Version classiqueVersion mobile

Dynamiques du travail social en pays francophones

 | 
Marc Fourdrignier
, 
Yvette Molina
, 
Françoise Tschopp

Première partie. Des paysages de formation contrastés

La formation en travail social en France

Un état des lieux

Chantal Goyau

Texte intégral

1Né de l’évolution industrielle, de ses effets sur les évolutions sociales et organisationnelles de notre société, des besoins d’une population rendue vulnérable, le travail social n’a cessé de se développer depuis la fin du XIXe siècle.

2La formation des assistantes sociales a été la première à se structurer dès le début du XXe siècle, suivie par le développement progressif des professions et des formations, jusqu’à atteindre son architecture actuelle. Organisation complexe puisque nous comptons aujourd’hui 184 structures de formation réparties entre centres de formation ayant un socle associatif, les lycées et les universités, pour une répartition des certificats et des diplômes très diversifiée.

3Très tôt, la question des relations avec l’université s’est posée. Des expériences ont vu le jour, par exemple avec l’université catholique de Lille en 1932, ou encore avec la création du diplôme de Surintendantes d’usines et de services sociaux reconnu par la section Enseignement technique supérieur de l’Education nationale, en 1938.

4Durant tout le XXe siècle, les relations entre centres de formation et l’université ne cesseront d’évoluer. Cependant, l’importance donnée à l’alternance, les liens avec le milieu professionnel, les processus de co-construction sont autant de principes qui conditionnent, pour les acteurs du champ, la qualité de la formation et de la professionnalisation.

5Aujourd’hui, la dimension européenne, les contraintes économiques, les questions fondamentales liées aux fonctions dédiées aux travailleurs sociaux (innovateurs, force de propositions, exécutants ?), les attentes des pouvoirs publics, des professionnels, des personnes confrontées aux difficultés, sont autant de facteurs qui nécessitent de réinterroger les enjeux de la professionnalisation des travailleurs sociaux.

L’appareil de formation en travail social et les modes de professionnalisation jusqu’aux années 2000

6L’appareil de formation en travail social s’est structuré à partir de la fin du XIXe siècle, et en particulier sur une articulation souvent paradoxale entre histoires de femmes, charité et patriarcat.

7C’est ainsi que naîtront dès le début du XXe siècle les infirmières visiteuses. Le diplôme d’infirmière voit le jour en 1922.

8Des années 1920 aux années 1930, on assiste à l’émergence de la conception de l’action sociale portée par une volonté forte des pouvoirs publics. Le 12 janvier 1932 est créé le brevet de capacité professionnelle permettant de porter le titre d’assistant ou d’assistante de service social de l’Etat français. Ces professionnels ont dès ce moment le statut de cadre.

9Jusqu’en 1968, les diplômes d’infirmière et d’assistant de service social seront intimement liés. En effet, Henri Sellier, ministre de la Santé en 1936, met en avant la nécessité de coordonner les actions tant médicales que sociales. Il préconise le rapprochement des deux formations, celle d’infirmière visiteuse et celle d’assistante sociale. En 1938, une formule fusionnant les deux diplômes voit le jour : l’assistante sociale. Au cours des trois années de formation, il y aura une année commune avec les infirmières, une seconde année médico-sociale et une troisième année sociale (Jovelin et Bouquet, 2005). La disparition du tronc commun en 1968 est le résultat d’une volonté de rompre avec un passé qui est identifié à celui joué par la « visiteuse sanitaire », contrôleuse au service des détenteurs de l’outil de production (Goyau, 1998).

10En 1964 sont créées les Directions régionales des affaires sanitaires et sociales (DRASS) et en 1970 apparaît au sein du Ministère des affaires sociales une sous-direction des « professions sociales et du travail » ; on assiste alors à une véritable organisation administrative du secteur de la formation des métiers du secteur social.

11Les années 1960 et 1970 connaissent une période de croissance économique ; on observe un changement marqué de la part des pouvoirs publics et une évolution des caractéristiques des métiers. Cette période sera marquée par un développement de l’action sociale ; les 6e et 7e plan « préconisent la vie sociale collective, l’animation et l’action globale, le développement, la promotion des individus et des groupes… la seule année 1975 voit l’élaboration de deux lois sociales en faveur des personnes handicapées et sur les institutions sociales » (Jovelin et Bouquet, op. cit.), le terme de travail social voit le jour, portant en lui-même une approche plurielle de l’action sociale, on met en place des circonscriptions d’action sociale où sont rassemblés les différents acteurs et professionnels du champ.

12Un secrétariat d’Etat à l’action sociale voit le jour. Pour autant, les débats au sein de l’appareil de formation posent les questions des paradoxes soulevés entre approches normatives de la formation et approches de type « solidaire » ou « globale » ; ces approches seront remises en cause à la fin de la période des Trente Glorieuses.

13Pour répondre aux besoins en matière d’accompagnement des jeunes et des familles, plusieurs diplômes voient le jour :

14 Le diplôme de conseiller d’éducation populaire, ancêtre du diplôme d’animateur ; le diplôme d’éducateur spécialisé (1967) ; le diplôme de conseiller en éducation sociale et familiale (1977) ; le diplôme d’éducateur de jeunes enfants (1973).

15Ce qui caractérise fortement ces diplômes et leur formation, c’est la place importante qui est faite à l’expérience pratique. L’entrée en formation se fait pour la quasi-totalité au niveau du bac, une part importante est consacrée aux sciences humaines et la plupart des formations sont contrôlées par les fédérations associatives.

16On observe également un essor des postes salariés ; les nouveaux arrivants vont créer une ligne de rupture avec les origines bénévoles de ce qui va devenir le travail social.

17Progressivement va se mettre en place le dispositif de la formation des cadres en travail social.

  • 1 Diplôme d’études approfondies.
  • 2 Diplôme d’études supérieures spécialisées.
  • 3 Certificat d’aptitudes aux fonctions de directeur d’établissement social et médico-social.

18En 1978, création du diplôme supérieur de travail social (DSTS) qui donne l’accès au niveau II, permettant alors d’accéder à un DEA1 ou à un DESS2 ou encore, après trois ans d’exercice, d’accéder au CAFDES3. Il introduit une dimension pluriprofessionnelle. Cinq professions du travail social y ont accès : assistant de service social, éducateur spécialisé, animateur socioculturel, éducateur de jeunes enfants, conseillère en économie sociale et familiale.

19On peut lire dans le rapport Villain en 1995 : « L’approche de la réforme du DSTS s’appuie également sur un raisonnement d’intégration universitaire, avec des prolongements de type troisième cycle, considérant de manière générale que les formations supérieures sont le lieu le plus efficace pour amorcer le décloisonnement entre professions, entre qualifications, entre cadres de différentes origines. »

20Des années 1980 aux années 2000, le contexte professionnel et les formations connaissent quelques transformations.

21Les diplômes d’Etat font l’objet d’une homologation au niveau III (cf. tableau pages suivantes). L’arrêté du 26/07/1989 « portant homologation des titres et des diplômes de l’enseignement technologique » a homologué le DEASS (diplôme d’assistant de service social) au niveau III, soit deux ans après le baccalauréat.

22En 1986, le ministère entreprend une restructuration du dispositif de formation ; elle se traduit par la création des Instituts régionaux de travail social (IRTS) et incite au regroupement des écoles en centre de formation plurifilière.

23Reprenant ici l’hypothèse « que l’unification prônée par l’administration comme par certains nouveaux entrants dans la profession s’est heurtée aux découpages institutionnels qui continuent notamment à encadrer les métiers et la délivrance des diplômes… les différentes structures rassemblant professionnels et employeurs gardant la haute main sur les formations » (Ion et Ravon, 2005), nous pouvons dire que malgré les tentatives de l’Etat de créer une certaine rationalisation des formations, en passant par la création des IRTS, première étape d’une unification attendue, le succès n’est alors pas au rendez-vous. L’organisation de la formation restera celle qu’elle était, organisée dans plus de 300 établissements répartis sur le territoire français, majoritairement privés et subventionnés par l’Etat (aujourd’hui par les régions), ceux-ci se juxtaposant aux IRTS.

  • 4 Création en 2002 d’un DEA au sein de la première chaire de travail social au Conservatoire nationa (...)

24Les formations supérieures et continues permettent les remises à jour, les approfondissements nécessaires à une pluralité des conditions d’exercice de la profession. On y trouve des formations courtes ou des cursus supérieurs (DSTS ou CAFDES). Par ailleurs, de nombreux troisièmes cycles universitaires sont ouverts aux travailleurs sociaux (DESS, DEA)4 ;

25 Dans le champ du travail social, la formation continue s’est rapidement développée. Les offres sont nombreuses et variées : séminaires spécialisés sur une question, cycle sur les méthodologies d’intervention… Celles-ci ne donnent pas lieu à des diplômes nationaux, mais sont reconnues par des certificats de qualification.

26La formation des travailleurs sociaux reste largement éloignée de l’université, sauf pour quelques instituts de formation qui se rapprochent par le biais de convention de certaines universités, créant ainsi des doubles cursus permettant de poursuivre des parcours universitaires.

27Ce sont les mêmes qui lancent les premières approches relatives à la mise en place d’un véritable engagement pour la recherche, valorisant ainsi les savoirs professionnels et ouvrant le chemin de la construction d’une doctrine dans le secteur du travail social. Les travaux relatifs à l’analyse des pratiques sont un exemple de ce travail de valorisation ; c’est ainsi que le partenariat entre l’Université de Paris X (aujourd’hui Nanterre-Paris Ouest – La Défense) et l’ETSUP (Ecole supérieure de travail social – Paris XIVe) ont permis à de nombreux étudiants et travailleurs sociaux en formation continue de préparer des diplômes professionnels tout en accédant aux licences et maîtrise en sciences de l’éducation et, pour certains, d’accéder à un troisième cycle et à la recherche.

28A la fin des années 1990, l’Etat opte pour une évaluation du dispositif de formation en travail social.

29Dans le rapport Villain, dix préconisations sont présentées. Sans les citer dans leur totalité, on peut dire que des éléments importants sont pointés : il s’agit de la nécessaire qualification des travailleurs sociaux, de se donner les moyens de connaître les besoins, de clarifier le financement de l’appareil de formation, de conduire une véritable politique à l’égard des formateurs permanents, d’améliorer le statut et la participation des étudiants, de soutenir un rapprochement « pragmatique et contrôlé » avec l’université, de valoriser la recherche dans le domaine du social, d’impulser une politique de formation continue pour les travailleurs sociaux en exercice.

30Plus de quinze ans après, ces préconisations sont éminemment d’actualité. La question des financements de la formation est aujourd’hui interrogée par les propositions liées à la troisième loi relative à la décentralisation et à l’organisation territoriale. En lien avec les évolutions très rapides des politiques publiques, de nouvelles exigences relatives à la formation de formateur, au statut de chercheur au sein des centres de formation, à la formation continue au cœur de l’activité des professionnels apparaissent. Des pressions sont ressenties par nombre de collaborateurs et, bien entendu, la question du rapprochement avec les universités se pose également.

31Ce détour par l’histoire est indispensable pour comprendre les efforts sans cesse renouvelés visant à la reconnaissance d’une véritable professionnalisation.

Les grandes transformations des années 2000

32La loi de lutte contre les exclusions du 29 juillet 1998 confirme le rôle central des travailleurs sociaux. Le texte donne une assise à un schéma national qui trouve sa déclinaison au niveau régional, fixant ainsi les grandes orientations en matière de besoins en formation.

33La loi du 17 janvier 2002, dite de modernisation sociale, introduit la VAE (valorisation des acquis de l’expérience). Celle-ci rend obligatoire la réforme des diplômes pour les rendre accessibles par d’autres voies que la formation initiale.

34Ces évolutions du cadre de la formation font bouger le paradigme de la formation professionnelle en passant d’une logique de la connaissance à une logique de compétence.

35La réforme des diplômes introduit des référentiels construits à partir des attendus du secteur professionnel et des employeurs.

36Le corollaire de cette évolution est la confirmation de l’alternance ; on parle aujourd’hui d’alternance intégratrice, pilier de ces formations. Le milieu du travail est considéré comme une structure apprenante, le stagiaire est dans une position d’acteur de sa formation, il existe une continuité entre l’approche pédagogique et l’approche professionnelle. On reconnaît au terrain un rôle déterminant, en particulier avec l’introduction de la notion de sites qualifiants. Ceux-ci obligent à une implication forte des employeurs et à l’investissement des professionnels dans le champ de l’accueil des stagiaires.

37Dans une temporalité très proche, les réformes liées à la décentralisation des institutions se poursuivent. Celles-ci ont pour effet de transférer les compétences de l’Etat, en particulier en matière d’action sociale et de formation. La loi du 13 août 2004 instaure un double pilotage entre l’Etat et la région relatif à la formation et à la certification des diplômes de travail social. L’Etat conserve la responsabilité de l’opportunité de créer des nouveaux diplômes, de délivrer ces derniers, d’agréer des établissements et de produire les orientations nationales. La région, quant à elle, est responsable de la mise en œuvre organisationnelle, du financement et de la définition des besoins en formation sur son territoire.

38Positionnés sur le territoire national et ancrés dans les régions, les centres de formation en travail social sont des pôles ressources en matière d’emploi et d’activité économique (Noguès, Rouzeau et Molina, 2011).

39D’autre part, en juin 1999, vingt-neuf ministres de l’Education signent une déclaration à Bologne qui lance le processus européen. Celui-ci vise à la mise en place d’un espace partagé de l’enseignement supérieur à l’horizon 2010, en vue de valoriser la mobilité des étudiants et des enseignants. En 2007, on compte quarante-six signataires.

  • 5 http://www.EASSW.org/

40Quelques années plus tard, dans un contexte où la construction de l’Europe connaît une certaine résistance et malgré des difficultés liées à la langue, à la transférabilité des bourses étudiantes ou encore aux cultures de formation, le processus se met en place avec le soutien de l’Association européenne des écoles de travail social5.

41La réforme des diplômes et les référentiels qui les constituent font apparaître les éléments liés aux besoins repérés dans le cadre des évolutions du secteur de l’action sociale ; c’est ainsi que l’approche territoriale, la conduite de projet, l’intervention sociale d’intérêt collectif, le travail en réseau, le partenariat sont autant d’éléments qui font l’objet de la certification.

42Par ailleurs, les politiques sociales font leur apparition de façon transversale dans les différentes formations.

43En introduisant la notion de site qualifiant, les réformes ont modifié la place des acteurs. On peut penser que cette nouvelle forme d’accompagnement dans la formation va produire des effets sur la socialisation professionnelle des futurs travailleurs sociaux. Il va s’agir également de prendre en compte les évolutions très rapides du secteur afin d’éviter les risques d’enfermement liés à un référentiel qui serait « statique », une sorte de passage obligé n’autorisant pas l’inventivité, la créativité, les ajustements aux évolutions du secteur. Ce dernier est également réinterrogé de façon récurrente sur la place laissée à la clinique dans le champ du travail social et sur la question de l’accompagnement individuel, qui reste une nécessité. En effet, l’approche collective a été mise en avant dans la création des derniers référentiels ; est-ce là une façon de penser différemment les solidarités entre les personnes confrontées à des difficultés semblables ou encore, dans l’esprit de nos responsables institutionnels, y a-t-il dans ces pratiques collectives l’idée d’une approche plus rationnelle du traitement des problématiques des populations ?

  • 6 A ce titre, une étude est lancée par le Prefas Grif (pôle ressource pour la recherche et la format (...)

44On assiste également ces dernières années au développement des licences professionnelles en intervention sociale et des masters en intervention sociale, moins contraignants. Sont-ils plus accessibles (du côté de la sélection) ? Sont-ils plus compatibles avec les exigences liées à la vie quotidienne des étudiants (associer une activité rémunératrice pendant le temps des études) ? Ces formations universitaires sont-elles plus valorisantes ? Sont-elles moins marquées du sceau des représentations attachées aux centres de formation en travail social ou encore à des professions canoniques à l’image peu flatteuse ? Autant de pistes de réflexion à travailler6 !

45Aujourd’hui, les liens avec les universités se sont renforcés, des mutualisations existent entre centres de formation, renforcés par la mise en place d’un réseau unique des centres de formation UNAFORIS (Union nationale des associations de formation et de recherche en intervention sociale). Les partenariats sont contraints, dans le cas du DEIS (diplôme d’Etat en ingénierie sociale) par exemple, pour lequel le rattachement à un master 1 est obligatoire ; ils peuvent également faire l’objet de conventions : cela est le cas des double cursus à différents niveaux de formation.

46L’architecture des formations en travail social connaît des modifications liées aux possibilités offertes de graduer le parcours professionnel en accédant à des postes de direction. La formation des cadres intermédiaires et la formation des cadres dirigeants ont fait l’objet de reconnaissance par l’exigence posée par exemple dans le décret de février 2007 de posséder le CAFDES ou un diplôme de niveau équivalent, en particulier les masters en gestion et en management, pour exercer une fonction de cadre dirigeant dans le secteur social ou médico-social.

47Les tableaux qui vous sont présentés ci-dessous font une synthèse rapide de la structure telle qu’elle existe actuellement, en intégrant les perspectives liées au processus de Bologne.

* Dans certains centres de formation, ces quatre diplômes peuvent faire l’objet d'un double cursus à l’université en vue de l’obtention d’une licence

48Les nouveaux dispositifs de formation sont traversés par les questions liées à l’évaluation et à la démarche qualité dans l’appareil de formation. La LOLF (loi organique relative aux lois de finances – 1er août 2001), qui a pour objet de moderniser les finances de l’Etat et qui conditionne les décisions budgétaires au vu d’objectifs à atteindre eux-mêmes évalués dans le cadre d’une « évaluation des performances », a une influence sur l’évaluation qui sera portée sur l’activité des services et des cadres. La loi du 2 janvier 2002, dite « de rénovation », introduit une nouvelle donnée très importante, celle de la place et de la parole des « usagers » des institutions. Cette loi créée des instances associant les usagers et parents d’usagers des structures, elle met également en place des obligations d’évaluation interne et externe, qui conditionneront le renouvellement des agréments des structures du secteur social et médico-social. En 2009, une circulaire de la Direction générale de l’action sociale pose le cadre du contrôle de la qualité des enseignements dispensés par les établissements de formation préparant aux diplômes de travail social.

Les enjeux actuels et à venir

  • 7 http://thesis.cnam.fr:8080, base de données créée par des documentalistes et un chercheur du résea (...)

49Dans un premier temps, faisons un zoom arrière pour évoquer la circulaire émise par la Direction générale de la cohésion sociale en 2008, relative à la création des pôles ressources pour la recherche et la formation en action sociale et médico-sociale. La mise en place de ces pôles a permis de créer des liens interrégionaux et a donné à voir l’ensemble des travaux réalisés sur les questions traversant le champ de l’action sociale. Il faut rajouter à cette construction la mise en place d’une base de données appelée Thesis7, qui a pour objet de recenser les thèses dans différentes disciplines ayant pour objets de travail des questions de l’action sociale.

50Au-delà de cette meilleure lisibilité, nous avons pu observer très rapidement la qualité des liens qui unissaient les centres de formation aux universités et aux laboratoires.

51Les difficultés énoncées par les chercheurs ou formateurs-chercheurs des centres de formation concernent principalement la reconnaissance de la fonction « recherche » au sein des établissements de formation, ainsi que la capacité pour ces derniers à financer des travaux.

52Les débats qui ont lieu dans les séminaires organisés par certains pôles de recherche pour la formation en action sociale régionaux, ou encore par le Cnam (Conservatoire national des arts et métiers, chaire de travail social), montrent l’importance de construire les partenariats entre centres de formation, professionnels, usagers et universités.

  • 8 Rapport commandé par la Direction générale de la cohésion sociale, La coopération entre les établi (...)

53Dans le rapport réalisé à la demande de la Direction générale de la cohésion sociale (Jaeger, 2012)8, on peut lire : « Les EFTS tissent depuis plusieurs années des collaborations avec les universités pour leurs formations professionnelles supérieures. Cette complémentarité, pour se développer et produire les effets recherchés (échanges de compétence, circulation plus ouverte des étudiants dans leur parcours de formation, etc…) suppose de les doter de la capacité juridique et de moyens pour développer la recherche en rapport avec le travail social, afin de construire des partenariats avec le monde universitaire. »

  • 9 Plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale (adopté lors du Comité interminist (...)

54Les débats organisés actuellement sur la question de la recherche en travail social, la création de doctorats professionnalisants, l’universitarisation des professions ou la création des hautes écoles posent non seulement la question de la structuration des formations sociales, mais créent des opportunités pour débattre de la place de la question sociale dans le paysage social et politique. A ce titre, le plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale rendu public le 21 janvier 20139 insiste sur la nécessité et l’importance de se rapprocher de la question de la formation des travailleurs sociaux. C’est ainsi que nous pouvons lire : « Le travail social souffre aujourd’hui d’un véritable déficit d’image. Au-delà du travail sur le sens et les valeurs du travail social, qui seront au cœur des assises de l’intervention sociale, il paraît nécessaire de revaloriser l’image des métiers du travail social. » Plus loin, il est écrit : « L’année scolaire 2013-2014 sera mise à profit pour expérimenter l’un des éléments centraux d’une modernisation de l’offre de formation : la délégation aux établissements de formation de la certification concernant les diplômes d’Etat. » La teneur des propos tenus dans ce texte, redonnant aux métiers du travail social une véritable reconnaissance, devrait permettre de poursuivre et de consolider la professionnalisation des travailleurs sociaux.

55Par ailleurs il est fait mention à plusieurs reprises de la nécessité d’engager une concertation sur la formation continue des travailleurs sociaux. Cette demande est récurrente de la part des professionnels, les demandes liées aux besoins en analyse des pratiques en sont un exemple. On retrouve également ces besoins en ce qui concerne des problématiques actuelles : logement, insertion, handicap, vieillissement, actualisation des connaissances et des méthodologies par exemple.

56Dans un courrier en date du 31 octobre 2012, la Direction de la cohésion sociale insiste sur la promotion de la modernisation de l’appareil de formation en intégrant les objectifs liés aux « coopérations approfondies avec l’Université », « le développement des liens entre formation et recherche en travail social », et en approfondissant le projet porté par le secteur : la création des hautes écoles professionnelles en action sociale et de santé, les HEPASS.

57L’ensemble de ces éléments vient croiser l’inscription des diplômes de l’action sociale dans l’espace européen de l’enseignement supérieur, processus qui requiert la capacité des écoles à délivrer des diplômes nationaux au nom de l’Etat. Ce processus nécessite également de revisiter l’évolution du statut de formateur, la mise aux normes pédagogiques du processus de Bologne (mise en place des ECTS). Il réinterroge la question de l’évaluation des enseignements ainsi que l’engagement dans la recherche et l’existence d’échanges internationaux.

58L’intégration par les formations sociales dans le niveau LMD suppose des modalités qui permettent, au-delà de la formation initiale qualifiante qui deviendrait une formation de niveau bachelor, de prévoir une place pour les formations de deuxième cycle (master), voire de troisième cycle (doctorat).

  • 10 UNAFORIS, projet d’une nouvelle architecture des diplômes en travail social – Acte II, note d’étap (...)

59Pour mener à bien ces projets, le réseau des établissements de formation UNAFORIS travaille à la construction d’une nouvelle architecture des diplômes en travail social ; celle-ci prend appui sur les maquettes du LMD, permettant une convergence entre les titres et favorisant la circulation et les parcours des étudiants tant au niveau du territoire français qu’européen. « La référence au Cadre Européen de Certifications détermine les compétences attendues par niveau et donc l’articulation entre les niveaux » (UNAFORIS, 2012)10, cette évolution devrait permettre de créer des espaces que nous appellerons « tronc commun » ou cycle fondamental, auxquels succéderont des parcours optionnels, et qui se concluront par des « spécialités ». Il est intéressant de mettre cette construction à proximité de ce qui est dit dans le plan pluriannuel (idem supra) : « Une organisation de la mise en réseau des intervenants sociaux sera expérimentée. Cette organisation devra permettre aux usagers d’entrer en contact avec les dispositifs d’accompagnement social par n’importe quel point d’entrée, chaque professionnel étant formé pour connaître les spécificités de l’intervention des autres professionnels du réseau… »

60Nous retrouvons ici cette conception du travail en réseau, bien connu des professionnels ; je pense en particulier aux prises en charge conduites dans les situations où le sanitaire et le social, ou encore entre le social et l’insertion par l’économique, doivent se rapprocher pour répondre au mieux aux situations des personnes. Cela a été le cas par exemple dans la mise en place des réseaux ville-hôpital au moment de l’apparition du sida dans les années 1980. L’intérêt alors était bien de mettre à l’œuvre les compétences complémentaires des différents professionnels tout en maintenant si nécessaire un référent unique. Cela d’ailleurs se décline tant sur la question de l’accompagnement individuel que dans la conduite de projets collectifs.

61L’ensemble de ces questions ne peut se concevoir ni se traiter sans établir des liens de proximité avec les différentes branches des employeurs et des représentants des professionnels, sans un travail d’évaluation des besoins complété par la mise en place d’observatoires, sans une mutualisation des données, trop éparses sur les territoires. Il existe en France différentes sources de données projetant les besoins des structures publiques et privées ; celles-ci émanent des régions, des secteurs professionnels. Les régions qui financent une partie des formations (en particulier les niveaux III) fixent des quotas d’étudiants par formation subventionnée pour chaque centre de formation. La question est de comprendre comment sont réalisées ces évaluations et quelles discussions sont menées avec les employeurs sur les besoins. Le risque étant qu’il soit fait appel, en période d’austérité, à des professionnels non formés « faisant fonction » au risque de perdre les avancées de la professionnalisation et la qualité du service auprès des personnes.

  • 11 Celle-ci a été présentée en Conseil des ministres au début de l’année 2013.
  • 12 Avant-projet de loi portant décentralisation et réforme de l’action publique-concertation avec les (...)
  • 13 www.la gazette des communes.com

62La nouvelle étape de décentralisation, prévue en France très prochainement11, réorganisera les territoires et leurs compétences, ouvrira un espace nouveau de débat et de concertation en s’appuyant sur des conférences territoriales. D’ores et déjà, il semble bien que la région sera la seule collectivité en charge de la formation professionnelle ; elle aura également pour compétence « d’arrêter un schéma régional de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation déterminant les principes et les priorités de ses interventions12/13 ».

63Nous sommes dans une période de changement, liée à ce que nous appelons la crise (économique, de l’emploi, des valeurs…). En prenant un poste de directrice générale d’un centre de formation, après presque trente ans passés sur le terrain de l’action sociale, j’ai d’abord pensé que les relations parfois difficiles entre les travailleurs sociaux d’origine et de formation différentes observées sur le terrain devaient être appréhendées dès l’entrée en formation.

64Par ailleurs, il m’a toujours semblé, dans le cadre de ma pratique et de mon travail en sociologie sur les articulations des champs sanitaires et sociaux, qu’un travailleur social « unique » ne pouvait apporter le soutien nécessaire tant auprès des personnes que des groupes ; cela me paraissait même dangereux tant la réponse pouvait être « totale », « une » et peu discutable.

65La perspective de la nouvelle architecture des formations telle qu’elle se construit actuellement en France ouvre, de mon point de vue, une alternative à la structuration en « tuyau d’orgue » ; elle devrait permettre de poser les fondements d’une approche commune des questions sociales, créant ainsi un socle commun, voire une culture commune. Deux grands axes pourraient se dégager dans cette construction : une approche compréhensive à partir de travaux issus de la sociologie, de l’ethnologie, de l’anthropologie, de la philosophie, de l’histoire, des questions sociales… La seconde serait celle de la prise en compte du cadre de la construction des politiques publiques : sociales, économiques, familiales, sanitaires…

66Ces approches seront complétées par un travail par option et par spécialité.

67Les croisements avec la mise en place du processus de Bologne, la reconnaissance académique des niveaux de formation, la présence forte de la recherche dont nous aimerions que soit reconnue la discipline en « travail social » ne doivent pas nous faire perdre de vue la qualité et la volonté d’inscrire les formations sociales du côté de la professionnalisation.

68La perspective de la création des HEPASS (hautes écoles professionnelles en action sociale et de santé), nous ouvre un espace de créativité. Celui-ci serait particulièrement riche s’il s’organisait dans un espace fédéré, un peu sur le modèle suisse. La proximité des universités, des grandes écoles (urbanisme, économie, santé…), les apports de notre diversité doivent converger pour se renforcer et créer de la pensée.

69Le travail social a toujours été témoin et acteur dans les évolutions, dans les transformations, autant d’enjeux que de challenges pour la professionnalisation des travailleurs sociaux.

70Enfin, il me semble important de ne pas oublier la place des personnes elles-mêmes en lien avec les professionnels du secteur social ; quelle place pour quel projet ? Quel partage, comment construire ensemble : professionnels, bénévoles, personnes usagères des services ?

Bibliographie

Références bibliographiques

Coudert, F. & Rouyer, C. (Eds). (2012). Former à la supervision et l’analyse des pratiques des professionnels de l’intervention sociale à l’ETSUP. Paris : L’Harmattan.

Goyau, C. (1998). Santé et service social : les enjeux d’une relation [Mémoire de DEA sous la dir. de M. Joubert]. Paris : Université de Paris VIII. Récupéré de http://www.etsup.com/IMG/pdf/Memoire_Chantal_Goyau.pdf, en mai 2014

Ion, J. & Ravon, B. (2005). Les travailleurs sociaux. Paris : La Découverte.

Jovelin, E. & Bouquet, B. (2005). Histoire des métiers du social en France. Paris : Editions ASH.

Noguès, H., Rouzeau, M. & Molina, Y. (Dir.). UNAFORIS (2011). Le travail social et ses formations à l’épreuve des territoires. Paris : EHESP.

Villain, D. (Ed.). (1995). Rapport sur l’évaluation du dispositif de formation des travailleurs sociaux [Rapport présenté par la mission d’évaluation]. Paris : Ministère des affaires sociales, de la santé et de la ville.

Notes

1 Diplôme d’études approfondies.

2 Diplôme d’études supérieures spécialisées.

3 Certificat d’aptitudes aux fonctions de directeur d’établissement social et médico-social.

4 Création en 2002 d’un DEA au sein de la première chaire de travail social au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM).

5 http://www.EASSW.org/

6 A ce titre, une étude est lancée par le Prefas Grif (pôle ressource pour la recherche et la formation en action sociale et médico-sociale d’Ile-de-France) avec un groupe d’étudiants en DEIS (diplôme d’Etat en ingénierie sociale).

7 http://thesis.cnam.fr:8080, base de données créée par des documentalistes et un chercheur du réseau Prisme et du Cnam.

8 Rapport commandé par la Direction générale de la cohésion sociale, La coopération entre les établissements de formation préparant aux diplômes de travail social et les universités, octobre 2012.

9 Plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale (adopté lors du Comité interministériel de lutte contre les exclusions), www.gouvernement.fr, 21 janvier 2013.

10 UNAFORIS, projet d’une nouvelle architecture des diplômes en travail social – Acte II, note d’étape du 13 avril 2012.

11 Celle-ci a été présentée en Conseil des ministres au début de l’année 2013.

12 Avant-projet de loi portant décentralisation et réforme de l’action publique-concertation avec les élus, principales dispositions, décembre 2012.

13 www.la gazette des communes.com

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1158/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende * Dans certains centres de formation, ces quatre diplômes peuvent faire l’objet d'un double cursus à l’université en vue de l’obtention d’une licence
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1158/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
URL http://books.openedition.org/ies/docannexe/image/1158/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 154k

Auteur

Directrice Générale de l’Ecole Supérieure de Travail Social (ETSUP), Paris 14 et présidente du Groupement de recherche d'Ile de France, pôle ressource pour la recherche et la formation en action sociale et médico-sociale (PREFAS-GRIF).
chantal.goyau@etsup.com |

© Éditions ies, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search