Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Sans garantie de mixité

 | 
Marie Anderfuhren
, 
Sophie Rodari

Troisième partie. Les contours de la mixité dans le contexte professionnel

Le genre de(s) tensions en contexte professionnel

Le cas des chercheurs et des chercheuses à l’université

Caroline Dayer

Texto completo

Introduction

1Cette contribution se propose d’aborder d’une part le genre de tensions qui émergent en contexte professionnel et d’autre part la dimension genrée de ces tensions. Elle prend pour exemple le cas des chercheurs et des chercheuses à l’université pour réfléchir de façon plus générale à la question de la mixité dans le monde du travail et dans les équipes professionnelles.

2Notre développement se base sur une étude récente (Dayer, 2010) qui porte sur la façon dont des chercheurs et des chercheuses construisent leur posture épistémologique et méthodologique ainsi que sur les tensions qui traversent leurs activités professionnelles. Elle prend pour objet la façon dont ces personnes appréhendent des oppositions auxquelles elles sont confrontées dans leur contexte de travail ainsi que les processus identitaires et formatifs qui se déploient.

Ancrages

  • 1 Pour davantage de développements concernant le contexte académique, se référer notamment à Beaufaÿ (...)

3Notre travail se base sur différents travaux issus des études féministes, et plus généralement des études genre, qui traitent du travail de dénaturalisation des catégories, des conditions et des processus genrés de la construction des savoirs ainsi que des mécanismes androcentrés de la recherche (i.a. Butler, 2005 ; Collin, 1992 ; Dorlin, 2008 ; Delphy, 2001 ; Gardey & Löwy, 2000 ; Guillaumin, 1992 ; Le Dœuff, 1998 ; Haraway, 1988 ; Harding, 1991 ; Mathieu, 1991 ; Mosconi, 1994 ; Scott, 1988 ; Varikas, 1993)1.

4L’univers académique n’échappe pas à la division sexuelle du travail et les phénomènes de parois et de plafond de verre ou de fer y sont particulièrement prégnants (Dayer, à paraître). Ils renvoient à l’articulation de mécanismes de ségrégation horizontale (concentration des femmes et des hommes dans différents secteurs) et principalement verticale (évinçant les femmes des postes élevés dans les hiérarchies professionnelles).

5D’ailleurs, « la ‘mixité’ de l’université est demeurée longtemps une mixité bien masculine » (Chaponnière & Chaponnière, 2006 : 92). Fortino (2000) relève que le premier niveau de définition de la notion de mixité – dans les sciences sociales – est élaboré par Zaidman sur la base de ses travaux dans le contexte scolaire et réfère à « la mise en coexistence des deux sexes dans un même espace social » (Baudoux & Zaidman, 1992 : 116). Cette auteure analyse le passage de la notion au concept de mixité et montre de quelle façon cette dernière s’affranchit progressivement « d’une approche ‘technique’ et/ou ‘comptable » (Fortino, 2000 : 117). A l’instar de cette perspective, c’est effectivement la mixité en tant que processus qui nous intéresse et la façon dont se (re)configurent des relations hiérarchiques.

6Afin de saisir concrètement ce qui se joue en termes de rapports sociaux de sexe (Kergoat, 2000) dans l’univers de la recherche, nous nous basons sur l’étude citée dans l’introduction (Dayer, 2010). Cette dernière analyse la façon dont une posture de recherche se construit et se transforme. Elle se focalise plus particulièrement sur les tensions que les chercheurs et les chercheuses vivent dans leur contexte professionnel. Nous appréhendons ces dernières à travers une loupe genrée – le genre étant envisagé comme « un système de normes hiérarchisant le masculin et le féminin, le masculin étant privilégié au détriment du féminin et pouvant être incarné par des hommes comme par des femmes » (Dayer, 2014).

7Cette étude s’inscrit dans l’interactionnisme historico-social et s’ancre dans une démarche compréhensive (Schurmans, 2006). En termes méthodologiques, elle se fonde sur des entretiens semi-directifs menés auprès d’une dizaine de chercheurs et d’une dizaine de chercheuses. La perspective adoptée a pour objectif de permettre à la diversité de s’exprimer, à travers une variété de disciplines (dix personnes en sciences naturelles – principalement la biologie, la médecine – et dix personnes en sciences socio-humaines – principalement la sociologie, les sciences de l’éducation, l’anthropologie, la psychologie), d’âges (de 28 à 61 ans), d’états civils, de statuts (du statut de doctorant-e à celui de professeur-e titulaire en passant par des postes plus ou moins stabilisés), de nationalités et d’origines socioprofessionnelles.

8Le corpus se compose de personnes qui travaillent ou ont une insertion à l’Université de Genève et qui ont en commun d’élaborer un regard critique sur certains ou plusieurs aspects du monde de la recherche. Elles ont effectué une thèse de doctorat ou sont en train de l’élaborer. Elles ne sont donc pas au même moment de leur parcours et de leur carrière, et bénéficient de reconnaissance et de légitimité inégales. Soulignons que l’âge fournit un point de repère par rapport au moment où la personne se trouve dans son histoire de vie, mais ne correspond pas forcément à sa fonction et à son degré d’expérience. Par exemple, un chercheur ou une chercheuse chevronné-e peut ne pas avoir un statut de professeur-e. C’est davantage le fait d’être plus ou moins considéré-e comme novice ou expérimenté-e qui se montre intéressant dans notre cas.

9Ayant pour objectif de saisir la manière dont les chercheurs et les chercheuses travaillent les tensions qui traversent leurs pratiques professionnelles, vivent ces expériences et leur attribuent des significations, l’entretien de recherche semi-directif constitue l’outil de construction de l’information le plus pertinent. Cette technique méthodologique permet en effet de mettre en évidence les processus de négociations en jeu et se centre sur les questions des personnes en faisant appel à leurs points de vue et à leurs vécus, tout en évitant une prédéfinition de l’objet par une catégorisation a priori.

10La démarche d’analyse de l’information qui en découle réfère à la posture analytique de Demazière et Dubar (2004) à propos des entretiens de recherche. Cette posture se fonde sur le fait qu’un « dialogue en situation d’entretien de recherche ‘centré sur le sujet’, que des paroles échangées par suite d’un ‘contrat de confiance’, que des témoignages et confidences sur ‘ce que fait et pense un sujet’, sont des sources essentielles d’analyse sociologique » (Demazière et Dubar, 2004 : 35). Nous nous centrons plus précisément sur les processus d’actorialisation, c’est-à-dire sur les significations que les personnes élaborent, sur les espaces d’échanges et de création qu’elles ouvrent en regard des systèmes de contraintes, mais également sur leur capacité de réflexivité et d’action (Schurmans, Charmillot et Dayer, 2008).

Le genre de tensions

11Les tensions vécues par les personnes dans leur contexte professionnel sont sous-tendues par des dichotomies (signalées par un slash : /). Les dualités exprimées par les chercheurs et chercheuses renvoient à quatre pincipaux registres. Le premier registre se réfère à l’opposition raison/sentiment, le second au dualisme théorie/pratique, le troisième à la distinction public/privé (développée dans la partie suivante) et le quatrième au champ de la temporalité (temps plein/temps partiel, rythme soutenu/routine) et de la spatialité (lieu de travail/maison, dehors/dedans), renvoyant à des oppositions telles que précarité/stabilité, mobilité/stabilité, traditionnel/original, pensée unique/pensée plurielle, se conformer/jouer.

12Une opposition générale émerge, celle entre science et non-science, qui peut être synthétisée de la façon suivante :

+

-

Science

/

non-science

Objectivité

/

subjectivité

Technique

/

relation humaine

Sciences « dures »

/

sciences « molles »

Masculin

/

féminin

Froid

/

chaud

Extérieur

/

intérieur

13Trois remarques s’imposent à ce stade de l’analyse. La première concerne la mise en évidence non pas d’oppositions isolées, mais de systèmes dichotomiques (certains termes se retrouvent dans la même colonne du tableau). Le deuxième constat réfère au fait que ces systèmes binaires, porteurs de conventions contrastées, sont traversés par des rapports de pouvoir qui ont pour conséquence de valoriser un terme de l’opposition au détriment de l’autre (l’attribution d’une valeur positive [+] est donnée à une des colonnes). Le troisième constat renvoie à la remise en question d’une conception naturalisante et figée. Les chercheurs et les chercheuses émettent en effet leur insatisfaction face aux représentations et normes véhiculées dans leur contexte professionnel et font part de la façon dont ils-elles dépassent ces oppositions auxquelles ils-elles n’adhèrent pas.

14Les différents registres d’oppositions présentés sont sous-tendus par une logique genrée et la valorisation du principe masculin. Nous allons donc plus précisément développer la façon dont ces tensions sont traversées par des rapports sociaux de sexe et la manière dont elles sont concrètement et quotidiennement vécues.

Le genre des tensions

15Différentes dimensions genrées se déclinent des tensions développées par les chercheuses : milieu scientifique androcentré, sexisme et carrière, inégalités d’accès et de succès, rapports de force au sein des équipes, division sexuée du travail, représentations biaisées, stéréotypes de sexe et de genre, manque de modèles, discriminations, harcèlement psychologique et sexuel au travail, difficulté à gérer sphère privée et sphère publique, problèmes relatifs au couple, à la famille, aux enfants, etc. La tension entre sphère publique et sphère privée mentionnée dans la partie précédente est développée par l’ensemble des chercheuses. Ce registre se décline de la façon suivante :

+

-

Public

/

privé

Professionnel

/

privé

Professionnel

/

hors travail

Travail

/

couple, enfant, famille

Masculin

/

féminin

Faire carrière

/

vie personnelle

Collectif

/

individuel

Montrer

/

cacher

16Quels que soient leur âge, leur degré d’expérience et leur statut, les femmes abordent explicitement et immédiatement des difficultés et obstacles liés aux rapports sociaux de sexe, et ont vécu et/ou vivent encore de tels conflits. Quant aux hommes, s’ils en parlent, c’est d’une façon périphérique et avec une certaine distance, dans le sens où ils peuvent relever ce type de tensions mais ne les ont pas expérimentées. Par exemple, certains chercheurs observent cette tension mais n’y ont pas été personnellement confrontés. Les chercheuses et certains chercheurs développent en revanche une approche de la structure académique et de l’activité de recherche sous un angle de vue intégrant une perspective de genre.

17Relevons que les chercheuses ont spontanément abordé des tensions principalement liées à des questions de genre. L’entretien semi-directif s’ouvrait en effet sur une question large et ouverte portant sur la manière dont se construit une posture de recherche, puis sur les tensions rencontrées dans l’univers académique. Les chercheuses ont abordé d’elles-mêmes et dès le début de l’entretien de telles tensions.

18Une tension exposée de façon récurrente est la difficulté pour certaines chercheuses à se considérer comme de « vraies » chercheuses, difficulté qu’elles lient à des représentations relatives à la détention du savoir et du pouvoir par les hommes. Les femmes interviewées relèvent la prégnance du caractère androcentré de l’univers de la recherche, présent dès le début de leur socialisation professionnelle :

« Le milieu scientifique est un milieu très masculin. Ce que j’ai vu et qui m’a fait beaucoup souffrir, c’est que beaucoup de femmes deviennent des hommes. Elles se transforment, mais ce n’est même pas forcément au niveau physique, mais c’est au niveau intellectuel ou identitaire, dans leur façon d’être, leur façon d’approcher la recherche pour réussir. Je me suis posé beaucoup de questions par rapport à ça et je me suis dit que je ne pourrai pas. Je ne fonctionne pas à la compétition, donc il y a ces aspects des sciences, de la recherche, et je me suis dit : ‘Est-ce que je quitte parce que je ne peux pas réussir de cette façon ? ». (Dora)

19La prise de conscience rime avec des sentiments de souffrance et peut aller jusqu’à la remise en question de sa propre place dans son contexte de travail, provoquée par la confrontation à un modèle qui articule compétition – la logique productiviste et la tendance managériale que prend l’université est fortement critiquée – et androcentrisme. Quant à Eric, il évoque l’homosocialité masculine :

« Le professeur avec qui je travaille m’a mis la main sur l’épaule et il m’a dit qu’il allait me présenter des gens importants ; c’était dans un colloque où il y avait quasiment que des hommes et les enjeux étaient importants. C’était très étrange parce que c’était avec un geste qui se fait entre hommes et qui fait partie de l’‘homosocialité’. Et je vois bien que c’est bien parce que je suis un homme et que je me comporte comme un homme, je pense que ça ne se fait pas d’un professeur homme vis-à-vis d’une assistante, il y a une distance corporelle qui est respectée. C’est par des petits gestes comme ça qu’on aboutit à des mécanismes de connivence et de cooptation où on croit le plus naturellement du monde faire des choix, mais en fait, c’est jouer le jeu de l’homme, ça va avec le corps, l’habillement, la manière de parler et il faut coller avec la posture qui est demandée. C’est des choses vraiment quotidiennes, anecdotiques en apparence, mais elles ne sont pas insignifiantes, mises bout à bout, elles ont des conséquences quasi structurales ». (Eric)

20Dans un tel cadre, les chercheuses novices peinent à trouver des modèles auxquels s’identifier. Il est intéressant de relever que ce qui est remis en cause, c’est le modèle masculin du monde scientifique. Ce dernier se base sur des caractéristiques socialement considérées comme masculines et Louise, par exemple, se distancie des hommes comme des femmes qui l’incarnent.

21L’absence de possibilités d’identification engage un processus d’investigation. Louise a envie de trouver des modèles qui lui conviennent et désire trouver sa propre manière de fonctionner. Comme elle a l’impression qu’elle ne va pas la trouver chez des chercheurs, elle se dirige vers des chercheuses. Elle imagine aussi créer un mixte, tout en relevant l’importance des effets de genre auxquels elle a affaire. Elle cherche avant tout à trouver et à créer des modalités différentes, qui ne fonctionnent pas sur le mode du combat :

« J’ai vu certaines femmes fonctionner où je me suis dis que ça, c’est une volonté d’être radicalement autre, de créer de nouvelles choses, j’étais impressionnée, elles ont cette ampleur et puis en même temps tu sens que c’est sur un tout autre mode. Et du coup, il y a d’autres interactions possibles pour tout le monde parce que t’es pas dans le combat, c’était bien ! » (Louise)

22Les modes d’interaction jouent un rôle particulièrement important. Ils questionnent la composition et les dynamiques des équipes de travail ainsi que la tension entre projet collectif et projet individuel, d’autant plus délicate en présence de positions hiérarchiques différentes. Ils peuvent également être des leviers de transaction et des moyens de travailler les conflits. Certaines femmes, principalement à des postes non stabilisés, se réunissent régulièrement entre elles afin de partager leurs expériences. Ces échanges permettent de faire part de conseils et d’astuces au niveau professionnel, et font également office de soutien relationnel face à des sentiments d’impuissance et de solitude dans des situations difficiles.

23En tant que rite d’interaction de la communauté scientifique (Dayer, 2013), la thèse est vécue par les chercheuses comme une étape de vie où les rapports sociaux de sexe sont saillants, tout comme dans les relations entre doctorant-e-s et directeurs/directrices de thèse ainsi que dans le rapport à la carrière professionnelle.

Eclairages

24L’analyse met en exergue la manière dont s’articulent et se déplacent des mécanismes de ségrégation verticale et de ségrégation horizontale. En effet, les chercheuses se cognent autant aux parois qu’au plafond de l’institution et elles sont souvent assignées à des activités connotées comme ayant une moindre valeur. Leurs expériences montrent que des inégalités sexuées et des rôles construits comme masculins ou féminins sont reconduits.

25Il est aussi question des structures patriarcales, paternalistes et hétérosexistes de l’université ainsi que de dysfonctionnements organisationnels et de discriminations sexistes. Et il s’agit également de résistance et d’inventivité, d’agir individuellement et collectivement, en s’appuyant sur une matrice critique, éthique et politique, développée par les personnes interviewées (Dayer, 2009).

26L’idée de créer des groupes d’échanges et d’actions pour élaborer une critique construite et collective des mécanismes androcentrés du monde académique a par exemple émergé, qui aurait une forme plus contestataire que les programmes de mentorat – un mode n’empêchant évidemment pas l’autre, bien au contraire, en fonction du type de problème rencontré.

27Dans le même ordre d’idée, interroger la mixité n’a de sens que de façon contextualisée et en questionnant l’intrication des rapports sociaux à l’œuvre. Mosconi (2006), entre autres, a mis en exergue la manière dont le genre et le milieu social génèrent des obstacles particuliers dans les parcours, mais donnent aussi lieu à des prises de conscience qui permettent de les dépasser.

28Le rapport au savoir réfère à un mouvement de réappropriation et de transformation en constante évolution. Il « est rapport d’un sujet au monde, à soi-même et aux autres. Il est rapport au monde comme ensemble de significations mais aussi comme espace d’activités et il s’inscrit dans le temps. […] Le rapport au savoir se construit dans des rapports sociaux de savoir » (Charlot, 1997 : 90 & 100). Le rapport au savoir correspond ainsi à un rapport au monde, de connaissance et d’action, et renvoie à la notion de socialisation.

29Les processus de socialisation dans le monde de la recherche engagent autant la socialisation primaire que la socialisation secondaire (Berger et Luckman, 1986) et sont genrés. Pour ces auteurs, la socialisation s’inscrit dans la phase d’intériorisation qui participe au processus dialectique qui réalise la construction sociale de la réalité. Pour eux, la socialisation primaire s’élabore pendant l’enfance et permet à la personne de devenir membre de la société, principalement à travers la famille, alors que la socialisation secondaire se centre sur les processus qui lui permettent d’aborder de nouveaux secteurs, notamment professionnels.

30La socialisation dans l’univers scientifique réfère à une articulation de temporalités, de spatialités et de relations (professeur-e-s, directeur ou directrice de thèse, collègues, auteur-e-s). L’apprentissage de ce que Goffman (1973) nomme la présentation de soi, à savoir les argots spécifiques, les codes vestimentaires, la gestuelle, la façon de parler, de tenir son corps, est également à l’œuvre et structurée par une logique genrée, comme l’extrait d’entretien d’Eric l’a montré – ce qui est également le cas du langage et de l’écriture dits scientifiques (Charmillot, Cifali et Dayer, 2006), soi-disant universels mais en réalité masculins. Et ce sont bien ces mécanismes d’objectivation et d’essentialisation qui sont à remettre en cause.

31Plus particulièrement, « en renonçant à favoriser, encourager par tous les moyens la mixité professionnelle, on naturaliserait de fait les caractéristiques mais surtout les limites de chaque sexe. Aussi, défendre la mixité contre la ségrégation sexuelle, c’est refuser une limitation des possibles et des devenirs des individus – justifiée par le naturel ou le biologique quand elle est fondamentalement un construit social – tout autant inacceptable pour les femmes que pour les hommes (Fortino, 2002 : 226). Toutefois, comme le souligne cette auteure, « faire de la mixité un espace égalitaire reste un combat de chaque jour » et « cette lutte n’est possible qu’à la condition de considérer la mixité comme un début et non comme l’aboutissement du mouvement d’égalisation des positions respectives des deux sexes. Elle ne pourra pas se faire non plus si les femmes ne trouvent pas de véritables allié-e-s dans le monde du travail pour faire avancer la cause de l’égalité » (Fortino, 2002 : 226).

32Concernant le monde de la recherche, nous avons vu que les niveaux à prendre en charge, traversés par des rapports sociaux de sexe, réfèrent autant au plan intrapersonnel (socialisation et rapport au savoir), interpersonnel (collègues), groupal (équipe de recherche), institutionnel (structures de l’université et symbolique de l’académie), que sociétal (stéréotypes de genre). Soulignons que dans ce domaine, le poids du modèle dominant et du spectre masculin s’allie au nombre écrasant de professeurs hommes.

Conclusion

33Loin de se cantonner aux activités scientifiques des personnes interviewées, les tensions évoquées font aussi référence à leur socialisation, à leurs représentations, à leur parcours de formation, à leur position d’apprenantes comme de formatrices, de scientifiques comme de collaboratrices. Il n’est pas uniquement question d’organisations professionnelles et de systèmes éducatifs et de formation, mais surtout d’identification en creux, d’apprentissage dans les interstices, de dimensions identitaires et existentielles, d’enjeux épistémologiques et politiques.

Bibliografía

Références bibliographiques

Baudoux, C. & Zaidman, C. (Ed.). (1992). Egalité entre les sexes. Mixité et démocratie. Paris : L’Harmattan.

Beaufaÿs, S. & Krais, B. (2005). Femmes dans les carrières scientifiques en Allemagne : les mécanismes cachés du pouvoir. Travail, genre et sociétés, 14, 49-68.

Berger, P. & Luckmann, T. (1986). La construction sociale de la réalité. Paris : Méridiens Klincksieck.

Butler, J. (2005). Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion. Paris : La Découverte.

Collin, F. (Ed.). (1992). Le sexe des sciences : les femmes en plus. Paris : Autrement.

Charlot, B. (1997). Du rapport au savoir. Eléments pour une théorie. Paris : Anthropos.

Charmillot, M., Cifali, M. & Dayer, C. (2006). L’écriture de la recherche mise en questions. Dans C. Bota, M. Cifali & M. Durand (Ed.), Recherche, Intervention, Formation, Travail : débats et perspectives dans le champ de la formation des adultes (pp. 169 - 190). Genève : Université de Genève.

Chaponnière, C. & Chaponnière, M. (2006). La mixité : des hommes et des femmes. Paris : Infolio.

Dayer, C. (2008). L’énigme de l’émancipation. Dans M. Charmillot, C. Dayer & M.-N. Schurmans (Ed.), Connaissance et émancipation. Dualismes, tensions, politique (pp. 117-134). Paris : L’Harmattan.

Dayer, C. (2009). Modes d’existence dans la recherche et recherche de modes d’existence. Pensée plurielle, 1 (20) : 63-78.

Dayer, C. (2010). Construction et transformation d’une posture de recherche. Examen critique de la pensée classificatoire. Saarbrücken : Editions Universitaires Européennes.

Dayer, C. (2013). Elaborer sa posture à travers la thèse. Dans S. Kapp & M. Hunsmann (Ed.), Devenir chercheur. Ecrire une thèse en sciences sociales. Paris : Editions Ecole des hautes études en sciences sociales.

Dayer, C. (2014). Sous les pavés, le genre. Hacker le sexisme. La Tour d’Aigues : Editions de l’Aube.

Dayer, C. (à paraître). Construction des savoirs et socialisation professionnelle genrées. Une épistémologie du plafond ? Raisons Educatives.

Delphy, C. (2001). L’ennemi principal, tome II : Penser le genre. Paris : Syllepse.

Demazière, D. & Dubar, C. (2004). Analyser les entretiens biographiques : l’exemple de récits d’insertion. Paris : Nathan.

Dorlin, E. (2008). Sexe, genre et sexualités. Paris : Presses Universitaires de France.

Fassa, F. & Kradolfer, S. (Ed.). (2010). Le plafond de fer de l’université. Femmes et carrières. Zurich/Genève : Seismo.

Fortino, S. (2000). Mixité. Dans H. Hirata, F. Laborie, H. Le Doaré & D. Senotier (Ed.), Dictionnaire critique du féminisme (pp. 116-120). Paris : Presses Universitaires de France.

Fortino, S. (2002). La mixité au travail. Paris : La Dispute.

Fougeyrollas-Schwebel, D., Rouch, H. et Zaidman, C. (Ed.). (2003). L’activité scientifique des femmes. Etats-Unis, Grande-Bretagne, France. Paris : Cahiers du CEDREF.

Gardey, D. & Löwy, I. (Ed.). (2000). L’invention du naturel. Les sciences et la fabrication du masculin et du féminin. Paris : Archives contemporaines.

Goffman, E. (1973). La présentation de soi. Paris : Minuit.

Guillaumin, C. (1992). Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de nature. Paris : Côté-femmes.

Haraway, D. J. (1988). Situated Knowledges. The Science Question in Feminism as a Site of Discourse on the Privilege of Partial Perspective. Feminist Studies, 14(3), 575-600.

Harding, S. (1991). Whose science ? Whose knowledge ? Thinking from women’s lives. Milton Keynes : Open University Press.

Kergoat, D. (2000). Division sexuelle du travail et rapports sociaux de sexe. Dans H. Hirata, F. Laborie, H. Le Doaré & D. Senotier (Ed.), Dictionnaire critique du féminisme (pp. 35-44). Paris : Presses Universitaires de France.

Kraus, C. Malbois, F., Messant, F., Pannatier, G. & Perrin, C. (Ed.). (2003). In/discipline. La volonté de faire science ? Nouvelles Questions Féministes, 22 (1).

Le Doeuff, M. (1998). Le sexe du savoir. Paris : Alto Aubier.

Le Feuvre, N., Membrano, M. & Rieu, A. (Ed.). (1999). Les femmes et l’université en Méditerranée. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail.

Marry, C. & Jonas, I. (2005). Chercheuses entre deux passions. L’exemple des biologistes. Travail, genre et sociétés, 14, 69-88.

Mathieu, N.-C. (1991). L’anatomie politique. Catégorisations et idéologies des sexes. Paris : Côté-femmes.

Molinier, P. (2003). L’énigme de la femme active. Paris : Payot & Rivages.

Mosconi, N. (1994). Femmes et savoir. La société, l’école et la division sexuelle des savoirs. Paris : L’Harmattan.

Mosconi, N. (2006). Rapport au savoir et parcours universitaires de femmes. Etudes cliniques. Dans E. Ollagnier & C. Solar (Ed.), Parcours de femmes à l’université. Perspectives internationales (pp. 21-40). Paris : L’Harmattan.

Schurmans, M.-N. (2006). Expliquer, interpréter, comprendre. Le paysage épistémologique des sciences sociales. Genève : Université de Genève.

Schurmans, M.-N., Charmillot, M. & Dayer, C. (2008). Processus interactionnels et construction de la connaissance. Elaboration négociée d’une démarche de recherche. Dans L. Filliettaz & M.-L. Schubauer-Leoni (Ed.), Processus interactionnels et situations éducatives (pp. 299-318). Bruxelles : De Boeck.

Scott, J. W. (1988). Genre : une catégorie utile d’analyse historique. Les Cahiers du GRIF, 37-38, 125-153.

Varikas, E. (1993). Féminisme, modernité, postmodernisme : pour un dialogue des deux côtés de l’océan. Dans M. Riot-Sarcey, C. Planté & E. Varikas (Ed.), Féminismes au présent (pp. 59-84). Paris : L’Harmattan.

Notas

1 Pour davantage de développements concernant le contexte académique, se référer notamment à Beaufaÿs et Krais (2005) ; Dayer (2010) ; Kraus, Malbois, Messant, Pannatier et Perrin (2003) ; Le Feuvre, Membrano et Rieu (1999) ; Marry et Jonas (2005) ; Fassa et Kradolfer (2010) ; Fougeyrollas-Schwebel, Rouch et Zaidman (2003). De façon plus générale, ces questionnements renvoient également aux travaux sur l’énigme de la femme active (Molinier, 2003) et sur l’énigme de l’émancipation (Dayer, 2008).

Autor

Docteure, Maître-assistante à la Faculté de Psychologie et des Sciences de l’éducation de l'Université de Genève ; caroline.dayer@unige.ch, www.unige.ch/fpse/acra

© Éditions ies, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Acceso exclusivo

open access

Brindado por L’éditeur de ce site