traiter expose très clairement une opposition des points de vue sur le rôle de l’école en fonction des appartenances politiques. La droite critique l’école et ses « mauvais » résultats. Elle veut réfléchir et faire réfléchir sur le rôle de l’école et recherche une école plus efficace et compétitive. La gauche critique quant à elle le fait que l’école subisse l’influence d’une politique et d’un système économique qui recherche le profit et qui engendre une précarité croissante ; elle est pour défendre l’école contre une transformation induite par un tel système. Pour la gauche, le problème n’est pas l’école – contrairement à la droite – mais l’économie de marché et la politique qui y est associée. L’alinéa e) de la loi sur l’instruction publique genevoise de 1977 concernant la lutte contre les inégalités des chances de réussite, est souvent cité dans les Mémoriaux des années 2000 et utilisé comme référence et comme cheval de bataille pour défendre l’enseignement publique99. Il est encore cité par tous les partis et pour défendre tous types de politiques éducatives, tant sa référence s’inscrit probablement dans une représentation qui se veut « théoriquement » partagée.

Comparaison 1960-1980/2000-2005 sur le thème économie, société et rôle de l’école

30Durant les années 1960 à 1980, l’école était en pleine « croissance ». Les Mémoriaux témoignent de cette volonté de développer l’école. Celle-ci, ainsi mise au centre, prend de l’importance. Des structures sont mises en place pour aider les élèves en difficulté, pour intégrer les élèves étrangers, de nouvelles pédagogies voient le jour, ainsi que le Cycle d’orientation qui est mis sur pied. Les Mémoriaux transmettent l’existence d’une croyance partagée entre les divers partis durant cette période. L’encouragement et la démocratisation des études, ainsi que l’investissement pour l’instruction publique faisaient – durant notre première période d’analyse – l’objet d’un consensus dû notamment au besoin de former des cadres (Hutmacher, 1993). L’éducation était vue comme un investissement rentable. On considérait la précarité et les classes sociales défavorisées comme des freins à la démocratisation des études. Il fallait donc mettre en place une loi visant à encourager les études et distribuer des bourses pour aider les familles précaires. Nous n’avons pas observé de forts clivages à ce propos entre les différents bords politiques à cette époque.

  • 100 Id.

31En opposition, les Mémoriaux des années 2000 à 2005 témoignent de points de vue différents sur l’école ; celle-ci y est remise en question par certains. Bien que toujours très importante, elle est critiquée et son rôle questionné. Certains souhaitent revenir à la « mission fondamentale » de l’école ; à savoir la transmission des connaissances, d’autres souhaitent défendre et conserver les principes de l’école développés et défendus depuis les années soixante. En conséquence, nous observons un fort clivage entre les partis de droite et de gauche. Bien que les partis de droite comme ceux de gauche se réfèrent à l’article 4 de la loi de l’instruction publique, l’encouragement aux études et la démocratisation de l’enseignement ne semblent plus faire l’objet d’un consensus100. La droite semble rechercher l’excellence et soutenir plutôt les élèves doués. Les dépenses pour l’instruction publique ne sont plus aussi évidentes. La droite considère que l’on dépense trop pour une école peu efficace, alors que la gauche pense que trop d’économies sont faites. La gauche observe encore que la précarité prétérite la réussite scolaire, mais on ne parle plus d’encouragement aux études.

32Des Mémoriaux de notre première période faisaient référence aux élèves d’origine étrangère au niveau de l’encouragement aux études et généralement de la part de la gauche qui regrettait que l’on ne cherche pas à mieux encourager l’étranger à faire des études, au niveau des bourses notamment. Ainsi, dans les années 1960-1980 on parlait des élèves étrangers par rapport à une aide d’encouragement aux études qui ne venait pas ou qui n’était pas satisfaisante. Des Mémoriaux de notre deuxième période font référence à l’élève d’origine étrangère comme « public » prétéritant les résultats de PISA : on compare les résultats des élèves suisses à ceux des élèves de langue étrangère, on dit que la Finlande n’a pas le même taux d’immigration que la Suisse etc. Janine Hagmann (Parti libéral) dans le Mémorial du 17 février 2005 décrit Christiane Perregaux comme chercheuse de renommée internationale travaillant sur « la question du public difficile » (p. 9). Sachant que Christiane Perregaux travaille principalement sur les questions liées aux élèves de « langues étrangères », le lien que fait cette députée entre les élèves d’origine étrangère et les élèves « difficiles » est assez explicite.

La question de l’accueil de l’élève d’origine étrangère

Années 1960-1980 : accueil des enfants de travailleurs migrants

  • 101 Mémorial du Grand Conseil genevois du 3 février 1962 : Interpellation de M. Ganter : « Classes spéc (...)
  • 102 Annexes au Mémorial : Projet de loi instituant au Collège de Genève un enseignement spécial destiné (...)
  • 103 Mémorial du Grand Conseil genevois du 3 février 1962 : Interpellation de M. Ganter : « Classes spéc (...)
  • 104 La référence à cette enquête n’est pas précisée dans ce Mémorial, cf. p. 329-330.

33Dans le Mémorial du 3 février 1962101, une augmentation de la population étrangère à Genève est observée contre une baisse de l’immigration confédérée. On observe une augmentation d’étrangers venant d’Europe, ainsi que 12 % d’étrangers non européens. Les élèves d’origine étrangère ne sont plus alors présentés comme c’était le cas dans un Mémorial de 1898102 comme des collégiens de familles bourgeoises qu’il faut soigner, mais sont présentés comme des élèves de différents âges venant de familles modestes, voire précaires… On parle des difficultés des enseignants du primaire et de fin de scolarité, du fait de la présence dans leur classe, parfois pour un quart de l’effectif, d’élèves qui n’ont aucune notion de la langue française alors que les enseignants ne parlent ni l’espagnol ni l’italien. Il s’agit alors de trouver des solutions car certains font part des perturbations que génèrent ces élèves dans les classes du fait qu’ils ignorent la langue dans laquelle l’enseignement est donné, du surcroît de travail pour certains enseignants travaillant avec ces élèves en dehors des heures scolaires, ainsi que des accidents qui pourraient être provoqués dans certains cours, tels que les cours ménagers103. Le problème est présenté dans ce Mémorial de 1962 comme étant nouveau, et une demande est faite d’instituer des classes d’adaptation à la langue française d’une durée de trois à six mois afin que les élèves étrangers qui ignorent le français puissent se familiariser avec les rudiments de cette langue. Dans ce Mémorial, le Conseiller d’État Chavanne (Conseiller d’État socialiste), se réfère toutefois aux résultats d’une enquête organisée par le département auprès des instituteurs, institutrices et directeurs d’écoles secondaires sur les difficultés de certains enfants à suivre les classes normales en raison de leur méconnaissance de la langue française104. Selon André Chavanne, les chercheurs de cette enquête estiment que sur 4000 enfants, 3000 ne seraient pas gênés d’une manière importante dans leurs études par le fait qu’ils parlent une autre langue à la maison. Malgré la référence à cette étude peu alarmiste et suite à la demande de l’ambassade d’Italie au Département fédéral de l’intérieur, le Département de l’instruction publique créera, à titre expérimental, des cours d’initiation à la langue française pour les élèves d’origine étrangère : 2 fois par semaine (p. 330).

34Dans ce Mémorial du 3 février 1962, le département marque par contre un refus clair face à une autre demande de l’ambassade d’Italie. Cette demande concernait l’enseignement de la langue italienne dans les écoles obligatoires de Suisse :

« En revanche, nous ne pouvons pas répondre favorablement au second vœu de l’ambassade d’Italie sur « l’enseignement de la langue italienne dans les écoles obligatoires de Suisse ». Nous ne le pouvons pas pour des raisons évidentes : impossibilité matérielle, modification totale, fondamentale de l’enseignement des langues vivantes dans notre instruction publique » (p. 331).

  • 105 Mémorial du Grand Conseil genevois du 7 octobre 1966. Interpellation de M. Bouvier (libéral) : « Le (...)
  • 106 Id.

35La lecture du Mémorial de 1966105 montre que quatre ans après le refus du département, ce dernier ne se trouvait plus en mesure de refuser d’adhérer à la demande de l’ambassade italienne. Une pression de Berne poussait alors le département à mettre en place des cours de langue et de culture d’origine. Il était demandé aux cantons d’aider les enfants d’ouvriers italiens à ne pas perdre le contact avec la culture de leur pays, de même qu’avec l’italien écrit. En référence à différents cantons tels que Saint-Gall, Berne, Neuchâtel, Vaud qui ont répondu d’une manière ou d’une autre à la demande de l’ambassade italienne, André Chavanne pensait que Genève ne pouvait pas faire moins que les autres cantons suisses et qu’il était du devoir de Genève d’obéir à l’ordre du gouvernement exprimé par l’accord italo-suisse de 1964106. Les problèmes relevés concernant ces cours de langues et de culture concernaient l’organisation des enseignants, les horaires, ainsi que les difficultés que ressentiraient les enfants italiens eux-mêmes : « (…) n’est-ce pas eux qui ont le plus besoin d’un enseignement suivi, ininterrompu, en raison des difficultés dues à leur transplantation hors de leur pays ? » (Mémorial du Grand Conseil du 7 octobre 1966, p. 2630).

36Cette période semble être marquée par le sentiment du devoir de reconnaissance vis-à-vis de l’ouvrier « italien » : on se doit d’être reconnaissant envers les parents étrangers qui on participé à la prospérité de la Suisse. Il devient nécessaire de faire preuve d’une bonne volonté à l’égard des enfants de travailleurs étrangers : « Je me réjouis, on rattrape le terrain perdu dans le domaine des prévenances que l’on se doit d’avoir à l’égard des enfants de travailleurs étrangers,… et que l’on a trop longtemps, et souvent honteusement, négligé » (Mémorial du Grand Conseil du 7 octobre 1966, Bouvier, libéral, p. 2628).

  • 107 Mémorial du Grand Conseil genevois du 30 janvier 1970. Budget : instruction publique.

37Du fait du passage d’une politique de rotation à une politique de stabilisation, Genève connaît durant les années 60-70 – comme nous l’avons vu – une augmentation importante du nombre d’enfants d’origine étrangère. Ces enfants de travailleurs, notamment d’ouvriers, viennent peupler plus massivement certains quartiers que d’autres. Cette question fait rapidement l’objet de remarques que l’on peut lire dans le Mémorial du 30 janvier 1970107 : « La presse s’est fait l’écho, il y a quelques semaines, de la mauvaise répartition des élèves étrangers dans certaines classes, notamment à Carouge » (p. 301).

38La question du brassage sociologique est amenée dans le Mémorial du Grand Conseil du 30 janvier 1970 où il est fait allusion à la différence des milieux des élèves selon le collège fréquenté. Bien que la question des trajets soit relevée, un député (Ducret, radical) note l’importance d’un brassage sociologique au sein des écoles, et va jusqu’à amener l’idée d’un brassage, par exemple entre les collèges de Voltaire et de Calvin, ce qui n’a pas manqué de produire des rires dans la salle, selon la transcription du Mémorial. Malgré les problèmes de déplacement, des familles commencent à demander des dérogations pour leur enfant, afin qu’ils puissent aller étudier dans un collège spécifique ayant des élèves de milieu aisé.

  • 108 Mémorial du Grand Conseil genevois du 17 avril 1980, I 1303. Interpellation : enfants d’immigrés. R (...)
  • 109 Interpellation de Marie Laure Beck (PDC) : Enfants d’immigrés : respect des cultures. (N ° I 1303).

39Le 17 avril 1980108, le Conseil d’État met en avant « tout l’effort déjà consenti » par le canton à l’égard des travailleurs migrants et de leur famille. Il répond à une interpellation de Mme Marie-Laure Beck (PDC) « Enfants d’immigrés : respect des cultures », du 13 septembre 1979109. Le Conseil d’État énumère les moyens mis en place pour un accueil adéquat des élèves non francophones, ainsi que de leurs parents. Ces moyens étaient présentés ainsi :

  1. La création en 1974 d’un secteur « accueil et éducation des enfants migrants » chargé de centraliser les études relatives à cette catégorie d’élèves et de coordonner les réalisations les concernant ;

  2. La promulgation en 1975 de directives internes, relatives à la scolarisation des enfants migrants reconnus comme non francophones, transmises au corps enseignant primaire et secondaire par la secrétaire générale du DIP. Ce texte recommande aux parents l’inscription de leurs enfants à l’école dès l’âge préscolaire, institue des cours d’initiation ou de consolidation du français, des classes d’accueil, encourage la participation de ces élèves aux cours d’appui ou de rattrapage et aux études surveillées, prévoit que les résultats en français ne seront pas sélectifs pour leur promotion pendant les deux premières années qui suivent leur arrivée à Genève, dispense de l’allemand, au profit de l’italien les élèves inscrits à leur arrivée dans une classe du cycle d’orientation, lorsqu’ils sont de langue maternelle italienne ;

    • 110 Ce n’est cependant qu’en 1992 que la direction de l’enseignement primaire a diffusé pour la premièr (...)

    Ces différentes mesures prévues par ce règlement sont actuellement en vigueur : – pour les plus jeunes (enseignement enfantin et primaire), diverses formes d’appui, notamment des cours d’initiation et de consolidation du français destinés aux élèves non francophones (3 heures par semaine pendant les heures scolaires)110. Au cycle d’orientation, les classes d’accueil ;

  3. Les cours de langue et de culture d’origine donnés partiellement durant l’horaire scolaire pour l’italien à l’école primaire, en dehors de l’horaire scolaire dans les autres cas ;

  4. Dans une optique nouvelle de collaboration interculturelle, dans la perspective des travaux du Conseil de l’Europe, une collaboration et des contacts se sont organisés, notamment entre le secteur « Éducation des enfants migrants » et les autorités et enseignants étrangers et entre l’inspecteur des activités parascolaires et représentants des cours de langue et d’origine. D’autre part, des enseignants genevois et étrangers se sont réunis à plusieurs reprises pour des échanges d’informations et pour une réflexion pédagogique commune et des travaux des organisations nationales et internationales ;

  5. Des journées de formation ont été organisées en 1973 pour le CO et 1977 l’école primaire afin de sensibiliser des maîtres aux problèmes des élèves migrants ;

  6. Dès 1977, dans un collège du cycle d’orientation, la langue maternelle (italien, espagnol) est acceptée dans le cadre de l’une des options ;

  7. Une recherche « sur le terrain », dans une classe de 2P, menée par une équipe d’universitaires, d’enseignants primaires et d’enseignants étrangers ayant pour objet l’étude de l’articulation entre la langue maternelle et le français et le développement d’une attitude de coopération interculturelle entre les enseignants. Parallèlement, l’institution en 1974 d’une bibliothèque dans laquelle des livres en italien et en espagnol de même que des documents relatifs aux cultures étrangères seront mis à la disposition des enfants migrants et autochtones dans le but de mettre en valeur les cultures des uns et des autres ;

  8. Dès 1974, a été institué, à titre d’essai dans les classes d’accueil du cycle d’orientation, un appui linguistique en langue maternelle pour les élèves mal scolarisés, en support à l’apprentissage du français.

  9. Les cours de français pour personnes de langue étrangère de l’école de parents du cycle d’orientation tendent à développer les liens entre enfants et parents immigrés et à favoriser l’insertion sociale de ces derniers. Par ailleurs, le Conseil d’État fait part de l’important travail d’alphabétisation effectué par l’Université ouvrière de Genève, institution subventionnée par le Département de l’instruction publique, auprès d’une population d’adultes immigrés particulièrement défavorisés. Enfin, le conseil de l’éducation continue des adultes consacre une partie de ses travaux à l’étude du problème de l’intégration socio-culturelle des étrangers.

40Nous pouvons relever dans cette thématique le fait que favoriser l’accueil de l’élève d’origine étrangère est une question effective de cette époque due au nombre croissant d’élèves étrangers mais aussi à une demande officielle de Berne suite aux accords italo-suisses. La question sociale est présente dans cette thématique ; on se réfère à la précarité des familles étrangères. On observe une politique fondée sur une reconnaissance très spécifique, localisée sur un groupe dont la langue est une des langues nationales.

Années 2000-2005 : accueil de l’élève d’origine étrangère

  • 111 Mémorial du 28 juin 2001. Rapport de la commission des droits politiques et du règlement du Grand C (...)
  • 112 Séance du 16 février 2001, Rapport de la commission de l’enseignement et de l’éducation chargée d’é (...)

41La question de l’accueil des élèves migrants à l’école primaire n’est que très peu l’objet de discours politiques dans les Mémoriaux du Grand Conseil genevois des années 2000-2005. En effet, nous n’avons trouvé aucun Mémorial traitant de cet objet entre les années 2000 à 2005 concernant en particulier l’école primaire. Par contre, le Mémorial du 28 juin 2001111, concernant un projet de loi sur l’intégration des étrangers, rapporte une audition de Christian Aguet, directeur du service des classes d’accueil et d’insertion du DIP. On y parle des activités du DIP en matière d’intégration des jeunes étrangers, de la mise en place d’une cellule migration chargée de suivre des cas d’urgence spécifiques comme l’accueil d’enfants kosovars. Le rapport met en avant le fait qu’une des préoccupations majeures du département est la conservation de la langue et culture d’origine des étrangers pour prévenir les problèmes d’intégration. Il parle aussi du fait que le département encourage les consulats étrangers à mettre en place des cours pour leurs ressortissants, comme le font l’Italie, le Portugal et l’Espagne. Le rapport explicite aussi le fonctionnement des classes d’accueil. Pour Christian Aguet, celles-ci doivent être considérées comme un passage et non comme un but en soi. De même, il est précisé que les classes d’accueil travaillent sur trois aspects : le socio-éducatif, en collaboration avec les maisons de quartier et les centres de loisirs, l’enseignement avec des cours de mathématiques et de français, et la médiation. Enfin, il est ajouté que le DIP essaye aussi de sensibiliser les parents des enfants immigrés, par exemple, pour toucher les femmes kosovares qui sortent peu de chez elles le département a réalisé une cassette vidéo en version albanaise qui présente l’institution et répond à certaines questions que se pose la communauté albanophone. La question des élèves non francophones du SCAI (service des classes d’accueil et d’insertion) et de la SGIPA (Société genevoise pour l’intégration professionnelle d’adolescents et d’adultes) apparaît par contre en ce qui concerne la modification de la loi sur l’instruction publique.112

Comparaison 1960-1980/2000-2005 sur le thème accueil de l’élève d’origine étrangère

42Ainsi, alors que durant les années 1960-1980, les politiciens s’interrogent souvent sur les structures à mettre en place pour favoriser au mieux l’accueil des élèves non francophones, il n’y a pas de réflexions de ce type concernant le primaire dans les années 2000-2005 dans les Mémoriaux. Aujourd’hui cependant, comme nous le verrons dans un autre chapitre et bien que cela n’apparaisse pas encore dans les discours politiques, le fonctionnement des structures d’accueil est questionné.

  • 113 Mémorial du 28 juin 2001. Id.

43Il est intéressant aussi d’observer qu’au niveau du cycle d’orientation (et suite), les définitions des classes d’accueil se rattachent à l’» éducation » (aspect socio-éducatif) et à la gestion des conflits (aspect de la médiation)113. On peut sentir ici l’avènement de nouvelles préoccupations et perceptions de l’élève d’origine étrangère influençant la manière de percevoir le type d’accueil à mettre en place.

Les valeurs et idéaux véhiculés

Années 1960-1980 : respect des cultures

  • 114 Mémorial du Grand Conseil genevois du 13 septembre 1979. Interpellation : enfants d’immigrés. Inter (...)

44Le 13 septembre 1979, Marie-Laure Beck (PDC) dépose une interpellation concernant les enfants d’immigrés114. Elle souhaite qu’une politique équitable soit mise en place à l’égard des enfants immigrés dont les parents, travailleurs immigrés, « sont venus contribuer au développement de notre économie » (p. 2367). Pour aider ces enfants à réussir leur scolarité, Marie-Laure Beck propose les principes suivants relatifs au respect des cultures et des identités :

  • Le droit de chaque individu à sa propre culture doit être considéré comme un droit légitime et fondamental ;

  • La langue maternelle correctement parlée et écrite permet le développement harmonieux de la personnalité et l’intégration dans la société ;

  • La pleine possession de sa propre culture est le meilleur garant de l’approche d’une autre culture ;

  • La coexistence harmonieuse de cultures différentes est une source de richesse et de paix. Le « respect des cultures et des identités » nous paraît être un terme nouveau qui n’était pas, jusqu’alors, présent dans les discours politiques. Le terme du « respect de l’identité » était présent en 1977 dans l’article 4 de la loi sur l’instruction publique, mais nous n’avons pas trouvé, avant 1979 dans cette interpellation de Mme Beck, le terme de « respect des cultures ».

Années 2000-2005 : intégration des étrangers pour un « vivre ensemble »

  • 115 Cf. Mémorial du 14 décembre 2000. Projet de loi de Mmes et MM. David Hiler, Fabienne Bugnon, Domini (...)
  • 116 Mémorial du 14 décembre 2000. Projet de loi de Mmes et MM. David Hiler, Fabienne Bugnon, Dominique (...)
  • 117 Mémorial du 28 juin 2001.

45Fin juin 2000, le Conseil d’État a décidé de confier à une commission d’experts extraparlementaires la tâche de définir un concept cantonal d’accueil et d’intégration des étrangers et de rédiger à cet effet un projet de loi115. Dans le Mémorial du 14 décembre 2000116, ce projet est présenté et renvoyé à la commission des droits politiques et du règlement du Grand Conseil. Dans son travail de rédaction, la commission s’est largement inspirée de l’expérience neuchâteloise et de la loi en vigueur depuis 1997. Cette loi vise à encourager les relations harmonieuses entre Suisses et étrangers, tout en respectant les diversités culturelles, à favoriser la participation de tous aux structures sociales (essentiellement situées en terrain communal) et à promouvoir l’égalité des chances entre Suisses et étrangers. Dans ce projet de loi, il importe de considérer l’intégration comme un processus à long terme. Ce projet donne à l’État le rôle de gérer la diversité, ainsi que de proposer à la population genevoise les moyens de « vivre ensemble » et de « faire ensemble » (p. 3). D’après ce projet, autant la loi concerne les étrangers, autant elle vise à sensibiliser l’ensemble de la population genevoise aux enjeux d’une société multiculturelle ; l’intégration se comprenant ici comme le respect mutuel des cultures. La loi vise aussi à l’instauration d’une égalité des droits et des obligations de chacune. Le 28 juin 2001117 la loi est votée à l’unanimité. Il est institué diverses commissions dont un Bureau de l’intégration et des Assises de l’intégration.

  • 118 Mémorial du 15 novembre 2002. Rapport de la Commission de l’enseignement et de l’éducation chargée (...)

46Dans le Mémorial du Grand Conseil genevois du 15 novembre 2002, M. Polli, membre de l’UNION (corps enseignant secondaire genevois), émet une critique sur la valorisation de la diversité et des différentes cultures118 : « (…), le communautarisme qui prévaut aujourd’hui semble avoir montré ses limites. En effet, la reconnaissance systématique de toutes les différences et de chaque identité, entre clairement en conflit avec les principes de l’École républicaine » (p. 17). Il propose de réaffirmer la prééminence de l’apprentissage du français dans la perspective de la reconnaissance de l’identité locale comme facteur d’intégration et remarque que les causes de l’augmentation des indisciplines et violences peuvent être en partie trouvées dans la multiculturalité croissante de l’école (Mémorial du 15 novembre 2002, p. 21). M. Polli appuie encore le fait que l’école – bien qu’elle doive tenir compte des diverses identités et groupes culturels qu’elle regroupe – ne doit pas reconnaître à chacun un droit particulier. Ainsi, il donne un exemple pour montrer qu’il ne faut pas trop mettre en avant les différences : « (…) le danger d’intervenir, en méconnaissance de cause et indirectement dans les conflits opposant par exemple les Kurdes et les Turcs, au risque de voir se déplacer ces tensions au sein même de l’école. Ce qui fut possible dans les années 1950-60 pour les communautés italiennes et espagnoles, proches culturellement, n’est plus applicable dans la situation actuelle » (Mémorial du 15 novembre 2002, p. 23).

Comparaison 1960-1980/2000-2005 sur le thème valeurs et idéaux

47À la fin des années septante, les questions du respect des origines de chacun et de l’identité individuelle étaient à développer. Aujourd’hui, des limites sont données à cette tendance de reconnaissance systématique de toutes les différences et identités. De même, il s’agit plus d’insister sur l’intégration par l’apprentissage de la langue française et l’on parle aujourd’hui plus de gestion de la diversité que de reconnaissance des différences.

Le problème de l’échec scolaire et les options pédagogiques

Années 1960-1980 : échec scolaire : comment y remédier ?

  • 119 Cf. thématique : « Économie, société et rôle de l’école »

48La question du retard scolaire est rapidement devenue un réel problème dans ce contexte d’encouragement et de démocratisation des études et se fait voir à la lecture des Mémoriaux de ces années119. La complexité du problème de l’échec scolaire est évidente, déjà au début des années soixante. La lecture des Mémoriaux montre que l’on cherche les moyens pour le combattre au sein de l’école.

  • 120 Sous la dir. du professeur Roger Girod (recherche effectuée par le centre de recherches de la facul (...)
  • 121 Mémorial du 20 octobre 1961. Section 4 : Instruction publique.
  • 122 Id.
  • 123 Id.

49Les résultats d’une recherche sociologique120 sont cités dans le Mémorial du 20 octobre 1961121. La recherche constatait d’une part qu’une énorme proportion des élèves de l’enseignement primaire était en retard sur la classe à laquelle leur âge les destineraient et, d’autre part, montrait un retard particulier chez les élèves appartenant aux catégories sociales les moins fortunées, ainsi qu’une forte élimination au secondaire chez cette catégorie d’élèves122. Suite aux résultats de cette recherche, différentes propositions sont faites afin de tendre à une démocratisation des études. On parle de la nécessité de partir de l’intérêt des enfants, de mettre en place des études surveillées, on parle d’union famille-école, des difficultés de certaines familles à aider aux devoirs, de l’exiguïté des logements familiaux123, etc. On parle de compréhension, bien que des discours relèvent néanmoins l’importance de permettre une certaine sélection.

50Lors de la séance du Grand Conseil du 17 mai 1963, le Conseil d’État témoigne de l’importance du problème de l’échec scolaire et de la nécessité d’en poursuivre l’étude de façon approfondie :

  • 124 Mémorial du Grand Conseil genevois du 17 mai 1963. Réponse du Conseil d’État à M. Georges Sutter, n (...)

« Le service de la recherche a été chargé d’organiser une enquête visant à établir les causes et l’importance des retards scolaires. Une conférence commune des directeurs d’écoles secondaires et des inspecteurs d’écoles primaires a examiné, le 15 février 1963, les conclusions qui se dégagent de la documentation rassemblée sur le sujet. Au début de cette séance, qui a duré une journée entière, la conférence a entendu trois exposés de MM. Samuel Roller, directeur du service de la recherche, Roger Girod, professeur à la faculté des sciences économiques et sociales et André Rey, professeur de psychologie appliquée à l’Institut des sciences de l’éducation, sur les causes pédagogiques, sociales et psychologiques du retard scolaire »124.

51Le Conseil d’État fait référence, dans ce Mémorial, aux mesures prises pour diminuer, à plus ou moins brève échéance, le nombre de retards scolaires. Il cite entre autres :

  • L’introduction de moyens d’enseignement nouveaux ou renouvelés ;

  • L’ouverture, en 1962, de classes d’études surveillées accueillant les élèves de la division supérieure de l’école primaire n’ayant pas la possibilité de faire leurs devoirs à domicile dans des conditions satisfaisantes ;

  • La création des premières classes du cycle d’orientation, lequel sera généralisé dans les années suivantes et couvrira les trois derniers degrés de la scolarité obligatoire ; la création d’un dispositif favorisant un meilleur acheminement des élèves du degré 7 au degré 9 (classes de rattrapage et classes d’appui notamment).

  • 125 Id.

52Le Conseil d’État reconnaît en outre l’influence de l’attitude du maître, ainsi que celle de l’encadrement familial dans la réussite ou l’échec des élèves125.

53En ce début des années soixante, les causes attribuées aux retards scolaires sont principalement d’ordre social et pédagogique. Les moyens proposés pour y remédier sont aussi de cet ordre : on tend ici à proposer de l’aide pour les élèves qui n’ont pas les conditions sociales nécessaires pour faire leurs devoirs à la maison et à développer de nouvelles structures et de nouvelles méthodes pédagogiques. Les conditions sociales manquantes sont pensées en termes économiques de classes et non en termes culturels.

  • 126 Mémorial du Grand Conseil genevois du 22 décembre 1967. Interpellation de Mme Beck (PDC) : « L’orga (...)

54Dans le Mémorial du 22 décembre 1967126, on fait part des diverses mesures prises par le DIP pour remédier aux graves retards scolaires, telles que la création de classes de développement, de classes spéciales, d’études surveillées au degré de l’enseignement primaire et secondaire, de classes de rattrapage au degré de l’enseignement secondaire et professionnel. Mme Beck (PDC) demande cependant que soient encore créées, dans l’enseignement primaire, des classes de rattrapage à effectif réduit et que les députés soient régulièrement mis au courant de l’efficacité des méthodes en cours et des résultats des travaux de recherches effectués sur cet objet. Elle souhaite en effet encore améliorer le rendement scolaire qui ne lui paraît pas encore satisfaisant :

« D’autre part, les moyens employés, s’ils l’atténuent, ne résolvent pas le problème du retard scolaire qui est beaucoup plus profond. Aujourd’hui, malgré les efforts du département et les lourds sacrifices consentis par la collectivité, l’école ne rend pas les services qu’on pourrait attendre d’elle » (p. 3317).

  • 127 Mémorial du Grand Conseil genevois du 18 septembre 1970. Projet de loi : encouragement aux études. (...)

55Toutefois, en 1970, le chef du DIP constate la diminution lente mais « irréversible » des fameux retards scolaires127. Il attribue ces avancées à diverses mesures prises par le département telles que le début de la scolarité à 4 ans, l’aide parascolaire, les études surveillées, l’information aux familles, les propositions de classes à options.

  • 128 Mémorial du Grand Conseil du 25 juin 1976. Interpellation : effectif des classes. Interpellation de (...)
  • 129 Dans le but avancé de pouvoir donner un enseignement toujours plus individualisé aux élèves et dans (...)

56Lors de la séance du 25 juin 1976128, on demande encore que soient limités les effectifs des classes, ainsi que l’introduction de classes de soutien dans les classes enfantines, notamment en 2e primaire129. Ces classes de soutien pourraient, selon Hélène Braun (PDC), aider à modifier les inégalités de chances existant entre les élèves. Cet effort viserait selon elle à éviter la création de filières parallèles, la médicalisation ou la psychiatrisation des difficultés des élèves, et à leur permettre de rester intégrés dans leur classe tout en bénéficiant d’une pédagogie compensatoire qui pourrait – en étant axée sur le développement du langage - compenser tôt dans la scolarité un certain handicap socio-culturel.

  • 130 Mémorial du Grand Conseil genevois du 20 janvier 1978. Motion : enseignement primaire. Motion de Mm (...)
  • 131 Depuis le 6 août 1977, un alinéa de la loi sur l’enseignement public – souvent cité par la suite da (...)

57Dans la motion de Mme Marie-Thérèse Odermatt et de M. Robert Wicky (Parti du Travail) concernant l’enseignement primaire du 20 janvier 1978130, le Grand Conseil invite le Conseil d’État à présenter un rapport sur ce que l’enseignement primaire va faire pour faire appliquer le nouvel article 4 dans lequel l’école publique s’engage à lutter contre les inégalités de chance de réussite131.

  • 132 Motion : enseignement primaire, Motion de Mme Marie-Thérèse Odermatt et de M. Robert Wicky (Parti d (...)

58Lors de cette séance, le chef du DIP exprime son désaccord face aux propos de M. Eggly (libéral) quant à la nécessité avancée par ce dernier de céder devant des problèmes économiques (dont on commence à parler dans les Mémoriaux), et quant au déni de M. Eggly quant au manque d’enseignants. Pour le Chef du DIP, les enseignants sont aujourd’hui face à certaines difficultés dues au taux d’élèves par classe et à la spécificité linguistique d’un grand nombre d’entre eux : « Je mets au défi quelqu’un de tenir des classes de plus de 28 élèves contemporains, dont la majeure partie est de langue maternelle étrangère » (Mémorial du Grand Conseil du 20 janvier 1978, p. 376)132. Ce Mémorial met en lumière l’existence de problèmes d’ordres économiques, de divergences de points de vue, ainsi qu’à l’existence d’une appréciation de la différence linguistique au sein des classes.

  • 133 Mémorial du Grand Conseil du 15 décembre 1978. Motion : enseignement primaire. Rapport de la commis (...)

59Le 15 décembre 1978, en réponse à la motion de Marie-Thérèse Odermatt et de Robert Wicky (Parti du Travail), un rapport de la commission de l’enseignement a été fait dans le but de présenter un rapport sur les moyens à mettre en place pour faire appliquer ce nouvel article de la loi sur l’instruction publique133. Ainsi, on parle dans ce rapport de la lutte contre les inégalités de chance. On parle des expériences assez nouvelles de « Fluidité » (1P-2P) et de « Rapsodie » (3P-6P) mises en place dans une idée de lutte contre l’échec scolaire et visant à donner à tous les élèves une formation de base solide grâce à un enseignement individualisé qui pallierait les lacunes scolaires. On semble être d’accord sur l’idée d’aller vers un enseignement plus individualisé, vers un enseignement où les élèves pourraient progresser à leur rythme. Les députés mettent en avant le fait que le rythme d’assimilation est propre à chaque enfant. Ils débattent de l’école actuelle qui enseigne de manière standardisée à des élèves très différents : « […] une classe de vingt ou vingt-cinq enfants qui ont des goûts différents, des rythmes de vie différents, des intelligences variées. » (Mémorial du Grand Conseil du 15 décembre 1978, p. 4785). Les questions de la suppression des devoirs à domicile et des notes, du travail en groupe, du nombre d’élèves par classe, du soutien pour les élèves en difficultés sont amenées. On parle d’» apprendre à apprendre », d’apprendre à travailler en groupe. D’aider l’enfant à acquérir des aptitudes telles que la mobilité d’esprit et l’esprit critique, etc.

60Comme nous l’avions relevé au début des années soixante, les causes alléguées des retards scolaires étaient principalement d’ordre social et pédagogique. À la fin des années septante, un certain relativisme concernant le poids du contexte social se fait jour, accompagné (dans certains discours) d’un relativisme vis-à-vis de la lutte contre l’échec scolaire qui devrait avoir certaines limites :

  • 134 Mémorial du Grand Conseil genevois du 20 janvier 1978. Motion : enseignement primaire. Motion de Mm (...)

« Tout excès et sectarisme dans la volonté de (je cite la motion) corriger l’inégalité des chances que l’on lie généralement avec l’inégalité des conditions sociales, chose qui vient d’être bien relativisée par une récente étude d’un Genevois, le professeur Girod, pourrait aller à fin contraire sur l’objectif d’une bonne préparation dont les libéraux n’ont cessé de démontrer la nécessité. Cela ne contredit pas du tout la nécessité de diminuer, dès ces degrés primaires, les retards scolaires qui peuvent déjà s’accuser et d’aider au mieux les élèves qui ont des difficultés. Tout cela est assurément une question d’équilibre » (M. Eggly (L), séance du 20 janvier 1978, p. 372)134.

  • 135 Bien que déjà présent, le facteur psychologique n’était pas aussi prégnant que dans ces années.
  • 136 « Ces difficultés sont d’origines multiples, elles peuvent être aussi bien liées à ce que l’enfant (...)
  • 137 Mémorial du Grand Conseil genevois du 9 mai 1980. Motion : enseignement. Rapport du Conseil d’État (...)

61Entre la fin des années septante et le début des années quatre-vingt, le « génétique », le médical, le psychologique135 et le « culturel-linguistique » se sont rajoutés comme facteurs pour expliquer l’échec scolaire136. L’analyse des difficultés scolaires, présente dans le rapport du Conseil d’État sur la motion de Marie-Thérèse Odermatt et de Robert Wicky, passe par différentes théories qui se confrontent137 :

« L’origine de l’inégalité des enfants en face des exigences de l’école a suscité – et suscite encore – des débats scientifiques et idéologiques passionnés. Selon certains, la réussite scolaire est largement dépendante du capital génétique de l’individu et les différences tendraient à se maintenir d’une génération à l’autre. Les opposants pensent au contraire que ce sont des facteurs socio-culturels-linguistiques – en particulier – qui déterminent les différences » (séance du 9 mai 1980, M 4859-B, p. 2127).

62Pendant la période des années 1960 à 1980, on cherchait principalement à démocratiser les études en luttant contre l’échec scolaire par la mise en œuvre de moyens tels que ceux décrits ci-dessus. Ce n’est qu’à la fin de cette période, qu’apparaît un questionnement sur l’« efficacité » de ce qui a été mis en place depuis une quinzaine d’années et sur l’ouverture vers une nouvelle vision de l’enseignement plus basée sur l’individualisation et la diversité.

Années 2000-2005 : échec scolaire : à qui la faute ?

63Les Mémoriaux du Grand Conseil genevois des années 2000 montrent une critique des écoles et des résultats « trop faibles » des élèves.

  • 138 Mémorial du Grand Conseil genevois du premier décembre 2000. Motion et pétition : postes d’enseigne (...)

64Pour certains, le problème se situe dans la détérioration des conditions d’enseignement due à des coupes budgétaires successives. Ainsi, dans le Mémorial du premier décembre 2000, un débat est mené quant à l’objet d’une motion déposée dans le but d’augmenter le nombre de postes d’enseignement à l’école primaire138.

65Pour les initiants, l’augmentation des effectifs d’élèves par classe contrevient à un enseignement de qualité et altère directement l’apprentissage.

66Pour d’autres, le problème se trouve dans les réformes successives de l’école. Les propositions de motions et les projets de loi qui sont amenés ont généralement pour but de dénigrer l’école (principalement les réformes), de questionner son efficacité et de proposer un retour à un enseignement plus traditionnel ainsi qu’à un investissement économique moindre.

  • 139 Mémorial du 27 octobre 2000. Motion : étude de la qualité des écoles genevoises. Proposition de mot (...)

67Il s’agit, dans une proposition de motion déposée par le parti radical, d’étudier la qualité des écoles genevoises139. Selon Jean-Marc Odier (parti radical), le but de cette motion est de réfléchir aux raisons pour lesquelles, arrivés à un certain stade de l’enseignement, les jeunes présentent malgré tous des lacunes de base en orthographe ou dans des opérations de calcul élémentaire (p. 8575).

  • 140 Proposition de motion visant à recentrer l’école publique sur sa mission fondamentale, soit la tran (...)

68Le 5 février 2002, des députés du parti radical déposent une proposition de motion visant à recentrer l’école publique sur sa mission fondamentale par la transmission des connaissances, le maintien des notes à l’école primaire et l’instauration d’un moratoire sur les expériences pédagogiques140.

  • 141 p. 1 de la proposition de motion.

69Dans cette proposition de motion, il est écrit que le Grand Conseil considère141 :

  • que le débat sur la qualité de l’enseignement genevois ne cesse de s’exacerber ;

  • le problème récurrent et jamais résolu des carences et lacunes scolaires d’un nombre croissant de jeunes filles et jeunes gens au sortir de l’enseignement obligatoire et l’inadéquation de leur formation de base avec les exigences de la formation professionnelle ;

  • que toutes les études comparatives récentes, suisses ou occidentales, mettent en évidences les performances souvent nettement en dessous des moyennes helvétiques et européennes des élèves genevois ainsi que l’insuffisance de la motivation de ceux-ci ;

  • que le système scolaire genevois se révèle le plus onéreux du pays.

  • 142 Mémorial du Grand Conseil genevois, séance du 17 février 2005. IN 121-C. Rapport de la commission d (...)

70La gauche, par la voix de M. Mouhanna (Alliance de gauche), s’oppose à unee initiative qui propose comme solution à l’échec scolaire, notamment le « retour » aux notes142. Selon la gauche, la problématique de l’échec scolaire ne se situe pas à ce niveau mais au niveau de la politique sociale. M. Mouhanna s’exprime en ces termes :

« Nous sommes contre cette initiative parce que nous sommes contre cette diversion qui laisserait croire à la population que les problèmes de l’école publique sont là. Nous luttons pour la qualité de l’enseignement, pour la démocratisation des études. Nous savons parfaitement que le moyen le plus sûr pour atteindre ces objectifs, comme pour améliorer les parcours individuel et collectif des élèves dans le primaire et ailleurs, passe immanquablement par la lutte contre l’injustice sociale, contre la précarité, contre la pauvreté et pour le progrès social. Rien n’est dissociable ! » (Mémorial du 17 février 2005, p. 13).

  • 143 Id

71Le débat qui a lieu le 17 février 2005143143 amène des éléments pour comprendre comment est perçu l’échec scolaire et quels discours politiques s’associent à cette thématique. Nous pouvons ainsi relever le discours qui minimise l’échec scolaire (tenu par la gauche) et celui qui l’amplifie (tenu par la droite).

72Ainsi, le discours de Christian Brunier, socialiste, atténue la question de l’inefficacité de l’école genevoise. Selon ce député, les critiques vis-à-vis de l’école genevoise émises par les initiateurs seraient « exagérées » (p. 2). Pour ce député, même si des questions sont à se poser, il faudrait arrêter de dire que tous les jeunes sortant des écoles genevoises sont mauvais et que les enseignants font mal leur travail. Il rappelle que le niveau de la scolarité est en augmentation, de même que celui des connaissances. Il rappelle qu’en 1982, 59,8 % des jeunes sortaient de l’école genevoise avec un diplôme, alors qu’aujourd’hui, ils sont 77,1 %. Il cite Caroline Bartl (UDC) dans le rapport (p. 117) : « Il faut accepter l’idée que l’école est là pour sélectionner les meilleurs, les plus méritants » et critique cette vision de l’enseignement. Il montre que cette vision reflète bien l’émergence d’un débat de société.

73Nous allons relever maintenant un discours amplificateur de l’échec scolaire ; celui de M. Kunz, radical. Pour ce député, il n’est même pas besoin de se référer aux enquêtes PISA, aux rapports de pédagogues sérieux et aux comparaisons honnêtes pour se convaincre de l’échec des réformes et de la rénovation (p. 11). Il suffit d’après lui d’entendre les propos des chefs d’entreprises, des parents, des élèves et des enseignants pour en être convaincu : « Il suffit d’entendre l’incrédulité des chefs d’entreprises qui accueillent les apprentis, d’écouter les parents complètement déboussolés, d’observer les élèves totalement perturbés et de dialoguer avec les enseignants désabusés lorsqu’ils ne sont pas dépressifs » (p. 11).

  • 144 Mémorial du Grand Conseil genevois, séance du 26 janvier 2001, M 1378. Proposition de motion concer (...)

74Selon la députée Caroline Bartl (UDC), on préfère baisser le niveau pour que tout le monde puisse suivre dans la classe, ce qui fait, d’après elle, que les bons élèves s’ennuient, ne ressentent plus le goût de l’effort, progressent et apprennent moins vite (p. 5). Cette vision de la problématique va en outre dans le sens de la proposition de motion 1378, déposée le 21 janvier 2001, concernant les mesures à prendre pour soutenir des enfants et des adolescents à QI élevé ou « surdoués »144. Elle s’inscrit dans un contexte où l’on veut « valoriser » les élèves brillants, où l’on s’intéresse particulièrement aux personnes compétitives et efficaces.

75Ainsi, nous pouvons observer ici une opposition radicale quant aux causes alléguées à l’échec scolaire, entre les différents bords politiques. Caroline Bartl (UDC) résume très clairement ce clivage lors de la séance du 17 février 2005 :

« On voit très clairement que d’un côté, on a ceux qui plaident pour une élévation du niveau de formation des nouvelles générations et, de l’autre, il y a la gauche qui, au nom de la liberté et des vertus émancipatrices de l’école, plaide pour un accès plus libre à la culture. Alors l’ampleur des redoublements et des retards scolaires est dénoncée par la droite comme un indice du faible rendement de l’école et par la gauche comme une injustice, une inégalité sociale de réussite devant l’école » (Mémorial du 17 février 2005, p. 4).

76Une des causes de l’échec scolaire des élèves est aussi attribuée au taux d’étrangers. Caroline Bartl (UDC) s’exprime ainsi pour comparer les résultats aux tests PISA de la Suisse et de la Finlande (qui a eu de très bons résultats aux tests PISA) :

« Alors, vous pouvez parler de toutes les réformes que vous voulez, vous pouvez nous mettre sous le nez des exemples de pays comme la Finlande, cela n’y change rien. La Finlande ? Elle n’a pas la même culture ! Elle n’a pas les mêmes traditions ! Le pays n’a pas la même grandeur, il n’y a pas le même taux d’immigration. C’est sûr que, 2 % d’immigration, ce n’est pas la même chose qu’en Suisse ! » (Mémorial du 17 février 2005, p. 5).

77Ces mauvais résultats et les critiques faites à l’école, notamment au niveau des pédagogies, induisent aujourd’hui une grande réflexion sur l’école et un débat de société qui s’inscrivent dans un contexte particulier où l’immigration est considérée comme facteur influant :

« Ce n’est pas seulement cela, vous l’avez compris, Mesdames et Messieurs les députés ! C’est un débat de société que nous avons ici ! Et ce débat, Madame Thorel, doit avoir lieu ici, au parlement, car c’est nous, représentants du peuple, qui devons donner notre avis. Pourquoi un débat de société ? Parce que notre société, Genève en particulier, est engagée depuis plus de dix ans dans un chambardement général : explosion de l’immigration, mondialisation, éclatement de la cellule familiale, tout cela a des conséquences sur l’instruction » (Mémorial du 17 février 2005, p. 8).

Comparaison années 1960-1980/2000-2005 sur le thème échec scolaire et pédagogies

  • 145 Cf. Mémorial du Grand Conseil genevois, séance du 28 mars 2003. Interpellation urgente écrite conce (...)
  • 146 Id., p. 1771.

78Durant notre première période d’analyse, les Mémoriaux témoignent fortement d’une volonté de lutter contre l’échec scolaire dans une optique de formation et de démocratisation des études. Cette « lutte » a d’ailleurs vu le jour au début de cette période et les différents bords politiques y adhéraient. Les causes attribuées à l’échec scolaire étaient avant tout d’ordre social et pédagogique. Au début des années 1980, les causes étaient perçues comme étant socio-culturelles et linguistiques. Les Mémoriaux des années 2000 – 2005, ne témoignent que peu d’une volonté de lutte contre l’échec scolaire pour une démocratisation de l’enseignement. L’objectif est d’obtenir un bon placement des élèves genevois aux résultats des évaluations internationales. Cependant, ces résultats n’étant pas considérés comme satisfaisants, les Mémoriaux montrent une tendance à rechercher la faute de ce mauvais classement et à remettre en cause le bon fonctionnement de l’école publique. La droite attribue principalement ce mauvais classement aux nouvelles pédagogies ainsi qu’à l’explosion de l’immigration, alors que la gauche avance les problèmes sociétaux de précarité, mais aussi la multiculturalité du canton. On observe ainsi une forte opposition entre les argumentations de la gauche et de la droite dans la manière de concevoir la question de l’échec scolaire. La diversité culturelle est utilisée toutefois comme explication aux mauvais résultats (notamment de PISA) à la fois par la droite et par la gauche145. Les différences ici se trouveraient plus au niveau des nuances ; la gauche n’attribue pas les résultats uniquement à la multiculturalité mais aussi à la précarité, de même la gauche considérera que c’est un devoir de prendre en compte cette multiculturalité146.

Les présupposés culturalistes dans ces rhétoriques politiques

Années 1960-1980 : classes spéciales et enfants d’étrangers

  • 147 Mémorial du Grand Conseil genevois du 27 avril 1979. Interpellation de Mme Marie-Laure Beck (PDC) : (...)

79Dans une interpellation au Grand Conseil genevois (le 27 avril 1979)147, Marie-Laure Beck (PDC) s’interroge sur la population des classes spéciales dans l’enseignement public et sur la définition de l’enseignement spécialisé :

« Quand nous parlons de classes spéciales, ou d’enseignement spécialisé, cela signifie, chez nous, que des enfants n’ont pas été jugés aptes à suivre un enseignement normal dès leur entrée dans le circuit scolaire, ou en cours de leur scolarité primaire pour des raisons de déficience organique ou mentale, de troubles de la personnalité ou encore pour inadaptation scolaire » (p. 1430).

80Elle demande pourquoi mettre dans le même « panier » des enfants présentant des problématiques intellectuelles avec des enfants « inadaptés scolairement ». Cette députée fait explicitement référence au problème social pour expliquer l’inadaptation scolaire, et propose de créer des classes d’accueil destinées à la fois aux « Suisses », aux « francophones » et aux « élèves de langue étrangère ». Ces classes fourniraient des appuis spéciaux, tout en s’occupant du problème social des élèves à la base, soit en aidant les familles à devenir un milieu culturel favorable au développement intellectuel.

  • 148 Id., p. 1431-1432.

81Pratiquement elle demande148 :

  • que des classes d’accueil, à nombre restreint d’élèves, soient créées en primaire pour servir de pont vers les classes normales, permettant aux enfants étrangers, non pas de perdre, mais d’affermir leur identité culturelle, et à tous les enfants d’épanouir leur personnalité. Le passage dans ces classes ne devrait pas durer plus qu’une ou deux années ;

  • que l’on évite de baptiser rapidement « déficience intellectuelle » ce qui souvent n’est que difficulté linguistique, problème culturel, ou handicap social ;

  • que l’on cherche en collaboration avec les familles intéressées les solutions les meilleures, l’appui social qui convient pour que tous les enfants puissent exercer le métier de leur choix au même titre que les enfants de milieux moyens ou aisés.

82Les problèmes mis ici en avant sont rattachés par Marie-Laure Beck à des questions d’ordre social.

  • 149 Mémorial du Grand Conseil genevois du 13 septembre 1979. Interpellation : enfants d’immigrés. Inter (...)

83Cette députée, lors d’une autre séance (le 13 septembre 1979, p. 2368)149, fait référence à la culture ethnique et aux difficultés scolaires des enfants d’origine étrangère, tout en faisant néanmoins allusion à la culture de classe de ces derniers. Elle parle des difficultés auxquelles les enfants d’étrangers se heurtent et qui leur font, souvent, prendre le chemin des classes spéciales, sans espoir, la plupart du temps, de pouvoir acquérir une scolarisation suffisante et regrette que les enfants de manœuvres deviennent des manœuvres.

Années 2000-2005 : classes spéciales et enfants d’origine portugaise

  • 150 Mémorial du Grand Conseil genevois du 26 octobre 2000. Interpellation urgente de Mme Jacqueline Cog (...)

84Des accusations de pratiques discriminatoires sont faites pour les médias, notamment à l’encontre de l’instruction publique. Ainsi, dans un Mémorial du 26 octobre 2000150, le gouvernement portugais se plaint d’une surreprésentation d’enfants d’origine portugaise dans les classes spécialisées :

« Une étude du Fonds national suisse montre que la forte augmentation du nombre d’enfants étrangers dans les classes spécialisées durant les vingt dernières années ne se justifie pas seulement par l’augmentation de l’émigration, par les insuffisances linguistiques, par les différences culturelles ou par les faiblesses individuelles. Selon ladite étude du FNS, elle s’explique aussi par le fait que les enfants d’émigrés, avec le même niveau de capacité et d’intelligence que les enfants suisses, sont en général sous-évalués par de nombreux professeurs, ce qui a une influence négative sur leurs résultats scolaires » (cité par Jacqueline Cogne, socialiste, Mémorial du 26 octobre 2000, p. 7625).

  • 151 La députée cite un passage d’un article du « Temps » (sans référence).

85Au vu de ces accusations, Mme Cogne (parti socialiste) propose d’engager un médiateur culturel qui ferait le lien entre les familles modestes ne parlant pas la langue française, souvent analphabètes, et les services sociaux tels que la protection de la jeunesse et le tuteur général (p. 7626). Cette députée, craignant que la Suisse ne soit perçue comme un pays ségrégationniste, ajoute, lors de cette séance : « De plus, nous y gagnerions en notoriété auprès de pays qui voient la Suisse, je cite, "comme un pays ségrégationniste qui veut exclure les étrangers de la formation de haut niveau pour en faire de la main-d’œuvre"151 » (Mémorial du 26 octobre 2000, p. 7626).

Comparaison années 1960-1980/2000-2005 sur le thème des présupposés culturalistes

86Ce n’est qu’à la fin des années septante qu’il est fait allusion à des présupposés discriminants vis-à-vis des élèves d’origine étrangère. À cette époque, on parle dans un Mémorial de problèmes au niveau de la population des classes spéciales, dans lesquelles des enfants étrangers seraient envoyés parfois sans avoir un autre handicap que celui de la langue. Les politiques disent qu’il faut faire attention à ne pas baptiser trop rapidement « déficience intellectuelle » ce qui n’est souvent que difficulté linguistique, problème culturel, ou handicap social. Les difficultés des élèves sont toutefois principalement perçues comme étant sociales. Entre 2000 et 2005, un problème identique est relevé, mettant en avant une discrimination à l’encontre d’élèves d’origine étrangère. La réponse à ces pratiques discriminantes est alors la médiation.

L’inquiétude face aux problèmes de comportement et à la violence

Années 1960-1980

87Nous n’avons relevé aucun Mémorial traitant de cette question dans ces années-là.

Années 2000-2005 : Quand l’origine culturelle devient un outil d’analyse pour expliquer en partie les problèmes de violence et les incivilités en milieu scolaire

88La question des problèmes de violence en milieu scolaire est l’objet de discussion dans des Mémoriaux des années 2000. Les problèmes de violence auraient augmenté de manière généralisée en Suisse comme dans d’autres pays.

  • 152 Mémorial du Grand Conseil genevois du 26 octobre 2000. Interpellation urgente de M. John Dupraz : d (...)

89Des liens directs sont établis, dans le Mémorial du 26 octobre 2000, entre les délits et les personnes d’origine étrangère, notamment les gens de voyage152 : « Dès que ces camps sont installés, on constate immanquablement une recrudescence des délits perpétrés à Genève et les interpellations de mineurs sont en forte augmentation » (Gérard Ramseyer, radical, p. 7623).

  • 153 Mémorial du Grand Conseil genevois du 20 septembre 2001. Proposition de motion des PDC Mmes et MM. (...)

90À propos de ces problématiques de la violence et des incivilités, le Grand Conseil genevois invite le 20 septembre 2001153, le Conseil d’État à mettre sur pied un groupe de travail interdisciplinaire sur la violence en milieu scolaire afin d’élaborer une stratégie pour ramener un calme durable dans les écoles du canton (M 1420). Les motionnaires soulignent avant tout que la violence est engendrée par les problèmes et les inégalités au sein de la société :

« La violence est mise en étroite corrélation avec un sentiment d’insécurité généralisé, sur les plans familial, personnel et professionnel. La société est elle-même considérée comme une source de violence, de par les inégalités qu’elle génère. Cela se traduit dans les faits par une crise générale de la sociabilité et la montée de ce que l’on nomme l’incivilité » (Exposé des motifs, Mémorial du 20 septembre 2001, p. 7290).

  • 154 Voir rapport de recherche « Dynamiques et significations de la violence dans l’univers scolaire des (...)

91On y parle de l’exemple anglais (Crime & Disorder Act) qui a cherché à développer des mesures préventives (couvre-feu, contrôle de l’obligation scolaire, peines alternatives à la prison), répressives et éducatives, pour les délinquants récidivistes âgés de 10 à 17 ans. Il s’agissait également de responsabiliser tant les parents que les « fautifs ». Les parents y sont tenus pour responsables des infractions commises par leur enfant : « Les parents ne sont pas seulement géniteurs de leurs enfants. Ils doivent les faire accéder à la vie sociale. À ce titre, ils ont des comptes à rendre à la société » (A. Bruel, président du Tribunal pour enfants de Paris et président d’un groupe de travail créé au sein du Ministère de l’emploi et de la solidarité, cité dans le Mémorial du 20 septembre 2001, p. 7292)154. Les dépositaires de cette motion, après avoir explicité le modèle anglais, constatent qu’à Genève il y a une réticence assez marquée du corps enseignant à accepter une présence policière dans les préaux et regrettent que malgré des discussions en réseaux aucune proposition concrète n’ait abouti.

  • 155 Mémorial du Grand Conseil genevois du 15 novembre 2002. rapport de la commission de l’enseignement (...)
  • 156 Rapport de la Commission de l’enseignement et de l’éducation chargée d’étudier la proposition de mo (...)

92Dans le Mémorial du 15 novembre 2002155, il est question du retour du rapport de la commission de l’enseignement et de l’éducation chargée d’étudier la proposition de motion pour une analyse cantonale de l’état des relations élèves enseignants dans l’école publique et l’élaboration de formules de soutien aux membres du corps enseignant. Des avis différents s’opposent sur la question : autant certains considèrent qu’un abus d’autorité de la part de l’enseignant n’amène plus rien de bon aujourd’hui et que les « problèmes de discipline » devraient se régler grâce à des relations humaines et d’écoute de la part de l’enseignant (O. De Marcellus, SRED) ; autant certains recherchent un retour drastique à l’autorité, à la relation maître élève d’autrefois et à la « mission » de l’enseignant qui doit pouvoir exercer son métier : enseigner avant d’éduquer (ARLE : association pour refaire l’école). Dans la conclusion de ce rapport, il est spécifié que la composition multiethnique et multiculturelle de l’école genevoise n’est pas en cause dans les problèmes relationnels et de violence dénoncés. Cependant, l’audition de l’Union du corps enseignant secondaire genevois par cette commission156 amène la question de la multiculturalité :

  • 157 Audition de MM. François Bertagna, Marco Polli et Henri Magnenat de l’UNION, corps enseignant secon (...)

« Sur l’exposé des motifs de la motion, le constat est évident. Les indisciplines et violences vont croissant. Les causes de cette situation peuvent être en partie, mais en partie seulement, trouvées dans la multiculturalité croissante de l’école. Ce facteur n’est pas, et de loin, la source la plus importante de ces troubles » (p. 21)157.

  • 158 Audition de Mme Olavine Rogg et M. Jean-Luc Oestreicher, représentants du GAPP.
  • 159 Certaines écoles ont mis en place des médiateurs culturels du DIP et de la Croix-Rouge, ces dernier (...)
  • 160 Mémorial du Grand Conseil genevois du 26 octobre 2000. Interpellation urgente de M. John Dupraz : D (...)

93Bien que nuancée, la causalité « ethnique » est mise en avant. De plus, on lit aussi dans ce rapport que les nouvelles cultures qui se côtoient au sein de l’école ont leur part dans cette problématique : « Les nouvelles cultures qui se côtoient au sein de l’école, avec l’arrivée des jeunes ex-Yougoslaves, génèrent plus de violence et des problèmes de gestion des conflits. Des ressources supplémentaires doivent être mises à disposition des enseignants » (Rapport déposé le 2 septembre 2002, M 1192-A, p. 26)158. Ainsi, dans les discours politiques des Mémoriaux du Grand Conseil genevois, l’élève d’origine étrangère semble être associé de près ou de loin aux problématiques de la violence159. Le lien avec l’origine culturelle des élèves est plus ou moins explicité ; dans certains cas, il s’affiche plus ouvertement160.

Comparaison années 1960-1980/2000-2005 sur le thème problèmes de comportement, violence

94Il est intéressant de constater que les problèmes de violence en lien avec l’origine culturelle des élèves sont objets de discours dans des Mémoriaux de 2000 à 2005, alors que ce n’était pas le cas durant la première période de notre analyse.

Commentaires

95Les discours politiques relevés dans les Mémoriaux du Grand Conseil genevois témoignent d’une sensibilisation nouvelle vis-à-vis d’une population qui n’était pas l’objet d’un « diagnostic » ou d’une action spécifique. Les années soixante-septante participent de la genèse de cette catégorisation qui ne fera que de s’accroître comme catégorie de pensée, évacuant petit à petit la vision du monde selon des divisions des classes au profit de celle se référant aux différences ethniques. Aussi, par la transformation des préoccupations et des manières de problématiser, les discours politiques reflètent à différents endroits ce déplacement et cette amplification.

96Ci-dessous, nous présentons une liste des termes utilisés par les différents acteurs politiques pour parler des questions pédagogiques relatives aux élèves d’origine étrangère. Cette liste permet de mettre en évidence et de comparer le champ sémantique lié à l’élève d’origine étrangère présent dans les Mémoriaux lors de deux périodes distinctes :

Mémoriaux

Années 1960 - 1980

Années 2000-2005

Contexte

immigration, centaine de nationalités, pays d’émigration, gouvernement italien, leur pays,

ville internationale, ville multi-culturelle, société multiculturelle, multiculturalité, pluriculturalité, multiples cultures, taux d’immigration, explosion de l’immigration, nationalité étrangère, immigration, asile, émigration,

Population immigrée

hôtes étrangers, population étrangère, les étrangers, colonie étrangère, saisonniers, Italiens, Espagnols, travailleurs italiens, consulat général étranger, travailleurs immigrés, immigrant, les migrants, éléments étrangers

différentes cultures, dizaines de cultures différentes, diversités, les étrangers, Italie, Portugal, Portugais, Espagne, Kurdes, Turques, communautés italiennes et espagnoles, groupes culturels, nouvelles cultures, multiethnique, populations étrangères, jeunes habitant de l’autre côté de la frontière en France, gens du voyage

Mémoriaux

Années I960 - 1980

Années 2000-2005

Élèves d’origine étrangère

- enfants d’ouvriers italiens, enfants de travailleurs migrants, enfants des travailleurs étrangers, enfants d’immigrés, enfants d’étrangers, enfants de forains,

- élèves italiens, élèves étrangers, enfants étrangers, enfants immigrés,

- élèves non francophones récemment immigrés (1980), enfants de langues étrangères, élèves de langue étrangère

- jeunes étrangers, jeunes exyougoslaves,

- élèves non francophones, enfants de langue étrangère, enfants ne maîtrisant pas le français,

- public difficile

Problématiques

- une autre langue, langue maternelle étrangère, problèmes linguistiques, difficulté linguistique,

- (année 1980) problème des étrangers (difficultés financières), facteurs socio-culturels-linguistiques

- insuffisances linguistiques, langues maternelles différentes,

- différences culturelles,

- public difficile,

- xénophobes, extrémisme de droite, slogans racistes, emblèmes fascistes, skinhead, pays ségrégationniste qui veut exclure les étrangers

Propositions en vue d’une meilleure intégration

- cours de culture italienne, respect de leur culture, cours de langue et culture d’origine, rattrapage de langue, classes d’accueil, classe d’adaptation

- aide aux étrangers, aide aux réfugiés, intégration socioculturelle des étrangers, collaboration interculturelle (1980)

- classes d’accueil, accueil d’enfants kosovars, service des classes d’accueil et d’insertion,

- prévention dans les écoles, médiateur culturel, relation interculturelle, apprendre à vivre ensemble, cellule migration,

- intégration des étrangers, Bureau de l’intégration, Commission d’accompagnement à l’intégration, Assises de l’intégration, relations interculturelles, Centre de Contact Suisses-Immigrés, MondialContact, Cultures et Citoyenneté, respect mutuel des cultures, association d’étrangers

97Concernant les termes relatifs au contexte et à la population immigrée, on voit, d’une part, qu’une diversification géographique a eu lieu, plus de nationalités étant décrites dans les Mémoriaux des années 2000-2005 que dans les Mémoriaux des années 1960-1980. D’autre part, la disparition des références aux « saisonniers », aux « travailleurs immigrés » et aux « migrants » et le remplacement de ces termes par des termes comme « pluriculturalité », « multiculturalité », « nombreuses cultures » témoignent du passage d’une vision de l’étranger comme population qui travaille dans le canton durant une période déterminée à une vision de plus en plus prégnante de l’établissement de cette dernière. L’avènement de termes comme « multiculturalité » montre comme un dépassement, voire un étouffement, de la référence au national par celle de l’étranger.

98Nous pouvons observer que dans les Mémoriaux des années 1960-1980, les élèves sont souvent définis en fonction de leur père, de la fonction de travailleur étranger que ce dernier occupe : « enfants d’ouvriers italiens », « enfants de travailleurs migrants », « enfants des travailleurs étrangers » etc., alors que ce n’est plus le cas dans les Mémoriaux des années 2000-2005, les références au statut professionnel et social du père, relatives aux divisions de classes, ayant été évacuées par l’attribut de l’origine ethnique ou par la différence linguistique de l’élève.

99De même, nous avons observé que, dans les années soixante, la question était de favoriser l’apprentissage de la langue d’origine et le rapport au pays d’origine en vue d’une bonne intégration ou en vue d’un éventuel retour au pays d’origine, alors que dans les années 2000-2005, l’importance n’est plus accordée à l’apprentissage de la langue d’origine, mais à l’apprentissage du français, la maîtrise de la langue française étant considérée comme indispensable à une bonne intégration.

100Le type de problématiques attribuées aux élèves d’origine étrangère relevées dans les Mémoriaux et mises en évidence dans notre tableau s’est diversifié en 2000-2005 par rapport à la première période. D’une part, le facteur culturel (qui a fait son apparition dans les Mémoriaux en 1980) s’est ajouté au facteur linguistique et l’on parle de population difficile. D’autre part, l’on ne parle plus des difficultés financières des étrangers, mais certains relèvent les problèmes de discrimination et de racisme auxquels doivent faire face les étrangers.

  • 161 Mémorial du Grand Conseil genevois, séance du 17 février 2005. IN 121-C. Rapport de la commission d (...)

101Ainsi, dans les Mémoriaux des années 1960-1980, les termes et descriptions utilisées pour définir l’élève d’origine étrangère se rapportent quasiment toujours à la question de la langue, ainsi qu’au statut de travailleur, ouvrier ou migrant du père, et les mesures prises pour l’intégration de ces élèves visent à pallier ces difficultés linguistiques par la mise en place de cours de langue et culture d’origine et de classes d’accueil. Les Mémoriaux des années 2000-2005 font, quant à eux, référence aux élèves d’origine étrangère comme public difficile, ainsi qu’aux différences culturelles161. L’on se réfère alors à l’élève d’origine étrangère de manière causale ; de manière à constater des difficultés scolaires et des difficultés d’intégration. Bien qu’il ne soit pas fait constamment mention de l’élève d’origine étrangère durant les années 2000 à 2005, il apparaît cependant régulièrement et souvent de manière sous-entendue. Les moyens mis en place pour favoriser une meilleure intégration de l’élève étranger ne sont aujourd’hui que rarement en lien avec la question linguistique, ils visent principalement la prévention, la gestion de problèmes, ainsi que l’apprentissage du « vivre ensemble ».

102Le nom de différentes associations ou organisations apparaissent dans les Mémoriaux des années 2000-2005, telles que le Bureau de l’intégration, la Commission d’accompagnement à l’intégration, les Assises de l’intégration, le Centre de Contact Suisses-Immigrés, MondialContact, Cultures et Citoyenneté dont le souci est l’intégration des étrangers. On parle de relations interculturelles, de prévention dans les écoles, de « cellule migration » et de médiateur culturel. Toutes ces mises en place, le déplacement des questions linguistiques aux questions plus relationnelles et gestionnelles, ainsi que la mise en avant de nouveaux termes associés à l’élève étranger sont autant d’indices s’ajoutant à notre analyse qui témoignent de l’avènement d’une nouvelle sensibilité portée sur l’élève d’origine étrangère.

  • 162 Notre analyse étant principalement qualitative, les rares références quantitatives de notre travail (...)

103En outre, nous nous sommes intéressés à l’aspect quantitatif et avons comparé le nombre de termes apparaissant dans les Mémoriaux associés à l’élève d’origine étrangère pour chacune de nos deux périodes (cf. tableau ci-dessus)162. Nous avons relevé environ 40 termes différents pour les années 1960-1980 et environ 70 pour les années 2000-2005. On observe ainsi qu’une quantité plus grande de termes est utilisée aujourd’hui. Sachant que l’on compare d’une part des Mémoriaux s’inscrivant dans des périodes temporelles très inégales (1re période : 21 ans, 2e période : 6 ans), on comprend que l’élève d’origine étrangère est aujourd’hui, plus qu’alors, objet de préoccupations mises en lumière dans les discours politiques.

  • 163 Union démocratique du centre (droite populiste)
  • 164 Mémorial du Grand Conseil genevois, séance du 28 mars 2003. Interpellation urgente écrite concernan (...)
  • 165 Mémorial du Grand Conseil genevois du 28 mars 2003, p. 1771.

104Comme Hutmacher le souligne (1993, p. 15-16) et comme nous avons pu le voir dans notre analyse, notamment celle des Mémoriaux du Grand Conseil genevois, dans les années soixante, l’encouragement et la démocratisation des études, ainsi que l’investissement pour l’instruction publique faisaient l’objet d’un consensus, dû entre autres au besoin de former des cadres. L’éducation était vue comme un investissement rentable. On observait la précarité et les classes sociales défavorisées comme des freins à la démocratisation des études. Il fallait donc mettre en place une loi visant à encourager les études et distribuer des bourses pour aider les familles précaires. Nous n’avons pas observé de forts clivages à ce propos entre les différents bords politiques à cette époque. En 2000-2005, par contre, l’encouragement aux études et la démocratisation de l’enseignement ne semblent plus être l’objet d’un consensus, même si l’importance accordée à l’école est toujours aussi présente. Les dépenses pour l’instruction publique ne sont plus aussi évidentes. La droite considère que l’on dépense trop pour une école peu efficace, la gauche pense que trop d’économies sont faites. La gauche observe encore que la précarité prétérite la réussite scolaire, mais on ne parle plus d’encouragement aux études. La droite semble rechercher l’excellence et soutenir plutôt les élèves doués. Ce clivage gauche-droite n’est cependant pas si clair concernant notre problématique. Il semble en effet qu’il y ait une forme de consensus quant au public considéré comme problématique, à savoir les élèves d’origine étrangère. Semblant ainsi s’accorder sur l’objet de réflexion, c’est au niveau des moyens et de leur vision des buts de l’école que la gauche et la droite semblent plutôt s’opposer. Pour exemple, les membres de l’UDC163 relèvent le rapport évident que présente pour eux l’étude OCDE-PISA entre les résultats insuffisants des élèves suisses et la forte proportion d’enfants de langue étrangère dans les classes164. Ils demandent ainsi au Conseil d’État quelles sont les mesures qu’il va adopter afin d’améliorer l’apprentissage rapide et précoce du français de manière à améliorer l’homogénéité des classes. Face à cette demande, la gauche ne remet pas explicitement en cause cette relation de cause à effet supposée, mais en appelle à la situation particulière de Genève, au fait qu’il s’agit d’une ville internationale, multiculturelle, qui a de multiples richesses liées à ces différentes cultures, mais aussi un certain nombre d’obligations qui découlent directement de cette volonté et de cette capacité d’accueil165.

Notes

72 Le Grand Conseil, dans l’organisation politique genevoise, représente le pouvoir législatif cantonal. Le Conseil d’État représente quant à lui le pouvoir exécutif cantonal. Le Département de l’instruction publique est l’un des différents départements du Conseil d’État, dirigé – tout comme les autres départements – par un conseiller d’État. Les députés sont les membres du Grand Conseil.

73 Pour plus de précision concernant cette périodisation, merci de vous reporter au point précédent « Deux périodes, deux contextes ».

74 Les années 2004-2005 n’étant pas encore mis sous forme d’ouvrage à la bibliothèque, nous sommes allés sur le site internet des Mémoriaux du Grand conseil genevois.

75 Cf. Matériel et méthode.

76 Cf. partie méthodologique.

77 Mémorial du Grand Conseil genevois du 17 octobre 1959 : Réponse du Conseil d’État à l’interpellation de M. Henzler : « Quelle suite le Conseil d’État entend-il donner aux propositions de la commission d’experts chargés de donner à tous les élèves doués la possibilité d’accès aux études ».

78 Rapport effectué par la « commission fédérale pour l’étude des problèmes de relève dans le domaine des sciences morales, des professions médicales et des maîtres d’école moyenne ».

79 Mémorial du Grand Conseil genevois du 13 septembre 1966 : Deuxième débat sur le projet de loi concernant l’instruction publique (démocratisation de l’enseignement) (N° 2386-C) cf. « Mémorial 1961 ».

80 Id.

81 Id.

82 Mémorial du Grand Conseil genevois du 23 juin 1977, Projet de loi : encouragement aux études, p. 3254.

83 Mémorial du Grand Conseil genevois du 9 novembre 1978, Questions de Mme Claire Luchetta (S) du 15 juin 1978, Scolarisation des enfants de forains, Réponse du Conseil d’État, n ° 2150.

84 Mémorial du Grand Conseil genevois du 9 mai 1980. Motion : enseignement. Rapport du Conseil d’État sur la motion de Marie-Thérèse Odermatt et Robert Wicky concernant l’école primaire. (M 4859 – B.). Motion de Marie-Thérèse Odermatt et Robert Wicky (parti du travail).

85 Mémorial du Grand Conseil genevois, séance du 28 mars 2003. Interpellation urgente écrite concernant l’étude OCDE – PISA, n ° 32, IUE 49.

86 Id. p. 1771.

87 Mémorial du Grand Conseil genevois, séance du 27 octobre 2000. Motion 1363. Proposition de motion de Mme et MM. Jean-Marc Odier, Thomas Buchi, Hervé Dessimoz, Daniel Ducommun, Jonhn Dupraz, Bernard Lescaze, Jean-Louis Mory, Walter Spinucci, Marie-Françoise de Tassigny, Pierre-Pascal Visceur, Roger Beer et Louis Serex (R) pour une étude de la qualité des écoles genevoises. (M 1363).

88 Proposition de motion présentée par les députés radicaux : MM. Gabriel Barrillier, Thomas Büchi, Pierre Kunz, Hugues Hitpold, Jean-Marc Odier, Pierre Froidevaux et Louis Serex, visant à recentrer l’école publique sur sa mission fondamentale, soit la transmission des connaissances, à maintenir les notes à l’école primaire et à instaurer un moratoire sur les expériences pédagogiques, celles en cours et celles envisagées par le Conseil d’État, date de dépôt : le 5 février 2002.

89 Rapport de la commission de l’enseignement et de l’éducation chargée d’étudier la proposition de motion de MM. Thomas Büchi, Pierre Froidevaux, Jean-Marc Odier, Louis Serex, Pierre Kunz, Hugues Hiltpold, Gabriel Barrillier visant à recentrer l’école publique sur sa mission fondamentale, soit la transmission des connaissances, à maintenir les notes à l’école primaire et à instaurer un moratoire sur les expériences pédagogiques, celles en cours et celles envisagées par le Conseil d’État (M 1442-A).

90 Id.

91 Id.

92 Mémorial du Grand Conseil genevois, séance du 29 août 2003. Rapport de la commission de l’enseignement et de l’éducation chargée d’étudier la proposition de motion visant à recentrer l’école publique sur sa mission fondamentale (M 1442 – A).

93 Mémorial du Grand Conseil genevois, séance du 1er décembre 2000, Motion 1237 sur le nombre de postes d’enseignement (titulaires, non-titulaires et maîtres spécialistes) en rapport avec l’augmentation du nombre d’élèves de l’enseignement primaire (Proposition de motion de Mmes Marie-Paule Blanchard-Queloz (Alliance de gauche) et Jeanine de Haller (Alliance de gauche).

94 Mémorial du Grand Conseil genevois, séance du 29 août 2003. N ° 64 – M 1442-A. Rapport de la commission de l’enseignement et de l’éducation chargée d’étudier la proposition de motion des radicaux MM. Thomas Büchi, Pierre Froidevaux, Jean-Marc Odier, Louis Serex, Pierre Kunz, Hugues Hiltpold, Gabriel Barillier visant à recentrer l’école publique sur sa mission fondamentale, soit la transmission des connaissances, à maintenir les notes à l’école primaire et à instaurer un moratoire sur les expériences pédagogiques, celles en cours et celles envisagées par le Conseil d’État.

95 Mémorial du Grand Conseil genevois, séance du 17 février 2005. IN 121-C. Rapport de la commission de l’enseignement et de l’éducation chargée d’étudier l’initiative populaire 121 « Pour le maintien des notes à l’école primaire ». Version Internet p. 1 sur 13.

96 Mémorial du Grand Conseil genevois, séance 24 du 17 février 2005. IN 121-C. Rapport de la commission de l’enseignement et de l’éducation chargée d’étudier l’initiative populaire 121 « Pour le maintien des notes à l’école primaire ».

97 Version Internet (p. 8 sur 13).

98 Id.

99 Depuis le 6 août 1977, un alinéa de la loi sur l’enseignement public fait référence à la démocratisation des études : L’enseignement public a pour but, dans le respect de la personnalité de chacun-e, de tendre à corriger les inégalités de chance de réussite scolaire des élèves dès les premiers degrés de l’école. Ainsi, l’école publique s’engage à lutter contre les inégalités de chance de réussite.

100 Id.

101 Mémorial du Grand Conseil genevois du 3 février 1962 : Interpellation de M. Ganter : « Classes spéciales d’adaptation à la langue française ».

102 Annexes au Mémorial : Projet de loi instituant au Collège de Genève un enseignement spécial destiné aux jeunes étrangers. 1898, p. 238-242. Nous pouvons lire que les politiques montraient une déférence particulière aux jeunes étrangers venant apprendre le français pendant une année au Collège de Genève. Cette « clientèle » était considérée comme un honneur, il fallait mettre en place des conditions particulières pour ces élèves.

103 Mémorial du Grand Conseil genevois du 3 février 1962 : Interpellation de M. Ganter : « Classes spéciales d’adaptation à la langue française », p. 329.

104 La référence à cette enquête n’est pas précisée dans ce Mémorial, cf. p. 329-330.

105 Mémorial du Grand Conseil genevois du 7 octobre 1966. Interpellation de M. Bouvier (libéral) : « Le corps enseignant primaire genevois en relation directe avec un consulat général étranger ; une procédure discutable au service d’une cause louable ».

106 Id.

107 Mémorial du Grand Conseil genevois du 30 janvier 1970. Budget : instruction publique.

108 Mémorial du Grand Conseil genevois du 17 avril 1980, I 1303. Interpellation : enfants d’immigrés. Réplique, à la suite de la réponse écrite du Conseil d’État à l’interpellation de Mme Marie-Laure Beck, députée PDC, du 13 septembre 1979 : Enfants d’immigrés : respect des cultures. (I 1303).

109 Interpellation de Marie Laure Beck (PDC) : Enfants d’immigrés : respect des cultures. (N ° I 1303).

110 Ce n’est cependant qu’en 1992 que la direction de l’enseignement primaire a diffusé pour la première fois dans les écoles où elles ont été introduites des informations générales sur les structures d’accueil.

111 Mémorial du 28 juin 2001. Rapport de la commission des droits politiques et du règlement du Grand Conseil chargée d’étudier les objets suivants : Projets de lois : intégration des étrangers : a) Projet de loi sur l’intégration ° (PL 8397 – A), b) Projet de loi sur l’intégration des étrangers. (PL 8431 – A).

112 Séance du 16 février 2001, Rapport de la commission de l’enseignement et de l’éducation chargée d’étudier le projet de loi de Mme et M. Élisabeth Reusse-Decrey et Christian Brunier (S) modifiant la loi sur l’instruction publique (C 1 10)) (PL 7818-A).

113 Mémorial du 28 juin 2001. Id.

114 Mémorial du Grand Conseil genevois du 13 septembre 1979. Interpellation : enfants d’immigrés. Interpellation de Marie-Laure Beck : Enfants d’immigrés : respect des cultures. (n° l 1303).

115 Cf. Mémorial du 14 décembre 2000. Projet de loi de Mmes et MM. David Hiler, Fabienne Bugnon, Dominique Hausser, Christine Sayegh, Michel Halpérin, Jacques Béné, John Dupraz, Roger Beer, Walter Spinucci, Marie-Françoise de Tassigny, Jeannine de Haller, Marie-Paule Blanchard-Queloz et Jean Spielmann sur l’intégration ° PL8397. Mémorial du 28 juin 2001, p. 8. Il ne s’agit pas ici d’élèves étrangers en particulier, à l’exception d’une audition de M. Christian Aguet, directeur du service des classes d’accueil et d’insertion du DIP (auditionné le 17 janvier 2001, in Mémorial du 28 juin 2001 p. 5952).

116 Mémorial du 14 décembre 2000. Projet de loi de Mmes et MM. David Hiler, Fabienne Bugnon, Dominique Hausser, Christine Sayegh, Michel Halpérin, Jacques Béné, John Dupraz, Roger Beer, Walter Spinucci, Marie-Françoise de Tassigny, Jeannine de Haller, Marie-Paule Blanchard-Queloz et Jean Spielmann sur l’intégration ° PL 8397.

117 Mémorial du 28 juin 2001.

118 Mémorial du 15 novembre 2002. Rapport de la Commission de l’enseignement et de l’éducation chargée d’étudier la proposition de motion (des socialistes) Mmes Alexandra Gobet Winiger, Mireille Gossauer-Zurcher pour une analyse cantonale de l’état des relations élèves enseignants dans l’école publique et l’élaboration de formules de soutien aux membres du corps enseignant, M 1192-A, déposé le 2 septembre 2002.

119 Cf. thématique : « Économie, société et rôle de l’école »

120 Sous la dir. du professeur Roger Girod (recherche effectuée par le centre de recherches de la faculté des sciences économiques et sociales de l’Université de Genève, par sa section de sociologie).

121 Mémorial du 20 octobre 1961. Section 4 : Instruction publique.

122 Id.

123 Id.

124 Mémorial du Grand Conseil genevois du 17 mai 1963. Réponse du Conseil d’État à M. Georges Sutter, n ° 458, p. 1397-1398.

125 Id.

126 Mémorial du Grand Conseil genevois du 22 décembre 1967. Interpellation de Mme Beck (PDC) : « L’organisation de classes de rattrapage au degré de l’enseignement primaire », p. 3316-3318.

127 Mémorial du Grand Conseil genevois du 18 septembre 1970. Projet de loi : encouragement aux études. Projet de loi modifiant, à titre provisoire pour l’année scolaire 1970-1971, diverses dispositions de la loi sur l’instruction publique (encouragement aux études). (n ° 3546), p. 1692.

128 Mémorial du Grand Conseil du 25 juin 1976. Interpellation : effectif des classes. Interpellation de Mme Hélène Braun (PDC) : Effectif des classes et classes de soutien, p. 2544 - 2546.

129 Dans le but avancé de pouvoir donner un enseignement toujours plus individualisé aux élèves et dans celui de pouvoir travailler en groupe afin de développer le sens de la communauté et de la solidarité (id., p. 2545).

130 Mémorial du Grand Conseil genevois du 20 janvier 1978. Motion : enseignement primaire. Motion de Mme Marie-Thérèse Odermatt et de M. Robert Wicky (Parti du Travail) concernant l’enseignement primaire. (n ° 4859).

131 Depuis le 6 août 1977, un alinéa de la loi sur l’enseignement public – souvent cité par la suite dans les Mémoriaux – fait référence à la démocratisation des études : L’enseignement public a pour but, dans le respect de la personnalité de chacune) de tendre à corriger les inégalités de chance de réussite scolaire des élèves dès les premiers degrés de l’école. Ainsi, l’école publique s’engage à lutter contre les inégalités de chance de réussite. Les notions de solidarité, de coopération, de respect d’autrui apparaissent dans un texte officiel.

132 Motion : enseignement primaire, Motion de Mme Marie-Thérèse Odermatt et de M. Robert Wicky (Parti du Travail) concernant l’enseignement primaire. (n ° 4859).

133 Mémorial du Grand Conseil du 15 décembre 1978. Motion : enseignement primaire. Rapport de la commission de l’enseignement chargée d’examiner la motion de Mme Marie-Thérèse Odermatt et de M. Robert Wicky (Parti du Travail) concernant l’enseignement primaire. (n ° 4859 – A).

134 Mémorial du Grand Conseil genevois du 20 janvier 1978. Motion : enseignement primaire. Motion de Mme Marie-Thérèse Odermatt et de M. Robert Wicky concernant l’enseignement primaire. (n ° 4859).

135 Bien que déjà présent, le facteur psychologique n’était pas aussi prégnant que dans ces années.

136 « Ces difficultés sont d’origines multiples, elles peuvent être aussi bien liées à ce que l’enfant a vécu au sein de sa famille qu’à des difficultés d’ordre psychologique ou d’ordre médical. » (Mémorial du 15 décembre 1978, p. 4783).

137 Mémorial du Grand Conseil genevois du 9 mai 1980. Motion : enseignement. Rapport du Conseil d’État sur la motion de Marie-Thérèse Odermatt et Robert Wicky (Parti du Travail) concernant l’école primaire. (M 4859 – B.).

138 Mémorial du Grand Conseil genevois du premier décembre 2000. Motion et pétition : postes d’enseignement à l’école primaire. Pétition (1234) Investir dans l’école primaire aujourd’hui c’est croire en la société de demain.

139 Mémorial du 27 octobre 2000. Motion : étude de la qualité des écoles genevoises. Proposition de motion pour une étude de la qualité des écoles genevoises. (M 1363).

140 Proposition de motion visant à recentrer l’école publique sur sa mission fondamentale, soit la transmission des connaissances, à maintenir les notes à l’école primaire et à instaurer un moratoire sur les expériences pédagogiques, celles en cours et celles envisagées par le Conseil d’État, date de dépôt : le 5 février 2002.

141 p. 1 de la proposition de motion.

142 Mémorial du Grand Conseil genevois, séance du 17 février 2005. IN 121-C. Rapport de la commission de l’enseignement et de l’éducation chargée d’étudier l’initiative populaire 121 « Pour le maintien des notes à l’école primaire ». Version internet.

143 Id

144 Mémorial du Grand Conseil genevois, séance du 26 janvier 2001, M 1378. Proposition de motion concernant les mesures de soutien scolaire et parascolaire pour les enfants et les adolescents à QI élevé ou « surdoués ».

145 Cf. Mémorial du Grand Conseil genevois, séance du 28 mars 2003. Interpellation urgente écrite concernant l’étude OCDE – PISA, N ° 32, IUE 49.

146 Id., p. 1771.

147 Mémorial du Grand Conseil genevois du 27 avril 1979. Interpellation de Mme Marie-Laure Beck (PDC) : Population des classes spéciales dans l’enseignement public. (I 1287).

148 Id., p. 1431-1432.

149 Mémorial du Grand Conseil genevois du 13 septembre 1979. Interpellation : enfants d’immigrés. Interpellation de Marie-Laure Beck : Enfants d’immigrés : respect des cultures.

150 Mémorial du Grand Conseil genevois du 26 octobre 2000. Interpellation urgente de Mme Jacqueline Cogne : Famille portugaise (enlèvement d’un enfant). (IU 925).

151 La députée cite un passage d’un article du « Temps » (sans référence).

152 Mémorial du Grand Conseil genevois du 26 octobre 2000. Interpellation urgente de M. John Dupraz : délinquance juvénile. (IU 924). Ici, il n’est pas directement question du milieu scolaire.

153 Mémorial du Grand Conseil genevois du 20 septembre 2001. Proposition de motion des PDC Mmes et MM. Nelly Guichard, Michel Parrat, Luc Barthassat, Stéphanie Ruegsegger, Pierre Marti, Catherine Passaplan, Hubert Dethurens, Pierre-Louis Portier, Claude Blanc, Etienne Membrez et Henri Duvillard au sujet de la violence en milieu scolaire. (M 1420).

154 Voir rapport de recherche « Dynamiques et significations de la violence dans l’univers scolaire des adolescents », effectué au plan romand.

155 Mémorial du Grand Conseil genevois du 15 novembre 2002. rapport de la commission de l’enseignement et de l’éducation chargée d’étudier la proposition de motion de Mmes Alexandra Gobet Winiger (S), Mireille Gossauer-Zurcher (S) pour une analyse cantonale de l’état des relations élèves-enseignants dans l’école publique et l’élaboration de formules de soutien aux membres du corps enseignant. (M1192 – A).

156 Rapport de la Commission de l’enseignement et de l’éducation chargée d’étudier la proposition de motion de Mmes Alexandra Gobet Winiger (S) et Mireille Gossauer-Zurcher (S) pour une analyse cantonale de l’état des relations élèves-enseignants dans l’école publique et l’élaboration de formules de soutien aux membres du corps enseignant. (M 1192-A). Rapport déposé le 2 septembre 2002.

157 Audition de MM. François Bertagna, Marco Polli et Henri Magnenat de l’UNION, corps enseignant secondaire genevois, 17 avril 2002.

158 Audition de Mme Olavine Rogg et M. Jean-Luc Oestreicher, représentants du GAPP.

159 Certaines écoles ont mis en place des médiateurs culturels du DIP et de la Croix-Rouge, ces derniers sont en liens avec les structures scolaires.

160 Mémorial du Grand Conseil genevois du 26 octobre 2000. Interpellation urgente de M. John Dupraz : Délinquance juvénile. (IU 924).

161 Mémorial du Grand Conseil genevois, séance du 17 février 2005. IN 121-C. Rapport de la commission de l’enseignement et de l’éducation chargée d’étudier l’initiative populaire 121 « Pour le maintien des notes à l’école primaire ». Version Internet p. 1 sur 13.

162 Notre analyse étant principalement qualitative, les rares références quantitatives de notre travail ont pour objectif d’illustrer une certaine tendance observée, sans pour autant prétendre à une complète exhaustivité.

163 Union démocratique du centre (droite populiste)

164 Mémorial du Grand Conseil genevois, séance du 28 mars 2003. Interpellation urgente écrite concernant l’étude OCDE – PISA, N° 32, IUE 49.

165 Mémorial du Grand Conseil genevois du 28 mars 2003, p. 1771.

© Éditions ies, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search