Version classiqueVersion mobile

Travail social hors murs

 | 
Joëlle Libois
, 
Laurent Wicht

Introduction

Texte intégral

L’objet d’analyse et son contexte

1Le contenu de cet ouvrage s’appuie sur une recherche appliquée (DORE/FNS) aspirant à l’analyse et à la visibilité des pratiques professionnelles des travailleurs sociaux hors murs (TSHM). Le projet a été élaboré à partir de concepts classiques de l’analyse du travail, soit la différenciation entre travail prescrit et travail réel. L’Homme au travail est en prise avec des juxtapositions, voire des contradictions, posées par les différents concepteurs du travail. Pour comprendre comment l’opérateur tient son poste de travail, comment malgré des injonctions parfois paradoxales il se débrouille, il paraît indispensable d’investiguer la problématique suivante : Comment les opérateurs agissent face aux contraintes multiples, et parfois contra-dictoires, qui déterminent les situations d’action.

2Dans les métiers de l’humain, s’il y a une activité particulièrement délicate à produire, c’est peut-être bien celle de la prescription même de l’action professionnelle. Chaque situation de travail est une rencontre avec d’autres humains, dont il n’est guère possible de préétablir le produit de cette interaction. Ce qui est à produire est à coconstruire, puisque l’on a besoin de l’Autre pour réaliser le travail. Dès lors se pose le problème de la prescription de l’action. Peut-on prescrire l’activité pour des situations singulières ? Pour le groupe de professionnels qui nous concerne, soit les TSHM, nous sommes partis de l’hypothèse que nous nous trouvions dans un champ prescriptif particulièrement flou, exacerbant ainsi la mobilisation de la subjectivité au sein de l’activité professionnelle.

3Lors de notre exploration, nous avons rapidement problématisé et élargi le concept de prescription pour aboutir à la prise en compte des sources de normalisation de l’action, permettant ainsi de rechercher l’ensemble des textes préfiguratifs de l’activité. L’intervention a consisté dans une première phase à rechercher les différents textes signifiants de l’action professionnelle explorée, puis de tenter une classification et une analyse visant à repérer en quoi ces textes influent sur l’activité.

4Face à la diversité et à la complexité des textes étudiés, nous avons repéré qu’il était indispensable pour les TSHM de produire collectivement leurs propres normes d’action afin de pouvoir tout simplement tenir dans leur poste et donner sens à leur activité. Cela nous a conduis à une deuxième phase d’intervention consistant à suivre et observer les professionnels dans le cours de leur action. L’objet étant de saisir comment se construit cette autre source de normalisation de l’action, cette fois-ci endogène, qui se construit sur les régulations informelles entre professionnels. A cette fin, nous avons également mobilisé les concepts de genre et de style (Clot et Faïta, 2000).

Positionnement épistémologique des auteurs

5Cette analyse du travail s’est appuyée sur un cadre théorique construit à l’interaction de plusieurs disciplines. L’axe central est indéniablement la psychodynamique du travail. A partir de ce positionnement, la recherche s’est enrichie d’analyses sociologiques incluant fortement les contextes socio-politiques au sein desquels se déroule l’activité. Plusieurs méthodes empruntées à la psychologie du travail et à l’ethnographie ont permis une exploration fine des pratiques professionnelles. L’avancement des travaux a poussé les investigations du côté des théories de l’action, cherchant à construire un cadre épistémologique en cohérence avec le déroulement progressif des interactions entre activité de recherche et activité professionnelle en travail social. Le processus empirique a déplacé les références premières que l’on pourrait définir très rapidement comme causalistes, rationnelles et positivistes pour se tourner vers une approche situationnelle et préréflexive. La sociologie normative ou positivistes pose comme postulat incontournable que l’individu est un produit de la société. Elle considère la société comme une réalité objective et déterminante. Elle agit sur le plan des fonctions collectives, des grands ensembles sociaux, les macro-déterminismes. Elle ignore pas l’interaction mais elle la subordonne aux mécanismes sociaux dans son ensemble.

6La sociologie interprétative considère que les formes sociales sont l’émanation des individus, que les normes sociales sont problématiques et que les systèmes de vérité sont discutables et ainsi objets de recherche. Elle travaille au niveau « élémentaire » de l’interaction sociale dans la vie quotidienne. Elle n’ignore pas le niveau des normes et de l’ordre macrosocial, mais elle cherche à vérifier l’existence et le sens sur le plan de la perception qu’en ont les agents dans la vie quotidienne (Lapassade, 1991).

7Ce renversement épistémologique est le fruit de la découverte de la richesse des savoirs d’action qui ont opéré une remise en question fondamentale des présupposés théoriques de référence. Nous avons rapidement saisi l’importance du décalage entre un modèle rationnel et linéaire et la réalité complexe du travail effectué, nous montrant ainsi les limites des tentatives d’explication fondées sur des hypothèses prédéfinies. C’est évidemment là un résultat de recherche qui nous a tout d’abord déstabilisé pour nous apparaître comme particulièrement heureux par la suite.

8Notre étude nous a amené à repenser le problème du rapport entre le corps et l’esprit, entre l’intentionnalité et la corporéité dans une perspective non-dualiste. Dès lors nous avons tenté de prendre en compte les aspects corporels et émotionnels ouvrant l’analyse du travail à des dimensions peu explorées.

9Pour cela nous nous sommes appuyés sur des études microsociologiques d’actes concrets inscrits dans leurs contextes particuliers. Nous nous sommes inspirés également de l’ethnométhodologie et nous avons procédé à des analyses conversationnelles sur ce que disent les sujets confrontés aux images posées sur leur propre activité (autoconfrontation croisée).

Positionnement subjectif des auteurs

10Le rapport entre les auteurs et l’objet de recherche est évidemment significatif dans la construction et l’élaboration de l’investigation. Tenter d’explorer finement les pratiques professionnelles afin de les socialiser et de les visibiliser demande l’établissement d’un rapport de confiance indéniable entre toutes les parties engagées dans le processus.

11L’établissement d’un rapport de confiance réciproque peut se construire à partir de différents socles ou éléments constitutifs, comme la notoriété des chercheurs, leurs statuts professionnels, leur connaissance préalable des domaines étudiés, etc. En ce qui nous concerne, l’entrée méthodologique par l’analyse du travail instituant un cadre de recherche appliquée a séduit d’emblée le Délégué à la jeunesse ainsi que les membres de son équipe. Toutefois, tenter de dévoiler ce qui se joue au cœur du métier reste une démarche particulièrement délicate impliquant fortement les sujets de part et d’autres. La connaissance antécédente des différents acteurs en jeu a certainement favorisé ce processus. Connaissance préalable entre pairs, puisque l’équipe de recherche est constituée d’anciens travailleurs sociaux, dont deux ayant pratiqué dans le domaine même du travail social hors murs. Ce positionnement impliqué ouvre des bases de travail tout à fait particulières, offrant avantages comme risques et pièges à contourner.

12Les atouts se situent certainement dans une compréhension rapide des enjeux pour les professionnels observés. Oser dévoiler la part du travail non dite et particulièrement investie subjectivement pourrait mettre en danger le rapport aux collègues, à la hiérarchie, voir déstabiliser l’institution ou le service. Ces incidences multiples ont été largement évoquées en connaissance de cause, par le vécu antécédent des chercheurs. L’équipe de recherche, par sa connaissance au préalable de la situation socioprofessionnelle en question, a pu argumenter sur les enjeux positifs et constructifs à tenter une analyse fine de l’activité.

13Au-delà des ajustements contextuels, c’est l’histoire des personnes qui s’est révélée au sein de cette rencontre. Ici, les difficultés auraient pu largement se substituer aux avantages. Comment arriver à situer les rôles clairement et éviter la construction d’attentes implicites liées à l’histoire professionnelles et personnelles des acteurs ? Comment ne pas se laisser prendre ou envahir par des représentations antécédentes ? Nous pourrions résumer le dépassement de ces vraies questions par la nécessité de la tenue de la rigueur du cadre de recherche. Les difficultés de positionnement ont été effectives pour les chercheurs, se devant d’être pleinement à l’écoute des travailleurs sociaux hors murs sans surinvestir les discours par leurs propres interprétations liées à leur connaissance du champ étudié. Toutefois, cette préconnaissance a été mobilisée pour relancer les professionnels sur les dilemmes auxquels le métier a à répondre. Recul et investissement subjectif ont joué tout à tour au sein du processus de recherche. Cette question de distance a été régulièrement sujet de réflexion au sein de l’équipe de recherche, apportant une dimension particulièrement riche à l’analyse du travail.

14Nous pouvons sans autre affirmer que le cadre de recherche tel que nous l’avons défini, construit en interaction forte avec les professionnels permet et peut-être même demande une préconnaissance des terrains sur lesquels les chercheurs s’investissent. Les professionnels engagés dans le processus de recherche doivent se sentir en confiance et cette connaissance du terrain réciproque, mais également différenciée, est un atout à l’établissement de ce sentiment d’ouverture offert sans crainte de trahison. La recherche appliquée, telle que nous l’avons cadrée, a suscité de l’intérêt pour certains professionnels et c’est évidemment à partir de ce désir d’engagement que le processus peut se dérouler. Nous nous situons dans une démarche participative au sein de laquelle chercheurs et professionnels du terrain exploré s’engagent, s’exposent et se confrontent. Les travailleurs sociaux hors murs dans notre contexte étaient déjà en processus de réflexion sur leurs pratiques, le cadre de recherche permettant de mettre forme et de développer ce processus. Ainsi nous parlerons d’une nécessité de rencontre entre intérêts réciproques identifiés à des niveaux distincts. Intérêt pour les professionnels à mieux comprendre l’objet de leur investissement dans l’action et intérêt pour les chercheurs à construire un objet de recherche adapté et évolutif, les questionnant autant sur l’activité de recherche que sur l’agir professionnel.

© Éditions ies, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search