Version classiqueVersion mobile

Dynamiques du travail social en pays francophones

 | 
Marc Fourdrignier
, 
Yvette Molina
, 
Françoise Tschopp

Introduction1

Marc Fourdrignier, Yvette Molina et Françoise Tschopp

Texte intégral

  • 1 Cet ouvrage est issu des travaux initiés lors d’un colloque à Montréal dans le cadre du 80e congrè (...)

1Le travail social est confronté, sur le plan international, à un certain nombre de défis comme l’injonction de performance publique, l’affaiblissement de l’autonomie des professionnels, la mise à distance de la question de l’éthique, la « protocolisation » du travail social, la réduction des formes du travail ensemble, la place croissante des experts, etc. Pour autant, ces défis ne sont pas propres au travail social. On les retrouve dans différents champs de l’action publique, ou plus précisément dans ce qui est regroupé sous l’intitulé des métiers de la relation : « Un métier relationnel articule étroitement une expertise, un positionnement éthique et des pratiques d’interaction » (Demailly, 2008 : 19).

2Si le travail social est confronté à ces défis, c’est bien parce que nos sociétés se sont transformées. Il est alors possible de parler d’« un nouvel esprit du capitalisme » (Boltanski et Chiapello 1999) ou d’une « nouvelle raison du monde » (Dardot et Laval, 2009). Beaucoup de termes sont utilisés pour tenter de rendre compte de ces phénomènes. Par exemple, Dominique Boullier nous met en garde : « Lorsque la critique du management est lancée, elle tend à emporter tout sur son passage et à assimiler le management à certains de ses traits secondaires ou à lui attribuer les traits d’autres processus qui lui sont contemporains » (Boullier, 2009 : 41). Cet auteur précise alors que le management n’est pas défini par la rigueur budgétaire, que l’impératif du calcul n’est pas issu du management, que le souci de l’organisation est abusivement attribué au management et enfin que le management n’a pas créé le libéralisme ni la nouvelle globalisation.

3Nous avons donc affaire d’abord au néolibéralisme, qui consiste en « une logique d’ensemble qui transforme toute institution et tous les champs sociaux pour les plier à la norme du marché, pour faire de toutes les entités institutionnelles, quelles qu’elles soient et quelle que soit la nature de leurs activités, des entreprises obéissant à des contraintes de concurrence, de productivité et de rentabilité » (Laval, 2011 : 32). L’auteur insiste pour dire que cela ne signifie pas pour autant que tout devient marchandise, mais au moins que la concurrence est la loi suprême du fonctionnement de l’humain. A partir de là, il va falloir éliminer tout ce qui peut faire obstacle à la concurrence. C’est par exemple l’argument qui a été utilisé par le patronat français pour dénoncer la situation des associations dans le secteur social : « La concurrence est à la fois l’arbitre et l’aiguillon, qui permet de donner à chacun sa chance. Elle est génératrice de créativité et de rigueur, c’est ce qui lui donne tout son sens » (MEDEF, 2002 : 3). Cela s’est traduit depuis par l’apparition du terme opérateur dans le champ social, terme « asexué » qui permet d’occulter toute référence au statut d’une organisation, considérant qu’une entreprise lucrative, un service public et une association, c’est la même chose.

4Ce cadre général va se préciser à travers de nouvelles doctrines et formes de pensée comme le managérialisme, entendu comme une « idéologie qui veut étendre les principes de la gestion à toutes les sphères de la vie sociale et humaine. Le managérialisme prône la gestion rationnelle des entreprises et l’imitation de leurs pratiques dans tous les domaines de la vie sociale et privée » (Rouleau, 2007 : 247). Par exemple, « nous imaginons d’habitude un mur infranchissable entre le marché et la sphère non marchande […] ce mur est aujourd’hui hautement perméable » (Hochschild, 2009 : 204-205). C’est aussi le cas pour le new public management, phénomène d’ampleur internationale, caractéristique d’« une transformation majeure des Etats dans laquelle les activités de régulation interne des systèmes administratifs occupent désormais une place renforcée et différenciée » (Bezes, 2011 : 40). Dans cette perspective, le recours aux agences devient une forme d’externalisation des administrations publiques. (Benamouzig et Besançon, 2007). Elles étaient, en France, 1244 en 2010 (IGF, 2012 : 1). Ces mouvements vont avoir des conséquences importantes en termes de développement des démarches qualité, des activités de contrôle et d’évaluation. Concrètement cela va se traduire par « l’utilisation stratégique de la quantification […] [qui] entraîne une reconfiguration de l’architecture du pouvoir en y introduisant une figure inédite : celle du manageur qui dirige à partir de la maîtrise et des outils et des produits de la quantification » (Ogien, 2013 : 14-15).

5Ces doctrines et idéologies se diffusent aussi dans le champ social en introduisant « une nouvelle gouvernance de l’état social » (Merrien, 2011). Pour lui, cela va déjà se traduire par un basculement des références intellectuelles fondamentales : on passe du droit public et du droit administratif aux théories microéconomiques et aux théories du management. Par suite, cela amène à un déplacement des priorités : « La question n’est plus seulement comment augmenter la couverture des besoins sociaux mais comment définir les priorités et trouver des réponses efficientes » (ibid. : 14).

6Pour illustrer les interactions entre les différents niveaux que nous cherchons à articuler, nous pouvons prendre l’exemple de la mobilité. Cette notion polysémique est devenue omniprésente avec le développement de la mondialisation. Elle concerne à la fois les capitaux, les entreprises et les personnes… Elle a eu des répercussions dans le champ du management, où elle est devenue une norme dans l’appréciation des carrières des individus. Elle a des influences dans la structuration des organisations en pôles, à l’hôpital par exemple. Le personnel est alors censé être mobile et polyvalent. Elle a aussi des répercussions sur les personnes en difficulté. Elle devient une modalité de l’exploitation : « L’exploitation demeure introuvable. Pour la trouver il faut comprendre que l’immobilité des uns est nécessaire à la mobilité des autres » (Boltanski et Chiapello, 1999 : 446). Dans cette perspective, l’immobilité devient l’antichambre de l’exclusion. Etre mobile est devenu une injonction sociale, dont de nombreux intervenants sociaux se font le relais.

7Toutes ces transformations vont venir réinterroger les professions. Pour certains, c’est « le marché contre les professions » (Bessis et Favereau, 2011). Pour d’autres, « les réformes initiées dans le cadre du nouveau management public constituent des tentatives de restreindre l’autonomie dont les membres de diverses professions bénéficiaient dans la conduite de leur travail » (Champy, 2011 : 260). Comment les dispositifs de formation se saisissent-ils de ces questions en termes de pratiques de formation ? Les professions du travail social ont connu de profondes mutations depuis leurs débuts historiques, se situant pour la plus ancienne avec la figure de l’assistante sociale. Chaque pays connaît des configurations singulières en termes de professionnalisation aboutissant à la création, ou non, de diplômes spécifiques en intervention sociale. Au-delà des contextes nationaux, les processus de professionnalisation sont à analyser selon les dynamiques de coopération internationales, qu’elles soient induites par des cadres règlementaires ou par des accords de partenariat internationaux. Dans ce contexte en profonde mutation, nous voulons examiner et repenser la dynamique des processus de professionnalisation du travail social, qu’ils s’opèrent sur le plan institutionnel par le recours aux hautes écoles ou aux formations universitaires. Un regard critique est porté sur l’apparition et la généralisation des référentiels de compétences, qui interroge un certain nombre de points qui ne vont pas de soi : entre technicisation et perte d’autonomie des professionnels, cadre prescriptif et activité réelle de l’intervention sociale. Dans ce contexte, il s’agit d’analyser comment se croise la pensée réflexive entre praticiens du social et espaces de formation, les parcours de professionnalisation et la constitution des savoirs d’expérience.

8Les formes et les modalités de la professionnalisation se sont profondément transformées depuis plus d’une décennie et nous voulons pouvoir à la fois en rendre compte, en faire l’analyse et envisager les suites à venir. Pour ce qui concerne l’Europe, la transformation principale nous vient des accords de Bologne en grande partie, et plus largement de la mondialisation en matière d’enseignement supérieur. Celle-ci se caractérise par des cadres dont les modèles sont transférables, les pratiques d’évaluation fortement soumises aux lois de la concurrence internationale ; la mobilité et les partenariats transnationaux font référence et sont gages de performance et de réussite.

9Cet ouvrage décrit les paradoxes qui traversent les pratiques dans un contexte professionnel et organisationnel en tension. Il montre également les enjeux des transformations du champ de la formation comme marqueurs des évolutions de l’intervention sociale. Il permet ainsi d’entrevoir les recompositions affectant le secteur : les conditions de renouvellement des métiers du social, les mutations opérées au sein du travail, le rôle de la recherche dans une fonction d’expertise. L’ouvrage présente une analyse critique des dynamiques récentes qui traversent le travail social sous l’angle de l’évolution des professions et des formations. Cette analyse repose sur des approches diversifiées à l’échelle de cinq pays francophones (Belgique, France, Luxembourg, Québec, Suisse).

10Nous avons fait le choix de parler de travail social, au sens générique du terme, sachant que ce terme est utilisé comme tel dans les différents pays francophones. Nous aurions aussi pu employer le terme d’intervention sociale, plus large, utilisé dans la plupart des pays. En retenant cette dénomination, nous privilégions toutes les formes et les modalités qui permettent à un individu de devenir et de rester un « professionnel » de l’action sociale, ou bien encore qui lui permettent de se transformer en un autre professionnel, dans le cadre de sa trajectoire, avec une perspective hiérarchique, ou non.

11Nous ferons tout d’abord référence aux formations initiales des travailleurs sociaux. Mais les formations recouvrent aussi les formations continues et supérieures, des dispositifs de validation des acquis de l’expérience, des pratiques informelles entre collègues, des pratiques organisationnelles dans le cadre de la supervision (Les politiques sociales, 2007) ou de l’analyse de pratiques… Cela incorpore également toutes les pratiques de stage, bien souvent pensées à partir du concept d’alternance (Fourdrignier, 2012). Les modalités sont elles aussi contrastées puisqu’elles vont des écoles traditionnelles de travail social, qui préparent à un diplôme spécifique tel qu’un diplôme d’Etat, aux hautes écoles ou aux universités qui peuvent préparer à des diplômes génériques (un bachelor ou un master) avec spécialité en travail social.

12La problématique générale se décline en trois axes. Le premier fait le constat que les pratiques du travail social se sont profondément modifiées. Le deuxième explique les évolutions par un certain nombre de transformations sociétales. Le troisième vient réinterroger les formes et les modalités de professionnalisation.

13La première partie présente quatre paysages de formation contrastés : la Suisse romande, la Belgique, le Luxembourg et la France. Dans une contribution intitulée « Formation en travail social dans les hautes écoles spécialisées de Suisse romande : opportunités et défis pour les écoles et les pratiques », Françoise Tschopp nous présente un premier paysage en prenant appui sur l’incorporation de la formation des travailleurs sociaux dans les hautes écoles spécialisées en 2002 et la reconfiguration de l’ensemble des systèmes de formation. Plusieurs questions sont abordées : comment ces changements se concrétisent-ils dans le champ de la formation et comment transforment-ils les pratiques professionnelles ? Quels en sont les enjeux pour les acteurs de la formation dans une haute école avec une formation en alternance qui joue la carte de la prise en compte des terrains et le développement de la recherche en travail social ? Quels en sont les effets dans les champs professionnels alors que les identités professionnelles sont remises en question et que la qualification des acteurs de terrain reste problématique ?

  • 2 Sur une thématique très proche, un article a été publié dans la revue Empan (Artois, 2012).

14Ensuite, Mejed Hamzaoui étudie, à partir de la situation belge2, « Les nouvelles configurations des métiers du social ». Dans ce contexte, le travail social est conduit, sous l’effet de la « mondialisation de l’économie », de la crise de l’emploi et de l’ébranlement de la société salariale, à repenser et à redéfinir son champ d’intervention. Pour l’auteur émerge un travail social en gestation, doté d’un référentiel basé sur la formalisation des compétences professionnelles et d’une nouvelle technologie d’intervention sociale. Ce référentiel s’accompagne d’une « polyvalence » des tâches, nécessitant de nouveaux profils des professionnels du social, différents de ceux des professions canoniques.

15Claude Haas analyse, lui, « Les dynamiques socio-historiques de la professionnalisation de l’intervention sociale au Luxembourg ». Il vise à reconstruire le processus de professionnalisation de l’intervention sociale dans sa globalité. Celui-ci est récent et, pendant longtemps, les travailleurs sociaux ont dû se former à l’étranger. De plus, il s’est construit sous une double influence, francophone et germanophone. L’objectif est moins de décrire en détail l’histoire des métiers ou des professions pris isolément, mais plutôt de retracer la dynamique institutionnelle dans laquelle leur développement s’est inscrit. L’auteur montre comment, en se greffant sur les transformations de la société luxembourgeoise en général, et en particulier du champ social, s’est construit le processus de professionnalisation de l’intervention sociale dans sa globalité. Il s’efforce d’identifier les enjeux, les logiques sous-jacentes et les éventuelles « dépendances de sentier ».

16Chantal Goyau termine cette partie sur la situation française : « La formation en travail social en France : un état des lieux ». Elle nous montre à partir d’une approche socio-historique comment, depuis le début du XXe siècle, le travail social s’est professionnalisé en France pour déboucher sur un paysage très complexe, aussi bien par son nombre de diplômes d’Etat de travail social que par les acteurs impliqués. Cela permet notamment de comprendre la place centrale jouée par l’alternance et les relations, qui restent complexes entre les centres de formation et les universités. Les nombreuses réformes des années 2000 ont modifié le paysage par le développement des référentiels, de la validation des acquis de l’expérience, de l’harmonisation européenne. Elles contribuent à réinterroger les enjeux de la professionnalisation des travailleurs sociaux.

17La seconde partie de l’ouvrage, « Des pratiques professionnelles en mouvement », met en évidence des réagencements des professions sociales soit dans leur ensemble, soit dans des situations particulières. La première contribution, rédigée par Louise Carignan, « Le travail social au Québec : quelle évolution ? » aborde l’évolution de la pratique du travail social au Québec dans le contexte global qui le conditionne, compte tenu des divers problèmes sociaux. Au Québec, le travail social a évolué d’une visée vocationnelle et confessionnelle basée sur la charité et la philanthropie, en passant par la bureaucratisation et l’institutionnalisation, pour ensuite se professionnaliser, s’affirmer dans une identité et une spécificité qui lui sont propres. Au fil du temps, le travail social a pris appui non seulement sur les savoirs d’expérience, mais sur les recherches scientifiques. Aujourd’hui, on cherche à légiférer le travail social et à lui prescrire un référentiel de compétences. L’auteur se demande si cela ne pourrait pas contribuer à une déprofessionnalisation du travail social, et donc à le faire régresser plutôt qu’évoluer ?

18La seconde contribution, présentée par Claire Weil et Olivia Mundweiler-Le Navéaux, porte sur « Les paradoxes de la professionnalisation des assistants familiaux en France ». Elle se centre sur une pratique ancienne et un métier en cours de constitution : le placement d’un enfant dans une famille d’accueil et auprès d’un (e) assistant (e) familial (e). Une loi de 2005 est venue renforcer le processus de professionnalisation en créant un diplôme d’Etat et en confirmant le fait qu’il est « un travailleur social qui exerce une profession définie et réglementée d’accueil permanent à son domicile et dans sa famille de mineurs ou de jeunes majeurs de moins de vingt et un ans ». Pour autant, cette nouvelle situation génère ou renforce des paradoxes que les auteures s’efforcent de mettre en évidence. Par exemple, la proximité affective et la distance professionnelle ; une activité individuelle dans le cadre d’un accueil familial…

19La troisième contribution, rédigée par Valérie Desomer, est centrée sur « Quelles transformations professionnelles pour le métier d’assistant social au sein des centres publics d’action sociale en Belgique francophone ? ». Elle vise à identifier, au travers du vécu des travailleurs sociaux, les transformations professionnelles qu’ils constatent quant à leur métier d’assistant social au sein des centres publics d’action sociale (CPAS) en Région wallonne, les tensions qu’ils rencontrent sur le terrain et les stratégies qu’ils mettent en place. Plus globalement, il s’agit de voir quel est l’impact du développement de l’Etat social actif sur les pratiques du travail social et sur le métier d’assistant social, qui a connu une double évolution : la territorialisation de l’intervention sociale et la mise en œuvre du paradigme idéologique de l’Etat social actif (ESA), inspiré des politiques anglo-saxonnes.

20La troisième partie s’efforce d’identifier « Des enjeux de professionnalisation ». Dans un premier article, Marc Fourdrignier met en relation « Changements sociaux et transformations du secteur social ». Il cherche à caractériser le contexte dans lequel les professionnalisations du travail social s’inscrivent, en mettant en relation le fonctionnement de la société dans son ensemble, les « métamorphoses de la question sociale » ou les formes de dysfonctionnement social, selon les grilles de lecture retenues, la construction politique de réponses à cette question sociale et les organisations et les professions, qui vont tenter d’apporter des réponses effectives. Il s’agit donc de voir comment les transformations du capitalisme, en lien avec le développement de la mondialisation et du néolibéralisme, ont généré à la fois des formes accrues de précarité, de pauvreté et d’exclusion, des injonctions de mobilité et de flexibilité et des réponses très décalées par rapport à celles des décennies précédentes, notamment par la focalisation sur l’activation.

21Dans un second article, Yvette Molina aborde les « Recompositions des professionnalisations du travail social ». Elle s’efforce de voir en quoi les pratiques de formation en travail social sont impactées et comment elles se positionnent face aux transformations du secteur social, notamment le développement du nouveau management public. Pour ce faire, elle présente les nouvelles formes de gouvernance en lien avec le nouveau management public, définit les différents types de professionnalisation existants et identifie les impacts de cette nouvelle forme de gouvernance sur ces modes de professionnalisation. Dans un deuxième temps, l’analyse porte sur les transformations et les recompositions des professionnalisations. Cela l’amène alors à envisager les relations entre les groupes professionnels : peut-on parler de concurrence entre ces groupes ? Comment redéfinissent-ils leurs territoires sous la pression des politiques publiques et organisationnelles ?

22Pour clore l’ouvrage, Carine Dierckx nous invite à « Penser les conditions et enjeux de la réflexivité dans les pratiques professionnelles aujourd’hui ». Elle se focalise sur la référence à la réflexivité dans les pratiques professionnelles et propose une mise en perspective de cette notion souvent mobilisée par les acteurs du social contre les modèles managériaux. Elle prend appui sur le philosophe canadien Charles Taylor pour distinguer deux paradigmes ; l’un, « épistémologique », fortement influencé par le rationalisme et l’empirisme, se caractérise par une approche objectiviste des comportements humains, basée sur une séparation entre faits et valeurs. La théorie est alors séparée de la pratique et réduite à l’application de connaissances « scientifiques ». L’autre, « compréhensif », est inséparable de la critique. Il s’appuie sur une rationalité large, incarnée, dialogique et expressive, refusant la dichotomie entre faits et valeurs, entre théorie et pratique.

23Cet ouvrage dessine des paysages contrastés, des questions ouvertes venant d’expériences quotidiennes. Il vise à alimenter la réflexion et les débats des praticiens, des étudiants, des professeurs-chercheurs et des usagers au sein du travail social francophone.

Bibliographie

Références bibliographiques

Artois, P. (2012). La professionnalisation en travail social au risque de la performance. Empan, 3 (87), 34-38.

Benamouzig, D. & Besançon, J. (2007). Les agences, alternatives administratives ou nouvelles bureaucraties techniques ? Le cas des agences sanitaires. Horizons stratégiques, 3.

Bessis, F. & Favereau, O. (2011). Le marché contre les professions. Dans P. Batifoulier, A. Buttard, J. -P. Domin, Santé et politiques sociales : entre efficacité et justice (pp. 82-92). Paris : Eska.

Bezes, P. (2011). New Public Management made in France. Dans B. Mas, F. Pierru, N. Smolski & R. Torrielli, L’hôpital en réanimation (pp. 39-59). Brignais : Editions du Croquant.

Boltanski, L. & Chiapello, E. (1999). Le nouvel esprit du capitalisme. Paris : Gallimard.

Boullier, D. (2009). Les universités et le nouveau féodalisme du management. Quaderni, 69, 41-54.

Champy, F. (2011). Pourquoi il faut défendre l’autonomie professionnelle et comment. Dans B. Mas, F. Pierru, N. Smolski & R. Torrielli, L’hôpital en réanimation (pp. 259-268). Brignais : Editions du Croquant.

Dardot, P. & Laval, C. (2009). La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale. Paris : La Découverte.

Demailly, L. (2008). Politiques de la relation. Approche sociologique des métiers et activités professionnelles relationnelles. Lille : Presses universitaires du Septentrion.

Fourdrignier, M. (2012). L’alternance dans les formations sociales. Education permanente, 190, 91-101.

IGF (2012). L’Etat et ses agences. [Rapport n ° 2011-M-044-01 (p. 1)]. Paris : Ministère de l’économie, des finances et de l’industrie.

Laval, C. (2011). La rationalité néo-libérale à l’assaut des services publics. Dans Dans B. Mas, F. Pierru, N. Smolski & R. Torrielli, L’hôpital en réanimation (pp. 31-38). Brignais : Editions du Croquant.

MEDEF (2002). Concurrence : marché unique, acteurs pluriels. Pour de nouvelles règles du jeu. Récupéré le 30 octobre 2013 de http://archive.medef.com/medias/upload/506_FICHIER.pdf

Merrien, F. -X. (2011). La nouvelle gouvernance de l’Etat social en France dans une perspective internationale. Informations sociales, 5 (167), 11-22.

Ogien, A. (2013). Désacraliser le chiffre dans l’évaluation du secteur public. Versailles : Quæ.

Rouleau, L. (2007). Théories des organisations : Approches classiques, contemporaines et de l’avant-garde. Québec : Presses universitaires du Québec.

Russell Hochschild, A. (2009). Marchés, significations et émotions : « Louez une maman » et autres services à la personne. Dans I. Berrebi-Hoffmann, Politiques de l’intime. Des utopies sociales d’hier aux mondes du travail d’aujourd’hui (pp. 203-222). Paris : La Découverte.

Supervisions : analyses, témoignages et perspectives (2007). Les politiques sociales, 1 & 2.

Le travail social au risque de la performance (2012). Empan, 3 (87).

Notes

1 Cet ouvrage est issu des travaux initiés lors d’un colloque à Montréal dans le cadre du 80e congrès de l’ACFAS (Association francophone pour le savoir, http://www.acfas.ca/evenements/congres/programme/80/400/420/c) en mai 2012. Cette association, née en 1923, a pour mission de « « promouvoir le développement de la recherche et de la culture scientifique, en contribuant à la diffusion et à la valorisation des connaissances et des méthodes scientifiques, en vue d’améliorer la qualité de la vie en société ». Elle organise tous les ans, au Québec, un ensemble de colloques dans tous les domaines scientifiques. Ce colloque a été organisé à l’initiative de quatre personnes (Louis Carignan, UQAC ; Québec ; Yvette Molina, EHESS/CMH, Paris, France ; Chantal Goyau, ETSUP, au titre de présidente du PREFAS GRIF Paris, France ; Marc Fourdrignier, URCA, Reims, France), mobilisant enseignants, formateurs et chercheurs spécialistes du travail social et de l’intervention sociale. Les organisateurs ont pris appui sur un réseau déjà existant, l’AIFRIS (Association internationale pour la formation, la recherche et l’intervention sociale). Elle a pour « but de promouvoir le développement scientifique, pédagogique, professionnel et le rayonnement international de l’intervention sociale ». Elle organise tous les deux ans un congrès international.

2 Sur une thématique très proche, un article a été publié dans la revue Empan (Artois, 2012).

Auteurs

Sociologue, enseignant-chercheur au Centre d’Etudes et de Recherches sur les Métiers et les Professionnalisations (CEREP) à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, France.
Champs d'étude : La diversification des professionnalisations dans le champ sanitaire et social. L’analyse des politiques publiques et des politiques sociales.
marc.fourdrignier@univ-reims.fr | http://marc-fourdrignier.fr/

Responsable formation à l’Institut de formation sociale des Yvelines, à Versailles. Doctorante en sociologie à l’EHESS – Centre Maurice Halbwachs, Paris, France.
Champs d'étude : Les processus de professionnalisation du secteur social et médico-social.
yvettemolina78@gmail.com | www.cmh.pro.ens.fr/hopmembres/hopmembres.php?action=ficheperso&id=327&id_rub=

Professeure et ancienne responsable de son centre de formation continue, Haute Ecole en travail social – HES-SO, Genève. Superviseure et intervenante dans les équipes et les organisations, Suisse.
Champs d'étude : Les transformations des métiers du social, des structures institutionnelles et du champ de la formation.
francoise.tschopp@hesge.ch |

© Éditions ies, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search