Version classiqueVersion mobile

Dynamiques du travail social en pays francophones

 | 
Marc Fourdrignier
, 
Yvette Molina
, 
Françoise Tschopp

Première partie. Des paysages de formation contrastés

Dynamiques socio-historiques de la professionnalisation de l’intervention sociale au Luxembourg

Claude Haas

Texte intégral

1Les origines de la professionnalisation de l’intervention sociale au Luxembourg remontent au début du XXe siècle. Comme en France, l’infirmière visiteuse et l’assistante sociale ont été les premières à s’organiser, à se professionnaliser et à s’institutionnaliser, sur l’arrière-plan notamment des problèmes d’hygiène publique de l’époque (Jovelin et Bouquet, 2005). En l’absence d’une école sur le territoire luxembourgeois, les femmes intéressées ont dû se rendre à l’étranger pour se former. Par la suite, il a fallu attendre les années 1970 pour voir naître les professions de l’éducateur et de l’éducateur gradué. Toutes les deux vont connaître une croissance rapide, facilitée par la création d’un institut national de formation. Depuis une quinzaine d’années, on assiste à une (re)dynamisation du processus de professionnalisation de l’intervention sociale, avec notamment l’arrivée sur scène de l’Université du Luxembourg (2003) en tant qu’acteur de formation et de recherche.

  • 1 Les deux termes seront utilisés de manière synonyme dans la suite du texte.

2En se greffant aux transformations de la société luxembourgeoise en général, et en particulier du champ social, le présent article vise à démontrer la construction du processus de professionnalisation de l’intervention sociale dans sa globalité. L’objectif est donc moins de décrire en détail l’histoire des métiers ou des professions1 pris isolément, mais plutôt de retracer la dynamique institutionnelle (socio-historique) dans laquelle leur développement s’est inscrit. Quels ont été les enjeux et les logiques sous-jacents ? Quelles éventuelles « dépendances de sentier » peuvent être identifiées ?

3La notion d’intervention sociale, en lieu et place de celle de travail social, servira à désigner le champ social de l’assistance, de l’aide et de l’éducation médico-sociale, sociale et socio-éducative. Par professionnalisation de l’intervention sociale, on entendra alors le processus socio-historique par lequel les activités se situant à l’intérieur des frontières de ce champ ont progressivement évolué d’une logique caritative et bénévole à une logique de métier/profession exercé à titre rémunéré, sur la base d’une qualification préalable et, le cas échéant, selon des règles et standards élaborés par la communauté professionnelle ou l’Etat.

La « maternalité sociale » ou l’action médico-sociale (et sociale) comme une des réponses à la crise des conditions de vie (1906-1967)

4Le passage du XIXe au XXe siècle constitue un point de tournant majeur dans l’histoire économique et sociale du Luxembourg. L’essor de l’industrie minière et sidérurgique au sud du pays fait définitivement entrer le Luxembourg dans l’ère de l’industrialisation. Entre 1880 et 1913, la production de fonte passe ainsi de 26 000 tonnes à 2 548 000 tonnes. En même temps, la population passe de 211 481 personnes en 1890 à 259 027 en 1910, pour atteindre 299 782 en 1930. (Zahlen et Schoos, 2009).

5Avec l’industrialisation, l’urbanisation et la salarisation croissantes, le Luxembourg se retrouve face à une quadruple problématique de précarité des conditions de vie, de travail, de logement et d’hygiène. Le patronat va en quelque sorte précéder l’Etat, en mettant en œuvre sa propre « politique sociale » dès les années 1870 (soins médicaux gratuits, congé annuel, mise à disposition de logements, etc.). L’activité législative de l’Etat va seulement s’intensifier avec le début du XXe siècle. En 1901, l’assurance obligatoire des ouvriers contre les maladies est adoptée, suivie par l’assurance contre les accidents en 1902 et l’assurance-vieillesse et invalidité en 1911. Pour faire face aux crises du logement et de l’hygiène publique, le législateur va par ailleurs adopter les lois sur les habitations à bon marché (1906) et la protection de la santé publique (1906).

6L’émergence de l’intervention sociale professionnalisée est toutefois à rechercher ailleurs, du côté de la philanthropie laïque naissante et de ce qu’il convient d’appeler, à la suite de Sachße (2005), le mouvement d’« émancipation conservatrice » des femmes bourgeoises. Pourquoi parler d’« émancipation conservatrice » ? Parce que le mouvement s’inscrit dans une logique de « maternalité sociale » s’érigeant contre les principes masculins-capitalistes de la concurrence, de l’intérêt personnel, de la spécialisation et de la bureaucratisation, sans toutefois contester de manière fondamentale les rapports entre hommes et femmes (Sachße, 2005). L’extrait suivant, tiré de l’enquête menée en 1907 par l’Association pour la défense des intérêts de la femme sur les conditions de logement de la population ouvrière, illustre bien cette logique :

  • 2 Traduction de l’allemand.

7« Si nous les femmes prenons également maintenant la parole, ce n’est que pour démontrer à tous ceux qui, jusqu’ici, sont restés indifférents face à la misère du logement, et à l’aide de chiffres qui sont plus éloquents que les mots, qu’il y a urgence d’aider, et de manière rapide »2 (1907 : 3).

8Comme dans la plupart des pays européens, les professions d’infirmière visiteuse et d’assistante sociale sont les premières à se former sur une base exclusivement féminine. En l’absence d’une école luxembourgeoise, les premières professionnelles, au nombre plutôt limité, vont se former en France. C’est seulement à partir de la fin des années 1960 et de la réforme des études en France que la Belgique prend le relais (Hoffmann, 2008). Que l’infirmière visiteuse soit à considérer comme une professionnelle de l’intervention sociale s’explique par la nature également sociale de ses activités. Plus important toutefois, et comme on le verra encore, l’infirmière visiteuse marque de son empreinte le sort de l’assistante sociale.

  • 3 La première assistante sociale est recrutée en 1929 par les Aciéries réunies de Burbach, Eich et D (...)

9Aline Mayrisch de Saint-Hubert (1874-1947), issue du milieu bourgeois et épouse du patron sidérurgique Emile Mayrisch, joue un rôle déterminant dans cette première phase de professionnalisation. Elle est non seulement la fondatrice de l’Association pour la défense des intérêts de la femme en 1906, mais également membre engagée de la Ligue luxembourgeoise contre la tuberculose (1908) et de la Croix-Rouge luxembourgeoise (1914). Mais surtout, son nom est étroitement associé au recrutement de la première infirmière visiteuse auprès de la ligue en 19213. Cet engagement ainsi que les suivants sont censés soutenir l’activité des médecins en assurant une instruction hygiénique élémentaire aux malades et à leurs familles, tout en leur procurant une assistance dans d’autres domaines de la vie (Hoffmann, 2008).

10Dès le début, les infirmières visiteuses se trouvent dans une situation de force par rapport aux assistantes sociales en raison de leur double profil médical et social. En nombre largement supérieur, elles vont occuper le poste de présidente de l’Association nationale des infirmières et assistantes sociales luxembourgeoises diplômées, fondée en 1939 (ANAHSASIG, 1989). Mais surtout, elles vont constituer la clé de voûte sur laquelle se construira le service médico-social et social polyvalent, porté par la Ligue luxembourgeoise contre la tuberculose et la Croix-Rouge. Inspiré de la polyvalence française, celui-ci constituera le modèle de référence aussi bien dans le domaine médico-social que social jusqu’aux années 1980, et même au-delà. De ce fait, les quelques services sociaux spécialisés ont longtemps constitué le seul débouché pour l’assistant social « de sorte que les candidats avertis désirant faire leurs études de travail social ont choisi les études d’assistant(e) d’hygiène sociale, ce qui augmentait leurs chances d’embauche » (Hoffmann, 2008 : 26).

11L’institutionnalisation des deux professions va se faire de manière parallèle, en s’inscrivant dans une logique sanitaire. Sur la base de deux arrêtés datant de 1935, les diplômes d’infirmière (visiteuse) et d’assistante sociale de l’Etat luxembourgeois sont créés et délivrés par le « membre du Gouvernement ayant dans ses attributions le Service sanitaire » (art. 3). Si les arrêtés précisent encore que le Collège médical exerce le pouvoir disciplinaire et que les candidates doivent se présenter à un examen théorique et pratique devant une commission composée de médecins et d’infirmières, ils ne comportent aucune précision quant aux attributions professionnelles éventuelles. A côté de la lutte constante pour la création de nouveaux postes en raison de la surcharge permanente de travail (Hoffmann, 2008), la recherche d’une reconnaissance et d’une protection renforcées, notamment en termes d’actes professionnels réservés, va ainsi constituer un des enjeux majeurs partagés par les deux professions tout au long du reste de cette période.

  • 4 Notons la déclinaison à présent masculine de la profession, alors que l’ensemble des titulaires du (...)
  • 5 Pour l’assistant d’hygiène sociale s’y rajoutent une série d’autres techniques comme « l’assistanc (...)

12Un premier projet de loi allant dans ce sens voit le jour en 1950 et un deuxième en 1958. Il faudra toutefois attendre 1967 pour que la loi portant réglementation de certaines professions paramédicales soit votée. L’infirmière visiteuse est alors renommée « assistant d’hygiène sociale » et l’assistante sociale devient « assistant social »4. Plus important, les modalités d’études ainsi que les attributions et les techniques professionnelles sont précisées dans le cadre de deux règlements d’exécution en 1969. En ce qui concerne l’assistant social, la durée des études est fixée à « quatre années dont la dernière pourra être consacrée à des stages ou à une formation spéciale » (art. 3), alors que la formation en Belgique, de même qu’en France, est de trois années. L’explication est probablement à rechercher du côté de la durée des études d’assistant d’hygiène sociale (quatre années en Belgique) et des enjeux, notamment pécuniaires, y rattachés. Quant aux techniques professionnelles de l’assistant social, les quatre qui sont énumérées dans le règlement se rapportent toutes, sauf peut-être la dernière, à l’intervention individuelle et auprès des familles : a) l’enquête sociale, b) la visite à domicile et l’entrevue dirigée, c) l’élaboration et l’application du traitement social et d) l’assistance éducative et l’éducation sociale. Ces techniques, partagées par ailleurs avec l’assistant d’hygiène sociale5, reflètent ainsi l’orientation historique prise par la profession dans le contexte d’un Etat social, qui individualise les problèmes sociaux dans des dispositifs collectifs (allocations et assurances sociales) (Nassehi, 2003).

13Tout au long de cette période, l’action des infirmières visiteuses et des assistantes sociales va être « complémentaire » à celle des sœurs des congrégations religieuses féminines, qui s’étaient forgée une place centrale dans le développement de l’intervention sociale dès leur renouveau avec l’indépendance du Luxembourg en 1939. En effet, l’Etat et les communes n’hésitent pas à faire appel à leur contribution pour assurer des soins à domicile, s’occuper des orphelins et enfants abandonnés ou encore gérer des institutions publiques, notamment la prison des femmes et l’hospice central d’Ettelbruck (Leyder et Ney, 2009).

La différenciation interne et externe du champ de l’intervention sociale et la montée de l’action socio-éducative (1968-2005)

14Le début de cette phase coïncide avec l’accélération sans précédent du processus de différenciation du champ de l’intervention sociale. La nature de cette différenciation est à la fois interne et externe. D’un côté, les services tendent à se spécialiser en raison d’une compréhension plus approfondie des causes, des implications et des solutions possibles dans le traitement des problèmes sociaux. De l’autre côté, on assiste à une expansion du rayon d’action de l’intervention sociale pour s’adresser progressivement à l’ensemble de la population, des enfants en bas âge aux personnes âgées (Chassé et Wensierski, 1999).

  • 6 Les enfants des maisons d’accueil, majoritairement gérées par les congrégations religieuses fémini (...)
  • 7 Les enfants « atteints d’infirmités intellectuelles » étaient jusque-là exclus de l’école sur la b (...)

15La réforme de l’accueil en institution des enfants6 et la création de l’éducation différenciée7 au début des années 1970 ont probablement joué un rôle particulièrement important, tant pour le développement du secteur social pris dans sa globalité que pour la professionnalisation de l’intervention sociale. La première a été à l’origine de la pratique des conventions, qui sont conclues sur une base annuelle pour régler en particulier la participation financière de l’Etat au budget de l’institution signataire. Mais surtout, elle a fait de la prise en charge institutionnelle des enfants et adolescents une activité professionnelle qualifiée.

  • 8 En tant qu’« enfants » de l’introduction d’un nouvel ordre d’enseignement, où elles étaient censée (...)

16La seconde a donné naissance, à côté de divers centres, foyers et services, à deux filières de formation débouchant sur les futures professions d’éducateur (niveau bac) et d’éducateur gradué (niveau bac + 3)8.

  • 9 Il s’agit là des dénominations exactes telles qu’elles figuraient dans la loi sur l’éducation diff (...)
  • 10 D’autant plus qu’elles étaient organisées par un seul centre de formation, le nombre de personnes (...)

17L’éducateur et l’éducateur gradué ou, pour être plus correct, le moniteur d’éducation différenciée et l’éducateur9, vont très vite s’imposer comme des instruments clés de l’expansion générale de l’intervention sociale. Ce constat vaut en particulier pour les nouveaux champs d’activités, par exemple l’accueil de jour pour enfants, l’aide et l’action sociale en faveur des jeunes ou l’orientation et l’insertion professionnelle des jeunes. Ces champs, et bien d’autres encore, se sont en quelque sorte construits sur le développement parallèle de deux professions. La raison principale tient sans doute au fait que leurs formations ont été organisées dès le départ au Luxembourg et ont ainsi pu être facilement adaptées ou réadaptées aux demandes en qualification10 (Haas, 2005).

18Avec le recul du temps, on peut dire que les éducateurs gradués et les éducateurs ont continuellement dû (ré)inventer leur pratique professionnelle, dans la mesure où l’enjeu clé pour les pouvoirs publics et le secteur social a été celui de disposer d’une main-d’œuvre flexible pour satisfaire aux demandes en qualification de services désormais de plus en plus diversifiés et spécialisés, en particulier dans le domaine socio-éducatif. Il va de soi que ces développements n’ont pas été sans poser des « problèmes » d’identité professionnelle. En effet, quel dénominateur commun entre éduquer des enfants (handicapés), (ré)insérer des jeunes sans travail, encadrer des sans-abri ou animer des personnes âgées ?

  • 11 Les données ci-dessous sont tirées du dossier parlementaire relatif à la loi du 6 août 1990 portan (...)

19De ce point de vue, il peut aussi paraître étonnant que l’Association professionnelle des éducatrices et éducateurs gradués (APEG) ainsi que l’Association professionnelle des éducatrices et éducateurs au Luxembourg (APEL) n’aient été créées qu’en 1999 et 2004. Une des raisons tient probablement à la position forte occupée par l’institut de formation national. D’ailleurs, le processus d’institutionnalisation de l’éducateur et de l’éducateur gradué est essentiellement passé par l’action réglementaire de ce dernier. Pour s’en rendre compte, il suffit d’en retracer les grandes lignes11.

  • 12 Loi du 6 août 1990 portant organisation des études éducatives et sociales.
  • 13 Il en résulte une différence substantielle dans la rémunération de l’assistant social et de l’éduc (...)

20En 1973, la formation du moniteur d’éducation différenciée prend encore la forme d’« un stage de deux ans au moins sanctionné par un examen », alors que celle de l’éducateur consiste en « deux années d’études spéciales » centrées sur la pédagogie spéciale. Dès 1977, un régime de formation en cours d’emploi est introduit pour la filière de l’éducateur en raison des besoins immédiats du secteur en personnel qualifié. En 1980, un pas important est franchi dans le processus d’institutionnalisation avec la création de l’Institut de formation pour éducateurs et moniteurs d’éducation différenciée (IFEM) au sein de l’éducation différenciée et la désignation d’un directeur. Jusqu’en 1990, le curriculum de formation va fortement évoluer, tout en préservant une logique largement psychopédagogique et en privilégiant l’enseignement d’une méthodologie/didactique de groupe dans la lignée d’auteurs allemands (Heimann, Otto et Schulz, 1966). En 1990, les deux formations sont finalement détachées de l’éducation différenciée par la création de l’Institut d’études éducatives et sociales (IEES)12. Le moniteur d’éducation différenciée est alors renommé éducateur et l’éducateur devient éducateur gradué. La durée des études est élevée à trois années (pour les régimes de formation à plein temps), sans que les barèmes de rémunération ne soient toutefois adaptés, et ce jusqu’à ce jour13. En 1995, dans le cadre de la loi portant sur la réorganisation des écoles publiques et privées d’infirmiers, la formation de l’éducateur est assimilée au grade de diplôme de fin d’études secondaires techniques (niveau bac).

  • 14 Comparé aux professions de l’éducateur et de l’éducateur gradué, l’accroissement du nombre de prof (...)
  • 15 Le règlement de 1969 ne contenait pas vraiment d’indications à ce sujet. C’est probablement le nom (...)

21L’assistant social et l’assistant d’hygiène sociale, de leur côté, vont connaître des sorts bien différents au cours de cette période. Alors que le premier a occupé pendant longtemps un rôle de second plan, il va profiter du mouvement d’expansion de l’intervention sociale, en particulier dans le domaine de l’aide sociale, pour renforcer ses effectifs et affirmer peu à peu son autonomie vis-à-vis de l’assistant d’hygiène sociale14. La quatrième année de formation, organisée au Luxembourg et consistant pour l’essentiel en un stage et quelques cours depuis le règlement grand-ducal modifié de 197915, va servir de « rite » d’initiation à la profession.

  • 16 Nouvelle dénomination adoptée par la Ligue luxembourgeoise contre la tuberculose à partir de 1983.

22La profession d’assistant d’hygiène sociale va voir se transformer le service médico-social et social polyvalent avec la prise de conscience progressive que « la polyvalence médico-sociale et sociale dans le chef d’un seul professionnel était devenue une utopie de par la complexité croissante des savoirs et savoir-faire, aussi bien dans le domaine de la médecine préventive que dans le domaine du travail social » (Hoffmann, 2009). Ainsi, après plusieurs réorganisations, la Croix-Rouge et la Ligue luxembourgeoise de prévention et d’action médico-sociale16 vont en 2001 se répartir la polyvalence en trois services. Mais surtout, la profession est vouée à « disparaître » sur le long terme. Depuis 1998, suite à une réforme de la profession d’infirmière sociale en Belgique et à la décision, soutenue par l’association professionnelle, de découpler le diplôme belge de l’infirmière sociale du diplôme d’Etat luxembourgeois d’assistant d’hygiène sociale, la relève de la profession n’est plus assurée (Hoffmann, 2009). Ainsi, les deux professions vont définitivement se dissocier à l’avenir par la disparition de l’une d’entre elles, alors que la loi du 26 mars 1992 sur l’exercice et la revalorisation de certaines professions de santé avait réitéré la majorité des principes déjà inscrits dans la loi de 1967. Bien plus, elle avait renforcé leurs assises institutionnelles par la création d’un Conseil supérieur de certaines professions de santé.

23A côté des développements décrits ci-avant, une hiérarchisation des professions sociales va s’opérer à partir des années 1990, avec la création de deux formations supplémentaires à un niveau de qualification inférieur. Il s’agit, d’une part, de la formation aux fonctions d’aide à domicile (1991), renommée aide socio-familiale (1996). Parler de profession à l’égard de l’aide socio-familiale est quelque peu abusif, dans la mesure où le règlement ne prévoit pas de qualification scolaire minimale pour y accéder et que la formation comprend un nombre limité d’heures d’enseignement théorique et technique. La seconde filière de formation nouvellement créée est celle de l’auxiliaire de vie (2005), pour laquelle les candidats doivent avoir réussi neuf années de scolarité obligatoire. L’émergence de ces formations est à situer dans le contexte de la croissance et de la différenciation progressive des institutions sociales et du développement accéléré des secteurs des personnes âgées et de l’accueil de jour des enfants.

De la rupture de l’Université du Luxembourg avec la logique de séparation des formations de l’assistant social et de l’éducateur gradué (2005)

  • 17 Toutes les dispositions légales datant de 1990 (conditions d’accès, durée des études, etc.), y com (...)

24L’année 2005 constitue à bien des égards une année clé dans la professionnalisation de l’intervention sociale au Luxembourg. D’un côté, les études d’éducateur gradué sont remplacées par un Bachelor en sciences sociales et éducatives (BSSE), à la suite de leur intégration à l’Université du Luxembourg en 200317.

  • 18 L’IEES cesse ainsi d’exister après seulement quinze ans d’existence.

25De l’autre côté, l’Etat créé un Lycée technique pour professions éducatives et sociales (LTPES) pour accueillir la formation de l’éducateur18.

  • 19 L’entièreté de la bibliothèque reste la propriété de l’IEES (LTPES à partir de 2005) et seul un no (...)
  • 20 Le choix d’intégrer les études d’éducateur gradué dans l’université avait déjà fait l’objet de dis (...)

26Le passage à l’université s’opère dans des conditions difficiles : une formation en perte de légitimité, une recherche quasi inexistante, des ressources pédagogiques et humaines très limitées19. Au départ, il n’était même pas sûr que les études soient reconduites sous quelque forme que ce soit20. Suite à l’organisation d’un symposium sur l’« avenir des études dans les domaines de l’intervention sociale et de la pédagogie spéciale » en mars 2004, l’équipe des enseignants-chercheurs commence toutefois à travailler sur un nouveau profil d’études. Une plateforme de concertation regroupant différents acteurs institutionnels (associations professionnelles, ministères, syndicats, ententes patronales) est mise en place. Finalement, tout va très vite avec l’accord de la Faculté et du Conseil de gouvernance de lancer le Bachelor en sciences sociales et éducatives dès l’année académique 2005-2006. Quatre éléments ont joué un rôle majeur dans l’élaboration du nouveau curriculum d’études.

  • 21 Ces réserves concernent surtout la représentativité de l’échantillon.
  • 22 Mais également au sein de l’université même, notamment au niveau de la faculté.

27Le premier concerne la perte de légitimité dont souffrait la formation, au plus tard depuis une étude commanditée par le Ministère de la culture, de l’enseignement supérieur et de la recherche (MCESR) et publiée en 2001. Un des constats majeurs dressés par l’étude se rapportait à la faible différenciation entre l’éducateur et l’éducateur gradué, à la fois en termes de formation et de tâches professionnelles, soulevant de ce fait la question de l’« utilité » de l’éducateur gradué, plus coûteux (Ant et Pint, 2001). Indépendamment d’éventuelles réserves d’ordre méthodologique à l’égard de l’étude en question21, ce constat a contribué à la génération d’attentes de « révision fondamentale » de la part des autorités publiques à l’égard de l’université22.

  • 23 Pédagogie sociale et travail social constituent des domaines d’études et de recherche bien établis (...)

28Le second se rapporte à la discussion de longue date dans le milieu académique allemand sur les rapports entre pédagogie sociale et travail social – suite à leur expansion mutuelle en termes de contenus et de publics cibles. Cette discussion, qui n’existe pas sous cette forme dans les contextes français et belge, en raison probablement du moindre degré d’académisation de l’intervention sociale dans ces pays23, a débouché sur la formulation de différentes thèses, dont celle de la Subsumption : « Malgré l’existence de spécificités professionnelles, pédagogie sociale et travail social sont si semblables, qu’ils constituent un système d’action commun (Sozialpädagogik + Sozialarbeit = Soziale Arbeit) » (Schilling, 2005). L’accompagnement professionnel de la vie en général ainsi que l’aide et le soutien dans des crises biographiques (Thole et Galuske, 2003), relèvent toujours de l’éducation au sens large du terme (Bildung et Erziehung). Une séparation au niveau des études ne tirerait que des frontières artificielles, rendrait difficile toute coopération et serait un obstacle au développement futur de l’ensemble du domaine (Schilling, 2005).

  • 24 Pour l’assistant social, il s’agit en premier lieu du domaine de l’aide sociale (offices sociaux c (...)

29Le troisième élément concerne la réflexion menée à l’interne sur les besoins du secteur social ainsi que sur les types de savoirs et de savoirfaire mobilisés par l’éducateur gradué et l’assistant social. D’un côté, l’expansion quantitative et qualitative de l’intervention sociale à partir des années 1970 s’est traduite par une croissance, différenciation et hiérarchisation progressives des institutions sociales, créant de nouveaux besoins en termes de conceptualisation des pratiques d’intervention ainsi que de management (Haas, 2005). De l’autre côté, les deux professions se sont développées – telle est en tout cas l’image qui se dégage d’une première analyse à approfondir – en balkanisant des champs de travail en partie différents24, tout en exerçant des activités ou fonctions fort semblables de par leur nature (analyser et diagnostiquer, informer et orienter, motiver et activer, accompagner et conseiller, etc.).

30Enfin, le dernier élément se rapporte à l’ancrage des études d’éducateur gradué dans le cadre universitaire. Jusque-là, il avait été « impensable » de concevoir les études et, par conséquent, la professionnalisation autrement que sous la forme d’études supérieures de type court. Avec l’intégration à l’université et la nouvelle architecture de Bologne en trois niveaux, de toutes nouvelles opportunités de penser l’intervention sociale s’offraient tout à coup, à la fois en termes de professionnalisation, d’académisation et d’internationalisation.

  • 25 Selon la perspective adoptée, on peut aussi argumenter qu’il s’agissait en fait d’une contrainte i (...)

31Dès lors, le bachelor, en tant qu’entrée dans le système de formation universitaire, ne devait-il pas nécessairement être pensé comme une formation de base à caractère généraliste25 ?

32Le résultat des échanges et réflexions menés a été l’inscription du bachelor dans une logique intégrant pédagogie sociale et travail social sur le modèle germanophone de la Soziale Arbeit (Sozialpädagogik/Sozialarbeit), avec les sciences sociales et les sciences de l’éducation comme disciplines de référence. En référence à Thole et Galuske (2003), l’hypothèse à la base de la création du bachelor a été que l’intervention sociale moderne ne peut être pratiquée que sous forme d’une science interdisciplinaire éclairée par les sciences sociales et les sciences de l’éducation.

33En rompant avec la distinction historiquement construite entre les formations de l’assistant social et de l’éducateur gradué, l’université a déclenché des vives réactions au sein de la communauté professionnelle, en particulier celles des assistants (d’hygiène) sociale. En voyant leur identité ainsi que leurs acquis sociaux mis en question, ceux-ci éprouvaient des difficultés à saisir le sens, notamment en termes de chances et opportunités d’académisation et de reconnaissance sociale, du nouveau sentier emprunté par l’université. Dans les échanges avec l’association professionnelle, les logiques institutionnelles autour desquelles l’identité professionnelle s’était construite au fil de l’histoire, ont clairement transparu : l’assistant social en tant que clinicien des problèmes sociaux, l’enquête sociale comme marque distinctive de la professionnalité ou encore le droit social comme référence incontournable de l’exercice professionnel. Une des appréhensions particulières se rapportait à la durée des temps de terrain, l’initiation à la profession par la pratique apparaissant comme une condition sine qua non de la professionnalisation.

34Depuis 2008, les étudiants du Bachelor en sciences sociales et éducatives ont officiellement accès à la quatrième année de formation préparant au diplôme d’Etat d’assistant social – à côté de la carrière de l’éducateur gradué. Au cours de l’année 2013, le règlement grand-ducal de 1979 a été remplacé par un nouveau règlement en ligne avec le processus de Bologne et la directive 2005/36/CE relative à la reconnaissance des titres de formation et des qualifications professionnelles. Les étudiants du bachelor, à condition d’avoir suivi un enseignement d’approfondissement en droit appliqué à l’intervention sociale (3 ECTS) ainsi que des stages pratiques à raison de 18 ECTS sous la responsabilité professionnelle d’un assistant social, pourront directement obtenir l’autorisation d’exercice auprès du Ministère de la santé. Les étudiants ayant suivi leurs études à l’étranger devront passer une épreuve d’aptitude ou effectuer un stage d’adaptation.

  • 26 Management et Coaching dans les secteurs éducatifs et sociaux.

35Pour offrir une suite au bachelor, l’Université du Luxembourg vient de lancer en 2011-2012 un Master professionnel en Management und Coaching im Bildungs- und Sozialwesen26 s’adressant de manière prioritaire à des professionnels en cours d’emploi. Au plus tard pour l’année académique 2014-2015, un Master académique en sciences sociales et éducatives s’ajoutera à l’offre de formation. La possibilité de faire un doctorat en sciences sociales ou en sciences de l’éducation, avec comme dominante le travail social ou la pédagogie sociale, existe déjà. Des premiers doctorants ont d’ailleurs terminé avec succès leurs études. La grande question est de savoir comment tous les changements décrits vont impacter la professionnalisation de l’intervention sociale à moyen et à long terme.

Conclusion

36La professionnalisation de l’intervention sociale au Luxembourg trouve ses origines, comme dans la plupart des pays européens, dans l’avènement de la société salariale et de la question ouvrière. Son expansion a été parallèle à celle de l’Etat social luxembourgeois, en s’inscrivant d’abord, avec l’infirmière visiteuse comme figure dominante, dans une logique de « maternalité » médico-sociale. C’est seulement beaucoup plus tard, dans les années 1970, qu’un deuxième tronc de professionnalisation, étroitement lié à la montée en force de la société de l’éducation, se développe, avec l’éducateur gradué comme locomotive. Comparée aux pays voisins, notamment l’Allemagne où elle s’amorça dès la moitié du XIXe siècle sous l’initiative de personnages comme Fröbel (1782-1852), Fliedner (1800-1864) ou Wichern (1808-1881), la professionnalisation de l’action socioéducative s’est opérée de manière « tardive ». Deux facteurs ont probablement joué un rôle clé à cet égard, à savoir la position centrale occupée par l’Eglise et les congrégations féminines (combinée à une attitude de retrait de l’Etat) et la prédominance de la profession de l’instituteur en matière éducative.

37A l’heure actuelle se posent un grand nombre de questions auxquelles il s’avère encore difficile d’apporter des réponses. Quels vont notamment être les effets de la disparition progressive de l’assistant d’hygiène sociale, du statut incertain de l’éducateur gradué et de la nouvelle génération de professionnels formés par l’université ? Quels rôles joueront à l’avenir les différentes associations professionnelles, notamment par rapport à l’Université du Luxembourg ? Dans quelle mesure cette dernière parviendra-telle à consolider encore davantage sa légitimité en tant qu’acteur de formation initiale/continue et de recherche ?

38Ce qui est certain, c’est que le paysage de formation luxembourgeois est actuellement en train de se transformer de manière durable avec la création du Bachelor en sciences sociales et éducatives, du Master professionnel en Management und Coaching im Bildungs- und Sozialwesen ainsi que la mise en place envisagée d’un Master académique en sciences sociales et éducatives. Sur la base de la dynamique socio-historique globale dans laquelle la professionnalisation de l’intervention sociale s’inscrit depuis les années 1970, on peut par ailleurs émettre l’hypothèse d’un changement progressif de paradigme, d’une logique médicale et sociale vers une logique sociale et éducative. L’émergence et l’expansion de l’éducateur gradué (et de l’éducateur) et la disparition à long terme de l’assistant d’hygiène sociale, de même que la logique dans laquelle les formations à l’Université du Luxembourg s’inscrivent, peuvent en tout cas être interprétés comme autant de signes d’un tel changement.

Bibliographie

Références bibliographiques

ANAHSASIG (Association nationale des assistantes d’hygiène sociale, assistantes sociales et infirmières graduées) (1989). Brochure éditée à l’occasion du 50e anniversaire de l’ANAHSASIG. Luxembourg : ANAHSASIG

Ant, M. & Pint, M. (2001). Etude sur les besoins en qualification du secteur socio-éducatif. Luxembourg : MCESR.

Chassé, K. A. & Wensierski, H. -J. (2004). Praxisfelder der Sozialen Arbeit – eine Einleitung. Dans K. A. Chassé & H. J. Wensierski, Praxisfelder der Sozialen Arbeit. Weinheim und München : Juventa.

Haas, C. (2005). Ausbildung für soziale Berufe in Luxemburg. Dans F. Hamburger, S. Hirschler, G. Sander & M. Wöbcke (Ed.), Ausbildung für Soziale Berufe in Europa. Frankfurt am Main : ISS Verlag.

Haas, C., Gaitsch, R., Limbach-Reich, A. & Peters, U. (2009). Professionalisierung sozialer Hilfeleistungen : Entwicklungslinien und Zukunftsperspektiven der Ausbildung Sozialer Arbeit. Dans H. Willems et al. (Eds), Manuel de l’intervention sociale et éducative au Grand-Duché de Luxembourg. Luxembourg : Saint-Paul.

Heimann, P., Otto, G. & Schulz, W. (1966). Unterricht. Analyse und Planung. Hannover : Schroedel.

Hoffmann, M. (2008). Le développement du travail social au Luxembourg à travers l’activité centenaire de la Ligue médico-sociale. Luxembourg : Ligue médico-sociale.

Hoffmann, M. (2009). Am Anfang war die Tuberkulose. Professionalisierung Sozialer Arbeit in Luxemburg. Sozial Extra, 3/4, 35-38.

Jovelin, E. & Bouquet, B. (2005). Histoire des métiers du social en France. Paris : Editions ASH.

Loschetter, V. (1997). De l’infirmière visiteuse à l’assistante sociale. Dans G. Goetzinger, A. Lorang & R. Wagener (Eds), Wenn nun wir Frauen auch das Wort ergreifen… Luxembourg : Ministère de la culture.

Luis, V., Leyder, A.-M. & Ney, M. (2009). L’action congréganiste dans la société luxembourgeoise au XIXe siècle. Dans H. Willems et al. (Eds), Manuel de l’intervention sociale et éducative au Grand-Duché de Luxembourg. Luxembourg : Saint-Paul.

Manderscheid, A. & Vandivinit, C. (2009). Die Entwicklung der Zusammenarbeit des Staates mit den freien Trägern in den Jahren 1967-1998. Dans H. Willems et al. (Eds), Manuel de l’intervention sociale et éducative au Grand-Duché de Luxembourg. Luxembourg : Saint-Paul.

Nassehi, A. (2003). Inklusion : Von der Ansprechbarkeit zur Anspruchsberechtigung. Dans S. Lessenich (Ed.), Wohlfahrtsstaatliche Grundbegriffe. Historische und aktuelle Diskurse. Frankfurt/New York : Campus.

Pauly, M. (2011). Geschichte Luxemburgs. München : C. H. Beck.

Sachße, C. (2005). Geschichte der Sozialarbeit. Dans H. -U. Otto & H. Thiersch (Eds), Handbuch Sozialarbeit Sozialpädagogik. München : Ernst Reinhardt.

Schilling, J. (2005). Soziale Arbeit. Geschichte, Theorie, Profession. München : Ernst Reinhardt.

Thole, W. & Galuske, M. (2003). Sozialpädagogik – « Jahrhundertprojekt » oder « Entsorgungsfall » ? Zeitschrift für Pädagogik, 49 (6), 885-902.

Verein für die Interessen der Frau (1907). Einiges über Wohnungsverhältnisse der ärmeren Arbeiterbevölkerung in Luxemburg. Luxemburg : Huss.

Welschbillig, H. R., Prussen, P., Heinz, C., Kandel, S. & Schwartz, L. (2012). Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l’IEES et du LTPES. Mersch : LTPES.

Willems, H., Rotink, G., Ferring, D., Schoos, J., Majerus, M., Ewen, N., Rodesch-Hengesch, M. A. & Schmit, C. (2009). Manuel de l’intervention sociale et éducative au Grand-Duché de Luxembourg. Luxembourg : Saint-Paul.

Zahlen, P., & Schoos, J. (2009). Métamorphoses de l’intervention sociale 1839-1940. Dans H. Willems et al. (Eds), Manuel de l’intervention sociale et éducative au Grand-Duché de Luxembourg. Luxembourg : Saint-Paul.

Notes

1 Les deux termes seront utilisés de manière synonyme dans la suite du texte.

2 Traduction de l’allemand.

3 La première assistante sociale est recrutée en 1929 par les Aciéries réunies de Burbach, Eich et Dudelange (ARBED).

4 Notons la déclinaison à présent masculine de la profession, alors que l’ensemble des titulaires du diplôme d’Etat sont des femmes.

5 Pour l’assistant d’hygiène sociale s’y rajoutent une série d’autres techniques comme « l’assistance au médecin lors des mesures de médecine préventive », « l’exécution de certaines méthodes de dépistage », énumérées en détail par la suite, ou encore « l’éducation sanitaire individuelle et de groupe » (art. 11).

6 Les enfants des maisons d’accueil, majoritairement gérées par les congrégations religieuses féminines, vivaient dans des conditions de délaissement et d’isolement social au début des années 1970 (Manderscheid et Vandivinit, 2009).

7 Les enfants « atteints d’infirmités intellectuelles » étaient jusque-là exclus de l’école sur la base de la loi de 1912 concernant l’organisation de l’enseignement primaire.

8 En tant qu’« enfants » de l’introduction d’un nouvel ordre d’enseignement, où elles étaient censées assister les instituteurs, ces professions sociales ou socio-éducatives se sont ainsi formées à l’origine par différenciation de la profession de l’instituteur. Au départ, les instituteurs et les éducateurs (gradués) étaient d’ailleurs formés sur le même site et le premier responsable était un ancien instituteur qui avait étudié la psychologie par la suite.

9 Il s’agit là des dénominations exactes telles qu’elles figuraient dans la loi sur l’éducation différenciée de 1973.

10 D’autant plus qu’elles étaient organisées par un seul centre de formation, le nombre de personnes se formant à l’étranger ayant été plutôt limité jusqu’à un passé récent.

11 Les données ci-dessous sont tirées du dossier parlementaire relatif à la loi du 6 août 1990 portant organisation des études éducatives et sociales.

12 Loi du 6 août 1990 portant organisation des études éducatives et sociales.

13 Il en résulte une différence substantielle dans la rémunération de l’assistant social et de l’éducateur gradué de l’ordre de 1000 €.

14 Comparé aux professions de l’éducateur et de l’éducateur gradué, l’accroissement du nombre de professionnels est toutefois bien moins spectaculaire.

15 Le règlement de 1969 ne contenait pas vraiment d’indications à ce sujet. C’est probablement le nombre croissant de candidats assistants sociaux qui a poussé vers une plus grande formalisation.

16 Nouvelle dénomination adoptée par la Ligue luxembourgeoise contre la tuberculose à partir de 1983.

17 Toutes les dispositions légales datant de 1990 (conditions d’accès, durée des études, etc.), y compris l’art. 44 protégeant le titre professionnel, sont supprimées avec la loi universitaire.

18 L’IEES cesse ainsi d’exister après seulement quinze ans d’existence.

19 L’entièreté de la bibliothèque reste la propriété de l’IEES (LTPES à partir de 2005) et seul un nombre très limité d’enseignants rejoint l’université, parmi lesquels une partie va contribuer au développement du bachelor (au total, sept personnes). Le directeur et le directeur adjoint de l’IEES n’intègrent pas l’université. Avec le recul nécessaire, c’est probablement cette rupture en termes de personnel qui a permis d’innover par la suite.

20 Le choix d’intégrer les études d’éducateur gradué dans l’université avait déjà fait l’objet de discussions (Haas, 2009).

21 Ces réserves concernent surtout la représentativité de l’échantillon.

22 Mais également au sein de l’université même, notamment au niveau de la faculté.

23 Pédagogie sociale et travail social constituent des domaines d’études et de recherche bien établis au niveau des universités et hautes écoles allemandes. En particulier, les hautes écoles fonctionnent depuis les années 1970 sur des bases comparables aux universités – les professeurs doivent avoir le grade de docteur et font de la recherche – avec pour seule différence qu’elles n’ont pas le droit de promotion (doctorat). Le débat scientifique sur les rapports entre pédagogie sociale et travail social, qui a fait couler beaucoup d’encre, peut être interprété comme la conséquence d’un processus d’autoréflexion et de théorisation.

24 Pour l’assistant social, il s’agit en premier lieu du domaine de l’aide sociale (offices sociaux communaux, services régionaux d’action sociale), de la médecine scolaire ou des services sociaux à l’hôpital. Pour l’éducateur gradué, on peut citer les domaines de l’action sociale en faveur des jeunes (maisons de jeunes, action locale pour jeunes, services d’information et d’orientation, service national de la jeunesse), l’insertion professionnelle (administration de l’emploi, entreprises d’insertion), les structures d’accueil pour enfants, adolescents, jeunes femmes ou autres publics. Dans certains domaines, les deux professions se partagent le terrain avec, selon les cas, une faible différenciation des fonctions : services psycho-socio-éducatifs en milieu scolaire ou pénitentiaire, mesures d’aide aux toxicomanes, etc.

25 Selon la perspective adoptée, on peut aussi argumenter qu’il s’agissait en fait d’une contrainte imposée par les logiques institutionnelles du système universitaire.

26 Management et Coaching dans les secteurs éducatifs et sociaux.

Auteur

Senior Lecturer en sciences sociales et éducatives, Institute for Research and Innovation in Social Work, Social Pedagogy and Social Welfare (IRISS), Université du Luxembourg, Luxembourg.
Champs d'étude : L'économie sociale et solidaire, l'insertion professionnelle, l'histoire du travail social, la théorie néo-institutionnelle.
claude.haas@uni.lu. | wwwen.uni.lu/recherche/flshase/inside/people/claude_haas

© Éditions ies, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search