Version classiqueVersion mobile

Travail social hors murs

 | 
Joëlle Libois
, 
Laurent Wicht

Chapitre 2. La préfiguration du travail social hors murs en ville de Genève

Texte intégral

L’identification des différents genres de textes

1Une première démarche exploratoire nous a permis d’identifier un corpus de textes significatifs pour le champ du travail social hors murs genevois. Contre toute attente, et bien que le travail social hors murs soit une forme de travail social récente à Genève, nous avons rapidement été en mesure d’identifier un nombre important d’écrits. Une partie de ces textes nous a été proposée par les travailleurs sociaux eux-mêmes, il s’agissait essentiellement des textes faisant référence au positionnement éthique du travailleur social. Une autre partie de ces textes, principalement les textes de lois et règlements nous a été présentée par le Délégué à la jeunesse et son collaborateur direct. Nous avons, enfin, réuni de notre côté des articles de presse.

2L’ensemble de ces textes se situait, bien au-delà d’un simple rapport de prescription, définit comme ce qui devrait être fait et comment le faire par les travailleurs sociaux hors murs mandatés par un service ou des autorités politiques.

3En effet, si nous avons facilement mis en lumière les textes définissant la mission de la Délégation à la jeunesse et plus avant la fonction du travail social hors murs, notre démarche exploratoire nous a conduits à élaborer une première typologie plus large des textes recensés :

  • des textes canoniques servant de référentiels à la mise sur pied du travail social hors murs à Genève ;

  • des textes de loi émanant du Grand Conseil de l’Etat de Genève ;

  • des textes politiques, émanant des diverses commissions et interpellations du Grand Conseil de l’Etat de Genève et du Conseil municipal de la Ville de Genève.

  • des textes journalistiques, émanant des différents quotidiens genevois ;

  • des textes citoyens, émanant d’habitants ;

  • les textes internes, émanant du service de la Délégation à la jeunesse, produits par le Délégué à la jeunesse et les textes produits par l’équipe des professionnels en place ;

  • des textes rédigés par les travailleurs sociaux.

  • 1 Pour une définition du genre CF.

4Cette typologie nous a permis de conduire une analyse fine de ces écrits par genre1 de textes. Ainsi, les textes canoniques ont été traités pour eux-mêmes, ainsi que les textes de lois et ainsi de suite. Notre objectif était de répondre aux questions suivantes :

  • La prescription est une activité en soi, quelles sont les intentions des auteurs, des concepteurs derrière leur activité ? En quoi les sources de normalisation de l’action s’affichent comme prescription ou non ?

  • Repérer les écarts et les contradictions entre les différentes sources de normalisation de l’action.

  • Quelles sont les représentations de la profession (TSHM) que l’on peut repérer dans les textes ? Identifier les représentations et les mettre en lien avec les sources (auteurs) de normalisation de l’action.

  • Quelles sont les représentations des jeunes que l’on peut repérer dans l’écriture des textes ?

5Cette première analyse a permis de mettre en évidence les différentes sources de normalisation de l’action des professionnels par genre de texte. En effet, chacun de ces genres de textes propose une conception du travail social hors murs selon une logique qui lui est propre.

6Les textes canoniques vont proposer un référentiel pour l’agir du TSHM se basant sur une perspective historique de modèle d’action existant en Suisse ou en France. Les textes de loi émanant de l’Etat de Genève, les textes internes des travailleurs sociaux hors murs rattachés à la FAS’e définissent un modèle de pratique du TSHM en vigueur dans le canton.

7Les textes politiques de la Ville de Genève, les textes internes à la Délégation fixent le contour précis de la mission de la Délégation à la jeunesse dans le contexte de la Ville et définissent la fonction des TSHM. Dans ce contexte, les textes journalistiques sont à considérer comme susceptibles de renforcer la visibilité de cette mission auprès du grand public et les textes émanant de citoyens permettent de prendre la mesure de ce qui est attendu du public à l’endroit des TSHM.

Une modélisation de la préfiguration

8Au terme de cette première analyse, un réaménagement de notre première typologie par genre de texte doit être envisagé, afin de situer l’ensemble de ces lignes de forces agissantes en amont de l’action des TSHM de la Ville. Ce réaménagement peut être modélisé de la façon suivante. D’une part il s’agit de prendre en considération une perspective diachronique afin de mettre en lumière les différents référentiels qui ont prévalu à la création de la Délégation, ceci en postulant que les textes préfiguratifs sont un moyen de reconstituer l’histoire, et d’autre part d’essayer de mettre en lumières l’origine d’une double contrainte agissant déjà en amont de l’action sur la fonction de TSHM. Une double contrainte qui se décline entre prévention de la situation de précarité dans laquelle se trouvent les jeunes concernés et contrôle des effets liés à la présence visible de ces mêmes jeunes dans l’espace public, effets susceptibles d’engendrer une tension sociale au niveau des différents acteurs de la Ville.

Textes préfiguratifs : Fonctions TSHM

Textes préfiguratifs : Fonctions TSHM

Education de rue et prévention spécialisée comme référentiels canoniques (1975-1992)

Tout va bien, travail de rue en Suisse (1992)

  • 2 A ce propos voir : Renschler, I. & Cattacin, S. (1996). Politiques publiques en matière de drogue e (...)

9Cette brochure, publiée par un collectif de travailleurs sociaux de rue, jette les bases du travail de rue en Suisse. Elle s’attache à définir ces conditions cadre et les qualités individuelles requises pour la pratique de cette action. Le travail social de rue est présenté sous un angle résolument militant, fruit de l’autodétermination de professionnels critiques à l’égard des institutions et d’un positionnement clair de ces derniers aux côtés des usagers de la rue. Cette conception de l’activité s’appuie sur des pratiques d’intervenants en toxicomanie. Notamment dans le cadre d’un redéploiement des pratiques des travailleurs sociaux à la fin des années 80 vers des actions de proximité pragmatiques visant la réduction de risques et l’accessibilité des structures sociales à des toxicomanes fortement stigmatisés et marginalisés.2 Le modèle de travail de rue présenté dans ce texte fait aussi référence à l’appui de groupes alternatifs revendiquant des espaces autogérés ainsi qu’au soutien aux personnes vivant en grande précarité dans la rue, telles que les personnes sans domicile fixe.

10Les modèles d’action de travail social de rue présentés dans ce texte font avant tout référence à des expériences réalisées en Suisse alémanique et dans l’arc jurassien. Cependant, une filiation directe pourrait être établie dans le contexte genevois avec des projets tels que ceux de l’association Carrefourrue, association pratiquant le travail de rue à Genève depuis plus de quinze ans auprès de personnes en grande précarité.

Tout va bien, travail de rue en Suisse 1981-1991. Gruppo Verlauto, 1992, Berne (p.87)
Le champ du travail de rue, c’est l’espace vital immédiat des gens de la zone. Pour pouvoir et vouloir s’y mouvoir dans un long terme, construire son propre rapport à ce monde (ou au moins à certaines de ses parties) est indispensable. Celui qui ne se sent pas à l’aise dans les milieux de la rue et leurs subcultures, qui ne s’y sent pas au moins en partie chez lui, ne parviendra quasiment pas à surmonter la séparation entre ceux-ci et le reste du monde. L’affinité que nous visons ici est difficile à saisir et à décrire précisément, elle prend des formes très diverses et renvoie à des racines tout aussi hétérogènes. Il serait illusoire de vouloir analyser et fixer ces affinités au cours d’un entretien préliminaire à un engagement. Mais on peut affirmer qu’une certaine connaissance personnelle de la zone, ainsi qu’une motivation positive à vouloir s’engager à moyen ou long terme dans ce monde, représentent une condition préalable au travail de rue. Sans entrer dans les histoires individuelles, qu’il nous soit permis d’affirmer ici que cette thèse se vérifie en pratique.
La réciproque est d’ailleurs vraie. Entretenir une relation aux milieux de la rue et aux cultures de la zone est un aspect nécessaire, la capacité et la motivation à se confronter aux autres instances déterminantes de la zone et à interagir avec elles en est un autre.
On peut cependant retenir quelques facteurs importants de la qualité d’un travail de rue, valables pour l’ensemble des travailleurs et travailleuses de rue. Ainsi, les travailleurs de rue doivent pouvoir communiquer avec les gens les plus divers : gens de la zone, des diverses subcultures, riverains, membres des autorités, représentants de la presse, professionnels de tous bords. Cette capacité de communication implique à son tour une faculté de traduire, c’est-à-dire d’exprimer plus clairement à l’un ce que l’autre a voulu dire.
Un autre point réside sans aucun doute dans la disponibilité et la capacité à faire preuve d’une extrême flexibilité. Tous les travailleurs de rue vivent des situations exigeant une réaction rapide et totale, même si son emploi du temps personnel doit être pour cela complètement bouleversé.
Celui ou celle qui fait du travail de rue est souvent amené à s’exposer et parfois à s’exposer beaucoup.
D’autres caractéristiques du travail de rue, dont il convient de tenir compte pour définir le profil de celui ou celle qui sera amené à l’exercer, sont un engagement total avec très peu de structures, la capacité de contact avec les groupes d’intérêts les plus divers, en même temps qu’une attitude claire de parti pris en faveur des milieux de la rue ou des gens de la zone (travail de groupe de pression ou d’avocat) ; celles aussi de faire face à l’interpénétration de dimensions sociales, culturelles et politiques. Et enfin, il faut aux travailleurs et aux travailleuses de rue un cuir épais, autrement dit la capacité à gérer l’intensité des sentiments (colère, tristesse, consternation, etc.) tout en restant capable d’agir.

Les conditions cadres du travail de rue

11La définition du travail de rue découle historiquement d’une contestation du rôle joué par les institutions sociales. Il est question d’opposer au rôle quelque peu flou des institutions (de par leur nombre incalculable, leur diversité de fonctions et leur type d’intervention basée tantôt sur l’entraide, tantôt sur la surveillance/répression) une attitude d’ouverture, afin d’atteindre « l’idéal d’une entraide motivée par la solidarité » (p. 10). Le travail de rue vise « les groupes [qui] se composent de gens défavorisés [et] qui font de la zone leur référence unique ou partielle et qui ne sont pas (ou très partiellement) accessibles pour les institutions sociales existantes ». Il importe dès lors de marquer son détachement des institutions sociales traditionnelles, de le rendre crédible afin de créer les conditions d’une approche authentique et réellement novatrice (Tout va bien, p. 10) auprès des populations ciblées. Pour poursuivre ces buts préliminaires, les travailleurs de rue alémaniques et tessinois posèrent en 1985 les conditions cadres suivantes :

  • La notion de parti pris qui implique que le travailleur de rue accorde son soutien aux gens de la rue, et les défende en toutes circonstances. Ceci implique également qu’il soit tenu au secret et qu’il ne puisse divulguer des informations sur la rue et sur les individus qui y évoluent.

  • Les besoins (et donc, dans une certaine mesure, les modalités d’intervention) sont définis par la rue : « le travail de rue reconnaît l’existence d’un espace vital et culturel de la rue. Il répond aux besoins exprimés par les gens qui y vivent et y accomplit un travail de soutien visant l’amélioration de la qualité de vie (…) l’espace culturel de la zone recèle un immense potentiel de créativité au sens le plus large ».

  • Le travailleur de rue doit être indépendant de toute institution sociale, quelle que soit sa nature : « le travail de rue ne peut-être un travail sur mandat, ni devenir un pourvoyeur d’informations à but statistique ».

  • Le travailleur de rue doit impérativement marquer sa présence sur le terrain : « C’est à ces conditions que des relations de confiance peuvent s’établir et se maintenir ».

  • Le travailleur de rue n’exerce son activité ni dans l’urgence, ni en tant que « rabatteur des institutions sociales ». Il tente plutôt « d’apporter un soutien aux dispositifs et aux forces réellement existantes de la zone ».

  • 3 En ce sens, cette posture est à la fois but et moyen. But, dans la mesure où le travail de rue pour (...)

12Ces conditions cadres ainsi définies visent un seul et même but : améliorer la qualité de vie dans la rue. Cet objectif en soi n’est pas nouveau, et ne diffère que peu du but poursuivi par les institutions en contact avec la rue et ses occupants. La distinction s’opère en fait dans la démarche et dans la posture3 adoptée face à la rue (attitude d’ouverture misant sur la reconnaissance de la force et du potentiel présents dans la rue). De cette posture découle pour le travailleur de rue la nécessité de mettre en pratique un certain nombre de préceptes, qui sont autant de qualités dont il est sensé être pourvu à titre individuel. En dressant une première liste, il sera possible de mettre en relief les prescriptions énoncées dans ce point. Si l’on se trouve résolument dans le champ des savoir-être, nous situons dans les métiers de l’humain, ce savoir comme un savoir-faire indispensable à l’exercice de la profession. La différentiation entre savoir-être et savoir-faire usitée dans le langage commun nous apparaît comme source de confusion, voire de disqualification des compétences indispensables aux professions de service.

Les qualités individuelles requises

  • 4 « Les travailleurs de rue insistent souvent sur les différences de fonctions entre leur travail et (...)

13Dans le souci permanent de démarcation4 des autres professions du social et/ou institutionnelles, le travailleur de rue doit faire preuve de transparence : « La condition primordiale, pour toucher les gens de la zone, c’est d’apparaître et d’agir comme personne, tout en rendant crédible son indépendance vis-à-vis des institutions et services existants. Faute de remplir cette condition, les travailleurs de rue seront considérés comme de classiques collaborateurs de telle ou telle institution et seront dans l’incapacité (totale ou partielle) de toucher leur public » ; ceci implique d’une part qu’il ne quantifie pas son activité (tant sur le plan des horaires, que sur le fait qu’il ne tient aucun registre statistique concernant les personnes qu’il rencontre dans la rue – bien au contraire son attitude doit être claire, sans ambiguïté et ouverte –), et d’autre part qu’il organise son temps au jour le jour en fonction des événements rencontrés sur le terrain. Tout ceci pousse le travailleur de rue à faire preuve de flexibilité c’est-à-dire à être présent sur le terrain lorsque ce dernier l’exige et non pas lorsque lui l’entend : « Prendre le quotidien de la rue comme référence implique donc aussi de rester aussi flexible que possible dans l’organisation de son emploi du temps. Il est évident que des événements qui affectent la zone sont susceptibles de bouleverser radicalement et très vite le programme du travailleur de rue ». Ce type d’exigence est directement à rattacher à la nécessité d’être présent sur le terrain : « Une continuité de présence dans la rue constitue la base du travail de rue. Présence signifie partage du quotidien, sensibilité aux situations et aux besoins, ouvertures aux gens, disponibilité tant en termes de temps que d’échanges ». Cet engagement dans la rue et l’affirmation de sa présence doit cependant se faire tout en nuance ; il doit être patient et savoir se faire accepter sans s’imposer (l’entrée en contact est déterminée par les gens de la zone), de même qu’il importe qu’il se montre tout à la fois réservé et disponible : « Qui veut toujours agir et tenter de résoudre immédiatement les problèmes, s’enferme dans sa fonction et ruine par là même toute possibilité de nouer des rapports de confiance ». Ainsi, la réserve et la patience du travailleur de rue l’incitent à nouer sans précipitation des contacts durables avec la rue en en respectant les valeurs et autres besoins. Ce qui implique un long travail de familiarisation avec le milieu avec lequel il est amené à collaborer. Ce travail d’approche peut s’étendre sur plusieurs mois, voire sur une année entière : « Pour commencer à être reconnu dans le milieu de la zone et bâtir un climat de confiance réciproque, tout comme pour connaître les mécanismes et les particularités sociales et relationnelles de ces milieux, il faut compter un laps de temps de six à quinze mois » (Tout va bien, p. 63). Cette disponibilité en temps se doit d’être complétée par une disponibilité relationnelle (disponibilité d’échanges) : « De par leur présence et leurs connaissances, les travailleurs de rue sont en permanence l’objet de demandes, de renseignements et de conseils. Il peut s’agir de contacts uniques ou répétés, allant du simple renseignement à la relation durable ». Ce travail d’information et de conseil ne s’effectue que pour autant qu’il réponde à une demande : « Les travailleurs de rue ne font pas un travail offensif de consultations, mais deviennent de par leur fonction un service personnalisé d’information. Pour pouvoir remplir cette fonction, les travailleurs de rue doivent être bien informés, être au courant de ce qui se passe et disposer de multiples contacts » (p. 24). Plus généralement, le travailleur de rue doit faire montre de polyvalence : « Il serait contraire à l’esprit du travail de rue de l’enfermer dans une spécialisation quelconque dans la mesure où la vie quotidienne des gens de la zone n’est pas réductible à une série de thématiques particulières » (p. 37).

  • 5 Voir Tout va bien, p. 45. « Les travailleurs de rue ne se consacrent pas exclusivement à apporter u (...)

14L’ensemble des préceptes énoncés jusqu’ici tend à instituer un type de rapport spécifique à la rue (ou à la zone et aux zonards). En outre, il constitue, pour le travailleur de rue, la voie à employer afin de poursuivre sa démarche. Car, une fois les contacts noués avec le milieu de la rue, il s’agit de mettre sur pied des projets en se fondant sur le potentiel de créativité que ce dernier recèle. En effet, en ayant établi un rapport de confiance fondé sur une proximité sociale et culturelle, sur lequel ne plane aucune ambiguïté, le rôle du travailleur social de rue est d’activer des réseaux définis comme « la liaison existante par les contacts personnels [considérée] comme une sorte de potentiel qu’on a créé et qui peut être activé en fonction des situations et des besoins » (p. 40). Une distinction est faite entre les réseaux horizontaux rassemblant les gens de la rue avec lesquels des contacts ont été noués et les réseaux verticaux entendus comme la connaissance du plus grand nombre de structures sociales et l’entretien de contacts avec elles. Le but est d’établir le lien entre ces deux niveaux et de faciliter le contact entre chaque maillon de la chaîne. Plus précisément, la fonction du travailleur de rue, ici, est double : d’une part, il est celui qui ordonne les initiatives et donne les impulsions pour activer un réseau, en assurant le traitement de l’information ainsi que sa circulation.5 Toutefois, il est important que cette fonction se borne à être un soutien sans devenir un pilier, ni dériver vers un rôle directeur duquel dépendrait la survie du réseau. D’autre part (et consécutivement), le travailleur de rue agit en tant que médiateur, autrement dit en se situant à l’intersection de connections (principalement entre réseaux horizontal et vertical), il est celui qui doit être capable de créer des interactions entre les divers groupes aux intérêts contradictoires. Cette fonction s’élargit à un rôle de représentant des gens de la rue afin de mener un travail de sensibilisation (qui met en pratique la notion de parti pris abordée plus haut) sur l’opinion publique, qui « constitue un contrepoids à la marginalisation et aux représentations, extrêmement répandues dans le public, de la zone et des zonards, perçus en terme de pathologie » (p. 25) Les limites de cette tâche de représentation sont au demeurant assez floues, puisque c’est au travailleur social de rue lui-même de les évaluer avec subtilité et intelligence.

15Activer des réseaux et en favoriser le déploiement ne constitue toutefois pas une activité en soi. En arrière-plan, la notion de projet sous-tend l’ensemble de ce dispositif. Ainsi les réseaux ne sont pas activés dans le vide, mais bien dans le but de monter un projet qui soit en accord avec les valeurs et la culture du milieu dans lequel il s’inscrit. Il s’agit donc avant tout d’un travail d’appui à l’auto-organisation de projets, dont la part essentielle est définie par les individus rencontrés par le travailleur de rue : « Dans leur pratique, les différents projets s’adaptent à leur réalité locale respective » (p. 25). Davantage que de donner un poste de travail aux individus, le but poursuivi est de les former sur des vastes champs d’apprentissage en vue d’améliorer leur condition de vie générale tout en respectant leur attache à une culture spécifique, et leur position en tant que sujet.

16Voilà donc exposé l’ensemble des préceptes énoncés entourant le travail de rue. Il importe toutefois de noter que ces prescriptions sont à tout moment nuancées et qu’elles laissent une marge d’autonomie assez grande au travailleur de rue : « Dans le domaine des attitudes et des valeurs, il n’existe pas un code de comportement à proprement parler. Le travail de rue est très lié à la personnalité de chaque travailleur de rue (…). Schématiquement, on pourrait dire que les travailleurs de rue ont au quotidien une attitude de coopération constructive et solidaire. Ils misent sur les lueurs d’espoir, plutôt que sur la résignation, sur l’imagination plutôt que sur le défaitisme, tout en restant réalistes et lucides » (p. 24). En ce sens, l’adaptabilité en fonction de la situation et de la manière dont elle est perçue par le travailleur est contenue dans les prescriptions mêmes du travail. Le travailleur de rue doit faire appel à son imaginaire, c’est-à-dire faire usage de sa propre subjectivité dans l’exercice de sa fonction (« Il ne peut y avoir de panoplie du parfait travailleur de rue. Dans ce cas aussi, ce sont les critères personnels qui sont déterminants » (p. 25). Cependant, pour grande qu’elle soit, son autonomie n’est pas totale et sa position ressemble en plusieurs points à celle de l’équilibriste : si la personnalité est partie intégrante de l’exercice de la profession, elle doit tout de même se conformer aux qualités et aux buts que nous avons évoqués jusqu’ici, ou si le travailleur de rue doit faire appel à son imagination, il doit aussi s’attacher à la réalité et à ce que l’on peut entreprendre dans des conditions données (il ne peut pas tout faire n’importe où et à n’importe quel moment). Globalement, les qualités requises sont toutes définies dans la nuance (suivant une logique du juste milieu), il faut être à la fois réservé et disponible, patient et entreprenant ; le soutien apporté se doit d’être actif sans être directif, etc. En bref, toute une série de nuances qui poussent le travailleur social à sous-peser par lui-même ses actions, de façon à correspondre au profil qu’on lui a fixé.

La prévention spécialisée : une démarche engagée

17Une brochure publiée par l’organe faîtier réunissant les structures locales de prévention spécialisée française rappelle le cadre d’une action en milieu ouvert auprès de jeunes engagés en France depuis le milieu des années 70. La prévention spécialisée française se conçoit comme complémentaire aux institutions existantes telles que les maisons de jeunes, ou encore les œuvres de protection de la jeunesse, avec lesquelles elle affirme travailler en étroite liaison.

18Le public visé par la prévention spécialisée est défini comme les jeunes du coin de la rue qui ne seraient pas en mesure de bénéficier du soutien des institutions classiques. L’axe principal de l’action de la prévention spécialisée apparaît comme la nécessité d’« aller vers les jeunes dans leur milieu », ceci afin d’agir en profondeur sur les différents groupes de jeunes et sur les régulations sociales du quartier tout entier. Dès lors, la démarche de la prévention spécialisée se conçoit à la fois comme le fait d’être au côté des jeunes, comme l’évoquaient les travailleurs de rue suisses œuvrant auprès de personnes marginalisées, mais tout en étant en mesure de réguler les interactions entre les différents acteurs du milieu, d’en connaître les réseaux et d’en désamorcer les tensions. La prévention spécialisée propose ainsi une action éducative en milieu ouvert à l’égard des jeunes qui seraient exclus ou stigmatisés et dans le même temps une action de travail en réseau auprès des différents membres de la collectivité concernés par les jeunes, élus, associations, institutions.

La prévention spécialisée : une démarche engagée. Conseil technique des clubs et équipes de prévention spécialisée, 1995, Paris (p. 19)
Le quartier résonne de leur souffrance, de leur insécurité, comment établir le contact avec eux ?
On entend ici par présence sociale une présence dans la rue appelée fréquemment « travail de rue » et une présence dans des espaces d’accueil plus ou moins formalisés que les jeunes occupent.
La démarche de présence auprès des jeunes et dans leur milieu occupe une position cardinale dans la réalisation de la mission de Prévention Spécialisée.
L’ensemble des pratiques est imprégné de cette présence souvent dite sociale, car c’est le seul mode d’action permettant de nouer des relations avec un milieu qui n’en a pas fait la demande.
C’est le moyen privilégié d’atteindre un public entretenant des rapports difficiles avec les institutions.
C’est le moyen le plus rapide et le plus efficace de connaître personnellement les jeunes, de se familiariser avec leurs comportements et leur milieu, d’être reconnu par ce milieu.
Un moyen d’actualisation de la connaissance du quartier, de son ambiance, de ses réseaux de relations, de solidarité, et des lieux de regroupements. Par la possibilité de désamorcer quotidiennement les conflits plus ou moins anodins avec les commerçants, les gardiens, l’Amicale des locataires, le voisin grincheux… il permet une certaine régulation du milieu.
Il crée un espace favorable à la création ou au maintien du lien avec les publics exclus ou se sentant exclus.

Des principes cardinaux pour l’action en milieu ouvert

19Porteuse d’une action à l’endroit des jeunes exclus et dans le même temps à l’endroit de la collectivité, la conception de la prévention spécialisée du travail de rue se veut relativement consensuelle. En faisant l’impasse à la fois sur un parti pris résolument en faveur des jeunes de la rue ou au contraire résolument en faveur des institutions et des élus, elle adopte une position dans une sorte d’entre-deux, pour établir des ponts entre les jeunes et les différents partenaires du quartier.

20Ainsi, afin d’être en mesure de travailler à la fois au soutien des jeunes précarisés et à la régulation de l’espace public du quartier, la prévention spécialisée va énoncer une série de principes forts qu’elle inscrira au fronton de chacune de ses antennes locales et qu’elle rappelle sans équivoque dans chacun de ses documents de présentation.

  • Absence de mandat nominatif : premier principe qui distingue l’action de la prévention spécialisée d’autres institutions sociales comme la Protection de l’enfance ou les foyers d’éducation.

  • La libre adhésion : principe qui tempère l’ambiguïté d’une action destinée à un public qui, dans un premier temps, n’a pas formulé de demande explicite. L’éducateur devra donc prendre le temps d’établir une relation respectueuse avant d’engager quelque action que ce soit

  • Le respect de l’anonymat : ce principe permet au jeune de garder l’initiative de l’évolution de la relation éducative. Il permet aussi d’éviter que la somme d’informations acquise par l’éducateur plongé dans le milieu puisse servir à d’autres fins qu’à des fins éducatives.

  • Le partenariat interinstitutionnel : ce principe met en avant le travail de réseau et la nécessité pour l’éducateur de maintenir une position de médiateur, afin de recréer du lien autour des jeunes précarisés.

  • La non-institutionnalisation des activités : ce dernier principe contraint l’éducateur de prévention à une certaine souplesse lui permettant d’être au plus près des nouvelles actions à mener, ceci tout en jouant plutôt le rôle de catalyseur de projets que de garant à long terme.

L’émergence du travail social hors murs dans les communes suburbaines genevoises (1994-2002)

Une fonction qui se construit à partir du terrain

  • 6 Relevons tout de même que le Service de protection de la jeunesse appelle de ses vœux la création d (...)

21Dans les années 70, l’émergence d’une jeunesse qui revendique une culture, une certaine liberté, des lieux qui lui soient propres afin de se réunir et de pratiquer des activités musicales conduit le canton de Genève à se doter progressivement d’un certain nombre de « maisons des jeunes ». Nous nous situons à l’éclosion de l’animation socioculturelle. Ces maisons des jeunes deviendront de véritables centres de loisirs militant pour la décentralisation de la culture et la participation des habitants à la vie de leur quartier (Vuille & Felder, 1979). En fait, nous passerons en quelque vingt ans de la volonté des autorités de prendre des mesures pour éviter la formation de bandes de jeunes en créant des lieux d’accueil pour jeunes à des centres institutionnalisés à la fois prestataires des services pour l’accueil des enfants hors de l’horaire scolaire, et soucieux d’un accès facilité à leurs nombreuses activités par toutes les catégories de la population. On peut faire l’hypothèse que jusqu’au début des années 90 cet étroit dispositif de centres de loisirs et de maisons de quartier a largement suffi à la prise en compte de la question « jeunes ».6

22Dès lors, à Genève en 1990, s’il existe bel et bien quelques pratiques de travail social de rue dans les champs de la toxicomanie et de la grande précarité, il n’y a en revanche pas de structure équivalente à la prévention spécialisée française dans le champ de la jeunesse et du travail de quartier. Les textes qui témoignent de l’émergence du travail social hors murs dans les communes suburbaines, dès 1994, sont avant tout les écrits des professionnels nouvellement engagés dans les communes et qui tentent d’esquisser cette nouvelle fonction de travail social hors murs. Ces textes sont, dans un premier temps, des rapports d’activités qui témoignent de l’action particulière de chacun de ces travailleurs sociaux sur leur propre terrain. Ensuite, un certain nombre de textes collectifs seront élaborés. Il s’agira d’abord d’une déclaration d’intention de ces travailleurs sociaux hors murs réunis au sein d’une coordination informelle, qui sera suivie quelques années plus tard d’une première définition d’un mandat commun. Ceci, lorsque en 1999, la plupart des travailleurs sociaux hors murs de communes suburbaines seront réunis au sein de la fondation pour l’animation socioculturelle (FAS’e) qui deviendra leur structure faîtière.

Des pratiques naissantes dans le contexte des années 90

23Dès 1994, les travailleurs sociaux œuvrant dans les communes suburbaines genevoises de Vernier, Meyrin et Lancy constatent qu’un certain nombre de jeunes ne sont pas en mesure d’entreprendre un apprentissage ou de poursuivre leurs études et se retrouvent alors en rupture de formation. Ces jeunes se trouvent en fait, dans ce que Eckmann (1994) a décrit comme un no man’s land institutionnel. Plus intégrés au système scolaire, ces jeunes ne sont pas non plus insérés dans le monde du travail, et, dans la plupart des cas, ils ne sont pas en contact avec les services de l’orientation professionnelle ou les services sociaux susceptibles de leur fournir de l’aide. Par le truchement de la situation de ces jeunes, Genève prend en fait la mesure des premiers effets de la crise économique du début de la décennie. Ces derniers sont les premières victimes d’un double mouvement d’une transformation de l’offre des places d’apprentissage en entreprise et d’une hausse des qualifications requises pour entrer en formation professionnelle.

  • 7 Les répartitions socio-économiques et socio-démographiques de la population de la commune de Meyrin (...)
  • 8 Les répartitions socio-économiques et socio-démographiques de la population de la commune de Meyrin (...)

24En soi, ce phénomène n’est pas vraiment spectaculaire et les travailleurs sociaux concernés relèvent par commune une cinquantaine de jeunes concernés par ce processus7. En fait, dans les communes suburbaines genevoises, la question jeunes va plutôt se décliner en terme d’incivilités (Vuille, 1999). Loin d’être des quartiers d’exil au sens de Dubet (1992), les communes suburbaines genevoises sont constituées par une population hétérogène8 résidant depuis la création des cités-satellites. On trouve dans ces communes un tissu associatif extrêmement dense ainsi que de nombreux services. Pourtant la présence visible, et souvent bruyante, d’un certain nombre de jeunes dans l’espace public, particulièrement dans les préaux d’école et les halls d’immeubles ainsi que l’augmentation des frais publics liés à la dégradation du mobilier urbain, tels que le bris d’abris de bus ou de tags posés sur les murs vont conduire des communes telles que Lancy ou Meyrin à se préoccuper de ce qui deviendra la montée de la violence.

25Ces incivilités qui se définissent sous la forme de « délits peu graves en soi, mais qui ont des conséquences sociales importantes » (Vuille, 1999), permettent d’éclairer le processus engagé à l’aube des années 90 dans les communes suburbaines. D’un côté des jeunes engagés dans le no man’s land s’ennuient et ont des difficultés à quitter une sorte de marginalité ludique, propre à l’adolescence où l’on commet parfois les « 400 coups », de l’autre côté, des autorités municipales et des institutions qui s’inquiètent de la visibilité croissante du vandalisme.

26C’est dans ce contexte que les communes suburbaines de Meyrin, Vernier, Lancy, rejointes bientôt par celles de Bernex et de Veyrier, vont financer des postes de travailleurs sociaux hors des structures socioculturelles traditionnelles, avec comme objectif l’établissement d’un contact avec les jeunes du no man’s land.

27Un texte éponyme : coordination des travailleurs sociaux « hors murs » (1997), constitue le premier texte genevois qui esquisse le développement des ces nouvelles formes d’intervention sociale dans les communes suburbaines.

Coordination des travailleurs sociaux « hors murs » (1997)
Depuis quelques années, nous assistons au développement de nouvelles formes d’intervention sociale dans les quartiers et communes.
Caractéristiques
Nous intervenons auprès d’une population composée particulièrement d’adolescents et de jeunes adultes marginalisés ou en voie de l’être, fréquemment en rupture avec les lieux institutionnels.
Nous intervenons essentiellement seuls, sur leur terrain, dans les lieux où ils se retrouvent : bistrots, parcs, préaux d’écoles, centres commerciaux, etc.
Une fois la relation établie, notre rôle est l’accompagnement pour éviter une exclusion grandissante et aller vers un projet de vie. Nous sommes amenés à être un relais entre ces jeunes et les institutions (écoles, SPdj, TG, Hospice Général, administration, monde du travail,...) qui leur sont souvent devenues inaccessibles. Les conditions locales, historiques, font que nos démarches ont des formes différentes. Il ne peut y avoir un seul modèle d’intervention.
Mise en commun
En décembre 1996 nous avons organisé une première rencontre formelle, afin d’avoir un temps d’échange sur les problématiques auxquelles nous étions confrontés. De cette rencontre est sorti un premier constat :
Précarité des postes
Nous assistons au développement empirique de nos postes, sans politique concertée quant à leur rattachement et financement. Nous avons tous des postes précaires à rattachement et financement différents.
Monde du travail
Nous avons tous les mêmes questions face à la problématique de l’insertion professionnelle ou non des personnes avec qui nous travaillons.

28Les travailleurs sociaux des communes suburbaines emploient dans ce texte, et pour la première fois le terme de « hors-murs » pour se définir. Cette appellation fait référence à deux notions, d’une part ces travailleurs sociaux interviennent dans l’espace public, là où se retrouvent les jeunes, faisant en cela référence à une pratique de rue, hors des murs au sens propre du terme, mais d’autre part ces travailleurs sociaux en raison de leur non-rattachement à une institution sociale conventionnelle, se définissent comme hors des murs institutionnels.

  • 9 Relevons que ce terme de hors murs est désormais le terme consacré pour définir ce type de travail (...)

29Ce terme de hors murs laisse donc planer une ambiguïté, construite volontairement par ces premiers travailleurs sociaux des communes suburbaines. A ce sujet, il est intéressant de noter que cette terminologie de hors murs perdurera, et ceci alors que leur fonction sera stabilisée dans la structure faîtière de la Fondation pour l’animation socioculturelle (FAS’e), ou à la Ville de Genève dans le cas des travailleurs sociaux de la Délégation.9

  • 10 Sur la base des rapports d’activités et en mettant en relief les axes forts de l’action de chacune (...)

30Ces travailleurs sociaux récusent la terminologie d’éducation de rue, puisque leur action va au-delà de la présence dans l’espace public en prenant des formes différentes et en se basant sur des projets multiples. En guise d’illustration, on peut constater qu’Avanchet développe des lieux d’hébergement d’urgence informels pour les jeunes, que Meyrin axe une bonne part de son action sur les petits jobs et que Lancy, Bernex et Veyrier mettent sur pied des systèmes de locaux en gestion accompagnée.10 De ce fait, leur déclaration insiste sur les conditions locales et sur les formes différenciées d’intervention.

31Si leur pratique est différenciée, ces différents professionnels se réunissent quand même autour de deux dimensions fortes :

32La première dimension est la situation à laquelle ces travailleurs sociaux doivent faire face dans leur commune respective. Il s’agit de maintenir le contact avec des jeunes marginalisés qui ont tous le point commun de se trouver en situation problématique quant à leur insertion professionnelle et qui sont en rupture avec les services sociaux traditionnels. Cet état de fait place résolument ces travailleurs sociaux à la frontière du no man’s land, ceci afin qu’ils puissent être avec les jeunes désaffiliés pour faire lien avec les structures traditionnelles.

33La seconde dimension est liée à leur propre statut. En fait, l’on pourrait dire que ces travailleurs sociaux se trouvent eux-mêmes dans une sorte de no man’s land institutionnel. Leurs postes ont été créés à l’initiative des communes, et ils sont souvent renouvelés d’année en année sur la base de montages financiers complexes différents d’une commune à l’autre.

34Cette première esquisse de travail social hors murs à Genève met donc en lumière une nouvelle catégorie de professionnels du social, hors des institutions sociales conventionnelles et isolés dans les communes suburbaines. Des professionnels, dont l’action se construit empiriquement avec pour principal objet la désaffiliation d’un certain nombre de jeunes des champs de l’insertion professionnelle et institutionnelle.

Une définition du mandat des TSHM des communes suburbaines

35Dès 1999, la quasi-totalité des travailleurs sociaux hors murs œuvrant dans le communes suburbaines se voient rattachés à la fondation pour l’animation socioculturelle (FAS’e), une Fondation qui regroupe déjà à Genève les centres de loisirs et maisons de quartiers. Une première description du mandat des TSHM est alors publiée.

  • 11 Ici l’emploi de la notion de travail de rue ne fait pas référence aux principes d’action développés (...)

Fonction travail social « hors murs » (2000)
1. Travail de rue11
Par une disponibilité et une présence informelle là où les jeunes se trouvent, la TSHM assure une action préventive, un accompagnement éducatif et un suivi dans la relation qui favorisent l’intégration :
• Aller à la rencontre des adolescents en difficulté, voire en rupture de liens sociaux, là où ils se trouvent : cité, rue, préau, bistrot, parcs publics, station-service, parking souterrain, concerts, etc., de façon à pouvoir créer un lien, établir une relation de confiance.
• Avoir un suivi dans l’accompagnement, afin de les aider à se remettre « dans le circuit ».
• Permettre aux jeunes de reprendre confiance en leurs capacités, de se sentir reconnus et soutenus.
• Mettre en lien des populations adolescentes et adultes.
L’action doit pouvoir se déplacer en fonction des fluctuations des points de rassemblement de la population concernée.
2. Travail de relais
Dans la perspective de renforcer les liens sociaux des jeunes dans la cité, développer des relations de confiance avec les partenaires de proximité (autorités communales, responsables d’associations, de clubs de sport, gardiens de piscine, îlotiers de la gendarmerie cantonale, agents municipaux, concierges d’immeubles, serveurs de cafés, enseignants, décideurs, etc.).
Lorsque c’est nécessaire, assurer le contact entre les jeunes et les institutions spécialisées, les services sociaux.
3. Médiation
Solliciter des entretiens avec les parents et les jeunes. Réaliser un travail de médiation entre les jeunes et la population du quartier, les commerçants.
4. Suivi et accompagnement individuels
5. Locaux en gestion accompagnée
6. Les petits jobs

36Ce texte affirme la nécessité, pour le TSHM, d’être en mesure d’entrer en contact et d’accompagner les jeunes désaffiliés. Mais il insiste aussi sur l’importance d’un travail de proximité dans le quartier auprès des différents partenaires, afin que le TSHM soit en mesure d’effectuer un travail de médiation.

37Le mandat prend en compte aussi la diversité des projets menés par chacun des TSHM sur leur terrain. Ces projets sont conçus comme des aides à la relation. Exemples :

  • Des bus itinérants d’animation ou de prévention permettent d’assurer une présence, là où il semble nécessaire de le faire, et d’entamer une discussion.

  • La mise à disposition de locaux en gestion accompagnée permet au TSHM d’assurer une présence régulière sur le terrain en centralisant les rencontres dans un local fixe dont la gestion est confiée, pour une grande part, à la population adolescente locale. Favoriser le sport constitue aussi un mode d’action qui se fonde sur une envie émise par les jeunes (disposer de structures sportives) et offre une possibilité d’entamer le dialogue (les besoins sont fixés par la population).

  • Des structures de type bourses aux jobs permettent de répondre à un besoin, en même temps qu’elles sont l’occasion de mettre en relation des groupes de population (jeunes et employeurs, par exemple) a priori distant les uns des autres.

38Cette première formalisation du mandat des TSHM genevois voit se dessiner deux axes de travail, d’une part avec les jeunes, d’autre part avec ceux qui se plaignent parfois du comportement des jeunes dans l’espace public. En ce sens, le travail social hors murs genevois profile son inscription dans la ligne dessinée par la prévention spécialisée française. Il s’agit pour le TSHM genevois, comme pour l’éducateur de prévention spécialisée français de travailler avec les jeunes précarisés, mais aussi à la régulation des tensions dans l’espace public.

39Ce premier mandat, publié en 2000, n’aura cesse d’être retravaillé par le collectif des TSHM de la FAS’e. En 2002, ces derniers insisteront pour voir leur mandat assorti des principes développés par la prévention spécialisée française.

Une loi qui formalise la fonction

40En mai 2001, le groupe socialiste au Grand Conseil propose de formaliser le rattachement à la FAS’e des travailleurs sociaux hors murs œuvrant dans des communes suburbaines.

Projet de loi 8737, modification de la loi j6.1. Grand Conseil (2002)
Art. 1. (nouvelle teneur).
1. La présente loi et les statuts de la Fondation genevoise pour l’animation. socioculturelle qui lui sont annexés fixent les principes applicables aux centres de loisirs et de rencontres (ci-après : centres) ainsi qu’aux actions de travail social « hors murs » menées à la demande des communes et/ou du canton.
2. La fondation genevoise pour l’animation socioculturelle (ci-après : la fondation) est chargée d’un mandat au service des centres et des actions de travail social « hors murs », selon l’article 8 de la présente loi.
Art. 2A Objectifs du travail social « hors murs » (nouveau).
1. Afin d’assurer un travail de prévention et d’éducation, notamment auprès des jeunes en rupture de liens sociaux, la fondation définit les objectifs globaux des actions de travail social « hors murs » et en assure la conduite en concertation avec le canton et les communes.
2. Le travail social « hors murs » privilégie l’action collective. Il peut aussi être complété par des mesures individualisées, en complémentarité avec les services sociaux existants, en particulier pour empêcher que des situations dangereuses et des états de fragilité s’aggravent.

Loi prescriptive

41Le statut de ce texte de loi n’a pas directement valeur de prescription. De l’aveu même des députés, et de la conseillère d’Etat en charge du dossier, il s’agissait de poser des bases légales à une activité qui avait fonctionné jusqu’alors sans en nécessiter. Néanmoins, le corps même du texte, sa terminologie, mais aussi les débats qui l’entourent, et les lieux de sa discussion (commission de l’enseignement) et de son attache (il est de l’apanage du Département de l’instruction publique) ne sont pas sans conséquence sur la manière d’appréhender le TSHM. Les instances publiques en fixant un statut légal, c’est-à-dire en officialisant la position des TSHM, élaborent les critères généraux au travers desquels les prestations hors murs seront évaluées. Par-là, la dépendance des TSHM aux organismes publics (notamment par le biais financier) les contraint à un moment ou un autre à devoir tenir compte des orientations générales de la loi dans la justification de leurs activités. La législation entourant le TSHM est donc plus qu’une déclaration de principe, elle exerce une influence sur le travail social hors murs.

  • 12 Intervention lors de la séance du Grand Conseil du 14 juin 2001 (nuit).

42La position de la conseillère d’Etat en charge du dossier au moment du renvoi du projet en commission illustre bien la teneur du texte de loi définitif : « (…) je vous recommanderai, Mesdames et Messieurs, au cours du travail en commission et au-delà de l’intérêt réel des questions qui sont posées, de ne pas adopter une loi qui soit trop contraignante et qui entre trop dans les détails. En effet, si aujourd’hui nous avons plutôt besoin de travailleurs de rue, demain ou après-demain, la situation peut évoluer. Je trouverais dommage que l’on inscrive dans la loi générale des définitions de métiers particuliers, alors que les caractéristiques du système mis en place sont précisément la collaboration canton-communes (…) et la souplesse dans les réponses, en fonction des problèmes posés ».12 Ainsi, la loi porte principalement sur deux dimensions : d’une part la structure encadrant le TSHM et les moyens attenants, et d’autre part l’énonciation d’axes généraux en terme de buts.

Les objectifs du travail social hors murs

43Le texte de loi définit clairement le TSHM comme une démarche socio-éducative, complémentaire des autres structures sociales existantes. Sa mission est donc double : d’une part, il doit être à même d’apporter un soutien à des individus qui n’ont pu être pris en charge par les instances traditionnelles (les structures sociales existantes) ; d’autre part il doit agir de pair avec les divers intervenants qu’il rencontre dans son travail. La loi désigne les jeunes comme groupe cible sans toutefois exclure du TSHM d’autres franges de la population (« Afin d’assurer un travail de prévention et d’éducation, notamment auprès des jeunes en rupture de liens sociaux… », art. 2A). Par d’autres aspects, la loi confirme cette centration sur les jeunes ; ainsi elle ancre le TSHM dans une conception qui le pose comme action complémentaire non seulement des structures sociales existantes, mais aussi de la famille et de l’école (art. 4). Le TSHM a donc clairement pour vocation de participer à l’intégration des jeunes éprouvant des difficultés, en leur fournissant des bases qu’ils n’ont pu acquérir par les instances traditionnelles. Il devient, par-là, une forme de palliatif aux lacunes de la société en termes de socialisation. En effet, les motifs généraux invoqués qui poussent à mettre en place une structure hors murs partent tous du même constat (dans les débats au Parlement, dans l’exposé des motifs du projet de loi, dans le rapport de la commission, et dans le message du Conseil d’Etat accompagnant le texte définitif) : la récente recrudescence d’actes de violence et d’incivilités entraînant des conséquences néfastes pour la population et liée à un phénomène d’exclusion. L’ensemble de ces problèmes exigeant une présence plus marquée sur le terrain et une action s’attaquant à leurs déterminants afin de restaurer les liens sociaux manquants. Parallèlement, on est en droit de se demander si face à ce constat, la mise en place d’une structure hors murs n’est pas également motivée par un argument financier ; son mode d’intervention étant moins coûteux en rapport à une institutionnalisation type maison de quartier.

  • 13 Il y a d’ailleurs une homologie entre cet aspect et le fait de présenter le TSHM comme la version d (...)

44La loi ne porte que très peu sur la méthode concrète à mettre en œuvre lors des interventions (c’est là que se situe la marge d’autonomie laissée aux intervenants directs). Seule est mentionnée la nécessité de mettre sur pied « des réseaux de complémentarité » : « afin de coordonner les actions de terrain et notamment le développement du travail social hors murs, le canton et les communes encouragent la mise sur pied de réseaux locaux de complémentarité regroupant les divers intervenants exerçant une activité sociale et de prévention » (art. 6, al. 2). Si la généralité du propos offre effectivement une grande part d’autonomie aux TSHM, la désignation de la mise en réseau comme mode d’intervention, n’étant accompagnée d’aucune autre indication, contient le risque de faire de ce moyen une fin en soi. Comme si le réseau une fois déployé suffisait à rétablir du lien social avec/entre les personnes marginalisées. Ainsi, le fait de ne pas mentionner la notion de projet au service duquel est constitué le réseau, peut conduire à réduire le TSHM à une action dirigée uniquement vers de la mise en réseau.13

Une charte éthique rédigée par les TSH eux-mêmes

  • 14 Il est important de relever que les premiers TSHM engagés par la Ville ont pris un part active à l’ (...)

45Alors même que la fonction de travailleur social hors murs se structure à Genève sous l’égide d’une institution faîtière et se formalise dans une loi, les TSHM genevois14 vont rejoindre leurs collègues romands afin de définir un cadre déontologique à leur action qui prendra la forme d’une charte professionnelle.

Charte du travail social « hors murs ». Groupe « hors murs » réunissant une trentaine de travailleurs sociaux romands (2002)
1. Ethique du travail social « hors murs »
Le travail social « hors murs » s’inscrit dans le respect de la charte des droits de l’homme.
Le travail social « hors murs » propose une approche « extra-muros » vis-à-vis de publics et d’environnement en crise, en décrochage, et/ou, en difficulté. Cette approche sociale veut avoir un regard global et pluriel des réalités complexes coexistant sur les différents terrains ciblés.
Le travail social « hors murs » implique une reconnaissance d’un espace de vie et d’expression qu’est le domaine public.
Le travail social « hors murs » se conçoit en dehors de tout cadre répressif, sécuritaire, de normalisation ou de contrôle social défini comme l’ensemble des sanctions positives ou négatives auxquelles la société recourt pour assurer la conformité des comportements aux modèles établis.
L’essence même du travail social « hors murs » s’inscrit dans une démarche éthique trouvant ses fondements dans :
• les situations réellement vécues par les personnes concernées
• le respect de l’autre en tant que sujet
• une action émancipatrice incluant la participation active des personnes concernées
• le souci de ne porter aucun jugement moral sur les situations rencontrées. (…)

  • 15 Charte du travail social hors murs, p. 2.

46Ce texte énonce les axiomes à prendre en considération lors de la mise en place d’une structure hors-murs. Emanant des professionnels, elle constitue sans aucun doute un outil de référence important pour les TSHM en mettant en exergue les principes et le code déontologique sur lequel reposent les interventions hors murs. En ce sens, il est surtout question de la posture que se doit d’adopter un TSHM face à son terrain et aux personnes qu’il y rencontre. La Charte ne porte donc pas directement sur la définition précise d’un savoir-faire, mais contribue à orienter l’exercice de la profession en posant des points de repère généraux à respecter dans la pratique (c’est la raison pour laquelle nous parlons d’axiomes). Ces points de repère renvoient par ailleurs à une éthique de la profession, c’est-à-dire à un point de vue au travers duquel une situation donnée est appréhendée suivant des postulats normatifs objectivés (ou perçus comme objectifs par leurs émetteurs) constituant pour les auteurs de la Charte l’essence même du TSHM. Par exemple, la reconnaissance du domaine public15 comme un espace de vie et d’expression s’appuie sur une conception selon laquelle certains types de comportements sont de l’ordre de l’expressif et non de l’illégal. En conséquence, le point de vue de la Charte induit le genre de pratiques (sans en faire une liste précise et exhaustive) à mettre en œuvre en tant que TSHM, et par-là en exclut également un certain nombre (pratiques répressives, s’il en est, reposant sur une conception « concurrente »).

Déontologie et principes, la Charte face à la loi

  • 16 Rattachement à la Charte des droits de l’homme, conception du TSHM en dehors de tout cadre répressi (...)
  • 17 Idem.

47La dénomination « éthique professionnelle » recouvre en fait tant des généralités que des éléments un peu plus précis. Ainsi, si la Charte édicte sa position et celle du TSHM par rapport à des documents de référence, des cadres établis, ou des situations générales,16 elle fait appel également à des critères qui définissent la posture globale de l’activité hors murs : la prise en considération des situations réellement vécues par les personnes concernées, le respect de l’autre en tant que sujet, l’action émancipatrice menée avec la participation active des personnes concernées, et le souci de ne porter aucun jugement moral sur les situations.17 Le tout servant de support de base à l’édifice TSHM.

  • 18 De ce fait, par une sorte de « ruse », la Charte se positionne de manière antérieure à la pratique.

48Conformément à cette première étape, la Charte pose une définition du métier : « Nous appelons travailleur-euse social-e « hors murs » toutes personnes, professionnelles, et/ou bénévoles, dont le champ d’action se situe dans les lieux publics et/ou de vie des personnes concernées et qui adhèrent aux principes émis dans la présente charte ». Tout d’abord, il est intéressant de noter que contrairement à ce que laisse sous-entendre la loi J 6 11, la Charte ne situe pas uniquement la spécificité du TSHM dans le fait d’être en dehors d’une structure fixe, mais la ramène également au respect des principes qu’elle énonce.18 D’autre part (et toujours par rapport à la loi), la Charte délimite la profession de façon quelque peu floue en ne destinant pas le terme TSHM aux seuls professionnels du social, mais en l’élargissant aux bénévoles. Ce qui peut paraître paradoxal dans un document visant à dessiner les contours d’une activité professionnelle.

49Cette définition du métier s’accompagne de l’énonciation d’une déontologie du TSHM, qui reprend, en les développant et en les mettant au contact des spécificités du terrain, certains principes introduits dans la définition de l’éthique. Cette mise en perspective se limite toutefois à des généralités ou aux intentions que doivent nourrir les TSHM sur le terrain (par exemple, « lorsque le-la TSHM aborderait les personnes concernées, il le fera sans s’imposer et laissera le choix à ces personnes d’accepter ou non sa présence », ou encore « le-la TSHM crée un environnement propice permettant le contact, l’écoute, le dialogue, l’émergence des besoins et l’action. Il prend en considération toute demande émise par les personnes concernées »). Bien que général, on remarque à sa lecture que cet énoncé postule de l’indépendance du TSHM. Indépendance, ou marge de manœuvre qui, dans une certaine mesure, tendent à s’amenuiser dans la pratique, compte tenu de la relation qu’entretiennent TSHM et autorités publiques. En effet, nous avons vu que certains aspects de la loi J 6 11, particulièrement en matière de financement, ont tendance à favoriser une relation asymétrique entre TSHM et pouvoir politique, de telle manière à faire prévaloir les attentes des autorités sur celles des intervenants hors murs.

50Par ailleurs, alors que la loi semble se focaliser davantage sur les jeunes (sans toutefois les désigner comme population cible exclusive) la Charte définit la population visée par le TSHM en insistant sur le fait que ce dernier demeure ouvert à toutes les populations victimes d’exclusion, sans distinction d’âge ou d’origine.

  • 19 Les sept points sont les suivants : promouvoir, maintenir et renforcer le lien social entre les ind (...)
  • 20 Voir p. 4.

51La loi et la Charte ne se bornent néanmoins pas simplement à s’opposer. A certains égards, on peut même dire de la seconde qu’elle vient compléter la première. En étayant en sept points les buts du TSHM,19 la Charte s’emploie en effet à apporter du contenu à certaines expressions mentionnées dans le texte de loi. Aussi donne-t-elle du relief à des termes tels que « recréer, renforcer, ou maintenir du lien social », et permet de préciser la position qu’occupent les différents éléments de la démarche hors murs : par exemple, la mise en réseaux apparaît ici davantage comme un moyen que comme une fin en soi. Ceci est d’autant plus clair que la Charte détaille les quatre types d’approches à mettre en œuvre pour établir le contact entre les différentes couches de la population (approche communautaire, approche collective, approche individuelle et approche institutionnelle). En outre, en opérant une distinction sémantique entre les termes de « but » et d’« effet », la Charte livre une interprétation plus nuancée du rôle des TSHM. Dans la conception qu’elle développe, les « effets » s’apparentent à des phénomènes généraux tels que la lutte contre l’injustice, ou la xénophobie, l’encouragement à différentes formes d’organisations collectives, ou la diminution de la délinquance. Si ces effets peuvent découler et être observés suite à des interventions hors murs, ils doivent être dissociés des buts particuliers que se sont fixé les TSHM. Dès lors, « le groupe hors murs ne reconnaît pas le/la TSHM qui ne se donnerait comme objectif que des effets (exemple : le/la TSHM qui se donnerait comme objectif principal la diminution de la délinquance) ».20 Le TSHM ne constitue donc pas, de ce point de vue, la solution miracle apte à régler des problèmes de société (en l’occurrence exclusion et violence urbaine), mais apporte une aide immédiate, puis un soutien à des populations plongées dans des contextes difficiles, sans agir directement sur les déterminants de ces situations.

Un modèle de travail social hors murs en Ville de Genève (2000-2003)

  • 21 Nota : une motion est une proposition écrite émanant de membres du Conseil municipal (législatif).
  • 22 Renvoyée en commission le 7 juin 2000.
  • 23 Nota : un projet de résolution est une proposition écrite émanant du Conseil administratif (exécuti (...)
  • 24 Renvoyé en commission le 27 juin 2000, soit à peine quinze jours après la motion M-84.

52En juin 2000, le Conseil municipal de la Ville de Genève renvoie en commission sociale et de la jeunesse coup sur coup, à quinze jours d’intervalle, deux textes traitant de la nécessité de doter la Ville d’une équipe de travailleurs sociaux hors murs (TSHM). Le premier texte est une motion21 (M-54A)22 intitulée « Médiation et prévention dans les quartiers » dont les considérants mettent en avant des questions liées aux jeunes de la commune (présence dans des lieux publics, rupture scolaire et familiale) et aux institutions supposées répondre à leurs besoins (inadaptation de l’offre actuelle). Cette motion invite le Conseil administratif à financer un dispositif souple de TSHM capable d’œuvrer à la mise en réseau de différents partenaires locaux. Le second texte constitue en quelque sorte la réponse directe, presque anticipée, du Conseil administratif qui par le biais d’un projet de résolution23 (PR-84)24 propose au législatif une sorte de paquet ficelé constitué de divers programmes sociaux, composé : d’un mandat d’étude sur la problématique des personnes en situation précaire ; d’un programme « réorganisation du service social de la Ville de Genève » ; d’un programme « Travail social hors murs » ; d’un programme « Action parcs » et de différents projets destinés à la jeunesse.

  • 25 Il est à relever que la commission décidera de traiter séparément du programme « réorganisation du (...)

53Ces deux objets seront traités de concert par la Commission sociale et de la jeunesse qui, par souci d’efficacité débattra rapidement de la motion et se consacrera à l’étude des propositions du Conseil administratif. Ceci, en reliant plus ou moins formellement la motion au point traitant du travail social hors murs dans le projet de résolution. La question de la mise en place du travail social hors murs ne suscitera d’ailleurs que peu de débats contradictoires en commission.25 Les commissaires se contenteront de relever un certain flou quant aux programmes « Action parc » et aux différents projets destinés à la jeunesse présentés comme corollaires à la mise sur pied de l’équipe TSHM. Les deux objets seront votés sans difficulté en commission et présentés au Conseil municipal en décembre 2000 qui les acceptera à l’unanimité, la rapporteuse de la commission soulignant la bonne collaboration entre l’organe législatif et l’exécutif sur cet objet.

Le PR-84 ou la nécessité de répondre à une question sociale problématique

PR-84. Conseil municipal de la Ville de Genève (200)
3.1 Programme « Travail social hors murs »
Des jeunes plus ou moins « en rupture de liens » restent trop souvent en marge des structures organisées. Face à ces nouvelles situations, le besoin est apparu de compléter la mission des maisons de quartier et centres de loisirs par une intervention hors murs. Souple et mobile, ce type d’intervention permet d’être à l’écoute des jeunes, particulièrement ceux en risque d’exclusion sociale ou marginalisés et d’entreprendre avec eux des actions de prévention et de socialisation.
L’action des animateurs mandatés pour un travail social hors murs (TSHM) devrait intensifier la prévention auprès des adolescents. L’action TSHM ne remet pas en cause l’existence des maisons de quartier, mais stimule les collaborations. Le mandat de travail social hors murs convient aux compétences des animateurs socioculturels, les aspects de médiation et de relais étant importants. L’action doit pouvoir se déplacer en fonction des fluctuations des points de ralliement de la population concernée : présence et disponibilité là où les jeunes se trouvent (rue, bistrot, préau, station-service, concerts …).
Par une présence informelle dans la rue, auprès des groupes, le TSHM assure une action préventive, un accompagnement éducatif et un suivi dans la relation qui favorisent l’intégration :
• aller à la rencontre des adolescents en difficulté, voire en rupture de liens sociaux, là où ils se trouvent : cité, rue, préau, bistrot, parcs publics, etc., de façon à créer un lien et établir une relation de confiance ;
• assurer un suivi dans l’accompagnement, afin de les aider à se remettre « dans le circuit » ;
• permettre aux jeunes de reprendre confiance en leurs capacités, de se sentir reconnus et soutenus ;
• mettre en relation des populations adolescentes et adultes ;
Les TSHM privilégient l’action collective, soit la prévention primaire qui consiste à lutter contre l’exclusion et la marginalisation :
• par un cadre préventif et d’entraide touchant à l’ensemble des problèmes que rencontrent les jeunes ;
• un ensemble de mesures éducatives et sociales, sans préoccupation de combattre un mal en particulier ou d’individualiser.
De plus, selon le contexte, les TSHM peuvent aussi être amenés à compléter les mesures collectives par des interventions individualisées, en particulier pour empêcher que des situations dangereuses ou des états de fragilité ne s’aggravent, en complémentarité et en coordination avec les services sociaux existants. Une collaboration intense avec le Service social de la Ville de Genève est par ailleurs prévue.
Dans un premier temps, les endroits suivants devraient bénéficier du travail des TSHM :
• Promenade de l’Europe - Planète Charmilles ;
• Parc Saint-Jean (écoles du Seujet et Necker), en assurant un travail dans tout le quartier de Saint-Gervais et de la gare ;
• Jonction-Artamis ;
• Skate-parcs ;
• Autres quartiers et lieux réputés à risque.

L’expression d’une volonté politique

  • 26 Le Conseiller administratif délégué déclarera lors de la présentation de la motion M-54 « Nous ne s (...)

54Les arguments développés par le Conseil administratif lors de la présentation du projet de résolution N° 84 font état d’une volonté politique clairement établie. Il s’agit, pour ce dernier, de réaffirmer substantiellement l’action du Département des affaires sociales, des écoles et de l’environnement en privilégiant le travail de terrain et l’écoute des besoins sociaux nouveaux exprimés par la population (PR-84). La demande d’un crédit extraordinaire au Municipal pour mener à bien les programmes développés dans le projet de résolution paraît souligner le sens d’un geste politique affirmé. Projet politique soutenu aussi par la volonté de voir la Ville de Genève rattraper un certain retard en la matière, notamment en regard des communes suburbaines genevoises.26

55Cette volonté politique repose sur une analyse de la situation socioéconomique du canton mettant en exergue la situation de précarité dans laquelle se trouve une partie de la population. Une situation de précarité qui, selon le Conseil administratif, perdure après la crise des années 90 malgré les signes d’une reprise économique à l’aube des années 2000. Dans ce contexte, les points de vue du Conseil administratif et des motionnaires se rejoignent quant à leur perception de la situation des jeunes. Chacun relève l’augmentation du nombre de jeunes en rupture partielle ou complète avec leur milieu familial et scolaire, ainsi que la recrudescence de leur présence dans les parcs publics, préaux d’écoles ou encore allées d’immeubles. Dans le même temps, les autorités relèvent l’inadéquation de l’offre institutionnelle en matière d’encadrement socioculturel (PR-84, M-54).

56Pour les motionnaires, la mission des futurs TSHM devra être essentiellement d’organiser des réseaux d’intervenants formés d’îlotiers de quartier, des animateurs de maisons de quartier, des enseignants, des concierges et des partenaires associatifs et où cela est nécessaire. Ces réseaux auront eux-mêmes pour mission d’évaluer les moyens à développer pour mettre en place une politique de prévention et de médiation dans les quartiers (M-54). Cette mission apparaît comme essentiellement prospective, esquissant pour le futur TSHM, une fonction médiatrice et rassembleuse permettant de faire un état des lieux en vue d’une action de terrain et d’affiner les constats présentés dans les considérants de la motion.

57La proposition du Conseil administratif est, quant à elle, plus précise sur la forme de la structure et sur les contours d’une mission privilégiant l’action sur le terrain dès l’entrée en fonction des futurs TSHM. En effet, l’articulation entre les futurs travailleurs sociaux hors murs, et le service de la Délégation à la jeunesse auquel ils seront rattachés est présentée comme un dispositif capable d’être souple et mobile. Un dispositif dont la double mission sera d’une part, de se rendre sur les lieux fréquentés par les jeunes et d’autre part de développer une offre éducative auprès de ces derniers sur les lieux même de rassemblement (PR-84). Dans ce cadre, la mission de ce dispositif apparaît comme une réponse assez directe à des besoins précis constatés sur le terrain.

58Dans les faits, il est difficile de dire quelle est la position adoptée par le Conseil municipal, puisque motion et projet de résolution ont été votés de concert. Mais l’approche résolument pragmatique, visant à donner une réponse concrète et rapide aux questions problématiques rencontrées sur le terrain de la Ville privilégiera une définition claire des fonctions et des tâches prioritaires des travailleurs sociaux hors murs au détriment du cadre général et des grandes orientations de la mission.

Une question sociale problématique source de dualité

59La définition de la mission d’un futur service de la Ville ou pour le moins le renforcement substantiel de la Délégation jusqu’alors pilotée par le seul Délégué à la jeunesse impose de porter un regard sur les finalités de cette mission.

  • 27 Les motionnaires s’appuient sur la pétition N° 49, signée par l’Association des parents de Geisendo (...)
  • 28 L’action des animateurs mandatés pour le travail social hors murs devrait intensifier la prévention (...)

60En premier lieu il s’agit d’interroger la perception des autorités des besoins évoqués sur le terrain. Il semble que l’on soit face à une double question problématique. Il y a d’une part la situation de rupture d’un certain nombre de jeunes et d’autre part leur présence problématique dans les lieux publics et leur non fréquentation des lieux leur étant destinés expressément, comme les maisons de quartiers. Le rapport entre ces deux questions est ambigu. En effet on peut imaginer que le caractère hautement visible de la présence des jeunes au coin de la rue est l’élément, pour les autorités, qui permet de mettre en évidence leur situation de précarité au sein du milieu familial et scolaire. Mais le caractère visible des jeunes dans l’espace public laisse à penser qu’ils sont à l’origine d’un certain nombre de tensions, notamment avec le voisinage qui est amené à se plaindre de leur présence par le biais de pétition ou du relais de certains conseillers municipaux.27 Face à cela, le cadre général de la mission est présenté en terme de prévention.28 Dès lors l’exercice de la mission dans ce cadre de prévention imposerait de définir la notion de prévention. Si les textes ne le font pas explicitement, il est possible de s’interroger. S’agit-il de prévenir la situation de précarité des jeunes par le développement d’une offre éducative sur un plan individuel, ou s’agit-il de prévenir les difficultés liées à leur présence dans l’espace public ?

Des éléments résolument prescriptifs

61La proposition du conseil administratif peut être qualifiée de prescriptive dans le sens où une demande est formulée à l’égard des TSHM et qu’elle s’accompagne d’instructions précises quant à la manière de la réaliser. Elles peuvent être relevées à plusieurs niveaux :

62Au niveau de la forme, la structure est prévue comme devant être souple et mobile, ce qui préfigure un TSHM nomade, capable de se rendre d’un lieu où se rencontrent les jeunes à l’autre, voire d’un quartier à l’autre. En effet, l’action doit pouvoir se déplacer en fonction des points de ralliement de la population concernée. (PR-84). Cette forme privilégie sans conteste la capacité à se rendre sur les lieux fréquentés par les jeunes en opposition par exemple, à une forme de structure appelée à travailler à long terme dans un quartier donné dans lequel le TSHM sera appelé à s’immerger, comme c’est le cas dans les communes suburbaines, par exemple.

  • 29 (Comme nous l’avons montré).

63En ce qui concerne les modes d’action ou les axes de la fonction des TSHM, le conseil administratif s’appuie sans s’y référer explicitement sur les documents cadres en vigueur pour définir la fonction des TSHM oeuvrant sous l’égide de la FAS’e. Les modes d’action des TSHM de la FAS’e se sont élaborés de façon empirique.29 Formalisés dans un document relatif à la fonction, ou dans un cahier des charges, ces modes d’action deviennent alors prescriptifs. C’est le cas dans le contexte de la Ville, où la référence du conseil administratif à ces modes d’action est à comprendre comme la volonté de voir les TSHM de la Ville travailler à la manière de tous les TSHM genevois. Ces modes d’action apparaissent comme privilégiant le soutien des jeunes fragilisés par rapport à une action visant à travailler sur la cohésion sociale ou à des situations problématiques dans l’espace public. Certes, le TSHM, doit aller à la rencontre des adolescents là où ils se trouvent et le cas échéant mettre en relation des populations adolescentes et adultes. Avant tout pour aider les jeunes à se remettre dans le circuit, leur permettre de reprendre confiance en leurs capacités, de se sentir utiles et reconnus. Empêcher en fait, que des situations dangereuses ou des états de fragilité ne s’aggravent et ceci, en coordination avec les services sociaux existants (PR-84).

64Au niveau des modes d’action, la prescription semble également inviter les TSHM à travailler sur la situation de précarité, à se rendre dans la rue pour pratiquer un travail d’accompagnement social individualisé. Dès lors, il serait possible de considérer dans cette dualité précarité-cohésion sociale, une prescription de l’action qui élude la dimension de cohésion sociale au profit d’une action au quotidien tournée vers le jeune en difficulté.

65En fait, si cette dimension de cohésion sociale n’est pas reprise dans le point consacré au TSHM, au sein du projet de résolution, elle n’en est pour autant pas absente. En effet, si le point concernant le programme travail social hors murs définit la forme de la structure et esquisse la fonction du TSHM, les points Actions parcs et divers projets pour la jeunesse concernent les projets prioritaires auxquels devront s’atteler les futurs travailleurs sociaux rattachés à la Délégation.

66Ces projets prioritaires sont fort détaillés par le conseil administratif et constituent de fait un ensemble de prescriptions, au niveau de la forme de l’action cette fois.

  • 30 Les TSHM vont stimuler la création de groupes de références en partenariat entre autres, avec les a (...)

67Le programme Action parcs présente les jardins publics genevois comme des espaces sensibles du point de vue des tensions sociales et dans lesquels une action visant la cohésion sociale devra être menée. Selon, le PR-84, cette action devra être conduite par les TSHM, et ceci sur le mode du travail en réseau. Le réseau apparaît donc dans la proposition du conseil administratif comme un mode d’intervention que les TSHM se devront d’utiliser.30 Ainsi contrairement à la proposition des motionnaires qui posait cette action en réseau comme le cadre général du mission pour les TSHM, le réseau devient dans la PR-84, une prescription quant à la façon d’agir au sein des parcs.

  • 31 Par exemple : Lors de son passage dans les locaux, le TSHM privilégie l’écoute et la disponibilité. (...)

68Au niveau des projets jeunesse, l’animation de locaux en gestion accompagnée apparaît comme le projet prioritaire. Ce type d’intervention demandée aux futurs TSHM est clairement balisé puisque le conseil administratif se réfère explicitement à des expériences existantes dans le cadre de l’action des TSHM de la FAS’e. Sur cette base, le conseil administratif est alors en mesure de proposer une procédure à suivre pour la mise en place de ce type d’intervention.31

69Enfin, le projet PR-84 prévoit très clairement les terrains prioritaires sur lesquels l’action est appelée à démarrer. Il s’agit du quartier de la promenade de l’Europe-Planète Charmille d’une part, et d’autre part le parc du Seujet, situé dans le bas du quartier de Saint-Jean.

Des demandes faites aux TSHM sur la base de questions sociales problématiques

Des demandes qui transitent par le conseil municipal

70Un certain nombre d’objets sont l’occasion pour les autorités d’inviter formellement la Délégation à la jeunesse et ses TSHM à agir.

71La motion Pour l’exercice déterminé de la force publique au quai des Forces Motrices (R-39A) dont l’objet est le souci de voir l’ouverture d’une scène de la drogue dans le quartier de la Jonction invite formellement le Conseil administratif à engager l’équipe des travailleurs sociaux hors murs sur les lieux. Ce cas de figure, marquant une requête descendant du législatif relayée par le Conseil administratif vers la Délégation se retrouve aussi dans le traitement par le Municipal d’une pétition concernant la fermeture de la discothèque Jackfil. La commission demandera au Conseil administratif d’étudier en collaboration avec la Délégation à la jeunesse de la Ville de Genève, quelles mesures il faudrait prendre afin de trouver des lieux adéquats pour répondre aux besoins de ces jeunes (P-29).

72D’autre part, le Conseil administratif peut être amené à proposer spontanément l’intervention de la Délégation et de ses collaborateurs au Conseil municipal. C’est le cas sur plusieurs objets mineurs, comme lors de questions (question Parc Ansermet ; 1288), de motions (motion Sous-Cayla ; M-315) ou de réponses à une interpellation (interpellation Bus Graffiti ; I-809). Ces propositions ne seront pas forcément protocolées dans les documents du Conseil municipal, mais la lecture du Mémorial renforce cette prescription faite au TSHM d’agir de manière souple et pragmatique. Par exemple, lors du débat déposé sous la forme d’une motion urgente sur la question d’une dégradation de l’espace public situé Sous-Cayla, le conseiller administratif prendra la parole comme pour précéder la demande des conseillers municipaux : Nous sommes conscients de ce grave problème, et nous avons dit au Délégué à la jeunesse d’envoyer des travailleurs sociaux là-bas (Mémorial, 24 juin 2002). Tout comme sur la question du parc Ansermet où le Conseil administratif affirme : Nous allons envoyer la Délégation à la jeunesse, je vais en parler lundi au délégué (Mémorial, 30 septembre 2000).

Des demandes qui permettent de clarifier la fonction des TSHM

73Trois objets vont permettre de préciser ou de réaffirmer des éléments liés à l’action des TSHM de la Délégation.

  • 32 Séance du Conseil municipal du 10 octobre 2001).

74Le premier est une pétition demandant la création d’un poste d’éducateur de rue dans le quartier de la Jonction sur le site d’Artamis. Le rapport de la commission des pétitions32 sera l’occasion d’un débat de fond sur le sens de l’action des TSHM. Ceci sur la base de la problématique du site Artamis, à savoir la présence d’une scène de la drogue et de divers groupes de jeunes. Ce débat est quasi simultané à l’entrée en fonction des nouveaux TSHM de la Ville.

  • 33 J’aimerais souligner, que l’on ne peut pas exiger de la Délégation à la jeunesse qu’un éducateur de (...)

75C’est l’occasion, pour le conseiller administratif et pour le Délégué à la jeunesse auditionné à ce sujet, de réaffirmer de concert des éléments liés à la forme de l’action des TSHM. A la demande d’attribution d’un éducateur de rue pour la Jonction, le Conseiller administratif délégué réaffirme la volonté de voir les TSHM, souples et mobiles, non rattachés à un quartier en particulier.33 Ce principe est confirmé à son tour par le Délégué à la jeunesse qui précise vouloir répartir les futurs TSHM sur plusieurs points chauds.

76L’interpellation de plusieurs conseillers municipaux quant aux horaires de travailleurs sociaux de la Ville en général permettra au conseiller administratif de préciser la prescription quant aux horaires des TSHM en particulier, qui seront appelés à intervenir lorsque cela est utile. Prescription illustrée, par exemple par la volonté du délégué d’engager son équipe à ouvrir les salles de gym aux jeunes hors des horaires habituels.

  • 34 Ces deux objets seront discutés au sein du Conseil municipal grosso modo après une année de fonctio (...)

77Si ce premier débat lié à une pétition permet de préciser des éléments liés à la forme de l’action des TSHM, deux autres objets vont permettre de mieux circonscrire le principe de prévention évoqué dans le projet de résolution n° 84. Il s’agit d’une part d’une motion centrée sur la propreté et notamment la présence de tags en Ville de Genève (M-110A) et d’une résolution appelant à l’intervention de la force publique sur la scène de la drogue de la place des Volontaires (R-39A).34

  • 35 30 mai 2001.
  • 36 Le délégué tient en premier lieu à préciser la différence entre tags et graffitis, le tag est une œ (...)

78Au sujet de la propreté en Ville, l’intervention du Délégué à la jeunesse lors de son audition par la commission des travaux35 montre une volonté de la part des TSHM de jouer un rôle d’observateur, notamment de la situation des jeunes. En effet, à cette occasion, le Délégué expliquera aux élus membres de la commission la différence entre un tag et un graffiti, et le sens que ce type de comportement peut avoir pour les jeunes.36 Outre cette dimension de témoignage du quotidien des jeunes, l’intervention du délégué permet d’affirmer la volonté de la Délégation de travailler à la prévention en négociant avec les jeunes et en leur mettant à disposition des espaces réservés à la pratique de la peinture au spray. Face à la chasse aux tags proposée par l’auteur de la motion, le Délégué affirme clairement que son service n’a pas pour mission de faire de la répression (M-110A).

  • 37 Le délégué exposera à la Commission sociale et de la jeunesse la situation de la place des Volontai (...)

79En ce qui concerne la question de la scène de la drogue à la place des Volontaires, la demande d’intervention des TSHM par l’auteur de la motion permettra aussi de réaffirmer le caractère non répressif de l’action des TSHM. Cette fois, c’est le conseiller administratif délégué, lui-même, qui précisera clairement qu’il n’envoie pas des travailleurs sociaux hors murs faire de la répression, être en contact avec des dealers, ceci en réaffirmant que la tâche d’une commune consiste en un travail de prévention, de médiation, de dialogue pour essayer d’atténuer les tensions dans les quartiers (R-39A). Cette position est à son tour renforcée par le Délégué à la jeunesse, qui tout en affirmant à nouveau le rôle d’observateur et de témoin37 des travailleurs sociaux hors murs proposera la mise en place d’une animation sur cette place, afin de permettre aux habitants de se réapproprier les lieux.

Des demandes directement exprimées par la population, l’exemple d’une pétition

  • 38 Pétition transmise par voie de service à la Délégation à la jeunesse.

Pétition des locataires d’un immeuble aux services de la Ville de Genève (2001)38
Messieurs,
Au nom des locataires de l’immeuble (…). C’est avec regret que nous sommes dans l’obligation de vous signaler les faits suivants :
Tous les jours, nous sommes agressés et dérangés par une bande d’adolescents, sortant et allant au Cycle d’orientation de (…), qui s’installent à l’entrée de notre garage « propriété privée » de notre immeuble, en laissant derrière eux : graffitis, saletés par terre, dégradation totale de l’endroit et hurlements intempestifs. En plus de cela, ils nous injurient et prennent possession des lieux, de telle sorte que nous n’osons plus sortir ou entrer avec nos véhicules de crainte d’en écraser un, car ils ne se déplacent même pas quand ils nous voient arriver. (…)

  • 39 Les deux expressions en italique sont tirées de la pétition en question. Nous soulignons.

80Le texte pétitionnaire émanant de locataires d’un immeuble en Ville de Genève ayant subi en diverses circonstances des désagréments suite à la présence d’adolescents, marque clairement les attentes projetées sur les TSHM par des personnes confrontées à des problèmes concrets. Ici, point de considérations quant à la manière d’appréhender ce genre de problème, ou sur les déterminants des situations auxquelles les auteurs de la pétition ont à faire face, on insiste davantage sur la nature des inconvénients rencontrés, et plus globalement sur le désarroi éprouvé dans la confrontation avec la population qui pose problème (ce qui, soit dit en passant, fait partie intégrante du problème) : occupation et détérioration de lieux privés (en l’occurrence une entrée de garage avec mention « propriété privée » exposée aux graffitis, et encombrée à la longue de déchets), et bruits intempestifs causés par des skate-boarders s’exerçant sur des bancs. Le sentiment d’agression semblant, en outre, être nourri par des insultes adressées aux locataires. Les « coupables » de ces faits sont clairement désignés : d’une part une bande d’adolescents39 sortant ou allant au Cycle d’orientation, et d’autre part des jeunes [qui] font de la planche à roulettes. Par ailleurs, les signataires proposent une première solution s’agissant des skateurs : enlever les bancs publics qui, de leur propre aveu, ne servent à personne et orienter cette population vers des lieux spécialement aménagés à leur égard (plaine de Plainpalais et son skate-parc).

  • 40 Sans compter que cette pétition a été précédée d’autres types d’interpellation qui n’ont donné lieu (...)

81Globalement, les injonctions que comporte cette pétition ne sont pas à lire de manière explicite et ne touchent que de loin les modalités à mettre en application lors de l’intervention. Il s’agit avant tout d’injonctions sur le lieu et la population, qui débouchent principalement, un peu à la manière de ce que l’on a observé dans la presse, sur l’attente d’un résultat significatif (retrouver la tranquillité dans le quartier en prenant en charge les individus qui posent problème).40 Les habitants ayant été orientés vers la Délégation à la jeunesse après avoir contacté la police, on peut en effet aisément imaginer que leur sollicitation des TSHM n’est fondée d’aucune façon sur la nécessité de proposer un mode d’intervention alternatif à ce genre de problème. Dès lors, bien que ce type d’interpellation laisse en tant que tel une marge d’action considérable aux TSHM dans le type de relation qu’ils auront à nouer sur le terrain, ces derniers sont contraints d’aboutir à des résultats probants conformément aux attentes formulées par les pétitionnaires. De ce fait, on peut envisager une interpellation de ce genre à la fois comme un test, mais aussi comme une occasion supplémentaire pour les TSHM d’asseoir leur statut aux yeux de la population, en faisant preuve d’une promptitude à répondre à certaines demandes. La question qui se pose alors à eux étant toujours celle de la gestion de l’équilibre entre le fait de s’assurer une visibilité publique et celui de préserver la définition telle qu’elle a été posée par la profession.

  • 41 On retrouve là la tension qui parcourt transversalement la profession, et qui voit se confronter de (...)

82Au-delà de ces considérations, ce genre de documents constitue également un excellent révélateur de la position de médiateur du TSHM. La teneur de son rôle est ainsi mise en exergue par la possibilité de cerner concrètement la manière dont se profilent les contextes d’intervention voyant s’opposer des franges de la population, qui se stigmatisent l’une et l’autre (rendant la communication entre elles impossibles). Se réaffirme donc ici cette position « d’entre-deux », qui oblige le TSHM à concilier l’ensemble des intérêts des groupes concernés et à parvenir à des solutions jugées satisfaisantes par tout le monde. Position qui le confronte une nouvelle fois à un paradoxe prescriptif : soit il tente de répondre aux doléances des pétitionnaires en laissant de côté des principes tels que celui de parti pris en faveur des jeunes (posé dans les documents professionnels comme un critère fondamental dans la définition de la profession) avec le risque de perdre sa crédibilité envers eux ; soit il invoque précisément ce principe pour ne pas intervenir en fonction des attentes des signataires, en mettant ainsi en jeu la reconnaissance du TSHM par ces mêmes personnes41.

La presse ou la diffusion de la fonction de TSHM

83En matière de prescription, les articles de presse introduisent un certain nombre d’interrogations relatives à la diffusion de la définition de la profession auprès du public. En jouant, entre autres, le rôle de relais entre ce dernier et les instances officielles, les médias participent à la définition de la profession d’une manière bien spécifique. Dans un premier temps, nous pouvons considérer qu’en établissant un compte rendu des décisions politiques, la presse (et les médias en général) participe-ent à leur officialisation et à leur normalisation (nous parlerons alors de normalisation de l’action). Toutefois, ce rôle de relais n’est pas sans poser de problème. En effet, s’agissant de résumer un événement, une décision, ou simplement des propos, la rédaction des articles s’appuie sur un tri préalable entre des éléments jugés significatifs et d’autres propres à être laissés de côté. Dès lors, selon la ligne rédactionnelle des journaux et/ou selon les schèmes cognitifs des journalistes, cette sélection peut s’opérer de façon fortement différenciée et donner lieu à des articles (et par-là, à des définitions) contrasté-e-s. D’autre part, les médias s’arrêtant également sur des phénomènes généraux (délinquance, violence urbaine, problème en un lieu donné – la Place des Volontaires, par exemple –) ils participent à la constitution d’injonctions en termes notamment de lieu ou de mode d’intervention. En effet, suite à ce genre d’interpellations indirectes (souvent reprises, par la suite, par les acteurs politiques ou la population), les TSHM se doivent de réagir de manière à justifier et à faire reconnaître leur statut.

  • 42 On voit bien que le constat de l’augmentation des incivilités ou des phénomènes d’exclusion à l’ori (...)
  • 43 Cette problématique éminemment complexe mériterait une réflexion plus poussée comprenant notamment (...)

84Il n’est donc pas possible d’envisager la relation média-prescription de manière linéaire (du type : énonciation par les autorités publiques - description objective - relais au public). D’une part, il faut prendre en compte dans son analyse les règles du champ journalistique qui influe sur la manière dont est relayé un événement, d’autre part et consécutivement, les médias, en tant qu’acteurs, participent à la construction de l’objet dont ils se font le relais42. Ainsi, dans le cadre plus précis du TSHM, si la définition du métier émane des professionnels, elle peut se heurter par la suite à l’interprétation qu’en font les médias43. Cet état de fait nécessite de constants réajustements de la part du TSHM, soit qu’il se doit de rétorquer à ce type d’interpellations, soit qu’il s’y conforme. En conséquence, si les documents issus des médias ne peuvent être considérés comme des sources prescriptives directes, ils ne sont pas sans influencer l’exercice de la profession en ce qu’ils constituent une des voies par lesquelles le TSHM se présente au public et tire une forme de reconnaissance à son égard.

Thématique des articles44

  • 44 Si jusqu’à présent nous avons parlé des médias en général, nous focaliserons notre attention sur la (...)

85Qu’il s’agisse des premières initiatives en matière de travail de rue ou de la création de la Délégation à la jeunesse, la presse s’est régulièrement intéressée aux diverses interventions liées à la rue et à ses occupants. Au-delà de cette première différenciation chronologique, nous pouvons distinguer deux types complémentaires d’articles sur la base des éléments qui suscitent l’intérêt des médias écrits locaux pour ce thème.

  • 45 Le Courrier, 20.9.01.
  • 46 La Tribune de Genève, 29.05.02.
  • 47 Le Courrier, 22.1.02.
  • 48 Consécration à laquelle les médias ont pour une bonne part participé. Pour la suite du texte, il va (...)
  • 49 Le Courrier, 14.7.00. L’ensemble des termes soulignés ici nous informe également sur la manière don (...)
  • 50 La Tribune de Genève, 11.2.00.

86D’une part, la mise en avant du travail effectué dans la rue par nombre d’associations (tant publiques que privées) permet en même temps de faire état de situations de précarité (ou qui tendent à l’être) auxquelles la collectivité doit faire face. Autrement dit, de l’existence de phénomènes d’une ampleur jugée suffisante pour mériter une couverture médiatique, et de ce fait pour leur assurer une visibilité accrue, émerge l’intérêt que l’on porte aux solutions déployées (création d’associations, intervention sur le terrain, etc.). La trace de cette dynamique se retrouve abondamment dans les titres et sous-titres qui accompagnent ce genre d’articles usant tantôt de termes imagés, directement tirés du langage parlé quotidien (« deux centres se sont unis pour aider les jeunes qui zonent »,45 « Infos Ados part à l’assaut de la glandouille »,46 ou encore « (…) Avec ses collègues du Point, il tente d’associer la collectivité à la recherche des solutions adaptées pour sortir des ambiances pourries »47), tantôt d’expressions consacrées48 marquant une certaine distance (« La jeunesse vit mal le malaise social (…) les jeunes à la rue sont de plus en plus perturbés et de plus en plus nombreux. »49 « la Ville pourrait nommer des médiateurs de rue pour les jeunes en rupture sociale »50) pour qualifier l’état dans lequel est plongée une partie de la population.

  • 51 La Tribune de Genève 15.3.00.
  • 52 Le Temps, 30.3.00.
  • 53 Le Courrier 6.12.00.

87D’autre part, la presse prête attention à ce qui est couvert du sceau de l’officialité. En effet, à partir du moment où l’existence des phénomènes d’exclusion n’est plus à démontrer et qu’ils se sont révélés être de la compétence de la collectivité, de nombreux articles portent sur les débats et décisions concernant les mesures concrètes, ou non, que les autorités publiques doivent prendre à leur encontre (« Mesures : la Genève sociale planche sur une politique d’intégration »,51 « La Ville de Genève se donne pour la première fois un Monsieur Jeunesse »,52 ou « Le Conseil municipal débat en symbiose avec l’Exécutif. Venir en aide aux jeunes et réaliser des opérations foncières en accord avec la population ? Mais c’est bien sûr ! »53). L’intérêt émanant donc ici davantage du fait que les solutions préconisées sont de l’apanage des autorités politiques, soit qu’elles participent à leur mise en œuvre, soit qu’elles viennent accorder leur soutien à une structure déjà existante.

  • 54 Sur une période comprise entre 1998 et début 2003 dans les journaux principaux de la région genevoi (...)
  • 55 Ce dernier a consacré uniquement un article sur le sujet ; il s’agissait d’une interview du chef de (...)
  • 56 La Tribune de Genève du 21.8.01.
  • 57 Cette tension se retrouve par exemple entre la Charte cantonale et la loi, ou la Charte et les moti (...)
  • 58 Cf. La Charte cantonale qui stipule clairement qu’une personne se fixant comme objectifs uniquement (...)

88Le nombre élevé d’articles (vingt-six54 dont seize sur le TSHM et la Délégation à la jeunesse) est à relever, et atteste de l’importance que la société accorde à ce genre de problématique. Importance qui découle notamment de la teneur hautement symbolique des phénomènes pris en charge par les TSHM ; ces phénomènes étant le motif d’une remise en question des dysfonctionnements de notre société, ils constituent également le lieu de projection d’un certain nombre de peurs (liées à des termes dont la connotation n’est pas faite pour rassurer, tel que ceux d’insécurité ou d’incivilité). Face à la presse (principalement dans notre cas, Le Courrier et la Tribune de Genève, et dans une moindre mesure Le Temps55) qui véhiculent l’un et/ou l’autre aspect, les TSHM se retrouvent alors dans une position ambivalente à plusieurs égards. Bien que le relais public de l’activité hors murs représente pour elle un moyen de se faire connaître et reconnaître selon ses propres critères, il place simultanément les TSHM dans une logique contraire à la nature même de leurs interventions (telle que définie par les TSHM). L’affiliation du TSHM à un ensemble de phénomènes (délinquance juvénile, exclusion, problème lié à la toxicomanie, etc.) a en effet pour conséquence de le placer dans une « logique du résultat », dans la mesure où l’on semble, par moment, attendre de lui la résolution de problèmes qui n’ont pu être réglés par d’autres types de méthodes : « Quand les ados créeront des start-up, ils ne traîneront plus dans la rue ! Violence. Pour lutter contre la délinquance juvénile, Genève abat sa carte prévention ».56 Ainsi se retrouve la tension déjà évoquée plus haut57 entre prescriptions professionnelles, en particulier celles touchant la définition des objectifs de la profession,58 et attentes de la population et des autorités gouvernantes.

Normalisation de l’action, risques et opportunités

89Une brève comparaison du contenu des articles, et leur mise en relation avec la ligne éditoriale du journal dans lequel ils paraissent, permettent de dégager concrètement les divergences d’interprétation relatives au TSHM. Parallèlement, en procédant de la sorte, il nous est possible de mettre plus clairement à jour la relation qui se tisse entre TSHM et médias dans la construction de la définition de la profession.

  • 59 Ces modes sont à prendre comme des tendances et non pas en tant que grille de lecture appliquée méc (...)
  • 60 On peut également classer dans cette seconde « catégorie » un reportage diffusé dans le Journal de (...)
  • 61 12.3.02.
  • 62 Toutefois, il faut quelque peu atténuer l’impact qu’ont eu les seuls médias, dans la mesure où les (...)

90Sur les deux quotidiens ayant consacré le plus d’articles au TSHM, à savoir la Tribune de Genève et Le Courrier, on distingue clairement deux modes différenciés d’appréhension.59 Le premier, dans son optique généraliste, s’applique à faire une présentation du TSHM et de ses modes d’intervention en insistant sur le fait que celui-ci vise avant tout à faire face à la délinquance, à sillonner les quartiers chauds etc. L’accent est donc mis sur les problèmes auxquels s’attellent les TSHM ; ce point de vue induisant la logique du résultat à laquelle nous faisions référence plus haut. Le second, quant à lui, selon une optique qui se veut plus engagée du côté des travailleurs sociaux, tente de rendre compte de l’activité hors murs en se calquant sur ce qu’en disent les professionnels (la parole leur est ainsi souvent donnée) ; il s’en dégage une ligne plus « didactique » et plus conforme aux critères émanant de la profession.60 Dès lors, prise dans sa globalité, la presse avalise en même temps qu’elle sanctionne. La sanction (perçue ici comme une remise en cause partielle de l’activité hors murs), tombant alors que des résultats spécifiques sont attendus, exige d’autant plus une réaction qu’elle émane d’un titre à grand tirage : par exemple, en mars 2002, la Tribune de Genève titrait : « Place des Volontaires : la police tire sur quelques clichés. Municipal : les gendarmes dénoncent notamment l’absence des travailleurs sociaux ».61 Cet article se faisant l’écho d’une procédure de consultation lancée par la Municipalité suite aux problèmes rencontrés à la place des Volontaires à Genève (lieu de rencontre entre toxicomanes et dealers), résonne comme une injonction faite aux TSHM. Cette injonction porte principalement sur deux points. Tout d’abord, sur la question du lieu d’intervention : reprocher l’absence des TSHM en ce lieu revient à les enjoindre de s’y rendre et d’y entreprendre une action. Ensuite, cette interpellation établit un parallèle entre les actions menées par les îlotiers (police de proximité) et celles des TSHM ; les premiers ayant été dépassés par les événements, c’est aux seconds de prendre en charge la situation. Dans cette optique, si les moyens employés par les uns et les autres diffèrent de par les méthodes qui les soustendent, les buts, eux, demeurent globalement les mêmes (rendre l’espace viable pour les habitants en éloignant les personnes posant problème). Dès lors, les TSHM se retrouvent face à une situation qui représente à la fois un risque – leur crédibilité est, d’une certaine manière, mise en jeu – et une opportunité – celle de remettre les points sur les « i » et de diffuser leur définition de la profession. En d’autres termes, les TSHM ne peuvent ignorer l’interpellation et se doivent d’y apporter une réponse crédible sans dénaturer leur propre point de vue. Dans ce cas de figure, la réponse donnée traduit bien cette dynamique : il s’en est donc suivi62 la mise sur pied d’une série d’initiatives visant à se réapproprier l’espace public (ces différentes actions ont été reprises dans un article de la Tribune de Genève sept mois après le premier sujet, le 11 octobre 2002 : « Un marché pourrait s’ouvrir sur la place des Volontaires. Un groupe de travail étudie les possibilités pour réaménager et animer le lieu »). Toutefois, l’ensemble de ces activités s’est accompagné de remarques et de commentaires de la part du Délégué à la jeunesse insistant bien sur le fait que, malgré la concrétisation de ces projets, les phénomènes auxquels ils avaient à faire face ne disparaîtraient pas pour autant, leurs déterminants se situant ailleurs et exigeant des interventions à plus long terme. Moyen de rappeler les objectifs poursuivis par le TSHM tels que définis par la profession.

91Ainsi, on ne peut jamais complètement réduire le rôle des médias à celui de vecteur d’une définition préétablie (qu’il s’agisse de celui des professionnels, du « public », ou des autorités) ou à l’inverse comme organe ayant la possibilité de définir de lui-même l’objet auquel il s’intéresse. Les médias participant au processus de normalisation de l’action des TSHM, ce dernier se fait selon un va-et-vient constant entre la presse et les organes compétents, ou jugés comme tels, pour s’exprimer à ce sujet. Partant de là, la normalisation apparaît alors comme le compromis résultant de ces échanges auxquels la presse, parmi tant d’autres organes, prend part de manière active.

Dénomination et simplification

  • 63 « La Délégation à la jeunesse veut promouvoir « un réflexe jeunes ». Depuis avril, les sept sociaux (...)
  • 64 Ainsi le terme est également employé dans La Tribune de Genève, voir « Sept animateurs pour aider l (...)

92Les journaux, en s’arrêtant sur les modes d’intervention des TSHM et sur les lieux de leur déploiement, participent également à définir la population à qui s’adresse l’activité hors murs. On a déjà pu s’apercevoir que l’accent est mis sur certains phénomènes tels que la délinquance ou la toxicomanie. Toutefois la presse (de manière presque unilatérale) tend plus précisément à diriger son attention sur les jeunes. Si cet aspect est en grande partie favorisé par le rattachement des TSHM à la Délégation à la jeunesse au niveau municipal (l’amalgame paraissant aller de soi), on observe aussi une tendance à mettre de côté les nuances figurant dans les documents professionnels et officiels. Ceci se vérifie particulièrement dans la mise en évidence d’expressions « phares » qui, à la longue, servent d’emblèmes pour identifier l’activité hors murs, ses intervenants et ses destinataires. Par exemple, d’une intervention du Délégué à la jeunesse détaillant les modalités d’action des TSHM, le quotidien Le Courrier en a retiré une expression (« le réflexe jeunes »63), qui, si elle est certes davantage explicitée dans l’article relayant les paroles du Délégué, figure dans le titre et sera employée sans autre forme d’explication dans des articles ultérieurs ou par d’autres journaux.64 Simultanément, le Délégué à la jeunesse devient « Monsieur Jeunesse » (comme la presse aime à parler de « Monsieur Prix »). L’usage de ce type de langage a donc pour conséquence de ramener à une catégorie rapidement identifiable – les jeunes en difficulté – l’intervention des TSHM, en même temps qu’elle évite aux journaux de devoir répéter les explications à chaque article.

93On retrouve donc ici les particularités du rapport des TSHM à la presse, en ce que la condensation en un terme des modalités d’intervention hors murs est l’occasion de lui offrir une large audience et d’asseoir de la sorte sa position face au public. Mais cette assise se fait au détriment de la nuance, et il en ressort une image de la profession résolument tournée vers la jeunesse, ce qui à terme peut confronter les TSHM à des tensions résultant de définitions divergentes (la Charte professionnelle des TSHM exclut par exemple d’adresser uniquement le TSHM à une catégorie spécifique de la population).

  • 65 « Le Conseil municipal débat en symbiose avec l’Exécutif. Venir en aide aux jeunes et réaliser des (...)

94Il est intéressant de noter que l’on observe une tendance analogue dans le compte rendu qui est fait des débats du Conseil municipal relatifs à la mise sur pied de la structure hors murs.65 Le vote ayant abouti à une acceptation du projet à l’unanimité, les journaux ont insisté sur ce dernier fait. S’il est effectivement remarquable qu’un sujet de cette nature soit l’objet d’un tel consensus, les motifs fort divergents de ce plébiscite le sont tout autant. En effet, à la lecture du Mémorial, on discerne clairement que les attentes et les motivations face au TSHM ne sont pas les mêmes selon les appartenances politiques. Le TSHM ne constitue donc pas encore un objet autour duquel existe un consensus suffisamment stable dont découlerait une définition unilatérale. Les exigences de la presse étant telles que, de manière à intéresser le plus grand nombre, elles nécessitent un certain nombre de simplifications, qui portent en l’occurrence sur la variation des terminologies sous-entendues dans les différentes prises de position. La conséquence étant (une fois encore) une forme d’équivoque puisqu’en même temps qu’elle offre une vitrine au TSHM, la presse entretient un certain flou quant aux modalités tant prescriptives que pratiques de ce dernier.

Les principes à la base de la fonction de TSHM en Ville de Genève

95Ce document a été écrit en juin 2002 par le Délégué à la jeunesse. Le contenu a été discuté par l’équipe des travailleurs sociaux hors murs (TSHM). Il vise une présentation de la délimitation et des orientations de l’activité des TSHM dans le cadre de la Délégation à la jeunesse. Ce texte a été conçu pour les politiques (conseillers municipaux et magistrat responsable des affaires sociales de la Ville de Genève) ainsi que pour l’ensemble des partenaires liés aux actions des TSHM. L’enjeu de cette brochure revêt de l’importance quant à l’avenir puisque sa diffusion correspond à la fin du premier mandat dévolu au projet global TSHM et à la demande de renouvellement des postes de travail (huit professionnels à temps partiel).

96Cette brochure est accompagnée d’un deuxième texte, format A4, présentant l’ensemble des actions menées par l’équipe des TSHM. Nous avons choisi de travailler sur les pages 5 et 6 au sein desquelles il est fait mention du travail social hors murs et ses principes de base.

Le travail social hors murs : ses principes de base in Le travail social hors murs. Délégation à la jeunesse à la Ville de Genève (2002)
L’absence de mandat spécifique
Les équipes n’ont pas de mandat concernant des individus précisément désignés
. La population concernée n’est pas identifiée de manière nominative. L’approche des travailleurs sociaux hors murs n’a donc rien de commun avec une approche administrative ou judiciaire.
La libre adhésion des populations approchées
Aucune participation n’est possible si elle est imposée. Ce principe implique d’aller vers les jeunes, là où ils se trouvent, en respectant le temps nécessaire à l’établissement d’une relation, ainsi que les espaces et les moments favorables à ces contacts. Il reconnaît (TSHM) la nécessité du libre choix pour adhérer véritablement à des propositions. Selon les situations, cela demande plus ou moins de temps, de quelques jours à plusieurs mois, voire des années.
L’écoute active
La Délégation à la jeunesse se veut à l’écoute des jeunes. Son équipe de travailleurs sociaux cherche à gagner leur confiance par un travail d’approche qui nécessite une adaptation constante à des situations diverses. Les travailleurs sociaux hors murs doivent se situer clairement : ni flics, ni parents, ni éducateurs ou profs, mais personnes de confiance et médiateurs. Quelle que soit la situation, leur rôle est de prendre position en faveur des jeunes. Ils doivent, tout en dépendant d’un service de la Ville, garder une grande autonomie.
Le respect de l’anonymat
Ce principe permet aux travailleurs sociaux de se démarquer clairement de la police et d’autres intervenants avec mandat. Les rôles des différentes personnes sont clairement expliqués et commentés. Les travailleurs sociaux hors murs ne tiennent pas de fiches et ne communiquent pas les infractions dont ils ont connaissance. En vertu de l’étique professionnelle et personnelle des collaborateurs qui leur dicte un comportement de citoyen, des actions spécifiques sont envisagées en cas de délits graves.

97Ce texte définit les intentions d’orientation du travail social hors murs faisant clairement référence aux textes fondateurs du travail de rue évoqués en début d’analyse des textes de genres seconds. Si le texte ne relève pas le « comment faire », il pose en contrepartie un cadre orientant l’action et des principes qui situent l’activité. Ce chapitre inscrit un propos éthique de l’activité relevant quatre points essentiels :

  • l’absence de mandat,

  • la libre adhésion des populations approchées,

  • l’écoute active,

  • le respect de l’anonymat.

Analyse des types de phrases

98L’analyse des textes internes à la Délégation sera travaillée de manière très fine, quasi linguistique, cherchant à saisir ce qui se joue derrière les mots.

Distribution des types de phrases en fonction de leur sujet (sémantique)

Types de phrases Types de sujet « logique »

Active directe

Active négative

Active modalisée

Passive

Total

TSHM ou institution

0

3

4

0

7

Principes ou action

5

2

0

2

9

Destinataire

0

1

0

0

1

Total

5

6

4

2

17

Remarques

  • Lorsque l’action concerne les TSHM ou leur institution de référence, les phases sont toutes négatives ou modalisées. Pas de phrase active…

  • Destinataire (client) n’est sujet que d’une phrase, négative.

  • Seuls les principes sont présentés dans des phrases actives positives.

  • Pour les quatre phrases modalisées, deux indiquent une intention (se veut à, et cherche à) ; l’agent de cette intention est l’institution ; les deux autres indiquent une obligation (doivent), et l’agent « obligé de » est, évidemment le TSHM.

Analyse de contenu et de la structure (thématique)

99Absence de mandat spécifique : Le chapitre des principes s’ouvre sur une déclaration forte, qui est l’absence de mandat spécifique comme sous-titre. Le paragraphe se construit ensuite en trois phrases actives négatives directes qui constituent l’ensemble du paragraphe. Il est assez surprenant de démarrer une déclaration de principe en utilisant cette forme grammaticale. L’attention est portée sur ce qu’il ne faut pas développer en terme de définition de l’activité. Il n’est rien dit sur l’orientation propre à la fonction.

100La libre adhésion est encore définie dans une première phrase par un principe posé clairement sous une forme active négative. Ce sous-chapitre démarre par aucune participation n’est possible si elle est imposée. C’est seulement à partir de ce qui paraît non indiqué, dans ce cas précis l’imposition, que le texte permet de nommer comment parvenir à une libre adhésion des populations approchées. Les trois phrases suivantes renversent le positionnement précédent, puisque nous pouvons repérer dans la suite du texte des phrases actives positives directes. Plusieurs items sont identifiés permettant une libre adhésion, soit d’aller vers les jeunes, en respectant le temps nécessaire, les espaces et les moments favorables, insistant également sur la diversité des situations. Ce paragraphe possède quatre phrases. Deux phrases enchaînent plusieurs développements d’idées.

101Pour l’écoute active, on ne parle plus de travail social hors murs mais de Délégation à la jeunesse, soit le service employant des TSHM (La Délégation à la jeunesse se veut à l’écoute…). Du point de vue du type d’écriture, celui-ci se veut très affirmatif et quelque peu provocant : ni flics, ni parents, ni éducateurs ou profs, mais personnes de confiance et médiateurs. A nouveau on définit la fonction par défaut en annonçant ce qu’elle n’est pas. Le mais interroge, car s’il introduit une opposition, alors le texte laisserait à penser que les flics, les parents, les éducateurs ou les profs sont des personnes envers qui la confiance et la médiation ne peuvent opérer ! Est-ce vraiment cela qui est sous-entendu ? Ce paragraphe est construit sur quatre phrases actives positives modalisées dont trois se suivent en début de texte. Pour les TSHM, quelle que soit la situation, leur rôle est de prendre position en faveur des jeunes. Le texte passe d’une phrase active négative directe à une nouvelle phrase active positive directe. Est-ce une manière affirmée de montrer une distinction forte ?

102Le respect de l’anonymat permet aux travailleurs sociaux… nous voyons ici un nouveau positionnement faisant référence à l’appartenance à un groupe professionnel qui est celui des travailleurs sociaux. Celui-ci est à nouveau défini dans sa différence avec la police et autres intervenants avec mandat. L’évaluation de la situation se fait en référence à la citoyenneté ainsi qu’à l’éthique professionnelle et personnelle. Il y a une nuance posée face au paragraphe sur l’écoute active, car ici en fonction de délits graves, des actions spécifiques sont envisagées. Voici une phrase passive qui tranche avec les enchaînements précédents.

103Ce paragraphe est composé de quatre phrases dont deux passives, une active négative directe et une active positive directe.

104On peut repérer que les découpages selon les types de phrases sont très clairement construits en fonction des quatre paragraphes. Le premier est globalement sous la forme active négative directe. Le deuxième très majoritairement (trois phrases sur quatre) en forme active positive directe, le troisième est également très majoritairement en phrases actives positives modalisées (quatre phrases sur cinq). Le dernier paragraphe est lui plus bigarré ; notons toutefois que les deux seules phrases passives se trouvent à cet endroit.

Commentaires

105Nous pouvons repérer un positionnement clair en faveur d’une approche préventive et relationnelle réfutant une fonction de contrôle social, même si ce positionnement non désiré apparaît malgré tout au travers de quelques mots.

106Les bénéficiaires sont nommés d’une manière très large en début de texte, individus, population 2x, puis regroupé dans la catégorie jeunes 3x.

107Ce texte donne clairement des indications sur ce qu’il est demandé de faire (injonction) et peu de choses sont indiquées sur le comment-faire (prescription). Les résultats attendus (prestations) sont largement esquissés mais restent dans une terminologie assez évasive faisant appel à des grands champs d’action possibles basés principalement sur le relationnel.

  • 66 Population non stigmatisée en termes de problématiques particulières.

108Les fonctions professionnelles : il est donné passablement d’indications sur cet item mais les définitions se situent plus dans un sens négatif (ce que les TSHM ne sont pas). Les termes sont disparates passant de la délimitation d’un champ professionnel nommé travail social hors murs à une profession généraliste de travailleurs sociaux. La Délégation à la jeunesse situe sa spécificité par la population visée, les jeunes.66 Il est également fait mention d’une fonction spécifique dans le travail social soit les travailleurs sociaux hors murs qui est définie par des positionnements référencés à l’éthique et à la citoyenneté, valeurs largement subjectives et transversales à tous les métiers de l’humain.

Interprétation des données

109Pour l’analyse de texte incluant les interprétations, nous reprendrons les questions adressées à l’ensemble des textes préfiguratifs recueillis. En quoi la source de normalisation de l’action s’affiche comme prescription ou non ?

110Le discours très précis et succinct donne les orientations de l’action des TSHM. Le premier point concernant l’absence de mandat spécifique se définit a contrario d’autres types de mandats, comme si cette fonction avait de la peine à situer son propre mandat. Celui-ci est décrit en négatif, contre-image d’une approche administrative ou judiciaire. Dès lors, il n’est pas dit sur quelle approche spécifique pourrait se définir l’action des TSHM. On repère un essai de délimitation en désignant ce qui ne fait pas partie du cadre, sans nommer un contenu d’activité défini. Il est assez marquant de démarrer un texte de présentation par le mot absence. L’absence n’existe qu’en référence à une présence, mais celle-ci reste particulièrement énigmatique. Retrouvons-nous là l’objet même de notre recherche ?

111La libre adhésion : le titre de cette rubrique reste assez vague sur le type de population visée et le mot approchée montre la prudence posée autour du modèle d’intervention proposé.

112Ecoute active : le propos fait référence à l’équipe de travailleurs sociaux, on assiste à un glissement régulier entre le cadre du travail social hors murs et l’action des professionnels. Est-ce à partir de l’activité elle-même qu’il deviendrait plus aisé de définir le modèle d’intervention ? La question de l’autonomie est soulevée en dernier ressort, autonomie face à la structure municipale, mais peu d’autonomie quant à la définition du problème puisque que quoi qu’il arrive, le positionnement est déterminé d’avance, en faveur des jeunes.

113Le respect de l’anonymat : nous pouvons penser que le mot mandat renvoie au mandat judiciaire, mais le texte ne le mentionne pas expressément. La nuance est de taille, mais laisse un espace d’interprétation très large sur la notion de délits graves et des actions spécifiques envisagées.

114L’hypothèse ressortant de cette analyse est que la fonction des TSHM est encore à construire et à délimiter ; qu’elle demande une différenciation des autres fonctions ou professions pour asseoir son identité et qu’elle se doit de s’affirmer dans son rapport à son employeur, soit la Municipalité. La notion de mandat apparaît comme contradictoire, dans la volonté de ne pas s’afficher comme telle tout en recherchant à définir la fonction et le rôle des TSHM au sein de la Délégation à la jeunesse.

115Nous ne pensons pas que nous puissions parler de prescription telle que nous l’avons définie, c’est-à-dire comme un ordre expressément formulé, avec toutes les précisions utiles sur comment y répondre.

116Ce texte n’affiche pas de prescription, toutefois il oriente fortement l’action des TSHM et peut se définir alors comme une source de normalisation de l’action endogène explicite et remontante.

117La prescription est une activité en soi, quelles sont les intentions des auteurs, concepteurs derrière leur activité ? :

118L’analyse portée sur la première question nous permet de répondre rapidement à la deuxième. Les mots employés, qui sont parfois tranchants, ou tout du moins très affirmatifs, montrent un besoin de situer l’activité des TSHM et de couvrir ou justifier les actions en faveur des jeunes. Ce texte a pour but d’être accrédité par le magistrat en charge de la Délégation à la jeunesse, il est donc primordial pour le Délégué à la jeunesse de pouvoir définir l’orientation des actions des TSHM. Mais à nouveau, la délimitation se fait en référence à d’autres intervenants liés aux champs de la jeunesse, et si la spécificité est l’absence de mandat judiciaire et administratif, ce texte tente de définir une base légale d’un autre type de « mandat social » reconnu. Il reste une ambiguïté sur le mot mandat, qui n’est pas aboutie ou peu exploitée au sein du texte. La volonté de l’auteur est de faire accréditer des orientations au sein des instances politiques mais la complexité de la tâche dévolue aux TSHM traverse cet écrit, insistant sur la difficulté à délimiter les spécificités de cette fonction. Les deux phrases passives, les rôles… sont clairement expliqués et (…) des actions spécifiques sont envisagées ne sont pas suffisamment explicatives pour permette de saisir la spécificité de la fonction ou même de l’activité.

119Repérer les écarts et les contradictions entre les différentes sources de normalisation de l’action. Il est difficile de répondre à cette question, l’extrait d’un texte ne permettant pas de cerner des écarts ou des contradictions entre différentes sources de normalisation de l’action. Nous nous sommes penchés sur une seule source interne, soit celle de la Délégation à la jeunesse. Nous pouvons toutefois interroger la congruence entre les différentes parties du texte, et plus particulièrement entre les quatre paragraphes nommés précédemment.

120Pour cela, une relecture du texte permet de relever les passages affichant des orientations de l’action peut-être contradictoires.

121Pour le premier paragraphe, il est écrit rien de commun avec une approche judiciaire ou administrative. On peut repérer ce qu’il ne faut pas entreprendre !

122Pour le deuxième paragraphe, la notion de libre choix pour les jeunes s’entrecroise avec la notion d’aller vers. Cet aller vers est un peu injonctif sans que soit déterminé le pourquoi de cette action. Quelques lignes plus bas dans le texte, on peut relever la notion d’adhérer véritablement à des propositions. On saute dans un autre registre qui est celui de l’adhésion, terme fortement impliquant appuyé d’un adverbe au sens prononcé soit véritablement, puis il est fait mention de propositions. Nous ne nous trouvons certes pas dans un cadre judiciaire ou administratif, mais bien dans un investissement subjectif normé demandant une adhésion à des propositions qui ne sont d’ailleurs pas définies. Cet énoncé demande aux jeunes une confiance aveugle sur le bien-fondé des propositions énoncées. Si l’on réfère ce type de discours au libre choix proposé en début de paragraphe, on repère la difficulté et la complexité à exprimer la ligne offerte aux jeunes jouant entre non-intervention et adhésion. Heureusement pour les professionnels, il est laissé un temps d’action suffisamment important pour pouvoir trouver réponse à cette double injonction.

123Dans le paragraphe 3, il est demandé d’être à l’écoute des jeunes, de gagner leur confiance, d’être médiateur tout en ayant de fait une position définie en faveur des jeunes. C’est effectivement une manière de gagner la confiance, mais on peut s’interroger sur comment être médiateur si l’on se doit d’adopter un positionnement préalablement défini en faveur d’une des deux parties. Ne serions-nous pas dans une autre position faisant référence à la transaction sociale incluant un positionnement clairement annoncé ? Le même type de difficultés resurgit en dernières lignes demandant de dépendre d’un service de la Ville tout en gardant une autonomie d’action. Si l’on peut aisément imaginer que les réalités de terrain peuvent réinterroger des orientations prédéfinies par les autorités politiques, il semble plus difficile de se déclarer autonome. D’ailleurs, le texte parle d’une grande autonomie et pas d’une autonomie totale. On peut s’interroger à juste titre sur les pourtours de la frontière définie par l’adjectif grande.

124Dans le quatrième paragraphe, il est demandé aux TSHM d’expliquer clairement leur rôle aux autres intervenants engagés auprès des jeunes. Au vu de la complexité repérée, cette injonction fait appel à nouveau à la subjectivité de chaque TSHM, interrogeant le concept de genre professionnel. L’hypothèse qui émerge est celle d’une injonction sous-jacente aux textes, poussant les professionnels à s’appuyer sur le concept de style, individualisant l’agir de chacun. Il est d’ailleurs demandé dans ce même paragraphe d’agir en fonction d’une éthique professionnelle et personnelle liée à la notion de citoyenneté. Il est assez rare de faire entrer dans la définition des fonctions professionnelles la notion d’éthique personnelle, mais peut-être nous trouvons-nous là dans une des spécificités des métiers de l’humain. La notion de citoyenneté fait certainement référence à des valeurs qui pourraient être celles des droits de l’homme, mais le texte reste évasif. La seule indication est le lien à l’éthique personnelle et professionnelle. A nouveau ce paragraphe démontre la difficulté à définir les bases de l’activité TSHM qui se situent elles-mêmes au centre des sources de normalisations complexes et parfois contradictoires.

Les modèles du sujet repérés (les jeunes) au sein du texte

125On apprend en premier lieu que la population concernée n’est pas identifiée de manière nominative. Il apparaît déjà la notion de groupe ou de collectif, le texte ne parlant pas de sujets individualisés mais bien d’une entité nommée population.

126Au deuxième paragraphe apparaît le mot jeune au pluriel : les jeunes. Cela confirme la notion de communauté dont l’espace commun est une tranche d’âge. Un groupe qui n’a pas de demande spécifique adressée. C’est aux TSHM à se déplacer pour aller à la rencontre des jeunes. Toutefois, le collectif « jeunes » est organisé ou normé puisqu’il se refuse toute participation imposée de l’extérieur. Un groupe qui pourrait refuser toute forme de relation avec les TSHM, refus allant de quelques jours à des années. Nous pouvons repérer une généralisation du propos en employant le terme jeune sans adjectif qualificatif.

127Au troisième paragraphe le groupe est à nouveau mentionné par des jeunes ce qui est sensiblement différent de l’appellation antécédente, les jeunes. Si l’article défini désigne un ensemble très étendu, l’article indéfini délimite une partie de l’ensemble précédent. Ce n’est plus les jeunes mais certains jeunes, bien que cette interprétation puisse se contredire renversant les positions, un article défini posant un cadre délimité au contraire d’un article indéfini. Il nous semble que les deux lectures sont possibles, et que cette apparente distinction entre des et les n’est pas significative.

128C’est seulement dans le dernier paragraphe que l’on peut comprendre au travers des mots que cette population de jeunes à laquelle s’adresse les TSHM pourraient être les auteurs d’infractions, pouvant aller jusqu’à des délits graves, indiquant une typologie dans l’entité « jeunes ».

129On ne trouve pas d’adjectif stigmatisant à l’égard des sujets comme jeunes délinquants ou encore jeunes à problèmes ou même jeunes en rupture. Le modèle présenté reste une population définie en fonction d’un rapport entre différentes catégories de personnes situées en fonction de leur âge. On ne retrouve pas non plus le terme d’adolescent très usité dans le langage du travail social. La terminologie les jeunes ouvre un espace très large allant de la sortie de l’enfance à un âge incertain pensé comme jeune. La catégorisation des sujets se fait uniquement en fin de texte par un sens second amené par la notion de délit et infraction. Dès lors le lecteur peut supposer que ces jeunes peuvent être hors normes, marginaux, voire « hors-la-loi ».

130Les représentations des TSHM données dans le texte et mise en lien avec les auteurs de la source de normalisation de l’action :

131Les TSHM sont tout d’abord présentés comme des équipes. Nous restons donc dans le domaine d’un collectif impliquant des activités communes entre différents professionnels TSHM. Leur approche est située comme quelque chose qui n’a rien de commun avec une approche administrative ou judiciaire. Le champ est délimité par le hors-champ des TSHM si l’on peut s’exprimer ainsi. Il est donc dit ce qui ne doit pas se faire. Rien de commun pose une frontière rigide. Il apparaît qu’il est nécessaire, voire vital de se démarquer d’autres approches, comme si l’administratif et le judiciaire étaient clairement d’un autre monde dont il ne faut pas s’approcher. La reconnaissance des TSHM par les jeunes en dépend, selon le Délégué à la jeunesse.

132Le TSHM semble avoir le temps pour lui. Il ne peut lui être demandé d’activer ses actions puisque son mandat lui interdit d’imposer quoi que ce soit aux jeunes. Mais plus précisément, le TSHM est soumis au temps réel que le jeune prendra ou ne prendra pas pour tisser une relation. Le TSHM n’a donc pas de prescription liée à une évaluation de son action en fonction d’un temps défini par l’employeur par contre, il est soumis au désir de son client qui lui prescrira par son attitude un temps nécessaire à l’objectif visé, soit une entrée en relation. Derrière un premier sentiment de liberté apparaît une pression psychologique forte qui est celle de remplir sa fonction, même si cela peut prendre des années, soit celle de créer du lien social avec les jeunes, sous un couvert de libre participation.

133L’équipe des travailleurs sociaux se doit de faire preuve d’adaptabilité constante face à des situations diverses, auxquelles elle sera confrontée. A nouveau, le travail est présenté sous une forme collective. Cette activité demande d’être clairement explicité afin de permettre une représentation commune entre plusieurs professionnels appelés à collaborer voire à coopérer. Ils doivent se situer clairement. Or les textes les situent en opposition à d’autres modèles professionnels, mais très peu de choses sont dites sur leur modèle d’actions propre. Ils doivent garder une grande autonomie, ce qui leur demande de définir par eux-mêmes le sens de leur activité. Une grande autonomie qui demande un accord interne pour une orientation de l’action. De ce point de vue, on peut penser que l’autonomie déclarée par principe est une source de normalisation de l’action, allant même jusqu’à une injonction paradoxale, soyez autonome ! Nous nous situons dans le champ de ce que certains auteurs ont nommé « autoprescription ».

134Le respect de l’anonymat est une prescription posée délimitant le champ d’action entre une force de l’ordre, soit la police et un TSHM. Cette distanciation pousse le lecteur à poser des parallèles entre l’action d’un policier et celle d’un TSHM. Poser la différentiation impose un espace commun à la source. Celui-ci est la gestion de la délinquance, de la petite criminalité pouvant même aller jusqu’à des délits graves. Le modèle du TSHM se construit dans cette différentiation en tentant de nommer ce qui le distingue. Il prend donc appui sur un modèle opposé, lui permettant ainsi de se situer. Reste à savoir si les jeunes peuvent percevoir cette différentiation et quels seront les outils réels qu’emploieront les TSHM pour expliciter cet écart présenté comme fondamentalement différent.

135Ce texte émane du Délégué à la jeunesse qui coordonne l’équipe. Il est donc produit par une instance hiérarchique proche des professionnels. Il a été entériné par les professionnels avant d’être présenté au conseiller administratif en charge de ce dicastère. Ce texte peut être défini comme prescription remontante, simultané car écrit en fonction de l’expérience vécue sur le terrain mais aussi antécédente, visant à normer les actions futures. Le texte est endogène, car produit par la Délégation elle-même.

136Si ce texte se veut un outil de clarification de ce qu’est le travail social hors murs, peut-être aurait-il mieux valu nommer la complexité au sein de laquelle évoluent les professionnels de cette nouvelle fonction, plutôt que de chercher à démontrer un modèle d’action présenté comme spécifique et délimité sans en donner les contenus.

137Ce texte pose principalement la question de la délimitation du champ professionnel dévolu aux TSHM dont les frontières ne sont pas établies. La reconnaissance de cette activité ne semble pas encore stabilisée. Le positionnement navigue entre des demandes de prestations visant la médiation du point de vue des politiques et une revendication interne se positionnant plus du côté de la transaction sociale pour les TSHM. De plus les injonctions paradoxales ne favorisent pas la stabilité.

138Des actions rapides et pragmatiques tout en se faisant accepter des jeunes, laissant pour cela le temps à cette « pénétration du milieu ».

139Entrer en contact avec les jeunes. Cette injonction offre un champ d’action à nouveau suspendu à la question de la reconnaissance, mais cette fois-ci de la part du public visé, soit les jeunes.

Deux grands axes antagonistes pour l’action

140Une première synthèse des textes entourant la fonction des TSHM de la Délégation à la jeunesse (DEJ) fait apparaître une sorte de dualité incontournable au niveau de leur mission, une dualité s’articulant d’une part sur un axe de prévention – Il faut travailler avec et pour les jeunes fragilisés, et d’autre part sur un axe de contrôle social – Il faut prévenir les incivilités commises par les jeunes et par-là même, la montée du sentiment d’insécurité et les tensions sociales au niveau du quartier.

141Ces deux grands axes antagonistes de la mission du TSHM de la Ville se trouvent résumés dans les grandes lignes du mandat esquissées dans le PR-84 : Aller à la rencontre des adolescents pour d’une part les aider à se remettre dans le circuit, leur permettre de reprendre confiance dans leurs capacités, mais dans le même temps, être en mesure de mettre en lien jeunes et adultes, en d’autres terme, lutter contre la rupture de lien dans les espaces publics, prévenir la montée de tension entre les générations dans des points chauds, une tension le plus souvent liée au sentiment d’insécurité.

142D’un côté, des textes comme les pétitions des habitants, les différentes interventions au niveau du Conseil municipal, relayés parfois par la presse mettent en lumière à un niveau très pragmatique la nécessité d’agir au niveau du lien social sur le plan local, essentiellement au niveau des tensions liées à la présence des jeunes sur l’espace public. D’un autre côté, des textes comme la Charte des professionnels ou les principes d’action exprimés dans les textes internes à la Délégation permettent à un niveau plus idéologique de mettre en avant la situation des jeunes fragilisés, la nécessité de les soutenir et les risques liés à une intervention exclusivement centrée sur leur présence dans l’espace public.

143Prévention et contrôle social, un vieux débat du travail social, un débat peut-être vieux comme le travail social d’ailleurs. Lascoumes (1977) et Donzelot (1998) montrent bien cette intimité entre deux concepts en apparence antagonistes. Selon Donzelot, cette nécessité de se situer entre ces deux pôles taraudait les travailleurs sociaux des années 70 qui se trouvaient en face de cette contradiction, à savoir, soutenir et émanciper les usagers, mais pour les remettre dans le circuit, pour les rendre à nouveau disponibles pour l’appareil de production, pour éviter qu’ils s’écartent de la norme. Nous pourrions transposer ce conflit de conscience à la situation des TSHM d’aujourd’hui et lire la finalité de leur mission comme une volonté de normaliser des comportements déviants de jeunes marginaux interrogeant un système qu’ils désapprouvent. Cette critique n’est peut-être pas dénuée d’intérêt aujourd’hui, mais force est de prendre en compte une nouvelle donne.

144En effet lorsque Castel (1995) évoque la question sociale actuelle, il définit l’individu en situation de précarité comme inutile au monde, comme hors des réseaux concrets de solidarité. Dès lors, l’individu auquel a à faire le travailleurs social de la fin des années 90, n’est pas un individu marginal qui refuserait une norme dominante, mais un individu exclu qui ne peut participer à l’appareil de production, un individu par défaut.

145Dès lors comme le montre Donzelot (1998), qui décrit l’évolution des métiers du social dans le contexte actuel, il y a nécessité pour le travailleur social de refaire la société, tout en intervenant au niveau de l’individu précarisé. En clair, il ne suffit plus d’aider l’individu, il faut aussi recréer un cadre dans lequel il puisse être reconnu. Ainsi, pour le TSHM aujourd’hui la contradiction prend une nouvelle forme. Soucieux des individus dont il s’occupe, il peut plaider en leur faveur, soutenir leur autonomisation, leur émancipation, mais dans le même temps il ne peut ignorer les mécanismes de rupture de lien social, la montée de certaines formes de stigmatisation des populations dont il s’occupe. En fait, il doit, par exemple, à la fois travailler avec un jeune en rupture de formation, le soutenir, lui montrer dans quel réseau de ficelles il est pris, et dans le même temps, créer la place de stage, développer un projet, rassurer les acteurs qui ont peur de ce jeune, les mettre en lien pour recréer autour de ce dernier de la solidarité.

Notes

1 Pour une définition du genre CF.

2 A ce propos voir : Renschler, I. & Cattacin, S. (1996). Politiques publiques en matière de drogue en Suisse. Lausanne : IDEHAP.

3 En ce sens, cette posture est à la fois but et moyen. But, dans la mesure où le travail de rue pour se légitimer doit se démarquer des institutions et de la manière dont elles envisagent leur rapport à la rue. Moyen, car cette posture sert également d’outil pour améliorer la qualité de vie générale.

4 « Les travailleurs de rue insistent souvent sur les différences de fonctions entre leur travail et celui des autres professionnels qui ont à faire avec les gens de la zone. C’est là une source de malentendus, voire même de conflit. Les travailleurs de rue sont parfois perçus par leurs collègues comme des gens bizarres ou arrogants, parce qu’ils n’arrêtent pas de se démarquer », Tout va bien, p. 38.

5 Voir Tout va bien, p. 45. « Les travailleurs de rue ne se consacrent pas exclusivement à apporter une aide à la survie aux personnes les plus faibles (…) souvent il est plus important et même plus efficace de soutenir ceux qui peuvent dans leur entourage soutenir les autres. Ainsi on ne renforce pas uniquement des individus, mais tout un réseau ou un milieu », p. 21.

6 Relevons tout de même que le Service de protection de la jeunesse appelle de ses vœux la création d’un dispositif d’éducation de rue à la fin des années 60. Un article du directeur adjoint d’alors (Robert, 1972) pose de façon précise les jalons d’une éducation de rue à Genève en s’appuyant fortement sur les principes énoncés par la prévention spécialisée française, comme l’absence de mandat nominatif notamment. Ainsi, une partie du Service de protection de la jeunesse a mis sur pied quelques années, sous l’impulsion de quelques éducateurs, toujours fortement minoritaires et très une forme d’éducation en milieu ouvert. D’autres expériences ont suivi mais toujours fortement minoritaires et très circonscrites dans des contextes particuliers.

7 Les répartitions socio-économiques et socio-démographiques de la population de la commune de Meyrin en 1994 sont proches du panel du canton.

8 Les répartitions socio-économiques et socio-démographiques de la population de la commune de Meyrin en 1994 sont proches du panel du canton.

9 Relevons que ce terme de hors murs est désormais le terme consacré pour définir ce type de travail social dans l’ensemble de la Suisse romande.

10 Sur la base des rapports d’activités et en mettant en relief les axes forts de l’action de chacune de ces communes.

11 Ici l’emploi de la notion de travail de rue ne fait pas référence aux principes d’action développés dans Tout va bien, travail de rue en Suisse (1992), elle évoque plutôt la simple présence dans l’espace public des travailleurs sociaux.

12 Intervention lors de la séance du Grand Conseil du 14 juin 2001 (nuit).

13 Il y a d’ailleurs une homologie entre cet aspect et le fait de présenter le TSHM comme la version dans la rue de l’animation socioculturelle : les travailleurs sociaux hors murs s’attacheraient donc à aller chercher les individus « dans la rue » afin de les mettre en contact avec les structures sociales existantes. Par ailleurs, le TSHM est envisagé, par le Conseil d’Etat, comme un travail de médiation, au même titre que tout autre profession du social. C’est la raison pour laquelle il a préféré l’appellation de travailleur social hors murs à celle de médiateur hors murs proposée par le projet de loi, la médiation n’étant pas du seul ressort du TSHM. Une spécificité est donc bien celle de se rendre là où les individus marginalisés se trouvent.

14 Il est important de relever que les premiers TSHM engagés par la Ville ont pris un part active à l’élaboration de cette charte, et ce en collaboration étroite avec les TSHM genevois des communes suburbaines.

15 Charte du travail social hors murs, p. 2.

16 Rattachement à la Charte des droits de l’homme, conception du TSHM en dehors de tout cadre répressif, reconnaissance du domaine public comme un espace de vie, nécessité d’offrir une approche ayant « un regard global et pluriel des réalités complexes (…) », p. 2.

17 Idem.

18 De ce fait, par une sorte de « ruse », la Charte se positionne de manière antérieure à la pratique.

19 Les sept points sont les suivants : promouvoir, maintenir et renforcer le lien social entre les individus ; contribuer au développement, à l’épanouissement et à l’émancipation des individus au niveau personnel dans leur environnement familial et sociétal ; prévenir les situations pouvant porter préjudice à l’intégrité physique et/ou psychique des individus ; permettre aux individus de sortir de toute forme d’exclusion et de viser leur accès à la société avec une attitude responsable et critique ; viser l’émergence de l’acteur, sujet individuel ou collectif, capable d’agir sur sa propre situation, son avenir et sur son environnement de façon indépendante ; de permettre aux individus l’accès aux ressources, services, structures et possibilités existantes dont ils auraient besoin ; de favoriser des liens de solidarité et le sentiment d’appartenance.

20 Voir p. 4.

21 Nota : une motion est une proposition écrite émanant de membres du Conseil municipal (législatif).

22 Renvoyée en commission le 7 juin 2000.

23 Nota : un projet de résolution est une proposition écrite émanant du Conseil administratif (exécutif).

24 Renvoyé en commission le 27 juin 2000, soit à peine quinze jours après la motion M-84.

25 Il est à relever que la commission décidera de traiter séparément du programme « réorganisation du service social de la Ville de Genève ».

26 Le Conseiller administratif délégué déclarera lors de la présentation de la motion M-54 « Nous ne sommes donc pas totalement en retard, mais il est vrai qu’il faut maintenant, dans ce domaine-là, mettre le turbo ». De leur côté, les motionnaires relèvent « que d’autres communes ont effectué des expériences concluantes, particulièrement dans l’agglomération genevoise » (Mémorial, 7 juin 2000).

27 Les motionnaires s’appuient sur la pétition N° 49, signée par l’Association des parents de Geisendorf qui faisait état de tensions entre les générations dans le cadre du préau de l’école. Le Conseil administratif évoque quant à lui plusieurs motions municipales et pendantes, qui ont pour objectif d’attirer l’attention de l’exécutif de la Ville de Genève sur des problèmes sociaux préoccupants, particulièrement concernant les jeunes (Mémorial, 7 juin 2000).

28 L’action des animateurs mandatés pour le travail social hors murs devrait intensifier la prévention. (PR-84).

29 (Comme nous l’avons montré).

30 Les TSHM vont stimuler la création de groupes de références en partenariat entre autres, avec les associations d’habitants et de parents, les îlotiers municipaux et de la gendarmerie, pour chaque parc ainsi aménagé.

31 Par exemple : Lors de son passage dans les locaux, le TSHM privilégie l’écoute et la disponibilité. Il entretient des liens avec les jeunes et contrôle le respect des règles. Des réunions sont agendées à intervalles réguliers, etc. (PR-84).

32 Séance du Conseil municipal du 10 octobre 2001).

33 J’aimerais souligner, que l’on ne peut pas exiger de la Délégation à la jeunesse qu’un éducateur de rue soit « scotché » sur une rue, principe contraire à ce que nous voulons faire (P-23A).

34 Ces deux objets seront discutés au sein du Conseil municipal grosso modo après une année de fonctionnement des TSHM.

35 30 mai 2001.

36 Le délégué tient en premier lieu à préciser la différence entre tags et graffitis, le tag est une œuvre élaborée qui n’a pas le sens de l’interdit ; par contre le graffiti est une signature dont les buts pourraient se résumer à marquer le territoire et à braver les interdits (M-110A). (nota bene : le procès-verbaliste a d’ailleurs dû se « mélanger les pinceaux » puisqu’il inverse ces définitions…).

37 Le délégué exposera à la Commission sociale et de la jeunesse la situation de la place des Volontaires et abordera la problématique de la consommation de cannabis par les jeunes.

38 Pétition transmise par voie de service à la Délégation à la jeunesse.

39 Les deux expressions en italique sont tirées de la pétition en question. Nous soulignons.

40 Sans compter que cette pétition a été précédée d’autres types d’interpellation qui n’ont donné lieu à aucun changement. Les TSHM interpellés de la sorte se retrouvent donc une nouvelle fois comme solution de dernier recours.

41 On retrouve là la tension qui parcourt transversalement la profession, et qui voit se confronter deux types d’approches : une liée au contrôle social (les TSHM ne divergent, dans cette optique, que peu des îlotiers), l’autre à une démarche alternative en dehors de tout cadre répressif (les TSHM comme soutien et appui aux personnes marginales). La profession penchant tantôt vers un pôle tantôt vers l’autre, au gré de la nature des situations et des individus qu’elles font intervenir.

42 On voit bien que le constat de l’augmentation des incivilités ou des phénomènes d’exclusion à l’origine de la mise sur pied d’une structure hors murs repose pour une part sur ce qu’en disent les médias.

43 Cette problématique éminemment complexe mériterait une réflexion plus poussée comprenant notamment l’étude de la relation public/journalistes, et la perception qu’en ont ces derniers en termes d’attentes ou de compréhension des sujets abordés. Cet aspect étant secondaire dans le cadre de notre de travail, nous ne l’avons pas approfondi davantage.

44 Si jusqu’à présent nous avons parlé des médias en général, nous focaliserons notre attention sur la presse écrite (organe médiatique régional par excellence) pour évaluer la nature de la relation média-TSHM.

45 Le Courrier, 20.9.01.

46 La Tribune de Genève, 29.05.02.

47 Le Courrier, 22.1.02.

48 Consécration à laquelle les médias ont pour une bonne part participé. Pour la suite du texte, il va de soi que nous tenons compte de la logique circulaire qui caractérise la relation médias-société.

49 Le Courrier, 14.7.00. L’ensemble des termes soulignés ici nous informe également sur la manière dont est envisagé le travail social hors murs ; étant un travail de proximité et proches des gens, il devient légitime d’employer des expressions « argotiques » dans sa description.

50 La Tribune de Genève, 11.2.00.

51 La Tribune de Genève 15.3.00.

52 Le Temps, 30.3.00.

53 Le Courrier 6.12.00.

54 Sur une période comprise entre 1998 et début 2003 dans les journaux principaux de la région genevoise.

55 Ce dernier a consacré uniquement un article sur le sujet ; il s’agissait d’une interview du chef de la Délégation à la jeunesse. Alors que La Tribune de Genève en a consacré quinze (sept portent directement sur la Délégation à la jeunesse et ses actions hors murs) et Le Courrier dix (dont quatre sur le TSHM de la DJ).

56 La Tribune de Genève du 21.8.01.

57 Cette tension se retrouve par exemple entre la Charte cantonale et la loi, ou la Charte et les motions (cf. infra).

58 Cf. La Charte cantonale qui stipule clairement qu’une personne se fixant comme objectifs uniquement des effets (diminution de la délinquance, etc.) ne peut se prévaloir d’être un TSHM.

59 Ces modes sont à prendre comme des tendances et non pas en tant que grille de lecture appliquée mécaniquement par les deux quotidiens en question.

60 On peut également classer dans cette seconde « catégorie » un reportage diffusé dans le Journal de la TSR suivant la journée d’un TSHM de la Délégation à la jeunesse, 2003.

61 12.3.02.

62 Toutefois, il faut quelque peu atténuer l’impact qu’ont eu les seuls médias, dans la mesure où les injonctions de la Municipalité (issues de la procédure de consultation qu’elle a lancée) ne sont pas étrangères à ce déploiement de moyens. L’essentiel étant de tenir compte de l’intervention des médias comme lieu offrant une visibilité accrue à des problèmes particuliers.

63 « La Délégation à la jeunesse veut promouvoir « un réflexe jeunes ». Depuis avril, les sept sociaux de l’équipe de Claudio Deuel sillonnent la Ville entre projets divers, médiations, interventions ponctuelles, Le Courrier du 10.7.01.

64 Ainsi le terme est également employé dans La Tribune de Genève, voir « Sept animateurs pour aider les jeunes urbains largués. Le maire de Genève vient de les présenter : ils ont la pêche », 09.6.01.

65 « Le Conseil municipal débat en symbiose avec l’Exécutif. Venir en aide aux jeunes et réaliser des opérations foncières en accord avec la population ? Mais c’est bien sûr ! », Le Courrier du 06.12.00.

66 Population non stigmatisée en termes de problématiques particulières.

Table des illustrations

Titre Textes préfiguratifs : Fonctions TSHM
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/116/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 784k

© Éditions ies, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search