Version classiqueVersion mobile

Au risque de la prévention

 | 
Brigitte Vittori

Deuxième partie. Des professionnels réflexifs, une posture fondée sur la participation

Réflexions sur la posture des professionnels dans l’Action éducative en milieu ouvert (AEMO)

Cosette Quinche Ingold

Texte intégral

  • 1 Études menées par le Service de la recherche en éducation (SRED) et, en 2004, par la Commission ex (...)
  • 2 C’est-à-dire : appuis éducatifs, assistances éducatives ordonnées par le Tribunal de protection de (...)

1Le 20 novembre 2008, lors des premières Assises de l’éducation à Genève, les rapports d’études relatifs au dispositif socio-éducatif1 désignent des besoins pressants de prestations d’aide, dans le champ de la protection de l’enfance et déplorent – entre autres lacunes du dispositif – un vide de prestation éducative spécifique, qui se situerait entre le suivi par le Service de protection des mineur-e-s (SPMi)2 et le placement du mineur en foyer d’éducation. Le SPMi s’inquiète de la conséquente augmentation du volume des situations familiales vulnérables et parallèlement se confronte à une saturation des lieux de placement genevois ou romands. Ce contexte conduisait certains enfants à demeurer dans leur famille, épaulés par le seul appui à distance que pouvaient fournir les assistants sociaux du Service de protection, alors que leur développement physique et/ou psychique pouvait y être compromis, ou à être placés un peu rapidement.

  • 3 Depuis 2014, l’ACASE se nomme Association genevoise d’actions préventives et d’éducation (AGAPE).
  • 4 Directive référencée dans la loi sur l’Office de la jeunesse J 6 05.

2Le 18 mars 2009, l’Office de la jeunesse (OJ) engage l’expérimentation de cette nouvelle prestation sociale de soutien de proximité aux parents, en collaboration avec l’Association genevoise des organismes d’éducation et de réinsertion (AGOER) et en partenariat avec la Fondation pour la jeunesse (FOJ) et l’Association catholique d’action sociale et éducative (ACASE).3 L’appui éducatif avec mandat reste l’apanage des assistants sociaux (SPMi).4

  • 5 Recommandations COE Rec (2006) 19 du Comité des ministres aux États membres relatives aux politiqu (...)

3En 2010, l’OJ sollicite l’étude de l’expérimentation de l’AEMO après une année de fonctionnement (Paulus & Gaberel, 2011). Le rapport conclut en faveur de la poursuite de l’AEMO, qui rejoint les prestations socio-éducatives, au sens des constitutions cantonale et fédérale, « encouragées par le Conseil de l’Europe dans ses recommandations sur la parentalité positive » (op. cit. : 4-5).5 L’AEMO, reconnue d’utilité publique, poursuit et développe dès lors son activité.

4Actuellement, la FOJ et l’AGAPE continuent d’en assurer la codirection. L’expérience AEMO, qui avait débuté fin 2008 avec 2 éducateurs détachés des foyers FOJ, emploie aujourd’hui 14 éducateurs. Le volume des prestations a rapidement augmenté et permis de mettre fin à certains placements, tout en répondant de manière souple et préventive à des besoins mieux identifiés.

Un nouveau dispositif et ses missions : l’assurance d’un changement de paradigme d’intervention

  • 6 Communiqué DIP 18.03.2009. Récupéré de www.ge.ch/dip/GestionContenu/detail.asp?mod=communique.html (...)

5Dans un communiqué de presse et en réponse aux diverses préoccupations du secteur de la protection de l’enfance, le Département de l’instruction publique, de la culture et du sport (DIP, 18. 03. 2009) informe la population de la création de l’AEMO : « Le DIP met sur pied un nouveau dispositif favorable aux familles et aux jeunes ».6

  • 7 Cette prestation était nouvelle à Genève, mais existait depuis plusieurs années dans d’autres cant (...)

6Je souligne le mot « nouveau » parce qu’il ne doit pas être confondu avec « supplémentaire » (un service de plus) ni compris en tant que « complémentaire » (suppléant aux prestations du SPMi). Il faut lire nouveau dans le sens d’innovant, d’extraordinaire. En effet, il a fallu une évolution de trente ans, à Genève,7 pour aboutir à ce retournement de la conception de l’aide à l’enfance (et de l’aide à la famille). Arrivée ici de cette présentation, je tiens à préciser que les propos et l’analyse qui y sont développés n’émanent pas du service d’AEMO lui-même ; ils représentent mon témoignage professionnel d’une activité auprès des enfants et des jeunes qui m’a passionnée tout au long de ma carrière professionnelle.

7Depuis peu à la retraite, des souvenirs resurgissent en moi :

Le cas d’Alain
Il y a trente ans jour pour jour, jeune éducatrice en foyer éducatif, j’étais responsable du groupe des dix enfants de 2 à 6 ans. Ce matin-là, j’arrange le lit d’Alain (5 ans ½), je tapote l’oreiller. Étrangement humide… Sitôt je me souviens que la veille, alors que je me penchais pour lui souhaiter une bonne nuit, l’enfant s’était retourné contre le mur et recouvert jusqu’au dernier cheveu. J’en devinai bien la raison. Depuis plus de 8 mois, il n’avait pas revu sa mère, ni ne l’avait entendue. L’assistante sociale et la direction de l’institution s’y opposaient, parce que cette mère n’était pas fiable (foraine). La coutume institutionnelle préconisait une séparation de tous les enfants d’avec leur famille d’au moins trois mois suite à leur admission afin qu’ils s’adaptent au foyer. Les appels téléphoniques directs interdits, l’éducateur servait d’intermédiaire.
Or, hier au soir, la maman d’Alain avait désiré parler avec son garçon. La secrétaire m’avait transmis l’appel, en répétant la consigne d’interdiction. De suite, l’enfant avait reconnu la sonnerie… Je répondais aux questions de Madame, Alain s’accrochait à mon vêtement pour atteindre le combiné. Il suppliait : « Je veux entendre maman ! » J’avais obéi aux consignes. L’enfant avait pleuré. Beaucoup.
J’ai eu « désobéi » quelquefois ; or, il fallait être Malabar pour parvenir à arracher le combiné des mains de l’enfant conversant avec sa maman. Il n’était pas indiqué pour la cohérence éducative, pour mon autorité, de dire à l’enfant que je désobéissais pour lui, qu’il devait en garder le secret. Absolument pas. Il n’était pas non plus bon de lui dire qu’il n’avait pas le droit…

8Il s’agissait là de substitution parentale institutionnelle, cruelle à mon sens, néanmoins courante dans les années 1980, à part quelques exceptions. « Pour le Bien de l’enfant », il fallait justement le protéger de l’influence néfaste de ses parents, qui avaient failli dans leurs fonctions parentales. De ma perception de l’inadéquation de ce modèle est issu mon mémoire de fin d’études en travail social (Quinche, 1981).

9Aujourd’hui, une telle politique éducative n’est plus concevable. Les intentions déclarées dans l’annonce officielle du nouveau dispositif, favorables aux familles, montrent qu’il s’est produit un renversement, une révolution dans le paradigme d’intervention de la protection de l’enfant. Cette évolution marque même la fin, je cite :

…des familles stigmatisées comme étant incapables de veiller au bon développement de leur enfant. Au contraire, il est question d’entendre, […] de développer les facultés existantes, de faire en sorte que chacun-e se perçoive comme compétent-e pour offrir à son enfant un cadre épanouissant. Il convient donc de chercher la convergence des compétences entre les familles, les autorités et les intervenants.

10Le communiqué précise l’engagement de chacun :

Sous la supervision d’un comité de pilotage, présidé par la direction générale de l’Office de la Jeunesse, associant tous les partenaires concernés – SPMi, SAI, AGOER, les requêtes seront examinées, validées et suivies régulièrement.
[…] Les prestations s’inscrivent entre le jeune, sa famille, le SPMi et l’équipe éducative AEMO. Elles visent à préserver, voire restaurer les relations entre parents et enfants, elles entendent réhabiliter l’autorité parentale et l’exercice des responsabilités (DIP, 18. 03. 2009).

Des missions aujourd’hui centrées sur le maintien de l’enfant dans sa famille

11Les principes du nouveau dispositif DIP, attestent de la transformation du regard porté sur les parents : leur rôle et leur présence sont reconnus comme indispensables au développement, à l’épanouissement, à l’équilibre affectif de leur enfant. Ce n’était pas le cas il y a trente ans.

12Aujourd’hui, grâce aux conventions et directives du DIP, Alain rencontrerait sa maman régulièrement (voire, ne serait pas placé), puisqu’il est recommandé de :

Oser des cadres et des repères sociaux, sur lesquels l’enfant s’appuiera pour se construire
Favoriser le maintien à domicile d’un mineur. L’AEMO est une prestation qui tend à éviter le placement d’un mineur
Valoriser et améliorer les relations familiales
Prévenir tout danger que les conditions de vie de la famille pourraient faire peser sur la santé physique et psychique du mineur ainsi que sur sa sécurité

13et :

Les solutions mises en œuvre seront souples et variées, adaptées à chaque situation et réalisées essentiellement au domicile de la famille (ibid.).

14Si le regard porté sur les père et mère s’est transformé, le regard porté sur l’enfant l’est également. Ce dernier est désormais invité à devenir acteur de changement au sein de sa famille. D’où la posture et le rôle de l’éducateur sont maintenant engagés différemment. En outre, il a perdu sa fonction de parent substitutif, tel qu’il fut à l’époque de mon expérience avec Alain.

15Sensibles aux besoins de l’enfant, diverses mutations sociales, les développements de la Convention européenne des droits de l’enfant (eu égard à sa famille), ont favorisé cette heureuse (r)évolution.

Comment les familles sont-elles orientées vers l’AEMO ?

L’étape du signalement

16Les dossiers de suivis familiaux ouverts et traités par le SPMi sont soit constitués suite à une sollicitation spontanée des parents, qui s’adressent alors à l’Accueil de première intervention du SPMi (API), soit à la suite de signalements émis par les secteurs publics – (scolaires, y compris les Service santé et jeunesse [SSJ], l’Unité mobile d’urgences sociales [UMUS], la police, les Hôpitaux Universitaires de Genève [HUG], le TPAE et le Tribunal des mineurs [TM]) ou l’entourage direct de la famille (parenté, voisins) ou encore par des citoyens lambda, interpellés dans leur devoir d’assistance à la personne en danger.

17Qu’importe leur provenance, tous les signalements sont acheminés au SPMi, qui apprécie rigoureusement la vraisemblance de chacun d’eux, même de ceux restés anonymes. Les signalements évoquent le témoignage, les inquiétudes, les suspicions à propos de disfonctionnements familiaux, par la description de faits avérés ou supposés de mauvais traitements subis par l’enfant ou auxquels il risque d’être confronté dans son milieu.

L’étape de l’évaluation de la situation

  • 8 Référentiel élaboré par Catherine Briod de Moncuit (avec les professionnels du SPMI) (2012 : 3). L (...)

18A réception du signalement, l’assistant-e social-e (AS) convie les parents concernés à un entretien au SPMi, par ailleurs, il recueille des informations complémentaires si nécessaire, afin d’appréhender au mieux la situation de l’enfant désigné. Ensuite, lorsque l’alerte aux services de protection des mineurs s’avère fondée, pertinente, l’AS procède à l’examen du contexte familial selon un référentiel adopté par le SPMi,8 qui comprend l’évaluation des risques encourus par l’enfant dans sa famille, comparés aux compétences éducatives des parents et à leur degré de discernement quant aux besoins de leur(s) enfant(s).

19L’évaluation de l’exposition de l’enfant au risque de maltraitance se base sur sept critères :

  1. Danger physique ;
  2. Négligence matérielle ;
  3. Danger sexuel ;
  4. Danger psychologique ;
  5. Développement de l’enfant ;
  6. Collaboration des parents ;
  7. Implication de l’intervenant.

20Chacun de ces sept critères comporte trois niveaux qui distinguent les degrés de dangerosité :

  1. Absence de dangerosité ;
  2. Risques (négligences parentales) ;
  3. Maltraitance (danger pour l’enfant).

21Tous les mandats de soutien à la parentalité confiés à l’AEMO proviennent sans exception du SPMi. La majorité des familles orientées par le SPMi vers une prestation AEMO seront celles dont l’évaluation sociale, à l’heure de l’examen, aura décelé une carence parentale de niveau II (risques de négligences), à propos de l’un ou plusieurs des 7 critères cités ci-dessus. Ce niveau réclame une densité de soutien à la parentalité incompatible avec les disponibilités usuelles de l’assistant social, surtout sur une durée de douze à dix-huit mois (en cas de danger immédiat pour cause de maltraitance avérée, l’enfant sera plutôt placé en foyer).

22L’élément remarquable est que l’évaluation du SPMi, considérée « à l’heure de l’examen », n’est déclarée que provisoirement vraie et envisage l’inadéquation éducative des parents comme provisoire. La compétence, comme le note Sellenet (2009 : 7) : … n’existe que dans le regard de l’autre, que dans la reconnaissance, la validation par un tiers, si bien que lorsque le regard et/ou la norme sociale et éducative changent, la définition de compétence peut changer aussi.

Dessine-moi le portrait des « familles AEMO »…

23Selon l’étude réalisée en 2011 par l’EESP (Paulus & Gaberel, 2011 : 17), les demandes transmises à l’AEMO par le SPMi révèlent que les familles étudiées se répartissent comme suit :

  • 64 % des familles sont monoparentales (autorité parentale majoritairement maternelle).
  • 10 % de familles biparentales seulement, 24 % recomposées et 2 % de substitution (famille d’accueil / parenté).
  • 33,3 % d’entre elles sont composées de fratries nombreuses de 4 ou 5 enfants, contre seulement 2,6 % dans l’ensemble des familles genevoises. On note également une surreprésentation des garçons (environ 60 %).

24Nos statistiques internes de 2012-2013 ne présentent pas de grandes différences, sauf la baisse de l’âge moyen des enfants concernés dès 2013.

25A raison, les auteurs du rapport sur l’implémentation du dispositif (Paulus & Gaberel, 2011) sont interpellés par l’envergure des précarités qui affecte l’existence des familles, représentant environ 60-70 % des demandes d’intervention AEMO. « L’insertion économique de ces familles reste fragile, alors que l’état de santé des parents comme des enfants est déficient. […] Majoritairement désaffiliées, dans le contexte […] du passage de l’État-providence à l’État social actif, […] elles paraissent écrasées et incapables de rebondir dans l’adversité qui les touche » (op. cit. : 4). Les auteurs relèvent (op. cit. : 56) l’existence de « précarités de ressources » concernant les « modes d’emploi » pour faire face, d’une part aux précarités sociales et socio-économiques, et d’autre part aux normes et contraintes sociales en vigueur dans la société. Ils s’étonnent également de voir combien ces familles « cumulent l’impact de différents traumas de parcours de vie (pertes successives d’emploi, accès à l’emploi précaire, divorces, recompositions familiales complexes, addictions, migrations, précarités économiques et sociales diverses qui aggravent encore les dysfonctionnements familiaux » (op. cit. : 17). À cette liste déjà importante, les statistiques empiriques recueillies depuis lors par le service d’AEMO ajoutent deux traumas refoulés : les violences conjugales et les deuils non élaborés…

26Pourtant, dans ce contexte existentiel incertain, douloureux, avec peu de ressources, ce sera à ces pauvres, écrivent Paugam et Duvoux, que l’on impose « d’avoir réfléchi sur leur avenir et envisagé une série de solutions pour se prendre en charge eux-mêmes » (2010 : 72), ainsi que le programme politique de l’État social actuel, dit « État social d’activation », le prévoit ! Afin d’illustrer mon propos sur plusieurs des points relatés jusqu’ici, je vous présente une situation symptomatique.

L’histoire de Gretel F., 6 ans, et de sa famille

27Une institutrice avait adressé un signalement au SPMi parce que la tenue vestimentaire de son élève Gretel était inadéquate et sale et qu’elle manquait parfois l’école. La négligence parentale était suspectée.

  • 9 L’assistant social doit vérifier la vraisemblance de chaque signalement sans exception. Au terme d (...)

28Dès réception du signalement au SPMi,9 l’assistant social convie les parents de l’enfant. Ils sont informés des investigations engagées par le service à leur sujet, tout en étant sollicités à donner leur version des faits. Il s’agit aussi de mesurer le degré de conscience qu’ont les membres de la famille de leurs difficultés, de leurs lacunes, de leurs responsabilités réciproques, de leurs motivations à progresser.

  • 10 Dans l’ordre progressif des dispositions possibles : Aucun suivi ; Appui éducatif SPMI ; Intervent (...)

29Enfin, les parents ont été informés des conclusions de l’« enquête » et des dispositions du SPMi.10

30A ce propos, notons la pratique transparente du SPMi genevois à l’égard des familles « signalées », qui n’est pas généralisée. Sellenet relève qu’en France : « Les parents suivis en protection de l’enfance se plaignent souvent de ne pas avoir accès aux évaluations, de ne pas être informés des phases de l’intervention, des changements de comportement attendus » (2009 : 37).

  • 11 Plate-forme qui se réunit au SPMI, composée de deux chefs de groupe SPMI, de l’un ou l’autre des d (...)

31L’évaluation sociale présentée par l’assistant social à la plate-forme AEMO11 aboutit à l’indication d’un soutien AEMO en faveur de la famille F.

32Une copie de la décision accompagnée d’une anamnèse sociale succincte parvient à l’AEMO. J’avise l’assistant social de ma disponibilité. Une rencontre dite « bipartite » est agendée, qui réunit l’AS, les parents, et l’éducateur/trice AEMO. À cette occasion, un contrat définit la collaboration du SPMi et des parents qui, par leur signature, s’engagent à progresser sur certains paramètres de la parentalité, avec le soutien de l’AEMO durant 12-18 mois.

  • 12 Hugo l’aîné, 8 ans ; Gretel, 6 ans ; Thinie, 4 ans et Léon le cadet, 2 ans.

33Lors de cette rencontre, après les présentations, l’assistant social expose à mon intention la situation de la famille F. : parents de quatre enfants,12 le père et la mère s’étaient récemment séparés. Madame est soutenue financièrement par l’Hospice Général, Monsieur bénéficie de mesures du chômage. L’AS précise s’être entretenue avec le couple à propos du signalement de l’institutrice de Gretel : l’enfant s’est présentée en classe vêtue de la même jupe durant deux semaines. De jour en jour plus tachée, Gretel a déclaré à son enseignante que les habits des quatre enfants étaient rangés dans de grands cartons. Gretel manquait souvent la classe. La négligence maternelle suspectée pouvait peut-être s’étendre à ses frères et sœurs. Mme F. interrompt timidement l’exposé :

– Je vous ai expliqué ce qui s’était passé avec cette jupe, Gretel n’aime que celle-là et…
–… J’ai bien entendu, mais voilà, il s’agit bien là d’un défaut d’autorité ! Il vous est impossible de poser des limites aux enfants, aussi sur les aspects de la vie quotidienne (repas, couchers). Aussi avons-nous privilégié un soutien à la parentalité, sur trois objectifs qui forment le cahier des charges de l’intervention AEMO : 1) inciter à la prise de conscience des besoins des enfants, y satisfaire par l’éducation ; 2) aider la maman à mettre des limites à ses enfants (autorité) et scolarité (loi) ; 3) meilleure collaboration avec le réseau social (respect). L’éducatrice viendra chez vous à raison de 6 heures par semaine durant un an. Nous ferons un bilan d’ici 3 mois. On est bien d’accord ?
– Ben… À moitié, dit la maman.
– Vraiment ? ! Vous voulez que je vous relise les propos du réseau qui m’alerte sans cesse ? De l’école ? Il y a deux ans, votre mère vous a accueillis dans son grand appartement, n’y a-t-il pas d’armoires ? Si jamais, on peut voir avec le Centre d’aide sociale et de santé (CASS).
– Non… oui, il y a de la place, mais…, bredouille Madame.
– Moi, dit le père souriant, là où j’ai été élevé, cela ne me gêne pas.
– Bon, écoutez, j’ai évalué mi-nu-tieu-se-ment votre situation et vos difficultés. Votre forme d’éducation néglige les besoins légitimes des enfants, tels que besoins de cadre, de sécurité, d’insertion avec les autres enfants,…
– Mais c’est quand même beaucoup, six heures par semaine, durant un an…, s’aventure Madame. Je ne suis pas une si mauvaise mère « qu’ils disent » ! Donnez-moi encore une chance de vous prouver que je peux faire seule les changements que vous voulez… Sans l’AEMO…
– Décidément Madame, dire : « les changements-que-vous-voulez » traduit que vous ne comprenez pas qu’ils doivent provenir de votre propre volonté parce que consciente de leur bien-fondé ! Maintenant, signez ici… Si, dans 3 mois, l’éducatrice me dit que tout est en ordre, alors on révisera ce contrat. L’éducatrice signe aussi notre contrat bipartite pour s’engager à vous soutenir.
– Finalement, on n’a pas le choix ? ironise Monsieur.
– Si-si, bien sûr, vous avez le choix entre accepter l’AEMO et le changement, ou vous refusez cette solution, alors ma mission de protection me contraindra à placer vos enfants en internat d’éducation. En bref, vous choisissez entre l’AEMO ou le placement des quatre enfants. On en a déjà discuté la semaine dernière, non ?

34Cette fermeté a priori abusive de l’assistant social est une forme de stratégie pour aider les parents à réaliser l’importance des attentes sociales quant à leurs responsabilités. Attentes auxquelles l’AS est également soumis. Par leurs signatures, pères et/ou mères s’engagent à être acteurs de changements, auteurs et créateurs de projets pour eux-mêmes et leur famille. Ils sont amenés à répondre ainsi à de nouvelles normes de protection de l’enfance (par exemple, la prise en compte du risque de négligence ou le danger psychologique), en collaboration avec le SPMi et l’AEMO. C’est là une modalité prenant place dans les paradigmes de soutien et d’intervention de l’État social actif (contractuel).

35Le contrat est signé par les trois parties et la séance est levée. C’est l’exemple type d’une aide contrainte.

Première visite à domicile, premiers dilemmes

36Dès l’instant où la sonnette tinte, la porte s’ouvre sur quatre enfants empressés, qui m’accueillent avec un enthousiasme débordant. La maman est gênée. Ils me montrent leurs jouets en tournoyant, je suis envahie.

37L’aîné souhaite une confirmation quant à l’objet de ma visite : « Madame, tu viens pour notre éducation ? » La question est presque embarrassante, finalement, je réponds par l’affirmative et Mme F. réexplique à sa tribu les raisons de ma présence : sa fatigue, sa désorientation face aux exigences du métier de maman.

38La fête à l’éducatrice continue. Tout à coup, Gretel quitte le salon, elle veut un flan. C’est la ruée collective sur la porte du frigidaire, qui est hissé sur un meuble… J’imagine aussitôt que sous la pression de ces huit mains, l’armoire frigorifique basculera en avant. Sur eux. Rien de cela ne se passe, ils reviennent de la cuisine et dégustent leur flan sur le divan. La maman n’a pas réagi. MA conception à moi, et en tant que professionnelle, préfère que l’enfant demande, ne se serve pas lui-même et surtout, qu’il ne mange pas sur le divan. Mais c’est là MA conception ; pourrais-je l’exprimer à la maman devant les enfants – ou le contraire – en m’adressant directement aux enfants : « Mes chéris, je suis là depuis une heure et désormais, c’est moi qui commande ! De suite, vous remettez ces desserts au frigidaire, etc. » Non, ce n’est pas possible.

39Parbleu ! Mon mandat est de rétablir l’autorité de Mme F. Or, Madame s’est effacée. Obligée de me recevoir, marque-t-elle son opposition par le silence ? Ou abdique-elle déjà ?

40Je me trouve au domicile de Mme F., sur le territoire de la famille, « chez eux », à l’intérieur de leurs habitudes, de leurs hiérarchies. Si je réagissais à l’opposé de l’accord tacite de la mère à propos de ces desserts, en seulement trois mots, je saperais sa fragile autorité au lieu de la renforcer. Aux oreilles des enfants, il adviendrait en concomitance deux versions éducatives opposées, qui créeraient des conflits de loyauté…

41Cependant, annoncé aux enfants, mon rôle de soutien à la parentalité doit être assumé. Peut-être cherchaient-ils à expérimenter comment « la dame » s’y prenait avec eux ? Aussi, je propose de partager mon horaire entre la famille dans son entier et la maman seule, afin que nous nous accordions en retrait des enfants. Au moment où je prends congé d’eux, Gretel me désigne un gros carton dans l’entrée : « C’est mon armoire », dit-elle. Trois autres cartons y sont accolés. À ma droite, il y a pourtant une longue rangée de vraies armoires murales. Madame ne souffle mot, son regard est inquiet.

Deuxième visite ou « Quand l’État me prête mes enfants »

42Trois jours plus tard, je rencontrai la maman, pendant la sieste du petit Léon. Nous parlons de la teneur des objectifs retenus par le SPMi, du sentiment de Madame par rapport à l’indication AEMO, de ses intentions quant à notre coopération éducative. Il s’agit d’établir un contrat entre nous deux, car si Madame maintenait son opposition, mon action n’aurait aucun effet et, par conséquent, ses enfants seraient peut-être placés. Nous revisitons l’épisode du frigidaire en accès libre par les enfants et le fait de manger sur le divan. Madame murmure qu’elle n’interdisait pas ces pratiques. Nos points de vue sont échangés, triés, d’autres stratégies sont choisies, à l’essai. Au terme de notre échange, elle dit la voix pleine de larmes :

  • 13 IMAD : Institution genevoise de maintien à domicile.

– Personnellement, je n’ai rien contre vous, je suis sûre que l’on s’entendra bien… mais… cette « indication AEMO » me terrorise. Quand mes enfants sont nés, je craquais de fierté d’avoir accompli de véritables miracles, je me sentais la plus « compétente » au monde ! Maintenant, tout le monde me poursuit, me reproche de mal faire : le SPMi, le CASS, IMAD13, l’école. À leurs yeux, je suis la plus nulle des mères… En fait, j’ai l’impression que mes enfants sont la propriété de l’État, que l’État me prête mes enfants à condition que je m’améliore, sinon, il me les prendra… il me délègue provisoirement mes enfants… le temps de l’AEMO, le temps de m’améliorer.
Mais, suis-je capable de changer ? Mon sommeil est rongé de doutes, de peurs… Je ne comprends pas ce que l’on me demande, car j’aime mes enfants de tout mon cœur, de toute mon âme !

Troisième visite : des enfants exposés aux risques de négligence ?

43Lors de la troisième visite, les enfants m’accueillent à pleins poumons. Hugo m’apprend que les enfants n’ont plus le droit d’ouvrir le frigidaire sans que maman soit présente ; en plus, la nourriture est interdite au salon. Gretel trouve que c’est embêtant, parce que la table de la cuisine est toujours très encombrée. « C’est de l’éducation, ce dont on parle ? » demande Hugo, puis il raconte qu’à l’école il doit rapporter à la maîtresse s’il est chicané par un grand. Mais Hugo refuse de « baver ». Il ne comprend pas cette éducation-là… Sa mère et moi lui expliquons le mot « éducation civique », Gretel pense que c’est bien trop compliqué ! Quand quelqu’un l’embête, elle pince très fort la méchante, qui ne revient plus… La maman participe, elle a perdu son regard inquiet. Néanmoins, ses peurs nocturnes l’ont fatiguée. Elle dit avoir peine à suivre le rythme des lessives, le linge sale envahit la salle de bain. Hugo et ses sœurs me présentent les dinosaures de L’âge de glace.

44Sur le chemin de partance, je m’interroge : à quels risques sont exposés ces quatre enfants ? Où se niche la négligence maternelle, quelle incidence a-t-elle sur les enfants ?

45C’est vrai, l’autorité maternelle de Mme F. laisse à désirer. Elle ne parvient pas à coucher ses enfants avant 22 heures. C’est tard. Gretel s’habille toujours de façon, disons… pittoresque. Les gosses jouent et ne rangent jamais leurs jouets disséminés. Les armoires de cartons n’ont pas bougé. D’ailleurs, la professionnelle de l’IMAD avait rapporté au SPMi son dépit de s’être vue remerciée par Mme F. pour avoir interrogé ce mode de rangement singulier…

Quatrième visite : les cartons et les armoires en deuil

46Cette quatrième visite sera l’occasion de passer à l’abordage des thèmes névralgiques : l’autorité et les armoires. A la question de ce qui provoquait ses difficultés à établir son autorité maternelle, Mme F. me parle d’abord de son aversion quant à l’idée de brimer ses enfants, encore peinés par le départ de leur père.

– L’autre ennui à propos d’autorité, ajoute-t-elle, provient peut-être de mon refus de reproduire le comportement de ma mère envers moi. Elle me trouvait obèse, moche, sans avenir, alors elle a pris ma vie pour son service. Je devais tout faire, lui préparer le thé, comme une soubrette.
– Ainsi, pour ne pas vous comporter comme elle, de « soubrette à maman », vous passez à « servante de vos gosses » ?
– Je redoutais tant de perdre son affection… Je l’admirais. Elle se racontait des films, se prenait pour une comtesse… Et puis, il y a un an et demi, je l’avais contredite pour la première fois. Elle est sortie fâchée contre moi et une voiture l’a fauchée, le chauffard a fui. Elle a succombé peu de jours après. J’avais déjà trois enfants. Léon était à peine né. Je n’ai pu la visiter qu’une fois, les infirmières m’ont dit qu’elle me réclamait. Si je ne l’avais pas mise en colère, elle serait restée ici… Ça me rongeait… C’est pour cela, je gardais Gretel auprès de moi, un peu souvent, au lieu de l’envoyer à l’école.

47Parallèlement à l’échange qui s’ensuivit, je me souvins que l’appartement actuel de la famille était à l’époque celui de la mère de Madame :

–… Les armoires contiennent-elles toutes les affaires de votre maman ?
– Bien sûr… Je ne peux me résoudre à les enlever, ce serait tuer maman une seconde fois. Elle se fâcherait si j’osais y toucher.

48Mes moindres propositions d’aide avaient été rejetées avec une fermeté surprenante de la part de Madame !

49Sur le chemin du retour, je réfléchissais à « ce dossier » qui avait débuté à cause d’une petite jupe tachée et de quelques absences scolaires signalant le « risque de négligence parentale ». Et si Gretel avait mis et remis cette jupe jusqu’à ce que la prescience de son institutrice soit intriguée, afin de l’alerter que SA maman était en souffrance, en danger ? À ma première visite déjà, Gretel avait attiré mon attention sur ces étranges cartons.

50L’appartement avait vu grandir Mme F. auprès de sa « comtessemère ». Cet antre empreint de tant de mémoires sombres me paraissait décidément néfaste pour l’évolution de la famille. Mais il était illusoire d’espérer trouver un autre appartement. Grâce à l’un des objectifs de mon mandat qui était de restaurer les relations de Mme F. avec le réseau, j’ai saisi l’occasion de concerter les travailleuses sociales du CASS, de l’IMAD. Nous avons imaginé une alternative à un hypothétique déménagement : la rénovation du lieu. Nous avons monté le projet avec la participation de Mme F. La régie sollicitée fut favorable.

51Durant les travaux, Mme F. semblait avoir développé mille ailes qui géraient de pair les tâches ménagères, les rythmes scolaires. Elle avait découvert l’autorité pour éviter tout incident avec les bidons de peinture. Elle savait offrir des distractions à ses enfants alors que la télévision restait emballée de plastique. Mme F. s’est ainsi réconciliée avec le réseau d’aide sociale.

52Après avoir confié à ses enfants son chagrin à l’idée de débarrasser les affaires de sa mère décédée suite à l’accident, Mme F. libéra les armoires en acceptant l’aide de tous. Un autre lieu aux couleurs de son choix avait pris la place de l’ancien appartement, une nouvelle vie pouvait s’y épanouir. Les enfants rejoignaient leurs nouvelles chambres à 20 heures, y dormaient sans chicaneries.

53Au terme du premier trimestre d’intervention AEMO, les objectifs furent modifiés régulièrement, en accord entre l’AS et la maman. Une relation de confiance réciproque s’était établie.

54Trois ans après la fin de ma prestation AEMO, j’ai reçu des nouvelles de Mme F. ; elle m’informait de l’évolution inouïe de sa famille et m’invitait à revoir ses enfants, qui se souvenaient de « la dame à l’éducation ». Elle m’a dit regretter d’être privée de « quelqu’un qui serait aujourd’hui témoin de ses progrès »…

55C’est là un exemple de victoire à tous niveaux. Le « cas d’école » inspirant, qui me permet d’évoquer ci-dessous les principaux éléments de l’action éducative ayant été bénéfiques à la famille, en profitant d’évoquer quelles compétences professionnelles spécifiques y sont impliquées et la posture humaniste engagée dans l’appui et le soutien à autrui.

Des indications trompeuses, une réalité tout autre

56Le soutien parental au domicile de la famille nous fait découvrir une réalité immergée, souvent douloureuse, qui s’exprime par des indices qui n’avaient pu être pris en compte dans l’analyse de la situation familiale et falsifient celle-ci.

57Dans le cas de la famille F., les faits incontestables tels que les taches sur la jupe de Gretel ont soulevé la suspicion de négligence parentale. Indéniablement, par déduction logique, il y avait négligence de surveillance et négligence d’autorité maternelle.

58Or, en partageant des parts de quotidien au sein de la famille, j’observais que Mme F. savait veiller sur ses enfants, savait surveiller. Il n’y avait pas de négligence à cet endroit. De la seconde carence, celle d’autorité, je réalise que Mme F. évitait d’en user, réprouvant de ressembler à sa « comtesse-mère » qui, par ses brimades, avait laissé à Mme F. des souvenirs d’enfance douloureux. Quant aux vêtements des enfants, je gage que Mme F. eût su les ranger dans une armoire « neutre », sans nos aides concertées de professionnelles… Sur ce point non plus, il n’y avait ni négligence parentale ni ignorance éducative, non plus sous-estimation des besoins de l’enfant. En la demeure de Mme F. régnait le spectre des traumas : l’enfance bafouée de cette jeune maman, le trauma du décès soudain de sa mère, le trauma du signalement au SPMi, puis des terreurs inhérentes à un éventuel placement des enfants.

59Aussi, lorsque les faits sont indéniablement à ranger au niveau II des risques pour l’enfant (négligence parentale), faut-il aussitôt penser en termes d’» indice de vulnérabilité » ?

  • 14 « … Souples, variées et adaptées à chaque situation, les solutions mises en œuvre… » (Cf. DIP, 18. (...)

60Aujourd’hui heureusement, grâce à l’esprit de la mission de l’AEMO telle que conçue et affirmée par l’OJ et le DIP, cet « indice de vulnérabilité » peut être considéré dans notre pratique sans qu’il soit expressément nommé.14 La conception du référentiel d’évaluation retenu par le SPMi s’associe aux principes énoncés par l’OJ, si bien que l’assistant social peut laisser à l’éducateur AEMO l’opportunité d’appréhender la situation familiale sous un angle resté peut-être borgne au premier examen ; cela permet une réévaluation périodique de la situation familiale.

A propos de l’aide contrainte

  • 15 Guy Hardy, dans son ouvrage S’il te plaît, ne m’aide pas ! (2001), théorise une expérience de terr (...)

61Nous avons vu ci-dessus que les parents F. avaient été contraints d’accepter l’indication du soutien parental (AEMO). En cas d’opposition farouche, les enfants auraient probablement été placés. Dans ce contexte, selon l’étude de Guy Hardy,15 la réponse des parents est habituellement l’adhésion stratégique, ce qui ne fut pas le cas de Mme F. parce qu’elle était désireuse d’accéder à des stratégies capables d’accroître le bien-être de ses quatre enfants. En acceptant trop spontanément l’AEMO, la maman craignait de s’auto-disqualifier aux yeux de l’AS. Les parents entendent une menace quand l’assistant social propose un choix entre l’AEMO et le placement des enfants…

Le soutien à la parentalité : entre objectifs du mandat et postures de l’éducateur

62L’histoire de Gretel et de sa maman me permet de réfléchir à la posture des éducateurs dans le soutien à la parentalité.

  • 16 Didier Houzel développe, en les différenciant, les axes sur lesquels s’exerce la parentalité dans (...)

63Je me réfère pour cela aux travaux de Houzel (1999).16 L’auteur retient trois axes dans le développement de la parentalité, complémentaires mais dissociés. Quoiqu’ils interfèrent entre eux dans la réalité, le fait de nommer ces différents axes de la parentalité lorsqu’on intervient en soutien à la parentalité facilite le partage et la communication avec le ou les parents, clarifie l’aspect sur lequel nous devrons concentrer les efforts communs, situe nos actions et nous permet d’expliciter nos intentions respectives.

64Je reprends ici ces axes, l’un après l’autre, en les transposant à la situation de Gretel :

  • Sur l’axe de la loi, mon objectif17 est que Mme F. envoie Gretel régulièrement à l’école (obligation scolaire), et ma posture est celle d’un agent de l’État dont la mission est le rappel de la loi.
  • Sur l’axe des pratiques parentales et des savoir-faire, mon objectif est que Mme F. acquière plus d’autorité, couche ses enfants suffisamment tôt en veillant à la qualité et à la durée de leur sommeil ; qu’elle améliore l’organisation domestique pour avoir davantage de temps avec ses enfants (au lieu que ce soit la TV qui les occupe), qu’elle joue avec eux, qu’elle les initie à des repas variés, etc. Ma posture, dans ce cas, est d’être un coach motivationnel, un entraîneur.
  • Sur l’axe du vécu subjectif et émotionnel (expériences subjectives) et des savoir-être, je n’ai pas d’objectif écrit car le SPMi n’aborde ce sujet qu’en entretien. Dans le cas de Mme F., l’éclosion de ses pleines compétences maternelles était entravée par les traumas, les inhibitions, la mésestime d’elle-même.

65Ma posture fut d’être ce regard bienveillant, un regard-miroir dans lequel elle façonnait son image, un espace attentionné (être là, humour, tendresse, prendre le temps).

66Comme le décrivent magnifiquement Libois et Heimgartner, « oser la présence à l’autre », c’est-à-dire oser être là pleinement, à disposition, simplement être là avec l’autre, sans réponse, sans solution d’expert. Cependant, oser parler ou oser le silence, « se laisser guider vers un inattendu possible, demande une certaine assurance, une confiance dévolue au monde d’autrui ». (2013 : 88). Autrement dit, procéder à une centration de soi pour l’émancipation d’autrui.

67Or, si, parce que l’on recherche des résultats rapides et mesurables, on néglige cette part subjective de l’intime et des savoir-être, inhérents à la fonction parentale, il est difficile d’atteindre les objectifs liés aux savoir-faire… Par exemple, l’acquisition de l’autorité est d’abord question de savoir-être, avant de devenir un savoir-faire ! (L’exercice de l’autorité requiert la sécurité d’être, puis l’affirmation de soi).

68L’éducateur social, dans sa posture ouverte, favorise un lien de confiance qui permet au parent rencontré dans son environnement de se montrer tel qu’il est et comment il se situe face à ses enfants.

69Il peut y avoir d’autres fonctions assumées par l’éducateur social, telle celle, par exemple, de séparateur puisque Mme F. dormait avec un des quatre enfants tour à tour.

  • 18 Dans un livre paru en 1824, le baron de Gérando montre comment les visites au domicile des famille (...)

70De manière plus engagée et au plus près du Code de déontologie des travailleurs sociaux (2010), l’éducateur a aussi comme fonction d’être témoin des conditions de vie des individus, à l’instar des philanthropes du XIXe siècle, surnommés « les visiteurs du pauvre ».18 Dans l’histoire de Mme F., j’ai appelé la société à l’aide de cette maman et ce fut une victoire ! Je relève aussi la fonction de médiateur, de traducteur, de passeur de gué qui est importante : de la société État-providence d’hier à la société d’activation, les personnes ont tout lieu d’être perdues. Mme F. dit : « Je ne comprends pas ce que l’on me veut ! J’aime mes enfants plus que tout ! »

L’objectif ultime de la mission AEMO : l’empowerment (« encapacitation ») ?

71La mission de l’AEMO est de restaurer les relations entre parents et enfants. Or, une famille même heureuse, ne se développe pas murée sur elle-même ; aussi l’AEMO favorisera-t-elle « le lien social », vital, entre la famille et la société.

72Dans le rapport de l’EESP (Paulus & Gaberel, 2011 : 56), les auteurs ont reconnu l’isolement et la cruelle absence de « modes d’emploi » des familles pour s’insérer dans leur environnement et faire face à leurs précarités plurielles… Que faire ? Comment faire ?

73Plusieurs textes, dont le Code de déontologie (2010 : 9) proposent une piste, en indiquant comme valeur supérieure des interventions sociales la recherche de l’empowerment. Ce principe est décrit comme « la participation autonome et indépendante à l’organisation de la structure sociale qui implique que les individus, les groupes et communautés développent leur potentiel propre et soient renforcés dans leur capacité à défendre et faire valoir leurs droits ». Selon Auclair (1995 : 78), l’empowerment se développe dans un processus évolutif concernant quatre plans :

  1. La participation : par une progressive prise de parole, en passant du silence à l’affirmation de ses choix, de ses droits.
  2. La compétence technique : choisir, décider et passer à l’action.
  3. La réalité subjective et subtile : l’estime de soi, qui débute par l’auto-reconnaissance de la légitimité de son identité propre, ensuite de sa propre compétence, puis à la reconnaissance par autrui.
  4. La conscience critique : par la pédagogie du questionnement, qui encourage les individus à trouver leurs propres réponses et solutions.

74Par ailleurs, cité plus loin par Auclair, Whitmore note que la participation du/des parents à l’évaluation familiale, à la recherche de solutions domestiques et collectives, aurait pour effet « une plus grande estime de soi, des habiletés nouvelles, une meilleure compréhension du système social et une amélioration du bien-être individuel et collectif » (Whitmore, 1991 : 54-56, cité par Auclair, 1995 : 76). Auclair, en insistant aussi sur l’importance du troisième plan – la réalité subjective – dans le processus d’empowerment, rejoint Houzel pour lequel le troisième axe – le vécu subjectif – est incontournable.

75Comme décrit plus haut, l’émancipation de cet « Autre » confié au soutien de l’éducateur, suppose de ce dernier d’oser la rencontre, l’imprévu, « de ne rien faire » en apparence, sauf d’être là dans une qualité de présence, qui est selon Libois & Heimgartner :

un agir engagé et exigeant, essentiel au développement d’autrui, à l’accès à de réelles pratiques citoyennes. Faire l’expérience de cet être là, le faire exister et reconnaître comme compétence dans un monde professionnel toujours plus normé et confronté aux mesures de résultats tangibles est un challenge de taille pour le travail social d’aujourd’hui et de demain. (ibid. : 92)

76Ce savoir-être professionnel se trouve relégué « en arrière-fond » des métiers du social, mobilise peu les chercheur-euse-s en sciences humaines et n’est que peu abordé dans les formations des travailleurs sociaux.

En conclusion

77L’empowerment est porteur d’intentions dignes des grands humanistes, des penseurs de la démocratie, qui font écho aux valeurs déclarées de notre mission de travailleurs sociaux. En soutenant la participation sociale, les intervenants de l’AEMO cherchent à favoriser l’accession au pouvoir sur sa vie, l’autonomie de penser et d’agir des individus ainsi pris en compte. Cela ne va pas sans mal dans un contexte perturbé où la précarité et la vulnérabilité augmentent parallèlement au contrôle social qui se renforce sur les individus vulnérables. Il nous faudrait sans doute bénéficier de véritables formations à cet égard…

78En attendant, il nous est confié d’offrir « du lien social » orienté, au sens de Paugam, des liens multiples et divers apportant aux individus, à la fois protection et reconnaissance :

L’expression « compter sur » résume ce que l’individu peut espérer de sa relation aux autres et aux institutions en terme de protection, tandis que l’expression « compter pour » exprime l’attente, toute aussi vitale, de reconnaissance, preuve de son existence et de sa valorisation par le regard de l’autre. […] Les liens qui assurent à l’individu protection et reconnaissance revêtent une dimension affective qui renforce les interdépendances humaines (2009 : 63).

79A défaut de n’être encore expert de l’empowerment, l’éducateur AEMO atteint sa mission lorsqu’il œuvre selon la formule de Paugam, afin que le/les parents puissent compter sur et compter pour, première fondation de leur propre estime, donc de leur mobilisation vers les changements espérés et attendus.

80Mme F. et sa famille ont pu compter sur et pour.

Bibliographie

Références bibliographiques

Auclair, R. (1995). Valeurs, pratiques, action sociale. Service social, 44 (1), 3-4.

Briod de Moncuit, C. (2012). Appréciation des faits – Dépistage et évaluation de l’enfant en danger dans sa survie ou dans son développement. Genève : SPMi. Récupéré de www.ge.ch/protection_mineurs/doc/mineur-en-danger/aideappreciation-des-faits-mineur-en-danger.pdf

Code de déontologie du travail social en Suisse (2010). Lausanne : Avenir Social.

Hardy, G. (2012). S’il te plaît, ne m’aide pas ! Toulouse : Erès.

Houzel, D. (1999). Les enjeux de la parentalité. Toulouse : Erès.

Libois, J. & Heimgartner, P. (2013). Oser la présence à l’autre. Dans L. Wicht, A propos de l’accueil libre. Genève : Editions ies.

Paugam, S. (2009), Le lien social. Paris : Presses universitaires de France.

Paugam, S. & Duvoux, N. (2010). La régulation des pauvres. Paris : Presses Universitaires de France.

Paulus, E. & Gaberel, P. (2011). L’AEMO genevoise : Rapport d’étude sur l’implémentation du dispositif. Lausanne : École d’études sociales et pédagogiques (EESP).

Quinche, C. (2016 [1981]) : Les Marionnettes féroces, la substitution parentale dans trois institutions. [Mémoire de fin d’études]. Fribourg : École d’éducateurs spécialisés ; réédition disponible en format Amazon Kindle & Create Space.

Sellenet, C. (2009) Approche critique de la notion de compétences parentales.

Revue de l’éducation familiale, 26 (2).

Notes

1 Études menées par le Service de la recherche en éducation (SRED) et, en 2004, par la Commission externe d’évaluation des politiques publiques (CEPP), qui travaille sur mandat du Conseil d’État du Grand Conseil ou

2 C’est-à-dire : appuis éducatifs, assistances éducatives ordonnées par le Tribunal de protection de l’adulte et de l’enfant (TPAE) et le Tribunal des mineurs (TMin).

3 Depuis 2014, l’ACASE se nomme Association genevoise d’actions préventives et d’éducation (AGAPE).

4 Directive référencée dans la loi sur l’Office de la jeunesse J 6 05.

5 Recommandations COE Rec (2006) 19 du Comité des ministres aux États membres relatives aux politiques visant à soutenir une parentalité positive et Recommandations COE Rec (2005) 5 du Comité des ministres aux États membres relatives aux droits des enfants vivant en institution.

6 Communiqué DIP 18.03.2009. Récupéré de www.ge.ch/dip/GestionContenu/detail.asp?mod=communique.html&id=1017

7 Cette prestation était nouvelle à Genève, mais existait depuis plusieurs années dans d’autres cantons. Par contre, l’AEMO genevoise, mise en place plus tardivement, se distingue par l’intensité de ses prises en charge.

8 Référentiel élaboré par Catherine Briod de Moncuit (avec les professionnels du SPMI) (2012 : 3). L’élaboration de ce document se réfère aux travaux d’A. Aföldi, donc est proche par ses items de celui du canton de Vaud qui, lui, s’inspire d’un référentiel canadien.

9 L’assistant social doit vérifier la vraisemblance de chaque signalement sans exception. Au terme de cet examen, l’AS récolte de nombreux renseignements complémentaires ; il pratique une forme d’enquête.

10 Dans l’ordre progressif des dispositions possibles : Aucun suivi ; Appui éducatif SPMI ; Intervention AEMO ; Mesures tutélaires, dont placement.

11 Plate-forme qui se réunit au SPMI, composée de deux chefs de groupe SPMI, de l’un ou l’autre des deux directeurs de l’AEMO et/ou du responsable pédagogique FOJ. Ils vérifient les indications de l’AS et déterminent le temps d’intervention de l’éducateur AEMO en heures hebdomadaires nécessaires à la famille.

12 Hugo l’aîné, 8 ans ; Gretel, 6 ans ; Thinie, 4 ans et Léon le cadet, 2 ans.

13 IMAD : Institution genevoise de maintien à domicile.

14 « … Souples, variées et adaptées à chaque situation, les solutions mises en œuvre… » (Cf. DIP, 18. 03. 2009).

15 Guy Hardy, dans son ouvrage S’il te plaît, ne m’aide pas ! (2001), théorise une expérience de terrain réalisée par des travailleurs sociaux auprès d’un public sans demande. Il existe au minimum trois formes possibles d’adhésion à une mesure ou un soin : 1) adhésion positive : père et mère sont demandeurs de soutien ou l’agréent ; 2) adhésion stratégique : père et mère sont réticents au projet AEMO ou le refusent. Toutefois, comme l’alternative est le placement des enfants, ils acceptent, mais manifesteront peu de motivation. En d’autres termes, ils feignent leur accord ; 3) adhésion oppositionnelle : refus catégorique à l’égard du soutien parental.

16 Didier Houzel développe, en les différenciant, les axes sur lesquels s’exerce la parentalité dans nos contextes contemporains. Voir à ce propos les pages 25-26 de l’excellent article paru sur le site qui s’inspire des travaux de Didier Houzel : www.parents-atout-eure.org/IMG/pdf/2_Parentalite_et_soutien_a_la_parentalite.pdf

17 Objectifs choisis par l’AS et le/les parents, qui constituent mon mandat.

18 Dans un livre paru en 1824, le baron de Gérando montre comment les visites au domicile des familles ouvrières pauvres avaient pour but de relever le niveau moral de ces familles, mais aussi de voir leurs épouvantables conditions de vie quotidienne et de s’en faire le témoin auprès des édiles politiques en vue d’un changement de ces conditions.

Auteur

Cosette Quinche Ingold est éducatrice et sociologue. Elle a travaillé en qualité d’éducatrice en foyer pour enfants de 2-18 ans, d’enseignante en milieu carcéral, d’éducatrice avec les jeunes toxicomanes, d’assistante sociale au SPMI durant dix ans et a terminé récemment sa carrière en tant qu’éducatrice dans ce nouveau service de l’AEMO

© Éditions ies, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search