Version classiqueVersion mobile

Dynamiques du travail social en pays francophones

 | 
Marc Fourdrignier
, 
Yvette Molina
, 
Françoise Tschopp

Troisième partie. Des enjeux de professionnalisation

Penser les conditions et enjeux de la réflexivité dans les pratiques professionnelles aujourd’hui

L’apport de Charles Taylor

Carine Dierckx

Texte intégral

1Les controverses suscitées par la multiplication des référentiels dans le secteur de l’intervention sociale, comme dans celui de l’éducation et de la formation des professionnels, sont vives aujourd’hui. On s’interroge sur la portée et sur les enjeux des transformations en cours dans l’action sociale et dans les services publics, et sur les formes de professionnalisation que ces référentiels promeuvent dans ces secteurs également. Si plusieurs modèles de professionnalisme s’affrontent (Demailly, 2008 ; Champy, 2009), on assiste à la domination d’un modèle managérial, techniciste, basé sur une formalisation et une standardisation accrue des pratiques. Ce type de professionnalisme est essentiellement instrumental : dans sa conception la plus schématique, le professionnel gère des problèmes, des situations, vise des résultats dont il doit rendre compte publiquement ou auprès des instances supérieures. Son travail est cadré, normalisé par des critères standardisés, des buts généraux définis par d’autres. Basé sur les principes d’efficacité et d’efficience, un tel modèle encourage le renforcement des compétences. La rationalisation des pratiques est aussi marquée par le retour en force, un peu partout, du naturalisme et du néo-positivisme dans les sciences humaines, et par le traitement informatique des données dans différents domaines d’intervention. Ils ont apporté de nouveaux concepts et points de vue, dits « universels », et de nouvelles modalités de coordination et de régulation des interventions, basées sur des indicateurs mesurables. Les articulations entre sciences et pratiques se sont resserrées avec des modèles scientifiques visant directement l’efficacité de l’action, notamment dans les neurosciences.

2Si ce type de modèle s’hybride avec d’autres formes de professionnalisme dans la réalité des pratiques, il tend, peu ou prou, à s’imposer et à se diffuser aujourd’hui dans le cadre des nouvelles politiques publiques, sur les terrains professionnels et dans les milieux de la formation professionnelle, tant dans les secteurs « non marchands » que dans les secteurs marchands. Et ce, au nom de critères considérés comme légitimes, y compris aux yeux de certains professionnels qui adhèrent à cette vision.

3Les tensions et controverses suscitées par ces évolutions sont cependant nombreuses, dans les différents champs, et des inquiétudes concernant le sens même des pratiques et des formations, leurs finalités, les conditions nécessaires pour pouvoir s’exercer, les connaissances et capacités qu’elles nécessitent, se manifestent un peu partout. Le secteur social est particulièrement interpellé par ces transformations qui, selon des points de vue assez largement partagés, tendent à dénaturer les conditions et le sens d’un « travail du social », d’une pratique qui est d’abord relationnelle, qui touche à des enjeux sociaux vitaux pour les personnes et groupes concernés, déterminants pour leurs possibilités d’avenir, et qui est aussi profondément politique, en lien avec les questions de justice sociale.

  • 1 L’obligation de réflexivité peut sembler vide de sens dans certains contextes organisationnels trè (...)
  • 2 Voir entre autres Vrancken et Maquet, 2006.

4Dans cet article, je propose une mise en perspective d’un des enjeux de ces transformations et controverses, celui qui concerne la réflexivité dans les pratiques professionnelles. Cette notion polysémique et assez floue est très souvent invoquée par différents acteurs et observateurs du social et des formations qui s’insurgent contre les nouveaux modèles managériaux, selon des arguments qui peuvent être variables, touchant aux savoirs et aux orientations spécifiques de leur profession ou à la singularité des contextes, des situations, des usagers. Dans les formations professionnelles, le modèle du « praticien réflexif » (Schön, 1994) s’est très largement diffusé depuis 20 ans et a inspiré certaines réformes qui cherchent à renforcer cette « réflexivité des pratiques », selon des acceptions qui sont elles aussi plurielles, en lien avec les contextes organisationnels et institutionnels spécifiques (Tardif et al., 2012). Paradoxalement, celle-ci est également promue par les nouveaux modèles managériaux. Toute la question est alors de savoir quel type de réflexivité ils rendent possible, dans les pratiques professionnelles et dans l’orientation des organisations1. La prise en compte de la réflexivité est variable selon les référentiels de compétences et leurs usages. Enfin, on la retrouve dans différents modèles d’intervention en travail social, qui prônent le « travail sur soi » de l’usager2.

5La « réflexivité » est ainsi brandie aujourd’hui, de tous les côtés, comme une nouvelle norme, comme un nouveau critère de légitimation de l’action, comme un indicateur de professionnalisme (Couturier, 2000). Mais elle recouvre des significations qui peuvent être diamétralement différentes, selon les contextes et les acteurs – ou actants comme les référentiels – qui s’y réfèrent. Une telle pluralité montre à la fois la richesse sémantique de la notion et son ambivalence. L’usage d’un même terme peut en effet conduire, si on n’y prend garde, à des confusions de sens, voire à certains détournements de sens. D’où l’importance de tenter d’en décoder les implicites, d’en identifier les sources de significations et les effets pragmatiques. Mais au-delà de ce travail analytique, l’intérêt est également de chercher à en approfondir les potentialités, le sens : la réflexivité, qui apparaît aujourd’hui incontournable, est selon moi à prendre au sérieux, à penser et à déployer.

  • 3 Ce travail s’inscrit dans un projet de thèse de doctorat en cours.

6Je propose ici d’interroger cette notion et certains de ses usages, et de penser d’un point de vue philosophique, à partir de la pensée de Charles Taylor, aux conditions qu’elle implique et aux enjeux de sens qui la sous-tendent, au cœur des pratiques professionnelles du social et de la professionnalisation des travailleurs sociaux. La perspective anthropologique globale de Taylor permet selon moi d’éclairer de façon porteuse les tensions qui traversent la réflexivité, de mieux en comprendre les sources et d’en approfondir la portée significative et pratique, en intégrant une réflexion épistémologique, morale et politique. Je ne pourrai qu’ébaucher ici les axes centraux de cette perspective, dont l’ampleur demanderait d’autres développements3.

  • 4 J’ai développé ailleurs (Dierckx, 2010, 2013) une première analyse des tensions et malaises liés a (...)

7C’est donc plus spécifiquement aux rapports entre pratiques et idées, et entre pratiques, identités et institutions dans la philosophie de Taylor, que je m’intéresserai ici4. Je reprends dans un premier grand point quelquesuns des aspects de sa pensée à ce sujet qui éclairent, selon moi, un des nœuds du conflit actuel concernant le professionnalisme et renvoient à un nœud plus profond, au cœur de l’identité moderne, entre deux grandes familles de conceptions : le modèle « épistémologique » et le modèle de la « compréhension » – dans lequel il inscrit sa propre démarche. Je tenterai de mettre en évidence les apports principaux de sa pensée sur ces questions et j’approfondirai sa vision de la réflexivité des pratiques, de ses potentialités, mais aussi de ses limites, et les illusions à son sujet dont il faut se méfier. C’est dans un deuxième point que je dégagerai, sur cette base, certains enjeux de la réflexivité pour les professions de la relation, et donc aussi pour les formations, dans les trois axes que sont les pratiques en situation, l’identité professionnelle et l’institution.

Pratiques, réflexivité et horizons de sens : l’apport de Charles Taylor

  • 5 Il définit la notion de pratique et analyse la complexité et la pluralité des rapports entre prati (...)

8La démarche fondamentale de recherche de Charles Taylor est une exploration anthropologique, qui vise à rendre explicites les implicites présents dans les conceptions et les pratiques, en étant attentive à la pluralité des voix qui s’y manifestent, et à déployer toutes leurs potentialités, leurs sources, leurs richesses, leurs limites ou leurs dangers. Sans nier l’impact de facteurs matériels et structurels dans la transformation de nos sociétés, Taylor met l’accent, dans son analyse – dans une perspective proche de celle de Max Weber –, sur le poids des idéaux, des horizons de sens culturels, des identités dans les orientations des pratiques et dans leurs transformations sociales, en tenant compte des ancrages pratiques et sociaux de ces idées5. Cette approche n’est pas purement descriptive ou explicative. Son but est en effet de critiquer et de modifier notre compréhension de nous-mêmes à des fins pratiques. La réflexivité et sa finalité pratique sont donc au cœur de son questionnement, qui est indissociablement épistémologique, moral, politique et ontologique. On dégagera ici, sur cette base, certains des arrière-plans conceptuels et culturels des différents modèles de professionnalisme qui expliquent en partie leur prééminence, au-delà des explications plus structurelles comme les évolutions du capitalisme et de la bureaucratie, etc.

Pratiques et horizons de sens : deux modèles

9On peut voir, dans les modèles dominants du professionnalisme et dans le retour en force d’un certain positivisme sur lequel ils s’appuient, certaines affiliations avec des conceptions largement partagées, y compris au sein des milieux scientifiques, des pratiques et des rapports théorie/pratique. Celles-ci sont inspirées essentiellement du paradigme que Taylor appelle « épistémologique », qui prend sa source dans les débuts de la modernité, et a été fortement influencé par le rationalisme et l’empirisme (Descartes, Galilée, Locke notamment). Il se caractérise par une approche objectiviste, « désengagée » et atomiste – les faits sont décomposés – des comportements humains, basée sur une séparation – illusoire, selon Taylor – entre faits et valeurs, être et devoir-être. Ce modèle prône l’universalité et la neutralité de la science – qui ne fait que masquer son ethnocentrisme. Dans cette perspective, la théorie est aussi séparée de la pratique, et cette dernière est réduite à l’application de connaissances « scientifiques », de façon instrumentale. Taylor est très critique vis-à-vis d’un tel modèle.

La tradition épistémologique, dans son effort pour se libérer des erreurs gratuites de l’imagination incontrôlée, se livre pieds et poings liés à des images qui sont d’autant moins soumises à examen qu’elles ne sont même pas reconnues comme des images (Taylor, 1997 : VII).

10Il lui oppose la compréhension, inséparable de la critique, qui elle-même est inséparable de la critique de soi (voir notamment Taylor, 1997, 195-219). Celle-ci s’appuie sur une rationalité large, incarnée, dialogique et expressive, refusant la dichotomie entre faits et valeurs.

  • 6 Le chercheur est, tout autant que les acteurs qu’il observe, enraciné, situé, engagé et son discou (...)
  • 7 La notion d’« horizon de sens » est, en effet, centrale dans l’anthropologie philosophique de Tayl (...)

11Dans la perspective défendue par Taylor – et les tenants du paradigme de la compréhension –, on ne peut comprendre les pratiques humaines qu’en prenant en considération leur dimension intentionnelle et les arrière-fonds qui les rendent intelligibles – rendus invisibles par le modèle épistémologique : le corps, le langage et la communauté. Ce background est implicite et est une condition de possibilité indispensable de l’action humaine. Il renvoie à une sorte de précompréhension et ne peut jamais être rendu totalement explicite. Dans cette perspective, les pratiques sont déjà porteuses d’une connaissance elle-même implicite, non raisonnée. Celle-ci « est un processus actif qui requiert l’engagement d’un sujet situé, et la rationalité elle-même est quelque chose à quoi l’on parvient plutôt qu’un pur donné » (Taylor, 1991 : 127)6. Taylor prône sur cette base une conception différente de la rationalité, « dont le mérite serait de bien articuler l’arrière-fond de nos vies » (idem). Celle-ci définit aussi sa propre démarche d’enquête : la mise au jour des arrière-plans d’intelligibilité, des horizons de sens7 de nos pratiques. Une telle entreprise de clarification et d’articulation, par le langage et la raison – qui est essentiellement dialogique – ouvre la possibilité de mieux nous comprendre nous-mêmes et donne du pouvoir et du sens à l’action. Le théoricien n’est donc pas dans une posture fondamentalement différente du praticien, et sa démarche se construit en dialogue avec les acteurs, contrairement au premier modèle qui promeut une hiérarchisation et une séparation des rôles. On verra dans la suite en quoi ces deux postures promeuvent des formes très différentes de réflexivité.

  • 8 Comme le montre bien Philippe de Lara, l’horizon de toute la démarche de Taylor est pratique (Lara (...)

12La rationalité incarnée défendue par Taylor ne sépare pas les problèmes théoriques des problèmes pratiques8. Ces derniers doivent, selon lui, être traités la plupart du temps non à partir de modèles du calcul de décision à la lumière d’une situation donnée – séparant les deux moments de la délibération et de l’action – et sur la base des préférences de l’agent,

mais dans une activité de réflexion et d’expression de nos buts, de nos engagements et de nos idéaux, qui fait elle-même partie de l’action, qui dépend du contexte qu’elle modifie. C’est moi, être de chair agissant et agi, qui délibère sur ce que je dois faire, pas mon cerveau (Lara, 1998 : 369).

  • 9 La place de l’expression est en effet centrale dans la conception de Taylor. Voir entre autres « L (...)

13Il montre ainsi les limites de la raison procédurale, qui, en commençant là où les données sont déterminées, où les biens sont désignés, néglige tout le travail de l’« expression »9, essentiel dans toute activité linguistique et dans les actions que nous menons, influant sur la nature même des situations et des choix qu’elles offrent.

14On retrouve, dans le modèle critiqué par Taylor, certains présupposés au cœur des nouveaux modèles de professionnalisme, qui réaffirment, au nom de l’objectivité, le rôle des experts, de « la » science et du calcul dans la construction des problèmes et des solutions, tout en occultant la dimension intentionnelle, expressive des pratiques et leurs arrière-plans culturels : tant celles des professionnels, des publics auxquels ils s’adressent, que celles des experts eux-mêmes. D’autres approches du professionnalisme, des formations du social et des relations entre recherches et pratiques sont nombreuses à s’inspirer (parfois de façon hybride) de modèles différents (Demailly, 2008), selon des logiques multiples, et la réalité des pratiques ne correspond jamais à ces modèles abstraits.

L’action, l’expression et la règle

15Pour comprendre l’action humaine, il faut également comprendre les rapports qu’elle entretient avec les règles. Reprenant Wittgenstein, Taylor considère que le sens de l’action dépend des circonstances d’application de la règle pratique – les « valeurs faites chair », qui se distinguent des règles formelles. Contrairement à l’approche intellectualiste qui réifie les règles – en en faisant des « lois » déterminant les comportements humains de l’extérieur –, il faut prendre en compte la « compréhension incorporée » (habitus), chez l’agent, qui donne « corps » aux règles dans la pratique (Taylor, 1995 : 558-559). Il y a une relation réciproque entre règles et actions : la règle induit l’action, mais l’action transforme la règle (Pélabay, 2001 : 197). La notion d’habitus, reprise de Bourdieu, renvoie à l’incontournable interprétation de la règle et à une forme de compréhension située, circonstanciée et engagée.

La compréhension des pratiques dépend de leur inscription dans le temps et dans l’espace. Cette nature spatiotemporelle des pratiques permet à Taylor d’insister sur le fait que l’action se situe toujours dans l’incertitude (Pélabay, 2001 : 198).

  • 10 « Cela commence par un effort pour comprendre quel sens revêt une norme dans les circonstances par (...)
  • 11 Voir à ce sujet la distinction entre significations intersubjectives et significations communes ch (...)

16Aussi, définir les règles ne suffit pas pour savoir comment agir. Il y a toujours un « écart phronétique » entre la formule et sa mise en œuvre. Parce que l’application de la règle n’est pas mécanique, il s’agit pour l’agent de développer un discernement pratique10. Taylor approfondit cette perspective en montrant les liens entre les habitus corporels et les arrière-plans culturels (1995 : 563-572). Les pratiques comportent, en lien avec les habitus, une dimension expressive, vecteur d’identité, façonnant une communauté d’action et une communauté de sens. Elles obéissent à des règles sociales, dont le sens, largement implicite, s’inscrit dans un arrière-plan de significations partagées, un espace dynamique tissé à partir des interactions entre agents, qui n’exclut pas le conflit entre des interprétations opposées11. Tout cet arrière-plan est également incorporé dans les institutions et dans les actes.

  • 12 La singularité et la complexité des situations demandent, en effet, du fait des difficultés partic (...)
  • 13 « Capacité à remonter, à partir de données expérimentales apparemment négligeables, jusqu’à une ré (...)

17Cette analyse éclaire un des enjeux de la normalisation actuelle des pratiques professionnelles, par la multiplication des référentiels notamment, des codes éthiques, des normes institutionnelles et techniques, des règlements de travail, etc. Elle pointe l’illusion qui consiste à croire que la règle définit entièrement l’action et guide son effectuation, en montrant l’inévitable décalage entre les deux et l’impossibilité pratique de suivre une règle « à la lettre ». Son approche du discernement pratique rejoint et prolonge les analyses de Florent Champy (2009) des pratiques « prudentielles » dont le travail social fait partie, pratiques qui nécessitent une certaine autonomie sur le plan cognitif, du fait du caractère qualitatif du travail, de la singularité des cas, de la singularité des solutions, de la nécessaire vue d’ensemble pour la compréhension et la décision, d’un temps de délibération, etc.12 Le raisonnement professionnel suppose alors de se référer à un « paradigme indiciaire »13, comme forme particulière de connaissance. C’est donc une erreur de juger le travail professionnel à partir de l’application scientifique.

Ré-instituer : les rapports entre pratiques, identités et institutions

18Pour Taylor, les règles explicites – lois, règlements, etc. – mobilisent également des habitudes comportementales largement implicites. La force des règles institutionnelles repose sur cette compréhension incorporée, sur l’existence d’un arrière-plan commun de significations. « Voilà pourquoi les institutions politiques perdent leur sens et leur légitimité lorsqu’on les cantonne à un rôle purement instrumental » (Pélabay, 2001 : 200). Cette dernière assertion fait entrevoir les liens fondamentaux entre pratiques et institutions sociales, entre pratiques et politiques.

La légitimité des institutions publiques est liée à leur capacité à refléter et soutenir l’identité collective […]. La fonction des institutions publiques n’est pas d’ordre utilitaire, mais identitaire : elles doivent être comprises dans leur dimension expressive, c’est-à-dire en tant qu’incarnation d’une certaine qualité de vie ou de certaines conceptions de l’homme (Pélabay, 2001 : 202-203).

19Face à la crise d’identité et de légitimité des institutions politiques et sociales, et à la montée de logiques gestionnaires, marchandes et/ou bureaucratiques, dans les institutions comme dans les pratiques, Taylor prône un réinvestissement du politique, de l’institution au sens fort du terme, notamment par la formation de projets collectifs par le biais de l’action démocratique (Taylor, 1994 : 123). La pluralité des formes d’expression est reconnue dans cette approche, on l’a mentionné : elle est au cœur du lien social. Les conflits sociaux expriment des antagonismes sur les valeurs collectives, les buts et les moyens d’action qu’une société se donne. Ces conflits doivent pouvoir s’exprimer et être dépassés. Le débat public et le conflit social, les échanges entre social, économique et politique sont vitaux pour la démocratie, et les politiques néolibérales, incarnées dans les nouveaux modes de management, qui s’appuient sur une fausse « objectivité » et neutralité morale, ont tendance à les dissoudre. Afin de nourrir ces débats, un travail d’articulation pour clarifier les conditions de la vie bonne ayant forgé l’identité collective contemporaine – « les horizons de sens » – est pour Taylor nécessaire à mettre en œuvre pour réduire le malaise, et ainsi tenter d’harmoniser telos et conditions d’existence (Pélabay, 2001 : 230). Il s’agit de résister aux simplifications et de trouver place pour la créativité et l’innovation face à des biens en conflit, de concilier unité et particularité et de développer une identité complexe à plusieurs facettes, à la mesure de notre mouvante réalité (idem, 321).

20L’intérêt de l’analyse proposée par Taylor est de montrer la complexité de la réalité sociale et politique, la pluralité des affiliations qui sous-tendent les pratiques et identités et les tensions qui se jouent entre elles, au-delà des logiques plus structurelles qui façonnent l’ordre social. Il met ainsi en avant différents leviers de changement, des potentialités tant d’émancipation que d’aliénation des institutions et des enjeux clefs pour la réflexivité, en lien avec des horizons de sens à identifier et approfondir.

Réflexivité et réflexivité des pratiques dans la société moderne

21La question de la réflexivité est, en effet, au cœur de l’approche de Taylor : l’homme est, à différents degrés, un être réflexif, conscient de lui-même, attentif à lui-même. Dans Les sources du moi (1998), il s’attache à comprendre comment a pu se développer, et sous quelles formes, une réflexivité radicale, c’est-à-dire « lorsque ce qui nous importe est l’adoption d’un point de vue à la première personne » (Taylor, 1998 : 177), et que nous portons attention à notre expérience telle que nous la vivons, en nous concentrant sur la façon dont le monde existe pour nous. S’il retrouve une des premières sources de cette réflexivité radicale chez St Augustin, qui introduit la notion d’intériorité et de retour sur soi comme chemin d’accès à une condition supérieure, deux directions différentes seront prises à l’époque moderne, marquée par un profond mouvement de subjectivation. On retrouve ici les deux grandes familles de conceptions déjà identifiées. L’une est représentée par le courant épistémologique depuis Descartes, qui pousse à l’extrême le « je pense », comme extérieur aux choses que nous expérimentons (Taylor, 1998 : 179). La réflexivité radicale est essentielle à la position de maîtrise désengagée, définie par la raison procédurale et la connaissance objective (sur la base d’une transposition de l’expérience à la première personne du « je pense »). Mais Taylor voit un second chemin suivi par la réflexivité radicale dans sa quête d’un savoir plus sûr (Taylor, 1998 : 217), et dont il s’inspire lui-même, contre le premier modèle : elle implique une conscience de soi, mais dans une exploration engagée.

Dans la mesure où cette forme d’exploration de soi s’inscrit au cœur de notre culture, une autre attitude de réflexivité radicale, outre celle du désengagement, prend pour nous une importance capitale. Elle est différente et, par certains aspects, antithétique au désengagement. Au lieu d’objectiver notre propre nature et donc de juger qu’elle est sans rapport avec notre identité, elle consiste à explorer ce que nous sommes afin d’établir cette identité, parce que derrière l’exploration du moi moderne se trouve le présupposé que nous ne savons pas à l’avance qui nous sommes (Taylor, 1998 : 234).

22Il en trouve un exemple significatif chez Montaigne : sa description de soi ne cherche pas l’exemplaire, l’universel ou l’édifiant, mais épouse simplement les contours de la réalité changeante d’un être, lui-même, en tant qu’être singulier inimitable.

La recherche par le moi d’un accord avec soi-même, qu’inaugure Montaigne, est devenue l’un des thèmes fondamentaux de la culture moderne ; c’est du moins ce que je voudrais soutenir. Son objectif trouve encore un écho en nous (Taylor, 1998 : 238).

  • 14 Taylor est très critique vis-à-vis des formes narcissiques de la réflexivité, très présentes aujou (...)

23La réflexivité, qui s’est sédimentée historiquement dans diverses reconfigurations à partir de ces deux racines, est donc présente sous différentes formes dans les pratiques humaines aujourd’hui – des formes qui peuvent être futiles14, erronées ou plus « sensées ». Au-delà de cette reconstitution historique, Taylor interroge ces formes d’un point de vue épistémologique et moral, et cherche à en déployer les potentialités émancipatrices. Je ferai le lien dans le point suivant avec les usages de la réflexivité dans les pratiques professionnelles.

  • 15 Je ne distingue pas la réflexivité du chercheur de celle de l’acteur, car elles se rejoignent fond (...)

24Même s’il traite peu de ce concept de façon spécifique, il me semble que sa pensée en déploie les dimensions dans de nombreux aspects de son œuvre, en lien avec la spécificité de l’identité moderne. Sa propre démarche s’inscrit également dans cette quête de réflexivité de notre identité moderne. J’en développe ici quelques aspects saillants, qui, à mon sens, enrichissent sa portée15 : son « inéchappabilité », tout spécialement dans notre société contemporaine, sa dimension dialogique et incarnée, son lien avec l’historicité et avec des horizons de sens partagés, sa portée à la fois pratique, cognitive et normative, sa dimension pragmatique, identitaire et institutionnelle.

25La réflexivité est devenue, pour Taylor, inévitable dans le monde moderne, en lien avec le mouvement de subjectivation qui le caractérise : même si nous tentons de donner la parole aux choses, de leur propre point de vue, nous ne pouvons échapper à la médiation par l’imagination. Nous sommes toujours occupés à formuler une vision personnelle, et c’est pourquoi « nous ne pouvons renoncer à la réflexivité radicale et nous détourner de notre propre expérience ou de la résonance que les choses ont en nous » (Taylor, 1998 : 537).

26Elle est dialogique et incarnée, en lien avec notre identité qui se constitue dans un dialogue constant avec des « autruis significatifs », dans des pratiques et dans des rapports aux institutions : loin d’être désincarnée et pure construction subjective, mentale – qui s’appuie sur une vision dangereuse de « liberté autodéterminée » et dégénère, dans le narcissisme, dans des « formes basses » de liberté (Taylor, 1994) –, elle nourrit, potentiellement en tout cas, des actions portées par des horizons de sens élargis, par une meilleure compréhension de nous-mêmes, par une prise en considération du monde dans lequel nous vivons, qui donnent du pouvoir – des « formes hautes » de liberté – et peuvent être instituantes. Elle s’approfondit par la pensée et la réflexion, par la recherche intellectuelle. Elle est au cœur de la « raison incarnée » défendue par Taylor, qui, en tant que raison critique, est aussi critique de soi.

27Elle s’approfondit aussi par la confrontation avec l’altérité – on retrouve ici la démarche anthropologique de Taylor, qui est aussi une démarche comparative –, par exemple celle d’autres cultures, mais aussi, en partie du moins, celle qui constitue notre passé. Notre conscience de nous-mêmes est en effet rivée à l’histoire : quand nous commençons à oublier notre histoire, la référence au passé devient de plus en plus primitive, caricaturale. Plus notre vision de cet état antérieur – par rapport auquel nous nous définissons, par contraste – est déformée, moins nous comprenons la liberté que nous aspirons à vivre. Le passé, pour Charles Taylor, agit encore sur nous. Nous avons pour tâche essentielle de mettre à proximité ce passé, afin de mieux nous comprendre et comprendre le sens de nos actions : nous ne sommes pas des agents autosuffisants. Les idéaux, les horizons de sens qui constituent notre identité moderne restent vivants aujourd’hui, même s’ils ont tendance à être occultés dans l’orientation des politiques et des pratiques, dominées par les modes de pensée et d’action désengagés et instrumentaux. Afin de lutter contre les tendances lourdes de nos sociétés qui nous poussent vers l’atomisme, l’instrumentalisme et leurs conséquences néfastes, nous devons nous ressourcer à ces différents idéaux. Mais cela implique un travail critique, un examen réflexif, de clarification des convictions et valeurs, de confrontation aux situations changeantes et aux circonstances, de confrontation aussi des idéaux entre eux.

28La réflexivité est donc une exigence et implique des tâches importantes. Sa nécessité est renforcée du fait de la pluralité des horizons de sens et des cadres de référence dans notre culture et dans nos sociétés de plus en plus multiculturelles, mais aussi de leur caractère problématique. A la différence des sociétés anciennes, il n’existe aucun cadre de référence partagé par tous : aucun des cadres anciens ne constitue l’horizon de la société occidentale moderne tout entière. Les cadres deviennent problématiques – ils ne vont plus de soi –, pluriels, en conflit les uns avec les autres ; ils deviennent également l’objet d’une quête personnelle. Le sens n’est plus donné, tel quel, mais dépend de nos pouvoirs personnels d’expression, et donc d’une invention (Taylor, 1998 ; Dierckx, 2010, 2013).

29La conception développée par Taylor de la réflexivité s’inscrit, comme on le voit, dans un courant très différent de celui initié par Descartes et le courant épistémologique. Si elle ne peut être que radicale pour nous, elle est cependant ancrée, liée à notre condition humaine, et donc limitée du fait que nous ne nous voyons jamais de façon transparente dans le miroir.

Enjeux actuels de la réflexivité pour les professions de la relation

30L’approche des pratiques par Taylor a permis de mettre en avant leur dimension identitaire et culturelle et, à travers leur rapport aux règles – formelles ou implicites –, leur articulation aux institutions sociales et politiques. Elle offre également un éclairage des logiques qui sous-tendent le modèle managérial du professionnalisme. Le malaise identifié concernant l’évolution des professions de la relation ou à « pratique prudentielle » prend une signification nouvelle à partir de cette analyse. On peut faire l’hypothèse, sur cette base, que les institutions politiques et les nouvelles formes de régulation basées notamment sur les référentiels – et sur divers dispositifs qui les encadrent –, par leur rôle essentiellement instrumental, gestionnaire, ont perdu une partie de leur légitimité, faute d’incarner cette dimension expressive indispensable et de prendre en compte les langages incorporés dans les réalités sociales et dans les pratiques, dont les pratiques professionnelles.

  • 16 Taylor ne les nie pas cependant. Il les évoque de temps à autre, mais de façon marginale, dans ses (...)
  • 17 Les pratiques et les recherches dans ces domaines sont en effet riches de multiples affiliations, (...)

31Une telle approche comporte cependant certaines limites. D’une part, elle n’aborde pas en tant que telles16 les questions de domination dans les rapports sociaux, dans la constitution des habitus et des formes d’expression reconnues. D’autre part, la pensée de la technologie, dont les formes et les usages deviennent un enjeu majeur dans la régulation des pratiques et dans la définition de la « réalité », devrait être affinée. Mais cette approche ouvre des pistes nouvelles pour penser les enjeux de la réflexivité, notamment dans les domaines du travail social et des métiers de la relation, riches déjà de diverses formes de réflexivité17, face aux tendances dominantes qui ont été identifiées dans les logiques institutionnelles, mais aussi dans certains modèles de professionnalisme peu ou prou adoptés par les praticiens. J’évoque ici quelques pistes d’approfondissement possible de la réflexivité en prolongement de l’approche de Taylor, dans les trois axes que sont les pratiques en situation, l’identité professionnelle et l’institution.

Un travail d’exploration pratique, cognitif, politique

32On peut soutenir la nécessité que cette réflexivité soit à la fois pratique, cognitive et politique. Il s’agit de poursuivre un travail d’exploration de ce qui forge aujourd’hui le sens, les finalités des pratiques et des institutions du social, qui tienne compte de la dimension relationnelle avant tout des pratiques et de leur ancrage inévitable, et de se donner ainsi du pouvoir, à différents échelons, pour faire face aux logiques dominantes. Cela implique

  • de créer ou de maintenir des lieux pour mettre au travail les tensions qui s’expriment au cœur des pratiques, des institutions et des identités : de leur permettre de s’exprimer et de s’articuler, grâce à un travail de compréhension, de reformulation et d’approfondissement des arrière-plans d’intelligibilité en jeu et en conflit, en lien avec les réalités rencontrées ;
  • de développer un travail d’analyse des possibilités et des contraintes de l’action liées aux dispositifs et normes qui la régulent, un travail réflexif sur l’action « qui convient », sur ses orientations, ses présupposés et conditions, et donc un travail critique, qui est, comme le dit Taylor, aussi critique de soi et critique des cadres de référence utilisés.

33Par tout ce travail, il s’agit de préserver ou de retrouver la force expressive et instituante des pratiques, en articulation avec l’identité professionnelle, et les aspirations profondes qui motivent l’action.

Trois pôles de réflexivité

34Trois pôles de réflexivité, inter-reliés, où se réalise ce travail, peuvent selon moi être identifiés : une réflexivité « pragmatique », dans la singularité des situations rencontrées par le professionnel et dans la rencontre et la mise au travail avec les destinataires du sens de « l’action qui convient », une réflexivité de l’identité professionnelle et du positionnement qu’on occupe dans le champ, et une réflexivité plus large, concernant l’orientation des institutions et des dispositifs structurant les pratiques.

35L’identification de ces trois pôles de réflexivité, en tension et en interaction, permet d’élargir et de complexifier la notion de « réflexivité des pratiques » – entre autres face à la réflexivité promue dans les discours managériaux –, et de montrer qu’elle s’élabore constamment dans la confrontation des pôles, dans des débats, mais aussi au cœur des pratiques et dans des actions politiques. Elle est à la fois, comme dit précédemment, individuelle et collective, elle se pose sur les plans micro et macrosocial, elle porte, enfin, sur la dimension cognitive et normative, éthique et politique de l’action, ainsi que sur ce qui peut ou doit la conditionner, en s’interrogeant sur la façon de concevoir les situations, les réalités et d’y répondre. Il y a donc à penser aussi, sur cette base, la question du théorique. Mais cela demanderait d’autres développements que je ne peux traiter ici.

36La défense de ce type de réflexivité ne va pas de soi, car elle peut être déstabilisante face aux formes dominantes d’organisation et de régulation des pratiques. Elle suppose, comme évoqué, la création et la défense de lieux où elle puisse s’élaborer. Elle s’inscrit, fondamentalement, dans la perspective d’une action démocratique, qui ne nie pas l’importance de l’institution et de certaines formalisations, mais vise à redynamiser ses articulations avec la base éthique qui la constitue, en prenant en compte la question du conflit, de ses expressions, de sa négociation et de ses arbitrages, ainsi que la question du pouvoir (Ricœur, 1985).

Enjeux pour la formation et la régulation des pratiques professionnelles

  • 18 Ce point ne peut être détaillé ici, il demanderait d’autres développements.
  • 19 Soutenus aussi par divers acteurs du champ qui y adhèrent, par l’écho que ces présupposés ont chez (...)

37La mise en perspective de la réflexivité proposée ici, à partir du cadre plus général de la pensée de Taylor, offre, selon moi, de nombreux jalons pour penser la formation initiale et continuée des professionnels18. Face aux tendances évoquées d’une instrumentalisation des savoirs et des compétences au service de logiques gestionnaires centrées sur l’efficience et l’efficacité, déconnectées du réel et de la question des fins, elle apporte des repères conceptuels solides et pose des défis intéressants, à la fois pour déconstruire les présupposés sur lesquels s’appuient ces nouveaux discours et dispositifs qui s’intègrent progressivement – parfois insidieusement, en incorporant des langages et arguments issus de perspectives critiques – dans les milieux de l’éducation comme dans les pratiques professionnelles19, et pour soutenir des projets pédagogiques et des dispositifs qui donnent consistance à la notion de réflexivité et de « praticien réflexif » – devenu un slogan parfois vide de sens dans les milieux éducatifs (Tardif, 2012) –, en lien avec les enjeux de sens du travail social. Elle gagnerait cependant à s’élargir davantage aux rapports sociaux et à la domination, dans ses nouvelles configurations (Boltanski, 2009), et à une analyse plus fine du rôle des « non-humains » dans les pratiques (Latour, Foucault).

  • 20 Par exemple, le paradigme « indiciaire » dont parle Champy.

38L’approche développée ici de la réflexivité permet, enfin, de mieux circonscrire les enjeux de l’usage des référentiels dans les formations et dans la régulation des pratiques par un questionnement de leur statut (épistémologique et politique) et leur potentialité d’être des références pour l’action : au sens de la soutenir dans des orientations qui sont définies collectivement, et de lui permettre de s’exercer en tenant compte de la spécificité de son propre registre20. Au-delà des discours qui les justifient ou qui les dénoncent, il est nécessaire en effet de prendre en considération leurs effets pragmatiques sur les réalités qu’ils régulent et qu’ils contribuent à créer, afin d’évaluer les risques d’aliénation dont ils sont porteurs, mais également de saisir en quoi, sous quelles formes, à quelles conditions ils peuvent être reconnus comme légitimes, en lien avec la fonction expressive et identificatrice possible des institutions dans lesquelles ils s’inscrivent. De saisir aussi en quoi ils s’ouvrent – et ouvrent – aux potentialités instituantes et émancipatrices des pratiques, dans une visée démocratique.

Bibliographie

Références bibliographiques

Boltanski, L. (2009). De la critique : précis de sociologie de l’émancipation. Paris : Gallimard.

Champy, F. (2009). La sociologie des professions. Paris : Presses Universitaires de France.

Couturier, Y. (2000). L’inflation réflexive dans le courant praxéologique : indice de la reconstruction de l’idéologie professionnaliste. Nouvelles pratiques sociales, 13 (1), 137-152.

Demailly, L. (2008). Politiques de la relation. Approche sociologique des métiers et activités professionnelles relationnelles. Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion.

Dierckx, C. (2010). Les référentiels du social : raison instrumentale et horizons de sens. Les politiques sociales, 1 & 2, 27-42.

Dierckx, C. (2013). Raison instrumentale, réflexivité et horizons de sens : une problématisation philosophique des référentiels du social. Dans L. Carignan & M. Fourdrignier (Dir.), Référentiels de compétences et pratiques réflexives dans les formations sociales (pp. 49-66). Québec : Presses de l’Université du Québec.

Lara, P. de (Ed.). (1997). L’anthropologie philosophique de Charles Taylor. Dans C. Taylor, La liberté des modernes (pp. 1-17). Paris : Presses Universitaires de France.

Lara, P. de (1998). Les voies de la raison pratique. Dans G. Laforest & P. de Lara (Ed.), Charles Taylor et l’interprétation de l’identité moderne (369-370). Paris : Cerf.

Pélabay, J. (2001). Charles Taylor, penseur de la pluralité. Saint-Nicolas/Paris : Les Presses de l’Université Laval/L’Harmattan.

Ricœur, P. (1985). Ethique et Politique. Esprit, 101, 1-11.

Schön, D. A. (1994). Le praticien réflexif. A la recherche du savoir caché dans l’agir professionnel. Montréal : Les Editions Logiques.

Tardif, M., Borges, C. & Malo, A. (Eds). (2012). Le virage réflexif en éducation : où en sommes-nous 30 ans après Schön ? Bruxelles : De Boeck.

Tardif, M. (2012). Réflexivité et expérience du travail enseignant : repenser le « praticien réflexif » à la lumière des traditions de la pensée réflexive. Dans M. Tardif, C. Borges & A. Malo (Eds), Le virage réflexif en éducation : où en sommes-nous 30 ans après Schön ? (pp. 47-71). Bruxelles : De Boeck.

Taylor, C. (1991). Le dépassement de l’épistémologie. Dans J. Poulain (Ed.), Critique de la phénoménologie (pp. 115-135). Paris : Cerf.

Taylor, C. (1994). Le malaise de la modernité. Paris : Cerf.

Taylor, C. (1995). Suivre une règle. Critique, 579-580, 554-572.

Taylor, C. (1997). La liberté des modernes. Paris : Presses Universitaires de France.

Taylor, C. (1998). Les sources du moi. Paris : Seuil.

Vrancken, D. & Maquet, C. (2006). Le travail sur soi. Vers une psychologisation de la société ? Paris : Belin.

Notes

1 L’obligation de réflexivité peut sembler vide de sens dans certains contextes organisationnels très hiérarchisés et rationalisés ; elle peut aussi être au service de l’efficience et d’une efficacité purement instrumentale, et aller de pair avec de nouvelles formes d’obéissance (Demailly, 2008 : 342).

2 Voir entre autres Vrancken et Maquet, 2006.

3 Ce travail s’inscrit dans un projet de thèse de doctorat en cours.

4 J’ai développé ailleurs (Dierckx, 2010, 2013) une première analyse des tensions et malaises liés aux transformations des référentiels du social, en lien avec les nouveaux modèles inspirés du management et de la nouvelle gestion publique (NGP), en m’appuyant sur l’analyse des trois grands malaises que Taylor identifie au sein de notre modernité, et plus principalement le malaise de la raison instrumentale (les deux autres étant l’individualisme et la perte de liberté politique, qui lui sont indissociablement liés).

5 Il définit la notion de pratique et analyse la complexité et la pluralité des rapports entre pratiques et idées dans Les sources du moi (1998 : 265-268).

6 Le chercheur est, tout autant que les acteurs qu’il observe, enraciné, situé, engagé et son discours prend lui-même sens sur un arrière-fond, qui reste toujours en partie non articulé. L’incertitude épistémologique est ainsi une composante inéliminable de notre condition humaine.

7 La notion d’« horizon de sens » est, en effet, centrale dans l’anthropologie philosophique de Taylor et dans son analyse de la modernité. Dans Les sources du moi (1998), il développe une argumentation approfondie à ce propos et identifie les différents horizons de sens, qui sont fondamentalement des horizons moraux, au cœur de notre modernité, leurs sources et la façon dont ils se sont sédimentés historiquement (je ne peux les développer ici, faute d’espace). Il défend la thèse qu’ils sont indispensables à toute forme d’humanité et de société, y compris la nôtre, même si elle a tendance à les occulter ou à en avoir une vision dégradée (ce qui devient source de malaise). L’horizon est l’arrière-plan qui rend les choses significatives pour nous. Il constitue tout ce qui transcende le moi et qui a tendance à être occulté dans les dérapages du subjectivisme, mais qui est indispensable dans la constitution de notre identité. Il détermine ce qui importe, ce qui donne sens, ce qui construit mon identité (Taylor, 1998 ; Dierckx, 2010, 2013).

8 Comme le montre bien Philippe de Lara, l’horizon de toute la démarche de Taylor est pratique (Lara, 1997 : 5-6).

9 La place de l’expression est en effet centrale dans la conception de Taylor. Voir entre autres « L’action comme expression » (Taylor, 1997).

10 « Cela commence par un effort pour comprendre quel sens revêt une norme dans les circonstances particulières auxquelles l’agent fait face (phronesis), puis continue par la détermination du moment le plus favorable à la mise en œuvre de l’action (kaïros) (…) grâce à l’exercice inévitable de l’interprétation, la règle est, ou devient, ce que la pratique en fait » (Pélabay, 2001 : 199).

11 Voir à ce sujet la distinction entre significations intersubjectives et significations communes chez Taylor (1997 : 137-194).

12 La singularité et la complexité des situations demandent, en effet, du fait des difficultés particulières qu’elles posent à l’action, de développer un travail conjecturel (et non d’appliquer mécaniquement des savoirs scientifiques), portant sur une réalité qui échappe à toute maîtrise systématique. La délibération sur la décision est donc centrale, et cette dernière est toujours un pari. Ce type d’approche n’exclut pas l’usage de savoirs formels, abstraits, systématisés. Mais ceux-ci, loin de réduire l’incertitude, ne font que l’augmenter, puisqu’on est, dans ce type de réalité, face à une pluralité d’hypothèses.

13 « Capacité à remonter, à partir de données expérimentales apparemment négligeables, jusqu’à une réalité complexe qui n’est pas directement expérimentale » (Ginzburg, 1980, cité par Champy, 2009 : 86).

14 Taylor est très critique vis-à-vis des formes narcissiques de la réflexivité, très présentes aujourd’hui (Taylor, 1994).

15 Je ne distingue pas la réflexivité du chercheur de celle de l’acteur, car elles se rejoignent fondamentalement et peuvent entrer en dialogue l’une avec l’autre.

16 Taylor ne les nie pas cependant. Il les évoque de temps à autre, mais de façon marginale, dans ses analyses et dans certains exemples (cf. entre autres Taylor, 1998 : 268).

17 Les pratiques et les recherches dans ces domaines sont en effet riches de multiples affiliations, et les nombreuses tensions qui traversent ces champs ont forgé des formes intéressantes de réflexivité, visibles dans les pratiques, dans les recherches et dans les débats. Les identités et les pratiques professionnelles sont devenues elles aussi, dans certains secteurs, la matière de la réflexivité, qui est une forme de réflexivité sociale, interactive, renforcée encore par le fait qu’il s’agit de pratiques relationnelles, donc partagées avec d’autres, qui développent eux aussi une réflexivité (Tardif, 2012).

18 Ce point ne peut être détaillé ici, il demanderait d’autres développements.

19 Soutenus aussi par divers acteurs du champ qui y adhèrent, par l’écho que ces présupposés ont chez eux, du fait qu’ils renvoient à un arrière-plan culturel plus large (une des facettes de l’identité moderne), incorporé de façon parfois forte dans certaines identités subjectives et dans les habitus (Taylor, 1994, 1998).

20 Par exemple, le paradigme « indiciaire » dont parle Champy.

Auteur

Professeure de philosophie et d’anthropologie, maître de formation pratique. Chargée de cours à l’UQAM (Montréal), Enseignante (en pause-carrière) à l’ISFSC (Bruxelles) et à l’ISSHA (Mons), Canada/Belgique.
Champs d'étude : Les enjeux éthiques, épistémologiques et politiques du travail social ; la réflexivité des pratiques, articulations théories-pratiques, connaissance et action ; l'identité professionnelle ; l'interculturalité.
dierckx.carine@gmail.com | www.travailsocial.uqam.ca/Page/dierckx_carine.aspx

© Éditions ies, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search