Version classiqueVersion mobile

Travail social hors murs

 | 
Joëlle Libois
, 
Laurent Wicht

Conclusion

Texte intégral

1Au terme de cette analyse, nous pouvons émettre une nouvelle hypothèse inscrivant des forces traversant l’action parfois paradoxales exogènes et endogènes agissant de manière explicite et implicite. Une des forces principales étant les modes de vie et codes des jeunes (verbaux et posturo-gestuels). Le travail social hors murs se construit également à partir de l’activité, dans le cours de l’action, se devant de réguler dans l’imprévu des interactions agissantes. L’irrégularité devenant peut-être le socle de régularité instituant ce type de travail.

  • 1 Notons que ces espaces ont été pris en ligne de compte à travers l’outil « journal de bord ». Tout (...)

2Nous avons utilisé le matériel vidéo pour filmer ce que nous avions défini comme activités significatives. Une fois le matériel récolté, nous nous sommes rendu compte que l’ensemble des séquences concernent des actions vécues avec les jeunes, comme si, la relation au public cible représentait la totalité de l’activité ou peut-être la part imaginée comme « noble » de l’action. Hors, comme nous l’avons vu, les espaces de régulations entre professionnels sont essentiels pour la compréhension et la définition de ce qui construit la spécificité de la fonction. C’est évidemment seulement en cours d’analyse que ces éléments sont apparus et si une prolongation du mandat s’avérait possible, nous aurions là un nouvel espace à explorer.1

3La question des régulations, que ce soit au niveau local, régional ou global apparaît comme fondamentale dans le champ des activités sur lesquels les résultats ne peuvent être prédéterminés. Le problème de la légitimité et de la justification de l’agir professionnel sont aussi des pistes émergentes de cette analyse inscrivant les concepts de genre et de style professionnels.

4Cette intervention centrée sur les différentes sources de normalisation de l’action devrait permettre une prise de conscience par les professionnels des nombreuses forces traversantes et agissantes sur leur activité. Si les TSHM peuvent porter un regard sur leur activité en prenant en compte la complexité des actions dans lesquelles ils sont impliqués, alors nous pouvons imaginer qu’une certaine liberté créative peut se déployer.

5Le contexte professionnel en milieu ouvert portant sur le hors de et sur l’after, nous incite à penser l’action comme se détachant de l’intention première des agents, se concrétisant ou prenant forme dans une logique propre et indépendante. Face à cet enchevêtrement non maîtrisable, la capacité professionnelle se situe dans l’acceptation de cette non maîtrise et dans la capacité à faire accepter et comprendre à l’environnement social et contextuel la richesse et la justesse de ces émergences hors normes pré établies. Ainsi l’action réelle se définit par elle-même et l’action prescrite devrait reposer sur l’acceptation d’une formalisation de l’action impossible et impensable dans une visée prédéfinie. Les textes en amont de l’activité servent de supports aux intentionnalités initiales des professionnels, permettant une construction de sens nécessaire au déploiement du travail humain. L’action elle, s’affranchit de ces données.

6Nous pourrions tenter d’éclairer ce renversement en repartant de présupposés implicites, qui sont profondément enracinés dans les traditions de la philosophie occidentale imaginant que l’Homme s’oriente d’abord dans le monde par la connaissance, dégageant ainsi des perspectives dans lesquelles s’inscrit ensuite son action. Ce mode de pensée se situe clairement dans une théorie de la fin et des moyens dont nous relèverons avec Hans Joas (1999) trois présupposés significatifs :

  • le sujet maîtrise son corps,
  • le sujet est autonome de ses semblables et du contexte dans lequel il agit,
  • le sujet a le plein pouvoir ou la maîtrise totale sur le déroulement des actions.

7La critique de ce modèle ne débouche pas nécessairement sur sa subordination à un modèle systémique, mais vise à dégager un autre modèle d’action où l’agir est conçu comme un processus qui, dans l’expérience quotidienne, n’est nullement articulé en fins et moyens, ni en enchaînement de séquences de ce type. L’expérience causaliste se trouve libéralisée, lorsqu’on considère qu’une multitude de causes est impliquée dans la moindre action, et que toute action provoque une foule d’effets. Nous nous éloignons alors d’une compréhension de l’action comme rationnelle qui s’appuie sur la pensée d’un sujet, seul capable d’agir en fonction d’un but prédéfini.

8Au terme de notre recherche, nous pouvons saisir la portée du texte de Hans Joas sur la créativité de l’agir (1999). Avec lui, nous pensons que comprendre l’action comme non rationnelle demande à l’inverse de tenir compte de l’importance du contexte dans un double sens. Toute action est située, a lieu dans une situation donnée. Cela présuppose un sujet agissant, qui n’est pas seul impliqué dans l’action et que l’enchaînement des actions reste imprévisible. De plus, il s’agit d’introduire les dimensions émotionnelles et spontanées comme source de production d’actions non maîtrisable. La visibilité des savoirs d’action a déployé de nouvelles articulations montrant que les objectifs généraux peuvent être divisés en sous-objectifs contradictoires, ils peuvent même être dès le départ contradictoires en eux-mêmes. Le lien entre le but poursuivi par l’organisation et la motivation de ses membres peut prendre des formes extrêmement diverses, et l’on ne peut en aucun cas conclure directement de la cohérence entre ce but et la finalité particulière de l’individu qui y exerce son activité (Joas, 1999).

9L’action en règle générale n’est pas d’emblée dirigée vers des fins clairement définies, en fonction desquelles s’effectue ensuite le choix des moyens. Le plus souvent, au contraire, les fins sont relativement indéterminées et ne se trouvent spécifiées que par une décision quant aux moyens à employer. La réciprocité des fins et des moyens signifie donc un jeu d’interactions entre le choix des moyens et la clarification des fins. En trouvant certains moyens à notre disposition, nous découvrons des fins dont nous n’avions même pas conscience auparavant. Les end-in-view ne sont pas des états futurs indistinctement perçus, mais des projets qui structurent l’acte présent. Ils nous guident dans le choix entre différentes possibilités d’action, tout en étant eux-mêmes influencés par l’usage que nous faisons de ces possibilités (Joas, 1999).

10Dès lors, il devient inopportun de considérer l’activité imposée ou prescrite – par soi-même ou par autrui – comme le prototype auquel doit se référer une théorie de l’action. Il s’agit d’accorder une importance essentielle à la différence entre les objectifs prescrits de l’extérieur et les fins qui se dessinent, mais peuvent aussi être révisées et abandonnées, au sein même de l’agir. Les gestes de routine, l’agir chargé de sens, l’action créatrice, l’acte nourri d’une réflexion existentielle ne peuvent être pensés selon le schéma des fins et des moyens (Joas, 1999).

11 Ainsi compris, le concept de situation est susceptible de remplacer le schéma de fin et de moyen comme première catégorie fondamentale d’une théorie de l’action. Dans le langage courant, nous disons que nous tombons dans une situation, qu’une situation se produit, que nous nous heurtons à elle ou que nous y sommes confrontés. Nous exprimons ainsi le fait que la situation est quelque chose qui précède notre action (ou notre inaction), mais qui appelle aussi celle-ci, parce qu’elle nous «  concerne », nous «  intéresse », ou nous «  affecte »… (Joas, 1999).

12Ainsi notre perception du monde apparaît désormais structurée par nos capacités et nos expériences de sujets agissants... Toutefois, si on accentue ainsi l’enracinement de l’action dans son contexte situationnel, il ne faudrait en aucun cas opposer à la version téléologique (centrée sur un but prédéfini) une sorte de réduction béhavioriste. Pour éviter l’interprétation téléologique de l’agir et son assujettissement traditionnel aux dichotomies cartésiennes, il convient de ne pas préordonner la perception et la connaissance à l’agir, mais de les envisager comme des phases de l’agir, par lesquelles celui-ci se trouve dirigé et réorienté dans ses contextes situationnels. L’instauration de fins ne se produit pas, dans un acte intellectuel précédant l’action proprement dite, elle est le résultat d’une réflexion sur les tendances et les orientations préréflexives qui sont toujours déjà à l’œuvre dans notre agir. Cet acte de préréflexion thématise des tendances qui opèrent bien souvent à notre insu, s’appuyant sur des perceptions. Or quel est le siège de telles tendances si ce n’est notre corps ? Ses compétences, ses habitudes et sa manière de se rapporter à son environnement constituent l’arrière-plan sur lequel prennent place nos fins conscientes, notre intentionnalité. Comment devons-nous alors nous représenter le passage de l’intentionnalité, du désir inscrit dans notre corporalité à l’instauration d’une fin ? Pour pouvoir s’assigner un but, l’individu doit avoir conscience que la réalité est indépendante de ses désirs, mais aussi que ceux-ci peuvent, par une action adaptée aux conditions données, transformer la réalité. L’acte créatif d’instauration d’une fin exige donc autant la préemption d’une réalité indépendante du sujet que la préservation en lui de la faculté de rêver et de désirer (Joas, 1999).

La constitution du schéma corporel dans les théories de l’action

13Un autre postulat, implicite dans la plupart des théories de l’action, consiste à admettre que les sujets agissants sont capables d’exercer un contrôle sur leur corps, puisque la plupart des théories de l’action ne font pas cas de celui-ci. Sans l’examen approfondi de l’influence et même de la force agissante que représente notre corps dans l’activité, nous risquons d’envisager sans conteste, une vision ou même une relation activiste au monde. Toujours en s’appuyant sur les travaux de Hans Joas (1999), nous pensons que la théorie de l’action se doit d’inclure également la passivité, la sensibilité, la réceptivité, la sérénité. Etats particulièrement agissants dans les métiers des relations humaines. Toutefois admettre une instrumentalisation totale du corps par le sujet agissant, ce serait refuser à l’individu toute capacité d’agir dans la créativité. Il s’agit donc de trouver des points d’équilibre entre l’instrumentalisation et d’autres types de corporéité, qui seraient, eux, d’ordre non instrumental.

14La théorie de l’action doit alors s’intéresser et prendre en compte autant la réalité d’un contrôle corporel construit comme processus de socialisation qu’à la manière dont l’individu perd prise ou encore apprend à relâcher ce contrôle, c’est-à-dire à la réduction intentionnelle ou non de l’instrumentalisation du corps. Les phénomènes de l’endormissement très bien décrits par Merleau-Ponty sont éloquents à ce sujet. Vouloir s’endormir et tenter de se « programmer » dans cette intentionnalité risque de contrecarrer un phénomène qui dépasse de loin toute injonction et risque de s’avérer tout simplement contre-productif.

15Cette recherche permet également de démontrer l’émergence du concept d’intelligence au travail, plus précisément ici, les dimensions sociales et subjectives de l’ingéniosité, nécessaires pour répondre aux demandes de prestation. Visibiliser l’intelligence pratique est également source de reconnaissance envers les professionnels en oeuvre.

16 La quête de la reconnaissance à travers la mise en visibilité de l’intelligence pratique déployée dans l’action comporte une dimension dramaturgique nécessaire pour que le travailleur puisse se constituer en auteur de son action et, si un certain nombre de conditions sont réunies, en recueillir quelques bénéfices identitaires (Jobert, 1999).

17Si les TSHM déploient déjà passablement d’intelligence pratique, espérons que cette investigation aura un effet stimulant sur les conditions permettant les bénéfices identitaires. En tous les cas, ce texte permet d’honorer l’intelligibilité des dynamiques propres aux contextes d’action et aux logiques de ces professionnels qui les traversent et les configurent.

Notes

1 Notons que ces espaces ont été pris en ligne de compte à travers l’outil « journal de bord ». Toutefois nous persistons à penser que l’outil vidéo nous aurait donné un excellent support à retravailler avec les professionnels.

© Éditions ies, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search