Version classiqueVersion mobile

Dynamiques du travail social en pays francophones

 | 
Marc Fourdrignier
, 
Yvette Molina
, 
Françoise Tschopp

Conclusion

Marc Fourdrignier, Yvette Molina et Françoise Tschopp

Texte intégral

1L’étude des dynamiques du travail social proposée par cet ouvrage se situe dans un contexte sociétal en profonde mutation. L’approche internationale, illustrée par cinq pays francophones connaissant des contextes contrastés de par leur histoire, leur situation économique, culturelle et politique, a permis de mettre en exergue des enjeux de transformations dans le champ du travail social.

2S’agissant de la problématique posée, centrée sur les évolutions du paysage professionnel, il apparaît de façon prégnante des similitudes malgré des situations contrastées : l’extension du secteur de l’action sociale, le virage des années 1980 avec l’introduction du courant néolibéral, des régulations étatiques dans un champ composite public et privé au nom de l’intérêt général, des tensions au sein des professions pour conserver autonomie et reconnaissance de leur expertise, les réorganisations des dispositifs et systèmes de formation, etc. Ces points de convergence sont dégagés afin de mettre en lumière des enjeux communs relatifs aux transformations des formations et des pratiques professionnelles pour les pays analysés tout au long de l’ouvrage.

3Les dynamiques du travail social ont été étudiées à travers le concept de professionnalisation pour désigner l’ensemble des processus à l’œuvre. Ce dernier fait référence de façon très imbriquée au champ de la formation, aux pratiques professionnelles, aux contraintes institutionnelles et organisationnelles, aux formes de reconnaissance professionnelle.

4Nous l’avons vu, ces dynamiques engagent des recompositions à la fois dans leurs enjeux individuels (parcours des individus construits sur la base de mobilités et de ruptures professionnelles, de la formation initiale, de la formation continue, pratique de la réflexivité par les savoirs d’expérience, etc.) et dans leurs enjeux collectifs (statut, reconnaissance, certification, référentiels professionnels, concurrence et marché du travail, autonomie/hétéronomie du groupe professionnel, etc.).

5L’analyse de ces dynamiques met en évidence des enjeux fortement enchevêtrés : politiques à travers les régulations étatiques, économiques dans le cadre de l’offre de formation initiale et continue, des enjeux propres au marché du travail avec notamment le positionnement des employeurs, des enjeux de pouvoir au niveau des ordres ou organisations professionnelles. Ces mutations s’inscrivent dans une dimension collective de la construction des professions. Elles sont repérables dans la sphère des statuts, de la certification, de la reconnaissance des diplômes. Elles se trouvent au centre de la définition de ce que doit être une profession via les référentiels professionnels dans une logique hétéronome. Cette approche est relativement vérifiée avec l’apparition des référentiels professionnels normés dans la plupart des pays étudiés.

6Les lieux de la socialisation professionnelle apparaissent également comme un marqueur fort des enjeux symboliques et de pouvoir des professions du travail social. Le lieu d’acquisition d’une culture professionnelle se partage selon les pays entre université, haute école, établissement de formation et terrains de stage. Selon les situations et l’histoire de chacun des pays comparés, certaines transformations semblent s’opérer de manière fluide sans que les tensions soient vives, comme un « allant de soi ». Pour d’autres pays, a contrario, les tensions sont vives et les transformations nécessitent d’âpres débats débouchant sur des situations de compromis. Des parallèles peuvent être ainsi instructifs dans l’observation des évolutions d’un pays à un autre selon leurs points d’avancée. Autrement dit, les interrogations posées pour certains à un moment t et les réponses apportées peuvent être riches d’enseignements pour d’autres pays qui connaissent des processus quasi similaires. Prenons les cas de la Suisse ou de la Belgique, qui ont placé leurs formations sociales au cœur des Hautes écoles et dont l’antériorité de cette expérience permet de dégager des enseignements riches pour la France par exemple, qui se lance dans un projet peu ou prou identique. Le cas du Luxembourg est assez éloquent également par le passage de la formation en école de travail social à l’université avec la création d’un bachelor.

7Malgré le caractère diversifié et contrasté des situations présentées dans les cinq pays francophones étudiés, le pari est tenu. Il permet de dégager des similitudes en termes d’enjeux des dynamiques à l’œuvre pour le secteur du travail social. Les différentes configurations présentées dans cet ouvrage démontrent qu’après la grande expansion du secteur de l’action sociale pendant la période dite des Trente Glorieuses, le virage des années 1980 est marqué par l’introduction de pratiques issues du courant néolibéral dans le secteur pour l’ensemble des pays approchés.

8Par ailleurs, si l’histoire des différentes professions sociales est marquée par le sceau du philanthropisme, de la charité et de la religion dans les débuts du XXe siècle, les évolutions des professions montrent comment chacune d’elles, quel que soit le pays, a souhaité se sortir du caritatif et du bénévolat, ou bien encore du domestique et de la famille, pour accéder à un statut et une reconnaissance professionnels.

9L’une des caractéristiques communes est la volonté de créer et de faire perdurer des diplômes génériques du travail social capables d’adaptation aux organisations employeuses et aux problématiques des populations. Qu’il s’agisse de l’adaptation à un secteur particulier du secteur social ou médico-social, à des populations ou des problématiques diversifiées, à des organisations institutionnelles à géométrie variable et au statut hétérogène, les professions prétendent être prêtes à répondre à ces situations variées. Le perfectionnement, les spécialisations sont l’affaire de la formation tout au long de la vie. Elle implique les employeurs et les organismes collecteurs dans la mise en œuvre et le financement de cette offre de formation.

10Cet ouvrage s’est également intéressé aux différents types de régulation qui émaillent le secteur de l’intervention sociale. Ces régulations s’inscrivent dans une logique hétéronome de contrôle de la profession. Elles rentrent en tension avec la logique d’autonomie du groupe professionnel. Celle-ci est incarnée soit par un ordre professionnel comme au Québec, soit par des organisations professionnelles comme en France. Ces deux types de configuration ne provoquent pas les mêmes effets dans les rapports de pouvoir qu’ils induisent dans l’arène. Ces régulations constituent des marqueurs afin d’analyser les transformations ou recompositions des groupes en présence. Les luttes pour gagner en autonomie pour les professions ou en contrôle pour les organismes de tutelle ou les institutions employeuses sont bien évidemment contingentées par le cadre juridique national et international qui les structure, la situation politique et économique du pays concerné, ses cultures. C’est en cela que les configurations qui en résultent diffèrent d’un pays à un autre dans les choix qui viennent trancher des enjeux qui semblent communs au premier regard.

11L’exemple des référentiels professionnels est significatif. Largement introduits dans les formations et/ou dans les activités professionnelles de l’intervention sociale pour la majorité des pays analysés, il n’en reste pas moins que leur mise en œuvre prend des allures diverses. On assiste à une démarche participative, de co-construction, d’imposition ou de compromis entre les différents acteurs concernés comme les professionnels, l’ordre professionnel quand il existe, le monde de la formation/enseignement, l’Etat, les employeurs. Les référentiels sont repérés pour beaucoup, selon les modalités de mise en œuvre, soit comme un cadre rassurant, un cadre de traitement équitable malgré des variations territoriales nationales, soit comme un danger pour l’autonomie du groupe professionnel. Ils peuvent être vécus, selon la méthode mise en œuvre, comme l’imposition de normes qui affaiblissent l’autonomie des groupes professionnels quant aux choix des activités, à la définition de chaque profession, à tout ce qui la constitue dans ses habitus professionnels et qui n’apparaît pas dans la définition via les référentiels.

12Au-delà du rôle de l’Etat, qui est bien présent dans les dynamiques, d’autres paramètres rentrent sur la scène des transformations. Il s’agit plus spécifiquement des transformations sociétales plus larges, qui induisent des phénomènes d’appropriation et de contrôle afin d’infléchir les interventions avec certaines orientations définies par les pouvoirs publics au nom de l’intérêt général. Dans un secteur hétérogène où l’influence du public et du privé à but non lucratif est encore très marqué, les pouvoirs publics entendent conserver le contrôle, notamment là où des exigences s’imposent comme des contraintes supranationales. Aussi, les tensions peuvent-elles paraître vives parfois, au vu des transformations politiques, comme nous le voyons dans la contribution abordant l’exemple de la Belgique avec le principe de l’Etat social actif.

13Les groupes professionnels vivent des tensions perpétuelles qui les transforment, les recomposent, les placent en situation paradoxale, comme pour le cas des assistants familiaux en France. Ils n’ont pas la garantie du maintien et du monopole de leur intervention, malgré l’histoire qui les a forgés.

14Par ailleurs, des métiers émergents voient le jour dans des contextes sociaux en mutation, là où il est demandé de l’adaptabilité. Si l’émergence de ces métiers représente une opportunité en termes d’offres de formation, les motifs de développement de ces nouvelles offres sont nombreux : économiques pour le secteur de la formation, adaptation et grande souplesse des intervenants sociaux pour les employeurs, des métiers non construits sur le plan collectif et donc plus malléables sur le marché du travail, des possibilités d’insertion professionnelle pour certains publics en reconversion dans un contexte de crise économique, etc. Ces mouvements à la croisée des attentes des employeurs, de la pratique professionnelle et du secteur de la formation ne sont pas sans interroger les effets de concurrence entre professions établies du travail social et métiers dits émergents.

15Enfin, l’un des enjeux perceptibles au travers des différentes contributions à cet ouvrage collectif concerne la question de la reconnaissance de l’expertise des groupes professionnels, et donc de leur visibilité. Les transformations en cours, ou déjà opérées, quant au lieu de socialisation professionnelle et d’articulation entre le terrain de la pratique de l’intervention et l’espace de la formation ou, autrement dit, la formation par l’alternance présente un enjeu symbolique et matériel fort pour la reconnaissance professionnelle. Là encore, des jeux inégaux de concurrence rentrent en scène pour déterminer la légitimité des acteurs en présence, comme nous l’avons vu dans le cas suisse entre hautes écoles et université au regard des enseignants/formateurs au travail social. Ces enjeux se situent à la fois sur la scène de la formation et sur la scène de l’intervention sociale directement. Au-delà des enjeux symboliques dans cette lutte des places, c’est aussi l’expertise des groupes professionnels, par la production de connaissances et de savoirs, qui est interrogée. Cette expertise n’a de sens que si elle est en capacité d’articuler les savoirs expérientiels aux savoirs dits académiques ou, autrement dit, aux disciplines hétérogènes sur lesquelles le travail social est adossé. Certains pays ne se posent pas la question, tant la démarche est inscrite de longue date dans les pratiques de formation/enseignement et les pratiques professionnelles de l’intervention sociale. Lorsque la place de la recherche est interrogée au sein du travail social comme c’est le cas pour la France, il s’agit aussi de resituer ce pouvoir d’expertise à un secteur non reconnu encore dans ses capacités de production de savoirs. Ainsi, la recherche se présente-t-elle comme un enjeu commun pour l’ensemble des pays analysés dans sa fonction de reconnaissance en termes d’expertise d’un secteur d’intervention, voire des professionnels. Pour autant, force est de constater que les uns et les autres n’en sont pas au même niveau de reconnaissance à cet égard. Là encore, l’analyse des dynamiques pour chacun des pays permet des points de comparaison qui, toutefois, nécessitent de la prudence quant aux variations des situations rencontrées dans l’histoire du développement de chacun.

16Certains enjeux n’ont pas été traités ou sont seulement effleurés dans cet ouvrage et mériteraient d’être analysés ou approfondis sur le plan international dans la poursuite des travaux engagés. Il s’agit par exemple de la question de la formation des enseignants/formateurs/chercheurs et de leur profil au regard des exigences de la socialisation professionnelle. Les profils, là aussi, sont hétérogènes et interrogent les professions en termes de construction de modèle de référence. S’agit-il d’être un « bon enseignant » dans une discipline donnée pour accéder à la culture professionnelle vers laquelle la formation souhaite préparer ? Ou, a contrario, la socialisation professionnelle implique-t-elle de se doter de formateurs issus du sérail afin de garantir un professionnalisme adapté à la pratique professionnelle du terrain ?

17Un autre aspect serait à explorer. Il concerne plus spécifiquement les profils des jeunes générations de professionnels et des personnes qui souhaitent se former à l’intervention sociale. Une littérature abondante existe pour qualifier le travail social comme une voie d’engagement. L’analyse des évolutions et recompositions à l’œuvre, comme nous les avons mises en évidence tout au long de cet ouvrage, ne peut faire l’impasse sur le profil des nouvelles générations de professionnels du travail social. Il s’agit alors de croiser les analyses en termes vocationnels au regard des principes et valeurs du travail social. L’engagement ou la vocation sont-ils toujours des leviers sine qua non pour intégrer les professions sociales ? Certains auteurs abordent la question de la vocation aujourd’hui sous sa forme profane, ou bien encore de nouvelles formes d’engagement des jeunes générations. Ces nouvelles formes d’engagement s’ajusteraient-elles mieux aux valeurs du tournant néolibéral qui s’est largement introduit dans la sphère de l’action sociale ?

18Enfin, les professions sociales, qui sont fortement féminines pour l’ensemble des pays étudiés, nécessitent également de porter l’analyse et les travaux d’investigation sur les transformations professionnelles au regard du genre. Les professions du care et de la relation à autrui sont essentiellement féminines pour l’ensemble des pays étudiés. Cette physionomie professionnelle genrée mérite une attention et une analyse spécifique afin de comparer les variations ou, au contraire, les similitudes entre les pays.

19Ces pistes énoncées et non explorées dans cet ouvrage pourraient ouvrir des perspectives qui présenteraient un réel intérêt à creuser, à investiguer comme pistes de recherche afin de mieux appréhender les évolutions, les transformations des dynamiques en mouvement dans le champ du travail social. Les intérêts des différents acteurs se présentent comme une arène où divergences et convergences rentrent en tension. L’approche internationale permet d’appréhender la complexité et rappelle que les processus de transformations professionnelles ne sont jamais figés, mais en mouvement permanent.

Auteurs

Sociologue, enseignant-chercheur au Centre d’Etudes et de Recherches sur les Métiers et les Professionnalisations (CEREP) à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, France.
Champs d'étude : La diversification des professionnalisations dans le champ sanitaire et social. L’analyse des politiques publiques et des politiques sociales.
marc.fourdrignier@univ-reims.fr | http://marc-fourdrignier.fr/

Responsable formation à l’Institut de formation sociale des Yvelines, à Versailles. Doctorante en sociologie à l’EHESS – Centre Maurice Halbwachs, Paris, France.
Champs d'étude : Les processus de professionnalisation du secteur social et médico-social.
yvettemolina78@gmail.com | www.cmh.pro.ens.fr/hopmembres/hopmembres.php?action=ficheperso&id=327&id_rub=

Professeure et ancienne responsable de son centre de formation continue, Haute Ecole en travail social – HES-SO, Genève. Superviseure et intervenante dans les équipes et les organisations, Suisse.
Champs d'étude : Les transformations des métiers du social, des structures institutionnelles et du champ de la formation.
francoise.tschopp@hesge.ch |

© Éditions ies, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search