Version classiqueVersion mobile

Au risque de la prévention

 | 
Brigitte Vittori

Préface

Joëlle Libois

Texte intégral

1La Haute école de travail social de Genève (HETS-Genève) institue tous les trois ans une thématique phare, qui amène à porter un intérêt particulier et soutenu à un champ spécifique du travail social. Le choix du thème se définit en fonction de l’actualité sociopolitique, des travaux et de la dynamique en cours au sein de l’école ainsi que des sollicitations des terrains professionnels. L’année académique 2011 - 2012 a ouvert la thématique « enfance et jeunesse », sensible aux préoccupations de l’Office de la jeunesse qui s’interrogeait sur les difficultés du travail en réseau interprofessionnel, sur certaines incompréhensions et divergences entre les milieux de l’éducation, de la protection de l’enfance, de la psychiatrie, du socio-judiciaire et encore de l’intervention en milieu ouvert. Un événement très médiatisé, la mort d’un bébé laissé seul à la maison alors que la mère était aux mains de la justice, avait amené de nombreuses questions autour de l’intervention précoce. La collaboration entre la police et les services sociaux, les suivis familiaux et le soutien à la parentalité furent au cœur de l’actualité. Celle-ci était et est toujours portée par le nombre croissant de jeunes en rupture scolaire et professionnelle, se trouvant dans des no man’s lands, sans projets d’avenir.

2La Haute école de travail social est organisée autour de réseaux locaux de compétences, qui alimentent la production de connaissances de manière interprofessionnelles et interdisciplinaire. Objets de connaissance ou thématiques phares rassemblent chercheurs, enseignants et praticiens. Les champs investigués permettent de travailler de manière transversale, à la croisée de l’enseignement initial et continu, de la recherche * et des prestations de service. C’est ainsi que des journées d’études ont été organisées par les membres du réseau « Socialisation des mineurs », afin d’ouvrir le débat entre les nombreux partenaires touchés par ces problématiques. Le thème phare de la jeunesse fut alors institué pour les cinq années à venir et cet ouvrage est le fruit de travaux menés en s’appuyant sur l’expérience antécédente et sachant que cette thématique reste et restera d’actualité, étant au cœur de l’intervention sociale.

3Le Réseau local de compétences « Socialisation des mineurs » s’intéresse particulièrement aux processus de socialisation et d’éducation des enfants, des jeunes, des familles, dans un contexte social en profonde mutation. Il travaille activement sur les représentations sociales des phénomènes sociaux en se penchant sur les incidences des interventions auprès des populations mineures. Les thématiques de normes sociales et éducatives, de participation et de contrainte, de politique d’activation, sans oublier les différentes postures qu’adoptent les travailleurs sociaux dans ces contextes mouvants sont au cœur de ses travaux. Très engagé dans les différentes instances de la Cité où les questions liées à l’enfance, à la jeunesse et à la famille se posent, il initie des espaces de réflexion sur l’éducatif, le familial et le champ scolaire en interrogeant les visées des politiques sociales, de l’action publique ou para étatique. Ainsi les politiques de prévention, le rapport à la norme et au contrôle social tout comme les modes d’intervention sont problématisés et confrontés aux réalités que rencontrent les acteurs de première ligne, soit les travailleurs sociaux. Ils sont analysés à l’aune de la pratique professionnelle et de la littérature afin d’apporter des pistes novatrices, inscrites dans des réalités concrètes.

4L’ouvrage que vous avez entre les mains représente une sorte d’issue, non pas en termes d’aboutissement, mais comme temps de réflexion, de regards pluriels portés sur la thématique phare de la jeunesse durant cinq années. Il illustre les nombreux champs d’investigation théoriques et pratiques portés par les acteurs du réseau « Socialisation des mineurs », réseau intégrant non seulement le corps des enseignants et chercheurs, mais aussi des acteurs clés tels que des praticiens et des représentants d’instances étatiques et politiques.

5 Au risque de la prévention pose clairement la problématique de la prévention, qui s’active et se comprend au travers de différents paradigmes, amenant à des modèles d’intervention distincts, voire antinomiques. La vision prédictive de la prévention, au sein de laquelle les personnes sont définies « à risque » selon les déterminants contextuels et familiaux, nous renvoie au vieux démon du travail social, confronté au contrôle social. Comme si l’expertise des acteurs sociaux et médicaux pouvait prédire un avenir sombre, de misère, de maltraitance et délinquance pour les enfants d’une famille dite « à risque », ou pire, simplement d’une jeune mère célibataire. Une telle orientation amène à soigner ou à séparer ceux qui seraient porteurs des stigmates de la déviance.

6À l’autre bout, les tenants d’une prévention où la parole est donnée au sujet, où l’accompagnement ouvre des espaces de dialogue constructifs, où le soutien revient à chercher ensemble des solutions structurelles en vue d’un mieux vivre, porteur d’espoir et de développement pour les membres de la famille, quelle qu’en soit la configuration. Bien sûr, on lit ici deux visions assez caricaturales au sein desquelles les méchants et les bons sont définis. La réalité ne se découpe pas ainsi, elle est bien plus complexe, et c’est à cela que nous entraîne la lecture de cet ouvrage. Il n’empêche qu’il faut rester régulièrement sur ses gardes, dans une capacité de poser un regard critique sur soi, sur ses propres interprétations, avant toute intervention sociale. C’est ici tout l’intérêt et la richesse de l’activité des travailleurs sociaux, ainsi que la difficulté majeure d’entrer dans la vie d’autrui, avec une prise en compte de toute la complexité que chaque histoire de vie comporte.

  • 1 Pourquoi le travail social (1972). Esprit, 4.

7La lecture des articles m’a amenée, dans un premier temps, à me souvenir de la revue Esprit qui, en 1972,1 avait choisi de s’intéresser aux fondements du travail social dans une société en plein développement, encore marquée par les manifestations de l’année 1968. La revue posait alors un titre somme toute assez provocateur pour la profession, en s’interrogeant sur les fondements mêmes du travail social. Cet ouvrage, Pourquoi le travail social ?, s’intéressait aux nouvelles formes de contrôle social et s’interrogeait sur l’ouverture à une société pluraliste. Cette revue sera rééditée en 1976. Lors de cette réédition, le comité éditorial détermine alors comme axe central de l’ouvrage, non plus la question du sens du travail social, mais porte cette fois-ci son attention sur la dimension normalisatrice de l’action sociale. La tension récurrente entre « contrôle social » et « émancipation de la personne » marquera l’évolution du champ et s’installe comme un paradoxe porteur de l’identité même des métiers de l’humain.

8Les nombreuses réflexions posées au sein de l’ouvrage nous amènent à nous rappeler que le jeu entre marge et norme se tend, que les contextes sociopolitiques laissent de moins en moins de pouvoir d’agir aux plus démunis, déléguant de plus en plus souvent aux expertises médico-sociales et criminologiques la tâche de définir les pathologies et de proposer des solutions médicales, en vue d’une normalisation prédéfinie.

9L’enjeu du travail social se situe actuellement sur une nouvelle tension qui s’étire entre la valorisation du singulier, de la quête de soi, du développement de la personne et l’aspiration à coopérer à la dimension collective, qui participe d’une construction politique à la mise en œuvre des conditions nécessaires à l’être ensemble. Un axe majeur est de produire de la société par la participation des acteurs en cherchant à inclure les personnes ou collectivités en marge dans les dynamiques de constitution du lien social. Les références théoriques et les concepts utiles à l’évolution des pratiques ne sont plus ancrés à des disciplines prétendant à l’hégémonie, mais à un cadre favorisant l’approche pluridisciplinaire d’un phénomène complexe. Le débat éthique évolue dans les dimensions émancipatrices, passant d’un regard sur les dispositions handicapantes à des dispositions « capacitantes » ou encore « en capacité ». Toutefois, je relève que si les personnes bénéficiaires de l’action sociale résistent parfois aux cadres institutionnels qui leur sont imposés, rares sont encore les traces d’une parole donnée aux principaux concernés. En 2015, le projet social est guidé par une demande de la société civile relayée fortement par les instances politiques : intégration professionnelle, rejet de la marge, peur de la différence, de la violence, refus de l’échec (scolaire, professionnel, relationnel, santé) et recherche d’un certain art de vivre, d’une esthétique guidée par la norme du beau, du sain, du bien-être, du bonheur de soi avant celui de l’autre.

10C’est une réflexion sur la fonction « politique » du travail social que pose cet ouvrage, dans des termes spécifiques liés à la famille, à l’enfance et à la jeunesse. On le sait, la santé d’un pays se mesure à l’aune de la force vive de son renouvellement humain ; c’est dire l’importance de la thématique de la famille et de ses nombreuses déclinaisons dans le regard et l’analyse que l’on peut porter sur une société. Or, face à la progression des situations de précarité et de pauvreté, les professionnels doivent, au-delà de leurs activités centrées sur les plus démunis, repenser l’organisation de l’intervention sociale en croisant les logiques politiques, économiques, administratives et sociales. Le développement social ou communautaire tente de revenir au centre des interventions, en lieu et place d’une logique socio-sécuritaire. La prévention primaire, sociale, se caractérise par les dimensions collectives et participatives des actions engagées en faveur de populations minorisées. Elle vise à nourrir le tissu social et se situe en amont de la production d’actes désespérés, qui peuvent prendre de nombreuses formes. À nouveau, les questions de normalisation de l’action, que ce soit dans les pratiques de proximité ou dans l’intervention collective, restent prégnantes à l’activité des travailleurs sociaux. Prendre conscience de cela ne veut pas encore dire que cette mention engage un réel changement au sein des pratiques, mais on peut souligner que, d’un point de vue psychosocial, un déplacement des représentations s’érige. La personne n’est plus « chargée » de la totale responsabilité de ce qui lui arrive, le contexte dans lequel celle-ci évolue participe pleinement à la compréhension de la problématique. C’est un changement de positionnement important qui devrait permettre un éclairage et une réflexion sur les processus de stigmatisation et de reproduction des inégalités sociales. C’est ici un enjeu majeur, pas toujours facile à tenir pour les professionnels au front de l’action sociale, face aux politiques sociales d’activation, axées prioritairement sur les projets de réinsertion des personnes.

11Au sein de notre contexte socio-économique tendu, la profession est en prise à des changements de paradigmes dont il est difficile d’appréhender les contours et encore plus délicat d’entrevoir les évolutions possibles. C’est ici que cet ouvrage, centré sur les risques d’une vision unilatérale, apporte une belle contribution aux paradoxes que traverse le champ de l’intervention sociale. Les travailleurs sociaux sont aujourd’hui confrontés à de sérieux dilemmes qui se situent au carrefour de doubles contraintes : développer une pratique polyvalente tout en faisant preuve d’expertise ; faire face à la stigmatisation et à l’intolérance ; établir des liens de confiance suffisants pour envisager une collaboration participative ; respecter les cadres d’action prescrits et user d’intelligence pratique pour parvenir à trouver des réponses à des situations sociales multiproblématiques ; être confrontés à des personnes en grande souffrance et miser sur les potentialités à activer, garder espoir et être confrontés régulièrement à des difficultés majeures, à des sentiments d’impasse ou à des issues improbables.

12Entre enjeux préventifs et excès prédictifs, entre autodétermination et démocratisation, entre le « risque zéro » et les réformes nécessaires à la politique éducative des milieux scolaires, de l’action éducative en milieu ouvert et de la participation des familles, il s’agit de trouver des passages porteurs de solutions parfois décalées, mais plus prometteuses de résultats qu’un cadrage ultra normatif ou surmédicalisé, peu adapté à la période de développement d’expériences que représentent l’enfance et l’adolescence.

13Cet ouvrage montre combien les jeunes et leurs familles tentent de reprendre de la voix, de manière certes éclatée, chaotique, mais toujours dans un souci de se faire reconnaître, d’être entendus. Les travailleurs sociaux, de par leur présence et leur écoute, tentent de recevoir ce qui s’exprime, de redonner forme à une tournure parfois violente, afin qu’elle redevienne acceptable et compréhensible par le plus grand nombre et permette ainsi de mobiliser un potentiel inhérent aux personnes ou aux groupes. Si le travail social veut acquérir et démontrer une spécificité scientifique, ce sera certainement dans sa capacité à intégrer la problématisation des vicissitudes de l’histoire d’autrui face aux normes dominantes, cela à travers la difficile question de la modélisation de l’intervention. La lecture des articles de cet ouvrage nous invite à problématiser les fondements de l’intervention et les modèles d’intervention et c’est ainsi qu’il est apparu essentiel de donner la plume non seulement aux chercheurs et enseignants, mais aussi aux divers professionnels engagés dans l’action sociale. Un jour, peut-être, ce seront les porteurs des stigmates posés par le regard de la société qui seront directement associés à ce type de publication. Les dimensions particulières aux métiers de lien portent en elles une part complexe de l’agir professionnel. Les métiers du social, comme modalité spécifique de la préservation du lien là où l’existence est mise en défaut, s’évertuent à donner vie et réalité sociale à l’altérité, à la pluralité des modes d’existence.

14Redonner vigueur à la fonction créatrice du travail social passe par de nouvelles formes d’accompagnement centrées non pas seulement sur une réadaptation économique et sociale, mais aussi par la capacité à prendre acte des potentiels créatifs des tenants de la marginalité sociale. Savoir accueillir et faire vivre l’altérité est sans nul doute oser planter l’oignon d’une fleur à éclore multicolore, porteuse de nouvelles solidarités pour mieux vivre ensemble.

15Encore faudra-t-il que les projets sociaux de nos pays développés se risquent à sortir des carcans normatifs unilatéraux, bien souvent établis comme remparts à la peur de l’altérité.

Notes

1 Pourquoi le travail social (1972). Esprit, 4.

Auteur

Docteure en Formation des adultes, est directrice de la Haute école de travail social, Genève. [joelle.libois@hesge.ch]

© Éditions ies, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search