Version classiqueVersion mobile

L’École et l’élève d’origine étrangère

 | 
Geneviève Mottet
, 
Claudio Bolzman

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Terme emprunté à Lahire (1999, p. 24).
  • 2 Id., p. 23.

1Le point de départ de notre recherche était un questionnement par rapport à la manière dont la problématique scolaire semblait aujourd’hui, implicitement et de manière consensuelle, attribuée à l’origine « ethnique » de l’élève. L’objet de notre recherche s’est constitué autour de deux axes. Tout d’abord, alors que l’une d’entre nous exerçait la fonction d’enseignante, elle a été frappée par les propos de collègues au sujet d’élèves suscitant des inquiétudes (pour des questions d’apprentissage ou de comportement) ainsi que par les explications avancées pour ces problèmes, qui laissaient souvent apparaître un lien entre difficultés scolaires et origine « ethnique » de l’élève. Ensuite, il nous a semblé que l’idée d’un lien entre l’origine « ethnique » et diverses problématiques allant de l’échec scolaire à divers types de délit était fréquemment avancée dans les médias sans toutefois que la nature de ce lien soit explicitée. Ces explications culturalistes semblent évacuer les anciennes explications de l’échec et des problématiques sociales qui s’appuyaient sur des causalités liées à l’origine sociale. Ce changement de regard nous ayant interrogé, nous avons cherché à « déconstruire »1 cette image de l’« élève-problème » d’origine étrangère, et à faire un travail de « désévidenciation »2 en effectuant une recherche à ce sujet. Aussi, dans l’idée qu’il existe différentes manières de « percevoir le monde » et que ces manières peuvent changer en fonction des périodes, notre travail entend montrer la transformation du regard qui s’est effectuée entre les années soixante et aujourd’hui par rapport aux types d’élèves considérés comme problématiques dont il s’agit de se préoccuper et pour lesquels il convient de trouver des solutions.

2Les valeurs d’intégration et de reconnaissance de l’Autre étant fortement ancrées dans le milieu pédagogique, elles doivent donc co-exister avec certains présupposés. Analyser une question liée aux valeurs, aux bonnes pensées et au « bien faire », une question chargée de sentiments spontanés très forts, pourrait déranger. Il ne s’agit en aucun cas de mettre en doute la bonne volonté des militants, des pédagogues, des différents acteurs du champ pédagogique qui travaillent avec les élèves d’origine étrangère ou qui réfléchissent à leur intégration, mais de questionner les structures dans lesquelles ils évoluent qui influencent et conditionnent leur rapport à l’objet, ici à l’élève d’origine étrangère. La compréhension et la mise en avant de la construction de cette nouvelle problématique devrait donc permettre de distancier notre regard (de praticiens, de chercheurs, de politiciens, etc.) sur certaines habitudes de pensée et de catégorisation que tout un chacun peut avoir intériorisées. Il devrait donc permettre de soulever des questions, peut-être nous amener à tendre vers une remise en question de nos dires et de nos faires en milieu scolaire.

3Cette recherche a été effectuée par Geneviève Mottet, sous la direction de Claudio Bolzman et Christiane Perregaux, du 1er juin 2005 au 31 mai 2006. Claudio Bolzman a apporté en outre sa contribution à la production de ce manuscrit. Notre investigation nous a petit à petit amené à ouvrir de « nouvelles portes », apportant chacune un éclairage enrichissant à notre analyse. Nous sommes convaincus que ce travail mériterait largement d’être approfondi lors d’une analyse ultérieure, sachant notamment que la recherche ne s’est effectuée que sur 12 mois, soit un temps excessivement court pour épuiser le sujet.

Notes

1 Terme emprunté à Lahire (1999, p. 24).

2 Id., p. 23.

© Éditions ies, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search