Version classiqueVersion mobile

Travail social hors murs

 | 
Joëlle Libois
, 
Laurent Wicht

Chapitre 3. Le travail effectué

Texte intégral

Trois projets pour appréhender le travail réel

1Pour éclairer ce passage entre les différentes injonctions et prescriptions liées à la mission de TSHM et leur travail réel sur leurs terrains, nous nous sommes centrés sur trois actions et projets de la Délégation à la jeunesse (DEJ). Ces notions d’action et de projet apparaissent d’emblée comme centrales dans l’activité des travailleurs sociaux de la DEJ. Les collaborateurs de la Délégation ne nous ont pas proposé de travailler sur un quartier, sur un point chaud, ou encore sur une séquence d’activités d’une durée déterminée. Pour la DEJ, les notions de projet ou d’action en cours sont comme la colonne vertébrale qui organise l’action au quotidien de chacun de ses collaborateurs.

2A ce sujet leur rapport d’activités 2001-2002 est significatif du mode d’organisation de l’activité, puisqu’il est structuré sur la base d’une distinction entre les actions d’une part et les projets d’autre part :

3Les actions sont présentées essentiellement comme des interventions liées à des points chauds sur la base de sollicitations faites à la DEJ par les autorités, ses différents partenaires ou encore les habitants d’un quartier donné. Ces actions peuvent être de deux types. Ce sont soit des interventions brèves où l’action ponctuelle des TSHM auprès des partenaires concernés par la situation problématique suffit à désamorcer la tension ou redynamiser les acteurs locaux, soit des actions de plus longue durée prenant la forme de véritables projets élaborés avec les différents acteurs concernés

4La notion de projet est présentée par la DEJ, comme une « intervention visant le travail à long terme » et qui serait proposée par la Délégation elle-même. Le rapport d’activité mentionne à ce sujet des projets de petits boulots, de basket nocturne, de point d’information pour les adolescents.

5Sur le plan de l’orientation générale de l’activité de la DEJ, il s’agit de relever le distinguo opéré par la Délégation elle-même entre ces deux notions. En effet, si les actions s’élaborent sur la base et en réponse à des situations problématiques liées à la présence de jeunes dans l’espace public, les projets sont résolument présentés comme susceptibles de mener une prévention à long terme en permettant aux jeunes de participer et de trouver leur place dans la société. En fait, on pourrait résumer cette distinction faite par la Délégation elle-même, en montrant que l’action serait le volet réponse à l’insécurité du mandat du TSHM (travail sur les points chauds) et le projet, les propositions de la Délégation pour mener à bien le volet éducatif à destination des jeunes.

Le rôle de la Délégation est en premier lieu d’occuper le territoire, d’observer, d’écouter afin de pouvoir proposer des solutions collectives à même de briser le sentiment d’insécurité. Mais ces actions de type pompier ne sont valables que si elles sont accompagnées d’autres programmes visant un travail à long terme. (Rapport DEJ, 2002).

6D’un point de vue purement opérationnel la distinction entre actions de longue durée et projets ne paraît pas forcément évidente et il apparaît bien difficile de distinguer ces notions d’actions et de projets dans le quotidien de l’intervention du travailleur social. Comme nous le verrons, en pratique, dans le travail réel, il est relativement difficile de définir les interventions retenues pour la recherche par la Délégation en fonction de cette stricte typologie.

7En effet, selon le rapport d’activité 2001-2002, l’intervention Locaux dans le quartier de l’Europe et l’intervention Café-conseil à la gare seraient des actions et l’intervention basket dans le quartier de Geisendorf devrait être définie comme un projet.

  • 1 Une fois cette distinction montrée, nous retiendrons donc le terme projet comme terme générique pou (...)

8Au-delà de ce débat qui pourrait apparaître comme se cristallisant sur des détails sémantiques, l’intérêt d’une rapide analyse de ces interventions montre que leurs axes s’articulent à la fois dans une dimension de réponse à une situation de tension, ou à la visibilité de jeunes sur l’espace public et dans une dimension intégrative et participative des jeunes concernés. En fait, selon la typologie de la DEJ, ces interventions sont à la fois action et projet.1 Ainsi l’analyse qui suit tend à montrer que chacune de ces interventions s’inscrit très clairement dans le cadre dual de la mission de la Délégation.

Le projet locaux

9Le projet locaux en gestion accompagnée permet de mettre à disposition des jeunes du quartier Charmilles-Europe qui en font la demande des locaux destinés à la pratique de diverses activités, musique, modélisme. Un contrat de confiance est établi entre le groupe de jeunes, leurs parents et la Délégation. Le travailleur social hors murs se charge de l’établissement et du suivi de ce contrat.

10Le projet locaux est situé dans un quartier défini par la DEJ comme l’un des premiers points chauds repérés. En effet, le nouveau quartier de l’Europe situé en bordure de l’ancien quartier des Charmilles a fait l’objet de nombreuses discussions au Conseil municipal quant à son aménagement, et aux risques de déséquilibres sociaux liés à son confinement et à son absence d’équipements socioculturels :

Les habitants demandent des locaux depuis deux ans et on ne veut par leur en donner. Vous savez très bien qu’à côté de l’école de l’Europe il y a un local libre au rez-de-chaussée. La régie ne veut pas le louer, car les habitants qui habitent juste au-dessus ne veulent pas que des adolescents l’occupent, parce qu’ils font du bruit. (CM, séance du 6 décembre 2000, soir, motion : périmètre de Planète Charmilles 2503).

(…) quand on voit ce qui s’y passe, quand on a des contacts avec les habitants, on se rend tout à fait compte qu’il y aura du travail pour s’occuper des problèmes des jeunes. (CM, séance du 6 décembre 2000, soir ; motion : périmètre de Planète Charmilles 2503).

11Si l’implantation du projet locaux correspond bien à la notion de terrain prioritaire dans lequel risque de naître des tensions entre les habitants, il s’inscrit aussi dans le volet des interventions destinées à la jeunesse décrites dans le projet de résolution 84.

A l’heure actuelle, une des demandes les plus récurrentes concerne des locaux de répétition de musique et de réunion dont l’absence est manifeste dans bon nombre de quartiers (…) Les répercussions positives mesurées par la mise à disposition de tels locaux sont notamment l’expérience de la vie communautaire conduisant les jeunes à se responsabiliser et à devenir plus autonomes. Un local en gestion accompagnée implique en effet qu’il soit géré par ses utilisateurs et qu’il soit « visité » régulièrement par l’animateur en charge. (PR-84).

12Dans le cadre de la DEJ, les projets de locaux en gestion accompagnée ne sont pas simplement une demande de prestations faites aux TSHM par les autorités, mais font l’objet d’une véritable prescription sur la manière de procéder pour le TSHM en charge du projet. Ce quasi « mode d’emploi » de l’animation d’un local en gestion accompagnée s’explique sans doute par le fait que ce type d’offre proposée aux jeunes à déjà fait l’objet d’expériences éprouvées dans certaines communes du canton de Genève.

La Délégation à la jeunesse négocie avec les parents et les adolescents (éventuellement les régies et/ou les propriétaires des locaux) rassemblés dans un « groupe de base » une convention réglant les questions suivantes :

  • les relations entre la Délégation et les utilisateurs de locaux ;

  • la mise à disposition et l’usage des locaux et équipements ;

  • les règles d’usage des locaux.

Lors de son passage dans les locaux, le TSHM privilégie l’écoute et la disponibilité ; il entretient les liens avec les jeunes et contrôle le respect des règles. Des réunions sont agendées à intervalles réguliers. Ces conventions permettent ainsi de garder un contact avec les jeunes et leurs parents. (PR-84).

Le projet basket

13Le projet basket permet l’ouverture le soir de deux salles de sport municipales destinées à la pratique informelle du basket et du football. Des jeunes, qui ont le statut de grands-frères, moniteurs, ont été engagés pour l’animation de ces espaces. Trois TSHM de la DEJ sont en charge de ce projet.

14Le projet basket est complètement nouveau dans le contexte genevois. Il s’inspire d’une pratique zurichoise que la Délégation à la jeunesse a eu l’occasion d’étudier. Présenté comme un projet de prévention basé sur le sport et la culture urbaine, le projet basket s’inscrit, lui aussi, dans l’axe des interventions à long terme de la DEJ visant la participation et l’autonomisation des adolescents. Mais son implantation dans deux salles proches de bâtiments scolaires prend corps également sur un ensemble de tensions entre les jeunes présents dans les préaux et le personnel de l’école.

Il y avait déjà un groupe de jeunes qui squattaient la salle pendant six mois, le concierge était au courant, le doyen aussi savait qu’il y avait des jeunes qui rentraient dans cette salle, du coup il y a eu des tensions et ça a fini par exploser. Il y a toujours eu des tensions avec le concierge et le doyen, car les jeunes laissaient toujours du désordre dans cette salle. Un soir, ça a vraiment explosé, le concierge et le doyen se sont fait agresser par ces jeunes. Ils ont appelé la police qui a embarqué une quinzaine de jeunes et à partir de là, nous sommes intervenus. (TSHM2, sosie basket).

15Dans cette perspective le projet basket est assez significatif des enjeux de la mission de la DEJ. Il y a cette volonté, de la Délégation elle-même, d’ouvrir, de développer des projets à destination des jeunes dans un but éducatif, de développement personnel, mais simultanément, une situation de tension au niveau local, cette sorte de point chaud qui fait l’objet d’une demande d’intervention des TSHM. Contrairement au projet locaux ou la demande des jeunes est formalisée, la demande des jeunes des préaux concernés par le basket est implicite dans le sens où rien n’est formulé à une instance susceptible de leur fournir une autorisation d’occuper la salle, que ce soit aux autorités ou à la Délégation elle-même. Dès lors, l’occupation illicite de la salle avait pris le caractère d’une incivilité qui a débouché sur une tension aiguë entre jeunes et les différents responsables du bâtiment, comme le concierge ou le doyen.

Le projet café-conseil

16Le projet café-conseil est une petite permanence tenue par un TSHM devant la gare Cornavin, espace public fréquenté essentiellement par des personnes toxicomanes. Présent quelques heures par semaine, le TSHM met librement à disposition du café chaud.

  • 2 Le café-conseil se tient sur un muret à l’entrée du passage couvert de la gare Cornavin, dans un es (...)
  • 3 Comme les pratique par exemple l’association Carrefour-rue qui mène à Genève depuis de nombreuse an (...)

17Le projet café-conseil quant à lui, diffère quelque peu des deux autres projets retenus pour la démarche de recherche. Il n’a pas pour contexte un quartier d’habitation, comme c’est le cas pour le projet locaux. Il est implanté dans un lieu de passage, la gare, dans un espace que l’on pourrait qualifier de microespace.2 Le projet café-conseil ne vise pas exclusivement des usagers adolescents, mais plutôt de jeunes adultes et adultes toxicomanes. Ce projet s’inspire plus du travail de rue proprement dit, tel que pratiqué à Genève par d’autres organismes que la DEJ auprès des personnes en grande précarité.3 La population que ce projet touche n’avait pas été expressément désignée par le projet de résolution 84.

  • 4 C’est ce que montre, par exemple Chobeaux (1996) qui décrit les jeunes de la zone en France comme d (...)

18Ce projet peut cependant être situé lui aussi par rapport à la mission de la Délégation. En effet, un mécanisme décrit de longue date par les travailleurs sociaux genevois œuvrant dans le quartier de la gare montre que les jeunes toxicomanes du canton ont tendance à quitter leur lieu d’origine pour se réunir à la gare ; il en va de même pour les jeunes de la zone.4 En revanche, on peut faire l’hypothèse que si la réaction du public face à la présence de cette population, existe bel et bien, sentiment d’être gêné par rapport à un jeune de la zone ou une personne toxicomane faisant la manche, menus larcins dans les commerces avoisinants, elle ne remonte pas forcément à la Délégation. Dès lors, la gare Cornavin n’a pas fait l’objet de sollicitations officielles d’intervention, ce qui n’est pas le cas d’autres scènes de la drogue comme la place des Volontaires où la résolution 39 du Conseil municipal interpellait explicitement les TSHM de la Ville en leur demandant d’intervenir. Ainsi, le projet café-conseil vise plus le soutien et l’écoute aux personnes toxicomanes que la dynamique générée dans l’espace de la gare par leur présence.

Des projets pour aller « à la rencontre de »

19Qu’ils soient élaborés « à froid » comme c’est le cas du projet locaux sur la base d’une demande des habitants d’un quartier, « à chaud », dans un contexte tendu entre les acteurs locaux comme dans le cas du basket ou encore sur un mode plus exploratoire comme le café-conseil, ces différents projets permettent de concilier cette double injonction, faite d’une part d’un investissement par les TSHM de lieux fréquentés par les jeunes présentant, ou pouvant potentiellement présenter les caractéristiques d’un point chaud et d’autre part de l’offre de projets constructifs, susceptibles de permettre aux jeunes de se réaliser.

20Dans tous les cas, ces projets permettent de répondre à la première injonction du PR-84, à savoir « aller à la rencontre des adolescents en difficulté, voire en rupture de liens sociaux, là où ils se trouvent : cité, rue, préau, bistrot, parcs publics, etc., de façon à créer un lien et établir une relation de confiance » (PR-84).

21Dès lors, la question qui se pose pour le TSHM est la capacité à concilier leur arrivée sur un terrain inconnu visant l’établissement d’une relation de confiance avec les populations concernées, que ce soit les jeunes eux-mêmes, les personnes qui se plaignent des jeunes ou les différents partenaires, et l’élaboration d’un projet, parfois dans une relative urgence générée par un contexte tendu.

22Dans les trois cas, le démarrage du projet, ouverture de locaux des salles de sports, ou du petit espace-café permet de servir de support à l’implantation du TSHM dans le quartier concerné. Ce support du projet permet de justifier sa présence sur le terrain aux yeux des usagers et servir en quelque sorte d’outil de médiation pour une première rencontre, une esquisse de relation de confiance, une première « accroche ». Outil de médiation comme support à une accroche et établissement d’une relation de confiance apparaissent comme deux éléments incontournables pour permettre au TSHM d’être accepté et reconnu sur le terrain qu’il investit. Accepté et reconnu afin que du projet initial, basket, locaux, café-conseil émergent d’autres projets voulus, demandés par les usagers concernés eux-mêmes ; développement d’activités dans les locaux, jobs, petits concerts, films à partir du basket, sorties et camps pour le café-conseil.

23Ce processus que l’on pourrait qualifier d’immersion du TSHM dans le terrain où il doit intervenir nuance quelque peu le « aller à la rencontre de » demandé par le PR-84 qui pourrait être perçu comme une étape préalable et rapide à l’implantation de diverses actions sur les terrains concernés. En fait ce processus d’immersion se présente comme faisant partie intégrante de l’activité du TSHM, il en constitue même le socle, la base indispensable à tout autre action.

L’immersion, un processus à la base de l’activité du TSHM

  • 5 A cet égard, de nombreux exemples montrent que les jeunes par exemple justifient leur présence sur (...)

24L’élément premier de la mission du TSHM, le « aller vers les jeunes concernés là où ils se trouvent » montre bien que ce dernier ne peut inscrire son action dans un terrain conventionnel du travail social. En effet, Il ne s’agit pas d’accueillir des usagers dans le cadre d’un centre social ou encore dans un lieu d’animation, clairement présenté comme tel dans lequel les usagers pourront se rendre en connaissance de cause, mais bien d’investir le domaine public. Plus précisément, il s’agit d’un domaine public occupé par les usagers eux-mêmes qui le considèrent comme leur terrain.5

25Les TSHM sont donc appelés à investir le terrain de leurs usagers, c’est par exemple le cas des préaux d’école jouxtant les salles de sport ou le muret situé à l’entrée de la gare. Au mieux, les TSHM peuvent agir sur un terrain neutre, une fois le projet démarré. Ce peut être le cas des locaux, qu’une convention décrit comme un espace dévolu aux groupes de jeunes qui les occupent, mais qui règle dans le même temps la légitimité pour le TSHM de visiter les locaux ou encore les salles de sport dont l’animation et la gestion des règles sont confiées à des grands frères-moniteurs, mais dans lesquels la présence des TSHM est reconnue et acceptée. Il est donc rare que le TSHM soit appelé à faire venir les usagers sur son terrain, comme c’est le cas de la plupart de travailleurs sociaux. En effet, les bureaux de la DEJ sont situés au centre-ville, hors des quartiers concernés par les projets. Dès lors, seul le projet locaux prévoit d’inviter les jeunes à la Délégation pour formaliser la signature de convention. Dans ce cas, la relation entre TSHM et futurs usagers des locaux est généralement bien amorcée.

26Dans un premier temps, le TSHM se trouve donc étranger à un quartier, où la relation ne peut être établie sur la base d’un lieu reconnu comme support à une pratique de travail social. Sa personne et son statut sont inconnus des usagers potentiels, et sa présence, son action n’est pas explicitement sollicitée. Dans cette perspective, l’intervention sur un point chaud, le démarrage d’un projet apparaît comme impossible pour le TSHM sans passer par un processus d’immersion. L’immersion sur un terrain est par définition antithétique au concept de point chaud, sur lequel il faudrait intervenir rapidement. L’immersion demande du temps au TSHM pour être connu et reconnu par les usagers d’un terrain donné que ce soit des jeunes ou des autres acteurs usagers de ce terrain.

27Cette notion d’immersion est peu abordée dans la littérature consacrée au travail social. Même si d’autres travailleurs sociaux que les TSHM, comme les animateurs de centres de loisirs et de maisons de quartier, ou encore les assistants sociaux des Centres d’action sociale et de santé sont appelés à pénétrer un quartier, une commune, à y créer des contacts, des réseaux, et à développer une relation de confiance avec les usagers sur la base de leur vécu quotidien. Tout se passe comme si l’entrée sur un terrain pour un travailleur social était un processus naturel, simple étape préalable à l’action.

28En revanche, si cette notion d’immersion est familière des ethnologues appelés à pénétrer une communauté lointaine, de culture étrangère, elle a été aussi reprise par des sociologues pratiquant le travail de terrain dans des contextes, moins « exotiques ». C’est probablement les sociologues de l’école de Chicago qui les premiers, dans le contexte d’une Amérique du début du siècle en proie à de profonds bouleversements, livreront, en marge de leurs recherches monographiques sur des populations le plus souvent exclues ou marginalisées, quelques éléments utiles pour cerner le processus d’immersion. Plus récemment des sociologues comme Wacquant (2000) ou même des journalistes comme Wallraff (1986) publieront aussi des ouvrages permettant de faire émerger des éléments utiles à l’appréhension de ce mécanisme d’immersion.

  • 6 1923 pour l’édition originale en anglais.
  • 7 1943 pour l’édition originale en anglais.

29Peut-on alors rapprocher la démarche d’immersion de ces chercheurs de celle du travailleur social hors murs ? Le travailleur social n’entre pas sur un terrain incognito, voire travesti comme a pu l’être Wallraff dans sa démarche consacrée à démontrer l’exploitation dont étaient victimes les ressortissants turcs dans l’Allemagne des années 80. Il n’appartient pas non plus au monde des usagers qu’il pénètre comme l’a pu être Anderson (1993),6 dans le cadre de sa recherche consacrée aux hobos, travailleurs itinérants dans une Amérique en proie à des turbulences économiques. En revanche comme Wacquant (2000) ou Whyte (1996)7 avant lui, le travailleur social hors murs est appelé à entrer sur un terrain étranger, à observer, à se faire reconnaître et accepter, tout en participant à la vie des usagers, et, en plus, et c’est là où sa démarche diffère du chercheur, à mener une action.

  • 8 Nous faisons le choix de nous appuyer sur les comptes rendus de recherche de ces auteurs qui peuven (...)

30Dès lors se référer à ces deux derniers auteurs et à leurs démarches que près de cinquante ans séparent et transposer leurs positionnements de chercheur à celui d’un travailleur social n’est peut-être pas si singulier. Les terrains choisis par ces deux chercheurs et l’analyse des comptes rendus de recherche publiée par ceux-ci permettent de mettre en lumière quelques éléments intéressants qui pourront servir de cadre conceptuel8 pour décrire ce processus d’immersion dans le contexte du travail social hors murs.

31Un premier parallèle pourrait être fait concernant les types de terrain. Whyte va participer dans les années 40 au quotidien d’une bande de jeunes d’un quartier italo-américain de Boston. Ce quartier est stigmatisé par le reste des habitants de la Ville et l’hypothèse générale à l’égard de ce territoire est qu’il y règne anomie et désorganisation sociale. Wacquant de son côté, s’intéresse au ghetto afro-américain de Chicago en s’inscrivant dans un club de boxe local. Pour Wacquant, il s’agit de vivre au quotidien avec ceux qu’une partie de l’opinion américaine désigne comme constituant une classe dangereuse. A ce stade de notre démarche, nous ne tenterons pas une comparaison hâtive entre les caractéristiques des terrains de ces chercheurs et la situation genevoise. Pourtant, les terrains sur lesquels sont appelés à intervenir les TSHM, à savoir les espaces publics fréquentés par des groupes de jeunes dans des quartiers susceptibles de devenir des points chauds, se posent aussi comme des terrains mal connus, considérés comme étant source de tension sociale et les populations qui les fréquentent, notamment les jeunes, apparaissent à certains égards comme stigmatisées. Mais, en restant dans un premier temps à un niveau plus méthodologique, nous retiendrons des démarches de Whyte et de Wacquant la mise en exergue dans leurs comptes rendus de recherche d’éléments constitutifs de l’immersion tels que l’importance du temps passé sur le terrain, les tactiques de premières accroches avec les acteurs, le nécessaire appui de relais privilégiés, sorte de traducteurs ou de passeurs permettant de se familiariser avec les usages en vigueur du terrain, et la réflexion sur le positionnement même de l’intervenant.

Le temps

32Pour s’immerger parmi les jeunes de Boston ou encore les boxeurs du ghetto de Chicago, Whyte et Wacquant passeront chacun entre trois et quatre ans sur leur terrain respectif. Même si les TSHM de la DEJ n’ont pas encore le recul nécessaire en raison de la création récente de ce service municipal, prendre le temps pour établir des contacts sur le terrain apparaît déjà comme un élément important.

33Que ce soit pour établir un lien avec les partenaires d’un projet, comme les parents dans le cas du projet locaux.

Il s’agit de vérifier l’acceptation des parents et leur adhésion au projet, donc là il faut forcément prendre du temps, faire la tournée, je dirais des popotes, bien leur expliquer nos projets pédagogiques et éducatifs qu’il y a, et après leur demander si eux sont d’accord et puis faire une entrée en matière avec les enfants pour signer, euh les adolescentes, pour faire signer la convention de prêt. Et il y a tout ce travail préalable avec les parents. (TSHM, locaux).

34Et, par exemple plus particulièrement avec une maman d’origine kosovare qui ne parle pas bien le français.

Oui, je ferai la même chose qu’avec les gens de la Coop, de la coopérative Genève-Concorde et tout ça, je préfère prendre un mois s’il faut, peut être même plus, je ne sais pas, dépendra de ses disponibilités, pour être sûr de son adhésion et surtout de la compréhension qu’elle a du projet, et après on rentre en matière. (TSHM, locaux).

35Prendre le temps pour ne pas brusquer les choses, faire en sorte que les usagers suivent à leur rythme, que les jeunes petit à petit entrent dans la démarche demandée par la Délégation pour l’obtention d’un local. Prendre le temps avec les jeunes c’est aller au-delà du premier enthousiasme, c’est attendre que les jeunes reprennent contact eux-mêmes, c’est attendre un téléphone qui ne vient pas pour les relancer quelque temps plus tard. Comme c’est le cas, par exemple pour un groupe de jeunes filles toutes enthousiastes à occuper un local pour chanter et imiter des stars de musique commerciale.

Donc, là, oui, elles doivent me rappeler aujourd’hui, mais j’ai eu l’impression qu’hier, quand elles m’ont dit, c’était très, on est dans l’enthousiasme, on est dans le top de l’émotion, par ce qu’on a eu un projet qui tout d’un coup est possible, alors c’est un peu l’explosion, maintenant, je me dis, bon, on attend quelques jours, je ne serais pas étonnée qu’elles me téléphonent pas ce soir, et puis, je crois que je reprends avec elles gentiment la semaine prochaine, mais pas avant. Je les relancerai pour leur demander où elles en sont. Mais là j’attends. (TSHM, locaux).

36Dans le cadre du projet basket, le temps apparaît nécessaire pour les premières accroches avec les jeunes des préaux. On ne se présente pas spontanément comme TSHM de la DEJ.

Moi je crois que je ne me suis jamais annoncé une seule fois dans ce sens-là avec les jeunes. C’est arrivé 3, 4 mois après. (TSHM2, basket).

Tu n’as pas besoin de te présenter comme chef du hors murs ; ça vient petit à petit, j’aime bien respecter ce temps-là aussi. (TSHM1, basket).

37Mais, le temps permet de reprendre par la suite un premier contact établi, de se faire connaître, de le solidifier suffisamment pour être en mesure d’être une ressource éducative pour le jeune. Un jeune qui va se souvenir tout d’un coup du prénom du TSHM, qui va se confier, ou qui lui adresse une demande.

(…) en respectant leur rythme, et puis tout à coup, moi je suis toujours surpris, tu te rends pas compte que cela se fait, tu le fais petit à petit, moi ça m’arrive aux Grottes un soir par exemple : il y avait 6 filles de 14, 15 ans, eh bonsoir Monsieur T. (prénom du TSHM), viens t’asseoir. Voilà c’est bon, moi j’ai atteint ce que je voulais en premier ; c’est vraiment d’avoir un contact, et qu’on ait cette relation de confiance. où elles » commencent à oser me dire : « moi je suis trop jetée comment je peux faire pour rentrer chez moi », enfin voilà, mais ça sort, tu vois, moi j’ai jamais cherché. (TSHM1, basket).

38Dans le cas du projet café-conseil, si l’accroche se fait en apparence plus vite, il faut du temps pour développer l’écoute, répondre au besoin d’attention des usagers du lieu, et réactiver sans cesse la relation.

Au début j’avais mis une pancarte « café-conseils-Délégation à la jeunesse », parce que bon au début, je ne savais pas du tout à quelle sauce j’allais être mangé, quoi, je me suis dis, bon le ridicule ne tue pas, on verra bien, et puis les gens très intéressés et puis tout de suite un besoin d’écoute monumental, alors, débordant, parfois, quatre personnes qui sont autour, qui commencent à me parler en même temps, pas mal de conseil social, après beaucoup d’imagination, projets, etc. Beaucoup de choses qui n’aboutissent jamais, parce que leur mode de vie, leur dépendance font que ça ne se fait pas. (TSHM, café-conseil).

39Ainsi, comme pour les TSHM du projet basket qui affirment « privilégier la relation pour aller plus loin après (…) pour poursuivre un objectif à plus long terme », le temps passé sur le terrain apparaît comme indispensable à la reconnaissance du TSHM par les jeunes, à l’implantation du projet. En fait, le temps semble permettre de faire évoluer la simple accroche, vers une relation de confiance établie.

Donc tout ça, ça prend beaucoup de temps. Aujourd’hui on a réussi à créer quelque chose et, les jeunes eux-mêmes nous disent : vous n’aurez plus jamais de merde dans vos salles de gym, parce qu’ils y a les bonnes personnes ». ça a été hyper long à créer. (TSHM1, basket).

L’accroche

40L’accroche pourrait se définir comme les premiers contacts du TSHM, que ce soit avec les jeunes, avec les personnes toxicomanes de la gare ou aussi avec les autres acteurs locaux qu’ils soient les plaignants, concierge d’école, par exemple, ou partenaires potentiels d’un projet, comme le personnel de la COOP, qui héberge dans ses murs les locaux en gestion accompagnée. Ce processus d’accroche va se poursuivre jusqu’à l’établissement d’une relation de confiance établie, jusqu’à la connaissance et à la reconnaissance du TSHM par les usagers du terrain. Mais l’accroche peut aussi bien rester en jachère pendant de longues semaines, série de contacts informels qui semble ne déboucher dans l’instant sur rien de concret.

41Préalable à l’accroche, la mise en relation physique, fonctionnelle entre usagers et travailleurs sociaux se fait dans le cas de la Délégation sur la base de l’établissement du projet. Projet pôle d’attraction, projet presque prétexte à l’établissement des premiers contacts.

42Dans le cas des locaux autogérés, cette première mise en contact apparaît comme plutôt formelle. Il s’agit de faire connaître le projet parmi les partenaires locaux, en posant des affichettes dans le quartier. Et puis un groupe de jeunes, qui souhaite un local, adressera une demande à la Délégation. Dans d’autres cas il sera soutenu, envoyé par un partenaire intermédiaire comme une maison de quartier, par exemple.

Je les ai rencontrés, au départ, il y en avait un qui avait écrit, il y avait un membre du groupe qui avait écrit une lettre au conseiller administratif, pour dire qu’il était en recherche de locaux (…) Il y a un autre groupe qui nous a été envoyé par la maison de quartier de Saint-Jean. Par ce que c’est la maison de quartier qui est la plus proche avec qui on avait des contacts. (…) Et le 3e groupe, le groupe de filles, s’est présenté suite à une information qui est passée par le Cycle de Cayla, donc moi j’ai été au Cycle pour poser des affiches pour dire qu’on avait un local à disposition. (TSHM, locaux).

43Pour le basket et le projet de la gare la première mise en relation fonctionnelle entre jeunes et TSHM est quant à elle beaucoup plus informelle. Le TSHM va ainsi profiter d’une présence sur le terrain justifiée par le déroulement du projet pour établir le premier contact.

Je suis debout, je pose mes thermos sur le banc, et je reste debout, et il y en a qui se servent même eux-mêmes. Et je fais partie, je suis dans la scène en fait, à l’intérieur. (TSHM, café-conseil).

Par exemple aux Grottes, on est plus dans le préau à essayer de brancher les préados, les ados qui gravitent un peu dans le quartier. Evidemment, nous on a créé un pôle d’attraction avec ce basket, beaucoup de gens sont venus. Nous c’est vraiment le lien avec tous ceux-là, sachant qu’ils viennent pas forcément dans les salles, mais nous c’est de rencontrer les jeunes et de petit à petit de voir quels sont leurs besoins, leurs envies (TSHM1, basket).

44Dans le cas de la gare, le moment passé autour d’un café, la grande détresse des personnes présentes, leur besoin de communiquer semble favoriser une accroche facile, voire étonnante pour le travailleur social lui-même.

(…) déjà rien que le fait d’avoir un lien, un repère, de pouvoir parler de projet, de pouvoir parler d’ambition, de pouvoir partager des choses, ça a fait que j’ai été reçu, en fait, comme j’ai jamais été reçu dans le social, à bras ouvert, et avec une reconnaissance de mon travail. Ayant juste travaillé avec des ados, auparavant, qui en ont aucune, bien au contraire, et puis ces personnes, soit-disant, mal élevées, rebutantes, etc. qui m’ont marqué une telle reconnaissance pour trois fois rien, déjà rien que le fait de les regarder, de les écouter, de les prendre pour une personne, pour eux, c’est génial, pour moi, au début, c’était hallucinant de constater à quel point c’était le cas, et puis ça se poursuit jusqu’à maintenant, encore maintenant, les gens sont reconnaissants, et puis chaque fois j’ai des confirmations que ce que je fais c’est utile, que c’est apprécié, que c’est supersympa. (TSHM, café-conseil).

45Ce qui dans un premier temps n’est pas le cas des TSHM présents dans le périmètre des salles de sport, pour qui les Qui c’est ce mec ? sont le quotidien des premières approches. Préau sombre, jeunes réunis en groupe sur un muret ou autour de quelques bancs. Sentiment de méfiance à l’égard d’un adulte qui pénètre un espace que l’on s’est attribué, suspicion, est-ce un flic qui vient nous déloger, contrôler nos poches à la recherche de shit.

Moi, je me suis fait plusieurs fois traiter de : Tête de flic, ou Dieu sait quoi, mais ça, c’est déjà un bon signe. Parce que du moment que le gamin il vient te dire : « Mais toi, t’as une tête de flic », c’est bon, tu vois, c’est pas mauvais. Là, le gamin il sait qu’il peut déjà causer avec moi, dans ce sens-là, et je peux lui répondre : je ne suis pas du tout un flic, du coup on a ce contact-là. La fois d’après : « Ah oui salut tête de flic. ». (TSHM2, basket).

46En fait, les TSHM concernés affirment utiliser plusieurs « tactiques » pour établir cette accroche avec le jeune. Une tactique bricolée, basée sur un mode empirique. On essaie, on lance des piques, on interpelle, ou tout au contraire, on se fait discret. Une tactique qui peut aller de l’invite claire, faite sur un mode empathique : Il fait froid dehors, est-ce vous ne voudriez pas rentrer un moment dans la salle ? à des tentatives plus inattendues comme par exemple en hélant un groupe réuni en se faisant passer pour la Brigade des squats, pour provoquer une réaction, pour plaisanter un peu.

On allait justement boire un verre, et sous un couvert très sombre, t’avais un groupe de gens, nous on arrivait superdécidés, Bonsoir Brigade des squats, voilà c’était vraiment une telle tension, qu’ils n’oublieront jamais ton visage. Après, on a commencé à déconner, on s’est marré on a dit : mais non on est des gens du basket, et tout. On est resté 10 minutes avec eux, et là t’es en contact, c’est clair ; soit en bien, soit en mal, mais je veux dire tu es identifié, après entre eux ils causent, c’est qui ce gars-là. (TSHM1, basket).

47Un tel exemple est représentatif de la façon dont on peut pratiquer l’accroche dans les préaux. D’un côté, il y a un peu de provocation pour faire réagir, de l’autre l’humour qui permet de faire baisser la tension, de détendre l’atmosphère. Provoquer un peu pour amorcer la relation c’est prendre un risque, c’est être en mesure de sentir que l’autre est prêt à rentrer dans le jeu : ça peut bien se passer ou pas, pour l’instant on s’est jamais fait insulter. (TSHM2, basket). Développer une accroche, c’est aussi accepter de travailler à la limite, de démarrer la relation dans l’indifférence, voire dans le conflit latent.

C’est vrai moi quand j’ai vu 40 gars de 16 à 25 ans plus grands que moi, plus balaises que moi, qui te disent à peine : p’tit con, tu fais quoi là » tu te dis : « oups, on va voir dans quel sens ça part ». Et puis tu restes, tu restes, tu restes, et au bout d’un moment ils viennent et te disent tu fous quoi là., je veux que ça se passe. Tu vois petit à petit. Moi j’aime bien leur dire ça : je fais que ça se passe. Eh mais tu fais quoi ? Rien tu vois regarde, c’est ça qui est beau. Du coup, comme ça tu essayes de leur faire piger quel est ton rôle. (TSHM1, basket).

48Attendre et faire que ça se passe, c’est aussi le conseil que reçut Whyte de la part d’un jeune, lorsque désireux de parfaire son accroche, il s’était laissé allé à poser des questions intempestives à un groupe de jeunes du quartier dans lequel il s’était immergé. « Si tu poses des questions de ce genre, les gens vont la boucler devant toi. Quand les gens t’acceptent, il suffit que tu traînes avec eux et tu finiras par avoir les réponses sans même avoir besoin de poser les questions » (Whyte, 1996, p. 328). Pour le TSHM, attendre implique en quelque sorte de laisser la plus grande part de la conduite du jeu, de l’initiative de la relation aux jeunes eux-mêmes. Pour sa part, le TSHM est alors appelé à se maintenir dans une posture d’accessibilité, de disponibilité, en suscitant la curiosité des jeunes habitués du préau : Du coup, petit à petit ils se rapprochent, il y en a toujours un qui arrive à rentrer en contact avec toi. S’il y en a 4 ou 5, il y en a toujours un qui est intéressé. (TSHM2, basket).

49Mais cette attitude de retrait, où l’on adopte d’une certaine façon un profil bas, en étant présent, presque transparent implique d’être en mesure de percevoir le moment opportun pour initier la relation, pour ne pas rater une occasion d’entrer en contact. Comme dans le cas de ce jeune systématiquement déchiré lorsqu’il pénètre la salle de basket et qui un beau jour arrive superclean : Il se met en short et il joue en basket super bien. Pour le TSHM c’est l’occasion de tenter un rapprochement, d’initier l’accroche : Alors, ça il ne faudra pas que tu rates. Il s’agit pour le TSHM de témoigner de l’attention qu’il a pour le jeune, de remarquer la différence de son état, la qualité de son jeu, en d’autres termes, de transmettre de la reconnaissance : Je lui annonce tout fort : alors toi tu fais tout le temps semblant d’être déchiré et tu joues comme ça au basket ? Lui ne m’a rien répondu, mais il m’a fait un sourire. Moi, j’ai reconnu ce que tu as fait. On le sait tous les deux, il réapprend à être clean, il revient de tellement loin. (TSHM1, basket).

Etude du mécanisme d’accroche du TSHM dans le contexte du projet basket

Contexte

50Mardi soir, salles de gym d’une école secondaire située dans un ancien faubourg de la Ville.

51Dernières ouvertures avant l’été des salles de gym destinées au projet basket. Depuis quelque temps, les jeunes pratiquant le basket ont été rejoints par un nouveau groupe, moins connu des TSHM, pratiquant le football. Alors qu’officiellement, une seule salle est mise à disposition, les TSHM ont laissé se développer l’activité football dans la salle adjacente à la salle de basket.

52Les TSHM sont alors appelés à faire de nombreux allers et retours entre les deux salles. Le TSHM présent ce soir-là va tenter de développer une accroche avec les jeunes joueurs du groupe football.

Découpage des séquences du mécanisme d’accroche

Salle de basket

Le TSHM fait l’ouverture seul ce jour-là. Il prépare les salles, installe les panneaux de basket, sort la pharmacie.
Il sera rejoint par deux collègues qui viennent pour voir comment cela se passe, en visite pour garder le contact et qui vont plutôt rester en retrait, en appui.

TSHM : Salut H, tu vas bien ?

H : Non.

TSHM : Qu’est ce qu’il y a ?

H : Mal au dos.

TSHM : Tu bosses où ?

H : Comment ça je bosse où ? actuellement ? Non, pour l’instant je bosse pas.

TSHM : Alors, t’as pas mal au dos, arrête.

H : Non, j’ai mal au dos à cause du sport…

Les jeunes habitués du basket arrivent. Le TSHM les connaît tous. Saluts amicaux, tapes dans les mains à la volée. Le TSHM salue de la même façon que les jeunes. TSHM et jeunes ont visiblement du plaisir à se voir.

X : Moi, je joue pas.

TSHM : T’es prêt ou quoi ?

X : Moi, je joue pas aujourd’hui.

TSHM : Qu’est-ce qu’il y a ?

X : Je suis allé chez le dentiste. J’ai pas envie de prendre de risques.

TS : Tu peux jouer avec moi alors.

X : Ouais Hé Hé Hé (rires).

TSHM : (rires) Salaud (rires).

Le ton est à la plaisanterie. Le TSHM en amorce quelqu’un, provoque un petit peu.

Salle de foot

TSHM : ça va ?

Y : Bien et toi ?

TSHM : Tu te mets au foot maintenant ?

Y : Ça fait un petit moment, je me suis niqué la cheville gauche (…) et là je reprend le foot.

TSHM : ça le fait mieux ou quoi ?

Y : Un peu mieux…

TSHM : Juste… au fait, quand vous mettez les buts, vous partez, vous les remettez là-haut.

Y : C’est la première fois que je viens jouer ici. TSHM : Voilà, pas oublier ça…

Le TSHM s’est rendu dans la salle de foot. Quelques jeunes shootent dans un ballon et ne font visiblement pas attention à lui.
Dans un coin, le TSHM remarque un jeune qu’il connaît de vue et qui est en train de lacer ses chaussures.
Après une rapide conversation, le TSHM prend appui sur ce jeune pour passer des consignes quant au rangement de la salle.

Vestiaire des salles de foot

Z : Bonsoir.

En repartant de la salle, le TSHM croise un jeune qui arrive.
Signe que l’accroche n’est pas faite, le TSHM le salue d’une tape « poing contre poing » le jeune accepte le salut, mais ajoute un « Bonsoir » marquant la distance.

Salle de foot

(Brouhaha)

Un groupe de jeunes arrive dans la salle de foot. Le TSHM les suit mais reste à l’entrée de la salle.

Salle de basket

X : Moi, je suis un gars sérieux, je suis marié.

TSHM : Toi ? !

X : Tu ne vois pas S. (prénom du TSHM), je suis un gars sérieux, je suis marié.

TSHM : (rires… se lève et va lui prendre la main). Montre-moi ta bague.

X : L’autre jour, je faisais la vaisselle, elle est tombée.

X et TSHM : (rires).

De retour à la salle de basket. Le TSHM y pénètre franchement. Il s’assoit sur les bancs. Plaisante avec les jeunes. Se déplace même pour s’asseoir au milieu de deux d’entre eux. Très tactile, il leur tape amicalement dans le dos, rentre dans le jeu affectionné par les jeunes qui consiste à se pousser un peu, à prolonger une bonne plaisanterie par une bourrade amicale.

Couloir d’accès

Le TSHM poursuit ses allers-retours entre les deux salles.

Salle de foot

(Brouhaha)

TSHM : ça va, ça le fait ?

A : C’est bon. C’est bon…

Le TSHM ne pénètre toujours pas dans la salle. Il regarde le match en se tenant à côté des buts près de l’entrée. Aucune interaction avec les jeunes, qui semblent ne pas remarquer sa présence.
Le gardien se blesse, le TSHM tente d’aller vers lui, mais le jeune esquive, Il s’éloigne du TSHM qui tente de le suivre pour prendre des nouvelles.
Le TSHM ne trouve toujours pas d’accroche possible avec les jeunes du foot.

Salle de basket

TSHM : Un, un pour moi !

Dans la salle de basket, le TSHM se déplace même sur le terrain. Au milieu des jeunes qui finissent un match, il provoque un peu en tentant un shoot, qu’il marque sans problème.

Salle de foot

B : Putain, j’ai trop mal, mec.

TSHM : Tu t’es blessé, tu veux quelque chose ?

B : T’as de la glace ?

TSHM : Non, un spray.

B : Non, non pas de spray.

TSHM : T’as pris un coup, montre.

B : Là ou c’est noir, touche pas.

TSHM : Non, non, je touche pas. : c’est un joli coup, mais je ne crois pas que c’est grave.

B : Non, c’est pas grave. TSHM : Viens, j’ai un gel, on met du gel.

De retour encore fois dans la salle de foot, un autre jeune vient à nouveau de se blesser. Ce dernier a trop mal et accepte que le TSHM regarde sa blessure. Les copains du jeune restent indifférents, mais celui-ci accepte de se faire soigner par le TSHM dans le vestiaire.

Vestiaire salle de foot

TSHM : Viens, t’arrives à mettre le pied dans le lavabo ? On va mettre dans l’eau fraîche c’est important. Je te prépare un bandage. Joli coup.

B : On m’en a mis deux.

TSHM : (rires) Pas de chance !

Le TSHM est particulièrement empressé autour du jeune blessé. Il témoigne beaucoup d’empathie à l’égard de sa mésaventure. L’arrivée d’un ami du jeune venu s’excuser pour le coup, détend pour la première l’atmosphère dans le cadre de la salle de foot et permet au travailleur social une première interaction avec les jeunes, du type de celle qu’il a avec les jeunes du basket.

(Un copain de B arrive)

C : C’est toujours la faute des Noirs.

TS, B et C : (rires et congratulations)

TSHM : Viens t’asseoir.

B : C’est fini pour ta carrière. (rires)

C : C’est quoi comme crème ?

TSHM : Du Sportusal.

(Un autre copain de B arrive)

D : Il me faut aussi de la crème, pour le dos, j’ai trop mal.

TSHM : Debleu, vous avez quoi les gars. Vous êtes pire que moi. A 21 ans, c’est dur (rires).

Un autre jeune s’adresse alors au travailleur social. C’est la deuxième demande dans le cadre du foot, un peu de crème pour le dos. Le TSHM pratique alors aussitôt l’amorce sur le ton de la plaisanterie dans le sens, « vous avez mal partout, en fait de caïds du sport de rue vous êtes des vieillards ».

Le jeune ne montre pas de gratitude particulière à l’égard du travailleur social. Il s’en va rejoindre ses amis sans remercier.

(B se lève sans remercier)

B : (A l’adresse de ces copains) Je suis comme neuf les gars. Si je chope le premier qui m’a foutu le premier coup…

Le TSHM ne bronche pas. Range la pharmacie. Pour le TSHM, cette première accroche semble devoir en rester là.

Salle de basket

(15 minutes après. B apparaît à la porte de la salle de basket)

TSHM : ça va mieux ?

B : Ouais… Ici ça discute, ça joue pas. C’est quoi ce nouveau truc, tu ouvres des salles et tu les laisses comme ça ?

Le jeune blessé se rend jeune blessé se rend dans la salle de basket. Simplement pour voir. Il ne remercie pas explicitement le TSHM, mais s’intéresse maintenant au projet.

TSHM : Free.

B : Ah ouais, c’est sympa, ça se passe trop.

TSHM : T’es déjà venu, une fois.

B : Ouais, il y a longtemps.

TSHM : Ah, à l’époque.

B : Ouais, on venait squatter.

TSHM : Là, on a officialisé la chose, en laissant libre, sans structures. B : C’est tous les mardis ?

Pour le TSHM, l’accroche est engagée. Le jeune lui confie qu’il venait squatter avant.

C’est un premier contact important avec un jeune du groupe foot.

Un de ses membres prend connaissance de la philosophie du projet et du rôle du TSHM qui y travaille.

Des relais privilégiés

53Pour les accompagner dans leur processus d’immersion, Wacquant et Whyte mettent clairement en évidence le rôle prépondérant qu’ont joué des individus que l’on pourrait qualifier de relais-privilégiés. A la fois informateurs et traducteurs de la réalité de leur milieu, anges gardiens et garants de ces chercheurs aux yeux des autres acteurs du terrain, ces relais privilégiés apparaissent aussi comme confidents, voire quasiment comme frère ou père spirituel.

54Ces relais privilégiés ont en commun d’occuper une position dominante et reconnue dans leur milieu. C’est par exemple le cas de Doc qui, chef de la bande de jeunes Italiens Norton de Boston a pris sous son aile Whyte, en l’introduisant dans son milieu. Doc apparaît comme un facilitateur indispensable sans lequel le sociologue ne serait jamais parvenu à se faire reconnaître et à mener sa démarche de recherche. Pour Wacquant, la relation qui l’unit à Dee Dee, le vieil entraîneur de boxe qui mène d’une main de fer son gymnase, est similaire. Aucun des boxeurs présents dans la salle n’oserait remettre en question l’autorité de Dee Dee, ni même s’asseoir sur son siège ou lui couper la parole. Dee Dee a adopté Wacquant de façon presque paternelle, nul ne contestera alors la légitimité de sa présence dans la salle.

55S’il est difficile de mesurer le degré d’intimité qui unit les TSHM avec certains acteurs de leur terrain, il apparaît assez clairement que les travailleurs sociaux de la DEJ s’appuient sur des relais privilégiés sur leur terrain. Ce peut être des acteurs, partenaires du projet comme un concierge d’école, vecteur d’informations sur le quartier, témoin du quotidien.

Il y a un autre partenaire dans le quartier que tu vois quasiment toutes les fois, c’est le concierge des immeubles, il s’appelle H., tu as aussi ses coordonnées dans les contacts, et puis lui, il sait tout, bon c’est un peu difficile de le comprendre parce qu’il est Turc, il a une diction un peu difficile, mais il répète assez facilement, et il a une approche très, je dirais philosophique des choses, donc il faut prendre le temps, il faut l’écouter, il faut pas s’étonner s’il te demande, « Vous m’avez compris », enfin je veux dire c’est comme ça, mais tu peux obtenir pas mal d’informations grâce à lui. (TSHM, locaux).

56Les TSHM du basket vont quant à eux engager, une sorte de Doc de leur quartier, qui habite à Geisendorf, qui a un lien avec tous ces gars-là, qui a 22-23 ans, c’est un gars qui est issu de ce milieu-là. On s’est dit : c’est bien de le prendre, ça nous permettra de faire le lien un petit peu avec les jeunes. (TSHM2, basket). Aujourd’hui, il n’a plus le statut de chef de bande. Il est leader informel, il est reconnu par tous les jeunes du quartier. Sa collaboration initiée avec les TSHM lui donne le statut de grand frère, mais dans le langage des travailleurs sociaux uniquement. Pour les jeunes du quartier, pour ses amis il restera un leader informel, un gars qui à un contact, des plans pour avoir un boulot dans une salle.

57Pour les TSHM il s’agit de repérer les leaders, charismatiques donc, pas ceux qui s’imposent à coups de baffes. C’est des jeunes qui sont respectés par tout le monde, qui ont un niveau de basket relativement élevé, on en a un qui joue en ligue A, qui n’ont pas de boulot, et qu’on pressent bien pour faire ce pont ; c’est-à-dire entre nous, notre projet, les exigences qu’on a là-dedans, et la réalité des jeunes. (TSHM1, basket).

Les usages d’un milieu

58S’immerger, prendre des contacts, s’appuyer sur des relais privilégiés pour comprendre un terrain, un milieu, une communauté, voilà peut-être la finalité de démarches comme celles de Whyte ou de Wacquant. Cette fonction d’observation apparaît aussi comme une dimension importante de l’activité du travailleur social hors murs. Produire de la connaissance sur la situation des usagers, sur les relations entre les différents partenaires pour saisir une situation de tension, par exemple. Mais à cette dimension aboutie de l’observation, précède une phase que l’on pourrait qualifier de balbutiements de l’observation. Une phase opérationnelle, qui permet de découvrir et peu à peu de saisir les usages d’un milieu d’un groupe, non pas dans le but premier d’en témoigner, mais afin d’ajuster son attitude, d’être en mesure d’être accepté, en d’autre terme, mener à bien son processus d’immersion.

59Whyte et Wacquant donnent chacun des exemples de cette connaissance intime des usages d’un terrain. Ainsi Whyte apprend à garder son chapeau dans une maison du quartier italien. Ici on n’enlève pas son chapeau lorsqu’on est entre hommes à l’intérieur d’une pièce. Se comporter autrement conduirait au rejet, attesterait immédiatement d’un statut d’étranger. Il en va de même pour Wacquant, qui apprend le rituel de la conversation à la salle de boxe. Chacun parle à son tour, en fonction de la position qu’il occupe dans la communauté des boxeurs du club.

60On peut retrouver cette dimension de la nécessaire maîtrise des usages d’un milieu chez les TSHM de la Ville.

61Dans le cas des projets locaux, il faut être en mesure de se situer dans une relation interculturelle. Lorsqu’il s’agit d’obtenir une autorisation pour qu’une jeune fille albanaise puisse occuper un local. La demande de la jeune fille est de s’adresser, en l’absence du père, à son frère majeur, alors que la procédure exige la signature d’un responsable légal.

L’adolescente m’a dit, mais il faut discuter avec mon frère parce que lui, il parle français, et il est majeur, et j’ai été obligée de lui dire que certainement que son frère était majeur et que c’était bien qu’il parle le français mais que c’était sa mère qui était responsable légalement. (TSHM, locaux).

62Les partenaires d’un projet ont parfois leurs propres logiques avec lesquelles il est indispensable de composer pour que le partenaire en question accepte d’entrer dans le projet. Obtenir une clé pour les locaux, c’est comprendre la logique d’une grande entreprise centralisée comme la Coop.

C’est-à-dire qu’à n’importe quel moment, il faut qu’il y ait quelqu’un de la COOP qui puisse rentrer dans les locaux, s’il y a un vol, un début d’incendie, on tout ce que tu veux, etc., et qui puisse avoir accès à tous les locaux du canton, mais je veux dire que, eux s’ils ont un frigo qui se débranche pendant le week-end, j’imagine qu’il y a une centrale qui s’allume quelque part et il y a quelqu’un de Satigny, qui vient dans la COOP, et donc qui a besoin d’avoir les clés, et donc c’est eux qui gèrent ce genre de clés. Et ces clés sont protégées, tu fais une demande à Berne, et c’est eux qui les récupèrent et qui les redistribuent après. Donc ça paraît un peu compliqué, la mise en place a été un peu compliquée, mais maintenant c’est facile, tu lances un coup de fil, tu demande 3 clés, ça peut mettre quinze jours trois semaines, mais après tu as tes 3 clés. (TSHM, locaux).

  • 9 Lepoutre a mené une démarche de type ethnologique auprès de jeunes de quartiers suburbains français (...)

63Dans les préaux, les usages auxquels doivent se familiariser les TSHM sont ceux d’une culture des rues au sens de Lepoutre (1997).9 Il y a la tchatche, l’usage du verlan, la manière de saluer. Pour le TSHM la manière dont se passe un salut permet : d’observer leur degré de relation, rien que la gestuelle dont ils se saluent par exemple. Tu as des niveaux. (TSHM1, basket). Poing contre poing, paume dressée contre paume dressée, chaque geste à une signification : Il y a tout un degré de petits gestes. Il y ceux qui mettent la main tout simplement, ceux qui tapent dedans, c’est tout un degré effectivement, jusqu’à ceux qui t’embrassent. (TSHM2, basket). Pour les TSHM du basket, il s’agit d’aller au-delà d’une violence de façade, de saisir le sens d’échanges parfois rudes entre les jeunes.

Effectivement des moments c’est hypertendu, tu dis, ils vont se massacrer, et ils sortent du terrain, ils se tapent la main, en fait c’est des mégas-amis, mais quand ils jouent au basket c’est sans pitié, c’est vraiment hard. Au début tu ne comprends pas, c’est des fonctionnements très très particuliers. Sur le terrain, pas de cadeaux, par contre à la sortie tu te les prends tous dessus. Ça au début c’est très difficile à comprendre. (TSHM1, basket).

64Les usages du milieu du projet café-conseil sont ceux d’une scène de la drogue : Il y a tout une microsociété, toute la scène en fait qu’on trouvait au Molard, elle est là maintenant. (TSHM, café-conseil). La scène est clivée, physiquement, géographiquement dans ce tout-petit espace : « Un côté est tenu par les consommateurs et un côté est plus tenu par les dealers qui vendent plus particulièrement des boulettes de coke ».

65On assiste là-bas à de la vente d’héroïne, de cocaïne, de beaucoup de médicament, style Dalmadorm, Dormicom, calmants anti-anxiolytique, etc. Aussi, à de la vente de Meta qu’ils peuvent avoir dans différents centres, et puis c’est du petit commerce, alors il y a, ce qu’on trouve le plus fréquemment c’est du entre 20 balles ou 50 balles, quand ça va taper dans les 100 balles c’est déjà beaucoup. (TSHM, café-conseil).

66De l’autre, les consommateurs en contact avec le TSHM, dont le quotidien est fait de débrouille de galère autour de la recherche de produit, de médicaments.

Il y a aussi tout ce petit business, du recel, donc ça souligne vraiment le fait, qu’on a affaire à des personnes qui sont dans la galère quoi, c’est la misère, franchement, toujours la lutte pour avoir un petit peu de dope. (TSHM, café-conseil).

Le positionnement du TSHM, une quête de l’altérité reconnue

67La présence sur un terrain dans la durée, les accroches qui se font petit à petit, la connaissance intime des usages de ce terrain impose au TSHM un travail sur son positionnement. Il y a les usages que l’on peut faire siens, pour sceller l’accroche, établir la confiance, c’est par exemple chausser ses chaussures de sport et entrer sur le terrain de basket avec les jeunes. Mais il y a aussi des usages desquels on va rester à l’écart. Ainsi, pour les TSHM du basket il s’agit de ne pas consommer de vodka dans le préau en compagnie des groupes restés dehors autour d’une bouteille, il est nécessaire aussi dans le cas du café-conseil, d’affirmer clairement son état de non-consommateur de drogues dures.

J’arrive à être assez moi-même, dans le sens où… disons ce qui est important c’est que je ne consomme pas de drogue, surtout pas de drogue dure, ça c’est déterminant, je pense que je ne pourrais pas être là, si je consommais moi-même, par contre, leur dire que je tire un pétard de temps en temps, de pas m’en cacher, ça ajoute presque à ma crédibilité, plutôt que si je voulais me barricader devant l’image de l’homme parfait qu’on pourrait se faire. (TSHM, café-conseil).

68Dès lors, la limite entre s’approcher suffisamment pour être en confiance avec les usagers et rester par trop extérieur, étranger au milieu apparaît comme ténue. Cette limite, laissée à l’appréciation du TSHM, lui impose de trouver un équilibre entre ce dedans et ce dehors. Un équilibre qui pour Urbain (2003) prendrait la forme difficile d’un : « ne pas en être tout en en étant ». A ce sujet, nous pourrions évoquer le dilemme mis en exergue par Whyte qui, en s’interrogeant sur son statut parmi les jeunes des Norton, se demande s’il est encore en mesure de mener à bien la mission qu’il s’est fixée, la recherche, alors qu’il a presque le sentiment d’être essentiellement dans la participation, dans l’action avec les jeunes eux-mêmes. De son côté, Wacquant rapporte qu’il a sérieusement pensé à abandonner son enquête pour se consacrer à la boxe professionnelle.

69Ce dilemme entre une nécessité d’établir la confiance et une certaine distance imposée par la démarche que l’on s’est fixée, entre le désir de mener à bien son immersion et le nécessaire recul, la nécessaire objectivité pour conduire une action sur le terrain, se retrouve aussi sur le même mode dans le cas des TSHM. Ainsi un TSHM du projet basket s’interroge sur le sens de sa présence dans les préaux parmi des jeunes qui consomment de l’alcool, une présence qui se justifie par le besoin d’établir l’accroche. Un besoin d’établir l’accroche qui prend le pas sur les conseils qu’il pourrait donner, qu’il serait susceptible de mettre dans un tel cas, en tant que travailleur social qui se respecte.

Par exemple, ça nous est arrivé une fois aux Grottes, comme ça, tu as tout à coup 3 bouteilles de vodka pure qui sortent dans le préau, c’étaient des gars de 14 à 16 ans, tu fais quoi ? Moi j’ai observé, j’étais avec eux en train de fumer des clopes, voilà et ça, c’est très critiquable, et en même temps, ces gars-là, on les a dans la poche. Voilà, c’est ça mon objectif. C’est critiquable, parce que tu les cautionnes, c’est-à-dire, ta présence, sans leur dire c’est pas bien mon chéri, ça peut être critiquable. Vu de l’extérieur, quelqu’un qui arrive, qui voit un mec de la Ville à 23 h 30 dans le préau avec des jeunes en train de boire de la vodka et que lui il fume sa clope à côté, il dit : mais qu’est-ce qu’il fait ? (TSHM1, basket).

70Ce dilemme éprouvé par le TSHM quant à son positionnement permet d’esquisser une synthèse de la place du processus d’immersion dans l’action hors murs. Le TSHM est appelé à se rendre sur un terrain étranger aux pratiques de l’action sociale conventionnelle. Il lui faut du temps pour créer des contacts, pour établir une accroche. Sur le terrain qu’il pénètre, le TSHM n’est pas d’emblée légitimé dans sa fonction, il doit se faire connaître, reconnaître en tant que travailleur social. Pour le TSHM, l’enjeu se présente comme le maintien à tout prix de la confiance, d’un lien fragile établi au fil du long processus d’immersion. Une relation de confiance qui figure à la fois comme l’objectif du processus d’immersion et le support nécessaire à l’action sociale. Une confiance qui se manifeste par de petits indices, un jeune qui retient le prénom du TSHM, le partenaire d’un projet qui accepte de confier une clé, des usagers qui remarquent l’absence du travailleur social lorsque, par hasard, il ne vient pas. Une confiance qui se présente comme jamais définitivement acquise, une maladresse, une erreur de positionnement, et voilà une bonne partie du travail à refaire. Les TSHM du basket, en guise d’illustration, décrivent la difficulté qu’ils ont eue à démontrer aux jeunes qu’ils n’y étaient pour rien dans la venue de policiers privés dans les préaux des écoles jouxtant les salles de basket.

71Dès lors pour le TSHM, le processus d’immersion se présente comme la recherche permanente d’un équilibre entre deux nécessités presque contradictoires, être à la fois proche de son terrain et dans le même temps hors-jeu. Cet équilibre précaire pourrait se résumer dans ce que Schwartz (1993) définit comme la quête de l’altérité reconnue. L’altérité reconnue qui se définit comme une position stable et assumée dans une sorte d’entre-deux. Mais un équilibre qui ne peut être trouvé par le TSHM que si ce dernier est reconnu, et surtout accepté par les usagers du terrain comme légitime à évoluer dans cet entre-deux. Un entre-deux dont les pôles seraient proximité d’une part, proximité des usagers, de leur quotidien de leurs usages, de leurs préoccupations, ou de leurs envies, pour les connaître, pour comprendre leur situation et extériorité, d’autre part, pour être en mesure de faire le lien, d’avoir le recul nécessaire pour évaluer une situation, pour mobiliser des ressources, pour démarrer un projet.

Le projet, un support

72Le concept de projet tel qu’il émerge au travers de l’activité au quotidien des TSHM est difficile à circonscrire. Il est multiple dans sa forme, dans la façon dont il peut être mené sur le terrain, mais aussi dans ses finalités. En fait, le projet doit avant tout être considéré comme un support. Un support qui permet de répondre au second élément de leur mission qui, après le « aller vers les jeunes là où il se trouvent » se décline dans la volonté de leur apporter une offre éducative qui prendrait principalement la forme « d’un suivi dans l’accompagnement, afin de les aider à se remettre « dans le circuit » ». Ce projet-support permet alors aux TSHM de concilier la demande d’intervention sur les points chauds, avec la volonté de développer une offre éducative structurante et épanouissante pour les jeunes concernés.

  • 10 La méthodologie de projet est souvent présentée comme relevant d’un cycle constitué d’étapes distin (...)

73Dans sa forme, le projet tel qu’il est mis en œuvre par la DEJ est à situer vis-à-vis de la notion de projet telle qu’elle est, en général, communément admise dans le domaine du travail social et plus particulièrement dans le champ de l’animation socioculturelle. En effet, dans ce champ, le projet est souvent associé à la notion de méthodologie, une méthodologie participative qui vise le développement d’actions diverses sur la base d’une consultation avec les acteurs intéressés et dont les étapes apparaissent comme assez strictement définies.10

74Les projets de la DEJ ne relèvent pas d’une méthodologie stricte, ils se présentent plutôt comme issus d’une démarche empirique et pragmatique. Ils pourraient être presque considérés comme des éléments faisant partie de la boîte à outils type des TSHM. Des outils que l’on transpose, que l’on ajuste d’un contexte à un autre. Une rapide étude des projets en exercice dans le contexte genevois montre que ceux-ci nuissent de façon empirique dans un lieu pour être repris, adapté, affiné dans un autre. Ainsi, les communes de Lancy et de Carouge proposent des locaux en gestion accompagnée, Onex et Meyrin animent des petits espaces-boissons, et cette même commune de Meyrin envisage de reprendre l’idée d’une ouverture des salles de sport en soirée. D’ailleurs, les TSHM rattachés à la FAS’e ont classé ce type de projets dans une catégorie qualifiée d’outils à leur disposition.

75Pour les TSHM, le projet dans sa forme, apparaît donc comme un support qui se présente à la fois comme un outil clés en main, un dispositif pouvant rapidement être mis en œuvre. Il comporte aussi une grande part de tâtonnement, de bricolage au quotidien, d’inventivité et d’adaptation au contexte dans lequel il s’érige.

  • 11 L’auteur se réfère à Dewey, learning by doing ou encore à Freinet.
  • 12 A ce sujet, l’auteur se réfère notamment à la pédagogie des opprimés, Freire (1974).
  • 13 Pour asseoir cette dialectique entre transformation du réel et transformation de l’individu, Huber (...)

76Mais, au-delà de la forme, au niveau des finalités, il est aussi communément admis dans le champ du travail social et de l’animation en particulier, que l’on considère cette méthodologie participative comme une véritable pédagogie. Une pédagogie du projet, qui comme le démontre Huber (1999), reposerait à la fois sur une visée « pédagogiste » relevant d’une finalité d’acquisition des savoirs impliquant le sujet lui-même et se réclamant de courants proches des méthodes actives11 et à la fois d’une visée « émancipationniste », porteuse d’innovation sociale, voire de transformation d’une domination dont seraient victimes les sujets.12 Huber poursuit en esquissant une définition qui situe le projet entre ces deux visées, ces deux pôles. Un projet qui se concrétiserait « dans la fabrication d’un projet socialisable valorisant, qui en même temps qu’elle transforme le milieu, transforme aussi l’identité de ses auteurs en produisant des compétences nouvelles » (Huber, 1999, p. 43).13

77Comme nous le verrons, le projet tel qu’il est envisagé par les travailleurs sociaux de la DEJ pourrait se situer entre ces deux pôles, avec d’une part une dimension éducative visant à la responsabilisation et à la participation des jeunes eux-mêmes et d’autre part une dimension d’innovation productrice d’actions alternatives, prenant appui sur les désirs et volonté de changement de ces mêmes jeunes.

78Multiples dans leurs formes, les projets de la Délégation le sont alors aussi dans leurs finalités. En effet le projet est d’abord comme nous l’avons vu un support à l’immersion du TSHM dans les terrains concernés. Projet prétexte : « On ouvre les salles de basket, mais on passe la plupart du temps dehors avec les jeunes qui traînent dans le préau. » Le projet accompagne l’accroche, il est outil de médiation dans la relation qui s’établit entre le TSHM et les usagers. Dans le cas de la DEJ, l’établissement du projet accompagne le démarrage du processus d’immersion, ou le suit de peu. L’immersion permet la naissance de la relation de confiance, l’action dans le projet permettra de la solidifier, de la développer.

79Le projet apparaît ensuite comme support à la relation éducative, au suivi et à l’accompagnement des usagers en milieu ouvert. Par ce biais les jeunes pourront prendre des responsabilités, se sentir utiles et reconnus, comme le suggère le PR-84 où le leitmotiv de la Délégation se décline en terme de volonté de voir les jeunes impliqués dans les actions proposées sous la forme d’un « construire avec et non pas pour les jeunes ».

80Dès lors le projet sert encore de support au développement des projets personnels des usagers, au développement d’action sur la base des envies et des besoins des jeunes concernés. Dès lors, la partie de basket, l’usage d’un local de musique ou la discussion autour d’un café va permettre de révéler, de mettre en lumière ces souhaits.

81Le projet est enfin support au travail en réseau. Il constitue un dispositif rapidement mobilisable pour répondre aux inquiétudes des acteurs locaux à l’égard de la présence des jeunes dans l’espace public, dans leur quartier. Le projet permet de rassembler ces acteurs, de les associer à une démarche, de leur permettre de devenir partenaires, que ce soit un concierge d’école, comme dans le cas du basket ou les associations, ou les commerces d’un quartier comme pour les locaux en gestion accompagnée.

82Ces quatre différentes finalités de ce support qu’est le projet montrent que ce dernier est bien plus qu’une simple offre d’animation dans l’espace public à destination des populations qui l’investissent. Certes, il est vrai que la nature même des activités proposées, basket, locaux, café gratuit répondent de façon très adaptée aux besoins ou aux envies des usagers concernés. Le groupe de jeunes qui ne vit qu’un ballon à la main, pour des défis de basket de rue, le groupe de jeunes filles qui rêvent de pouvoir chanter et danser sur Britney Spears ou encore le besoin du réconfort d’un café chaud. De ce fait le projet peut aussi se concevoir comme une offre d’animation adaptée.

83Mais il n’en reste pas moins que le projet n’est pas une simple prestation susceptible d’occuper les jeunes, voire de les canaliser. Il montre aussi que la simple présence dans la rue d’un travailleur social hors murs ne suffit pas, que les usagers des espaces publics n’ont pas besoin d’un travailleur social pour venir « galérer » avec eux. Ni d’un travailleur social qui n’aurait rien à proposer, qui ne serait pas en mesure de susciter des idées, de reconnaître et de relayer leur situation, leur position à ceux qui se plaignent de leur présence dans l’espace public. Un travailleur social qui ne pourrait pas soutenir leurs idées, leurs besoins, leurs envies, susciter le développement d’action d’innovation sociale, de projets alternatifs aux dispositifs existants.

Nous, on s’est dit que c’est bien de faire de la rue ; par contre, un moment donné, c’est important aussi de leur permettre de mettre en place des projets. C’est tout le concept de la Délégation de la jeunesse ; mise en place de projets pour les jeunes, par les jeunes. (TSHM1, basket).

Le projet : support à la relation éducative

Développer la confiance

84Si la confiance entre usagers et TSHM se développe par le biais de l’immersion, elle se maintient, se développe petit à petit autour de l’activité qu’offre le projet. Témoigner de la confiance, de la reconnaissance pour que le jeune retrouve de la confiance en lui-même, une maxime qui pourrait paraître banale, mais qui prend sens au regard de la situation dont peuvent se trouver un certain nombre de jeunes victimes de processus d’exclusion, de stigmatisation. Nous avons évoqué, la spirale du no man’s land institutionnel, le fait d’être dans l’entre-deux, d’être considéré comme inutile au marché du travail et celle du no man’s land identitaire dans laquelle on perd peu à peu confiance en soi. Des processus qui prennent corps dans l’expérience quotidienne comme pour ces trois jeunes du quartier de Geisendorf, qui voient les gens changer de trottoir quand ils les croisent.

C’est-à-dire quand ils sont trois à se balader dans la rue, t’as les gens qui changent de trottoirs, c’étaient trois grands Blacks, on cause de ça, un mec fait : « à croire vraiment qu’on est vraiment louche » tellement sincèrement tu vois parce que les mecs ils ont un super bon feeling. (TSHM1, basket).

85Pour le travailleur social, c’est l’occasion d’expliciter, de faire émerger des mécanismes sociaux, de faire prendre conscience au jeune dans quel réseau de ficelles il est pris :

Je le regarde, je me marre, et je luis dis : Mais Alex t’es vraiment louche. Le mec effectivement il avait un bonnet un peigne africain planté là, des habits en vrac, il fait presque 2 mètres, balaise comme ça, du coup on recause autrement après. On cause de son attitude, mais pourquoi on pense que tu es louche, comment faire pour l’être moins. Pour moi c’est de la prévention, mais à un niveau complètement autre. ça tu le fais seulement si t’es en confiance. Si toi, tu lui dit que tu as l’air louche, il va te brancher. Après tu arrives à en rire, alors que ça peut être des agneaux en tout cas avec nous. ça c’est génial c’est de voir qu’effectivement le contexte change tout. (TSHM1, basket).

86Le projet permet précisément alors de faire confiance à ceux en qui on ne faisait plus confiance. Par le biais d’une clé prêtée, ou du libre accès dans des espaces sensibles, comme dans le cas des locaux en gestion accompagnée :

Les jeunes qui ont signé et qui ont voulu prendre une clé, oui, en tout cas une personne par groupe sinon ils ne peuvent pas rentrer, mais on a des groupes qui fonctionnent avec une clé pour quatre ou cinq personnes, et on a d’autres groupes qui fonctionnent avec 3 clés pour 3. (TSHM, locaux).

87Ou encore en quittant les salles de basket, au milieu des heures d’ouverture en les laissant sous la responsabilité des grands frères-moniteurs.

En général ce qu’on fait toujours aussi c’est qu’on, moi j’ose le dire : c’est qu’on va se boire un verre, donc vraiment physiquement pour montrer qu’on ose partir, et que c’est vraiment eux qui sont responsables. Donc là on leur dit clairement : voilà Eric ou Loïc on va boire un coup. (TSHM1, basket).

88Si les TSHM sont appelés à témoigner de la confiance par des gestes implicites, presque symboliques, ils sont aussi amenés à verbaliser, à expliciter cette confiance témoignée à l’égard des jeunes participants au projet. Ainsi la TSHM du projet locaux déclare : leur faire part de l’admiration qu’elle a, pour leur capacité à gérer leur local, témoignant ainsi explicitement de la reconnaissance pour leur engagement. Expliciter c’est aussi l’objectif des TSHM du basket lorsqu’ils présentent le projet aux jeunes en soulignant que c’est leur projet, qu’ils en sont responsables, et que les TSHM vont faire confiance en leur capacité à le faire perdurer, le faire évoluer :

Au début, l’idée pour nous, c’était d’expérimenter ça, donc aucun règlement de poser aucun cadre, si ce n’est celui de leur dire que c’est leur projet, ces salles sont pour eux, sachant que s’il y a des problèmes, des conflits ou autres, un moment donné elles peuvent se fermer et c’est eux qui les perdront. Nous, on n’ouvre pas les salles de gym pour nous. Donc toute cette discussion-là avec eux et à un moment donné : ouverture des salles de gym. (TSHM1, basket).

Responsabiliser les usagers

89Au-delà d’une confiance exprimée sur une mode presque empathique, le travail autour de la mise ou de la remise en confiance des jeunes s’appuie résolument sur la participation, le fait de donner un rôle, de donner une responsabilité. Cette responsabilisation peut prendre différentes formes. Il y a une responsabilisation générale des participants comme dans le cas du basket où tous les jeunes sont invités à faire en sorte que cela marche dans les salles qui leur sont confiées, mais il y a aussi des responsabilités particulières confiées à certains participants d’accord de les assumer. Ces participants, appelés grands frères-moniteurs ou porte-parole dans le contexte des locaux ne sont autres que les relais privilégiés que les TSHM cherchent à mobiliser lors du processus d’immersion. Des relais privilégiés qui continuent donc à se voir sollicités pour assumer une part active dans le projet.

Aujourd’hui, il y en a deux par salles. C’est intéressant, on a 6 moniteurs, qui travaillent avec nous sur ces projets. Eux leur mandat c’est de faire en sorte que ça se passe en terme de basket. C’est-à-dire qu’ils continuent à faire de la pub dans leur réseau respectif, qu’ils fassent en sorte que sur le terrain le fair-play se vive au quotidien, etc., créer l’ambiance si tu veux bien dans la salle… (TSHM2 basket).

90Les relais privilégiés se voient donc confier le rôle de référent du projet à l’égard des TSHM qui, pourtant, conserve un rôle prépondérant de garant du projet. A cet égard, nous pourrions parler de système de Délégation. Les TSHM délèguent une part de leur responsabilité à leurs relais privilégiés et vont alors soutenir ces derniers dans leur tâche auprès des autres jeunes. Le TSHM est ainsi en mesure de se retirer de l’avant-scène du projet, tout en responsabilisant une partie des jeunes. Il est en retrait, tout en restant le garant institutionnel et le leader aux yeux des jeunes relais privilégiés, eux–mêmes leaders reconnus pas les jeunes. Les TSHM du basket, par exemple, insistent sur cette dimension du leadership :

Soyons clairs, nous bien souvent, on a affaire avec des gens qui ont tellement des histoires de bandes, de hiérarchie, ; nous on se dit : on sera respectés tant qu’ils pensent que c’est nous les chefs de bande, c’est nous qui tenons les règles, c’est nous qui tenons tout ça. (TSHM1, basket).

91Dès lors, une part de l’action du TSHM va se cristalliser autour du soutien, du travail avec ces jeunes relais privilégiés. Des jeunes qui parfois se trouvent dans l’entre-deux, dans des conflits de loyauté entre les responsabilités qu’ils assument dans le cadre du projet et l’attitude de leurs pairs. Ainsi dans le cas du projet locaux ce rôle de relais privilégié prend parfois la forme d’un rôle kamikaze qui demande bienveillance et soutien de la part du TSHM.

Dans ce groupe là oui, il y en a un qui fait ça (qui est porte-parole), donc faut ménager le fait qu’il y en a un qui est d’accord de faire le kamikaze et puis les autres qui sont d’accord de ne pas rentrer dans le jeu, parce que c’est lui qui prend la parole, c’est lui qui passe un mauvais quart d’heure, (lorsqu’il y a un problème dans le local) (…) je veux dire lui on l’aide à prendre ce rôle de représentant qu’il accepte de prendre donc il y a un autre suivi avec lui. (TSHM, locaux).

Autour de la règle

92TSHM et jeunes-relais se voient donc confrontés aux règles, aux règles du jeu qui régissent le vivre-ensemble sur ces terrains partagés entre TSHM et usagers, ces terrains neutres, hors du strict domaine public et dans lesquels les TSHM ne revendiquent pas volontairement une autorité qui ne serait pas partagée avec les jeunes. Seul le projet locaux à des règles écrites, une dizaine de points formulés sur une page. Ce règlement des locaux est présenté aux parents, au jeune avant l’entrée dans le local. Il a été élaboré par les TSHM eux-mêmes et porte surtout sur des questions d’horaire d’ouverture et de consommation d’alcool et de fumée. Mais de nouvelles règles se travaillent au fil du quotidien, d’anciennes se négocient avec les usagers et notamment par le biais du porte-parole.

Avec lui, assez cool, dans la mesure où il y a eu un discours peut-être moins cool à un moment où ça c’est moins bien passé parce que des choses… comment dire, des choses assez agressives qui sont sorties et qu’il a fallu mettre le holà, parce que il ne s’agit pas d’être complètement mou, je veux dire, si tu veux mettre les gens en face, de leur expliquer que le projet à certaines règles, et qu’on ne peut pas ouvrir tous azimuts à n’importe qui, et qu’il y a certaines règles qui peuvent se négocier, et d’autres pas, alors, il faut bien faire la différence entre les règles qui peuvent se négocier et celles qui se négocient pas, et là en l’occurrence c’est dans les règles qui ne se négocient pas, et qu’ont été annoncées avant, je veux dire qu’il n’y a pas de nouvelles règles stram, qui arrivent après coup, je veux dire, on s’est laissé un article des conventions qui permettaient aux gens de changer un petit peu… certaines règles par exemple, mais que c’est dans des négociations que ça doit se faire, pas de façon unilatérale… (TSHM, locaux).

93Ainsi une règle peut être établie en fonction des événements de la vie des locaux, à la demande des jeunes ou du TSHM, sur des questions de cohabitation ou de gestion des espaces, par exemple.

Alors, pour l’instant, il y a essentiellement deux groupes, et il n’y a jamais eu de problème, alors on a dit qu’on laisserait comme ça, mais on a toujours dit que le jour où ça commencerait à être sale, et bien, soit on se voit tous, soit on place un système de rotation, ça serait à voir, mais pour l’instant il n’y a pas de problème, mais ils sont tenus aussi de nettoyer les sanitaires. Donc ils nettoient leur local plus les sanitaires. Et doivent signaler si tout d’un coup ils voient quelque chose qui est dégradé quelque part. (TSHM, locaux).

94Dans le cas du projet basket, les règles sont beaucoup plus implicites. L’organisation des parties de basket ou de foot de rue est laissée aux jeunes eux-mêmes et aux grands-frères qui maîtrisent les règles de ces sports qui se sont élaborées au fil de la pratique dans les préaux. Des règles régies par aucune fédération, issues de la pratique de la rue, mais que chaque joueur connaît. En revanche, l’espace des salles est, comme pour les locaux, régit par des règles édictées par les TSHM. Dans le cas du basket, elles sont au nombre de deux, pas de fumée, pas de nourriture et de boissons. Contrairement au projet locaux, elles ne sont pas écrites, mais sont présentées comme claires.

- Il y a juste deux règles claires, on ne peut pas fumer dans la salle, ni dans les vestiaires, ni dans les couloirs, et on ne peut pas manger dans la salle, c’est tout.
- C’est les règles des salles de gym.
- C’est les règles des salles de gym, qui sont imposées, qu’on accepte bien sûr. Aujourd’hui, ils pestent toujours régulièrement, on va dire. Bien souvent, on est dans le gris. (TSHM2 et TSHM1, basket).

95Des règles claires, que chacun des jeunes usagers réguliers connaît, mais qu’il faut transmettre aux nouveaux et faire respecter en cas de transgression. Une tâche d’explicitation, en fait qui se partage entre TSHM et moniteurs/grands-frères. Au centre et comme pierre d’achoppement entre TSHM et jeunes, il y a bien évidemment la question de la consommation du cannabis auquel chaque lieu d’accueil jeunes se voit confronté. A ce niveau, l’on pourrait qualifier l’approche des TSHM de pragmatique. En effet, il n’y a pas sur cette question de la consommation de cannabis de jugement moral porté, et ce bien que l’enjeu pour le TSHM reste le bien-être de la personne.

Moi je ne m’attache plus vraiment à savoir si c’est bon de fumer un cône ou pas, mais de plus discuter avec eux, comment se péter la gueule tout en continuant à fonctionner, tu vois… moi à mon avis, avec ces gens-là, ça sert à rien de leur dire qu’une vie sans drogue c’est meilleur qu’une vie avec drogue, parce qu’eux, ils fonctionnent mieux avec de la drogue, à mon avis, enfin pour beaucoup d’entre eux. Par contre, bien souvent ils n’arrivent pas à gérer bien donc ils dysfonctionnent, tu vois (je veux dire, fume un cône le soir ça peux te détendre, ça peux te faire du bien, t’en fumer un le matin, ça va faire en sorte que tu as du mal à te lever, tu décroches à l’école, etc.), moi je m’attache plus à ce niveau-là de prévention. (TSHM1, basket).

96Mais pour le TSHM, il s’agit de distinguer le dehors, le préau d’école, par exemple, où le TSHM ne pourrait s’appuyer sur rien d’autre, ni base légale, ni mandat particulier, que sur une dimension morale et éducative, pour faire respecter une quelconque règle, et le dedans, l’intérieur des salles, l’espace partagé, le terrain neutre où sa présence est reconnue par les jeunes, et où il a donc voix au chapitre. Dès lors, l’enjeu de la négociation de la règle ne se situe pas sur un terrain moral, il est bon ou pas de fumer, mais sur la capacité à respecter une interdiction qui permet au projet d’exister. Un projet qui existe sur la base d’un accord concerté avec les jeunes sur la vie en commun dans ces locaux et sur le respect de règlement en vigueur, comme c’est le cas du règlement des salles de sport de la Ville.

97Cette distinction au niveau de la règle entre le dehors et le dedans, le terrain neutre des salles de basket ou des locaux ne peut se marquer aussi clairement dans le cas du projet café-conseil, où le TSHM développe son projet sur le terrain même des usagers. Le travailleur social se voit donc confronté sur le lieu même de son action à toutes sortes de transgression de la loi. Sans évoquer la confrontation avec les transgressions à la loi sur les stupéfiants, qui apparait inhérente à la nature même du projet et à la situation des usagers, le TSHM est appelé à visualiser toutes sortes de petits délits.

C’est le recel, alors tout le temps il y en a un ou l’autre qui arrive, soit avec une veste qu’il a fauchée qui va essayer de vendre, alors là les Blacks aussi ils arrivent bien sapés ou comme ça, alors il y a une paire de pompes ou du parfum ou des clopes, alors des clopes à 3 balles le paquet, ils ont fauché une cartouche, alors du coup il y en a qui sont interdits du shopping en bas, vers la police, alors là aussi il y a tout un petit jeu du chat et de la souris qui s’opère, et puis ceux qui se font choper régulièrement pour des vols comme ça à l’étalage, qui finissent par faire quelques jours à Champ-Dollon, et puis donc il y a aussi tout ce petit business, du recel, donc ça souligne vraiment le fait, qu’on a à faire à des personnes qui sont dans la galère quoi, c’est la misère, franchement, toujours la lutte pour avoir un petit peu de dope. (TSHM, café-conseil).

98Pourtant, le projet café-conseil, s’il ne s’appuie pas directement sur des usagers-relais développe aussi un travail autour de la règle. Ceci, en interface directe entre le TSHM et les usagers autour de petites choses, comme le service du café. Les alentours du Thermos deviennent pour les usagers, dans ce microterrain qu’est l’entrée de la gare, un espace de convivialité, à partager, à respecter.

D’habitude la règle, c’est que moi je sers le café quand même, eux se servent de sucre et de lait, et puis il y en a qui arrivent directement, prennent un verre, bon, mais moi je suis là quand même, disons que je n’ai pas, c’est le seul lien que j’ai gardé avec le truc, en règle générale c’est moi qui sers le café, sauf si la personne est déjà vers le gobelet et bien elle se sert, ou bien si par exemple je vais de l’autre coté et je discute avec quelqu’un, les Thermos sont là et les gens ne se gênent pas, mais par contre, il n’y a pas du tout d’abus, de vol, ce qui est fabuleux c’est qu’il y a…, bon il y a l’aspect petite délinquance aussi il faut que j’en parle parce que ça fait partie intégrante du truc, mais ils veulent prendre un sucre, ils me le demandent plutôt deux fois qu’une, ou bien est-ce que je peux encore avoir du lait. (TSHM, café-conseil).

Autour d’une règle établie. L’interdiction de fumer du shit dans les salles de basket

Contexte

99La salle de basket, en fin d’ouverture. Quelques jeunes jouent encore sur le terrain.

100Sur le banc sont réunis un jeune, moniteur « grand frère », un TSHM en visite qui n’est pas en charge de la salle ce jour-là, et un jeune. Le TSHM en charge de la soirée est debout à côté d’eux avec un autre jeune. L’ambiance est détendue, le ton est à la plaisanterie et à la conversation « bon enfant ». Le jeune assis se met à rouler un joint. Le travailleur social va intervenir pour faire respecter l’interdiction de fumer dans les salles.

Découpage des séquences du travail autour du respect d’une règle établie

Le TSHM constate qu’un jeune est en train de rouler un pétard.

En continuant de plaisanter, il se retourne brièvement (2s) dos à la situation. Le TSHM semble mettre à profit cet instant extrêmement bref comme temps de réflexion.

TSHM : Oh, oh, pas ici, pas ici. Non, non, pas ici (A voix contenue, calme, mais décidée).

X : Vous êtes concierge ?

TS : (rires). Non, non pas du tout, mais pas là dans la salle.

X : Mais je le roule et je fume pas, pas ici… tranquille… je vais pas fumer ici tu sais.

TS : Je sais, mais même pas ça. Même pas ça c’est mieux.

X : Ah ouais, pourquoi ? TSHM : Parce que, je t’explique, viens…

Le TSHM se retourne à nouveau et se rapproche très près du jeune, calmement.
Il lui rappelle la règle à voix contenue, calme, mais décidée.
Le jeune reste très calme.
Le TSHM l’invite à sortir.
Le jeune reste assis sur le banc.

TSHM : Il nous l’a roulé juste sous les yeux.

Y : (Un jeune hors du champ, plaisante) Quelle diplomatie, S (prénom du travailleur social) !

Le TSHM revient près du grand-frère moniteur et de son collègue. Ce dernier a compris la situation, mais ne s’implique volontairement pas, il est en visite et n’a pas la charge de salle. Le grand frère-moniteur est visiblement emprunté.

X : Tu sais, je le roule et après je m’en vais.

TSHM : Je sais, mais pas là dans la salle. Tu vois ce que je veux dire ? Pas ici, d’accord ? S’il te plaît, viens, je t’explique pourquoi…

Le jeune rappelle le TSHM pour rappeler qu’il va fumer à l’extérieur, qu’il veut simplement le rouler dans la salle. A ces yeux, cela représente un compromis acceptable.

Le TSHM réaffirme calmement son opposition et l’invite une nouvelle fois à sortir pour discuter. Les jeunes présents sur le terrain n’ont pas interrompu leur partie, mais maintenant tout le banc s’intéresse à la situation.

X : Viens on va juste là. TSHM : Ouais…

Le jeune accepte de se déplacer, mais il refuse de sortir de la salle. Il indique un lieu compromis, l’embrasure de la porte qui sépare les salles de gym. Le TSHM accepte le compromis et suit le jeune.

TSHM : C’est juste parce qu’on a pas de règles làdedans. On a laissé ouvert dès le début. Ici on a juste deux choses. Ici, on ne peut pas fumer, ni rouler, ni boire.

X : Ah, O. K.

TSHM : Tu vois, c’est les seules deux choses qu’on peut pas, mais à l’extérieur c’est bon.

(Retour vers le banc)

X : O. K, O. K.

TSHM : Tu vois ce que je veux dire. C’est pour ça. Ça joue dans ce sens. Là ça a toujours marché. C’est dommage, tu vois ce que je veux dire.

X : Ouais, O. K.

TSHM : Mais cool…

Le TSHM explicite les règles de la salle. Il insiste sur le nombre minimal de ces règles. Les salles sont ouvertes sur la base d’un accord négocié entre les jeunes et les TSHM, elles sont en quelque sorte un terrain neutre, sur lequel le TSHM peut intervenir. Pour marquer la différence, le TSHM rappelle qu’il n’intervient pas à l’extérieur sur des questions liées à la fumée et à la boisson.

Le TSHM insiste auprès du jeune : s’il respecte les règles, il contribue à la pérennité du projet.

Le jeune sort en tenant ses feuilles à la main. Explicitement.

Le TSHM n’insiste pas pour lui demander de cacher son matériel.

TSHM2 : (amusé) Il a fait de la résistance…

TSHM : Il a insisté pour le rouler ici.

De retour sur le banc, le TSHM échange quelques mots avec collègue.

(Silence, 2 minutes)

Les TSHM et le moniteur regardent la partie. Plus de plaisanterie. Chacun semble absorbé par ses pensées.

TSHM : Hey A, viens.

Le TSHM invite le grand frère-moniteur à venir le rejoindre. Ce dernier décline d’un geste de la tête.

TSHM : Y a le gars qui était en train de rouler, j’ai essayé d’expliquer, tu vois. Ça serait bien si tu arrives à le…

A : Ouais.

TSHM : J’aimerais bien qu’il prenne la chose, tu… c’est la première fois qu’il vient ici. Tu le connais, tu peux lui expliquer avec tes mots ?

A : Ouais, ouais.

TSHM : Cool ?

A : Tu vois, il a compris, là.

TSHM : Ouais, je sais, mais je passe toujours pour le gars qui fait la police.

C’est pas mon rôle. Tu vois ce que je veux dire.

C’est un peu à vous de régler ces histoires-là. Je sais que c’est pas à toi, ce soir… Juste lui glisser un mot, lui expliquer pourquoi ça roule bien ici. Moi je vais le reprendre après. Tu vois si c’est dit par vous (les grands frères-moniteurs), c’est différent que par moi.

Tu vois ce que je veux dire, tout le monde joue le jeu.

A : Ouais.

Le TSHM vient alors se placer à côté de lui.

Le jeune revient son joint roulé à la main. Il l’agite ostensiblement. Le met à la bouche sans l’allumer.

Le TSHM ne dit rien.

Y : Salut mec.

TSHM : T’as les billets pour le match de foot…

Z : Salut.

TSHM : Eux, ils les ont déjà.

La partie est finie. Les jeunes quittent le terrain. Ils saluent les TSHM sans évoquer l’incident. Le jeune qui a roulé le joint les suit.

Le projet, un support pour le développement d’autres actions

101La responsabilisation des usagers, le fait de leur donner un rôle dans le cadre du projet apparaît avec le travail autour de la règle garante du bon fonctionnement de l’activité commune, comme l’élément premier de la relation éducative. En effet, cette relation prend comme base le projet et se développe dans le projet. Dès lors, la confiance établie entre usagers et TSHM, la confiance en lui-même retrouvée par l’usager permet à la relation éducative de se développer. De se développer, en fait, vers des formes de soutien plus spécifiques construites sur mesure et faisant appel à des ressources extérieures au projet en tant que tel. C’est le cas de deux principales formes de soutien aux usagers offertes par les TSHM, l’offre de petits jobs d’une part, et le soutien social d’autre part.

Petits jobs et soutien social

102Les petits jobs s’inscrivent dans le prolongement du projet, de la responsabilisation des jeunes. Ainsi l’animation des salles de basket, la contribution à l’aménagement des locaux peuvent devenir des tâches rémunérées confiées aux jeunes eux-mêmes par les TSHM de la Délégation. De plus, par le biais de contacts, le TSHM peut être amené à proposer petit à petit d’autres petits boulots, à l’extérieur du projet, en tant que tel. Dans le contexte dans lequel se trouvent certains usagers, dans la situation de no man’s land que nous avons décrite, ce système de petits boulots prend une importance considérable. Bien souvent, les usagers des projets sont en rupture de formation, sans emploi, ou appelés à occuper des emplois temporaires et précaires. Dans ce contexte, le petit job tel qu’il peut être proposé par les TSHM offre une alternative. Il permet de poursuivre le processus de responsabilisation amorcé dans le cadre du projet. Il permet ainsi à l’usager de se sentir à nouveau utile et reconnu. Reconnu par le TSHM lui-même ou par le partenaire de ce dernier, qui offre le petit boulot.

O. K., on va maintenant profiter de ce projet-là pour créer aussi des petits jobs et d’engager, faire tout ce boulot avec les grands-frères (…). C’est des jeunes qui sont respectés par tout le monde, qui ont un niveau de basket relativement élevé, (on en a un qui joue en ligue A) qui n’ont pas de boulot. (TSHM1, basket).

  • 14 A ce sujet la Délégation a contribué à la mise ne place d’une structure appelée « la boîte à boulot (...)

103Le paradoxe est que le petit job offert dans le cadre du travail social hors murs est par définition précaire, dans le sens où il est épisodique et où il offre un taux d’activité relativement faible dans la plupart des cas. Mais cette précarité n’est pas à comparer avec ce qui peut se pratiquer sur le marché du travail temporaire. En effet d’une part, les petits boulots sont issus de l’activité du projet, de l’action du TSHM et de partenaires locaux. Le petit boulot a donc un sens pour le jeune ou pour l’usager, s’il travaille dans le cadre du petit job, il contribue à faire avancer le projet dans lequel il est déjà engagé, et son travail sera reconnu et considéré comme utile par les autres participants. D’autre part, le TSHM se porte garant des conditions dans lesquelles se déroule le job, tant du point de vue de la charge de travail, du type de travail à effectuer et des conditions, notamment salariales.14

104Une rapide étude de cas permet de mieux saisir le sens et la forme que prennent les petits jobs dans l’action des TSHM. Pour ce faire, il s’agit d’évoquer un autre projet dont les TSHM du basket ont la charge. Un projet ponctuel qui se développe dans un quartier adjacent aux quartiers qui accueillent les salles de sport.

105Les murs de l’école de ce quartier sont régulièrement tagués, et les différents usagers du préau souhaitent développer une décoration des murs. Pour les TSHM, ce projet s’inscrit dans leur volonté de développer des alternatives à la répression pure et simple des taggeurs.

106Dès lors, leur participation dans le projet va tendre vers le souci de donner un rôle et d’intégrer les jeunes concernés, de tenter de rétablir un lien entre ces derniers et ceux qui pourraient les stigmatiser.

L’objectif c’est quoi, c’est de travailler à cette contre-mesure, (de la motion 110), c’est qui qu’on vise ? c’est les jeunes. C’est qui les jeunes qui foutent la merde aux Pâquis, c’est le réseau à tout ce mec-là. Voilà, si on veut faire quelque chose de cohérent, sur la durée c’est avec eux qu’il faut se brancher, il n’y a pas de miracle, parce que c’est eux qui vont venir taguer, c’est eux qui vont venir faire les fêtes, c’est eux qui envoient chier le concierge. Et de les intégrer là-dedans, c’est une façon de toucher tous les autres. (TSHM1, basket).

107Le petit boulot permet alors de donner un rôle reconnu aux jeunes dans une activité qu’ils apprécient, la peinture.

C’est d’embaucher les gars, déjà, donc on s’est mis un critère, jeunes en rupture entre guillemets, c’est-à-dire qui glandouillent qui n’ont pas de thune, en gros qui sont capables de bosser donc c’est de trouver des mecs de 18 ans à peu près. Donc on va préparer toutes surfaces, donc on va faire des fonds, il y a eu tout un concept de par les arts déco, en fait ça sera des zones par couleur, qui représentent des thèmes, et nous on prépare toutes les surfaces pour que début mai, les enfants puissent, en fait ils vont se faire 6 matinées de suite avec les profs de dessin, pour finir de dessiner sur ces surfaces qui seront déjà des fonds, donc eux vont faire des dessins, c’est-à-dire un peu des contours, dans une gamme de couleurs qu’on a définie avec tout le monde. (TSHM1, basket).

108Le petit job permettra alors aux jeunes de développer leurs compétences, de gagner de l’argent, mais aussi de montrer qu’ils sont capables de participer à un projet de quartier qui a du sens pour tous les acteurs de cet espace.

On peut montrer aussi que quelqu’un qui a fait peut-être des bêtises, dans ce préau et dans le quartier, peut aussi venir et travailler tranquillement. On l’embauche, il est payé, il travaille comme tout le monde. C’est une façon aussi de montrer aux gens, à tout le monde qu’il n’est pas aussi bobet que ça. (TSHM2, basket).

109Comme pour la responsabilisation dans le cadre du projet, le petit job est tourné vers le développement personnel de l’usager, vers la dimension sociale d’une vie dans la collectivité. Il n’offre pas de véritables débouchés professionnels ou de support suffisamment stable pour sortir d’une situation personnelle difficile. Dès lors, le TSHM peut être appelé à prolonger la relation éducative sous la forme d’un soutien social. Un soutien social qui se décline sous la forme de conseil, de relais. Entre l’usager et des structures spécialisées susceptibles de lui fournir un soutien plus spécifique. Le TSHM est alors appelé à mobiliser sa connaissance du réseau genevois d’institutions sociales, comme dans le cas du projet café-conseil.

Alors, les demandes, il y a tout d’abord, dès que la saison froide arrive, hébergement, donc je peux les mettre en contact avec le Raccard ou des fois même organiser afin qu’ils puissent aller à l’Auberge de jeunesse, ou des locaux d’appoints, comme il y a eu à Frontenex cette année, sinon il y a pas mal aussi au niveau du lien, surtout quand il y a des hospitalisations, ils aiment bien savoir qu’il y a quelqu’un qui est pas dans le milieu qui va quand même se renseigner sur, si possible même une visite ou comme ça. (TSHM, café-conseil).

110Mais le TSHM peut aussi offrir un soutien plus individualisé, de façon souple pour des usagers ne souhaitant ou ne pouvant pas raccrocher avec l’appareil d’institutions sociales conventionnel. Il faut alors construire sur mesure un contrat souvent tacite qui lie alors le TSHM et l’usager dans une relation d’aide plus ciblée, plus personnalisée. Comme c’est le cas de cette demande de gestion de son argent faite par un usager du café-conseil au travailleur social.

Il y en a un qui a demandé carrément que je lui gère son argent, il avait reçu 4 500 fr. et il voulait les utiliser pour partir, et il me les a remis pour que je lui donne à coup de cent balles-deux cents balles, pour qu’il ne claque pas tout, et puis, donc ça on avait à travers l’association, on avait été mettre tout sur le compte bancaire, on avait signé un truc, après chaque fois qu’on retirait, c’était tiré du compte avec trace et tout, donc, et puis après il m’appelait la nuit, le week-end pour cent balles. (TSHM, café-conseil).

Autour du soutien social : Discussion sur la situation d’hébergement d’un usager du café-conseil

Contexte

111Hall d’entrée de la gare. Couvert mais largement ouvert par de grandes portes automatiques

112Café-conseil à la gare. Une jeune femme et un jeune homme sont assis sur le muret. Le jeune homme, plongé dans une forte somnolence pendant

TSHM : C’est la première fois qu’on se voit, non ?

A : Je sais pas, peut-être.

TSHM : Ici, il me semble.

Le TSHM tente d’engager la conversation avec A qui est une nouvelle venue dans l’espace dans lequel se tient le café-conseil.

B : Et moi ? C’est la combientième fois ?

TSHM : Ouf ! (rires).

B : Beaucoup trop, beaucoup trop.

A : ? (s’interroge sur l’identité du TSHM).

TSHM : Non, moi je suis travailleur social. Je m’occupe de… de différentes choses : activités, hébergement, si possible santé aussi.

B qui vient de se réveiller d’une somnolence qui a duré depuis l’arrivée du TSHM une heure plus tôt, le reconnaît et l’amorce.

A voyant que B connaît le TSHM, l’interroge alors sur son identité.

Ce dernier est alors amené à préciser le sens de sa fonction.

B : Style où ?

TSHM : Style où… je sais pas, qu’est-ce qu’il te faut ? B : Je sais pas, tu dis les hébergements, mais quel genre ? Des foyers, des hôtels ?

TSHM : Ou des lieux de dépannage.

B : Des lieux de dépannage ? Par exemple ?

TSHM : Par exemple, le Raccard.

B : Des foyers, quoi… TSHM : Foyers, ou bien ça peut être l’Auberge de jeunesse.

B : Des foyers, moi j’ai été au Pertuis, je crois. TSHM : Pertuis, à Onex ? (…)

B : Voilà, ben, j’ai été là-bas

TSHM : Trois mois ?

B : Non parce que je touchais de l’argent, des chèques de l’assurance. J’ai fais une période ou... (…) J’ai eu le malheur de faire du buisness de coke.

TSHM : Ouais, ça a pas fait long feu.

B : Il ont dit que j’avais trop d’argent pour être dans cet endroit-là, et un jour ils m’ont convoqué. Même la journée, ils fermaient la porte pour pas que je revienne.

TSHM : Ah, ouais.

B : J’avais deux copains… TSHM : Pis maintenant tu crèches où ?

B : Bon là, j’habite dans une villa à P, mais…

TS : C’est un squat ?

B se montre alors intéressé par l’offre de logement que pourrait proposer le travailleur social. Visiblement habitué des structures genevoises, il amène le TSHM à préciser son offre potentielle.

Sur la base de l’évocation de la situation de B et une fois la conversation bien établie, le TSHM commence à son tour à poser des questions afin que B. précise sa situation à propos de l’hébergement.

B : Non non, c’est une villa, j’habite chez quelqu’un qui bosse avec mon ex-copine. Mais là, il est venu tout à l’heure. Ça a tellement gueulé, que je dois partir. Là faut que je parte. Donc, je retourne à l’hôtel M. J’ai une chambre.

TSHM : Ah, celle-là tu l’avais en permanence ?

B : ça fait une année et demie que je l’ai. Pis ben, je la prêtais (…)

TSHM : Et à M., là ou tu as ta piaule. Ils sont sympas. Ça se passe bien. C’est comment là-bas ?

B : Y a deux hôtels.

TS : Ouais.

B : T’as des chambres avec des tapis (…). C’est un endroit où y a que des gens à problèmes.

TSHM : Ouais, ouais, je sais.

B : Alcooliques.

TSHM : C’est pour ça que je te demande comment ça se passe.

B : Tous les soirs y a des bastons, des bagarres. Y a que des alcooliques, des toxicos.

TSHM : C’est la zone.

B : C’est la zone totale… c’est la zone totale (B revient sur son ex-amie, cause de son départ de son logement actuel).

B évoque son logement actuel, mais déclare aussitôt qu’il doit le quitter.

Le TSHM est alors amené à poursuivre ses questions sur les perspectives de logement de B.

B a visiblement une ressource précaire, mais le TSHM poursuit pour connaître la façon dont B vit cette situation.

B est visiblement plus préoccupé par un conflit entre son logeur actuel et son ex-amie, cause de son départ prochain de son logement actuel, que par la perspective de retourner dans une chambre d’hôtel.

C : Y a encore du café.

TSHM : Salut, y a plus que du thé.

C : Ah bon, je veux bien.

TSHM : Dans le petit

Thermos rouge…

C : Regarde ma pièce.

TSHM : Chouette.

B : ça vient d’où, c’est quoi ?

TSHM : C’est Genève. B : Oh joli ! je peux voir ? TSHM : Un sablier. C’est dix francs. Dix francs suisses.

(…)

Le TSHM ne peut poursuivre sereinement sa conversation avec B. C les interrompt pour demander une boisson chaude en enserrant amicalement le TSHM, accaparant ainsi toute son attention.

Quelques instants après, la conversation entre B et le TSHM ne peut rebondir. C sort une pièce de collection, qui mobilise l’attention de B et de plusieurs autres usagers de l’espace café-conseil.

Un mouvement important autour du muret jusqu’au départ du TSHM ne lui permettra pas de poursuivre avec B. En partant, il ne pourra que lui indiquer rapidement où le contacter en cas de besoin.

Des activités alternatives

113Petits jobs et soutien social se développent sur la base du projet en tant que tel. Ces activités s’articulent dans le prolongement d’une visée de soutien individuel aux usagers dont l’objectif serait de favoriser l’insertion de ces derniers. Mais les TSHM, toujours sur la base de leur projet, tentent de susciter la mobilisation des usagers autour d’autres activités. Des activités alternatives, dont l’objectif cette fois n’est pas de soutenir l’insertion à proprement parler, mais le désir de créativité, les envies des usagers eux-mêmes. Ainsi pour les usagers des locaux en gestion accompagnée, au-delà de leur activité au sein même des locaux, l’enjeu est de pouvoir produire sa musique, de participer à des concerts, d’appartenir aux milieux hip-hop ou métal du canton.

L’autre groupe T, et eux ils sont pas mal en lien avec, avec le milieu métal de Genève, ils sont pas très nombreux, donc ils se connaissent bien, et je veux dire quand ils sont devant leurs batteries c’est hallucinant de dynamisme et d’énergie, et puis eux ils appellent ça violence, brutalité… (TSHM, locaux).

114Pour le basket, ces activités prendront la forme de tournois de basket de rue organisés lors de fêtes de quartier, ou encore de sonos mobiles accompagnées de buvettes se produisant dans les parcs ou sur les places pendant l’été.

  • 15 L’atelier d’art est géré sous la forme d’une petite association indépendante qui est subventionnée (...)

115Le passage du projet café-conseil vers des activités alternatives se fait quant à lui par le biais d’une structure appelée l’atelier d’art. L’atelier d’art15, espace de créativité artistique, sert en quelque sorte de relais pour le TSHM. L’atelier d’art offre la possibilité de pratiquer toutes sortes d’activité artistiques, comme la peinture ou la musique. Cet espace, situé à quelques minutes de la gare, sert alors de point d’appui « pour aller un cran plus loin » avec les usagers, proposer des ateliers de création ou même des sorties.

Des sorties à Noël, en été, etc., alors il y avait des inscriptions, et ceux qui se sont avérés présents le jour où on est partis, c’était pas du tout ceux qui avait été inscrits, ça se jouait sur le moment quoi, mais bon, ça s’est fait quand même, et puis, il y a les photos, les souvenirs, et puis, pour les personnes qui ont participé, des fois, c’était aussi des moments exceptionnels, comme d’être parti à la montagne une demi-journée, c’était déjà avoir réalisé un projet inimaginable presque, et puis bon après il fallait se grouiller de revenir parce que le manque commençait à se faire sentir, etc., ensuite on a aussi fait des après-midi simplement au Salève, parce que des fois c’est presque plus facile pour eux, dans le sens où c’est moins menaçant, Genève c’est là, tac, les repères sont tout proches mais on va quand même s’aérer. (TSHM, café-conseil).

116Ces activités alternatives sont diverses, construites sur mesure, bricolées. Elles aboutissent concrètement ou ne voient jamais le jour, restant ainsi à l’état de rêve, d’envie de perspective. Comme le rappelle le TSHM en charge du projet café-conseil, la perspective prime sur le résultat concret : Beaucoup d’imaginations projets, etc., beaucoup de choses qui n’aboutissent jamais, parce que leur mode de vie, leur dépendance font que ça ne se fait pas, mais disons, déjà rien que le fait d’avoir un lien, un repère, de pouvoir parler de projet, de pouvoir parler d’ambition, de pouvoir partager des choses. (TSHM, café-conseil). Dès lors, le TSHM se positionne dans un rôle d’incitateur, d’interlocuteur des usagers pour montrer que leur idée, leur envie pourrait être possible, et qu’il est là pour les soutenir dans la réalisation, la concrétisation de leurs envies.

Etude du mécanisme de relance vers des activités alternatives

Contexte

117Mardi soir, salles de gym. Dernières ouvertures avant l’été des salles de gym destinées au projet basket. Le TSHM, cherche à mobiliser les jeunes avec lesquels l’accroche est déjà effectuée autour d’une activité prévue le samedi suivant.

118Les jeunes du basket sont en effet sollicités par l’équipe de la DEJ pour participer à une petite fête dans le quartier voisin. A cette occasion un tournoi de basket de rue est prévu, ainsi qu’une animation musicale sous la forme d’une sono avec DJ. Au fil de la soirée, le TSHM va sans cesse relancer les jeunes basketteurs pour leur rappeler l’événement du samedi suivant.

Sur le terrain

TSHM : Samedi on va faire un petit tournoi à Geisendorf.

A : Parc de Geisendorf ? O. K, O. K.

TS : Ouais, si tu veux venir, à partir de 2 heures de l’après-midi, je pense.

A : O. K, O. K, le samedi qui vient ?

TSHM : Voilà, des 3 contre 3, tranquille, avec tous les gens qui étaient un peu dans les salles pendant l’hiver.

Le TSHM se rend sur le terrain avant le début des parties de basket pour faire passer l’information concernant la fête de samedi individuellement.

Il insiste sur le caractère détendu de la manifestation, susceptible de mobiliser les jeunes habitués des salles.

B : Au tournoi de Geisendorf, y aura déjà des petits, tous les petits de Geisendorf.

TSHM : Tout à fait. B : A la limite si on fait pas pour les grands, ça serait bien de faire pour les petits.

TSHM : Tout à fait. (…).

Un grand-frère impliqué dans l’organisation intervient de façon informelle pour prolonger l’annonce du TSHM en soulignant l’importance de leur présence samedi pour animer les plus jeunes.

Sur le bord du terrain

TSHM : Hé, samedi, on fait un tournoi à Geisendorf.

C : Ah oui ?

TSHM : Un petit tournoi de basket, samedi aprèsmidi à partir de 2 heures, je pense.

C : A partir de deux heures ?

TSHM : Si ça vous branche.

D : Ouais, je passerai. TSHM : Alors welcome.

D : Quelle heure ?

TSHM : Vers 2 heures, il y a H qui organise, il y aura M.

D : O. K.

TSHM : Y a une petite sono.

D : Qui ? M ?

TSHM : Oui, il s’occupe un peu de la sono, lui. Mais simple (tournoi) auto-arbitré, tranquille.

C : ça commence à « 2 h », alors ?

TSHM : Pardon ?

C : A 2 heures ça commence ?

TSHM : Ouais.

Le TSHM poursuit sa tournée d’information (passer l’info).

Les deux jeunes sont visiblement absorbés par leur téléphone portable et sont peu réceptifs.

Le TSHM s’adresse à C et c’est D qui répond. Comme il n’a écouté qu’à moitié, il fait répéter l’heure. C pour sa part n’est pas convaincu.

Le TSHM poursuit pour encourager C. Ce dernier ne semble pas trop intéressé par le tournoi de basket. Le TSHM évoque alors la sono prévue.

La perspective de la sono semble alors intéresser C, mais celui-ci n’a pas retenu l’heure non plus.

D, qui entre-temps s’est replongé dans la manipulation de son téléphone interrompt la conversation avec un autre sujet.

Devant l’entrée principale

D : Hé, mais je l’ai plus (en référence à numéro qu’il cherchait dans son portable).

TSHM : Y a une petite grillade avant, genre… D : O. K, {Approuve la grillade}, c’est cool.

TS : C’est un peu la fête de quartier.

Le TSHM confirme alors, pour la troisième fois en trois minutes, l’heure de la manifestation, et finit de convaincre C. avec la perspective d’un pique-nique.

TSHM : J’imagine qu’il faudrait peut-être être deux. Un DJ et peut-être toi, plutôt au micro, pour « brancher » les gens, tout ça.

E : J’ai des gars, pas de problèmes, j’ai quelqu’un. TSHM : Tu penses à qui, toi ? mais faudrait que t’y penses et que tu me confirmes sûr.

E : O. K.

TSHM : Tu notes vraiment la date.

E : C’est le 24, tu m’as dit, le 24 juin, ou le 25…

TSHM : C’est le…, je ne me souviens jamais… C’est le 25, un mercredi, et ça serait, je pense, dans l’après-midi.

E : L’après-midi, O. K, moi, franchement.

TSHM : Tu sais ce qu’on fait, moi je vais faire une RéV, j’ai branché Man’s tu connais ?

E : Man’s ?

TSHM : M, c’est un assez bon grapheur à Genève.

Le TSHM sort fumer une cigarette. Il accueille les jeunes devant l’entrée.

Il profite de l’arrivée de E. pour le relancer sur l’organisation d’une autre manifestation prévue quelques jours après le tournoi de basket du samedi.

E n’est pas sollicité simplement à titre de participant. Il est appelé à avoir une responsabilité dans l’animation de cette manifestation, par le biais d’un petit job.

Ainsi, le TSHM a besoin d’une confirmation ferme de la part de E.

E déclare être bien motivé, mais semble être dans le flou à propos de la date.

Devant les salles de gym, le TSHM sort son agenda. Une date inscrite dans l’agenda du TSHM ne semble pas être suffisante pour garantir la présence de E.

On vous convoquera une fois. Et on vous fait un petit contrat, un truc comme ça.

E : O. K.

(…)

TSHM : Je pense que c’est payé dans les 300 balles. Pour trois ou quatre heures. Donc, c’est un bon plan. Tu vois ça vaut la peine. E : Moi, je suis là, je suis opérationnel.

Le TSHM évoque alors la mise sur pied d’une séance d’organisation formelle, comme pour souligner l’importance de l’enjeu. Il insiste sur la dimension du job payé, un bon plan que E. ne devrait pas manquer. Il s’agit de mobiliser E pour que celui-ci tienne son engagement.

TSHM : Donc je te rappelle, cool… Et pis samedi ? T’es chaud, ou quoi ?

E : Samedi, ouais, on fait la soirée.

TSHM : (soupir) l’après-midi… (soupir) à Geisendorf…

E : Oui mais…

TSHM : C’est samedi (soupir).

E : Moi j’ai dit que j’étais d’accord, mais les flyers, et tout ça…

TSHM : Alors H, il en a fait, mais il les a pas pris ce naze. Mais sinon, il y a la sono mobile qui vient, il y a tout.

E : Moi je suis là.

TSHM : Ben c’est excellent, il va faire beau.

E : Hé Hé (rires) Bon ben, je vais aller faire un peu le basketteur…

TSHM : ça marche.

Avant la rencontre formelle, le contrat est scellé par une poignée de main, (claque dans la main et poing contre poing).

Le TSHM profite de l’occasion pour rappeler à E. qu’il est engagé dans le même type de contrat pour le samedi à venir au tournoi de Geisendorf.

Ce dernier ne se rappelle plus de l’heure, confirmant alors les doutes du TSHM quant à sa capacité à mener à bien un petit job.

Sur le terrain

TSHM : Tu vas bien ?

F : Tu vas bien. Qu’est ce que tu racontes ?

TSHM : Moi ça va.

F : Les vacances, un peu.

TSHM : Ouais, c’est bien, il fait chaud et beau.

F : Espérons que ça dure. TSHM : Samedi à Geis., alors.

F : A quelle heure ?

TSHM : A partir de… Nous on y va pour midi. Il y a un pique-nique, et je pense qu’on commence à 2 heures.

F : O. K, d’accord, pas de problème.

TSHM : Si jamais tu montes à Chêne. Parle un peu aux gens qu’on connaît.

F : O. K.

TSHM : C’est un petit tournoi, 3 contre 3, mais tranquille. Entre nous.

F : Pas de problème.

TS : Cool.

De retour dans la salle, le TSHM poursuit sa diffusion d’information.

Il profite de la présence d’un jeune d’un autre quartier pour faire courir le bruit un peu plus loin, en demandant à ce dernier de continuer le bouche-à-oreille.

Sur le banc dans la salle

G : Pour samedi, ça se passe comment ?

TSHM : Bien !

H : Moi, on m’a dit de venir avec un DJ.

TSHM : Il y a R. qui m’a dit qui passerait. Je pense que ça devrait être sympa.

I : The King.

TSHM : The king y vient ?

J : Elvis.

TSHM : Il m’a dit qu’il pouvait pas faire une petite sono comme ça.

Fin d’ouverture, le bruit semble avoir couru et les quelques jeunes évoquent en plaisantant la journée du samedi.

Le TSHM renonce en revanche à préciser des informations sérieuses dans le cadre d’un groupe agité ou chacun se livre à la plaisanterie dans le brouhaha (tout au long de sa tournée, il n’a cessé de privilégier la rencontre individuelle).

Dans le couloir et devant l’entrée

TSHM : ça c’est bien passé dimanche ?

G : Ça va, ça va.

B. Ils nous ont fait un faux plan.

TSHM : C’est-à-dire ? G : Ils étaient sensés amener des danseurs normalement, et ils sont venus avec personne.

TSHM : C’est qui qui devait se pointer, A ?

G : Ben, H, et C ils sont venus, mais ils devaient venir avec des gars qui sont pas venus, et on s’est retrouvés sans danseurs. A part les petits du quartier.

TSHM : Ouais, ouais.

G : Six ans, il a dansé, il a fait le DJ, le MC.

TSHM : Chaud comme la braise. A quel âge tu dis ?

G : Ouais, il devait avoir 6 ans. Mais au niveau du matos. A un moment y a une des enceintes qui a lâché.

TSHM : Ah ouais. Elle m’a dit H : que tout le monde lui dit que s’est un peu à chier comme matos, non ?

G : Ouais, c’est un peu le problème. Donc, nous en fait, pour samedi, on aura tout vérifié. On aura des enceintes qui tiennent la route. On aura un ampli, et tout. Correct, quoi !

(…)

Fermeture des salles. Le TSHM profite de faire le point avec G., un grandfrère-moniteur, à propos d’une manifestation qui a eu lieu le week-end précédent. Il s’agit pour le TSHM de reprendre le fil de l’activité, là où il l’avait laissé.

Il faut s’informer sur le déroulement de la manifestation, le contexte, les difficultés éventuelles.

Le bilan se fait en déambulant dans le couloir, mais tous les éléments utiles sont passés en revue.

G évoque des difficultés liées au matériel et assure que tout sera prêt pour samedi.

Contrairement à ses autres interlocuteurs de la soirée, le TSHM n’est donc pas amené à repréciser à G les détails de la fête de samedi.

TSHM : Justement, alors toi, tu dis pour l’été. Ça serait quoi le plan ?

G : Alors justement. C’est avec U. qu’on regardait. Ben ça serait de faire une permanence aux Cropettes, vu que vous voulez installer une buvette. Nous on s’est dit, on a la sono mobile. Y a personne qui l’utilise pendant juillet et août. Y a des gars motivés qui sont là pendant les vacances. (…)

TSHM : Moi je vais essayer de regarder avec C (le délégué à la jeunesse). Si y a pas moyen de trouver un petit budget pour ça.

G : ça serait bien, mais par contre, ce dont on aurait besoin, c’est de faire l’autorisation auprès du Service des écoles

TSHM : ça on peut regarder.

G : C’est juste de faire l’autor

TSHM : Tu parlais quoi toi, le week-end ?

G : Oui, le samedi et le dimanche.

TSHM : Tu voyais quoi toi comme horaire à peu près ? (...)

Le TSHM en profite alors pour évoquer un autre projet, dont les principaux contours seront esquissés en pleine nuit devant la porte des salles.

Le TSHM se pose comme un relais possible entre le projet des jeunes et l’administration municipale.

Un accompagnement non directif

119Que ce soit dans le cadre de la relation éducative au sein même du projet ou dans le suivi du développement d’autres actions, l’accompagnement du TSHM se veut résolument non directif.

120Pour les TSHM, il ne s’agit pas de « faire de l’éducation » explicitement, de prendre une position moralisatrice, d’imposer une présence par trop contraignante. Les usagers présents dans les projets, nous l’avons montré, sont généralement hors des structures sociales et d’éducation traditionnelles et ne sont pas a priori, ou explicitement demandeurs d’un accompagnement quel qu’il soit.

Il ne faut pas commencer à les éduquer, commencer à poser des règles qui n’existent pas, sauf les 2 ou 3 qu’on a déjà nommés. Parce que là tu risques de casser ça, c’est justement parce qu’il n’y a pas de règles, ni de structures qu’ils aiment bien être là. C’est tous des gars refoulés des clubs, de boulots, de la société, c’est des gars qui sortent de prison, c’est des gars un peu comme ça. (TSHM1, basket).

121Dès lors, comme dans la phase d’immersion et d’accroche, la position du TSHM dans le suivi du projet se veut discrète, souple, légèrement en retrait. Une position tenue en équilibre entre un état de disponibilité, passif, fait d’une disponibilité aux sollicitations qui viendraient des usagers et une démarche incitative, active, mais souple susceptible de mobiliser et de stimuler ces mêmes usagers. Pour ce faire l’attitude du TSHM doit être non menaçante (TSHM, café-conseil), tolérante (TSHM, locaux), et respectueuse du rythme des usagers. (TSHM1, basket).

122Dans le cadre des projets, ce suivi non directif, fait de disponibilité et d’incitation prend des formes diverses et se cristallise au quotidien autour de petites choses, de petites actions, de faits en apparence insignifiants. Il se caractérise par une présence à géométrie variable du TSHM dans les projets ; des visites épisodiques dans les locaux en gestion accompagnée ou plus soutenues en fonction de l’actualité, du fonctionnement du projet, une présence qui s’efface parfois volontairement dans le cadre des salles de basket avec les TSHM qui partent délibérément « boire un verre » une fois les salles ouvertes pour montrer aux jeunes usagers qu’ils ont les commandes, qu’on leur fait confiance.

Tu arrives 20 minutes avant, tu pipelettes un coup, à 21 h 30 tu ouvres ta porte, nous on fait rien d’autre que d’allumer la lumière et surtout de ressortir de la salle, nous on aime bien ça, dans cette idée : que c’est vraiment votre salle quoi. (TSHM1, basket).

123Sur la base de cette présence à géométrie variable, il faut pour le TSHM être en mesure d’accepter de suivre le projet dans un certain flou. A chaque retour dans le projet, il faut être en mesure de le reprendre là où on l’avait laissé, de saisir rapidement comment il a évolué en son absence et, si rien n’a évolué, il faut alors relancer les usagers et souvent attendre, pour relancer à nouveau. C’est le cas, par exemple avec les usagers d’un local qui ont de la peine à s’organiser.

Alors, là, la première échéance est tombée, c’est la deuxième qui vient maintenant qui est fixée au 20 mars, négocié avec eux et qui ont pris l’engagement que ça joue pour le 20 mars, euh on va voir, on est quoi aujourd’hui, le 18, ça laisse encore mercredi et jeudi, c’est un groupe avec lequel il y a beaucoup de difficulté de maintien des échéances donc je ne serais pas étonnée que ça soit pas tenu, comme il serait très content si ça l’était, parce qu’on pourrait passer à une autre phase, je veux dire c’est une espèce d’introduction qui dure depuis plus de 6 mois et qui se passe… comment dire,… pas en fonction de leur capacité mais je veux dire, je crois qu’ils ont des choses dans leur groupe à régler, alors ils ont commencé à un certain nombre et maintenant ils sont un autre nombre, donc en fait c’est comme si c’était un autre groupe, c’est comme si un groupe avait arrêté et qu’un autre avait repris, donc c’est pas étonnant que ça traîne autant. (TSHM, locaux).

124Le TSHM se trouve alors face à un imbroglio de rendez-vous manqués, de rendez-vous à fixer, d’histoires à écouter pour comprendre pourquoi tel ou tel aspect du projet qui avait été négocié n’a pas fonctionné. Dans le suivi au quotidien règne le Natel, celui des jeunes dont le numéro change tout le temps et celui du TSHM qui, de cette façon, est là sans être là.

Oui, ils ont mon numéro de Natel, et ils savent que je travaille à temps partiel, et que je ne réponds pas forcément dans les 24 heures parce qu’il y a des jours où je ne travaille pas. Alors ça ils le savent, par contre ils savent qu’ils peuvent laisser un message, et que de toute façon je rappellerai dès que je travaille, et que s’il y a un doute quant à la fiabilité du Natel, ils peuvent téléphoner au central, là ils tombent sur une secrétaire dans les horaires normaux, et ça ils le savent aussi. Moi, {si} je reçois un téléphone demain. Et bien s’il {me} dit, j’ai les papiers, on fixe un rendez-vous au local, ça peut être que ça. Et si c’est lui qui appelle et qu’il n’a pas les papiers, j’imagine qu’il va certainement négocier avec {moi} un délai supplémentaire, alors il faut évidemment écouter ses arguments, à part ça, il faut savoir que celui qui est {mon} intermédiaire et qui s’est proposé comme intermédiaire et pour faire ce boulot… (TSHM, locaux).

125Ainsi le TSHM est amené à sans cesse assouplir les procédures, à les reprendre avec les jeunes et à les négocier.

Ça me pose aussi beaucoup de questionspar rapport à l’adéquation du système de contrat, parce que d’un côté je me dis est-ce que c’est adéquat ou pas, est-ce que ça n’est pas trop lourd, alors voilà, mais je pense que pendant une semaine je pourrais être encore assez tolérante, et à partir de la semaine prochaine je pense que effectivement je pourrais changer de ton, parce que ça fait 6 mois que ça dure, ce n’est pas parce qu’ils ont qu’une semaine de retard. (TSHM, locaux).

126Mais ce suivi souple peut être recadré. Recadré sur la base des règles définies, des accords passés entre jeunes et TSHM, des rencontres plus formelles.

Il faut se référer à l’évaluation qui a été faite fin janvier, une évaluation qui a été faite avec eux, il y a une dizaine d’objectifs qui sont à tenir, le premier étant la signature des contrats et de remettre les RC, et puis après il y a d’autres petits points, comme changer le nom de leur groupe, mais c’est… à la limite si {je vais} les voir, {je} lis la dizaine de petits points, et {je} leur demande où ils en sont, et puis après il faudra négocier une autre échéance, mais c’est moins urgent, je crois. (TSHM, locaux).

Autour du moyen de contacter un jeune ; obtenir un numéro de téléphone portable

Contexte

127La salle de basket. Un jeune est assis sur un banc, absorbé par son téléphone portable. Les TSHM vont profiter de la discussion qui va s’engager autour de cet appareil pour obtenir enfin un moyen de joindre A., un grand-frère-moniteur qu’ils cherchent d’habitude désespérément à joindre en dehors des heures d’ouverture de la salle.

(Silence)

Le TSHM s’est assis à côté de B. qui est absorbé par son téléphone portable. Il s’agit visiblement d’un nouvel appareil téléphoneagenda, dernier cri dont il ne maîtrise pas encore les fonctions.

A : Dedieu le gros Natel !

B : Ouais.

A : Tu te prends pour qui ? TSHM : Un homme d’affaires (rires).

A : (marmonne). Moi aussi, je viens d’avoir un portable.

TSHM : T’as enfin un portable ! Tu vas pouvoir nous lâcher ton numéro !

A abandonne un instant sa partie de basket et vient amorcer B.

Il déclare posséder lui aussi un portable. Le TSHM saute sur l’occasion. Il voit enfin là, un moyen de joindre A.

A : Ouais, il est scotché derrière.

TSHM : Je peux regarder ?

Le TSHM demande tout de suite la possibilité de noter ce numéro. Son collègue qui a entendu la conversation se précipite vers l’appareil que A a laissé près du banc, marquant ainsi tout l’intérêt que porte l’équipe TSHM à être en mesure de joindre ce grand-frère/moniteur.

A : Avant, j’étais contre les portables, ça me dérangeait, et en plus ça m’énerve… Même, à la maison…

TSHM : Ouais, justement, on a essayé des fois de t’appeler à la maison. T’oublies, tu réponds jamais.

A : J’aime pas qu’on me dérange. TSHM : Je peux comprendre, mais…

A : En fait, j’ai tellement de potes qui appellent des fois pour rien dire, Blabla, blabla…

TSHM : Toi, t’es plutôt SMS ?

A : Je sais pas, mais la semaine j’aime bien rester concentré sur le truc… T’es dérangé pour des conneries…

TSHM : Ouais, mais quelques fois, il y a des choses importantes, tu vois. On ne sait jamais.

Alors que son collègue s’assied sur le banc pour enregistrer de suite le numéro, le TSHM rappelle à A. la difficulté qu’ils ont à la joindre.

Ce dernier se défend mollement en invoquant sa sphère privée.

Le TSHM, toujours à l’affût d’une façon fiable de joindre A tente sans succès de savoir si il répondrait plus volontiers à des petits messages texto, SMS, qu’à des appels téléphoniques.

Le TSHM insiste explicitement sur la nécessité de joindre A, en évoquant implicitement le statut de moniteur de A, appelé à répondre de choses importantes.

A : Je vais changer ce portable. Il est gratuit.

TSHM2 {directif} Ouais, mais faut pas changer de numéro.

A : Non, non, pas de numéro. TSHM : {insiste} Pas de numéro ! (rires). A : C’est un abonnement ça, je ne peux pas changer.

Le TSHM rejoint son collègue pour enregistrer lui aussi le numéro dans son propre appareil. (Quatre personnes sur le banc, quatre téléphones portables. B, quant à lui, n’a pas levé le nez de son appareil).

A peine son numéro enregistré par les TSHM, A. évoque déjà l’éventualité de changer d’appareil.

Autour de l’accompagnement non directif : une visite informelle dans un local en gestion accompagnée

Contexte

128Un local attribué à deux groupes de jeunes musiciens. Ce local est situé dans le dédale des abris de protection civile, situé sous une grande surface d’alimentation.

129Début de l’été, visite improvisée et informelle de la TSHM dans les locaux en gestion accompagnée. Cette dernière est accompagnée d’un collègue,

TS : Ciao.

P : Saluuut ! (avec plaisir).

TS : Saluuut.

P : Comment ça va ?

TS : ça va bien, et toi ?

P : Je me disais bien, je vous ai vu tout au fond là-bas (tout-à-l’heure). Ça va bien ?

TS : Je te présente Alain (TSHM2).

P : Bonjour.

TSHM2 : Bonjour, enchanté.

TS : Donc Alain… (le groupe d’à côté joue très fort). Attends, je vais fermer.

La TSHM frappe et entre. P, occupé à bricoler sa platine, a visiblement du plaisir à la voir arriver.

Les civilités durent deux bonnes minutes et le jeune ne semble pas préoccupé par la présence d’un collègue de la TSHM, qu’il ne connaît pas.

P : C’est du lubrifiant qui nettoie en même temps. Cette pièce, je peux changer, tandis que ça (en parlant d’éléments de sa platine).

TSHM2 : Ah, O. K, d’accord.

TSHM : C’est de la mécanique !

P. explique spontanément au visiteur le mode d’entretien de son matériel.

TSHM : P, il habite juste en face.

P : Ouais.

TSHM : Alain, c’est lui qui va faire le suivi pendant que je suis en vacances. Je sais pas si tu veux noter son numéro de Natel ?

P : Ouais.

TSHM : C’est là où il y a un grand groupe de Hip-Hop.

TSHM2 : Toi, t’es ?

P : Moi je suis le DJ.

La TSHM explique l’objet de la visite. La discussion se poursuit de façon informelle, autour de la platine, même si le local comprend un canapé et une table.

P : Sinon ça va M ? (prénom de la TSHM).

TSHM : Oui ça va. Vous êtes sur quoi ?

P : J’ai des idées. TSHM : Des idées sur quoi, des petits projets ?

P : Ouais des petits trucs. Je vais pas vous dire ça maintenant. Je vous dirai ça un autre jour, faut que je réfléchisse encore.

TSHM : Le temps des vacances ?

P : Le temps de vos vacances. Moi, j’ai plus de vacances. Moi c’est bon. J’en ai pris deux semaines là, et pis… Mais bon…

Par contre, justement, je voulais vous voir… parce qu’en fait, je quitte le travail où je suis.

TSHM : Oui (l’invite à poursuivre).

P : Je vais travailler ailleurs, et le problème est que je vais travailler à La Chaux-de-Fonds. Toute la semaine, je ne suis pas là. Mais bon, il y a les autres qui sont là. Et moi, je suis là vendredi soir et samedi. Mais dimanche, c’est P. On a parlé, et il a dit que ce qui lui conviendrait le plus, c’est dimanche, lundi et jeudi et après on s’arrange, un vendredi parci par-là…

TS : (approuve d’un signe de la tête).

P tend un bloc au visiteur, afin de plier à la petite formalité administrative de l’obtention du nouveau numéro de contact et se remet aussitôt à l’entretien de sa platine en conversant avec la TSHM.

P ne quitte pas le nez de sa platine. Il semble un peu inquiet. Il a quelque chose à discuter avec la TSHM.

P explique enfin son souci. Avec le groupe du local, il a conclu un nouvel aménagement horaire, et il souhaite qu’il soit validé par la TSHM.

P : Dis, sinon, c’est hyper sympa.

TSHM : ça joue ?

P : L’autre jour, on est restés ici, au mois 3 heures. Y en a un qui jouait de la guitare, l’autre qui jouait de la batterie, et un autre au piano, et après, c’était excellent.

TS : C’était excellent.

P : Ah ouais ! C’est pas la même chose que d’être ici, tout seul avec mes platines. Là, le truc il se crée tout seul. Parce qu’on se met dans une longueur d’onde. (…)

Devant l’approbation tacite de la TSHM quant au nouvel aménagement, P visiblement soulagé, relève la tête et évoque avec un plaisir évident son activité dans le local.

Le projet : un support pour le travail de réseau

130Si le projet apparaît comme support au développement de la relation entre TSHM et jeunes, il constitue aussi le socle d’un travail en réseau avec les différents autres partenaires d’un quartier. Le projet se présente alors aussi comme un dispositif susceptible d’associer les acteurs inquiets par la présence des jeunes dans l’espace public. Ainsi pour la DEJ, la démarche réseau permet de créer : « un climat de confiance auprès des gens qui se plaignent du comportement des jeunes. » (Rapport DEJ, 2002).

131Dès lors, pour les TSHM, il s’agit de situer à la fois « clairement du côté des jeunes afin de pouvoir gagner leur confiance » (Rapport DEJ, 2002), tout en étant en mesure d’agir avec les personnes qui les stigmatisent. Cette posture place résolument le TSHM dans une sorte d’entre-deux dans lequel ce dernier est appelé à être médiateur. Cette posture, dictée par la nature même de la commande des pouvoirs publics, être en lien avec les jeunes précarisés en apaisant dans le même temps les tensions liées aux incivilités, est d’abord une posture pragmatique. Une analyse plus détaillée permettra de montrer que cette tension permanente entre précarité et insécurité constitue la nature même de la question sociale auquel le TSHM à faire face et à partir de laquelle se construit sa fonction. Il nous faut préalablement examiner la façon dont se construit au fil de l’action cette démarche du travail de réseau, dans laquelle le projet occupe une place centrale.

132La démarche proposée par la DEJ à ses TSHM est précisément décrite dans les documents internes. Cette démarche comporte plusieurs phases, qui s’articulent de la façon suivante : Une phase d’état des lieux dans laquelle la Délégation reçoit la demande. Cette demande peut être formulée par les habitants eux-mêmes par le biais de téléphones ou de courriers à la DEJ, mais semble le plus souvent relayée par d’autres services municipaux (service des bâtiments, service des écoles). Cette étape très brève de premier état des lieux est suivie d’une phase de diagnostic, au cours de laquelle des contacts vont être pris avec les plaignants afin que ces derniers puissent reformuler leur demande, leur problème.

133Ensuite, les collaborateurs de la DEJ vont réunir les différents acteurs concernés, les jeunes eux-mêmes, les parents, les « plaignants » ainsi que les partenaires institutionnels du quartier. Pour la DEJ, ce groupe doit être en mesure de se constituer en réseau afin d’élaborer des objectifs partagés et de mettre sur pied un projet qui sera ensuite évalué.

134Le projet apparaît ainsi comme la résultante de l’action commune des différents partenaires et le vecteur interface d’une action prioritairement destinée aux jeunes, ainsi que de renforcer le lien social. Pourtant, comme nous l’avons déjà évoqué, la forme du projet n’est pas véritablement élaborée dans une démarche participative, les actions proposées sont plutôt mises en œuvre sur la base de ces outils type (salles de gym, locaux, actions peintures) à disposition des TSHM, que ces derniers mobilisent en fonction de la situation.

  • 16 Aborder la mise sur pied d’un réseau demande une méthode tout à fait spécifique susceptible de perm (...)

135Au moins deux projets retenus pour notre démarche de recherche apparaissent comme la résultante d’une démarche de réseau. Il s’agit d’une part du projet locaux qui prend corps sur la base d’un travail concerté avec les partenaires du quartier Charmilles-Europe, et d’autre part du projet basket qui se développe après le squat des salles de gymnastique par les jeunes, un squat qui a occasionné un certain nombre de plaintes des acteurs concernés. Un quatrième projet permet de saisir et de mettre en lumière les différentes phases d’une démarche réseau au fil de l’action, il s’agit du cas du projet peinture dans les préaux d’école, déjà évoqué pour aborder la question des petits jobs.16

  • 17 Dans ce cas, la phase de diagnostic s’effectue sur la base de l’implantation préalable des TSHM dan (...)

136Dans le cas du projet peinture, la phase d’état des lieux diffère quelque peu de la majorité des démarches réseau menées par la Délégation. En effet, la démarche va prendre corps sur une proposition des TSHM implantés dans le quartier et non sur la base d’une plainte ou d’une demande explicite des acteurs du quartier concerné.17 Dès lors, la proposition des TSHM de réunir les différents du quartier pour mener ensemble un projet peinture dans les préaux afin des les décorer et de créer une ambiance un peu différente s’appuie sur une phase de diagnostic antérieure à une demande des habitants en tant que telle.

137Dans ce quartier, la question problématique mise en lumière par les TSHM concerne les difficultés de cohabitation dans un préau entre les jeunes, les usagers de l’école, et de la maison de quartier voisine. Une partie des jeunes a été exclue de la maison de quartier et du préau, mais les tensions n’ont pas baissé pour autant.

Malgré ça les jeunes traînent encore dans les préaux le soir, la nuit, ils sont là, ils passent, ils viennent, ils pissent, ils font tout ce qu’ils veulent, pas seulement eux, tout le monde, et les gens commencent à dire c’est n’importe quoi, c’est ci c’est ça (…). (TSHM2).

138Sur la base de ce diagnostic, les TSHM vont mobiliser les différents acteurs concernés au sein d’un groupe réseau.

Maison de quartier, enseignants, l’architecte de la Ville, les associations, donc on a essayé… une cinquantaine d’associations… donc, il n’y a pas eu une cinquantaine d’associations qui ont adhéré mais il y en a quand même quelques-unes, il y a eu le concierge qui a été mis au courant, les élèves des arts déco qu’on a essayé de mobiliser. Qu’est-ce qu’il y a eu encore, je ne sais plus, et les ados, les jeunes qui font aussi partie des associations… ça c’est pour les partenaires. (TSHM2).

139Il fait convaincre les parents d’élèves, les enseignants :

Par exemple, avec les deux enseignants de dessin, on était convoqués à l’école primaire, donc il y avait le maître principal plus ces deux enseignants, Ils nous ont dit nous on ne croit pas du tout à votre projet, mais on peut nous convaincre, ça c’est excellent. Et nous on leur a fait ce discours-là, (…) et eux nous on dit, nous on vous amène quatre cents gamins. (TSHM1).

140Les groupes de jeunes aussi :

Les jeunes qui foutent la merde aux Pâquis. Voilà, si on veut faire quelque chose de cohérent, sur la durée c’est avec eux qu’il faut se brancher, il n’y a pas de miracle, parce que c’est eux qui vont venir taguer, c’est eux qui vont venir faire les fêtes, c’est eux qui envoient chier le concierge. Et de les intégrer là-dedans, c’est une façon de toucher tous les autres, et je pense que là on est à peu près au clair. (TSHM1).

141Le projet de décoration de préau présenté par les TSHM au groupe des acteurs du quartier est un support que l’équipe de la Délégation connaît bien, puisqu’elle a déjà conduit ce type d’action dans d’autres quartiers de la Ville. Dans ce cas, le projet proposé se fait donc bien sur la base de ces outils type des TSHM.

On a fait dans le parc du Seujet, par exemple, l’escalier en colimaçon, on a fait aux Grottes à l’école du Mail, aux Vollandes. (TSHM2).

142Dès lors, le travail du groupe consiste à s’approprier la proposition d’action des TSHM et élaborer des objectifs permettant de donner sens à la mise sur pied du projet.

D’ailleurs, c’est grâce à ce prétexte-là que tout le monde a adhéré au début, parce que au début, quand on a dit, on va mettre la peinture sur le mur, bon il y en a un million partout, sans vraiment voir le but de l’action, donc de cette démarche de prétexte d’arriver à englober le maximum de personne là-dedans, et faire revivre un peu cet espace-là, et pas seulement la peur de sortir le soir après 8 heures, il y a plus personne dans le préau parce qu’il y a les jeunes, parce qu’il y a ci, parce qu’il y a ça. (TSHM2).

143Le groupe des partenaires est ainsi appelé à se mobiliser par le biais de l’élaboration et de la réalisation du projet autour de deux objectifs. Il s’agit d’une part de valoriser la dimension participative de tous les acteurs, enseignants, enfants, parents, concernés par la vie du préau, et d’autre part de favoriser la possibilité de renouer le contact avec les jeunes exclus des préaux.

Les parents d’élèves nous disent ah mais nous on a envie de faire de la dispersion avec vous, c’est chiant si on fait ça l’après-midi moi je bosse mais je viendrai après, ils savent qu’on va embaucher les jeunes du quartier qui traînent, qu’on va les payer, tout le monde trouve ça excellent. Parce que les gens petit à petit ils ont compris aux Pâquis qu’à un moment donné on ne pourra pas être toujours en guerre avec les jeunes, à un moment donné il faut qu’on se cause, qu’on se frotte, et puis on verra ce qui se passe, en tout cas au niveau parents d’élèves ça a bien passé, le message. (TSHM2).

144La conception du travail de réseau de la DEJ rejoint le modèle proposé par Amblard (1996) qui montre que le processus réseau démarre par la convergence des partenaires autour d’une question problématique. Dans ce cas, elle prend la forme des incivilités commises dans l’espace public, dans le préau de l’école du quartier. La mise au travail des différents acteurs autour de cette question problématique va permettre, comme le montre encore Amblard, de problématiser cette question et de la dépasser. En effet, dans cette situation, les partenaires vont prendre conscience, après les incivilités, de la dimension de stigmatisation et d’exclusion dont sont victimes les jeunes concernés. Dès lors, le réseau va se donner un énoncé commun, un objectif de travail acceptable par tous les protagonistes de la situation qui prend la forme de : Il faut restaurer de la convivialité dans un préau qui doit être libre d’accès pour tous. C’est autour de cet objectif commun que les acteurs du quartier vont se mettre au travail pour organiser et réaliser un projet de décoration des murs du préau.

145Le réseau apparaît donc comme un moyen qui permet de maximiser les ressources à disposition. Chacun va « mettre la main à la pâte », apporter ses compétences, les enseignants vont ainsi utiliser les ressources des cours de dessin, les parents vont prêter main forte pour le gros œuvre et les jeunes vont mettre à profit leur technique du sprayage et leur maîtrise de leur art du graffiti. Mais le réseau peut être aussi considéré comme une finalité car en mettant tous les acteurs au travail, il est producteur de lien social entre les protagonistes divisés au départ, un lien qui se tisse autour d’un projet innovant pour le quartier concerné.

Entre corps et esprit, la créativité de l’agir

146Dans les secteurs industriels, le corps est un outil de travail primordial, mais qui ne se donne pas à voir face à la clientèle. Au sein du tertiaire comme les métiers de services, au sein desquels les interactions sont omniprésentes, le corps fait pleinement partie de l’offre. Les habiletés spécifiques pour entrer en relation avec le bénéficiaire et mener cette relation à terme de façon satisfaisante pour celui-ci sont intimement liées à la dimension relationnelle, construite de rapports émotifs. L’être humain éprouve des émotions et le corps les laisse transparaître : pâleur, rougissement, accélération du pouls, sensation de malaise, perte de voix, tics, larmes, éclats de rire…

147Dans l’agir professionnel, le corps non seulement agit mais il réagit ! Cet espace de réaction est intimement lié à la dimension émotive. Ainsi travailler avec l’être humain demande une gestion de l’expression des émotions, les siennes et celles des autres.

148De nombreuses prescriptions implicites influent sur notre manière d’être recherchant une pseudo-attitude, recommandée par le milieu professionnel. Il faut sourire même si l’on a de bonnes raisons d’être triste, ne pas montrer sa fatigue, son dégoût, l’agacement, la peur, l’indignation… prendre soin de l’Autre sans trop laisser voir de ce que l’on ressent. Le positionnement professionnel est particulièrement centré sur les émotions de l’Autre, cherchant à comprendre ce que vit l ‘ interlocuteur, pour ne pas susciter sa colère, son hostilité, pour vaincre sa méfiance, le mettre en confiance, obtenir sa collaboration… Toutefois le professionnel joue également de ses émotions pour parvenir à tenir dans des conditions relationnelles difficiles. Nous pourrions citer par exemple l’humour, qui est souvent utilisé pour dissiper la peur et le dégoût dans des situations dangereuses ou vécues comme tragiques.

149Nous retrouvons dans ce processus tout un jeu en surface mais aussi en profondeur. La charge émotive est une chose invisible, difficile à mesurer qui n’est pas ou rarement reconnue comme élément constitutif de la complexité du travail.

150Spécifiquement pour les femmes, la question des émotions au sein du monde du travail se situe dans une stigmatisation : elles sont émotives, pour ne pas dire hystériques… Les compétences liées à cette gestion des émotions, les siennes et celles des Autres sont difficilement prises en compte que ce soit par soi-même, par les pairs ou par la hiérarchie. Le discours usuel est une posture de déni ; être professionnel, c’est justement la capacité à dominer ses sentiments, ne rien laisser transparaître, se protéger.

151Les entreprises ou institutions ont encore tendance à favoriser l’idée de l’employé rationnel, c’est-à-dire l’employé qui n’affiche aucune émotion. Tout comme à dissuader les professionnels d’exprimer leurs émotions lorsqu’ils travaillent en équipe, tout en essayant de dépeindre le milieu de travail idéal comme celui où le calme et le rationnel règnent. La consigne implicite est de laisser ses émotions à la maison. Saurions-nous prisonnier d’une pensée occidentale, convaincue que l’esprit rationnel est distinct ou détaché des émotions ? Seul un esprit froid et détaché semble apte à penser de façon logique et circonstanciée.

152Paradoxalement on attend des professionnels qu’ils soient enthousiastes, heureux dans leurs relations aux Autres (bénéficiaires et collègues) et affligés ou en tous les cas, empathiques faces aux demandes de soutien, face à la souffrance exprimée.

153Dans le secteur des services, on se heurte à l’invisible, à l’irrationnel, loin des anciennes formes traditionnelles telles que physiques et mentales. Lorsqu’on s’intéresse à l’analyse du travail, au développement et à la santé des professionnels dans leur milieu professionnel, comment pourrait-on ignorer la dimension émotive, si centrale dans les métiers de l’humain ? Le grand défi est légitimement de ne pas se laisser envahir par les émotions. Non pas de les annuler mais bien de les reconnaître pour pouvoir les adapter et les utiliser à leur juste place dans la dimension « travail ».

154En intégrant cette dimension nous obtiendrons une analyse plus proche de la complexité de la réalité quotidienne, emplie d’émotions rarement verbalisées mais exprimées aux travers du corps, des attitudes et des gestes professionnels.

155Les émotions sont des processus qui nous permettent de nous adapter aux changements environnementaux et aux enjeux sociaux. Pour se comporter de façon adaptée, l’Homme a besoin des émotions (régulations). Celles-ci nous aident à nous situer et même à prendre des décisions, car les émotions sont également sources de renseignements. Alors que la tristesse indique une perte quelconque, la colère révèle la présence d’une contrainte non acceptée pouvant susciter des comportements improductifs comme l’agression des pairs.

156Certes il est évident que certaines émotions peuvent être perturbatrices et doivent être contenues dans certaines situations, agir uniquement par l’émotionnel ne peut qu’entraîner une perte des repères usuels pour soi et pour le destinataire. Dans les métiers de l’humain, les codes et les messages implicites pour prévenir l’apparition d’émotions non maîtrisées se distinguent par des discours récurrents tels que le fameux recul professionnel, la distance professionnelle, se protéger… Est-ce une stratégie appropriée au sein de l’action sociale ? Comment les professionnels vivent cette distance et cette protection parfois imposée par la situation et le contexte institutionnel ?

157Aujourd’hui, dans la plupart des situations de travail, nous pouvons raisonnablement penser que la gestion des émotions est au cœur des fonctions à remplir. Pour les professionnels de la relation d’aide, la gestion des émotions est certainement un outil principal comme source de créativité et de performance professionnelle. Favoriser l’entraide et la collaboration, comprendre au plus près les situations complexes demande non seulement des compétences cognitives mais aussi, et même principalement, une capacité à situer les différents registres émotionnels influent sur et soutenant la relation. Toutefois le travail à caractère émotif est particulièrement éprouvant et exigeant et peut mener à l’épuisement dans le long terme. Pourtant le travail émotif est largement valorisant et relève de satisfactions personnelles sur son implication dans l’activité. C’est particulièrement le cas pour les personnes qui sont conscientes de leurs émotions et qui les utilisent dans leur pratique professionnelle comme source d’inspiration relationnelle.

158Une des difficultés majeures pour les professionnels de la relation d’aide réside dans l’expression d’émotions positives faces à des bénéficiaires leurs inspirant des sentiments négatifs. Voici pour exemple le propos d’un animateur socioculturel travaillant sur l’accueil libre :

Avec ces ados on voit qu’à long terme on a bien mené le truc, mais à court terme tu as un sentiment mitigé, de ne pas extérioriser la colère que provoque un certain type de propos. Donc ça, ça te pèse sur l’estomac.

159Si le professionnel se sent directement visé par une attaque verbale d’un client, il devient très périlleux de tenir et exprimer une empathie. Si l’on considère que c’est l’organisation, l’institution qui est responsable de la grogne du client, alors il devient plus aisé d’exprimer des émotions positives, malgré un agacement évident.

160Mais la question centrale à gérer au quotidien est fortement liée à la norme sociale dépassant largement une régulation personnelle des aspects émotifs exprimés dans les situations de travail. En effet, comment vivre sa sincérité émotive alors que l’institution codifie en grande partie les manières d’être appropriées ?

161L’incompatibilité entre les normes et les règlements institutionnels qui imposent l’expression d’émotions particulières dans des contextes spécifiques et la personnalité du professionnel dans son agir ne peut que rigidifier des forces délétères. Lorsque les éléments deviennent incompatibles et que l’employé se sent obligé de feindre des émotions, survient alors ce qu’on appelle une dissonance émotionnelle. Ces situations minent la satisfaction et le bien-être de l’employé et multiplie les risques d’épuisement professionnel. Les professionnels qui expriment leurs sentiments dans leurs relations avec les usagers ont toutes les chances de jouir d’une meilleure santé, de vivre un sentiment de réalisation personnelle plus fort et sont évidemment plus attachés à leur travail. Nous pourrions développer ce chapitre en retraçant des extraits de discours des professionnels en lien avec les aspects émotionnels et gestuels, ce que nous ferons en partie, mais nous avons également cherché à saisir au-delà du langagier, ce qui pourrait transparaître à travers des images relevant des attitudes corporelles usitées par plusieurs TSHM, soit au contraire très significatives d’un style particulier. Exercice très périlleux pouvant donner lieu à de nombreuses interprétations sauvages. Nous avons tenté de nous préserver de cette dérive, tant que faire se peut, en retraçant deux points de vue en articulation, soit celui des professionnels au regard des images et celui des chercheurs tentant de prolonger la réflexion par leurs propres sentiments à l’égard de l’observation des professionnels. Observation sur deux temps spécifiques, celui de l’agir professionnel et celui de l’observation de la réflexion des professionnels durant le visionnement des images vidéo. L’essai assez complexe se situe au niveau d’une construction des auteurs de ce rapport à partir de ce que les professionnels font de ce qu’ils disent et non plus uniquement de ce qu’ils disent de ce qu’ils font. A partir du regard sur l’activité que les TSHM peuvent porter sur eux-mêmes, par le biais de la vidéo, ils cernent eux-mêmes les finesses déployées dans leur agir, subtilités difficilement identifiables dans le cours même de l’action. Avant de construire un discours sur l’activité, il s’agit de pouvoir repérer ce qu’ils font, dans un deuxième temps ce qu’ils peuvent dire de ce qu’ils font, puis ce qu’ils font de ce qu’ils disent. Dans ce chapitre, nous avons imaginé une étape supplémentaire en lien avec les particularités de ce qui nous intéresse, soit le corps et les émotions. Nous avons tenté de prolonger la réflexion par le ressenti, ressenti du chercheur sur les images soit, mais surtout ressenti sur cette étape décisive qui est cet espace de confrontations interactives permettant de repérer ce que les professionnels font de ce qu’ils disent et du comment ils agissent. Essai particulier qui se situe dans la lignée des travaux d’Yves Clot mais où l’espace de développement potentiel n’est pas analysé uniquement chez les professionnels du métier observé mais également au sein des chercheurs dans leurs interactions avec ces émergences de réflexions et d’émotions découlant de ces séances d’autoconfrontations croisées. Les chercheurs pistant non seulement le cœur du métier mais également le corps au métier, à différencier encore du corps de métier.

162Si nous insistons à travers ces images sur les aspects corporels et émotionnels, notre objet n’est pas une mise en premier plan du corps au détriment de la parole dans l’action. Ce découpage de la réalité nous paraîtrait particulièrement artificiel et fort éloigné de notre rapport aux théories de l’action. Par contre, nous insistons par l’intermédiaire d’images sur un espace peu développé traditionnellement dans les recherches sur l’activité professionnelle qui est effectivement celui du corps comme source de mobilisation et comme espace de communication émotionnelle favorisant ou non la relation. Si de nombreuses études analysent le discours des professionnels, il nous paraît essentiel de s’arrêter également sur l’agir corporel pour tenter de cerner les compétences en action simultanément dans le faire et dans le senti.

163Clés de lecture : toutes les paroles des professionnels sont retranscrites en italique, elles retracent principalement les remarques énoncées durant le visionnement des images vidéo, soit les autoconfrontations croisées. Pour une lecture plus fluide, nous avons pris l’option de ne pas situer ou spécifier les auteurs des paroles. Chaque dialogue est ponctué par « un retrait à la ligne ».

164Les commentaires ou analyses des chercheurs sont retranscrits en caractères normaux.

L’immersion

Parce qu’ils ont compris que c’est le seul qui ose venir. Pas pour les contrôler, mais pour les apaiser
. C’est vrai moi quand j’ai vu 40 gars de 16 à 25 ans plus grands que moi, plus balaises que moi, qui te disent à peine : « P’tit con, tu fais quoi là » tu te dis : « Oups, on va voir dans quel sens ça part. » Et puis tu restes, tu restes, tu restes, et au bout d’un moment ils viennent et te disent : Tu fous quoi là ?
Je veux que ça se passe. Tu vois petit à petit.
Moi j’aime bien leur dire ça : Je fais que ça se passe
. Eh, mais tu fais quoi ?
Rien tu vois regarde, c’est ça qui est beau. Du coup, comme ça tu essaies de leur faire piger quel est ton rôle, c’est très subtil
. Alors, qu’est-ce que je ne dois pas faire pour foutre en l’air votre histoire ?
Raconter des conneries.
C’est quoi des conneries ?
Il ne faut pas faire de morale.

Le regard

Cette concentration dans l’immobilité permet de libérer l’espace à l’Autre.

165Le cadrage de l’image est focalisé sur le visage, donnant lieu à un portrait, voire un buste. Toutefois, le corps s’exprime à travers la position donnée par les épaules. Corps appuyé, détendu, présent. La tête est relevée, sentiment accentué par la prise de vue, qui met en évidence l’attention portée à ce qui se passe dans le prolongement du regard. Si le visage est détendu et même souriant, une présence forte émane de cette illustration montrant la possibilité d’être en lien tout en étant en recul physiquement. Cette concentration dans l’immobilité permet de libérer l’espace à l’Autre ou aux Autres tout en offrant une présence non seulement bienveillante, mais également intéressée et empathique exprimée par un sourire de satisfaction.

Il a une tête de killer.
Oui, il a une tête de killer effectivement, (rires).
Mais là, tu as quand même beaucoup d’autorité.
S’il veut pas écouter, il ne le fait pas.
Mouiais, il faut juste… ça c’est donc le moniteur, Alpha, c’est le gars qui normalement devrait contrôler le jeux, et c’est lui qui s’excite le plus, du coup il dit eh oh, qu’est-ce que tu fais, après il me regarde et c’est bon. Donc, là avec un regard, il sait que …
Il sait qu’il est là pour contrôler les choses, mais pas pour alimenter la… Moi, je me suis fait plusieurs fois traiter de : tête de flic, ou Dieu sait quoi, mais ça, c’est déjà un bon signe. Parce que du moment que le gamin il vient te dire : « Mais toi, t’as une tête de flic », c’est bon, tu vois, c’est pas mauvais. Là, le gamin il sait qu’il peut déjà causer avec moi, dans ce sens-là, et je peux lui répondre : Je ne suis pas du tout un flic, du coup on a ce contact-là. La fois d’après : « Ah oui, salut tête de flic… »

166Les mains dans les poches et le visage penché vers son interlocuteur, la veste ouverte et la position stable, c’est tout le corps du professionnel qui dégage une attitude d’écoute.

167Si on se centre sur le visage et le regard en particulier, on pourrait tirer une ligne droite entre les lunettes du TSHM et le regard de son partenaire. La distance proche entre les deux personnes et cet axe posé par le regard attire l’attention. Cette concentration est la force de cette image. Si le point central peut être la main en mouvement au centre de la photo, ce qui « fait relation » est cette position à deux, les yeux dans les yeux.

Mais moi c’était la reconnaissance, parce que c’est des personnes qui sont tout le temps et systématiquement rejetées. Mais comme on ne s’en rend pas compte, comme on n’arrive pas à s’en rendre compte, et puis on est surpris à quel point ils se font rejeter, que rien que d’avoir un regard qui les regarde en tant qu’être humain, et c’est, bon maintenant il y a une confiance qui s’est établie, oui. Mais le fait d’avoir été positivement accepté dès le début, ça a été très vite parce que, en fait ça c’est joué sur le non-jugement, j’ai l’impression, le fait de pouvoir être en relation avec quelqu’un qui n’est pas du milieu, avec lequel on peut s’attendre à ne pas avoir de jugement par rapport à son stigmate, c’est d’une telle valeur. Moi je n’ai jamais été aussi vite accepté par un groupe social en tant que travail social que par cette population-là. Ça montre aussi à quel point leurs malheurs, leurs souffrances profondes sont intenses, enfin c’est comme ça que je l’interprète un peu. Mais c’est vrai que c’est qu’une interprétation.

Le corps comme outil professionnel

168Ce professionnel construit son action professionnelle dans une relation très corporelle, centrée principalement sur le toucher. Cette manière d’être réduit la distance traditionnelle intégrée dans les rapports sociaux en Suisse. Cette particularité déployée dans la communication avec l’Autre casse des données culturelles locales intégrées et produit un rapprochement évident avec les jeunes issus de cultures d’origine très diversifiées. Cette attention portée à l’Autre matérialisée dans un geste crée de la reconnaissance et démontre implicitement un certain plaisir à la rencontre. De là se développe un rapport privilégié ouvrant un espace essentiel à la relation qui est celui de la confiance.

Moi, je ne sais pas si c’est une technique comme ça, c’est naturel comme ça et ça passe mieux, disons, ils aiment pas trop les grandes théories les blablas, ils préfèrent... Moi, je suis très physique.
Si, c’est vrai, il aime bien aller au contact.
Oui, j’aime bien aller au contact, mais c’est très basket aussi. Tu aimes bien montrer ta présence sur le terrain.
Toi, tu les touches même.
Oui, je les touche
C’est ce côté latin.

C’est vraiment marquant.
Et puis eux ça leur parle assez, parce qu’ils viennent pour la plupart de cultures où ça se vit un peu comme ça, ils aiment bien, ils arrêtent pas de se frotter les uns les autres
Là, je vois une relation très proche, c’est ça que tu dis que c’est joli ? C’est ça, et ça s’est créé en trois mois, et c’est ça qui est extraordinaire, entrer en contact avec des jeunes comme ça, qu’on catalogue de difficiles, et du coup juste en ouvrant une salle de gym deux heures par semaine ou quatre.
C’est ça l’essentiel de notre boulot. C’est déjà créer la confiance. J’aime bien dire ça, avant tout, nous, le seul truc nécessaire à faire notre travail, c’est d’avoir cette petite relation de confiance, même si elle très ténue, même si elle est très …
Moi je me dis je ne le rate pas, je sors pareil, je fume ma clope c’est quand même des mecs durs, et au bout d’un moment, je lui annonce tout fort : « Alors toi, tu fais tout le temps semblant d’être déchiré et tu joues comme ça au basket ? » Lui il ne m’a rien répondu, mais il m’a fait un sourire. Voilà, moi j’ai reconnu ce que tu as fait. On le sait les deux. Petit à petit, lui il réapprend la fonction clean, il revient tellement de loin, qu’est-ce que tu as comme objectifs éducatifs autres qu’à lui donner un minimum de confiance, lui permettre d’être valorisé de temps en temps, après il fait son chemin. Tu en as plein de petits instants comme ça.

169Si ce cliché peut paraître curieux sous le thème « le corps comme outil professionnel », c’est qu’ici les corps se confondent et c’est précisément cela qui nous intéresse. La présence à autrui se constitue hors de la parole, elle est dans le rassemblement corporel, dans un espace d’intimité construit autour de l’offre d’un café. Non pas derrière un bar ou sur un plateau, mais sur le muret au sein de l’espace choisi par la population visitée. Offrir le café est non seulement un geste compris dans la symbolique du terme, c’est aussi faire couler un liquide chaud dans une tasse en plastique, c’est être ensemble pour réaliser une action, c’est enlever toute distance corporelle pour au contraire se rapprocher et entreprendre conjointement cette contribution à un mieux-être dans l’instant de vie. Le professionnel est à l’aise dans cette proximité au centre d’une population rejetée, contournée, exclue. Etre là dans sa corporéité, avec son souffle, son odeur et ses gestes est une présence physiquement et symboliquement essentielle à la relation.

Etre là dans sa corporéité

Je viens pour amener une sorte de reconnaissance dans l’espoir d’aller plus loin à partir de là.
C’est vraiment de pouvoir être acceptant, et acceptant au point de ne même pas en faire cas.

L’attente : l’action c’est aussi être là, tranquille

170Attendre, être capable de rester là, seul. Le travailleur social hors murs est placé dans de longs moments d’incertitude. L’action c’est aussi d’être là, tranquille, ouvert, sans savoir de quoi va être faite la soirée qui s’annonce. Etre disponible c’est savoir rester physiquement et psychiquement présent, être capable de rester serein, régulier à un Autre énigmatique, pensé et désiré malgré son absence. Savoir ne pas s’activer, ne pas se rassurer par un activisme justifiant faussement un certain professionnalisme.

Donc, on ouvre à 21h30, on vient vers 21h, je me traîne vraiment dans le préau, je me pose avec les gens, maintenant on a de relativement bonnes relations avec les jeunes, c’est-à-dire qu’on est accepté. C’est en retour, tu le sens tout de suite et donc en général je me fume une clope avec eux tranquille bonnard. On va ouvrir la salle de gym, moi je continue à rester dehors, évidemment tu accueilles les gens qui arrivent, c’est-à-dire, moi je me place pratiquement près de la porte, mais quand même dans le préau, donc tu as l’accès dans le préau, en même temps…

La présence

Oui, et puis tranquillement, mais c’est vrai que nous on ne s’énerve jamais.

171Nous pouvons observer une position corporelle commune pour ces professionnels développant pourtant des styles très différentiés. Comprendre l’importance de la présence sans déployer nécessairement un substitut quelconque pour entrer en relation est certainement une clé dans ce type d’action professionnelle. La relation est dans cet espace offert, respectueux de l’histoire de l’Autre.

172S’appuyer au mur permet au corps de s’installer dans ces instants étonnants, d’une durée indéterminée, ouverts à une demande non manifeste. Il est particulièrement difficile d’exister professionnellement dans ce qui est ou peu être perçu comme une inutilité, une inactivité, une impuissance. La capacité d’immobilité ou de tranquillité corporelle est pourtant une offre exceptionnelle, rare, ouvrant de réels espaces de communication.

Etre là, dans le silence, et rester là

Moi j’aime bien cette approche très tranquille, on voit qu’il est à disposition.
Trois minutes avant, dès que ça part, tu te lèves tout de suite et tu viens te positionner, avant même de dire quoi que ce soit.
Oui, mais on ne sait jamais, c’est d’être là à ce moment c’est bien, c’est important parce que tu ne sais jamais, du coup ils savent qu’on peut déconner jusqu’à un certain point, on sait on les laisse aller même loin, des fois il y a eu des bagarres, pas à se taper dessus mais vraiment grrrrr, si quelqu’un ne connaît pas là il dit attention mais c’est grave, c’est vrai il y a des moments hyperchauds, pas ce soir-là, mais c’est vrai que s’il y a quelqu’un qui rentre à ce moment là, et il voit une scène du style, il se dit attention, mais en fait, nous on sait jusqu’où il y a les limites, et ça se passe très bien, et c’est aussi le fait de les laisser aussi aller loin, pas intervenir dès qu’il y a un petit truc, et c’est ça, c’est un peu un jeu et c’est joli. C’est assez intéressant.
Tu ne restes pas au fond de la salle, tu viens te positionner, même en disant rien.

L’humour et le plaisir, un espace de communication privilégié

173Oser s’amuser des choses de la vie, parler avec légèreté des sujets douloureux ou tabous, permet de mettre des mots sur les traditionnels « non-dits ». La parole émerge par un positionnement émotionnel à la fois à l’écoute, mais aussi peu stigmatisant. Les sentiments amoureux, les rapports au travail, les débordements festifs, la solitude, tout cela est abordé comme évènements naturels de la vie. Une complicité s’établit entre le professionnel et le jeune par le simple fait que l’on puisse en rire ou en sourire, avec en sous-entendu, des expériences communes et des pratiques humaines.

174C’est l’attitude corporelle décontractée et ouverte ainsi que l’énergie émotionnelle dédramatisée qui libère la parole. Nous sommes loin des entretiens formalisés traditionnels du travail social qui ne pourraient convenir, dans la forme, à ce type de public.

Le fait d’être là, de jouer avec eux, on le fait tellement et toujours naturellement, c’est même plus un boulot, de le voir c’est très très joli, parce tu te rends compte que tu es en train de bosser en même temps.

Et c’est de causer de choses sérieuses tout en déconnant. C’est un style qui est en train de se poser, je trouve.
Il y a beaucoup d’humour.
Oui, mais en même temps, c’est pour cela qu’ils causent, j’ai l’impression, c’est pas, oui alors est-ce que tu mets des capotes quand tu fais l’amour, tu vois c’est amené autrement et du coup tu en parles autrement mais tu en parles quand même sur des trucs comme ça, l’autre dit qu’il est avec sa copine, mais c’est pas vrai, tu vois et puis gentiment.

175Ici, le professionnel entre en contact pour la première fois avec cette personne. Il tente de créer une communication tout en indiquant de manière corporelle la manière dont il envisage son activité professionnelle. Les mains dans les poches insistent sur la disponibilité, sur un espace de rencontre possible sur le moment en prenant le temps nécessaire. Toute l’attitude corporelle, le visage souriant, semble dire : « Je suis là, tranquille, à ta disponibilité sans autre attente de ce qui peut se passer ici et maintenant. »

176Si l’on situe cette image dans son contexte très lourd de la scène de la drogue, la force majeure du professionnel est de casser l’attitude ambiante d’exclusion, de rejet, pour se situer dans un rapport d’humain à humain, de sympathie où il fait bon s’amuser des petits riens. Cette posture, au-delà des mots, est une réelle reconnaissance de l’Autre dans son intégrité, dans ses richesses et ses faiblesses.

Ce qui me frappe là, c’est à quel point on s’est habitués à ça, moi ça ne me choque plus, j’ai plutôt tendance à en rire, c’est-à-dire de ce qui peut nous faire rire là-dedans, et c’est peut-être une façon de se protéger, mais je pense que c’est aussi un outil de travail, l’humour.
Parce qu’ils ont une façon, des fois, de voir les choses, qu’on voit qu’au cinéma, tu vois, je suis des fois dans un truc surréaliste, et puis des fois, moi, ça me permet aussi, mon compte j’y trouve aussi dans cette forme de dérision, et de des fois de prendre très à cœur des choses, qu’on oserait même pas concevoir, nous autres, bonnes gens entre guillemets (…), mais il y a aussi un certain nombres de comportements qui sont tout à fait asociaux mais qu’ils font naturellement et pour moi, ça m’apporte un souffle d’avec les contraintes sociales, parce que, il y a un tel gouffre, et dans ce gouffre-là, moi, ça m’amuse.

La distance corporelle

177L’amplitude corporelle s’avère très différente suivant les professionnels en action. Si certains jouent de la proximité, d’autres marquent une distance nécessaire à leur mode de communication. Nous pouvons observer deux styles assez opposés pour des professionnels qui travaillent régulièrement en duo. La différence permet aux jeunes de s’investir diversement. Toutefois le genre professionnel favorisant la relation autour de ce qui se vit sur le moment donne la ligne d’action permettant justement d’exercer dans la différenciation.

La parole en action

178Dans les processus d’immersion, lorsque la confiance est établie, la parole se libère. C’est seulement à partir d’un long cheminement qu’il devient possible, pour le professionnel, d’imaginer la mise en place de projets participatifs. Au sein de cette nouvelle phase d’activité, la parole est primordiale et prend le devant de la scène.

Les gestes en miroir

179Entrer dans les rituels gestuels des jeunes est une manière pour les professionnels de repérer leur intégration. La manière dont le jeune va saluer le travailleur social indique si celui-ci est accepté comme faisant partie des personnes de confiance ou non. La réponse de l’adulte sur le même registre (gestuel) que le jeune est primordiale pour pouvoir évaluer le type de relation établi. Il ne s’agit pas d’être copain, mais de montrer que les rituels à l’œuvre font sens pour les professionnels, peuvent leur convenir et, de fait, entrer dans ce type de reconnaissance. Aller à la rencontre des jeunes, les découvrir sur leurs terrains, c’est aussi accepter leurs modes de se saluer, de se parler, de se comporter. Se pose ensuite la question des limites et des différenciations qui se jouent aussi au niveau corporel. La violence verbale et physique en sont des exemples actuels.

180Apprendre sur le terrain les différents codes en usage est une des compétences indispensables à ce type d’activité. Les découvrir et les comprendre sont une bonne part du travail mais reste encore à pouvoir les intégrer à son propre mode d’expression, sans artificialité. Les travailleurs sociaux hors murs se situent entre de nombreuses réalités, avec lesquelles ils doivent pouvoir communiquer. Réalité des jeunes mais aussi celles des adultes dans leurs diversités allant du monde politique aux habitants, sans oublier les nombreux partenaires comme les forces de l’ordre, par exemple. Chaque type de population possède ses rituels et ses clés d’entrées. Construire son action professionnelle au centre de cette diversité demande des aptitudes de caméléon tout en ne s’oubliant pas soi-même, tâche ardue et conflictuelle par nature.

Moi, je les croise aussi souvent aux Pâquis, un peu partout aussi, et c’est génial, parce que c’est vraiment, si avant on passait devant, non, maintenant c’est salut, salut, et en trois mois c’est excellent.

Moi, il y a des gens, qui pendant 4 mois, me sont passés devant, sans dénier me regarder, tu vois. Par exemple moi je l’ai vécu avec lui, ils allaient vers lui, lui tapaient dans la main, toi t’es à côté et ils ne te regardent même pas. Donc tout ça, ça prend beaucoup de temps. Aujourd’hui on a réussi à créer quelque chose et les jeunes eux-mêmes nous disent : « Vous n’aurez plus jamais de merde dans vos salles de gym, parce qu’ils y a les bonnes personnes. »
Ça été hyperlong à créer.
Tu peux observer leur degré de relation rien que dans la gestuelle dont ils se saluent par exemple. Tu as des niveaux.
Et ça c’est votre job, c’est de comprendre ça.
Exactement. C’est vrai il y a tout un degré de petits gestes. Il y ceux qui mettent la main tout simplement, ceux qui tapent dedans, c’est tout un degré effectivement, jusqu’à ceux qui t’embrassent.

Les objets

Le Natel

Ça, c’est les grands-frères ?
Voilà, s’il y a quelque chose vous nous appelez, évidemment on a les Natel.

Tout le monde a des Natel.
S’adapter à sa façon de fonctionner, c’est une manière d’éviter des heurts inutiles, cela c’est fait de manière informelle.
Ce genre de mec c’est pas évident qu’il te lâche son numéro, même s’il bosse pour toi. On a remarqué avec mon collègue que des mecs répondent seulement à lui, soit seulement à moi, on ne sait pas pourquoi.
Là il a tout de suite vu que tu ne vas pas faire un emploi abusif de son numéro. Savoir rester en retrait, pas surencadrer, ce sont des erreurs qui répondent plus aux besoins des travailleurs sociaux qu’aux besoins de la personne avec qui on travaille.
C’est ma façon de travailler, c’est mon style. Avec cette population t’es obligé de le faire, avec les années, ça devient ton style. C’est-à-dire c’est devenu une façon de faire. Je lui dis est-ce que je peux pomper ton numéro, t’insistes quand même tout en lui disant, si tu me le donnes pas, y a pas de problème, laisser la place que les gens puissent te dire non, que ce soit pas un échec pour toi, c’est pour ça que je l’amène un peu drôle.

181Si le corps est fortement investi dans la relation à l’Autre, les professionnels s’appuient également sur quelques objets indispensables à leurs actions. Dans le projet sur le basket de nuit, ce sont des « grands-frères » qui canalisent le jeu. Ils sont employés par les TSHM pour accomplir ce travail, leur permettant ainsi d’être responsabilisés et d’être rétribués. Toutefois ces « grands-frères » ont des modes d’être très proches des plus jeunes et arriver à les contacter reste une affaire souvent difficile pour les TSHM. Le Natel est évidemment le moyen de communication le plus usité dans le milieu jeunes et par analogie, les professionnels fonctionnent également avec cet outil. Si nous parlons d’analogie, c’est précisément que les modes de communication entre pairs et avec la hiérarchie sont construits ainsi, chaque professionnel recevant un Natel de fonction. Dès lors, l’aspect institutionnel traditionnel lié à un bureau est rompu, offrant une mobilité et des horaires très souples, liés aux projets en cours où l’imprévisibilité est de mise.

L’agenda

Oui, ça fait partie de ces choses qui dépendent de comment tu sens l’entretien, je veux dire, si tu sens qu’ils sont en plein dans des actions, c’est vrai que l’échéance va être, peut-être, une contrainte supplémentaire, par contre si tu vois qu’ils planent un peu, et bien c’est vrai que tu vas les aider, en disant, bien on fixe une échéance pour avancer un peu, mais ça, moi, je ne le fais pas, j’arrive pas à le planifier quoi, j’attends quand même de rencontrer les gens, et de me faire une idée.

182L’agenda est aussi un outil précieux permettant de fixer quelques rencontres, que ce soit avec les jeunes ou avec les collègues au sens large, allant des forces de l’ordre à d’autres travailleurs sociaux impliqués sur les projets ou encore sur les territoires investis. La mobilité extrême est parfois difficile à gérer en termes de structuration du temps, et pour les rendez-vous formels, l’agenda permet des repères impossibles à mémoriser. Pour les jeunes des locaux en gestion accompagnée, poser des temps de rencontre est un des outils pour appréhender la responsabilisation et la socialisation. Si les rendez-vous sont souvent déplacés, le simple fait de reprendre contact avec le TSHM est déjà un acte en accord avec un cadre donné et accepté par tous lors de la signature du contrat.

Les flyers

J’amène souvent des trucs, même si ça va probablement toucher personne, mais ils se sont un peu habitués à ce que je distribue des choses, et à quelque part, moi, ça me donne l’impression de leur donner une lucarne sur l’extérieur quand même, même s’ils ne vont pas être preneurs, mais le fait qu’ils s’y intéressent, qu’ils apprécient, cet apport, ça montre que ça peut leur donner l’idée d’avoir une autre image d’eux-mêmes, ça peut donner juste déjà cette impulsion, déjà, qu’ils peuvent considérer qu’ils sont en train de considérer autre chose que leur milieu, et ça j’essaie toujours d’avoir quelque chose d’autre que simplement statiquement le café. Parce que bon l’idée c’est qu’il se passe autre chose à partir de là, bien que pour beaucoup ça se limite à ça, mais de temps en temps ça touche une personne avec le temps et puis régulièrement, donc c’est aussi dans ce but-là. Donc toujours avoir quelque chose qui permette d’élargir le champ de vision et de la représentation de soi.
Ouais, je pourrais par exemple faire ça, ou ça, ça pourrait m’intéresser…. Déjà rien que de se poser la question c’est une ouverture à ce stade, et puis des fois ça prend, donc c’est utile.

183Etre continuellement dans l’immersion demande aussi d’ouvrir d’autres espaces possibles, que ce soit comme support pour le professionnel ou comme apport pour la population investie. Le TSHM distribue régulièrement des prospectus autour d’événements culturels ou encore d’animations qu’il propose. L’objectif n’est pas centré sur la réussite d’une activité reconnue par le taux de participation, mais il vise principalement l’ouverture d’une réflexion et d’un dialogue centrés sur l’extérieur. Ce support permet un lien entre le monde de la toxicomanie souvent enfermé dans ses propres codes et besoins, et différents mondes peu accessibles, offrant d’autres types d’évasion. Cet outil, constitué sous la forme d’un objet, demande d’être très au clair sur l’objectif visé, permettant alors un développement de communication ouvrant des voies thématiques variées et inattendues.

Le café

Donc très concrètement, je remplis 2 ou 3 Thermos à café, maintenant, des fois du thé aussi, avec environ une trentaine de gobelets, ça ne dépasse jamais les trente gobelets, et puis j’arrive là-bas entre 17 et 19 heures.
En règle générale c’est moi qui sert le café, sauf si la personne est déjà vers le gobelet et bien elle se sert ou bien si par exemple je vais de l’autre côté et je discute avec quelqu’un, les Thermos sont là et les gens ne se gênent pas, mais par contre, il n’y a pas du tout d’abus de vol.

184Le TSHM pose un cadre à l’intervention hors murs par l’offre concrète d’une tasse de café. Aller à l’encontre d’une population exclue demande quelques outils facilitant la rencontre. La population toxicomane, installée près de la gare, se situe dans un lieu particulièrement passant, très fréquenté par un public extrêmement varié. Etre au centre de l’agitation humaine et être à la fois totalement ignoré, rejeté par l’absence de regard et plus encore par le regard détourné des passants, est un paradoxe violent pour celui qui se placerait en situation d’observateur. Le TSHM renverse la situation en allant non seulement à la rencontre de cette population rejetée, mais il s’installe et offre la boisson symbolique de l’accueil et de la rencontre, soit le café. Si ce liquide chaud et sucré permet un bien être momentané du point de vue corporel, il agit également sur le niveau de la signification comme geste ouvrant un espace de dialogue et d’échange. Le café est une boisson énergisante et l’offre du café est un geste symbolique chargé d’une représentation positive. Lorsque les Thermos sont vides, le professionnel perd un outil de travail précieux et clôt son intervention.

Ecouter

C’est bien d’être là-bas, entre 18 et 19 heures, c’est là où il y a la plus grande effervescence, tant au niveau de ce qui se passe, de la fréquentation des personnes toxicomanes que de l’effervescence du flux de gens qui passent. Alors, je me pose là-bas, au début j’avais mis une pancarte « Café-conseils-Délégation à la jeunesse « Parce que bon au début, je ne savais pas du tout à quelle sauce j’allais être mangé. Je me suis dis, bon le ridicule ne tue pas, on verra bien, et puis les gens très intéressés et puis tout de suite un besoin d’écoute monumental, alors, débordant, parfois, quatre personnes qui sont autour, qui commencent à me parler en même temps, pas mal de conseil social, après beaucoup d’imagination, de projets, etc., beaucoup de choses qui n’aboutissent jamais, parce que leur mode de vie, leur dépendance font que, ça ne se fait pas, mais disons, déjà rien que le fait d’avoir un lien, un repère, de pouvoir parler de projets, de pouvoir parler d’ambition, de pouvoir partager des choses, ça a fait que j’ai été reçu, en fait, comme j’ai jamais été reçu dans le social, à bras ouverts, et avec une reconnaissance de mon travail. Ayant juste travaillé avec des ados, auparavant, qui en ont aucune, bien au contraire, et puis ici, ces personnes, soit-disant, mal élevées, rebutantes, etc., qui m’ont marqué une telle reconnaissance pour trois fois rien, déjà rien que le fait de les regarder, de les écouter, de les prendre pour une personne, pour eux.

185L’écoute est une part essentielle dans le développement de la relation à l’Autre. Ici elle se développe dans l’instant, dans le mouvement, dans le bruit ambiant. Il n’est pas facile de se concentrer et de fixer son attention sur des paroles parfois chaotiques ou au contraire sur une élaboration sans fin déployée par un besoin fort d’être justement entendu, à ce moment-là, dans cet endroit. Dans cette activité café-conseil à la gare, le cadre se situe dans un espace très animé, sur un axe d’accès très utilisés entre une station de bus et l’accès aux trains. Dans cette affluence passante, le professionnel se pose, s’enracine pour ne pas être happé dans ce mouvement continuel. Le corps bien posé sur ses deux jambes, le TSHM offre un cadre sécurisant et entourant pour une réelle écoute, échappant ainsi aux nombreuses sollicitations extérieures.

186Dans le cadre d’un local en sous-sol, la professionnelle se trouve sur le lieu du jeune, un local musique devenu son terrain aménagé par les soins de son groupe. La professionnelle passe à l’improviste les premiers temps de l’installation, puis en fonction du bon fonctionnement respectueux des règles du contrat, ses visites se font de plus en plus espacées, pour ne venir finalement que sur rendez-vous, respectant ainsi la responsabilisation progressive des jeunes, une des clés du projet. Etre sur le territoire de l’Autre, dans ses murs, est une autre position permettant peut-être une écoute plus aisée. Ce qui se joue, se situe plus dans le décodage de ce qui ne se dit pas ou de ce qui a de la difficulté à être dit. La position du corps est à nouveau très ancrée, posée, offrant le temps nécessaire à l’expression verbale du jeune, parfois empêchée. La distance corporelle est ici tout autre que sur l’image précédente, montrant la complexité à mener des entretiens dans des cadres très variés. La distance structurant du bureau ou de la petite table au centre de quelques chaises est ici éliminée, demandant à la professionnelle de trouver une attitude suffisamment agréable pour elle et pour le jeune. L’entretien se déroule au centre de l’activité, soit autour des platines. Un autre collègue TSHM est présent ce jour-là et l’on peut facilement repérer par sa posture, un positionnement en retrait, peu investi relationnellement.

187L’écoute demande une disponibilité totale. Etablir une relation là où celle-ci est justement en souffrance, demande une congruence entre corps et parole. C’est à partir de cette force émotionnelle, que le jeune pourra nommer ce qui fait problème pour lui. Aller à sa rencontre dans un cadre qui lui est familier permet d’aller à la rencontre de son univers intime, que ce soit au niveau d’une pièce aménagée qu’aux retrouvailles intérieures. L’écoute n’est pas celle d’un cadre thérapeutique, elle est celle de l’instant en lien avec le vécu présent.

Transmettre

Oui, la priorité du projet, c’était de mettre un réseau en place, avant de faire vraiment venir les jeunes. Parce que le truc, c’est sur du long terme, en fait, et c’est du intergénérationnel et du long terme. Avec une priorité, évidemment dans nos projets pour les adolescents et non pas pour les adultes. Mais quand tu as un contact avec un adulte qui a un projet avec les adolescents c’est par ce biais-là que ça devient intéressant, mais c’est pas pour l’adulte en tant que tel, d’où le projet des voitures télécommandées par exemple, qui rentre exactement dans ce cadre-là. Quelqu’un qui va faire des activités avec des jeunes du quartier.
Les textes fondateurs, je pense que, par rapport à la délégation, vous avez dû les avoir c’est des dépliants, et par rapport aux locaux, on a une feuille A4, on a mis les grands points principaux qu’on aimerait, qu’on a pas rendu publics, parce que c’était une liste de choix, qu’on a faite avec E., donc qui était ma collègue avec qui on a mis sur pied ce projet et on a fait des choix, sur la mixité, sur des ouvertures, sur la consommation d’alcool et de tabac là-dedans, enfin ces points, c’est une dizaine de points, je les ais en tête, mais ça vient au cours du projet, je les signale à la maman et je peux lui demander ce qu’elle en pense, et après, soit elle adhère soit elle adhère pas, je peux même apporter des compléments, je peux l’amener sur le lieux, je peux lui proposer d’aller sur le lieux qu’elle voit. Et je pense ce qui sera certainement… je ne sais pas, je me dis, ça fait 10 ans qu’elle est à Genève, alors je me dis qu’il y a certainement des choses qu’elle a du acquérir, mais je ne sais pas dans quelle mesure, je ne sais pas si elle connaît les maisons de quartier, il faudra peut-être que je passe par des explications du système « FAS’e », si je peux dire, et de la structure de la Ville, c’est possible, mais dans le sens que si elle cotise ça lui donne certains droits, enfin, et que c’est pour ça qu’on fait ce projet, c’est un fonds public, c’est pas un fonds privé, je ne fais pas partie d’une Eglise, je fais partie de la Municipalité, enfin ça, ça dépendra de ce qu’elle sait et de comment sont les projets, c’est pour cela que là je ne sais pas trop.
Oui, je ferai la même chose qu’avec les gens de la COOP, de la coopérative Genève-Concorde et tout ça, je préfère prendre un mois s’il faut, peut-être même plus, je ne sais pas, dépendra de ses disponibilités, pour être sûr de son adhésion et surtout de la compréhension qu’elle a du projet, et après on rentre en matière, mais je veux dire que parallèlement à ça, j’opterai plutôt pour que les filles puissent entrer là-dedans en terme de période d’essai pour ne pas se démotiver.

Oui, il y a un autre partenaire dans le quartier que tu vois quasiment toutes les fois, c’est le concierge des immeubles, il s’appelle Mehmet, tu as aussi ces coordonnées dans les contacts, et puis lui, il sait tout, bon c’est un peu difficile de le comprendre parce qu’il est Turc, il a une diction un peu difficile, mais il répète assez facilement, et il a une approche très, je dirais philosophique des choses, donc il faut prendre le temps, il faut l’écouter, il faut pas s’étonner s’il te demande, « Vous m’avez compris », enfin je veux dire c’est comme ça, mais tu peux obtenir pas mal d’informations grâce à lui.

188La transmission s’effectue en cours d’action, c’est-à-dire sur les terrains de l’intervention. Il faut pouvoir transmettre à ses pairs comme c’est le cas sur cette image, mais également à de multiples partenaires sans quoi le sens même de l’activité se perdrait. La majorité des informations est donnée lors de rencontres informelles, sur le vif, dans l’ici et maintenant. Bien sûr des séances de coordination sont parfois agencées, mais celles-ci concernent principalement les professionnels en lien avec la situation. Le corps est à nouveau sollicité dans son entier, dans son intégrité hors d’un contexte privilégié comme pourrait l’être celui d’un bureau. Marcher en parlant donne une note particulière, offrant une approche moins conventionnelle en accord avec les buts de l’intervention.

La transmission du geste n’est pas l’imitation

189Cette tentative d’exploration fine de l’activité professionnelle permet une découverte de ce que les professionnels mettent en œuvre pour aboutir à leurs fins. Cette mise à jour ne doit pas se comprendre comme une méthode à appliquer pour être un bon travailleur social hors murs. Elle permet au contraire de saisir la complexité de toute activité, et principalement de l’investissement subjectif engagé dans l’agir. Du point de vue de la formation se pose la question de la transmission du savoir, du geste et de l’attitude à adopter. Yves Clot, dans ses travaux au CNAM, s’est également posé la question de la transmission du geste. Derrière chaque geste se développe des manières sociales d’exercer. Comme nous avons pu le repérer dans le mode de salutation définit par les jeunes, ce rituel contient une distinction éminemment culturelle permettant de définir un ensemble de conventions partagées. Dès lors, la connaissance de ces pratiques permet d’entrer dans un monde codifié agrégé par un groupe de personnes. Mais la simple observation des gestes ne se suffit pas en soi, même pour pénétrer un nouveau monde. L’imitation formelle d’un geste ne satisfait pas, il s’agit encore d’en comprendre la signification dans l’espace temps au sein duquel il va être déployé. Ajusté au moment de l’observation, il peut être totalement déplacé au moment de l’imitation. Le geste imité reste le geste d’autrui étranger au corps d’adoption. Clot énonce que le geste réussi, efficace ou abouti, est lisse, souvent machinal. Incorporé par celui qui s’y livre, il a quitté la conscience pour rejoindre les sous-entendus, individuels et collectifs, qui organisent l’action à l’insu du sujet. Les gestes sont donc emplis d’intentions, intentions incorporées et devenues opaques par le sujet agissant, intentions inconnues pour l’observateur. Dès lors, les processus de transmission s’avèrent particulièrement complexes. Pour que le geste prenne son ampleur de signification contextuelle, le mouvement ou le déplacement corporel se doit de devenir sien. Nous quittons dès lors le registre de la simple imitation pour entrer dans une contre-activité ou nouvelle activité déployée à partir de gestes consensuels à enrichir.

L’imitation est donc ce mouvement d’appropriation qui transpose le geste de l’autre dans l’activité du sujet : source externe de mon apprentissage, il doit se convertir en ressource interne de mon propre développement. Ce retournement du geste oblige à regarder la transmission comme un processus qui ne va pas simplement du dehors au dedans, mais aussi du dedans au dehors. (Clot, 2000).

190L’histoire du geste se doit de se détacher du modèle pour acquérir un nouveau siège d’existence au sein de l’imitateur, qui à son tour lui offrira un avenir renouvelé dans la reconnaissance par autrui et c’est en cela qu’il deviendra un geste inédit incorporé. On le voit, la transmission du geste ne peut se penser linéairement, ni uniquement par la force de l’observation. Elle réclame différents temps immergés dans des interactions complexes dont l’imitateur seul ne peut s’affranchir. Le geste transmis, vraiment approprié, ne peut plus être tout à fait le même geste. C’est ainsi que plusieurs manières personnelles de conduire les gestes professionnels peuvent se recouper ou a contrario se trouver en conflit dans le métier. Les gestes font partie de ce qui se débat au sein des arènes de jugement où l’on mesure les manières de faire, de dire, de voir et de sentir. Faire sien un geste, c’est à la fois le détacher de la manière de faire des autres et le confronter à l’approbation du corps de métier dans ce qu’il a acquis de particularités stylistiques. C’est en quelque sorte l’incorporation de nouvelles manières de faire qui ouvrira des espaces de développement, voire de perfectionnement.

Notes

1 Une fois cette distinction montrée, nous retiendrons donc le terme projet comme terme générique pour les interventions présentées plus loin. En effet, c’est le terme employé au quotidien par les TSHM pour décrire leur activité.

2 Le café-conseil se tient sur un muret à l’entrée du passage couvert de la gare Cornavin, dans un espace de quelques mètres carrés.

3 Comme les pratique par exemple l’association Carrefour-rue qui mène à Genève depuis de nombreuse années une action de travail social dans la rue destinée au personnes en grande précarité, sans domicile fixe, notamment.

4 C’est ce que montre, par exemple Chobeaux (1996) qui décrit les jeunes de la zone en France comme des nomades qui ont quitté des petits bourgs de province car dans l’impossibilité d’y trouver des pairs dans la même situation. Des jeunes qui vont alors faire la route pour se retrouver aux alentours des gares et dans des festivals de musique l’été. Schweizer (2000) dans son film Helldorado propose une illustration genevoise de ce phénomène en décrivant le quotidien de jeunes punks. Il est donc nécessaire de distinguer les jeunes de la zone tels que les décrivent Chobeaux et Schweizer, que l’on peut rencontrer à Genève à la gare ou dans des parcs proches de cette dernière comme le parc de Saint-Jean, des jeunes qui se retrouvent au coin de la rue dans leur quartier d’habitation qui se réclameraient plutôt d’un mouvement hip-hop et que l’on retrouve dans le canton de Genève dans des quartiers suburbains ou des quartiers de la Ville comme les quartiers de Charmilles-Europe ou Geisendorf.

5 A cet égard, de nombreux exemples montrent que les jeunes par exemple justifient leur présence sur un domaine public, ou privé par le fait qu’ils sont « d’ici », « c’est notre quartier, c’est pas marqué interdit », ce qui n’est d’ailleurs pas souvent le cas.

6 1923 pour l’édition originale en anglais.

7 1943 pour l’édition originale en anglais.

8 Nous faisons le choix de nous appuyer sur les comptes rendus de recherche de ces auteurs qui peuvent paraître parfois très empiriques, mais qui permettent à notre sens de servir de référentiel utile à l’analyse qui suit. Ceci, plutôt que de s’appuyer sur des ouvrages consacrés spécifiquement au travail de terrain dans une approche ethnologique ou de sociologie et qu’il sera plus difficile de rapprocher de la réalité des TSHM. A ce sujet, il faut noter la publication ou la traduction récente de bon nombre de manuels et d’ouvrages consacrés au travail de terrain, parmi lesquels Cefai (2003), Urbain (2003) et Beaud (1994).

9 Lepoutre a mené une démarche de type ethnologique auprès de jeunes de quartiers suburbains français. Il prend quelque peu le contre-pied de Dubet en nuançant la notion d’anomie que celui-ci propose pour décrire les relations sociales dans ces quartiers. Cela en montrant que les jeunes développent une véritable culture, marginale, au sens de Becker, faite d’échanges codifiés, voire ritualisés, notamment sur le plan du langage. Sans entrer dans le débat concernant l’anomie et le concept de culture qui mériteraient de plus amples développements, il faut retenir ici la référence à Lepoutre comme la référence à des clés importantes pour comprendre les usages en vigueur dans le milieu dans lequel œuvrent les TSHM du projet basket.

10 La méthodologie de projet est souvent présentée comme relevant d’un cycle constitué d’étapes distinctes qui irait du choix du projet à son évaluation, en passant par des phases de diagnostique, de décision, d’élaboration et de réalisation. Toute une série de documents didactiques existe à ce sujet, et notamment ceux de Boutinet, Le Boterf et Denervaud.

11 L’auteur se réfère à Dewey, learning by doing ou encore à Freinet.

12 A ce sujet, l’auteur se réfère notamment à la pédagogie des opprimés, Freire (1974).

13 Pour asseoir cette dialectique entre transformation du réel et transformation de l’individu, Huber fait référence à Barbier (1991).

14 A ce sujet la Délégation a contribué à la mise ne place d’une structure appelée « la boîte à boulots », dont la mission est de développer ces petits jobs et de décharger les TSHM, en ce qui concerne les tâches administratives liées à ce type d’engagement, notamment en ce qui concerne le paiement des salaires, et les protections sociales (cotisations sociales, assurance, etc.).

15 L’atelier d’art est géré sous la forme d’une petite association indépendante qui est subventionnée par la Délégation à la jeunesse. Cette association a été crée à l’initiative du TSHM en charge du projet café-conseil. Ce dernier prend une part active dans son animation.

16 Aborder la mise sur pied d’un réseau demande une méthode tout à fait spécifique susceptible de permettre de suivre pas à pas les différentes phases d’élaboration ou de les reconstituer (voir par exemple Amblard (1996) : Le matériau récolté lors des entretiens et des séquences filmées autour des projets locaux, basket et café-conseil ont permis d’aborder cette dimension réseau que de façon périphérique. Nous avons alors choisi de mener un entretien consacré à un projet en construction au moment de l’enquête, le projet peinture, ceci afin de faire émerger plus précisément ces différentes étapes du processus réseau.

17 Dans ce cas, la phase de diagnostic s’effectue sur la base de l’implantation préalable des TSHM dans le quartier concerné. C’est donc leur immersion préalable qui va permettre de

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Le TSHM fait l’ouverture seul ce jour-là. Il prépare les salles, installe les panneaux de basket, sort la pharmacie.Il sera rejoint par deux collègues qui viennent pour voir comment cela se passe, en visite pour garder le contact et qui vont plutôt rester en retrait, en appui.
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Le TSHM poursuit ses allers-retours entre les deux salles.
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Le jeune ne montre pas de gratitude particulière à l’égard du travailleur social. Il s’en va rejoindre ses amis sans remercier.
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Le TSHM constate qu’un jeune est en train de rouler un pétard.
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende En continuant de plaisanter, il se retourne brièvement (2s) dos à la situation. Le TSHM semble mettre à profit cet instant extrêmement bref comme temps de réflexion.
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Le TSHM insiste auprès du jeune : s’il respecte les règles, il contribue à la pérennité du projet.
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Le jeune revient son joint roulé à la main. Il l’agite ostensiblement. Le met à la bouche sans l’allumer.
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Cette concentration dans l’immobilité permet de libérer l’espace à l’Autre.
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Etre là dans sa corporéité
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Oui, et puis tranquillement, mais c’est vrai que nous on ne s’énerve jamais.
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Etre là, dans le silence, et rester là
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/117/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 346k

© Éditions ies, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search