Version classiqueVersion mobile

Sans garantie de mixité

 | 
Marie Anderfuhren
, 
Sophie Rodari

Deuxième partie. La mixité et la non-mixité en contexte de formation

Construire sa propre identité en étant protégée

Entretien avec Rosa Gonzalez

Rosa Gonzalez

Texte intégral

Marie Anderfuhren/Sophie Rodari : Bonjour et merci de nous accorder cet entretien. Pouvez-vous en quelques mots retracer votre parcours professionnel ?

  • 1 ASTURAL signifie ASsociation d’entraide en faveur de pupilles du TUteur généRAL, institution créée (...)

Rosa Gonzalez : Je suis éducatrice de la petite enfance et employée de commerce de formation. J’ai complété mon parcours, en 1983, en me formant en cours d’emploi en éducation sociale à l’Institut d’études sociales de Genève (ies, aujourd’hui Haute école de travail social, HETS). A la fin de ma formation d’éducatrice, j’ai été engagée à l’Astural-Action pour la jeunesse1, au foyer de la Servette, et j’y ai travaillé comme éducatrice pendant plusieurs années. Pour le compte du foyer de la Servette et en collaboration avec le foyer de Thônex, j’ai travaillé comme maîtresse d’atelier pour des jeunes en rupture et, dès 1992, nous avons créé une structure mixte, le « team atelier » car il n’existait pratiquement pas de structure de ce type pour des jeunes en rupture scolaire. Au cours de ma vie professionnelle, je me suis spécialisée en intervention systémique et plus particulièrement à l’approche centrée sur la solution. J’ai aussi un diplôme de superviseuse. En 1999, le poste de direction du foyer de la Servette était à repourvoir et j’ai postulé. Je suis directrice de cette institution depuis treize ans.

Marie Anderfuhren/Sophie Rodari : Le foyer de la Servette que vous dirigez est un foyer non mixte. Pourquoi ce choix ?

Rosa Gonzalez : En réfléchissant à votre questionnement sur la mixité, j’ai effectué quelques recherches sur la création du foyer dans les archives de l’Astural et j’ai rencontré son ancienne secrétaire générale. La création du foyer de la Servette est étroitement liée à l’histoire et au développement des activités de l’Astural. Il est fondé en 1971 et c’est un foyer pour garçons. Mais à l’époque déjà, l’Astural faisait le constat qu’il manquait de structures adaptées aux besoins des filles à Genève.

A la fin des années 1960, le foyer de Bernex sera le premier foyer pour filles dites caractérielles, puis un lieu d’observation sera créé à Vernier pour compléter le dispositif. A ce propos, il faut aussi se remettre dans le contexte de l’époque ; aucun foyer n’était mixte et personne ne se posait la question de créer des lieux mixtes. Par contre, dans les documents internes de l’Astural, il est mentionné que les garçons perturbés retenaient l’attention et qu’il leur fallait des lieux appropriés pour les contenir. Les problématiques éducatives des filles semblaient moins l’objet d’une attention explicite à l’époque. Néanmoins, le dispositif qui se met en place en faveur des filles est complété par la Pommière, structure destinée aux préadolescentes. A la fermeture du foyer de Vernier en 1971 (pour des raisons de sécurité du lieu), un foyer pour filles est créé au Lignon. En 1972, à la faveur d’une donation de locaux par une association féminine, une structure est créée à Châtelaine, qui veut soutenir les jeunes mères célibataires.

De 1971 à 1985, la Servette sera un foyer de garçons puis un foyer mixte. La mixité est introduite à l’essai. Depuis 1985, la Servette devient un lieu d’accueil exclusivement destiné aux filles. Cette décision n’est pas un coup de tête, mais une décision réfléchie par les responsables de l’Astural et éducateur-trice-s du foyer. Les raisons de ce choix sont de trois ordres :

  • Comme dans les années 1970, l’Astural constate le manque de structures protégées à Genève répondant aux problématiques de violence et d’abus à l’égard des filles.

  • Une expérience de la mixité a mis en évidence que les filles sont en situation de co-dépendance ou maternantes à l’égard des garçons présents, ce qui rend plus difficile leur rupture avec leur passé et leur reconstruction identitaire, préalable indispensable à la construction de leur futur.

  • Une prise de conscience à la lumière des travaux des systémiciens – Guy Ausloos en particulier – du rythme de développement très différent des garçons et des filles, qui nécessite des réponses éducatives plus personnalisées.

Dans les années 1990, la question de transformer la Servette en foyer mixte ne se reposera plus aux responsables de l’Astural et du foyer. Pourtant, un film sur cette question sera réalisé et présenté lors d’une assemblée générale. Il contient des interviews des différent-e-s acteur-trice-s concerné-e-s par la question, à commencer par les jeunes filles accueillies, à qui l’on donne la parole, puis les services placeurs et les éducateur-trice-s.

Dans un premier temps, lorsqu’elles arrivent en foyer, les jeunes filles expriment de la surprise de se retrouver dans un cadre non mixte, puis le comparent à leur cadre de vie antérieur et y voient surtout une opportunité d’être en paix, car elles vivent de manière moins aiguë les enjeux de séduction dans lesquels elles sont souvent prises. Quant aux parents, ils sont rassurés de voir leur fille prise en charge dans un cadre non mixte, car les relations sexuelles ne sont pas possibles à l’intérieur du foyer. Pour les services placeurs, c’est dans des situations d’abus que la Servette, en tant que foyer non mixte, est privilégié.

Pour moi, il est important que le dispositif genevois de placement offre des espaces mixtes et non mixtes et que les services placeurs fondent leur choix de placement sur une évaluation de la situation. L’Astural a été pionnière dans la reconnaissance et la promotion de lieux correspondant aux besoins et aux attentes des filles.

Marie Anderfuhren/Sophie Rodari : Que pensent aujourd’hui les bénéficiaires et les acteur-trice-s du social de la non-mixité du foyer de la Servette ?

Rosa Gonzalez : Les filles expriment que le contexte non-mixte leur apporte de la tranquillité. Elles ne le disent pas comme cela, mais plutôt de la façon suivante : on est entre nous, on n’a pas besoin de se maquiller pour descendre (les salles communes du foyer se trouvent au rez, les chambres des jeunes filles au 1er étage), on prend soin de nous, on est protégées…

Pour les services placeurs, c’est différent. Le contexte s’est détérioré. Le manque de places est récurrent à Genève et, par conséquent, trouver une place prime de plus en plus souvent sur l’adéquation du lieu et de la prise en charge en regard de la problématique de l’adolescent-e. Si un-e assistant-e social-e (AS) exprime le souhait que la jeune qu’il ou elle suit soit placée à la Servette, il ou elle peut le mentionner, mais il est possible que ce souhait ne soit pas exaucé. Malgré tout, le choix de la Servette se fait explicitement en cas d’abus et de maltraitances, ou alors parce que nous mettons un accent particulier sur le travail avec les familles. Une des limites structurelles à la non-mixité est que nous n’accueillons pas de fratries mixtes. Il est aussi reconnu dans le milieu professionnel genevois qu’il manque une structure adaptée aux besoins des mères mineures qui ont des enfants à charge et qu’une solution durable doit être trouvée.

Nous expérimentons une toute nouvelle organisation des placements. Il y aura dorénavant une plateforme à laquelle les foyers seront en devoir d’annoncer les places vacantes et qui pourra orienter les enfants, adolescent-e-s à placer en fonction des places disponibles. Jusqu’à aujourd’hui, certain-e-s AS des services placeurs faisaient le choix eux-mêmes de s’adresser à nous. Il est sans doute erroné de prétendre que les AS n’auront plus la possibilité de faire valoir une préférence pour une institution à cause des caractéristiques spécifiques de la situation traversé-e par l’enfant ou l’adolescent-e pris en charge, puisque cette possibilité existera encore sous forme de mention écrite, mais plus sous forme de négociation en direct ; il faudra voir ce que donne cette nouvelle procédure sur la pertinence des choix effectués. Pour les éducateur-trice-s du foyer, le foyer de la Servette permet de travailler avec les jeunes filles la question de la protection, car les abus (négligences affectives et physiques, maltraitances, abus sexuels) qu’elles ont subis leur ont fait perdre leur capacité d’autoprotection. Ces abus sont banalisés par les filles elles-mêmes. Dans un espace non mixte, explorer cette question leur permet d’être moins dispersées et plus attentives à leurs souffrances. Mais aussi de restaurer leur image d’elles-mêmes. Nous souhaitons qu’elles profitent de ce temps au foyer pour qu’elles tentent de faire face à leur passé et aussi pour qu’elles se renforcent pour affronter leur avenir.

Marie Anderfuhren/Sophie Rodari : Pouvez-vous nous donner des exemples de la manière dont vous travaillez à la restauration de la capacité d’autoprotection et de l’estime des filles que vous recevez ?

Rosa Gonzalez : Nous travaillons par exemple sur la chambre, comme espace personnel et protégé. Ici, les chambres se ferment à clé. Il est essentiel que les filles apprennent à faire respecter aux autres cet espace de vie en sachant qui elles autorisent à entrer, quand et pourquoi. En dehors de leur chambre, les filles doivent s’engager dans la sécurité du foyer pour que toutes aient le sentiment que la sécurité du lieu est assurée. Toutes les situations d’effraction sont donc discutées pour que la sécurité du foyer soit la meilleure possible.

Les filles que nous accueillons ont « leur espace intime amoché », nous devons les reconnaître comme victimes tout en ne les enfermant pas dans ce statut. Le travail sur l’estime de soi s’effectue autour du projet personnel de la jeune. Nous les accompagnons dans la reconnaissance de leurs ressources et aussi dans la construction d’un futur professionnel. Les filles sous-estiment leurs capacités réelles et se découragent dans le rattrapage scolaire et leur choix professionnel. Nous devons les soutenir fortement pour qu’elles puissent construire leur autonomie de choix professionnel et financier futur.

Nous encourageons les filles à dire si et quand elles ne se sentent pas en sécurité, pour pouvoir travailler ces aspects. Il arrive par exemple que des garçons s’infiltrent dans les chambres des filles. Que les voisines de chambre aient l’espace de dire qu’elles ne se sentent pas forcément en sécurité, dans ces cas-là, nous semble important. Nous insistons sur le fait qu’elles doivent se responsabiliser pour leur sécurité. Nous encourageons la prise de parole à cet égard ; il s’agit pour nous de sortir d’une dynamique de banalisation du risque. Il me semble qu’une institution non mixte permet mieux de travailler cela. Il ne faut pas oublier qu’en institution mixte, il y plus de probabilités que des personnes abusées aient à partager un lieu de vie avec des personnes qui ont commis des abus.

Il y a également tout un travail que les filles mènent sur elles mêmes, entre elles et notamment en passant d’une chambre à l’autre. Cet espace peut être très chaleureux, même si s’y déroulent des « mélimélos » très adolescents. On y voit une certaine solidarité se développer entre elles. Il serait intéressant d’observer comment cela se développerait en contexte mixte.

Marie Anderfuhren/Sophie Rodari : Au foyer de la Servette, la mixité est de mise dans l’équipe éducative. Comment se partagent les responsabilités et les tâches ?

Rosa Gonzalez : L’équipe éducative se compose actuellement de huit professionnel-le-s qui ont tous et toutes la fonction d’éducateur-trice : cinq hommes et trois femmes. La parité dans l’équipe n’est pas un but en soi, il faut un équilibre entre les genres, mais l’ancienneté dans le métier et l’expérience de vie sont des éléments d’appréciation importants dans le renouvellement d’un poste. Les éducateur-trice-s en poste sont tous et toutes éducateur-trice-s de formation, à part un, qui est infirmier en psychiatrie. Dans le tournus éducatif vécu quotidiennement, tous les cas de figure sont possibles : des équipes mixtes, des équipes non mixtes composées que d’éducatrices ou que d’éducateurs. Les filles sont donc volontairement confrontées à toutes les variétés d’encadrement. Lorsque des équipes d’éducatrices sont présentes, parler de son intimité entre femmes est plus aisé et c’est donc un plus pour la population que nous accueillons.

La répartition des tâches est fonctionnelle. On n’y réfléchit pas trop. J’ai essayé d’attribuer le suivi du véhicule à une éducatrice mais, comme cela ne l’intéressait pas, cela a été abandonné. L’intérêt et la spontanéité sont donc pris en considération, autrement ça ne va pas. Je dirais que c’est comme dans la société, le clivage de genre s’estompe, mais certaines activités sont encore l’apanage d’un sexe comme le suivi du véhicule ou certaines activités sportives. J’ai par exemple des collaboratrices qui sont bricoleuses, alors que certains collaborateurs n’y toucheraient pas. Par contre, pour les repas, tout le monde s’y met et je trouve que c’est important, car les filles ont la possibilité à travers cette activité de se confronter concrètement à des modèles différents de ceux qui existent dans leur cadre familial.

En ce qui concerne l’attribution des délégations ou références, le genre n’interfère pas dans la décision, car la délégation est chez nous un instrument organisationnel, qui sert à assurer le suivi administratif et le lien au sein du réseau social. C’est donc l’éducateur-trice qui n’a pas de référence qui prend la délégation. Nous séparons ici clairement ce qui relève de la fonctionnalité de la structure de ce qui relève de l’éducatif et de l’affectif. Des jeunes peuvent ne pas investir leur référent-e et ce n’est pas grave, c’est comme dans la vie par ailleurs. Elles s’investiront dans une relation plus forte avec un-e autre membre de l’équipe éducative. Si nous avons opéré cette distinction, c’est aussi car nous devons sans cesse travailler avec les résidentes la question de la distance relationnelle dans l’action quotidienne.

Marie Anderfuhren/Sophie Rodari : Qu’en est-il des demandes des familles et des professionnel-le-s à ce propos ?

Rosa Gonzalez : Il n’y a en principe pas de demandes genrées de la part des familles. Elles ne questionnent pas la mixité de l’équipe. Une seule fois, en treize ans, une mère m’a dit qu’elle ne pouvait accepter le placement de sa fille à la Servette, car les éducateurs peuvent abuser des filles. Par contre, le fait que la direction soit assumée par une femme, en l’occurrence moi, a suscité à quelques reprises des tensions et dans deux cas un refus de placement par deux pères.

Une autre fois, une juge m’a demandé comment je pouvais faire travailler en soirée, la nuit et le week-end des éducateurs dans un foyer pour filles. Je lui ai rappelé à cette occasion nos règles de travail et nos protocoles d’intervention : on ne touche pas les filles, on ne les embrasse pas, on ne les prend pas dans ses bras, on ne les masse pas, etc. Ce protocole vaut pour tout-e professionnel-le, qu’il ou elle soit homme ou femme. On dispose aussi d’un protocole pour entrer dans leur chambre (frapper à la porte, s’annoncer, laisser un certain temps s’écouler avant d’entrer, etc.) car nous devons pouvoir y accéder pour des raisons de sécurité. Cela dit, il ne faut pas nier que la question peut être plus délicate pour un éducateur homme que pour une éducatrice, car les filles peuvent jouer sur cet aspect qui consiste à assimiler l’homme à un abuseur, en se plaignant d’entrées intempestives dans la chambre, par exemple, alors que l’adolescente était en petite tenue. Le protocole protège à la fois la fille et le personnel éducatif. Cela a même débouché une fois sur un dépôt de plainte de la part d’un éducateur. Mais cela ne doit pas empêcher d’avoir des éducateurs hommes pour des adolescentes, au risque sinon de tomber dans une politique du risque zéro. Or, il est toujours important pour le ou la professionnel-le, dans la relation éducative, non seulement d’assurer la sécurité de l’autre, mais aussi d’assurer la sienne.

En conclusion, Rosa Gonzalez : Le projet pédagogique proposé aux filles que nous accueillons a du sens pour elles et c’est ce qui compte. Nous leur transmettons le message qu’être une fille, une femme, c’est bien et les valorisons dans leurs choix de formation et de futur familial.

1Marie Anderfuhren/Sophie Rodari : Merci.

Commentaire

2La légitimité de l’intervention éducative non mixte au foyer de la Servette provient d’une attention fine portée aux enjeux multiples d’une tranche de vie particulière, celle d’une adolescence meurtrie. Leur rapport au corps, la consolidation de leur estime, la reconnaissance de leur potentiel, la réparation des abus prend en effet tout son sens dans un projet pédagogique qui vise de manière large à restaurer ces adolescentes dans leur dignité. La forte sexualisation liée à cette période de vie impose une grande vigilance aux professionnel-le-s dans la préservation de l’espace intime des jeunes filles accueillies.

3Toutefois, l’équipe éducative mixte et la direction doivent faire face à des projections extrêmement genrées de ce que devrait être une action éducative pour des adolescentes, pour garantir une interchangeabilité des rôles et des fonctions entre éducateurs et éducatrices.

4Ce qui semble ressortir de cet entretien est que la légitimité de l’action éducative développée provient du cumul des expériences engrangées et du partage constant de ces expériences au sein même de l’équipe.

Notes

1 ASTURAL signifie ASsociation d’entraide en faveur de pupilles du TUteur généRAL, institution créée en 1954 par le Tuteur général. Son nom a changé, mais l’acronyme est resté.

Auteur

Directrice du foyer de la Servette de l’association Astural, à Genève ; servette@astural.ch

© Éditions ies, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search