Version classiqueVersion mobile

Sans garantie de mixité

 | 
Marie Anderfuhren
, 
Sophie Rodari

Préface

Martine Chaponnière

Texte intégral

1La mixité hommes-femmes connaît un destin étonnant. De nombreuses personnes ignorent que pour arriver à l’état de relative mixité dans lequel nous vivons actuellement, il a fallu des centaines d’années. Il a surtout fallu que des femmes courageuses se battent pour ébrécher les bastions masculins de la politique et de l’économie, autrement dit pour occuper la sphère publique.

2Que la mixité soit le résultat d’une conquête, il est important de le rappeler puisque de nos jours, pour la majorité des gens, elle ne semble plus poser problème. Dans les milieux académiques, pourtant, on s’en préoccupe et on analyse les avancées, les reculs, les stagnations, les bienfaits et aussi les effets pervers de la mixité. C’est que celle-ci n’est jamais complètement acquise parce que son sort est lié à des valeurs mouvantes et hétérogènes : l’égalité, la liberté, la compétition, le pouvoir, la réussite, la maîtrise du désir. En fait, la mixité n’est ni naturelle ni définitive.

3Dans les milieux professionnels, en particulier dans des milieux peu mixtes comme la profession infirmière ou celles du travail social, la mixité constitue une véritable valeur. C’est « mieux » quand les équipes sont mixtes, entend-on le plus souvent. Cette vision repose au fond sur une vision assez traditionaliste des hommes et des femmes. On y trouve de façon sous-jacente l’idée de la complémentarité des sexes, autrement dit une conception naturalisante de la différence des sexes. Et dans les équipes mixtes se recrée alors une division sexuelle du travail qui apparaît comme normale et surtout enrichissante, tant pour les équipes que pour les personnes dont on s’occupe. On voit bien, avec cet exemple, que si la mixité est une condition sine qua non de l’égalité, elle n’est de loin pas synonyme d’égalité.

4Par ailleurs, de nombreux obstacles entravent encore la réalisation de la mixité. Pour les hommes comme pour les femmes, choisir un métier sexuellement atypique reste une gageure, tant les stéréotypes de sexe sont encore prégnants. Mais si les embûches sur la route de la mixité sont les mêmes pour les deux sexes, il n’en va pas de même des avantages liés au choix d’un métier atypique. Dans les professions féminines, on fait miroiter aux hommes les possibilités de carrière et la sécurité de l’emploi. Les hommes qui choisissent une profession féminine se concentrent dans certains domaines où ils peuvent créer un créneau masculin, comme la radiologie médicale par exemple. Rien de tel pour les femmes dans des professions masculines. Elles ont généralement peu de possibilités de carrière et commencent avec des salaires plus bas. Quant à la sécurité de l’emploi, elle est aléatoire dans la mesure où de nombreuses jeunes femmes arrêtent parce que le milieu est trop sexiste et qu’elles sont en situation de souffrance.

5Sabine Fortino l’a clairement démontré dans ses travaux : la mixité n’est pas l’égalité, elle ne remet pas en cause la division sexuelle du travail, elle ne remet pas non plus en cause les stéréotypes de genre, et cela essentiellement parce que la mixité « va de soi » et que sa gestion reste dès lors impensée.

6A elle toute seule, la mixité ne peut en effet pas remettre en cause la division sexuelle du travail. Celle-ci est si ancienne, encore si ancrée dans les mentalités, elle fait partie du notre inconscient collectif, elle structure non seulement le monde du travail mais aussi la sphère privée. Comme le dit encore Sabine Fortino, « là où s’arrête l’exclusion commence la discrimination ». Pour que la mixité puisse être un gage d’égalité, il faut, derrière les emplois mixtes, une réelle volonté d’égalité. Il faut une gestion délibérée de la mixité dans une visée d’égalité.

Auteur

Docteure en sciences de l’éducation, spécialiste de l’histoire et de la formation des femmes. Présidente de l’organe consultatif pour l’égalité des chances de la HES-SO, présidente de SOS Femmes Genève et membre du comité de rédaction de la revue Nouvelles Questions Féministes ; martine@chaponniere.com

© Éditions ies, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search